21 août 2014

Un adulte, quatre nains, un chien, un minibus - ROUND 1

Il y a des choses du quotidien comme ça qui semblent impossibles tant qu’on ne les a pas tentées. 
Avoir quatre enfants me le prouve chaque jour. 


Ce sont des petites choses comme aller faire les courses avec les quatre (sans revenir avec huit cent boîtes de tictac – la nouvelle lubie nainesque) ou encore se faire une petite piscine avec deux non nageuses agrippées telles des bébés koalas à mon cou + deux nageurs qui, en fait, aiment tout de même bien s’accrocher à mes bras (et ouvrir la porte de la cabine quand je suis nue, et avoir envie de faire caca PILE lorsqu'on est tous les quatre vautrés dans la pataugeoire).

Ce sont des petites activités qui se font finalement très bien avec quatre enfants, pour peu qu’on soit organisée, bien équipée et munie d’un excellent déodorant (et d’un sourire pour le public agacé par les cris des nains). 


Cet été, j’ai d’ailleurs tenté par deux fois une chose qui me faisait frémir d’avance : un long trajet en voiture SEULE avec les enfants. 
Quand je dis long je veux dire plus long que les dix minutes qui me séparent du Grand Frais (qui semblent parfois très longues lorsque Nano a décidé de tester sa puissance vocale). 
Quand je dis long je veux dire que cet été, j’ai opté pour le trajet de l’angoisse, pas moins de 600 kilomètres toute seule avec quatre nains, la plus jeune ayant (je le rappelle pour les deux du fond) 19 mois et un cri de putois hystérique bien aiguisé, les moyens ayant 3 ans et demi et 5 ans et demi, puis le grand, qui plafonne à 7 ans.
Quatre sièges autos, la voiture blindée de valises, de cabas (je suis la « Queen du Cabas » au grand désespoir du Mâle) et de menues choses pour faciliter le trajet, un chien allongé sur un drap blanc (feu le drap) et des glacières remplies de choses délectables pour les nains. 

Il m’a fallu sept heures à chaque fois, une bonne dose d’humour, de patience et une playlist d’enfer. Il m’a fallu hurler un bon coup, manger des Choco-BN dans le camion (diraient mes amis bobos-parisiens qui ne trouvent pas mon minibus élégant), et traîner quatre nains dans des toilettes « pipi-routier ». 

Mais je crois que je vais vous raconter ça un peu plus en détail. 
En mixant un peu des deux trajets, je pense qu’on peut réussir à en faire quelque chose de complet et de fort réaliste. 



Pour faciliter votre lecture en ces temps estivaux (quoiqu’en disent les températures extérieures), j’ai tenu à découper mon trajet en quelques parties bien significatives (et comme ça risque d'être long, il y aura deux Rounds).

Chapitre 1 : Départ et première tranche de deux heures où tu te demandes comment tu vas tenir jusqu’à la fin.

La voiture est blindée. C’est un fait. 
Finalement quand le Mâle s’en charge, ce n’est pas si mal. Enfin, là c’est tout de même mieux rangé dans la mesure où VOUS avez attendu que tout soit empaqueté avant de ranger dans la voiture, contrairement au Mâle qui ferme des valises à moitié vide parce qu’il avait décidé qu’il était l’heure de remplir le coffre. 

Note de l’auteur : L’individu Mâle, lorsqu’il a décidé qu’il était l’heure de partir en vacances aimerait qu’on PARTE EN VACANCES. Il n’est donc pas d’humeur à traînasser et remplit la voiture sans attendre que les sacs soient remplis, sans non plus attendre les instructions essentielles type « Ce sac DOIT être à l’avant en cas de vomi ». 


Le coffre est donc joliment organisé et viennent s’ajouter quelques menues choses sur la plage arrière : les polaires des enfants au cas où vous subissiez un froid glacial sur notre route des vacances en plein mois de juillet. C’est POSSIBLE.

A l’avant, les sièges autos sont en place, encore mietteux du dernier trajet, et  à disposition des nains se trouvent environ quarante petits ouvrages passionnants adaptés à l’âge du nain qui se trouve à proximité. On retrouve donc du Tchoupi bruyant (un livre musical agaçant), des TomTom et Nana, des livres de Cars et de Spidermachin, de la BD de nain, des bouquins chouettes à autocollants de la collection Usborne « J’habille ces niaises de Fées et de Princesses » ou bien « J’habille les chevaliers Mongols car c’est passionnant ».

De la tablette chargée à bloc avec des jeux et des dessins animés, de la console si on en a et quelques petits personnages qui se retrouveront bientôt coincés sous la banquette du Trafic, entre deux écrous et une barre en métal. 

A l’avant, vous avez disposé de quoi nourrir les nains à portée de main. 
Des grissinis avec et sans gluten (il y a une relou allergique derrière vous). 
Des pom’potes que les nains pourront déguster et cracher un peu partout (une fois que le nain a compris qu’une fois vide la gourde pouvait être une arme de destruction massive, vous êtes fichus).
Du sucré pour le goûter (même si secrètement vous espérez avoir atteint votre destination pour l’heure du goûter). 
De l’eau, avec un petit bouchon sport sur chaque bouteille. Une bouteille par nain histoire de ne pas entendre le fameux « BOUAPATOUT » hurlé à chaque gorgée par un nain assoiffé. 

Les nains sont attachés et la musique enclenchée.
Le plein est fait (une sombre odeur de gasoil sur vos mains) et il fait beau. Le chien gratte le siège pour s’installer au mieux (c’est vrai quoi, voyager sur une banquette ce n’est pas SI confortable – pourri de chien).
C’est parti. 

Nanonaine feuillette son Tchoupi bruyant. Elle appuie environ quinze fois sur chaque bouton.
« Viens à la crèche avec moi ! »  « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! »
 « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! »
 « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! »
 « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! » « Viens à la crèche avec moi ! »

« Miam Miam ! C’est bon la purée ! »
Ah tiens, elle a changé de page.
Micronaine décolle ses autocollants princesses rose, violet et jaune pour habiller ses amies les princesses. Elle commente chaque tenue et s’énerve lorsqu’elle n’arrive pas à décoller l’autocollant choisi.
- Mamaaaaan ??? Tu peux me décoller les chaussures ?
- Bien sûr chérie, je vais risquer nos vies pour une paire d’escarpins en papier.
- Tiens alors.

Elle me tend l’ouvrage.

- MAIS NON chérie, tu gardes le livre
- Mais je n’ai pas mis de chaussures à Clochette (oui, Micronaine est dans sa phase Clochette, à base de poussière de fée et de Cristalline).
- C’est pas grave, mets lui un sac à main en attendant.
- MAIS MAMAN ON NE PEUT PAS MARCHER AVEC UN SAC A MAIN.
- Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa. Je ne vais pas commencer à me fâcher tout de suite chérie. JE CONDUIS ET JE SUIS TOUTE SEULE. TU VOIS ? PERSONNE ne peut décoller tes godasses alors elles vont marcher pieds nus les Princesses parce que c’est l’été et puis VOILA.

Micronaine boude mais au moins elle se tait. A l’arrière, loin, très loin (vive le minibus) les garçons bouquinent. 

- On peut regarder un dessin animé Maman ?
- Non Moyen Nain, on a dit APRES le repas.
- Et les tablettes ?
- NON, après le repas les écrans tu es sourd ?
- Et la console ?
- Rhaaaaaaaaaaaaaaaaaa. MAIS NON. Tu veux avoir les yeux carrés ou quoi ?
- Non. Mais je peux faire de la console alors ?
- Purée. Tu me saoûles chéri. J’ai dit APRES MANGER.
- Ok. 
- Merci.
- On mange bientôt ?
- ……


La musique choisie est parfaite, pas encore pour les nains, mais une petite compilation d’adulte. 
Il fait gris mais il ne pleut pas. Cela fait 20 minutes que vous roulez (seulement) mais cela ne vous semble pas si compliqué finalement. 
Soudain un cri déchire le pseudo silence (n’oubliez pas que Tchoupi trouve que « Miam Miam c’est bon la purée »).
- Bwaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa….. 



Vous sursautez, manquez de piler.
- Quoi ? Quoi ? Il se passe quoi Micronaine là ?
- Ché  Nanooooooooooo…. (pleurs type Loup Garou hurlant à la lune).
- Ne fait pas le Loup, calme toi et explique moi.
- Ché Nano qui m’a chenvoyé cha dechu
- Enlève cette flutain de tétine de ta bouche et ARCULE chérie, Maman ne comprend rien.
- MAMAN ???  (voix d’outre minibus)
- Quoi Moyen ? Attends, j’essaie de comprendre pourquoi ta sœur hurle !
- NON MAIS MAMAN (il insiste le bougre) !!!
- QUOI purée ?
- On mange bientôt ?
- Tu blagues là ? 
- J’avais oublié.

Vous apprenez que Micronaine pleure de douleur (à noter Loup= douleur intense) car elle a reçu le Tchoupi de sa sœur sur la tête. Au fil du trajet, vous vous rendrez effectivement compte que Nanonaine ADORE jeter les choses dont elle ne veut plus. 
Micronaine recevra donc un ou deux Tchoupi, un mini bouquin de la Reine des Neiges et une tablette (puisque le dessin animé était terminé) ainsi qu’un bébé (un faux). 
- Chérie, elle est petite, elle ne comprend pas qu’il ne faut pas jeter. Tu vois, elle pleure là (elle pleure FORT d’ailleurs). Tu veux bien lui en donner un autre ?
- Non.
- Non mais pourquoi non ?
- Parce qu’elle va encore me le jeter dessus.
- C’est un risque à prendre. Donne lui un petit livre léger comme celui de la Reine des Neiges. 
- Bin non, je le lis moi. 
- Alors après, tu pourras lui prêter.
Nano ayant repéré le mini livre de la Reine des Neiges commence à se manifester : 
- AMOUA ELSAAAAAAAAAAAAA et ANNAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
- Mais pourquoi elle hurle encore ??? 
- Elle veut mon livre.
- Bon, dépêche toi de le lire alors parce qu’elle crie fort. 
- Aaaaaaaah, Elsa et Anna. (Nano a l’air satisfaite)
- Je lui ai donné Maman, elle crie très fort.
- C’est bien ma chérie. Je sais que c’est injuste mais en voiture, celui qui crie fort obtient plus vite les choses.

(information qui n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd)
- MAMAAAAAAAAAAAN ???
- Quoi ?
- J’ai faim.
- Moyen Nain tu n’auras pas ta tablette avant l’heure. J’ai dit pas d’écran avant le repas. 

Chapitre 2 : première pause (au bout d’une heure trente parce que Nano a tout lu et qu’elle pousse des cris rapides mais extrêmement aigus pour s’occuper). Aire coupe-gorge histoire de promener le chien.

- On s’arrête là maman ?
- Oui. On s’arrête là. 
- Mais c’est nul, ya pas de station avec le magasin
- Bien vu mon cher (ce qui nous évitera un drame parce tu veux une petite voiture fabriquée en Molvanie qui coûte 18 euros).
- Mais c’est une aire pipi-routier (Grand Nain a adopté le langage de sa mère)
- Tout a fait mon grand. On va juste faire pipi et faire faire pipi au chien.

Et vous voilà en train de sortir les quatre nains de la voiture. 
- NON TOUTOU TOI TU NE SORS PAS BORDAYL !!
Faut pas déconner, le chien va patienter. 
- VOUS RESTEZ PRES DE MOI C’EST UN PARKING

Voilà un petit moment angoissant comme on les aime : la traversée du parking de l’aire d’autoroute. Vous voilà arrivée dans le bloc sani-dégueu. Homme ou Femme même combat, même odeur. 
- Maman, on va mourir que ça pue.
- C’est vrai que l’odeur n’est pas géniale. Allons dans le GRAND et on va tous faire pipi (et décéder). 

Vous voilà tous les cinq dans l’antichambre de l’éternelle puanteur. Vous respirez par la bouche (dans les romans policiers, les héros sont capables d’assister à des autopsies comme ça, vous n’allez pas flancher, terrassée par une odeur de crotte moisie et d’urine variée tout de même).
Nano (chanceuse porteuse de couche) zone dans la pièce à la recherche d’une bêtise à faire. 
Vous la surveillez du coin de l’œil tout en respirant par la bouche. 

- Non, Nano, on ne TOUCHE PAS les murs (on ne sait jamais). Non, non, le sol non plus. 
NON, tu ne t’approches pas des toilettes. MICRONAINE LÂCHE MOI CETTE CUVETTE (enfin cette absence de cuvette !!).

Tout le monde y passe, vous aussi, tout en priant le Dieu de la Solution Hydroalcoolique pour qu’il vous vienne en aide. 
- C’est joli cette musique non Maman ?
- Hein ?
- La musique des toilettes c’est joli je trouve.
Grand Nain, fin mélomane, s’extasie pour un instrumental d’Autoroute Info.

De retour à la voiture, vous déversez l’intégralité du flacon de solution désinfectante sur vos mains. Pour les nains (et utilisable même sur Nano) une amie vous a envoyé ce divin produit sans alcool qui tue quasiment tous les microbes, l’Aquaint (notez le placement de produit, très utile cela dit pour les trajets en voiture).

Sérieux ce truc est très utile, ça nettoie mains/tétine/TOUT et c'est naturel (OUF)



Il est temps de sortir le chien qui a donné à la voiture une odeur divine.
La laisse, les nains autour de vous, et vous voilà partis pour une mini-balade derrière les Touran de Wondermaman, les Golfs de Nulli et les camions de Bébert le Buldozer (en tout cas c’est le nom que donne le fanion déposé sur le pare-brise).
Le chien est HEUREUX. Pensez-vous. Huit cent odeurs de pissou-canin au m². Il tire comme un débile sur sa laisse, de la même façon que ses congénères, trois mètres plus loin, un sale caniche abricot et un PiouPiou plutôt chic paré de sa casquette vichy (ce qui rend les nains hilares).
Dix minutes et trente-huit pipis plus tard, vous rentrez dans l’habitacle. 
Il est temps d’enclencher un petit dessin animé aux filles à l’avant et de donner les tablettes de jeux aux garçons. Chacun reçoit deux/trois grissinis histoire de se caler avant le repas. 

On tiendra une heure trente de plus. Ouf.



A SUIVRE….



18 août 2014

Comme une première rentrée...

J'avais déjà rédigé un petit article sur la première rentrée en maternelle, celle qui fait (légèrement) flipper le parent, celle qui nous fait dire à toutes et tous : "mon bébé devient grand".

J'avoue que le temps passant (et le nombre de nains augmentant), cette première rentrée ne me fait plus autant d'effet. D'ailleurs cette année, la première rentrée est celle de Moyen Nain qui passe au CP, à la grande école. Micronaine entre chez les Moyens (ne lui dites pas, elle pense entrer chez les grands parce qu'elle est grande) et Grand Nain rentre au CE1.

Nouvelles écoles, nouvelles maîtresses (ou maîtres), nouveaux amis à se faire, nouvelles angoisses (aussi) mais nouvelles activités, nouveaux repères et nouveaux bonheurs. Les rentrées sont toujours accompagnées positivement ici, probablement parce que nous croyons encore à l'école (il vaut mieux quand on sait que c'est mon métier à la base), probablement aussi parce que se plaire à l'école est essentiel pour l'enfant. Alors bien entendu, ils auront durant leur scolarité des enseignant(e)s durs, relous, un peu boulets. C'est ainsi, nous en avons tous eu. Mais il faut apprendre à composer, apprendre à faire avec. Sauf évidemment quand c'est source de souffrance pour l'enfant bien entendu hein, auquel cas le rôle du parent est d'intervenir.

BREF.
L'école reprendra le 2 septembre et cette année, c'est une rentrée un peu particulière pour les enfants dans une école qu'ils ne connaissent pas. Ce sont les nouveaux élèves.

Pour les aider à appréhender cette nouvelle rentrée scolaire, nous avons été voir l'école (de dehors bien sûr) et j'essaie de préparer au mieux (et toujours positivement) le jour J. Les fournitures seront prêtes (HUM - il va bientôt être temps de s'y mettre mais à Thonon, on ne sait pas avant la rentrée ce dont les enfants auront besoin) et les vêtements portés seront les préférés.

Pour les mamans/papas un peu flippés, je vous invite à relire les différents articles que j'avais écrit à ce sujet sur le blog par ici et pour Famili. 

En résumé (pour les feignasses qui n'ont pas le temps de cliquer), voilà mes conseils essentiels pour préparer une rentrée des classes nainesques :

- On explique positivement à quel point l'école c'est chouette. Pour les petits de maternelle comme pour les grands, on peut s'appuyer sur des ouvrages comme les Ptits Docs ou encore notre fameux Tchoupi (pour les petits hein).


Je vous ai mis les petites vignettes Amazon de mes chouchous : 

- les Ptits Docs et Mes ptites questions étant des classiques très très bien fichus, dans l'explicatif et le rassurant.

- Le fameux lapin Simon qui ne veut pas aller à l'école est tout simplement hilarant (et finit par ne plus vouloir la quitter)

- Tchoupi se passe de commentaire non? C'est niais mais ça permet à l'enfant de se situer et de retrouver des éléments de son quotidien à l'école, tout comme le Je vais à l'école, très complet et donc très proche de l'enfant.

- Le bouquin sur la pédagogie positive d'Audrey Akoun est plus adapté aux parents dont les enfants sont en primaire mais délivre des clés très très intéressantes pour les aider à mieux travailler, à gérer leurs devoirs et les différents apprentissages.







- La préparation physique du nain doit également être au top : des couchers peu tardifs la semaine précédant la rentrée et des activités sportives fatigantes le jour J afin que le nain s’endorme sans trop cogiter le soir venu. Vous le verrez de toute façon, l’école fatigue pas mal le nain, alors un coucher entre 20h et 20h30 est nécessaire à votre survie mentale (car le nain fatigué parle très très aigu).


- Côté matériel, optez pour du pratique et pas forcément très onéreux (puisque le nain est peu soigneux). Privilégiez des vêtements et des accessoires que le nain peut gérer seul, des pantalons à ceinture élastique, des baskets à scratch et des chaussons faciles à enfiler.

- Pour le marquage des vêtements vous trouverez moults sites proposant des packs rentrées (de la crèche à l’école élémentaire). A qui S, Cmonétiquette, ou encore StickerKid. Personnellement, j’avoue avoir un petit faible depuis toujours pour les Ludilabel que je trouve ultra choupies (côté qualité à mon avis tout se vaut mais les petits dessins Ludilabel sont mes préférés). Comme je n’ai pas le temps de repasser trente-huit mille étiquettes, j’ai opté pour les LudiSticks que je vous recommande, ça ne bouge pas du tout malgré les lavages.


- Le jour J : évitez d’en faire des caisses mais accompagnez de manière rassurante votre enfant. Si vous ne vous sentez pas de taille à affronter la rentrée envoyez-y votre conjoint(e), inutile de fondre en larmes devant la porte de la classe, ça n’aidera pas votre nain à se sentir en confiance. Si votre enfant pleure, rassurez-le et restez un peu. Mais ne vous attardez pas. Bien souvent, le nain chouine un peu puis se retrouve avec d’autres nains autour d’un jeu, autour d’une histoire ou d’une chanson. Croyez-moi, les maîtresses n’aiment pas plus que vous entendre un nain chouiner toute la matinée (oui ça agace) et du coup, elles font tout pour que les nains soient calmés et heureux d’être là.

- Pleurer en allant à l’école le matin pendant quelques jours, voire quelques semaines, c’est normal. Si la maîtresse vous assure que tout va bien durant la journée, ne vous inquiétez pas. En revanche, un enfant qui se met dans des états impossibles et qui ne se calme pas une fois dans la classe et durant les activités doit vous alarmer. Prenez rendez-vous avec l’enseignant(e) pour en savoir plus mais de toute façon personne ne doit laisser une situation difficile s'installer. 


Mais sinon, la rentrée.....




Hé oui, le nain a du mal à se situer dans le temps.
La rentrée pour lui c'est dans deux semaines, certes, mais ça ne lui parle pas.
D'ailleurs, il pense qu'hier c'était ce matin et vous demande à quelle heure il va goûter alors qu'il sort de son repas du soir.
BOULET temporel en puissance, il faut l'aider à se situer et pour se faire, j’ai l’honneur de vous présenter mon partenaire rentrée de cette année : C dans combien de dodos ?
J’ai en effet accepté de relayer l’initiative de cette boutique qui propose des petits coffrets « Combien de dodos » pour faire patienter ludiquement les nains à l’approche d’une date importante (un anniversaire par exemple, ou la rentrée dans notre cas précis).

Cette petite boîte contient 5 cases, à la manière d’un calendrier de l’avent, à ouvrir durant les 5 jours précédant la rentrée des classes. A l’intérieur, des petits cadeaux nainesques plutôt chouettes (j’avoue avoir un faible pour le petit set de papeterie Hibou que je vais dérober discrètement et remplacer par trois sachets de smarties – bin quoi ?).

J’ai trouvé l’idée originale et sympathique, accompagnant positivement la semaine pré-rentrée, avec une petite attention quotidienne pour le nain, ravi finalement de voir les jours passer avant l’école.

un petit cadeau surprise (je garde la surprise), une baballe globe terrestre, une sucette, un réveil matin et un kit Hibou...


Je vais tout bien remettre ne vous en faites pas, les nains n'y verront que du feu 


Evidemment, ce type d’idées donne des idées et rien ne vous empêche de fabriquer un petit décompte à votre manière pour votre adorable nain. En attendant, je suis plutôt prise par le temps (et peu douée de mes mains) alors je suis bien contente d’avoir cette petite boîte pour les miens.
On a décidé d’ouvrir une case chacun jusqu’à la rentrée et de dispatcher ensuite les cadeaux entre nous (il n’y a que le Mâle qui n’aura rien, pauvre petit Mâle).

C dans combien de dodos vous propose de remporter une de ces boîtes pour aider votre adorable nain à préparer sa rentrée (sympa non ?). Comme les délais sont plutôt courts (hé oui, ça approche mine de rien), je vous laisse J’aimer la page Facebook de C dans combien de dodos (si vous le souhaitez) et me dire en commentaire à quoi ressemble votre rentrée (école maternelle ? élémentaire ? crèche ? stress ??).

Le tirage au sort aura lieu Jeudi 21 août afin que vous puissiez recevoir votre Box Dodo à temps !!
D'ici là, comptons les jours amis Parents!!


PS: pour la rentrée en Maternelle (ou autre), n'oubliez pas d'aller participer au petit concours Coq en Pâte histoire de remporter un petit sac ultra choupi.

14 août 2014

Une rentrée bio avec coq en pâte (et 3 sacs pour la maternelle !)

C’est bientôt la rentrée (si si) et même si je n’ai pas encore acheté mes fournitures scolaires (procrastine now and panic later) j’ai eu la chance de recevoir par le biais du blog pas mal de propositions de partenariat estampillées « rentrée scolaire ». 

Evidemment, je n’ai ni le temps ni le temps (quand on ne l’a vraiment pas, on a le droit de le dire deux fois) de faire mille billets pour des fournitures scolaires, des sacs à dos (même s'ils sont mignons) ou des boîtes de feutres. Surtout que je n'ai toujours pas de connexion internet digne de ce nom (je vous écris avec un câble ethernet dans l'oreille pour tenter de capter quelque chose). 

De ce fait, j'ai opté pour une seule marque que j’apprécie, que j’utilise et que je trouve vraiment chouette : Coq en Pâte
Pour ceux qui ne connaissent pas, peut être que ces quelques produits vous diront quelque chose :

bavoir serviette pour grand nain

besace engagée

pochette pour la team hibou


petite trousse bio


On les trouve bien souvent en magasin bio puisque leur créneau c’est le bio, le durable, l’écologie, le recyclage et la préservation des espèces. Pas mal de sujets qui me touchent, moi aussi, et qui touchent les nains, surtout le Grand qui est dans sa période « surveillance de tout instant » (= on se fait pourrir si l’eau coule trois secondes de trop quand on se lave les dents). Je ne me plains pas, je les élève comme ça, on essaie de ne pas gâcher, on ne jette rien par terre (voire on ramasse les déchets des autres biiiiiih) et sans être dans l’obsession, on trie à notre échelle, on composte quand on peut et on essaie au maximum d’œuvrer pour la planète (enfin pas contre elle au pire des cas).

BREF. Tout cela pour vous présenter la nouvelle collection de la marque pour la rentrée scolaire.
J’aime beaucoup cette collection designée par Mibo. Elle est à la fois super choupie (oui, je suis très sensible à la choupitude des choses) et se positionne en même temps pour la sauvegarde des espèces grâce au SOS en morse inscrit sur les sacs, cartables et cie.



Save our Species.
Alors oui, vous me direz que c’est facile et démago de mettre ça sur des sacs.  Mais Coq en Pâte a le mérite de le faire, d’interpeller et d’avoir une éthique équitable. Comme je le dis toujours, c’est déjà ça. Toutes les créations de Coq en Pâte sont animées par cet état d'esprit et je trouve ça plutôt chouette. Au delà du coton bio, au delà du sans-produit-vilain-pas-bon, il y a un message et ça compte.



L'idée est toujours d'avoir un produit intelligent et porteur de sens. Et je trouve que ça marche.
celui là est en promo à 8 euros (je sens que Moyen Nain va être content). 




Pour la rentrée scolaire, donc (revenons à nos moutons), j’ai reçu ce petit modèle pour Micronaine. 

chou non?

le papier d'alu témoigne du carré de chocolat que je viens de m'enfiler ;)

Inutile de vous le dire (car ça se voit sur l'image) que la qualité du sac est extra 


Avec un porte-monnaie très chouette (que j’ai récupéré pour faire mon marché – bin quoi ?). Je vous l’aurais bien mis en vraie photo mais il est dans un carton. Promis je vous le montre à l’occasion (suivez mon compte Instagram).


J’avoue que j’ai un faible pour ces modèles de sacs plutôt que pour les cartables. D’une part, ils sont beaucoup moins cher (ça compte, surtout quand on a quatre nains) et d’autre part, je les trouve bien plus pratique pour servir à d’autres choses (sport, petit pique-nique) puisqu’ils ne font pas QUE école côté look.


Coq en Pâte est chouette et pour fêter la rentrée scolaire, la marque vous propose de remporter le même sac que Micronaine. Attention, pas forcément les nounours, celui que vous souhaitez, mais le modèle liens coulissants. 

genre celui là si vous voulez


Il y en a Trois à remporter sur le blog jusqu’au 22 août. Je vous laisse aller faire un tour sur le site Coq en Pâte et revenir me dire en commentaire quel est le modèle de votre choix. La page Facebook est ici si vous souhaitez la J’aimer.



Vous allez voir que les modèles ne sont pas exclusivement pour les nains, j’ai moi-même une trousse pour mes crayons à maquillage et elle est nickel. 

j'ai celle là


Encore merci à Coq en Pâte pour sa gentillesse, il faut le dire quand on travaille avec des marques chouettes. Enfin de mon côté je ne travaille qu'avec des gens chouettes, ça aide ;)


PS: N'hésitez pas à aller fureter sur la page Promotions du site de Coq en Pâte ET petit message entre nous > il y a un code sur la page Facebook de Coq en Pâte qui offre la livraison en France. Mon petit doigt me dit également qu'à l'issue de ce petit concours, si vous n'avez pas remporté un des trois sacs, il y aura également un petit code promo pour ceux qui souhaitent passer commande. 


4 août 2014

Partir au club Med avec ses enfants (Test et avis du club Med Kamarina)

Depuis le temps que je dois le rédiger cet article...pfiou. Mais il n'est pas trop tard et je profite  d'un peu de temps pour vous raconter nos vacances de la Toussaint (j'ai honte en me rendant compte que ça fait plus de 6 mois que je dois boucler mon article) au Club Med de Kamarina, en Sicile.

Je ne sais pas par où commencer.
Vraiment pas.

Je devrais faire un article merveilleux avec des photos de couchers de soleil, de reflets bleutés sur la mirifique piscine du club, des prises de vue bien cadrées de tir à l'arc ou d'enfant déguisé mignon.
Mais non.

J'ai quatre nains et notre séjour au Club Med de Kamarina, j'ai eu envie de vous le raconter avec mes mots. Et quelques photos prises en pensant à vous. Parce que même loin, même en vacances, même au soleil, je pense à vous. Si ce n'est pas du professionnalisme, je ne sais pas ce que c'est.


Partir au club Med avec des enfants, je ne pensais jamais le faire.
Parce que, disons-le très franchement, ce n'est pas donné. Pas du tout d'ailleurs. Surtout pour 6, et même si les deux filles ne paient pas. Je vais le dire clairement, pour nous, le Club Med c'est du hors-budget. Je prenais les magazines dans les agences de voyage, nous rêvions des chambres luxueuses et des bords de mer d'eau cristalline avec le Mâle et nous avions écarté l'idée de partir un jour avec le Club Med.

Mais la vie de blogueuse est merveilleuse et la contrepartie des heures passées à écrire (au delà du plaisir que me procure le fait de raconter ma vie, bien entendu) est ce genre de partenariat où on te propose de partir découvrir un village du Club Med avec tes nains.

Partir en club, je le redis, ce n'est pas du tout mon type de voyage. Je suis plutôt sac sur le dos, trains et auberge de jeunesse. Je suis plutôt location de gîte et découverte des lieux par moi même, je suis plutôt "JE" décide que "quelles sont les activités proposées".

MAIS, j'avais officiellement au compteur environ 300 nuits de merde au mois de novembre, environ 2000 heures de sommeil de retard et autant d'envie de calme, de silence, de "qui peut gérer mes nains pendant une heure que je souffle merci?".

Du coup, le club Med, pour ça, faut le dire, c'est juste le rêve.
Hé oui, il faut le dire, quand on a envie de larguer ses nains sans culpabiliser parce qu'on SAIT qu'ils y seront bien, le Club Med, c'est le must.
Les équipes qui gèrent les mômes sont extras ET les activités proposées sont véritablement chouettes. Bref, aucun scrupule, aucune culpabilité et des enfants ravis.

Laissez moi vous raconter, voilà un petit zoom logistico-pratique sur le Village de Kamarina pour ceux et celles qui auraient envie d'y faire un tour en famille. Je vais tenter ici de répondre aux questions posées par mail et sur Facebook par mes lectrices. 
Vous pouvez également retrouver mes anciens articles ici et


1) Le voyage en avion + le transfert

Le voyage en avion dure environ 3 heures et il reste ensuite un peu moins de 2h de bus.
Très sincèrement, pour nous qui venions du Mordor (entendre Metz) et qui nous sommes farcis une nuit de merde à Orly juste avant , ce fut éprouvant mais pas trop. Que je m'explique. Nous étions fatigués (mais nous sommes toujours fatigué) mais les nains ont été globalement adorables. A l'aéroport, l'enregistrement s'est fait plutôt rapidement au comptoir et nous avons pu conserver la poussette un peu plus longtemps que prévu (pour notre Nano chérie). Ensuite, dans l'avion, Nano a dormi (vive l'ergo) et les autres ont alterné tablette, ordinateur + dessin animé, coloriages et stickers ainsi que petit repas.

Une fois arrivés, nous avons pu boire un peu d'eau offerte par les animatrices Club Med à la descente de l'avion et nous sommes ensuite montés dans des bus. Les nains se sont tous endormis - bonheur, et nous avons comaté à l'arrière. Bref, très sincèrement, j'appréhendais un peu le transport mais tout s'est très bien passé. Encore une fois, il faut avoir de la nourriture et de quoi occuper les nains. Mais c'est très jouable. Je sais que certaines lectrices avaient peur du temps de transfert mais voilà, ça se fait très bien et le paysage est chouette.


2) Le village

L'arrivée se fait en grande pompe avec un pot d'accueil, les G(entils) O(rganisateurs) qui font de grands gestes (petite choré) et les valises qui sont descendues puis déposées dans le village près des logements attribués. Perso, je ne suis pas fanatique de l'arrivée sous les applaudissements mais disons que ça fait partie du truc hein.  Le chef du village fait un petit discours et nous voilà déposés en petite voiturette près de notre logement (les nains sont ravis, la golfette arrivant deuxième après la biquette en terme d'extase nainesque).

Le village est chouette, vraiment, et ne fait pas toc. Nous passons à côté des terrains de tennis, nous ne croisons personne (il n'y a pas grand monde en ces vacances de la Toussaint).
Tout est pavé, je l'avais déjà dit, ce qui est peu pratique pour les poussettes et pour les petits qui marchent mal. Mais notre poussette Buggy n'a pas succombé et personne n'est tombé.
Il faut donc juste penser à prendre un moyen de portage pour les petits et une poussette robuste (et éviter les talons aiguilles).

Côté localisation, nous avions la chance de ne pas être trop loin du coeur du village où se trouvent les activités, bar et restaurants, mais je suppose qu'en période estivale, ce n'est pas quelque chose qu'on peut choisir. Cela étant, ce n'est pas démentiellement grand non plus hein. Et marcher ça fait du bien au nain.






3) Le logement

Alors le logement était grand et frais. Ce qui, à la Toussaint, n'était pas primordial car il faisait vraiment bon, mais ce qui, à mon avis, est trèèèèèès appréciable l'été. Une grande pièce à vivre et deux grandes chambres, le tout carrelé.
Un petit balcon à l'arrière et deux salles de bain avec douches. Un WC dans une des deux salles de bain.
Je dirais que le logement peut être pour certains un des "points noirs" de ce club. En effet, si personnellement j'ai trouvé ça très propre et tout à fait correct (je ne suis vraiment pas du genre à me plaindre pour un carreau ébréché dans la salle de bain) je pense que certains sont plus sensibles à ce type de détails et là, clairement, on est loin du confort qu'on pourrait attendre dans un Club Med.
Evidemment, me direz-vous, ce n'est qu'un trois tridents (comparé au club de Miami sioupère luxe qui en compte 5 - et quelques mois de salaire si nous voulions y partir huhuhu).
Mais bon, il faut le dire, le logement n'était pas très récent.

Je le répète, je m'en fiche totalement mais en tant que testeuse officielle, je préfère le préciser.
















Vous pouvez le constater, c'est très propre mais un peu vieillot.


4) Le restaurant

Ah mince, je vais enchaîner avec un second point moyen (mais je me rattrape après).
Bon, encore une fois, je suis partie en me disant : "YOUPI je vais BIEN manger pendant une semaine et ce n'est pas moi qui vais trimer derrière ma casserole". Adieu gnocchis poêlés et pâtes au gruyère.
Alors bon, le buffet du Club Med, c'est énorme. Il y a environ quinze tables de nourriture dispersées dans une grande salle et de quoi satisfaire tous les appétits. Des salades, des pâtes, de la pizza (je vous rappelle que nous sommes en Sicile), des frites, de la viande, du fromage, du pain, et un coin Baby. Les nains étaient fous dingues.

Côté adultes : franchement, manger au buffet avec les nains, c'est le plus simple (rapport au restaurant) mais ça reste l'enfer sur terre. Il faut faire la navette toutes les trois minutes (surtout quand tu as 4 nains) et tu ne manges quasiment pas. Ils veulent de TOUT et ne finissent RIEN.
Cela étant, ils ont rapidement demandé à manger avec les autres enfants du Club (comme ça ils pouvaient manger sans parents qui les engueulent) ce qui fait qu'on a pu manger avec Nano (déjà pas mal relou).
La nourriture était correcte mais sans plus. Certains plats étaient bons, mais vraiment pas comparables à ce que nous aurions pu manger dans un petit restaurant Sicilien. A la fin, je me contentais de pâtes et de salade. Ce n'est pas pour faire ma râleuse (pas mon genre) mais on m'avait tellement parlé de la délicieuse nourriture du Club Med que je m'attendais à mieux.
Attention, ce n'était pas du tout mauvais hein, mais pas de la grande gastronomie.



Le Baby Corner quant à lui, était peu varié MAIS avait le mérite d'exister. Encore une fois, nous y étions en fin de saison donc je pense que ça joue énormément, je veux donc bien un retour en pleine saison si vous avez. De notre côté quelques petits pots (mais peu) et des plats à mixer (excellente initiative que de mettre un mixer cela étant). Avec Nano allergique, c'était un peu compliqué et je pense qu'elle a mangé des courgettes tous les jours de la semaine. Rien de grave mais si vous partez avec un tout petit, pensez tout de même à prendre du lait infantile (si vous n'allaitez pas) et des petites choses types biscuits ou petits pots de fruits (quelques uns). En revanche, il y avait beaucoup de fruits, de yaourts et des basiques (pâtes/riz/frites/purée) pour les plus grands.

Côté logistique, des rehausseurs à gogo, des chaises hautes et, je l'ai déjà dit, un mixeur.







désolée, photos prises de mon téléphone donc pas de grande qualité




Je suis donc un peu restée sur ma faim côté cuisine (uhuhuhu) mais encore une fois, ce n'est pas l'essentiel pour moi. Mais je préfère le dire, ne vous attendez pas à de la grande cuisine, c'est vraiment du basique de buffet.
Cela dit, nous étions à la fin de la saison, du coup, il n'y avait qu'un restaurant d'ouvert et certains aliments n'étaient plus présents. Le jus d'orange du matin, par exemple, était un jus chimique. Pas mioume.


5) Les infrastructures

Là, il y a du chouette.
Commençons par la piscine, qui est vraiment ÉNORME et qui était surtout VIDE. Et fraîche un peu certes (Toussaint power).
Mais vraiment, rien que pour la piscine ça vaut le coup. Nous avons nagé tous les jours, j'ai participé à un cours d'aquagym (mais musique un peu forte pour ma petite personne) et les nains ont fait des plongeons à gogo. Elle est entourée de millions de transat (ok j'exagère) ce qui doit rendre le lieu un peu oppressant l'été MAIS en mai/juin et à la Toussaint, ça doit être parfait.





Et à cinq minute à pied, il y a la mer. Longue plage, transats, abri, petite crique plus "sauvage".
Alors bien entendu, on reste estampillé "Club" avec drapeaux et transat, mais encore une fois, à la Toussaint, nous étions presque seuls par moment sur la plage. Avec le Mâle (et Nano toujours) nous avons pu aller nous balader le long de la plage, main dans la main (so choupi) et nous asseoir tranquillement dans le sable, les pieds dans l'eau.
On peut y faire du petit catamaran et du kayak (youpi). Vraiment rien à redire sur le matériel plagesque, c'était top.On peut même emprunter du matériel à nain (seau/pelle et compagnie).

Bref, validation de la piscine et de la plage, à la Toussaint c'est du luxe et ça fait du bien au moral. Moi qui ne suis pas fanatique de la chaleur, j'ai trouvé ça vraiment très très agréable d'avoir du chaud (mais pas trop - environ 26/27°) en plein novembre.








Côté activités, il y en a plein et c'est là un des gros avantages du Club Med. Avec Nano, nous avons donc pu tenter quelques petites choses (mais pas trop, rapport au fait qu'elle était encore petite et vraiment relou). 


Nous avons tout de même pu faire du tir à l'arc (et j'ai trouvé ça très chouette). 







Et j'ai pilé le Mâle au mini-golf (à moins que ça ne soit le contraire). 




On peut jouer au foot, faire du quad, du kayak de mer (le Mâle a validé cette activité silencieuse et sans nains), du tennis (mais là, point de posage de Nano possible) et du trapèze (oui oui, comme au cirque) avec un animateur qui SAIT faire du trapèze pour de vrai (le pestacle était très chouette). 











7) Les pestacles

J'avoue, j'avoue, nous sommes plutôt les clients relous en vacances. Nous ne sommes pas fanatique des animations ni des pestacles. Alors évidemment, nous avons été voir celui des enfants et évidemment nous avons été vois ceux que les enfants pouvaient voir (pas trop tard).
Les enfants ont adoré faire des chorégraphies (nous moins) et chanter sur Ponga le Pingouin Judoka (nous moins). Très honnêtement, nous l'avons fait pour eux, ils ont adoré mais si nous n'avions pas eu les enfants, je pense que nous nous serions contentés de balades au bord de mer.









8) L'ambiance

Alors oui, il y a une ambiance Club Med, un genre de sentiment d'appartenance. On retrouve des gens qui se connaissent, qui connaissent les us et coutumes, les chorés et les façons de faire. Il y a des gens qui sont là pour ça, pour cette ambiance, pour jouer au bingo, au ping pong et faire du catamaran pendant que les enfants sont au club. Les tee-shirts du club (floqués du numéro 45) sont vendus et portés par beaucoup (la CLASSE ultime étant de ne pas porter le tee-shirt du club dans lequel on se trouve évidemment).
On retrouve des soirées à thèmes (blanche, tropicale, etc..) et des animations quasiment toute la journée pour ceux qui craignent de s'ennuyer. J'avoue, encore une fois, nous avons plutôt évité tout cela. Parce que nous avions besoin et envie de silence et parce que ce n'est pas ma conception des vacances. Je ne suis pas associale hein, je parle aux gens, mais je préfère éviter de danser avec tout le monde, la même danse, à horaire donné.
L'avantage dans un club grand comme celui de Kamarina, c'est qu'on trouve toujours des endroits où on se sent plutôt seuls. En revanche, force est de constater que les GO sont très compétents, toujours souriants et gentils (même si les enfants sont relous).




9) Le club enfant
Probablement le plus grand atout du club Med pour des jeunes parents ;)
Un club vraiment très adapté aux enfants, des animateurs/trices adorables et des activités haut de gamme. Des nains traités comme des rois, du matin au soir si on le souhaite.
C'est vraiment LE truc du Club Med : confier ses mômes à des gens gentils et compétents de 9h à 21h (si on le souhaite). On les récupère quand on veut, on les dépose quand on veut, ils mangent avec le club, ils jouent, ils font mille choses, ils chantent, ils vont dans leur petite piscine rien qu'à eux, ils dansent et ils ne veulent pas en repartir.













J'avoue, nous en avons profité. Les garçons voulaient de toute façon y aller tous les jours et Micronaine n'était pas contre y aller le matin (elle siestait un brin avec nous l'après midi) et a même voulu faire deux soirées avec ses frangins. Mon côté "maman poule" ne les aurait jamais laissé tout le temps au club mais vraiment, ils ont adoré, les trois chantent encore la chanson du club et ils ont tout de même entonné un milliard de fois la ritournelle du Pingouin (je vous laisse aller découvrir la vidéo sur Youtube - Ponga le Pingouin Judoka - ADIEU).


Bref, les nains ont adoré le Club Med (le Grand a trouvé que le buffet = la vie) et les parents auraient adoré pouvoir y déposer les quatre (mais pas de club bébé à Kamarina) quelques heures afin de vraiment pouvoir profiter du silence. 



10) Et la Sicile alors?

Alors oui, effectivement, il me faut l'avouer honteusement : nous n'avons RIEN vu de la Sicile.
Les trois premiers jours, nous avons tenté de louer une voiture mais tout était reservé pour la semaine (sauf un couple qui a gentiment proposé de nous laisser la Fiat 500 car leur nain était malade mais avec les 4 ce n'était pas envisageable). Il y a une agence Avis au sein du club Med mais il faut s'y prendre à l'avance.
Nous avons ruminé et pesté car très sincèrement, nous avions un peu du mal à nous dire "on est en Sicile et on ne va rien en voir". Et puis bon, rien à faire, pas de voiture et un village excentré, pas de possibilité d'y aller à pied ou en buse. Les excursions étaient toutes trop longues pour les faire avec Nano et trop chères pour les faire avec les quatre. Bref, voilà, j'ai un peu honte de dire que j'ai été en Sicile et que je n'en ai rien vu.
Bref, si on va au Club Med, soit on se dit "on ne fait que rester au club et on se repose, on fait du sport et basta" SOIT on s'y prend à l'avance et on réserve de quoi bouger histoire de voir du pays.






BILAN de notre semaine au Club Med : 


Presque un an après (gloups) il me faut admettre que ces vacances là ont été très bénéfiques. Nous manquions de soleil (rapport au Mordor) et nous manquions de sommeil (rapport à Nano). Si le sommeil n'a pas été superbement génial (toujours rapport à Nano), nous y avons fait le plein de soleil, de sport, d'activités et d'autres ont pas mal géré les nains (qui étaient RAVIS et parlent d'y retourner).

Après, pour moi, cela reste clairement du hors-budget à six, d'autant que nous partons toujours pendant les vacances scolaires (éducation nationale power). Ce sont des vacances que je me paierai bien une fois par an, dans un lieu où il n'y a rien d'autre à faire que de lire, dormir, nager, et dormir (déjà dit?) pendant que mes enfants s'éclatent.

Merci donc au Club Med de nous avoir permis de recharger nos batteries lorsque nous en avions besoin, c'était salvateur de marcher pieds nus et de pouvoir manger sans hurlements quelques repas. Nous avons adoré prendre de la chaleur avant de réattaquer l'année et nous avons vu avec plaisir nos enfants faire mille choses que nous n'avions pas l'énergie de faire.

Et nous retournerons voir la Sicile. Promis.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...