11 mai 2015

Oups, mon parent est vénère - 10 indices qui ne trompent pas (et les conseils qui vont bien)

Ami Nain, comment vas-tu après ce looong ouikend prolongé?
Il est beau ce mois de mai en gruyère non? Plein de jours off pour profiter de ta chambre, de tes parents et des mille activités qu'ils ont prévu pour t'occuper (et te fatiguer, tu n'es pas dupe).

Je ne sais pas toi mais mes parents sont tout de même ravis que le lundi revienne, surtout les ouikend où il pleut. Etonnamment, ils sont un brin sur les nerfs, ne veulent pas s'enchaîner Cluedo et Uno entre deux parties de Monopoly Junior et ne souhaitent pas que le puzzle de 150 pièces Clone Wars reste à demeure sur la table basse du salon. Tout comme ils n'apprécient pas forcément que le petit caddie chargé de billes se promène dans le couloir de manière nocturne.

Les parents, disons-le franchement, Ami Nain, sont parfois irascibles, on l'avait vu dans cet article sur leur instabilité d'ailleurs. Si tu as également besoin de te rafraîchir la mémoire sur le caractère immuable et universel de ton parent, je te conseille de jeter un coup d’œil par ici.

Quant à moi, je vais te délivrer ici quelques petits indices pour repérer les signes d'irritabilité chez ton parent. En effet, grâce à mon travail de recherche personnel, tu pourras ainsi repérer les moments où le parent risque de déraper et :
1) faire marche arrière et devenir tout doux comme un petit magneau (afin de ne pas te faire privé de télé, de console ou de toute autre activité ouikeno-réjouissante).
2) continuer en ce sens car tu es déjà puni alors autant tenter le tout pour le tout et pousser le parent à bout. En revanche, n'espère par jouer une seule fois à la console de tout le ouikend après ça.

En clair, plusieurs indices peuvent t'alerter sur la condition générale d'énervement de ton parent, Ami Nain, et je m'en vais te les délivrer. Prête bien attention, parfois plusieurs signes peuvent apparaître de concert (et ce n'est justement pas très bon signe).




Indice n°1 : Il arrive vers toi en marchant comme un éléphant assoiffé qui aurait repéré un point d'eau. 

Que ton parent soit maigrelet ou dodu, le rendu est le même. Il n'arrive pas vers toi d'un pas léger et gracieux en virevoltant comme une plume de pigeasse. Que nenni. Il arrive menaçant et tu sais directement qu'il a du tomber sur un truc pas franchement jovial pour ses yeux : ton cahier de liaison dans lequel la maîtresse a écrit que tu avais traité Sophie de "poule morte" ou bien la table de la cuisine sur laquelle tu as fait des boules en pâte à modeler pour ta catapulte et que tu as fortuitement oublié de ranger.
A moins qu'il ne vienne chargé de linge auquel cas tu peux t'attendre à un petit sermon sur le "on ne laisse pas traîner son linge par terre, on n'est pas vos bonniches, tu pourrais au moins le mettre sur ta chaise, blablabla".

Mon conseil: prends l'air penaud et tente de réparer ta bêtise d'un air intelligent (bon, pour le poule morte, c'est un peu plus compliqué), ainsi le parent verra que tu n'es pas un mauvais bougre.



Indice n°2 : Il prononce ton prénom ainsi que ton nom de famille en entier (rare). Le tout avec une articulation impeccable pour que tu ne puisses confondre avec un éventuel autre membre de la fratrie. Et il peut même te vouvoyer (il se donne un genre).

MONSIEUR VICTOR CRAMOISI VENEZ ICI TOUT DE SUITE !!
Heu? Oui? Qui me parle?
Étonnamment le parent sait très bien articuler et prononcer ton nom de famille et ton prénom lorsqu'il découvre, par mégarde, que tu es rentré dans la maison avec tes baskets légèrement terreuses ou tout autre bêtise pas très grave mais un peu relou.
Il ne t'appelle jamais avec autant de ferveur lorsqu'il s'agit de terminer le dernier Gü bientôt périmé...

Mon conseil : Arrive rapidement à l'appel de tonnom, c'est un peu comme la maîtresse ou le maître à ce moment-là, ça n'aime pas bien répéter. Fais profil bas et n'essaye pas de balancer ton frangin ou ta frangine, si votre parent ne vous a pas confondu, c'est qu'il y a une bonne raison. Genre TA marque de dents dans la tarte prévue pour le repas du soir (que tu as abandonnée parce que finalement, tu n'aimes pas la rhubarbe, c'est trop piquant - ah oui, peut être que tu as aussi recraché ce petit morceau de rhubarbe sur la table en fait..)



Indice n°3 : Il est en boucle sur un sujet. Rien d'étonnant cela dit.

Le parent répète souvent les mêmes phrases, c'est ce que j'avais appelé il y a quelques mois (années?) les RUNNING PHRASES PARENTALES (à retrouver en lien). Elles vont du "non, j'ai dit non, c'est non et puis c'est tout" au fameux "sors les mains de ton slip" en passant par le merveilleux "vite vite on va être en retard à l'école".

Le parent est en boucle, tu le sais, mais quand il commence à être très sérieusement inquiétant, il est temps de fuir. Exemple:

- Qu'est ce que c'est que ce salon? Que s'est-il passé dans ce salon? LE SALON QUE J'AVAIS RANGÉ CE MATIN? QUI A FOUTU LE BORDEL DANS LE SALON? LES ENFANTS POURQUOI LE SALON EST-IL DANS CET ETAT Là?

Note : le parent répète un peu trop le mot salon, il est temps de quitter la pièce (même si viens d'y passer trente minutes à y construire une merveilleuse cabane grâce aux coussins/plaid/cartons rangé dans la poubelle de tri).
Manifestement, l'état du SALON lui pose problème et s'il commence à te prendre à parti,c 'est fichu.

Mon conseil: FUIS RAPIDEMENT, avec un peu de chance, ça se tassera tout seul et le parent, énervé, rangera le salon en maugréant à voix haute en se demandant "ce qu'il a fait pour avoir des enfants aussi bordéliques". Cela étant, comme bien souvent le parent a fait de même étant petit, il n'osera pas venir te chercher pour te pourrir et aura peut être même la larme à l'oeil en se souvenant de ses propres bêtises d'enfance. N'imagine tout de même pas qu'il va te féliciter hein!



Indice n°4: Il parle très très fort, avec une voix partant dans les aigüs (pour ta mère le plus souvent) ou dans les graves (pour ton papa). Les variations de timbres se faisant de manière assez rapide, au sein de la même phrase. 

Le parent commence à te parler normalement puis sa voix monte rapidement. Elle part en live, comme toi quand tu joues à te décapiter la tête avec ton sabre laser-frite de piscine. Sauf que là, tu ne peux décemment pas demander à ton père de «baisser d’un ton » parce qu’il risque de ne pas apprécier.
Tu es à table et tu refuses de manger ta part de pizza tant qu’il y a de petits trucs verdâtres dessus. Ton papa t’explique bien gentiment, certes, que ce sont des herbes aromatiques. Tu entends bien tout cela, mais ça reste un truc verdâtre sur ta pizza.

Ton papa monte d’un ton et articule que CE SONT DES HERBES AROMATIQUES QUI DONNENT DU GOÛT.
Tu t’en fous, c’est vert et tu n’es pas un herbivore, tu grattes donc ta pizza avec ton manche de fourchette.

Note ensuite comme le ton monte rapidement avec un crescendo incontrôlable à base de « NON MAIS C’EST PAS POSSIBLE CE GOSSE IL BOUFFE DU MAC DO MAIS IL PEUT PAS BOUFFER DU BASILIC ».

Mon conseil : mange donc le basilic tu auras moins mal au crâne.




Indice n°5 : Il continue à te parler très très fort alors qu'il est juste à côté de toi. Exactement ce qu'il te reproche de faire, soyons honnêtes.

Même endroit, quelques minutes plus tard. Le parent est juste à côté de toi, il te tient à l’œil depuis le coup du basilic. Méfie-toi, il n’a probablement pas décoléré et tu vas pouvoir t’en rendre compte très rapidement avec le coup de l’opercule.
Le coup de l’opercule est simple : tu n’apprécies pas qu’il reste un tout petit peu de truc de l’opercule de ton yaourt sur le rebord du yaourt (normal quoi).
Hé bien le parent va te dire « DONNE MOI CE YAOURT » très très fort, alors qu’il est juste à côté de toi = preuve qu’il est ENCORE énervé par le basilic.
Sache-le, ami Nain, le parent est rancunier (c’est mal) et au ton de sa voix, tu peux savoir s’il est encore sur le point de te re-pourrir ou non 

Mon conseil : S’il crie, tente de gratter l’opercule avec l’ongle, ça ira mieux. Mais évite de te renverser l’intégralité du yaourt sur le short, il risque de s’agacer encore un peu plus si tu lui réponds « de toute façon, tu dois faire une lessive aujourd’hui non ? ».



Indice n°6: Il veut que tu le regardes DROIT DANS LES YEUX et il est capable de te faire tourner la tête pour que "TU ME REGARDES QUAND JE TE PARLE!!!"

Il arrive avec son pas lourd d’éléphanteau agacé et avec sa voix qui gagne en décibels à chaque seconde. Il reste près de toi et te crie dessus pour une sombre histoire de chambre mal rangée alors qu’il l’avait si bien rangé la veille. Et que « à quoi ça sert qu’on trie les légos par couleur si tu renverses tes caisses entières au sol ??? » (alors là, tu as bien envie de lui répondre que ça ne sert à RIEN de trier les légos par couleur, espèce de psychopathe).
Et que c’est pareil pour les livres, on ne JETTE PAS LES LIVRES PAR TERRE ! (blablabla encore la rengaine de la bonniche).
Vous tentez de déchiffrer ce qu’il y a d’écrit sur le poster en face de vous histoire que le temps passe plus vite pendant la complainte parentale habituelle mais BAM, le voilà qu’il vous attrape gentiment le menton et qu’il vous demande « de ME REGARDER QUAND JE TE PARLE ». Genre il faut EN PLUS faire semblant d’être intéressé.

Mon conseil : regarde-le mais essaye d’éviter de rire, même s’il a un truc dans les dents ou même s’il a une tête de pingouin énervé. Joue la comédie du « petit nain contrit et désolé » et il risque d’interrompre son laïus. Pour accélérer les choses, tu peux également être dans l’empathie, ça fonctionne bien l’empathie chez le parent.




Indice n°7 : Il te pose des questions dont la réponse est très très évidente, si évidente que tu sens le piège se refermer sur toi à vitesse grand V.

-        Est-ce que tu penses que je suis content de voir une chambre en bordel comme ça ?
-        Tu crois que c’est malin d’avoir renversé l’intégralité du sac de 15 kilos de croquettes du chien dans le couloir ?
-        J’imagine que tu trouves ça intelligent et respectueux que de venir sauter sur mon oreiller de lin blanc percale-pôduku avec tes pieds crasseux ?

Mon conseil : lorsque la réponse à ses question est si évidente, réponds (ou ne réponds pas d’ailleurs, on pourrait te reprocher de « RÉPONDRE A TES PARENTS ») et prends un air désolé et triste en ajoutant un "J'ai compris". Même si l’avalanche de croquettes était drôlement réussie.



Indice n°8 : Ils font de l'humour tellement vaseux que même toi, avec ton petit cerveau nainesque, tu comprends que c'est PAS de l'humour.

Dans la même veine que les devinettes tellement faciles que tu sens que ce n’est pas une devinette, j’ai nommé l’humour de merde du parent que tu sens que ce n’est pas de l’humour.

Annoncé sur un ton un brin rageur et mesquin, il y a par exemple le :

-        Mais BIEN SÛR qu’on peut manger un cookie à 18h30 juste avant de passer à table, tu veux que je te serve une bière avec ? (lorsqu’un parent te cale alors que tu opérais un rapt de cookie pour la fratrie).
-        EVIDEMMENT qu’on peut jouer au foot dans la chambre avec tes sœurs en poteaux de but !! Bien entendu attends, j’appelle ton père, on peut  même se faire un petit base-ball !! (alors que ta sœur était venue chouiner pour cause de ballon dans sa tronche –mauvais arrêt de ton goal de frère).
-        OUI OUI tu peux tout à fait marcher avec tes bottes crotteuses sur le canapé du salon c’est une EXCELLENTE idée vas-y !!

Mon conseil : manifestement le parent est de bonne humeur puisqu’il parvient encore à faire de l’humour. Cesse donc l’activité mise en cause et opte pour une autre (un peu plus discrète).



Indice n°9 : Ils font un truc IMPROBABLE mais quand même, tu doutes.

Je le sais, mes parents ont des ruses pour nous faire agir et réparer certaines bêtises. Le coup du sac poubelle pour « vider » la chambre mal rangée par exemple.
Ou la tentative du « on va donner vos jeux de DS à des enfants qui n’en ont pas vu comment vous en prenez soin ».
Et je ne mentionne pas la misérable tentative de nous faire manger le repas de midi à base de petits pois au goûter de 16h.

MAIS DANS LE DOUTE, ami Nain, mieux vaut obéir. 


Mon conseil : Il paraît que certains parents font pire, genre semblant de partir en claquant la porte. GULP. Ne déconne pas Ami Nain, on ne sait jamais.


Indice n°10: Il va se recroqueviller dans le canapé, dans son lit, ou se cacher aux toilettes pour que tu ne le voie pas pleurer. Ou pire, il va prendre l'autre parent à témoin…
  
Bon là, tu as atteint le point Dolto du parent : il craque. Il n’en peut plus, il se demande ce qu’il a fait dans une ancienne vie pour avoir des monstres pareils pour enfants. Manifestement, tu as poussé le bouchon un peu trop loin et il est grand temps de revenir à une attitude plus calme (au moins pour quelques minutes le temps que ton parent se détende). Ne t’en fais pas, on l’a vu, d’ici quelques minutes et avec un beau dessin de Star Wars ou de machine de guerre qui décapite les mouches (avec un cœur), le parent te serrera dans ses bras en s’excusant d’avoir hurlé/craqué/chialé. Ce à quoi tu répondras « C’est pas grave Papa/Maman ».

Parce qu’en vrai, c’est pas grave du tout.
Et surtout, tu as plein de petits papiers à déchirer en tout petits morceaux pour fabriquer des confettis.
Il faut bien fêter la réconciliation en en lançant partout dans le salon non ???




23 commentaires:

  1. Et dire que ce week-end ne faisait QUE 3 jours, et que le prochain fait 4 jours...

    RépondreSupprimer
  2. Delphine, 2 loulous11 mai 2015 à 15:10

    Les frangines en poteaux de foot, c'est du vécu :-) ?? Encore merci pour ce fou rire, que de situations dans lesquelles on se reconnaît toutes et tous !!

    RépondreSupprimer
  3. Bon sang ce fou rire, je me suis tellement mais tellement reconnue (ne lis pas ça ami nain)

    RépondreSupprimer
  4. Raaaa les Gü ! Mon fils a un an et j'espère que je vais réussir à lui cacher leur existence encore quelque temps ! Bizarrement chez nous ils n'atteignent jamais la date de péremption ;-)
    Très belle journée et merci pour cet article et les fous rires !
    Julie

    RépondreSupprimer
  5. Je sens le vécu là-dedans (cf. ta récente photo de la chambre - Lego ...) et je vais donc m'empresser de faire lire ce merveilleux article plein de bon sens à mes andouillettes en chef (ou pas en fait.)
    Bref, en un mot : MER - CIIII !!!

    RépondreSupprimer
  6. Rholalaaaaaaa le FOU RIRE causé par le point Dolto ! Houhouuuuuuuhou comme c est bien trouvé ! Bravo Marie et merci, tout l article est génial mais vraiment, juste pour ce point Dolto ça vaut déjà le coup :-)))
    Merci encore !

    RépondreSupprimer
  7. Merde, moi aussi je range les légo par couleur...

    RépondreSupprimer
  8. Huhu je ris.
    Tout à l'heure ma fille me demande si elle peut manger un peu de sa sucette-géante-Rayponce. Je réponds "Mais oui bien sûr, pas de problème." Elle me regarde avec suspicion et me demande si c'est vrai. Un peu étonnée, je confirme qu'elle peut la prendre. "Ah ok cool Maman! Nan parce que d'habitude quand tu prends cette voix c'est pour dire des trucs et en fait c'est le contraire!" :)

    RépondreSupprimer
  9. Oh pinaise merci pour le gloussage Marie... L'opercule post basilic sur pizza c'est tellement nous !!!

    RépondreSupprimer
  10. Morte de rire en silence pour éviter de réveiller le mâle à 04h du mat' ! #teamhiboutoujours

    RépondreSupprimer
  11. Excellent de rire avant de partir au boulot ! Et tellement vrai. Merci pour ce petit moment. bonne journée avec les nains.

    RépondreSupprimer
  12. Génial ! C'est vrai qu'on est des psychopathes en voulant trier les Lego par couleur... ;-)

    RépondreSupprimer
  13. je ne trie pas les lego par couleurs (pas encore psy à ce point^^) mais je râle régulièrement "à quoi ça sert que je range !!!"

    et là, j'essaye de ne pas rire trop fort pour ne pas réveiller mon mini endormi ...

    au final, on est tous pareils en fait :D

    RépondreSupprimer
  14. Quand la coupe est pleine, j'utilise la technique du cri primaire, chère à Bigard : ça me défoule !

    RépondreSupprimer
  15. Ahah, le passage "opercule de yaourt" est excellent tellement il est vrai avec CHAQUE enfant que je connais!!

    RépondreSupprimer
  16. Quelle marrade. J'ai envoyé le billet à mon mari, ça nous a fait du bien parce qu'on en bave avec un terrible FIVE. On savait pas ce que c'était les colères avant, là on a une mini ado qui claque les portes et hurle...
    Purée c'est bon de rire parce qu'en vrai c'est pas fastoche tous les jours la parentalité...
    La bise (comme chez Bibi de Alors Voilà)

    RépondreSupprimer
  17. Super article! Pourquoi ça fait toujours autant de bien de se reconnaître et de savoir que c'est pareil chez les autres? :-)

    RépondreSupprimer
  18. Ne vous bidonnez pas mais pour moi le coup de l'opercule, c'est juste horrible : A bientôt 33 ans, je ne supporte pas qu'il en reste un p'tit bout... Alors quand ma crevette me fera le coup bâ je râlerai quand même !

    RépondreSupprimer
  19. Ah! ça me rassure, je commençais à le trouver pesant ce mois de mai avec tous ces jours fériés (et encore j'ai bossé 2 jours fériés, ouf!). Merci Marie! ça fait du bien de se sentir moins seule avec ses affreux marmots!

    RépondreSupprimer
  20. ah tiens, j'ai rempli un sac poubelle aujourd'hui, qui est désormais au garage, le temps que les naines s'entrainent au rangement de leurs chambres avec ce qu'il reste... je ne sais pas si c'est pédagogique, mais au moins c'est toujours ça que je n'aurai pas à ranger cette semaine ;)

    RépondreSupprimer
  21. j adore c est tout a fait ca

    http://fimoettout-image.alittlemarket.com

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...