8 juin 2021

Le parent, cet être instable

Bonjour Ami Nain.
Tu es en vacances et cela te fait du bien.
Ici, mes parents sont un brin fatigués et en plus, nous sommes forcés de passer toutes nos journées avec eux. Pourtant nous sommes superbement agréables et nous tentons d'organiser beaucoup de choses pour rendre leurs journées réjouissantes.
Parties de Bonne Paye, de Monopoly Junior, Pestacle de peluches hystériques, petite séance de peinture rupestre, on ne pourra pas dire qu'on n'a pas aidé nos parents à passer de chouettes vacances.

Étonnamment, ils ne sont pas toujours ravis-ravis (notamment pour la peinture rupestre, allez savoir pourquoi) et ils ne réagissent pas toujours très positivement à nos excellentes idées. Pourtant à chaque fois, entre frangins, on est vraiment très enthousiastes. Mais eux. Non. Enfin parfois, ils esquissent un sourire mais il faut avouer que cela dépend de beaucoup de facteurs.

Mais si, Ami Nain, il te faut le reconnaître, ton parent est instable. Nous l'avions déjà vu dans cet article d'ailleurs.  Il en réagit JAMAIS de la même manière à la même bêtise bonne idée. Parfois il te trouve hilarant et parfois il te hurle dessus. Pour exactement la même action nainesque de départ.




Tu ne me crois pas?
Lis pourtant ces quelques lignes et tu verras que tes parents sont aussi instables mentalement que les miens.


Action nainesque n°1 : Tu demandes gentiment à regarder la télévision (à 7h42)
Bin oui, il est carrément l'heure de se mater un petit dessin animé. Trop tôt?
Non, du tout. 7h42 c'est même de la super grasse matinée puisque même le réveil mouton dort encore (feignasse).
Non vraiment, il est 7h42 et là, tu te materais bien un bon petit Garfield ou encore un Umizoomi. En plus c'est intelligent les Zouzous. Non?
Et si on regarde bien le Télérama (abandonné aux toilettes comme un malheureux) on peut noter que les Zouzous commencent à 6h30. C'est donc qu'il y a des nains qui matent les Zouzous à 6h30 non?


Réactions possibles du parent: 

Facteur aléaoire: sa soirée de la veille.

- Si le parent a passé une soirée lambda (série télé ou zappage sur une daube) et qu'il s'est couché relativement tôt :

"Non, non, pas de télé le matin, il y a quand même d'autres choses à faire que de regarder la télé à peine levés non?"
> le parent est relativement en forme, il se lève donc à peu près en même temps que toi et ne comprend pas du tout pourquoi tu voudrais aller t'abrutir devant une énième rediffusion de Yakari.
Il te suggère de faire des trucs bien relous genre "un petit jeu avec ton frère" ou encore "une construction en Kapla". Genre. A 7h42.

- Si le parent a passé une soirée arrosée en compagnie d'amis avec raclette lourde à digérer et vin blanc un peu limite qu'il a rendu dans la nuit.

"Ouais ouais, allez-y, je vous mets la 5 ou la 3? C'est bien la 5 non? Enfin je laisse la télécommande tu peux mettre la 3 ensuite quand la 5 c'est fini non? Papa et maman dorment encore un petit peu, ne faites pas de bruit et si vous allez aux toilettes ne hurlez pas que vous avez fini, Débrouillez VOUS".

> le parent est cuit-dur et tu peines à comprendre ses borborygmes. Il a le cheveu hérisson-paillasson et le tee-shirt mal en point. Il erre dans le couloir et a du mal à régler le volume (il change de chaîne à chaque fois). C'est VOTRE chance alors soyez mignon et dites "oui oui maman". Si vous avez faim, piochez dans le frigo mais surtout n'allez pas les réveiller, avec un peu de bol vous pourrez vous enquiller ainsi une à deux heures de télé.
L'instabilité mentale du Parent est visible lorsqu'il manque cruellement de sommeil. Un parent fatigué est irascible, certes, mais bien plus enclin à te laisser avoir les yeux carrés qu'un parent en forme qui voudra que tu fasses des trucs super pénibles.



Action nainesque n°2 : Tu te déguises en squelette avec un collant opaque de Maman et tu maquilles ta sœur en princesse. 

Réactions possibles du parent: 

Facteur aléaoire: le moment du week-end (ou des vacances) où vous réalisez cette action et le taux de gavitude du parent. 

> Si le parent est reposé, qu'il commence ses vacances et que vous n'avez pas encore été trop relous.
"Ahahahaha, mais génial ça dites donc! Vous êtes superbes comme ça!!! Mon dieu venez que je vous prenne en photo pour :  vous mettre sur Instagram avec un filtre/envoyer cette photo à Mamie qui va trouver ça ultra-choupi/je vous mette en fond d'écran pour ne jamais oublier à quel point vous vous entendez bien".

ça alors, c'est fou mais le parent RIGOLE. Ce serait plutôt à vous, ami Nain, de prendre en photo ce moment merveilleux. Vous avez bousillé une paire de collant 80 deniers (il faut le faire) et votre soeur ressemble à un clown flippant qui se serait maquillé bourré dans le noir mais votre parent s'esclaffe et vous trouve TROP MARRANT.
Parfois ce miracle peut arriver, oui. Votre parent, s'il est en vacances depuis peu et qu'il n'en est pas encore au stade où il barre les jours le rapprochant de la rentrée scolaire, est parfois enclin à apprécier votre humour éclatant.
Idem si vous optez pour cette réalisation après quarante ou cinquante minutes de silence. Le parent aura eu le temps de terminer son polar et pourra ainsi se gausser avec plaisir.

> Si le parent enchaîne sa sixième semaine de vacances en votre compagnie et qu'il a plu les sept premières semaines, que personne n'a voulu vous garder (même pas vos propres grands parents) et qu'en plus il a du faire changer les pneus de la voiture ce qui lui a coûté l'équivalent de trois semaines de centre de loisirs.

"NON MAIS QU'EST CE QUE C'EST QUE CE DÉLIRE?? Non mais je rêve, il a dégommé ma dernière paire de collants. C'est toi qui les achètes les collants le nain? NON? Et qu'est ce que tu as fait à ta soeur? Non mais regarde-là, on dirait une Barbie dégénérée. Non et puis toi tu te laisses faire. Je rêve, vous ne pouvez pas jouer tranquillement CINQ minutes ?? IL faut que vous fassiez des bêtises. Regarde moi ça on va encore devoir frotter pour la démaquiller et elle va brailler, sérieux ça craint, vous êtes vraiment relous".

Clairement le parent en a ras le bol de vous. Il ne trouve pas ça marrant du tout de vous voir dans un collant (pourtant c'est fort seyant) et trouve votre oeuvre de peinture sur soi (enfin sur elle) ratée.
Les vacances lui pèsent, il regrette maintenant de ne pas avoir opté pour le centre de loisirs et se demande ce qu'il a fait, je cite, "au bon dieu pour avoir des enfants comme ça". Il est temps de remballer les costumes et d'aller jouer tranquillou à maquiller les poupées barbie au feutre indélébile.




Action nainesque n°3: tu manges comme un goret et tu t'essuies ton bec plein de yaourt sur ton sweat (déjà maculé de graisse - mais tu avais du gras des frites sur les mains). Tu renverses ton verre d'eau et tu slurpes tes spaghettis avec aisance et sauce tomate.

Réactions possibles du parent: 

Facteur aléaoire: le taux de remplissage du bac à linge sale

> Si le parent a bouclé toutes les lessives d'un air satisfait et que votre armoire dégueule de linge propre : 

MÊME.
Le parent ne réagit JAMAIS positivement à une telle action nainesque sachez le.
Même s'il a terminé toutes les lessives.
Il a toujours en mémoire les actions passées. Il se les remémore et passe directement à la réaction violente que l'on peut qualifier de "Réaction en Mémoire des Actions du Passé. 

De ce fait, à peine avez vous fait mine de vous essuyer sur votre tee-shirt que....

> Si le parent croule sous les bassines de linge, qu'elles débordent et que le sèche linge est en rade

" TU ES MALADE OU QUOI? TU AS QUEL ÂGE? TU VEUX UNE BAVETTE? C'EST TOI QUI FAIT LES LESSIVES DANS CETTE MAISON? S'ensuit généralement un pamphlet pathétique qui n'intéresse personne (et surtout pas toi Ami Nain) de ta mère sur sa misérable condition.
Je te suggère de ne pas te boucher les oreilles (même si tu en as envie) au risque de provoquer son courroux (et de finir puni dans ta chambre). En effet, le parent, être instable je te le rappelle, démarre en quelques secondes quand tu fais fi de son dévouement à la cause familiale.

De ce fait, quand ta mère (ou ton père) commence à te parler de TOUT ce qu'il/elle fait pour cette famille, je te suggère de hocher la tête avec compassion et de murmurer un "je comprends maman/papa, je ferai attention" même si tu as juste envie de dire "BLABLABLA on s'en FOUT".

Bref, à table, le parent instable va, de toute façon, te pourrir la tronche si tu manges comme un goret. De temps en temps, il t'autorise à manger sans ta fourchette (frites ou autres) mais veille toujours à demander. Hé oui, on ne sait jamais pourquoi mais, de temps à autre, il hurle "TU AS DES COUVERTS C'EST PAS FAIT POUR LES CHIENS", alors que cinq minutes plus tôt, il consultait juste l'état de ses comptes sur son téléphone portable. Manifestement, le fait de regarder son compte en banque peut être également un facteur d'instabilité chez le parent.

Chez ta mère, fais très attention à table Ami Nain. En effet, bien souvent, tu pourras le remarquer, ta mère GRIGNOTE. Délicatement (ou pas d'ailleurs quand elle "t'aide" à finir ta purée en l'avalant à la louche), elle s'enfourne un gnocchi, un morceau de nugget, une ou douze frites, quelques pâtes au gruyère. Bref, elle a faim (normal, il es 19h) donc elle se baffre.
MAIS, ta mère, je te le rappelle, est instable. Donc elle culpabilise de grignoter (puisqu'elle cherche en plus à surveiller son poids) et donc elle va s'énerver après TOI.
Oui, toi, pauvre petit nain qui n'a pas bien raclé le fond de ton petit suisse. L'instabilité mentale de ta mère va jusque là, oui.
Elle a grignoté donc tu te fais engueuler car des enfants meurent de faim et toi tu laisses TROIS cuillerées de petit suisse dans ton pot. Pathétique parent.

Nous vous conseillons donc de faire profil bas à table car c'est un lieu où le parent dérape facilement, entre les tâches ménagères qui lui incombent et qui semblent lui peser, un compte en banque defectueux et son grignotage compulsif. De de fait, évitez de faire "la mare au canard" en renversant votre verre d'eau et d'éternuer lorsque vous mangez de la semoule (même si on dirait une tempête de sable).




Action nainesque n°4: Tu joues à "faire comme si on était des grenouilles" tranquillement dans le salon avec ta soeur. Puis, vous faites une cabane avec les coussins du canapé et toutes les couvertures et couettes de la maison.

Réactions possibles du parent: 

Facteur aléatoire: l'état de la maison et le temps passé par le parent à la ranger dans les trois dernières heures.

> Le ménage a été fait et la maison est nickel. Le parent sent la sueur, le Cif et le Pliz (eurk), et le parent rentre dans le salon pensant s'écrouler cinq minutes sur le canapé, pause bien mérité. 

"PARDON? C'est quoi ce bordel? Vous rigolez ou quoi? Et pourquoi vous sautez partout? On a des voisins c'est pas vrai. La voisine va monter vous donner une fessée si ça continue comme ça, je vous JURE".

MAIS BIEN SÛR. La voisine va monter ses petites fesses pour nous rosser. Crédible le parent énervé. Hé oui, le ménage est un facteur non négligeable dans sa réaction face à un chef d'oeuvre architectural pourtant certain.
Le parent a bien rangé, certes, mais rien ne vous oblige à vivre désormais dans un musée. Non parce que tout de même, l'aspirateur qui gobe les légos, c'est le mal. Le pliz qui dégomme la poussière sur laquelle vous aviez tracé une route pour vos bagnoles, c'est le mal. Et ne parlons pas du Cif qui ôte toutes vos traces de peinture à bain dans le bain.
LE parent après-ménage est rabat-joie, même pas de satisfaction du devoir accompli. Prenez votre mal en patience, il va encore se plaindre.


> La maison est à peu près correcte (= le bordel est planqué) et la femme de ménage vient le lendemain.
Le parent trouve que vous êtes mignons à sauter partout comme des grenouilles et se félicitent d'avoir des enfants avec autant d'imagination. Ils rient aux éclats et acceptent même de venir boire un thé dans votre cabane qu'ils trouvent coquette et bien agencée (là, ils en font trop mais ne leur en voulez pas, ils ont véritablement des tendances à la bipolarité).
Ils se souviennent avec émotion de leurs propres cabanes (snif, que c'est relou quand ils nous racontent leurs souvenirs inintéressants avec un ton docte) et voudraient même jouer avec vous (hé ho, faut pas déconner).
Peu importe le chantier, ils ne rangeront pas. Ils trouvent donc votre oeuvre vraiment géniale (la femme de ménage un peu moins).


Il y a bien d'autres moments dans ta journée, Ami Nain, où il te faudra composer avec la santé mentale fragile de ton parent. Je dis dans la journée, mais son instabilité se ressent même de manière nocturne.

En effet, si tu vas réveiller ton parent en pleine nuit pour un cauchemar, il t'accueillera différemment selon l'heure (a t-il pu déjà dormir une paire d'heures ou non?), selon ton volume sonore (si tu hurles dans ton lit ou si tu viens lui chuchoter à l'oreille que tu as fait un cauchemar), selon le parent choisi (remarque que ton père a une santé mentale nocturne bien plus aléatoire que ta mère) et selon l'attitude de tes congénères (si toute la fratrie hurle de concert ou non).

Si tu demandes un bonbon, si tu veux aller au Mac Do, le parent peut soit te répondre "non mais ça ne va pas, c'est super mauvais pour ta santé et tes dents" ou bien piocher avec toi dans le bocal ou partager tes Chicken Dips. Va savoir. Le parent est un être étrange (surtout s'il est au régime).

Bref, il y a mille facteurs qui entrent en ligne de compte lorsque le parent doit réagir à une de tes actions. Nous avons abordé ici quelques facteurs environnementaux et physiques : l'état du ménage, du panier de linge sale, le manque de sommeil, l'état du compte en banque, MAIS il y a en a beaucoup d'autres comme par exemple le taux de caféine (ou d'alcool) dans le sang du parent, la présence ou non d'invités à la maison, le fait qu'il ait pu aller faire son sport -et se défouler, la météo, etc...

Et reste EN PLUS, un facteur totalement aléatoire qui ne correspond à rien du tout. Peut être à la position lunaire, ou des étoiles. Peut être à rien du tout.
Alors Ami Nain fais comme moi, tente plusieurs fois ton action nainesque qui parfois fera rire, parfois fera gronder. Au moins tu vas t'amuser.

Il faudra juste t'en souvenir quand tes propres nains tenteront la peinture rupestre sur ton mur de salon alors que tu as peu dormi, que tu n'as pas avalé ton troisième café, que tu es à découvert, que belle-maman débarque le soir même, que tu as le sentiment de vivre dans un dépotoir et qu'ils te réclament d'un air niais s'ils peuvent regarder un petit dessin animé.
Ah oui, et puis que la lune est en trigone à Neptune également, ça compte quand on est parent.






Oups, mon parent est vénère - 10 indices qui ne trompent pas (et les conseils qui vont bien)

Ami Nain, comment vas-tu après ce looong ouikend prolongé?
Il est beau ce mois de mai en gruyère non? Plein de jours off pour profiter de ta chambre, de tes parents et des mille activités qu'ils ont prévu pour t'occuper (et te fatiguer, tu n'es pas dupe).

Je ne sais pas toi mais mes parents sont tout de même ravis que le lundi revienne, surtout les ouikend où il pleut. Etonnamment, ils sont un brin sur les nerfs, ne veulent pas s'enchaîner Cluedo et Uno entre deux parties de Monopoly Junior et ne souhaitent pas que le puzzle de 150 pièces Clone Wars reste à demeure sur la table basse du salon. Tout comme ils n'apprécient pas forcément que le petit caddie chargé de billes se promène dans le couloir de manière nocturne.

Les parents, disons-le franchement, Ami Nain, sont parfois irascibles, on l'avait vu dans cet article sur leur instabilité d'ailleurs. Si tu as également besoin de te rafraîchir la mémoire sur le caractère immuable et universel de ton parent, je te conseille de jeter un coup d’œil par ici.

Quant à moi, je vais te délivrer ici quelques petits indices pour repérer les signes d'irritabilité chez ton parent. En effet, grâce à mon travail de recherche personnel, tu pourras ainsi repérer les moments où le parent risque de déraper et :
1) faire marche arrière et devenir tout doux comme un petit magneau (afin de ne pas te faire privé de télé, de console ou de toute autre activité ouikeno-réjouissante).
2) continuer en ce sens car tu es déjà puni alors autant tenter le tout pour le tout et pousser le parent à bout. En revanche, n'espère par jouer une seule fois à la console de tout le ouikend après ça.

En clair, plusieurs indices peuvent t'alerter sur la condition générale d'énervement de ton parent, Ami Nain, et je m'en vais te les délivrer. Prête bien attention, parfois plusieurs signes peuvent apparaître de concert (et ce n'est justement pas très bon signe).




Indice n°1 : Il arrive vers toi en marchant comme un éléphant assoiffé qui aurait repéré un point d'eau. 

Que ton parent soit maigrelet ou dodu, le rendu est le même. Il n'arrive pas vers toi d'un pas léger et gracieux en virevoltant comme une plume de pigeasse. Que nenni. Il arrive menaçant et tu sais directement qu'il a du tomber sur un truc pas franchement jovial pour ses yeux : ton cahier de liaison dans lequel la maîtresse a écrit que tu avais traité Sophie de "poule morte" ou bien la table de la cuisine sur laquelle tu as fait des boules en pâte à modeler pour ta catapulte et que tu as fortuitement oublié de ranger.
A moins qu'il ne vienne chargé de linge auquel cas tu peux t'attendre à un petit sermon sur le "on ne laisse pas traîner son linge par terre, on n'est pas vos bonniches, tu pourrais au moins le mettre sur ta chaise, blablabla".

Mon conseil: prends l'air penaud et tente de réparer ta bêtise d'un air intelligent (bon, pour le poule morte, c'est un peu plus compliqué), ainsi le parent verra que tu n'es pas un mauvais bougre.



Indice n°2 : Il prononce ton prénom ainsi que ton nom de famille en entier (rare). Le tout avec une articulation impeccable pour que tu ne puisses confondre avec un éventuel autre membre de la fratrie. Et il peut même te vouvoyer (il se donne un genre).

MONSIEUR VICTOR CRAMOISI VENEZ ICI TOUT DE SUITE !!
Heu? Oui? Qui me parle?
Étonnamment le parent sait très bien articuler et prononcer ton nom de famille et ton prénom lorsqu'il découvre, par mégarde, que tu es rentré dans la maison avec tes baskets légèrement terreuses ou tout autre bêtise pas très grave mais un peu relou.
Il ne t'appelle jamais avec autant de ferveur lorsqu'il s'agit de terminer le dernier Gü bientôt périmé...

Mon conseil : Arrive rapidement à l'appel de tonnom, c'est un peu comme la maîtresse ou le maître à ce moment-là, ça n'aime pas bien répéter. Fais profil bas et n'essaye pas de balancer ton frangin ou ta frangine, si votre parent ne vous a pas confondu, c'est qu'il y a une bonne raison. Genre TA marque de dents dans la tarte prévue pour le repas du soir (que tu as abandonnée parce que finalement, tu n'aimes pas la rhubarbe, c'est trop piquant - ah oui, peut être que tu as aussi recraché ce petit morceau de rhubarbe sur la table en fait..)



Indice n°3 : Il est en boucle sur un sujet. Rien d'étonnant cela dit.

Le parent répète souvent les mêmes phrases, c'est ce que j'avais appelé il y a quelques mois (années?) les RUNNING PHRASES PARENTALES (à retrouver en lien). Elles vont du "non, j'ai dit non, c'est non et puis c'est tout" au fameux "sors les mains de ton slip" en passant par le merveilleux "vite vite on va être en retard à l'école".

Le parent est en boucle, tu le sais, mais quand il commence à être très sérieusement inquiétant, il est temps de fuir. Exemple:

- Qu'est ce que c'est que ce salon? Que s'est-il passé dans ce salon? LE SALON QUE J'AVAIS RANGÉ CE MATIN? QUI A FOUTU LE BORDEL DANS LE SALON? LES ENFANTS POURQUOI LE SALON EST-IL DANS CET ETAT Là?

Note : le parent répète un peu trop le mot salon, il est temps de quitter la pièce (même si viens d'y passer trente minutes à y construire une merveilleuse cabane grâce aux coussins/plaid/cartons rangé dans la poubelle de tri).
Manifestement, l'état du SALON lui pose problème et s'il commence à te prendre à parti,c 'est fichu.

Mon conseil: FUIS RAPIDEMENT, avec un peu de chance, ça se tassera tout seul et le parent, énervé, rangera le salon en maugréant à voix haute en se demandant "ce qu'il a fait pour avoir des enfants aussi bordéliques". Cela étant, comme bien souvent le parent a fait de même étant petit, il n'osera pas venir te chercher pour te pourrir et aura peut être même la larme à l'oeil en se souvenant de ses propres bêtises d'enfance. N'imagine tout de même pas qu'il va te féliciter hein!



Indice n°4: Il parle très très fort, avec une voix partant dans les aigüs (pour ta mère le plus souvent) ou dans les graves (pour ton papa). Les variations de timbres se faisant de manière assez rapide, au sein de la même phrase. 

Le parent commence à te parler normalement puis sa voix monte rapidement. Elle part en live, comme toi quand tu joues à te décapiter la tête avec ton sabre laser-frite de piscine. Sauf que là, tu ne peux décemment pas demander à ton père de «baisser d’un ton » parce qu’il risque de ne pas apprécier.
Tu es à table et tu refuses de manger ta part de pizza tant qu’il y a de petits trucs verdâtres dessus. Ton papa t’explique bien gentiment, certes, que ce sont des herbes aromatiques. Tu entends bien tout cela, mais ça reste un truc verdâtre sur ta pizza.

Ton papa monte d’un ton et articule que CE SONT DES HERBES AROMATIQUES QUI DONNENT DU GOÛT.
Tu t’en fous, c’est vert et tu n’es pas un herbivore, tu grattes donc ta pizza avec ton manche de fourchette.

Note ensuite comme le ton monte rapidement avec un crescendo incontrôlable à base de « NON MAIS C’EST PAS POSSIBLE CE GOSSE IL BOUFFE DU MAC DO MAIS IL PEUT PAS BOUFFER DU BASILIC ».

Mon conseil : mange donc le basilic tu auras moins mal au crâne.




Indice n°5 : Il continue à te parler très très fort alors qu'il est juste à côté de toi. Exactement ce qu'il te reproche de faire, soyons honnêtes.

Même endroit, quelques minutes plus tard. Le parent est juste à côté de toi, il te tient à l’œil depuis le coup du basilic. Méfie-toi, il n’a probablement pas décoléré et tu vas pouvoir t’en rendre compte très rapidement avec le coup de l’opercule.
Le coup de l’opercule est simple : tu n’apprécies pas qu’il reste un tout petit peu de truc de l’opercule de ton yaourt sur le rebord du yaourt (normal quoi).
Hé bien le parent va te dire « DONNE MOI CE YAOURT » très très fort, alors qu’il est juste à côté de toi = preuve qu’il est ENCORE énervé par le basilic.
Sache-le, ami Nain, le parent est rancunier (c’est mal) et au ton de sa voix, tu peux savoir s’il est encore sur le point de te re-pourrir ou non 

Mon conseil : S’il crie, tente de gratter l’opercule avec l’ongle, ça ira mieux. Mais évite de te renverser l’intégralité du yaourt sur le short, il risque de s’agacer encore un peu plus si tu lui réponds « de toute façon, tu dois faire une lessive aujourd’hui non ? ».



Indice n°6: Il veut que tu le regardes DROIT DANS LES YEUX et il est capable de te faire tourner la tête pour que "TU ME REGARDES QUAND JE TE PARLE!!!"

Il arrive avec son pas lourd d’éléphanteau agacé et avec sa voix qui gagne en décibels à chaque seconde. Il reste près de toi et te crie dessus pour une sombre histoire de chambre mal rangée alors qu’il l’avait si bien rangé la veille. Et que « à quoi ça sert qu’on trie les légos par couleur si tu renverses tes caisses entières au sol ??? » (alors là, tu as bien envie de lui répondre que ça ne sert à RIEN de trier les légos par couleur, espèce de psychopathe).
Et que c’est pareil pour les livres, on ne JETTE PAS LES LIVRES PAR TERRE ! (blablabla encore la rengaine de la bonniche).
Vous tentez de déchiffrer ce qu’il y a d’écrit sur le poster en face de vous histoire que le temps passe plus vite pendant la complainte parentale habituelle mais BAM, le voilà qu’il vous attrape gentiment le menton et qu’il vous demande « de ME REGARDER QUAND JE TE PARLE ». Genre il faut EN PLUS faire semblant d’être intéressé.

Mon conseil : regarde-le mais essaye d’éviter de rire, même s’il a un truc dans les dents ou même s’il a une tête de pingouin énervé. Joue la comédie du « petit nain contrit et désolé » et il risque d’interrompre son laïus. Pour accélérer les choses, tu peux également être dans l’empathie, ça fonctionne bien l’empathie chez le parent.




Indice n°7 : Il te pose des questions dont la réponse est très très évidente, si évidente que tu sens le piège se refermer sur toi à vitesse grand V.

-        Est-ce que tu penses que je suis content de voir une chambre en bordel comme ça ?
-        Tu crois que c’est malin d’avoir renversé l’intégralité du sac de 15 kilos de croquettes du chien dans le couloir ?
-        J’imagine que tu trouves ça intelligent et respectueux que de venir sauter sur mon oreiller de lin blanc percale-pôduku avec tes pieds crasseux ?

Mon conseil : lorsque la réponse à ses question est si évidente, réponds (ou ne réponds pas d’ailleurs, on pourrait te reprocher de « RÉPONDRE A TES PARENTS ») et prends un air désolé et triste en ajoutant un "J'ai compris". Même si l’avalanche de croquettes était drôlement réussie.



Indice n°8 : Ils font de l'humour tellement vaseux que même toi, avec ton petit cerveau nainesque, tu comprends que c'est PAS de l'humour.

Dans la même veine que les devinettes tellement faciles que tu sens que ce n’est pas une devinette, j’ai nommé l’humour de merde du parent que tu sens que ce n’est pas de l’humour.

Annoncé sur un ton un brin rageur et mesquin, il y a par exemple le :

-        Mais BIEN SÛR qu’on peut manger un cookie à 18h30 juste avant de passer à table, tu veux que je te serve une bière avec ? (lorsqu’un parent te cale alors que tu opérais un rapt de cookie pour la fratrie).
-        EVIDEMMENT qu’on peut jouer au foot dans la chambre avec tes sœurs en poteaux de but !! Bien entendu attends, j’appelle ton père, on peut  même se faire un petit base-ball !! (alors que ta sœur était venue chouiner pour cause de ballon dans sa tronche –mauvais arrêt de ton goal de frère).
-        OUI OUI tu peux tout à fait marcher avec tes bottes crotteuses sur le canapé du salon c’est une EXCELLENTE idée vas-y !!

Mon conseil : manifestement le parent est de bonne humeur puisqu’il parvient encore à faire de l’humour. Cesse donc l’activité mise en cause et opte pour une autre (un peu plus discrète).



Indice n°9 : Ils font un truc IMPROBABLE mais quand même, tu doutes.

Je le sais, mes parents ont des ruses pour nous faire agir et réparer certaines bêtises. Le coup du sac poubelle pour « vider » la chambre mal rangée par exemple.
Ou la tentative du « on va donner vos jeux de DS à des enfants qui n’en ont pas vu comment vous en prenez soin ».
Et je ne mentionne pas la misérable tentative de nous faire manger le repas de midi à base de petits pois au goûter de 16h.

MAIS DANS LE DOUTE, ami Nain, mieux vaut obéir. 


Mon conseil : Il paraît que certains parents font pire, genre semblant de partir en claquant la porte. GULP. Ne déconne pas Ami Nain, on ne sait jamais.


Indice n°10: Il va se recroqueviller dans le canapé, dans son lit, ou se cacher aux toilettes pour que tu ne le voie pas pleurer. Ou pire, il va prendre l'autre parent à témoin…
  
Bon là, tu as atteint le point Dolto du parent : il craque. Il n’en peut plus, il se demande ce qu’il a fait dans une ancienne vie pour avoir des monstres pareils pour enfants. Manifestement, tu as poussé le bouchon un peu trop loin et il est grand temps de revenir à une attitude plus calme (au moins pour quelques minutes le temps que ton parent se détende). Ne t’en fais pas, on l’a vu, d’ici quelques minutes et avec un beau dessin de Star Wars ou de machine de guerre qui décapite les mouches (avec un cœur), le parent te serrera dans ses bras en s’excusant d’avoir hurlé/craqué/chialé. Ce à quoi tu répondras « C’est pas grave Papa/Maman ».

Parce qu’en vrai, c’est pas grave du tout.
Et surtout, tu as plein de petits papiers à déchirer en tout petits morceaux pour fabriquer des confettis.
Il faut bien fêter la réconciliation en en lançant partout dans le salon non ???




7 juin 2021

On dirait ma mère

Evidemment.
Il y a des milliers de choses comme ça que je m'étais jurée de ne pas faire, de ne pas dire.
Pas que ma maman soit un boulet, que nenni, mais il y a des trucs qu'on ne veut pas reproduire.
Rien de grave hein, je vous rassure, mais de petites choses qui nous marquent, de petites habitudes auxquelles on pense échapper.

Finalement, vingt ans après, je me rends compte qu'on dirait ma mère.
Gloups.


- Etre en retard

Ce que je pouvais détester ça.
Le stress, la course, arriver dans les derniers, la honte, le regard des profs ou pire, le "tu retournes chercher un billet" (noooon pas le billet et refrapper à la porte devant tout le monde).
Le jour du bac de français hein, arriver pile pile pile à l'heure.
Et ouais. Sous la pluie. Limite. Mais à l'heure.

Bref "moi quand je serai grande je ne serai JAMAIS en retard et toujours en avance".
BIEN SUR.
Je suis souvent juste. Toujours un peu après. Les gens m'attendent, les enfants marchent en cavalant, demandent "si on est à l'heure Maman?" , m'assurent "qu'avec Papa on est toujours devant l'école avant qu'elle ouvre" (alors que Maman se fait enfermer dans l'école tous les matins).

Certes. Mais je ne sais pas, j'ai probablement une peur du temps perdu, du temps gâché.
J'ai peut-être aussi une notion du temps un peu élargie, un peu distendue. Je suis laaaaaaaarge et je négocie peut-être un peu trop sur la tenue là où le Mâle enfile les vêtements dans l'ordre de la pile. Je laisse bouquiner dix minutes là où je ne devrais probablement pas. Et quand l'heure arrive, je m'énerve (après moi) après eux, je crie un peu, je balance les sacs en disant "ET VOILA ON ÉTAIT BIEN DANS LES TEMPS ET LA ON N'EST PLUS BIEN DU TOUT"

On dirait ma mère quoi.


- Dire "c'est parce que tu as faim"

Purée mais NON, j'ai pas faim.
Ma mère me disait systématiquement " c'est parce que tu as faim". Alors que nan, j'avais juste mal à la tête.
"Tu as mal à la tête parce que tu as faim"
MAIS NON.

Bah je fais pareil.
Mal au ventre? Tu as faim
Pas envie de retourner à l'école cet aprem? Mange un peu tu as faim ça ira mieux après.

Bref, la bouffe = ça ira mieux.
Parlons-en à mon petit ventre dodu hein?

- Dire "c'est parce que vous êtes fatigués"

Ah oui parce qu'il y a deux options : 1) Tu as faim (voir plus haut) et 2) tu es fatigué.
Mal à tête? Tu as faim? Non? Tu es probablement fatigué alors
Mal au ventre? Tu as faim? Non? Tu dois être fatigué alors.
Tu te sens mal? Fatigué?

En même temps, ai-je besoin de vous rappeler la règle des 3F??? Fatigué + Faim = Fiant.
Je laisse les petits nouveaux la relire en suivant ce lien

Donc force est de constater que ma mère avait raison. Jusqu'à un certain âge, quand ils sont fiants, c'est qu'ils sont fatigués ou qu'ils ont faim (ou qu'ils sont malades mais bon, ça commence pas par F).



- Oublier de couper les plaques

Ma grand mère le fait
Ma mère le fait de temps en temps.
Mon mec hallucine "Punaise Marie, la plaque allumée c'est pour faire comme Mamie Lulu ou quoi??"

Ouais j'avoue.
Je commence à avoir la plaquose. Je laisse la plaque allumée.
Pas ma faute, je gère 39 trucs en même temps :
- les pâtes qui cuisent 10 minutes (je commence à saisir l'utilité des minuteurs)
- la poésie "Vilain Hiver" de Grand Nain
-  Moyen Nain qui me récite l'intégralité des repas de Monsieur Maigre (les Monsieur/Madame, nouvelle passion passionnante)
- Nano qui veut que je lui attache la ceinture de sa robe de chambre MAIS PAS AVEC UN GROS NOEUD JUSTE AVEC UN PETIT NOEUD (coucou la zinzin)
- Micro qui hurle d'une voix d'outre-bain (= du bout de l'appartement puisqu'elle végète dans un bain tiédasse en compagnie de ses Barbie) qu'elle voudrait bien DU GEL MOUUUUUCHE!!

Je dois donc écouter Grand Nain et sa poésie chelou, Moyen Nain qui est totalement en boucle depuis 2 mois, Nano qui m'explique le noeud de 8 et en même temps hurler à Micro que le gel mouche est juste à côté d'elle BORDEL.
Pendant ce temps j'égoutte les pâtes en criant "On s'éloiiiiigne c'est chauuuuuuud".

Alors oui, évidemment, j'oublie parfois de couper les plaques.
Hum. Je plaide coupable.



- Leur interdire la télé le matin parce que ça rend bête

J'avoue, quand on allait chez ma grand-mère en vacances, on trouvait que c'était le bonheur. On regardait genre une heure de téloche le matin, en pyjama, sous les couvertures tricotées.
On passait du petit-déjeuner à la télé, les dents et le bec pas lavés.
C'était bon.
Parce qu'à la maison c'était NON.
Pas de télé le matin, ça rend bête.

HUM.
Nous n'avons pas été si catégoriques, nous autorisons la télé le matin parfois.
Nous l'avons pas mal fait en vacances, lorsqu'ils se levaient très très tôt. S'il y a des dessins animés dès 6h30 sur les Zouzous, ce n'est pas pour rien hein?

Désormais, ils se lèvent plus tard et ne réclament jamais la télé le matin. Ils bouquinent et font les faux nains. Alors du coup, on dit "pas de télé le matin" et ça leur réussit plutôt bien.


- Rater ma sortie d'autoroute

Ma maman rate parfois ses sorties d'autoroute.
Genre "j'ai fait 30 bornes de détour parce que j'ai raté la sortie". WTF?
Si si.
Je me disais "c'est pas possible quand même".
C'est TOUT A FAIT POSSIBLE.
On rêvasse, on est en train de faire son programme de la soirée/journée/semaine et hop, la sortie est passée. FUCK. On s'énerve mais c'est trop tard, pas de demi-tour possible.

Je suis donc celle qui a déjà raté la sortie d'autoroute pour aller faire les courses, pour aller chercher sa fille à la crèche (je rentrais directement à la maison), pour aller emmener les enfants au sport (déjà que j'étais JUSTE JUSTE) et pour aller à une opération (et HOP 40 bornes dans les dents).



- Proposer aux enfants d'aller marcher le dimanche après midi

Avec mon frère et ma soeur, on appelait ça "La Balade des Cons".
Ouais on était durs mais faut dire que se bouger le luc le dimanche pour aller marcher en forêt (comme beaucoup de familles disons-le) on trouvait ça vraiment RELOU. D'autant que c'était TOUS les dimanches.

On râlait, on ronchonnait (on devait probablement chouinasser aussi) mais on finissait par y aller, par courir dans les bois, par trouver ça génial de rentrer les joues rosies et de boire un chocolat chaud et des tartines avant de regarder l'école des fans.

Résultat?
On fait pareil.
L'hiver, c'est ski tous les dimanches après-midi.
Le reste de l'année c'est randonnée. On a les guides, on cherche la balade, ils râlent d'avance. On leur dit "c'est BON de s'oxygéner et de SORTIR un peu, vous n'allez pas rester toute la journée enfermés avec ce beau soleil!!!".
On se regarde avec le Mâle et on pense qu'on dirait nos parents.
Les enfants ronchonnent, bougonnent (chouinassent même) et montent dans la voiture en disant "c'est trop nul de marcher".
Puis dix minutes plus tard, ils sont armés d'un sabre laser-bâton et ne voudraient rentrer pour rien au monde.

Et le soir ils dorment (ou presque).




Il y a tellement d'autres choses finalement que je reproduis sans le savoir, des trucs bien dégoûtants que seuls les parents font comme le pouce plein de salive qui nettoie le bec chocolaté ou bien le surnom qui fout la honte (ma mère m'appelait Mimi devant mes potes et je fais lamentablement pareil avec le Grand). Je m'en rends compte après. Et je me marre finalement, parce que c'est le lot de tout enfant ayant un Parent.

Mais il y a tout ce que je suis ravie de reproduire, les virées marrantes, les surprises, les découvertes, les fous rires, les "et si on?" qu'on ne fait pas d'habitude. Les efforts faits pour eux, les paroles rassurantes, la présence quoiqu'il arrive et les choix faits de les voir beaucoup pour en rater le moins possible. Je ne sais pas ce que je laisserai à mes enfants, je ne sais pas quel côté de moi ils voudront mettre de côté et ce qui s'imposera à eux parce que, parce que.
J'espère qu'ils n'oublieront pas trop souvent les plaques et qu'ils verront les panneaux de sortie d'autoroute. J'espère les entendre dire à leurs enfants "tu dois être fatigué" et me lancer un regard entendu, comme pour me dire "t'avais raison en fait pour les 3F".
J'espère qu'ils sauront les qualités et les défauts, la fantaisie et les "comme elle a pu".

De mon côté, pour mille petites choses, on dirait ma mère.
J'avoue.
Je crois que j'en suis fière.


17 mai 2021

Ces moments de parents qu'on voudrait zapper

(ne me demandez pas pourquoi la police est variable sur cet article, je n'en sais RIEN mais j'accepte que mon blog ait une vie autonome sans moi et des choix de police bien à lui)



Chez moi, niveau zapping, ça ne déconnait pas trop. 
JAMAIS je n’ai eu le droit de prendre la télécommande pour me balader au hasard sur les chaînes en m’arrêtant quelques minutes sur un programme avant de décider qu’il était nul et de passer à autre chose. 
QUE NENNI mes amis, que nenni. 
Chez nous on ne zappait pas. On consultait au préalable le programme télé (le Télérama même, je vous rappelle que je ne suis rien qu’une sale bobo) et on optait pour le programme qui nous semblait le plus adapté. Inutile de vous dire qu’il fallait passer ensuite au stade de la validation-négociation avec le parent qui actait (ou non) notre choix. 
Bon, j’exagère un peu mais chez moi, quand même on ne zappait pas. 
Devenue adulte, je peine à zapper (la force du conditionnement que voulez-vous) mais croyez-moi, il y a des moments de ma vie de parent que je voudrais bien mettre sur avance rapide. Au minimum. Voire changer de chaîne. 

Note de l’auteur : oui évidemment, il y a aussi tous ces petits moment qu’on voudrait mettre sur pause ou enregistrer pour ne jamais les oublier, pour qu’ils restent gravés, pour que jamais on ne perde l’image. Tout en sachant qu’elle est presque déjà envolée et qu’elle ne reviendra peut-être jamais. MAIS ça faisait niais alors je n’ai pas tenu à le préciser. 




Bref, reprenons ensemble ces petits moments de vie de parents qu’on aimerait zapper. 
Parce qu’il y en a, soyons honnêtes, et j’en oublie probablement alors n’hésitez-pas et ajoutez-en !


L'apprentissage de la marche


Oui oui, Primi c’est mignon, vraiment. Et les premiers pas sont systématiquement très très très émouvants. Promis même au 4ème on est content, on filme et on envoie la vidéo à la terre entière. A un détail près : on ne l’intitule plus « Les premiers pas de Grominou » mais « Libéréééééée Délivréééé » ou « les ennuis commencent » (au choix). 
Nan mais c’est sympa la marche mais si on pouvait passer en accéléré tous ces moments où ils marchent les jambes raides et l’air determiné, tirant de tout leur poids de gros bébé sur notre index menaçant de se déboîter, ça serait plutôt bien non ? Et ces moments où ils titubent comme des enfants bourrés (qu'ils sont) PILE près du coin hyper coupant-acéré-flippant de la table basse non protégée (hé ho, on n'est pas des Primis quand même!!)


La propreté

Non parce que je ne sais pas QUI aime éponger du pipi (ou pire) partout dans la maison en arborant un GRAND sourire tout en disant "ce n’est pas grave du tout mon petit chéri, la prochaine fois tu iras vite vite sur le pot, le POT, le P.O.T comme Tchoupi hein ? Tu vois ? TU VOIS BIEN DE QUOI JE VEUX PARLER NON ???" (puisque ça fait 3 mois qu’on se farcit Tchoupi le relou va sur le pot dès qu’on lui en parle ou Petit Ours Brun a pigé illico qu’il fallait faire son caca dans le pot). La propreté c'est relou, disons-le. Relou et un brin stressant à l'approche du mois de septembre aussi.



Les nuits de merde


J’aurais pu les mettre en premier en fait. La nuit de merde sérieux, j’aurais bien aimé zapper. Ou réduire un peu la durée du film quoi. A quelques mois (je ne suis pas trop difficile) plutôt que quelques années. Je ne sais pas moi, on pourrait se dire qu’on a un ratio de môme qui dort mal et qu’ensuite on peut zapper le reste. Ça serait super équitable rapport au fait que bien souvent on se tape aussi les non-grasses matinées. Qu’on voudrait bien zapper aussi d’ailleurs. Cette petite tranche 6h-9h, on peut la passer en accéléré ?
Les nuits de merde c'est pire que tout. Tu es un zombie, tu hurles après tout le monde, tout va de travers. On les vire. Sérieux, on les vire.

Les heures passées dans les salles d’attente du pédiatre/du médecin. 

Entre toux dégueu et miasmes du voisin. Entre l’Astrapi de 1992 (souvenirs souvenirs) et un Auto-Moto déchiqueté par un enfant adepte des belles bagnoles. Ces heures à regarder sa montre en se disant que c’est pas possible d’y passer sa matinée (hé si), à tenter d’occuper en silence un enfant malade qui geint comme un Mâle atteint d’une grippe d’homme (un rhume donc). Ces heures à organiser intérieurement les journées de garde « enfant malade » en imaginant mille scénarios possibles. Ces sms envoyés « otite bilatérale, antibio, bordel c’était sûr ». On voudrait bien les zapper et zapper avec elles toutes ces heures d’angoisses et d’incompréhension de « qu’est ce qu’elle a ? » et ces tentatives de comprendre un peu pourquoi, de ne pas vouloir se contenter d’un « c’est comme ça».

On pourrait s’il vous plaît zapper aussi toutes ces (je peux être vulgaire ?) PUTAIN d’heures de ménage dans les chambres nainesques. 

Personne ne nous avait prévenu là-dessus, je proteste. On m’avait dit « la grossesse c’est chouette mais tu vas en chier pour l’accouchement, les premiers mois COURAGE et adieu ta vie d’avant, dors parce que c’est terminé pour toi le sommeil et n’oublie pas de regarder ta peau du ventre elle va se transformer en flamby-jelly ». Tout ça, j’étais prévenue et même si certaines choses ont été dures à accepter (le sommeil flamby surtout), j’ai réussi à les digérer. MAIS LE BORDEL DES CHAMBRES ? SÉRIEUX ? Il faut prévenir les gens. Ne demandez pas de cadeaux de naissance, de jouets pouêt-pouêt pour le bain ou des mobiles à la con attrape-poussières, demandez des coffres pour stocker, pour camoufler, pour pouvoir, à défaut de zapper, balancer tout leur bordel dans un truc fermé. 

On pourrait aussi, si on va par la, zapper les trajets. 

En voiture, en avion, en train aussi. Parce que même si, de temps à autre (et l’âge – et les tablettes – aidant) on arrive à voyager sans avoir envie de se coincer la tête dans la vitre la majorité du trajet, force est de constater que tout trajet avec des enfants est pour le moins un brin énervant. Déjà il faut charger la voiture (ou faire en sorte de ne pas avoir trop de valises AH AH AH) sans se fâcher et sans rajouter à la dernière minute trente-huit petits sachets. Puis, une fois que tout le monde est installé, sanglé (un peu de sueur sous les aisselles après cette épreuve du siège auto), il faut rouler et les OCCUPER. Bin oui, on vous avait pas dit ? Avoir un enfant c’est devenir GO. Gratis. Passer 8h de bagnole à faire le DJ,  à gérer les goûts musicaux (de chiotte) des nains et à proposer un petit bonbon pour passer le temps ou un jeu à la con pour passer le temps (again), c'est quand même pas une vie.
Ah si, pardon, on me dit que je l'ai choisie cette vie de parent. Gulp.



On zapperait bien aussi :



  • Les courses tri-hebdomadaires pour cause de manque vital de petits suisses ou de couches taille 4. OU le Divin-Nutella-Huile-de-Palme. Voire PIRE : le Pringeuls (du Mâle)
  • Les godasses partout. En 24/25/27 (elles sont trop petites songeons à les ranger)/28/29/30/31. Partout. Pleine de terre sèche. Une sous un lit, lancée par une fashionnista agacée de ne pas savoir faire ses lacets. L'autre dans l'entrée, flemme de la ranger.
  • Les HOUSSES DE COUETTES à remettre. Avec les alèse, les draps housse, les serviettes éponge parce que l'alèse déconne sévère. Les lits superposés, les couettes Oui-Oui "MAIS JE VOULAIS LA COUETTE REINE DES NEIGE MOUAAAA".
  • Les lessives. On ne rigole pas, j'ai parfois envie de les envoyer à l'école en slip. Parce que j'en ai marre de retrouver le lendemain matin dans la machine des trucs que j'ai rangé la veille en pestant.
  • Le vomi. Sérieux dans la série "JE PEUX PAS JE PEUX PAS" le vomi atteint le grade ultime. Avec les poux. Ah oui les poux si on pouvait zapper les poux je prends aussi. Et les verrues. Les IMMONDICES quoi. Virez-les moi.
  • Les verres d'eau à éponger, les spaghettis à ramasser, le chocolat sur les murs à nettoyer (coucou Nano). Les petits morceaux de papier découpés au sol. La colle UHU (à 1000 euros le tube) ouverte et séchée sur le plancher. Les conneries quoi. 




On zapperait bien tout ça, oui, faut le dire. On mettrait évidemment bien sur pause les câlins serrés et les moments où on s'arrête entre deux portes pour les regarder jouer en se disant niaisement que voilà, on touche du doigt le bonheur. On se dit souvent que ça file trop vite, si si je vous assure, c'est un truc de vieux parent ça, de dire "vous verrez ça file trop vite" (perso j'avais envie de décapiter ceux qui me disaient ça mais BORDEL c'est vrai). Mais c'est bien que ça file en fait. On fait ainsi le tri entre le chouette et le moisi.
Ne reste que le chouette (et un arrière-goût de moisi, ok j'avoue).
Ne reste que le chouette et les raisons pour lesquelles on se lève la nuit.



8 mars 2021

10 choses dont le Nain se fiche ÉPERDUMENT

Il faut l'avouer, le Nain s'intéresse à plein de choses pour peu qu'on lui apprenne à les apprécier.
Ne remuez pas la tête d'un air blasé en regardant votre propre nain couché par terre sur le parquet flottant du salon en train de crayonner des "machines à boulets de canon moches" ou des "châteaux d'Arendelle hideux" à l'aide d'un feutre marron , le Nain peut être créatif et passionné. Il peut être un enfant mignon, aux yeux grands ouverts, contemplant d'un air stupéfait un merveilleux vaisseau de Star Wars dans la vitrine du Joué Club. Il peut être cet être délicat qui avoue ADORER les nouveaux goûters moelleux que vous avez acheté (une belle promo par pack de 12 au Carrouf).

Il peut, par moment, être un petit humain NORMAL, sans cris, sans hurlements. Il peut parler comme un enfant, avec une petite voix mignonne sans vous hurler "J'AI SOIF MOUA" pour avoir de l'eau ou bien "JE DETESTE LES COMPOTES AVEC MORCEAUX" lorsque vous lui tendez avec générosité la dernière pomme-manque.

Oui, votre enfant PEUT, par moment, avoir un comportement normal. Il peut être sensible à ce et ceux qui l'entourent. Il peut être juste exactement comme vous le souhaitiez.
Mais c'est rare. Et bien souvent, l'enfant s'en fiche. De tout ce qui vous importe, de tout ce que vous pourriez penser qui va lui importer.

Des exemples? Il y en aurait des milliers.
J'en ai sélectionné 10 pour commencer, inutile de vous dire que j'ai ordonné aux nains de m'arracher à mon clavier pour ne pas y passer la nuit. Voilà donc 10 petites choses dont le Nain se contrefiche. Carrément. Et au quotidien. Enfin les miens hein, parce que vous avez peut être la chance d'avoir des nains plus maniaco-normaux que mes quatre mariolos qui ne sont pas exactement ancré dans la normalitude.







1) Le fait d'avoir le nez qui coule

Parfois j'entends un reniflement dégueulasse. Parfois ça se contente d'ailleurs de renifler, mais parfois ça ravale. Parfois ça fait un bruit de mec bourré. Parfois ça me dit "Maman a né i coule". Et je sens contre mon poignet une douce humidité.
Le nain a le nez qui coule transparent les bons jours, jaune et vert les mauvais. Peu importe, il sait renifler avec un bruit étonnamment dégeu pour son âge, il sait utiliser sa manche (du polo à 32 euros reçu dans sa box Little Cigogne- faites moi penser à ne plus commander de sweats mais des chapeaux) pour se moucher. Il sait également, m'assure t-il, souffler par le nez comme les joggeurs au bord du trottoir et se retrouver le visage intégralement couvert de morve visqueuse à 8h32 devant l'école. Tout en jurant que SI SI, les gens qui courent se mouchent comme ça dans l'herbe sans mouchoir (mais avec dextérité).

Avoir de la morve séchée croûtée sous le nez ne lui pose pas vraiment de souci et il sait tout à fait souffler par le nez dans le mouchoir. Sauf qu'il ne sait pas super bien tenir le mouchoir et que lorsque je le tiens, je me retrouve systématiquement avec l'intégralité de la narine au creux de la main, tandis que le mouchoir reste désespérément immaculé.

Je m'entends : SOUFFLE. FORT. PLUS FORT. MAIS SOUFFLEU SOUFFLEU.
Lui montrer (enfin faire semblant).
Menacer de la pipette.
Récupérer les crottes de nez apparentes et dire ça ira bien va.

2) La fringue dégueulasse

Certains matins, tu hésites. En effet, le jean que tu comptais enfiler a une petite tache de
- terre (tu as porté un nain en mode "mou-feignasse" aux chaussures crottées)
- morve (un nain en larmes à la suite d'une chute de toboggan ou d'une déception "maman ne veut pas que j'emmène mon branchage de 5 mètres de long à la maison" est venu chouiner dans tes jambes)
- sauce tomate (manifestement les spaghettis bolognaise n'étaient pas au goût de la petite qui les as carrément balancé sur tes genoux, Ô toi, esclave, ôte moi cette basse nourriture de devant ma vue).

Du coup tu frottes avec un bout de serviette éponge humidifiée pour tenter d'atténuer la tâche puisque l'autre jean te moule le ventre encore dodu et qu'il est hors de question que tu enfiles des collants vu la taille de tes poils de jambes. Bref, le porté de jean "limite" est un sport que tu maîtrises.

Le nain, lui, trouve que son jogging est TOUT à FAIT METTABLE.
Mais oui, bien sûr. A condition qu'on trouve que les traces de sable poussiéreux du parc de la veille, que le morceau de carotte de la salade de carottes rapées collé sur la cuisse grâce au miel du yaourt, et que les bas terreux (une sombre flaque stagnante) soient des effets de mode charmants et plutôt tendances.

De mon côté, j'aime que mes nains aient l'air CORRECTS à l'école. Leurs vêtements sont plus ou moins repassés (selon le temps que j'ai eu devant la centrale ou selon ma rapidité à bondir tel un oiseau en forme devant le sèche linge pour replié les petits vêtements encore chauds). Pour certaines c'est le kiff, pour moi c'est un coup de bol.

Bref, les nains iraient à l'école en guenilles du moment que ça s'appelle jogging et robe qui tourne. Les nains trouvent que les longues traces de yaourt "ne se voient pas du tout" et ne comprennent pas que "tu es habillé comme un porc qui aurait enfilé les vêtements d'un rat d'égout" n'est pas un compliment.

En clair, je m'efforce d'avoir du jogging propre et de la robe qui tourne sans trace de chocolat si je veux éviter le drame du Nain Modeur chaque matin.





3) Les chaussettes identiques 


Là, j'avoue, ça m'arrange plutôt.
Même si Moyen Nain tique parce que Monday ne va décidément pas avec Friday (il fait anglais le lundi), il se contente de râler parce qu'il a du mal à les enfiler seul. Oui, à 6 ans, enfiler ses chaussettes SEUL c'est inhumain, vous en conviendrez.

J'ai découvert, en arrivant à Thonon, cette petite boutique en ligne Des Pas Rayés qui vend des chaussettes dépareillées plutôt chouettes, et je pense qu'on va pouvoir leur faire clairement de la concurrence ici. Ou devenir des mascottes.

En même temps, j'ai beau faire du mieux que je peux, je continue à amasser des chaussettes seules, des chaussettes 15/19 alors que Nano chausse du 21. Ne me dites pas d'accrocher tout ça avec des pinces. QUI a le temps de faire ça? Hein? (me sentez-vous un brin dépassée par ces milliers de chaussettes qui hurlent à la solitude dans leur bassine?)


4) Le mode d'utilisation du savon dans le bain

Un être normalement constitué sait se servir du savon. Pour plus de simplicité, nous avons d'ailleurs opté pour un flacon-pompe qui délivre à l'enfant malhabile la dose EXACTE pile dans sa petite mimine de nain. SAUF QUE non.

- JE VEUX SORTIIIIIIIIIIIR!!
- Attends Nano, tu t'es lavée?
- Ah? Bin non pas lavée.
- Je te mets du savon?
- NON MOI SEULE.

Sachez tout de même qu'un petit être délicat et aimable comme Nano, à la main légère et mignonne ne peut appuyer sur le flacon pompe sans faire glisser le flacon pompe dans la baignoire > sur son pied ou son genou > occasionnant par là un cri de douleur strident et une crise de larmes.
-
Le mieux est donc d'aider tout de même le digne représentant du Terribeul Two à se servir en savon. Nano, ici, EXIGE tout en douceur (environ 70 décibel) qu'on lui dépose une noisette de gel mouche dans chaque paume pour ensuite se laver le corps en répétant : zenou, bidon, le cou, les fesses, la zézétte et les pieds (le tout étant placé de manière plus ou moins approximative).

Il faut ensuite se rincer et ne plus avoir envie de sortir du tout puisque le savon a créé de la mousse et qu'on peut se la coller au menton pour faire "Comme Papa Noyel".

Les grands, eux, peuvent se servir plus aisément du flacon pompe. Ils n'ont pas besoin de moi d'ailleurs, pour en vider le contenu dans un gobelet et faire une potion magico-gâchis qu'ils laissent refroidir sur le rebord, créant ainsi une mixture grasse et gelée pour le prochain utilisateur de la baignoire.

Et ils affirment TOUS s'être lavés puisqu'ils baignent dans une eau savonneuse.
Et je m'entends dire, bah, ça ira.

5) L'heure du repas

Je me fais penser à Fabienne Lepic (Fais pas ci Fais pas ça pour ceux qui n'auraient aucune culture télévisuelle des séries estampillées famille).
Au moment de passer à table, personne ne réagit. Ou bien juste la petite qui va hurler "A PLAAAAABE" dans tout l'appartement mais puisqu'elle crie toute la journée, personne ne lui prête vraiment attention.

En revanche, vers 10h21 ou vers 14h43, il y a toujours un nain qui vient chouiner qu'il va mourir de faim s'il ne mange pas un truc. Genre un Pringeuls ou une tablette de chocolat (tout est dans la mesure).
Le nain a une horloge biologico-bouffe complètement déréglée, complètement indexée sur son ennui. Il a terminé sa partie de légo? Il mangerait bien un petit Pépito. Normal.
Et au moment de manger, il rechigne, il demande "on mange quoi?" auquel on répond inlassablement "du Goûte-y et du Mange-en" (ou bien "du caca de chien" si on est agacé).

On entend un "Han maman n'importe quoi, je parie qu'on mange des pâtes??" (mais comment a-t-il deviné?) et un dernier
- J'aime pas trop ces pâtes-là.
Auquel on répond qu'on n'est pas au resto et que s'il n'est pas content qu'il peut quitter la table.

Mais le nain se fiche de ton repas, le nain ne sait pas que ta sauce bolognaise a été faite avec amour et délicatesse, il n'a aucune considération pour ton hachis parmentier maison et préfère encore les gnocchis poelés.

Bref, le Nain se fiche du repas, de son horaire et de ton implication culinaire. S'il pouvait avoir un distributeur de curlys, croyez-moi, ça serait parfait.






6) L'heure du coucher - l'heure du lever

Nous avons une heure du coucher bien reglée, entre 20h et 20h30 pour éspérer avoir un semblant de soirée une fois tous les relevers débiles gérés.
Les nains n'ont aucune idée de l'heure du coucher pour le moment (sauf le grand qui n'en fait pas une maladie puisqu'il a le droit de bouquiner 10 minutes de plus dans son lit du moment qu'il ne fanfaronne pas avec son privilège) et Nano qui décide elle-même en règle générale de l'heure de son "petit dodo". A partir du moment où elle est motivée, elle empoigne son oreiller, ses dix-huit mille tétines et essaie de grimper dans son lit (il va falloir qu'on liquide notre lit à barreaux mais je ne me sens pas encore la force de gérer les relevers débiles du Tyran Domestique).

Bref, il suffit de leur dire "on a super veillé ce soir" pour qu'ils pensent avoir fait la fiesta jusqu'à minuit. Vous pensez bien que personne ne les contredit.

Le lever, en revanche, est beaucoup plus aléatoire et malgré l'investissement dans un réveil mouton il y a 5 ans, il est clair que j'ai enfanté de quelques lève-tôt, trop tôt.
Des amis se plaignaient récemment du 8h30 de leurs enfants.
J'ai eu envie de pleurer en songeant que le réveil mouton était reglé chez nous sur 7h20 semaine/ouikend/vacances et jours fériés.
Et respecté à la seconde prêt depuis ce choix raisonnable. A 7h21, des petits pas résonnent.
J'ai beau leur expliquer que PERSONNE ne se lève de manière volontaire à 7h20 un dimanche, ils me regardent d'un air circonspect en se demandant pourquoi leur mère est si rabat-joie.


7) Sa position sur le canapé pendant qu'il regarde la télé

Les pieds sur le rebord.
Les pieds dans la bouche.
La tête à l'envers.

Les mains dans la bouche.
Les fesses sur le haut du canapé.
Un slip.
Une robe de Cendrillon.

Si le Mâle et moi nous tenions comme ça devant notre écran, je crois qu'on pourrait directement se faire interner ou en tout cas recevoir une dose quotidienne de Ritaline (ou du CalmiVet du chien).

Le nain se contrefiche totalement de la bienséance, il réussit à prendre des postures digne d'un Grand Yogi et n'a aucune gêne quant à sa main dans le slip malgré le "SORS TA MAIN DU SLIP" lancé à tout bout de champ. Surtout quand on a des invités.

(mais que c'est bon non de se vautrer sans y penser dans le canapé et de changer de position toute les trois secondes,de courir faire pipi - d'en mettre plein la cuvette- et de revenir se vautrer dans les couchins)

8) Le nombre de calories ingurgitées

Sans être une obsédée du poids, sans être totalement angoissée par la teneur en GRAS de ce que je mange, j'ai gardé de mes six mois de régime quelques réflexes à peu près sains (non, l'Abondance quotidienne n'est pas un geste sain mais plutôt un geste vital).
J'évite de m'enchaîner un repas burger/frites/boisson sucrée le midi et un Mont d'Or le soir avec vin blanc et fondue au chocolat. De la même façon, si je sais que je vais beaucoup manger le week-end, j'essaie de faire un peu plus léger en fin de semaine, histoire de ne pas accumuler de la calories trop rapidement.

Note : le Mâle vous dirait que le fait d'avoir beaucoup mangé le lundi n'empêche pas d'avoir faim le mardi. Et vous ajouterait que NON, le Magnum ce n'est pas TROP GROS et que NON, les frites ce n'est pas gras puisque ce ne sont tout de même que des patates.
Bref, le Mâle a 35 ans, le ventre plat et énerve tout le monde.

Le Nain a hérité de son père cette capacité à manger du gras calorique n'importe quand et à n'importe quelle dose. JAMAIS le Nain ne me dit "non, Maman, fais plutôt une petite soupe ce soir, j'ai bien mangé à midi".
Jamais je n'ai entendu non plus le "Où est le tiers de légumes accompagnant ma portion de protéines et de féculents?".
Nan. De temps à autre, ils me réclament un bouillon. Mais pas pour faire léger, juste parce qu'ils kiffent le bouillon aux billes magiques.
Les nains ne sont pas fanatiques du repas diet, comme on dit. Ils sont capables d'engloutir 5 Princes au goûter.
Moi, je ne peux plus. Juste parce que je SAIS combien de temps je dois courir pour perdre un seul de ces foutus Princes.


9) Le rangement

Encore ce matin, j'ai du hurler à la manière d'une mégère exécrable, armée d'un sac poubelle 30 litres pour que les nains daignent ramasser la mer de Légos qui s'étendait sur le sol de leur chambre.
S'ils avaient une ONCE de jugeotte, ils auraient su que je bluffais. En effet, si j'avais voulu benner leurs jouets, ils m'aurait fallu un BIG BAG d'une tonne (au bas mot).

Mais ça a eu son petit effet, comme toujours, et même si j'ai eu un brin de culpabilité (passagère), j'avoue avoir souri de béatitude en pouvant me rendre sans trébucher jusqu'à leurs lits pour en changer les draps (car oui, le nain pourrait dormir deux mois dans la même couette Princesse aussi- coucou l'hygiène).

Ce n'est pas grand chose le rangement, mais ça a le don de me mettre hors de moi. J'ai le sentiment parfois d'être juste la BONNE (qui fait aussi cuisinière, remplisseuse de verres d'eau à la demande, blanchisseuse, dog-sitter et responsable en chef de l'état de la cuvette des toilettes).
Mais le Nain trouve que "ça va, c'est rangé" à partir du moment où il peut ouvrir sa porte de chambre. Il pense que "c'est nickel" quand il voit tous ses légos.
Il ne pige pas que "ON DIRAIT LA MAISON DES COCHONS" n'est pas forcément un encouragement de ma part.

Mais je ne sais pas, les nains sont bordéliques. Ils bouquinent et laissent le livre en place.
Ils dessinent et découpent et laissent le dessin et tous les petits papiers découpés impossibles à attraper à moins de mouiller son doigt PAR TERRE.
Ils sortent des bonhommes lourdement armés de haches et de casques à pointe et les dépose sur un lieu de passage fréquent.
Ils jouent avec caddie et poussettes et les abandonnent quand une autre idée lumineuse vient les frapper.

Le rangement vient avec le temps je crois.
(vivement que le Mâle soit grand).


10) L’électricité

Je terminerai ces dix points par une phrase que j'ai entendu longtemps dans la bouche de mes parents (en alternance avec le fameux "Ton père est pas vitrier" lorsque l'un d'entre nous stagnait bêtement devant la télé un soir de Fort Boyard).

Une phrase qui n'avait pour moi aucun sens. Aucun.
Et que je répète, désormais, environ dix fois par jour. En arpentant l'appartement. En rentrant d'un air agacé dans les pièces, dès 8h du matin. En appuyant d'un geste parfois rageur sur les interrupteurs. En maugréant à voix basse ou en rouspétant à voix haute.

"BORDAYL ON NE BOSSE PAS CHEZ EDF!!!"

Voilà.
Mais ça, le Nain s'en contrefiche.
Il a besoin de lumière, il allume.
Il a besoin de changer de pièce, il change de pièce.
Il lui manque juste un petit réflexe (ou bien un stage chez EDF).

Et puisque manifestement, Papacube et moi avons les mêmes soucis !!!



To be continued...évidemment.
Parce que le nain se fiche aussi de la température du bain (qui n'a jamais trouvé des nains hilares pataugeant dans une eau tiédasse?), du fait que vous ayez payé son pantalon INDESTRUCTIBLE environ 20 EUROS NOM DE NOM, et du temps que vous avez mis à préparer ce gâteau qu'il décrète "pas mauvais mais un peu dégueu".

Alors qu'il y a aussi des choses dont le nain ne se fiche pas, on en reparlera, du temps passé en voiture qui est toujours démesurément TROP LOOOOOONG et du fait de boire ou de manger derrière son frère ou sa soeur, acte clairement DEGUEULASSE s'il en est.

D'ici là, prenez soin de vous et n'oubliez pas d'éteindre en sortant (et de passer un coup de torchon sur votre tee-shirt, il me semble y voir une trace de yaourt à la cerise).


2 mars 2021

Participer au Trek'in Gazelles 2021

 



Si vous me suivez sur les réseaux vous savez que je pratique (quand je peux) la course à pied, le trail étant vraiment mon sport de prédilection (un brin mis en veille depuis mon déménagement dans le plat pays). Mais j'aime courir en montagne, j'aime marcher en montagne, j'aime être seule et avancer, atteindre des sommets et me dire "purée tu l'as fait" (le tout avec une bonne tête de vainqueur)  




J'ai commencé à courir en 2013 pour me retrouver et puis finalement il se trouve que je suis bien plus aimable depuis que je cours régulièrement, alors j'ai continué. Evidemment avec mon rythme sympathique entre Bruxelles, Paris et les TGV qui roulent ainsi que les PCR à faire, je cours moins mais j'aime toujours prendre l'air, respirer et laisser de côté mille choses qui m'importunent (non, pas que les gosses je vous vois venir - d'ailleurs j'emmène souvent un enfant courir comme quoi je suis vraiment sympathique).

BREF, si vous voulez mon histoire de mère épuisée qui se met au running c'est par ici et par là 

Si vous me suivez sur les réseaux (bis) vous savez aussi que j'ai participé en 2019 au Finland Trophy avec Marion, extraordinaire maman et amie que vous pouvez suivre sur son compte Instagram : @apreslapluievientlesoleil 
Nous avions couru à l'époque pour Oscar Lambret et récolté près de 35 000 euros.


et que j'ai participé en 2020 au Raid Défi d'Elles Destination Islande, malheureusement écourté par les conditions météos, avec Amélie @amelieeinaudi sur Instagram, extraordinaire maman et amie (et également collègue de boulot sur la Maison des Maternelles). Nous avions couru pour l'Institut Curie et récolté près de 15 000 euros. 


(je prépare en parallèle un article sur "comment courir un raid polaire sans crever de froid sachez-le)


Vous vous doutez bien que 2021 va également rimer avec Défi Sportif au profit d'une jolie cause et c'est la raison de mon post du jour. 



Il se trouve que nous allons, avec Marion et Amélie, renoncer aux températures négatives puisque nous participerons, du 6 au 11 novembre 2021, au premier TREK organisé par Maienga (qui organise par ailleurs le Rallye Aïcha des Gazelles), le TREK'IN GAZELLES.

Et que votre humble servitrice est même AMBASSADRICE (ce qui fait drôlement rire mon mec, rapport au fait que je suis capable de perdre partout) 







Cette fois-ci, point de voiture, mais nos petits pieds et nos petits cerveaux de mères pour relier des étapes, le tout sans téléphone, sans GPS, mais avec notre humour et notre humour (oui parce que c'est bien là notre grande qualité commune).




(j'ai un doute sur le "pointer toutes les balises de passage" mais en revanche je peux te dire qu'on ne va rater aucun déchet).



CONCEPT : 

L'idée est simple, en 4 jours nous devrons relier différents check points  distants de 20km. L'idée est de pointer en un minimum de kilomètres et non en un minimum de temps. Pas de speed, pas de course effrénée mais cette possibilité de PROFITER, d'en prendre plein la vue et du temps pour s'engueuler quant au chemin à prendre : faut-il contourner la montagne ? Faut-il la franchir ? 

Un trek solidaire également et c'est important : 



Ce qui est chouette ?? (à part le fait de partir avec ses amies pour une jolie course pour une jolie cause?)

C'est qu'il n'y aura ni GPS, ni téléphones ni autres moyens de communication. 
Quelqu'un vous donnera de nos nouvelles (surtout si je me fais dévorer par un fenec tandis qu'Amélie et Marion récupère mon sac à dos et mes chaussures pour les revendre au black market) mais de notre côté nous n'aurons aucun moyen de nous guider (sauf un rapporteur breton et une boussole LOL)

Et vous savez quoi ? Hé bien je crois que ça va nous faire du bien en 2021 de ne compter que sur nos petits neurones défaillants de mamans. De ne pas dégainer nos smartphones, de ne pas utiliser un google Maps (puisque de toute façon je réussis à me perdre avec Google Maps).


En clair un magnifique défi. Au profit d'une association qui compte énormément pour nous : La Voix de l'Enfant. 



Cette association est une fédération de 82 associations membres qui interviennent dans 80 pays. Que ce soit pour défendre un mineur isolé, ou parler des projets de l’association, à l’instar des Unités d'accueil pédiatriques enfance en Danger (UAPED) mises en place pour recueillir la parole des enfants maltraités, La Voix de l'Enfant est une vraie force de proposition et ne manque pas d’interpeler les Pouvoirs Publics, les administrations et d’informer l’opinion publique par les médias en rappelant que tout enfant a droit à son enfance.

Qui plus est, cette association fête, tout comme ma petite personne, ses 40 ans en 2021 (enfant de Pierre Bachelet je suis). Pas de hasard. 


EN BREF, la TEAM SURICATES (oui on a opté pour ce petit animal vif et malin, à notre image) va participer au Trek'in Gazelles et vous pouvez nous retrouver sur Instagram. 



QUI PART AVEC NOUS ?

Nous avons l'immense joie de partir avec une équipe BELGE qu'on aime d'amour : La Team Mamzelles  qui va également soutenir la Voix de l'Enfant avec nous, nous sommes très très heureuses de les avoir à nos côtés !! 





NEXT STEPS (oui en organisation on parle angliche et rétro planning) : 

- Ouvrir une cagnotte pour récolter des fonds pour la Voix de l'Enfant, je vous tiendrai au courant de l'avancée de cette cagnotte. 

- Participer à un stage d'orientation pour apprendre à se diriger avec les instruments étranges susmentionnés (histoire qu'on ne se fasse pas vraiment dévorer par un fenec des sables).


- Trouver un équipement pour marcher dans le désert, nous sommes preneuses de toutes vos recommandations, et évidemment si un équipementier veut nous sponsoriser c'est avec plaisir (mais à ses risques et périls). 


grâce à ce compas de visée je maîtrise ma trajectoire de toute évidence


Pour en savoir plus sur le Trek c'est sur le site du Trek'in Gazelles et je reste à votre disposition si vous avez des questions (ou des conseils sur l'utilisation d'une boussole) 

Et si vous êtes trois et que vous avez envie de tenter l'aventure avec nous, hé bien c'est ici (et ça nous ferait drôlement plaisir de ne pas être seules perdues dans le désert Marocain) : https://www.trekingazelles.com/participer/demande-infos/ 





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...