27 janv. 2016

On dirait ma mère

Evidemment.
Il y a des milliers de choses comme ça que je m'étais jurée de ne pas faire, de ne pas dire.
Pas que ma maman soit un boulet, que nenni, mais il y a des trucs qu'on ne veut pas reproduire.
Rien de grave hein, je vous rassure, mais de petites choses qui nous marquent, de petites habitudes auxquelles on pense échapper.

Finalement, vingt ans après, je me rends compte qu'on dirait ma mère.
Gloups.


- Etre en retard

Ce que je pouvais détester ça.
Le stress, la course, arriver dans les derniers, la honte, le regard des profs ou pire, le "tu retournes chercher un billet" (noooon pas le billet et refrapper à la porte devant tout le monde).
Le jour du bac de français hein, arriver pile pile pile à l'heure.
Et ouais. Sous la pluie. Limite. Mais à l'heure.

Bref "moi quand je serai grande je ne serai JAMAIS en retard et toujours en avance".
BIEN SUR.
Je suis souvent juste. Toujours un peu après. Les gens m'attendent, les enfants marchent en cavalant, demandent "si on est à l'heure Maman?" , m'assurent "qu'avec Papa on est toujours devant l'école avant qu'elle ouvre" (alors que Maman se fait enfermer dans l'école tous les matins).

Certes. Mais je ne sais pas, j'ai probablement une peur du temps perdu, du temps gâché.
J'ai peut-être aussi une notion du temps un peu élargie, un peu distendue. Je suis laaaaaaaarge et je négocie peut-être un peu trop sur la tenue là où le Mâle enfile les vêtements dans l'ordre de la pile. Je laisse bouquiner dix minutes là où je ne devrais probablement pas. Et quand l'heure arrive, je m'énerve (après moi) après eux, je crie un peu, je balance les sacs en disant "ET VOILA ON ÉTAIT BIEN DANS LES TEMPS ET LA ON N'EST PLUS BIEN DU TOUT"

On dirait ma mère quoi.


- Dire "c'est parce que tu as faim"

Purée mais NON, j'ai pas faim.
Ma mère me disait systématiquement " c'est parce que tu as faim". Alors que nan, j'avais juste mal à la tête.
"Tu as mal à la tête parce que tu as faim"
MAIS NON.

Bah je fais pareil.
Mal au ventre? Tu as faim
Pas envie de retourner à l'école cet aprem? Mange un peu tu as faim ça ira mieux après.

Bref, la bouffe = ça ira mieux.
Parlons-en à mon petit ventre dodu hein?

- Dire "c'est parce que vous êtes fatigués"

Ah oui parce qu'il y a deux options : 1) Tu as faim (voir plus haut) et 2) tu es fatigué.
Mal à tête? Tu as faim? Non? Tu es probablement fatigué alors
Mal au ventre? Tu as faim? Non? Tu dois être fatigué alors.
Tu te sens mal? Fatigué?

En même temps, ai-je besoin de vous rappeler la règle des 3F??? Fatigué + Faim = Fiant.
Je laisse les petits nouveaux la relire en suivant ce lien

Donc force est de constater que ma mère avait raison. Jusqu'à un certain âge, quand ils sont fiants, c'est qu'ils sont fatigués ou qu'ils ont faim (ou qu'ils sont malades mais bon, ça commence pas par F).



- Oublier de couper les plaques

Ma grand mère le fait
Ma mère le fait de temps en temps.
Mon mec hallucine "Punaise Marie, la plaque allumée c'est pour faire comme Mamie Lulu ou quoi??"

Ouais j'avoue.
Je commence à avoir la plaquose. Je laisse la plaque allumée.
Pas ma faute, je gère 39 trucs en même temps :
- les pâtes qui cuisent 10 minutes (je commence à saisir l'utilité des minuteurs)
- la poésie "Vilain Hiver" de Grand Nain
-  Moyen Nain qui me récite l'intégralité des repas de Monsieur Maigre (les Monsieur/Madame, nouvelle passion passionnante)
- Nano qui veut que je lui attache la ceinture de sa robe de chambre MAIS PAS AVEC UN GROS NOEUD JUSTE AVEC UN PETIT NOEUD (coucou la zinzin)
- Micro qui hurle d'une voix d'outre-bain (= du bout de l'appartement puisqu'elle végète dans un bain tiédasse en compagnie de ses Barbie) qu'elle voudrait bien DU GEL MOUUUUUCHE!!

Je dois donc écouter Grand Nain et sa poésie chelou, Moyen Nain qui est totalement en boucle depuis 2 mois, Nano qui m'explique le noeud de 8 et en même temps hurler à Micro que le gel mouche est juste à côté d'elle BORDEL.
Pendant ce temps j'égoutte les pâtes en criant "On s'éloiiiiigne c'est chauuuuuuud".

Alors oui, évidemment, j'oublie parfois de couper les plaques.
Hum. Je plaide coupable.



- Leur interdire la télé le matin parce que ça rend bête

J'avoue, quand on allait chez ma grand-mère en vacances, on trouvait que c'était le bonheur. On regardait genre une heure de téloche le matin, en pyjama, sous les couvertures tricotées.
On passait du petit-déjeuner à la télé, les dents et le bec pas lavés.
C'était bon.
Parce qu'à la maison c'était NON.
Pas de télé le matin, ça rend bête.

HUM.
Nous n'avons pas été si catégoriques, nous autorisons la télé le matin parfois.
Nous l'avons pas mal fait en vacances, lorsqu'ils se levaient très très tôt. S'il y a des dessins animés dès 6h30 sur les Zouzous, ce n'est pas pour rien hein?

Désormais, ils se lèvent plus tard et ne réclament jamais la télé le matin. Ils bouquinent et font les faux nains. Alors du coup, on dit "pas de télé le matin" et ça leur réussit plutôt bien.


- Rater ma sortie d'autoroute

Ma maman rate parfois ses sorties d'autoroute.
Genre "j'ai fait 30 bornes de détour parce que j'ai raté la sortie". WTF?
Si si.
Je me disais "c'est pas possible quand même".
C'est TOUT A FAIT POSSIBLE.
On rêvasse, on est en train de faire son programme de la soirée/journée/semaine et hop, la sortie est passée. FUCK. On s'énerve mais c'est trop tard, pas de demi-tour possible.

Je suis donc celle qui a déjà raté la sortie d'autoroute pour aller faire les courses, pour aller chercher sa fille à la crèche (je rentrais directement à la maison), pour aller emmener les enfants au sport (déjà que j'étais JUSTE JUSTE) et pour aller à une opération (et HOP 40 bornes dans les dents).



- Proposer aux enfants d'aller marcher le dimanche après midi

Avec mon frère et ma soeur, on appelait ça "La Balade des Cons".
Ouais on était durs mais faut dire que se bouger le luc le dimanche pour aller marcher en forêt (comme beaucoup de familles disons-le) on trouvait ça vraiment RELOU. D'autant que c'était TOUS les dimanches.

On râlait, on ronchonnait (on devait probablement chouinasser aussi) mais on finissait par y aller, par courir dans les bois, par trouver ça génial de rentrer les joues rosies et de boire un chocolat chaud et des tartines avant de regarder l'école des fans.

Résultat?
On fait pareil.
L'hiver, c'est ski tous les dimanches après-midi.
Le reste de l'année c'est randonnée. On a les guides, on cherche la balade, ils râlent d'avance. On leur dit "c'est BON de s'oxygéner et de SORTIR un peu, vous n'allez pas rester toute la journée enfermés avec ce beau soleil!!!".
On se regarde avec le Mâle et on pense qu'on dirait nos parents.
Les enfants ronchonnent, bougonnent (chouinassent même) et montent dans la voiture en disant "c'est trop nul de marcher".
Puis dix minutes plus tard, ils sont armés d'un sabre laser-bâton et ne voudraient rentrer pour rien au monde.

Et le soir ils dorment (ou presque).




Il y a tellement d'autres choses finalement que je reproduis sans le savoir, des trucs bien dégoûtants que seuls les parents font comme le pouce plein de salive qui nettoie le bec chocolaté ou bien le surnom qui fout la honte (ma mère m'appelait Mimi devant mes potes et je fais lamentablement pareil avec le Grand). Je m'en rends compte après. Et je me marre finalement, parce que c'est le lot de tout enfant ayant un Parent.

Mais il y a tout ce que je suis ravie de reproduire, les virées marrantes, les surprises, les découvertes, les fous rires, les "et si on?" qu'on ne fait pas d'habitude. Les efforts faits pour eux, les paroles rassurantes, la présence quoiqu'il arrive et les choix faits de les voir beaucoup pour en rater le moins possible. Je ne sais pas ce que je laisserai à mes enfants, je ne sais pas quel côté de moi ils voudront mettre de côté et ce qui s'imposera à eux parce que, parce que.
J'espère qu'ils n'oublieront pas trop souvent les plaques et qu'ils verront les panneaux de sortie d'autoroute. J'espère les entendre dire à leurs enfants "tu dois être fatigué" et me lancer un regard entendu, comme pour me dire "t'avais raison en fait pour les 3F".
J'espère qu'ils sauront les qualités et les défauts, la fantaisie et les "comme elle a pu".

De mon côté, pour mille petites choses, on dirait ma mère.
J'avoue.
Je crois que j'en suis fière.


21 janv. 2016

Un lancer de crêpes avec Vahiné (oui oui c'est gonflé) !

Article sponsorisé

Vous le savez, j’aime bien participer à des concours marrants.
Surtout si ça fait rire les enfants.
Et comme c’est la saison des crêpes (après Noël et la galette, mon cuissot dodu me remercie), j’ai accepté de participer et de relayer le concours Vahiné Crêpes Challenge

Le principe ?

Proposer une recette à base de crêpes (logique en même temps) et faire une vidéo d’un lancer de crêpes en famille.


*Côté recette, ce fut plutôt facile puisque j’avais l’anniversaire de Moyen Nain et la commande d’un gâteau de crêpes de sa part. Après l’échec total du gravity cake j’étais soulagée.

*Pour le lancer de crêpes HUM, ce fut plus épique dirons-nous. J’ai dû faire environ 250 crêpes et presque autant de lancers avec mon acolyte Grand Nain afin d’avoir une vidéo correcte. Au départ, Moyen Nain était chargé de filmer mais il ricanait tellement que la vidéo tremblait. Du coup j’ai demandé au chien de filmer, je trouve le résultat plutôt correct, voyez plutôt.


J'assume totalement cette vidéo, cette voix hystérique et l'état lamentable de ma cuisine, sachez-le : 




Pour de vrai, on a réussi à faire quelques lancers en duo mais sinon force est de constater que Grand Nain est vraiment myope (ou trop rigolard pour être efficace). 


Pourquoi une telle vidéo ?
Pour participer donc au Vahiné Crêpes Challenge qui met en jeu des lots plutôt sympathiques : un week-end en Bretagne, 25 crêpières et 50 mallettes Vahiné (remplies de petites choses bien pratiques pour cuisiner). 

J’avoue, le séjour en Bretagne ne m’intéresse point mais en revanche je lorgne sur les crêpières (elles sont pas choux???). Bin oui, si vous regardez bien la vidéo vous pourrez vous rendre compte que j’utilise de la vieille poêle (qui a saisi moult cordons bleus avant qu’on ne m’ouvre les yeux sur la cuisson au four) et qu'elle n'est pas optimale pour la cuisson des crêpes (en revanche assez robuste pour le lancer j'avoue). 

OK je ne suis pas blogueuse cuisine et on sait pourquoi

Bon, trêve de bavardages, vous attendez tous la merveilleuse recette qui va vous permettre de réaliser en un rien de temps un splendide gâteau de crêpes alors la voici :

Pour les crêpes GOURMANDES (ici recette classique avec des plv mais vous pouvez clairement remplacer le beurre par de la margarine Vitaquel et le lait par un lait végétal c’est kif kif).

  • 100g de beurre fondu (c’est la caution matière grasse)
  • 75cl de lait 1/2 écrémé
  • 4 oeufs
  • 50g de sucre (on peut ajouter un petit paquet de sucre vanillé c’est mioume)
  • 375g de farine

Pour la ganache :
  •  200 g de chocolat noir (ou au lait si vous préférez)
  •  200 g de crème liquide

Note de l’auteur : pour les accros, on peut aussi se passer de ganache et y aller carrément au nutella (ou à la confiture de Mamie).

Etape 1 : faire les crêpes
Mélangez lait, œufs et sucre avec le beurre fondu, à la main (pour les courageuses) ou dans un robot (pour les feignasses- je vous laisse deviner ma catégorie).

Une fois que votre pâte est lisse, ajoutez progressivement la farine tout en remuant avec votre fouet (ou robot). Et hop, la pâte à crêpes est prête > à vous de jouer et de réaliser des crêpes ayant toutes le même diamètre : celui (à peu près) de votre moule à manqué.

Si vous avez des enfants doués, déléguez. Sinon, COURAGE (il en faut une douzaine au moins si vous voulez que votre gâteau ressemble à quelque chose).

Etape 2 : la ganache au chocolat

Pour la ganache, rien de plus simple, faites bouillir la crème à feu doux et ajoutez le chocolat en morceaux tout en fouettant (s'il vous reste un peu de force après les crêpes). Réservez cette crème un peu épaisse et passez au montage du gâteau.

Etape 3 : le Montage du gâteau de crêpes

Selon le nombre d'invités, monter le gâteau de crêpes en alternant crêpe et ganache (2 cuillères à soupe suffisent, il faut bien étaler le chocolat sur la crêpe avant d'en poser une autre dessus). Alternez sur une dizaine de crêpes, c'est très copieux et très gourmand (prononcez GOURMANGUE).

Placez 2h au frais avant de servir, démoulez la gâteau et décorez avec quelques petites choses multicolores comme ces petites choses divines que m’avait fourni Madame Vahiné (ou de la Chantilly voire crème anglaise si votre cuissot n’est pas assez dodu) avant de servir.
la part de gâtal fort chic sur son assiette en plastoc

après le passage des invités


Succès garanti auprès des petits (sauf le petit Victor, invité relou de l’anniversaire, qui préfère la crêpe au sucre).

Pour découvrir ma participation sur le site, c’est par ici : http://www.vahinecrepeschallenge.fr
Perso j'ai un gros gros faible pour celle de Parisienne à Vincennes !!

Vous avez le droit de voter mais promis, je ne vais pas vous harceler hein (pas mon genre). 



En revanche si vous participez de votre côté en publiant une vidéo de lancer de crêpes, n'hésitez pas à me tagger lorsque vous la relayez sur les réseaux avec #VahinéCrêpesChallenge  je ne manquerai pas de partager (sans me moquer) !
Pour participer, on publie sur Instagram ou Vine une vidéo avec le bon #VahinéCrêpesChallenge ou bien vous pouvez aussi la télécharger sur le site par ici.



Les votes ne feront pas tout puisque les vidéos pré-sélectionnées via les votes seront tout de même vues par un jury qui départagera les gagnants.

Alors qui se lance? (c'est le cas de le dire)



19 janv. 2016

De l'habitude d'être mère...

C'est comme tout.
On n'y pense pas vraiment mais petit à petit, on devient quelqu'un d'autre.
Petit à petit, ce qui était exceptionnel devient routinier, ce qui pouvait paraître angoissant devient juste une banalité...

J'avais peur.
De rester seule avec mon bébé et de ne pas savoir m'en occuper.
De lui donner le bain et de le lâcher.
D'être en tête à tête avec un nourrisson de 3 mois et de m'ennuyer.
De le laisser jouer seul. Alors je le regardais.
En me demandant tristement si c'était ça être parent.

Est-ce que c'était ça? 
J'attendais, assise par terre sur le tapis, à tendre des cubes à un petit.
J'attendais, culpabilisant à chaque fois que je m'imaginais faire autre chose que de m'occuper de lui.
Je me disais "il faut faire un truc pour l'éveiller, prends donc un imaginer, mets lui un CD".
J'avais la trouille de tout rater. J'avais peur de vivre ma vie de mère d'une mauvaise façon.

Tout est comme ça pour les premières fois.
J'avais l'impression qu'une matinée seule avec les enfants était un tunnel sans fin. Je me demandais ce que j'allais faire, pour les occuper, pour ne pas me laisser déborder, pour les amuser, pour que surtout, surtout, ils ne me sentent pas dépassée.

Cela ne fait pas si longtemps que je ne pense plus comme ça.
Cela ne fait pas si longtemps que je m'autorise aussi à être moi.
A prendre un bouquin et à me poser dix minutes (ne rêvez-pas, cela n'arrive pas très souvent).
A leur dire "laissez-moi un peu, allez jouer tous les quatre" (sans vous étriper).
De sortir au parc sans stress. De marcher avec eux sans but. De parler sans me forcer.
De ne rien faire, forcément. Ou de faire, mais juste pour le plaisir. 

Ce n'est pas évident de prendre l'habitude d'être mère.
De faire avec eux comme s'ils avaient toujours été là.
De ne plus avoir peur. 
Ca prend du temps d'être mère finalement.




De se lever la nuit sans avoir envie de pleurer (ça m'arrive encore), de recoucher, de cajoler, de chasser les cauchemars. De le faire dix, mille fois d'affilée. Sans flancher.
De ne plus avoir la nostalgie de la vie d'avant tout simplement parce qu'on l'a presque oubliée, parce qu'on peine à la toucher du doigt, à retrouver les sensations, à savoir ce que signifie d'être seule, d'être juste pour soi.

J'ai pris l'habitude d'être mère.
De vivre avec eux en étant moi.
De me laisser être moi tout en veillant sur eux.

C'est étrange comme on se construit. En hésitant, en tâtonnant, en ne sachant jamais vraiment si c'était ça qu'on devait faire. C'est très drôle de voir comment on devient et que les choses qui nous manquent ne sont jamais bien loin.

Je me regarde de haut, je regarde le temps qu'il m'a fallu pour être mère de ces quatre mariolos sans flancher de trop. J'ai pris l'habitude de ce que ma vie est. Des nuits hachées menues, des soirées à se dire qu'on n'a pas l'énergie, des virées sans eux pour se retrouver et des projets à deux pour ne pas s'oublier. J'ai pris le pli de mes devoirs, je suis un parent maintenant. C'est drôle mais il m'aura fallu du temps pour le dire, je suis parent.

Je suis de l'autre côté.
Je n'ai plus trop la trouille d'être ce que je suis, et pourtant je me retourne et je me dis que ce chemin parcouru n'est pas fini. Qu'à chaque moment de leur vie il faudra reprendre d'autres réflexes, d'autres mots, d'autres attitudes et d'autres gestes.

Qu'il faudra alors continuer à prendre l'habitude d'être leur mère, jour après jour, nuit après nuit.


30 déc. 2015

Three is a magic number

"J’ai trois ans maintenant?”
Ton regard interrogateur et trois doigts tendus en avant.

Oui.
Tu as trois ans, aussi brune que ta sœur est blonde, aussi câline que boudeuse, aussi douce que terrible.
Trois ans et toujours pas de nuits sans toi, trois ans et toujours des soirées à se demander pourquoi. 
Trois ans à expliquer qu'avec toi, c'est particulier, trois ans que les grands savent que tu es leur mignon et adorable petit boulet.
Trois ans et tu as tout compris, les “je t’aime” et les “tu es plus belle que la Reine des Neiges” pour te faire pardonner. 

Trois ans et tes bras tendus, ta place sur ma hanche.
Si on avait su.
Les cris, les pleurs, les angoisses, le tunnel, le fond qu’on touche avec les deux pieds, les yeux embués, la gorge nouée.
Remonter.

T’avoir c’était comme recommencer, comme ré-apprendre, comme ne plus rien savoir de nouveau.
T’avoir c’est merveilleux, c’est de la magie et du rire, des mains qui se serrent et des bras autour de nos cous. 
T'avoir c'est être six, c'est vous compter et savoir que nous sommes au complet.
Vous êtes quatre et tu termines la ronde, princesse, accrochée à la main de ta sœur, accrochée à la main de tes frères.

Ta passion pour les poneys.
Ton mal de ventre et tes "je réfléchis dans ma tête".
Tes robes qui tournent. 
Ta capacité à sortir mille fois de l'eau pour y replonger de nouveau. 
"Je sais nager". Bien sûr.
Tes Ba’bie Princesses et ta façon de fredonner Star Wars quand tu randonnes. 
Tes cailloux dans les poches.
Tes “ça va,ça va, j’arrive” en soupirant au moment d’aller te coucher, petits poings sur les hanches.
Tes chansons, tout le temps, partout. 
Tes hurlements “ON NE DIT PAS PUTAIN ON DIT PUNAISE” si jamais l’un d’entre nous laisse échapper un gros mot.

Même pas 1 mètre de haut, trois ans et déjà de quoi tenir tête.
Des bras qui enlacent, longuement. Des bisous sur les joues, humides.
Une moue boudeuse si on te demande de sourire. Tu decides.

Je ne saurais dire si ces années ont file plus vite que les autres, elles ont toutes eues un goût particulier, celui de la nostalgie peut-être, depuis que tu es née.
Tu as bouclé la boucle, mon point final, tu as remué encore un peu de ce que nous sommes.
On ne dormira plus jamais pareil, je crois, depuis toi. 



Tu veux une couette dans tes cheveux et tu te retournes vers moi en déclamant “je suis Marie”.
Tu veux tout ce que ta sœur a. Tout ce que tes frères ont.
Ils te le donnent. Je leur explique qu’ils n’ont pas à faire ça. Ils disent que tu cries trop fort.

Pas si facile d'arriver à la fin mais tu t'en sors bien.
Trois ans et je ne sais plus dire combien j'ai avancé grâce à toi.
Trois ans et je me demande parfois comment j'ai tenu jusque là. 
De nuits entrecoupées et de journées à me demander.
Tu sais transformer tout ça.
Tu sais faire oublier ce qui a été. 
Tu nous rappelles parfois combien ça a été difficile.
Tu es celle qui clôt la petite enfance, tu es celle qui donne aux choses cette saveur toute particulière, tu donnes aux grands le sentiment d'être grands et tu leur offres aussi ce petit goût d'encore un peu.

Merci d'être là, trois ans déjà.
D'achever si joliment la famille.
De trouver ta place.
De nous laisser respirer encore un peu de tout ça nuit après nuit. 
De nous dire que ce n'est pas tout à fait fini.


27 déc. 2015

Tu t’ennuies ? Fais donc rire La vache qui rit®!

Article sponsorisé

Dans mon frigo, de la vache qui rit® depuis longtemps, en version allégée (j’avoue) stigmates de mon régime passé. J’alterne selon les matins avec mon granola et mon café olé.
Les mariolos ont leur propre paquet (non allégé) qu’on met dans les soupes pour faire du « Bon Velouté » (sauf Nano, ma sans PLV mais elle se gave de croûtons à la place, n’ayez crainte).
J’aime bien la vache, je lorgne sur sa vaisselle aussi, regardez donc la partie boutique du site et vous comprendrez pourquoi (la bouteille de lait est définitivement ma préférée à égalité avec la boîte à cookies en fait).

Si je vous parle de la vache qui rit ce n’est pas pour vous envoyer en courses en acheter (surtout en cette période où vous allez plutôt manger des trucs calorico-chocolatés) mais pour partager un défi « Un rire pour un rire » lancé par la marque en faveur de l’association SOS Villages d’Enfants. Pour information, l’association SOS Villages d’Enfants une association qui prend en charge les frères et sœurs sans soutien parental ou en risque de le perdre, en France et dans le Monde. L’association accueille près de 700 enfants dans 14 villages d’Enfants SOS.


Et l’idée est que vous fassiez rire La vache qui rit® (facile normalement hein) en tapotant sur votre clavier le plus long des hahahahahaha sur 30 secondes ET sans fautes, sans y ajouter un N ou un Z (ça traîne pas loin des doigts). Perso j’ai tenu 21 secondes et 375 centièmes.
Je vous pose la preuve en image ici et vous invite à relever le défi (et à venir me dire combien en commentaire que j’y retourne pour faire mieux). Vous avez jusqu’au 4 janvier prochain pour tenter votre chance !

Alooooors??? Combien avez vous fait??


Ceux qui participeront à ce défi qui me fait bien rire (je suis moi-même une adepte du HA HA HA sur les réseaux quand par exemple on me demande si j’ai bien dormi), auront une chance d’être tirés au sort pour remporter un coffret du rire.
Le coffret en question sera rempli d’activités autour du rire (genre de la bonne blagounette) et chaque coffret remporté par un joueur sera offert en parallèle à un enfant de SOS Villages d’Enfants, en cette période de Noël c’est plutôt chouette .La marque vache qui rit® s’investit depuis 2011 auprès de l’association SOS Villages d’Enfants, histoire d’apporter un peu de bonne humeur et de jolis moments en offrant des anniversaires, des sorties loisirs en famille et en aidant à la rénovation d’un village (Busigny dans le Nord).

La Vache qui Rit


Voilà, je vous rappelle le lien vers le site sur lequel vous pouvez jouer, ça prend quelques minutes, c’est marrant (j’espère que vous allez rivaliser avec mon score mirifique), et puis ça permet de faire des jolis cadeaux derrière, de petites choses concrètes qui, selon moi, valent parfois autant que des grosses opérations qui ne sont pas directement ciblées.

Et dites moi combien vous avez fait en commentaire (gniark)

18 déc. 2015

Attention, Companion en Cuisine

Comme je suis une blogueuse super influente qui inonde les Internets avec ses photos de cordon bleus cramés et ses gnocchis poêles, j'ai reçu dernièrement un mail de Moulinex qui disait :

"Chère Cauchemar en Cuisine (mon surnom). Nous avons pu nous rendre compte que vous étiez en bonne grosse galère culinaire avec vos nains. En effet, comme vous êtes masochiste et que vous ne mettez pas vos enfants à la cantine le midi, nous avons compté qu'il vous fallait réaliser au moins 2 repas pour 6 personnes par jour. Sans oublier votre boulet (pardon) de petite Nano qui mange sans PLV et à qui il faut parfois faire un petit plat spécial. 
Nous avons vu vos cernes et vos cordons bleus noircis panés cramés et nous avons décidé de faire un geste pour vous sauver : demain vous retrouverez dans votre cuisine un nouveau Companion qui va vous aider. Bien à vous, Monsieur Moulinex"


ndlr : si vous avez comme moi un souci avec le cramage des cordons bleus, je vous suggère de les faire au four. C'est un conseil qui m'a été donné environ 8730 fois par des lectrices atterrées devant mes photos de repas ratés et qui est bien utile.


Heureuse de ce message, je me suis empressée de faire une petite place à mon nouvel ami dans ma cuisine. Je l'ai reçu, les Nains ont hurlé de joie (pensez-vous, un nouveau carton à dépiauter dans le salon) et moi-même j'ai sautillé sur place en voyant la bête.
Oui, parce que j'ai une vie tout de même assez banale alors je me réjouis de électroménager qui arrive chez moi par surprise.

taille de carton idéale pour se cacher dedans quand on a 3 ans


Bref, cela fait bientôt trois semaines que Companion (moi je prononce COMPANIONNEU) est entré dans ma vie cuisine et voilà un petit plan en trois parties pour vous donner mon avis :


I. Un appareil un peu dodu mais des accessoires bien vus (oui ça va rimer, je suis d'humeur poète)


C'est vrai, ça prend de la place, moins que ma machine à café (qui mesure 9m sur 12) mais bien plus que mon éplucheur à patate (notez tout de même que mon éplucheur à patate n'est pas capable de me préparer une crème anglaise).

On a le robot en tant que tel (coucou toi) avec son BOL de 2,5l :




et le kit d'accessoires qui va bien (et qui coupe fort, ne pas prêter au Nain qui veut jouer avec les toupies).




+ le petit bol vapeur pour faire cuire votre cabillaud au citron minceur. Oui, il y aura des jours comme ça puisqu'avec le Companion, vous allez avoir envie de cuisiner beaucoup (et parfois du bon gras) et que, de ce fait, il faudra glisser un repas minceur entre deux crèmes chocolat.




Voilà c'est tout. Pas de panier vapeur de 7m de long pour y glisser un espadon, pas de moulineur à viande difficile à nettoyer > tout ça passe au lave vaisselle (hourra) et se range plutôt facilement.


Ah si, il y a un livre de recettes qui ressemble à ça : 






les recettes sont basiques et bonnes (en tout cas pour celles que j'ai tenté) mais pas super sexy, du coup quand on maîtrise (bientôt moi) je pense qu'on peut clairement se débrouiller seul ou piocher sur les nombreux groupes Facebook ou sites dédiés là et là qui proposent de la recette sympathoche.
Cela étant le livre est parfait pour prendre la machine en main (mais c'est l'objet de mon GRAND 2 alors avançons).


II. Une prise en main facile et une contenance pour mille (ou en tout cas pour 6 mais ça rimait moyen).


Ce serait mentir que de dire que l'utilisation du Companion est compliquée. Sincèrement c'est bête comme Chou, la preuve, c'est Grand Nain qui réalise la majorité des recettes depuis que nous avons le Companion.

On a deux modes d'utilisation : MANUEL et INTELLECTUEL PROGRAMMES.

L'idée est donc : 

* soit de choisir soi-même sa vitesse/température/durée de cuisson
* soit de choisir le programme qui convient à sa préparation et qui s'auto-gère comme un grand.


EXEMPLE :

1) Je veux faire un petit velouté de potimarron celeri bacon (pour les protéines).
2) Je mets mon petit coutelas qui coupe et qui mixe (ULTRABLADE pour les intimes) sans me couper car ça fiche la trouille.

flippant hein?
3) Je découpe mes légumes grossièrement (en jurant bien entendu puisque l'accessoire découpe-légumes n'est pas encore disponible sur le Companion mais ça ne saurait tarder) et je balance le tout dans le bol.

ndlr : pour avoir testé également le concurrent du Companion, j'ai nommé le Thermomix (ancienne formule), je peux vous assurer que le bol du Companion me permet de faire de la soupe pour 6 ce qui n'était pas le cas du Thermomix. Mais je vous ferai un petit comparatif une autre fois (là j'ai pas trop super le temps).

4 Et là, deux choix :

a) Soit je balance TOUT dedans (légumes/bouillon/flotte) et je lance le Programme Soupe = je récupère une soupe cuite et parfaitement moulinée 40 minutes plus tard (et pendant ce temps j'ai donné le bain).

b) Soit j'aime bien faire revenir mes oignons dans l'huile (donc je programme vitesse 3 pendant 5 minutes à 90°) puis je mets mes légumes qui tournent aussi 5 minutes et ensuite je laisse cuire 30 minutes à 90° avec un tournicoton à 3. Et ensuite je mixe super vite quand c'est cuit. J'interviens plus mais j'ai le côté "je cuisine".




En clair on peut tout déléguer ou garder la main sur la bête. De manière toute personnelle, quand je choisis de faire un truc au Companion je délègue tout. Sinon je sors ma cocotte et je fais toute seule hein.

III. Des recettes chouettes et un résultat exquis, le tout sans bruit.


Ah oui, c'est ESSENTIEL ce côté BRUIT (avant même le côté exquis). En effet, son concurrent le Thermomix (l'ancien hein, pas le tout nouveau) fait beaucoup de bruit. Par exemple, impossible de lancer une purée ou autre dans la cuisine pendant qu'on y mange ou même qu'on y papote. Probablement parce que le truc est super puissant mais du coup, ça fait du bruit, en tout cas l'ancien modèle (je n'ai pas pu tester le nouveau donc corrigez-moi si le nouveau est silencieux).

Là, c'est totalement silencieux (sauf quand ça mixe force 11 hein, quand même) et même aux moments où ça fait un peu de bruit, on peut quand même se parler dans la pièce, ce qui n'était pas le cas avec le Thermomix.


Côté recettes, j'ai fait :

- des soupes, beaucoup, parce que ça va vite, que c'est l'hiver et qu'avec des croûtons, les nains aiment bien.

- des risottos, sincèrement parfaits, alors que c'est le truc que j'adore mais que je ne fais jamais.

- des cookies au chocolat, super bons, réalisés d'ailleurs par Grand Nain himself.

- un gâteau aux pommes pour l'école, à ma connaissance aucun enfant n'a passé une mauvaise soirée après absorption de mon oeuvre.

- des purées, super bonnes et surtout SANS MORCEAUX "on dirait de la Mousline c'est super bon Maman" (enfants ingrats).

- du boeuf Bourgignon pour environ 15 jours. Oui, la contenance est vraiment grande (on est sur du 2,5 litres).

- des crèmes desserts parfaites = plus jamais de Danette à la maison

- des biscuits de Noël excellents, même si les nains ont trouvé que l'épice chelou (la cannelle) n'était pas aussi bonne que le Nutella.

- du Yaourt à la Framboise, gros gros dossier extrêmement complexe puisqu'il s'agissait de mixer des Framboises surgelées avec un yaourt à la grec. Ma plus belle réussite.


Mon premier BILAN :


* Un appareil Frenchy (et ça, ça compte) plutôt vraiment très pratique dès lors qu'on a beaucoup de repas à gérer et qu'on est totalement anti-repas industriels. Même si les enfants mangent de temps à autre ces fameux gnocchis poêlés (je pense qu'ils y collent de la drogue dedans, comme pour les Shokobons), je ne fais jamais de plats tout faits,je trouve que c'est super BEURK.

* Une contenance vraiment grande pour le coup, qui me permet de faire un plat pour tout le monde : un risotto, une soupe, une purée, de la viande mijotée, de la compote, etc.. Peut être qu'avec quatre ados ça ne passera plus mais là, on peut tous manger la même chose et c'est appréciable (le risotto est devenu un incontournable ici).



* Une prise en main vraiment facile grâce à ces deux possibilités : manuel/programmes qui fait qu'on ne perd pas 15 minutes à chaque recette à chercher le bon accessoire ni à appuyer sur 53 boutons. La preuve? Grand Nain (8 ans) s'en sert très très bien (sous ma surveillance pour l'installation des couteaux). Il suffit de sélectionner le bon programme et hop, c'est lancé.

* Un nettoyage HYPER FACILE et ça, c'est vraiment important aussi, je déteste la vaisselle et inutile pour moi de gagner du temps sur la préparation si je dois passer vingt minutes à tout nettoyer. Je fais souvent le bol à la main mais il passe de temps en temps au lave-vaisselle sans souci. Les couteaux et autres accessoires s'enlèvent très facilement du bol et on peut ainsi TOUT nettoyer et aucun morceau de purée ne peut rester coller sous les lames (hourra).

* L'absence de bruit, qui est pour moi essentiel aussi, dans la mesure où j'ai déjà des nains fort bruyants et que je vis en appartement. Je peux carrément préparer le repas du lendemain midi pendant que les enfants mangent ou passer mes coups de fil professionnels pendant que ça tourne. Oui oui. Pour moi c'est un argument important.

* L'absence d'un accessoire pour éplucher les légumes et les couper à ma place me déprime un peu quand je dois me lancer dans une blanquette de veau. Bin quoi? ça se peut non? Bon, ok j'abuse.
Par contre, on aimerait trouver sur le Companion un accessoire qui mouline ou qui rape. Parce que là c'est l'hiver mais j'aime encore bien manger des carottes ou des choux rapés quand vient l'été (oui c'est la folie des rimes).

Edit : L'accessoire rape-légumes existe, je vais réactualiser ma liste au Papa Noyel


En bref, je suis évidemment RAVIE de mon test, il faudrait être difficile pour trouver des défauts à un tel appareil. Bien entendu, c'est un soutien dont on peut se passer, cela reste du "luxe" comme dirait ma Mamie, mais du luxe bien utile quand on a une famille nombreuse à gérer ou peu de temps pour préparer.
Je mettrai ça sur le même plan que la centrale vapeur : oui on peut repasser sans avec un fer moins puissant, mais une fois qu'on a fait avec, on a du mal à faire avec autre chose.

Donc oui, je continue à cuisiner sans le Companion, mes currys par exemple, parce que j'aime beaucoup broyer mes épices et ajouter les ingrédients un à un (mon côté sorcière) MAIS oui, je trouve que mon quotidien est facilité par ce nouvel outil. Je peux "prévoir" des repas, en lancer plusieurs en même temps sans me sentir surchargée, faire des réserves à congeler et préparer aussi du sans PLV en parallèle parfois.



Pour boucler ce test produit, j'ai envie de vous faire une petite vidéo d'une recette, CAUCHEMAR EN CUISINE le retour.

Sauf que je vais vous laisser choisir celle que vous voulez que je réalise.

Comme je ne vais pas non plus réaliser un mille-feuille de foie gras et sa petite roulade aux herbes moelleuses, voilà trois recettes qui me semblent plutôt réalisables, et je vous invite à en choisir UNE et à me la noter en commentaire.


1) La recette des biscuits façon Oréo (genre chocolat calorico-chocolat)

2) Les spéculoos (recette du livre fourni)

Marie-je-prends-des-photos-floues


3) De la GUIMAUVE (mioume)

4) Du granola/muesli sans gluten (hourra)



Je récapitule : mettez moi en commentaire celle que vous voulez me voir réaliser en vidéo (je peux même me déguiser si vous avez vraiment envie de rigoler) et PROMIS je vous la fait en janvier.  J'ai sélectionné exprès des trucs qui peuvent partir par la Poste chez un ou une d'entre vous qui aura voté pour cette recette en commentaire.

Pour celles et ceux qui voudraient en savoir plus sur le Companion, je vous laisse tout de même le site officiel en lien.


Je vous propose de voter en commentaire jusqu'au 1er janvier et à mon retour de vacances, je ferai en vidéo la recette qui aura été choisie à l'unanimité et un d'entre vous recevra une petite douceur de ma part pour fêter la nouvelle année!!









16 déc. 2015

Bavardage en classe

Il bavarde en classe.
Ah non pardon.
Ils bavardent en classe.

Ils se précipitent. Ils veulent finir vite et parfois ils bâclent.
Ils ont du mal à faire propre, ils ont du mal à finir un dessin (ça les gave).
Ils manquent de soin. Ils rigolent beaucoup. Il faut dire qu’ils sont drôles ces enfants-là. Et fins. Ils percutent vite et sont toujours motivés, c'est plutôt agréables.
Attention au comportement cependant. Attention, c’est parfois limite.

Je ne suis pas surprise, je dis.
Je ne suis pas surprise, je pense.

Mon grand me dit “tu t'en fiches?”
Je dis “non mais je sais comme vous êtes et je ne peux pas vous changer”







Je vais y aller aux réunions parents-profs. Avec quatre enfants, ça chiffre vite, les fesses sur une chaise en tendant un peu le dos quand même, en espérant qu'ils comprennent que ce n'est pas de l'insolence, en espérant qu'ils saisissent qu'ils sont gentils quand même.
Il va y en avoir des mots, des gens plus ou moins compréhensifs. Pour l'instant tout va bien mais je sais qu'il y aura des années plus dures. Parce que vous allez grandir. Parce que nous n'aurons probablement pas toujours ces relations là, parce qu'il y aura certainement des moments et des regards fuyants. 

Je vais écouter, entendre et souvent acquiescer. Je vais dire “oui, vous avez raison” et sourire. Je vais dire “on recadre aussi à la maison” et sourire. Je vais secouer la tête peut être. D'incompréhension. J'appréhende cela. 

Mais vous êtes.
Comme vous êtes.

Je sais vos défauts, je sais vos qualités. 
Je ne sais pas où j’aurais du insister, enfin si je crois que je sais. 

C’est marrant et étrange d’être le parent désormais. De voir ce que ça fait, d’être de l’autre côté. 
Pas du côté du mal de ventre, de la peur de la critique, de la trouille de déplaire, de rater.
C’est parfois difficile d’entendre ce que l’on sait pourtant très bien. Ça peut être douloureux aussi, je le sais bien. C'est aussi surprenant de découvrir son enfant à travers le regard d'un autre. On aurait envie de dire "mais oui" ou bien "mais non", de se justifier, de dire "mais à la maison il sait" ou bien "quand il prend le temps il peut". 
Comme pour les défendre. 



Ces réunions parents-profs me projettent toujours un peu plus loin.
Je me demande toujours ce que vous serez, ce qui va changer, ce qui va rester.
Ta passion pour Star Wars mise de côté en deux jours depuis que tu as découvert les Monsieur/Madame.
Ta peur de rater, de ne pas savoir, de te planter devant les autres, d’avouer que tu ne savais pas.
Ton accent anglais. Ta passion pour les sciences. Tes difficultés pour encadrer les nombres. Tes facilités pour dénombrer et calculer de tête. La tenue du stylo, ma gauchère. La tenue du stylo, ma toute petite. Acquis, non acquis, en voie d'acquisition.
Tes oublis de "S" au pluriel. Ta facilité à apprendre les poésies, rien qu'en les copiant. Tes feuilles volantes déchirées au fond de ton cartable. Ton soin apporté à ton cahier de devoir. Vos cahiers de vie, vos alphabets, vos erreurs et vos mots écrits, en attaché. 

Leur dire "oui mais j'étais aussi comme ça"? Non.
ça ne se dit pas. On le pense fort, que les chiens ne font pas des chats. On le pense fort mais ça ne se dit pas. 
Le comportement, on le connaît. Leur comportement, plus que jamais. 




J’ai envie de vous dire que tout ça n’a pas la moindre importance mes enfants, mais je ne peux pas.
Je joue le jeu comme mes parents l’ont joué avant moi. 

C'était la remise des livrets et j'ai fait comme on a dit. J'ai écouté et j'ai souri, parce qu'elles avaient compris. Ce que vous êtes et dont je suis tellement fière, ce que vous devenez, même avec les bavardages et les blagues, même si vous coloriez à la truelle, même si vos traits de règles sont un peu dégueulasses. Je déchiffre vos évaluations, je vois les "compétences acquises" et les "en cours d'acquisition", je lis avec attention les appréciations, vous me commentez tous les quatre vos points rouges et vos points verts.
Je chasse d'un revers de main vos angoisses et vos questions. 
Je prends tout, je n'ai pas le choix, je suis votre mère. 


15 déc. 2015

Des livres pour Noël ? Petite sélection de mi-décembre...

J'essaie toujours de faire une petite sélection livresque en cette période de Noyel avec quelques chouettes bouquins adaptés aux âges des nains mais je me rends compte que cette année, avec la montagne de boulot que j'ai à gérer, je n'ai pas été très attentive aux nouveautés.

Il est donc probable que vous connaissiez d'autres livres bien mieux (et bien plus récents) que ceux que je vais vous proposer ici, d'ailleurs il suffit d'aller zoner chez La Mare aux Mots pour trouver de la littérature jeunesse de qualité.
Ici je vous propose un petit aperçu de ce que les nains lisent en ce moment, avec photos si j'ai pu mettre la main sur le bouquin (ou aperçu Amazon si j'ai malencontreusement égaré le livre dans une des trente-trois bibliothèques de la maison).

J'ai essayé de faire un petit tri entre Nano/Micro/Moyen/Grand pour que vous puissiez vous y retrouver niveau âge, avec du 2/5/6/8 (bientôt 3/5/7/8 d'ailleurs tiens).
N'hésitez pas à consulter mes précédents articles sur les bouquins (surtout si vous cherchez pour plus petits car HOURRA je n'ai plus de bébé à la maison). 

Je ne vous ai pas mis "Princesses Disney" mais il va de soi qu'un petit album à 2 euros sur l'histoire de Princesse Aurore et de son petit toutou moche n'est jamais refusé ici. A mon grand désespoir (mais que voulez-vous).


Bref, bref, je m'égare et voilà ma petite sélection livresque du mois de décembre (encore une fois je mets les liens & images Amazon pour faciliter la visualisation mais je vous encourage à aller choisir vos livres chez votre libraire si vous le pouvez).


Pour Nano (2 ans et demi)

* Nano aime encore bien les imagiers sonores et toutes ces choses qu'on bouquine avec CD. Même si elle tourne les pages trop vite et qu'elle me demande 30 fois : "ON EN EST là??".



J'aime bien cette collection "Mes Petits Imagiers Sonores"(j'en avais déjà parlé) et j'ai découvert la collection Coco (1 livre + 1 CD) à la médiathèque, plutôt très correct pour les petits. Attention, on est loin de la découverte de la musique classique par un orchestre philharmonique mais les enfants aiment beaucoup (et c'est l'idée).




* Gros succès pour toute la collection de Ponti, Tromboline et Foulbazar. Je ne suis pas une grande fanatique de Ponti personnellement mais force est de constater que ça fonctionne très très bien chez les enfants (et à tout âge). Du coup, les poussins mignons sont dans ma maison (et l'album Bébé Bonbon est le préféré ici).





* Nano apprécie beaucoup les indémodables "Livres des cris"et "Livres des bruits" et j'ai moi-même un faible pour "Ma Zonmé" qui me fait beaucoup rire (enfant du verlan je suis)





J'en avais déjà parlé là et les ouvrages de Susanne Berner sont toujours très très appréciés ici. J'ai réussi à en dégoter un en Allemagne en petit format pour la voiture, mais on bouquine toujours les gros à la maison, et Nano adore chercher "le raton laveur" ou encore "le vélo". Elle bouquine seule ou avec ses frères et soeurs et ils se questionnent sur des éléments du décor à chercher. Une belle collection de livres, les lieux évoluant avec les saisons.




* Un de mes bouquins préférés, je le mets chez Nano mais il est adoré par toute la famille tant il est adorable et poétique. C'est La vie de Kuma Kuma, véritablement un petit bijou tout en douceur :


et pour ceux qui seraient conquis, il y aussi Mon étonnant Fumo Fumo (un régal). Et les éditions sont cartonnées ce qui ne gâche rien.



* Un dernier pour la route, Animaux, que je vais me commander juste parce que MOI je le trouve beau et j'aime beaucoup les grands formats à bouquiner avec les enfants : 




Voilà, brève sélection pour Nano car elle bouquine pas mal avec les grands finalement, et je vous épargne les Tchoupi à la neige ou Petit Ours Brun fête Noël car vous les connaissez (un peu trop bien). Vous pouvez en retrouver par ici, j'en avais listé pas mal de très chouette (notamment le Puits, Pauvre Petit Chat et l'Ours Molaire).



Passons ensuite à Micro (5 ans)


* Le grand livre des Peut-être; des Si et des POURQUOI, livre doux et poétique (qui change des encyclopédies des pourquoi habituelles)



* Ces deux MAGNIFIQUES livres (offerts par Mamie Chéwie) sans textes mais avec des images sublimes. Ce sont vraiment des ouvrages superbes sur lesquels l'enfant parle et rêve. Essentiels comme support à l'imagination, je ne peux que vous les recommander. 


Il y a Imagine et Voyage. Les deux sont somptueux.











Micro aime beaucoup Anuki, cette petite BD très jolie sans texte, au format souple et à la longueur bien raisonnable. Elle bouquine tranquille sur le canapé, et c'est très plaisant pour elle qui ne sait pas encore lire de pouvoir faire comme ses frangins. 

 



Et on lit ensemble les histoires des Petites Poules, mi-livre, mi-BD qui lui plaisent énormément aussi. Moins "joli" mais vraiment sympa et idéal pour les premières lectures (en CP c'est top).



Pour finir, cette petite collection qu'on aime tous avec les ouvrages de Christian Voltz dont je vous avais déjà parlé. C'est très marrant, original et les enfants accrochent beaucoup avec ces petits ouvrages.






Aaaah, voilà maintenant la sélection de Moyen Nain, bientôt 7 ans et fan inconditionnel de Star Wars, des Monsieur/Madame et des BD marrantes. 

Il dévore ces petites pépites de la littérature jeunesse (HUM) qui sont, cela dit, très adaptés à son niveau de lecture (en plus d'être merveilleusement bien illustrées). Légo Star Wars, ma vie mon oeuvre.



Et je compte lui offrir la suite de son Encyclopédie Légo à Noël (ils ont eu l'intelligence marketeuse de faire édition améliorée en PETIT FORMAT ce qui m'enthousiasme tout particulièrement).
C'est celle-là (et succès assuré).

évidemment il KIFFE le petit bonhormme en cadeau


Sinon côte BD sympa pour Moyen Nain lecteur, il lit beaucoup de Gédéon , comme son frère avant lui. C'est marrant, pour bon lecteur déjà (car un peu de texte tout de même) mais bien fichu et pas trop long.









Bon, là c'est MOI qui adore (mais du coup on se marre bien en famille). Le Loup est juste très très drôle et ce livre se bouquine très facilement (parfait pour les apprentis lecteurs)/







Sans parler de Petit Poilu, sans texte, qui ravit Moyen et Micro. De moins en moins Moyen et de plus en plus Micro cela dit ;)





Moi j'aime beaucoup Zinzin des bois, c'est très très drôle et le texte est suffisamment court pour être lu par des débutants lecteurs avec pas mal de second degré en stock.




Moyen Nain apprécie aussi Beast Quest (merci Ezabel pour la découverte et le don des livres ;)) parce que c'est écrit GROS et qu'il y a des illustrations. Ce n'est pas du Zola mais ça se lit bien et c'est très adapté aux CE1. L'avantage c'est qu'il y en a près de 40 tomes donc si ça plaît, vous avez de quoi nourrir le petit lecteur.




et pour finir la sélection de Moyen Nain, voici : Méchant Benjamin, de la BD marrante et facile car sans textes, et Hôtel Étrange, le gros coup de coeur ici (textes hilarants et dessins plutôt sympas aussi).












Grand Nain, maintenant, mon GRAND LECTEUR qui ne décolle pas la tête de ses livres, de ses BD et qui passe vraiment ses journées à bouquiner. Je ne râle pas trop, j'étais comme lui, à dévorer un Fantômette en une heure et à faire pleurer mes parents à la librairie/médiathèque. Sa sélection est plus brève car il bouquine tout ce que vous avez pu voir ci-dessus...

* Grand Nain adore cette collection Une épatante aventure de Jules, d'ailleurs je pense qu'il les a déjà toutes lues au moins trois ou quatre fois. Il faut dire que c'est très bien écrit, que le graphisme est superbe et que ce n'est pas débile pour un sou. 







* Dans la série des LONGUES séries, Grand Nain a beaucoup aimé les Cabanes Magiques (mais commence à se lasser) et par contre, attend chaque tome d'Oscar le Médicus avec impatience. 

  



* La BD Batou également fait partie de ces BD adaptées aux enfants qu'on apprécie ici. Cette collection est très bien fichue et vous pouvez y aller les yeux fermés, les indications d'âge sur la couverture permettent de faire le bon choix. 






* Je vous glisse en passant le CLOU de ma sélection, un MERVEILLEUX dictionnaire des blagues écrit par une plume merveilleuse (qui est MOI). Je ne touche pas un centime sur cet ouvrage (je suis juste rédactrice) donc ne l'achetez pas pour me faire plaisir ;) en revanche les blagues sont (presque) toutes drôles et adaptées aux enfants de 7 à 12 ans. Le monstrueux dico des blagues, apparemment un peu difficile à trouver, mais sincèrement très bien fichu et bien illustré (pas beauf du tout).






TADAM


* Comme Micro a pour surnom Yaya, nous avons dévoré ici la Balade de YaYa, petite fille de bonne famille née dans les années 30 qui peut parler aux animaux et qui se lie d'amitié avec un petit garçon des rues avec tout le contexte seconde guerre mondiale... Scénario superbe et dessins magnifiques, vous pouvez foncer (à partir de 7/8 ans et pour vous aussi). Vous pouvez aussi acheter en intégrale La Balade de Yaya








* Et je boucle cette sélection par un achat pas si idiot quand on a des dévoreurs de livres à la maison et qu'on voyage pas mal : le Kindle (ou autre liseuse mais il se trouve que j'ai celle là).
On y colle autant de livres qu'on veut, il en existe pas mal des gratuits ou des pas super chers, ça reste en bon état, le confort de lecture est top et on peut agrandir le texte (hourra).
Avec le logiciel CALIBRE, on peut récupérer tout format de liseuse pour le mettre dessus, et du coup, ici on a environ 150 bouquins sur le Kindle, beaucoup pour nous (polars mon amour) et pas mal pour les nains (genre les Fantômettes mais pas que).

En voyage c'est l'idéal. Et ça coûte moins cher qu'une DS en fait.





Voilà, n'hésitez pas à laisser vos pépites littéraires en commentaires, je m'excuse pour cette toute petite sélection, je manque un peu de temps en ce moment, mais le coeur y est.
Les gagnants Bayard Jeunesse seront contactés par mail demain pour récupérer les adresses d'envoi des magazines, bravo à tous!

Et prenez soin de vous.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...