27 janv. 2016

On dirait ma mère

Evidemment.
Il y a des milliers de choses comme ça que je m'étais jurée de ne pas faire, de ne pas dire.
Pas que ma maman soit un boulet, que nenni, mais il y a des trucs qu'on ne veut pas reproduire.
Rien de grave hein, je vous rassure, mais de petites choses qui nous marquent, de petites habitudes auxquelles on pense échapper.

Finalement, vingt ans après, je me rends compte qu'on dirait ma mère.
Gloups.


- Etre en retard

Ce que je pouvais détester ça.
Le stress, la course, arriver dans les derniers, la honte, le regard des profs ou pire, le "tu retournes chercher un billet" (noooon pas le billet et refrapper à la porte devant tout le monde).
Le jour du bac de français hein, arriver pile pile pile à l'heure.
Et ouais. Sous la pluie. Limite. Mais à l'heure.

Bref "moi quand je serai grande je ne serai JAMAIS en retard et toujours en avance".
BIEN SUR.
Je suis souvent juste. Toujours un peu après. Les gens m'attendent, les enfants marchent en cavalant, demandent "si on est à l'heure Maman?" , m'assurent "qu'avec Papa on est toujours devant l'école avant qu'elle ouvre" (alors que Maman se fait enfermer dans l'école tous les matins).

Certes. Mais je ne sais pas, j'ai probablement une peur du temps perdu, du temps gâché.
J'ai peut-être aussi une notion du temps un peu élargie, un peu distendue. Je suis laaaaaaaarge et je négocie peut-être un peu trop sur la tenue là où le Mâle enfile les vêtements dans l'ordre de la pile. Je laisse bouquiner dix minutes là où je ne devrais probablement pas. Et quand l'heure arrive, je m'énerve (après moi) après eux, je crie un peu, je balance les sacs en disant "ET VOILA ON ÉTAIT BIEN DANS LES TEMPS ET LA ON N'EST PLUS BIEN DU TOUT"

On dirait ma mère quoi.


- Dire "c'est parce que tu as faim"

Purée mais NON, j'ai pas faim.
Ma mère me disait systématiquement " c'est parce que tu as faim". Alors que nan, j'avais juste mal à la tête.
"Tu as mal à la tête parce que tu as faim"
MAIS NON.

Bah je fais pareil.
Mal au ventre? Tu as faim
Pas envie de retourner à l'école cet aprem? Mange un peu tu as faim ça ira mieux après.

Bref, la bouffe = ça ira mieux.
Parlons-en à mon petit ventre dodu hein?

- Dire "c'est parce que vous êtes fatigués"

Ah oui parce qu'il y a deux options : 1) Tu as faim (voir plus haut) et 2) tu es fatigué.
Mal à tête? Tu as faim? Non? Tu es probablement fatigué alors
Mal au ventre? Tu as faim? Non? Tu dois être fatigué alors.
Tu te sens mal? Fatigué?

En même temps, ai-je besoin de vous rappeler la règle des 3F??? Fatigué + Faim = Fiant.
Je laisse les petits nouveaux la relire en suivant ce lien

Donc force est de constater que ma mère avait raison. Jusqu'à un certain âge, quand ils sont fiants, c'est qu'ils sont fatigués ou qu'ils ont faim (ou qu'ils sont malades mais bon, ça commence pas par F).



- Oublier de couper les plaques

Ma grand mère le fait
Ma mère le fait de temps en temps.
Mon mec hallucine "Punaise Marie, la plaque allumée c'est pour faire comme Mamie Lulu ou quoi??"

Ouais j'avoue.
Je commence à avoir la plaquose. Je laisse la plaque allumée.
Pas ma faute, je gère 39 trucs en même temps :
- les pâtes qui cuisent 10 minutes (je commence à saisir l'utilité des minuteurs)
- la poésie "Vilain Hiver" de Grand Nain
-  Moyen Nain qui me récite l'intégralité des repas de Monsieur Maigre (les Monsieur/Madame, nouvelle passion passionnante)
- Nano qui veut que je lui attache la ceinture de sa robe de chambre MAIS PAS AVEC UN GROS NOEUD JUSTE AVEC UN PETIT NOEUD (coucou la zinzin)
- Micro qui hurle d'une voix d'outre-bain (= du bout de l'appartement puisqu'elle végète dans un bain tiédasse en compagnie de ses Barbie) qu'elle voudrait bien DU GEL MOUUUUUCHE!!

Je dois donc écouter Grand Nain et sa poésie chelou, Moyen Nain qui est totalement en boucle depuis 2 mois, Nano qui m'explique le noeud de 8 et en même temps hurler à Micro que le gel mouche est juste à côté d'elle BORDEL.
Pendant ce temps j'égoutte les pâtes en criant "On s'éloiiiiigne c'est chauuuuuuud".

Alors oui, évidemment, j'oublie parfois de couper les plaques.
Hum. Je plaide coupable.



- Leur interdire la télé le matin parce que ça rend bête

J'avoue, quand on allait chez ma grand-mère en vacances, on trouvait que c'était le bonheur. On regardait genre une heure de téloche le matin, en pyjama, sous les couvertures tricotées.
On passait du petit-déjeuner à la télé, les dents et le bec pas lavés.
C'était bon.
Parce qu'à la maison c'était NON.
Pas de télé le matin, ça rend bête.

HUM.
Nous n'avons pas été si catégoriques, nous autorisons la télé le matin parfois.
Nous l'avons pas mal fait en vacances, lorsqu'ils se levaient très très tôt. S'il y a des dessins animés dès 6h30 sur les Zouzous, ce n'est pas pour rien hein?

Désormais, ils se lèvent plus tard et ne réclament jamais la télé le matin. Ils bouquinent et font les faux nains. Alors du coup, on dit "pas de télé le matin" et ça leur réussit plutôt bien.


- Rater ma sortie d'autoroute

Ma maman rate parfois ses sorties d'autoroute.
Genre "j'ai fait 30 bornes de détour parce que j'ai raté la sortie". WTF?
Si si.
Je me disais "c'est pas possible quand même".
C'est TOUT A FAIT POSSIBLE.
On rêvasse, on est en train de faire son programme de la soirée/journée/semaine et hop, la sortie est passée. FUCK. On s'énerve mais c'est trop tard, pas de demi-tour possible.

Je suis donc celle qui a déjà raté la sortie d'autoroute pour aller faire les courses, pour aller chercher sa fille à la crèche (je rentrais directement à la maison), pour aller emmener les enfants au sport (déjà que j'étais JUSTE JUSTE) et pour aller à une opération (et HOP 40 bornes dans les dents).



- Proposer aux enfants d'aller marcher le dimanche après midi

Avec mon frère et ma soeur, on appelait ça "La Balade des Cons".
Ouais on était durs mais faut dire que se bouger le luc le dimanche pour aller marcher en forêt (comme beaucoup de familles disons-le) on trouvait ça vraiment RELOU. D'autant que c'était TOUS les dimanches.

On râlait, on ronchonnait (on devait probablement chouinasser aussi) mais on finissait par y aller, par courir dans les bois, par trouver ça génial de rentrer les joues rosies et de boire un chocolat chaud et des tartines avant de regarder l'école des fans.

Résultat?
On fait pareil.
L'hiver, c'est ski tous les dimanches après-midi.
Le reste de l'année c'est randonnée. On a les guides, on cherche la balade, ils râlent d'avance. On leur dit "c'est BON de s'oxygéner et de SORTIR un peu, vous n'allez pas rester toute la journée enfermés avec ce beau soleil!!!".
On se regarde avec le Mâle et on pense qu'on dirait nos parents.
Les enfants ronchonnent, bougonnent (chouinassent même) et montent dans la voiture en disant "c'est trop nul de marcher".
Puis dix minutes plus tard, ils sont armés d'un sabre laser-bâton et ne voudraient rentrer pour rien au monde.

Et le soir ils dorment (ou presque).




Il y a tellement d'autres choses finalement que je reproduis sans le savoir, des trucs bien dégoûtants que seuls les parents font comme le pouce plein de salive qui nettoie le bec chocolaté ou bien le surnom qui fout la honte (ma mère m'appelait Mimi devant mes potes et je fais lamentablement pareil avec le Grand). Je m'en rends compte après. Et je me marre finalement, parce que c'est le lot de tout enfant ayant un Parent.

Mais il y a tout ce que je suis ravie de reproduire, les virées marrantes, les surprises, les découvertes, les fous rires, les "et si on?" qu'on ne fait pas d'habitude. Les efforts faits pour eux, les paroles rassurantes, la présence quoiqu'il arrive et les choix faits de les voir beaucoup pour en rater le moins possible. Je ne sais pas ce que je laisserai à mes enfants, je ne sais pas quel côté de moi ils voudront mettre de côté et ce qui s'imposera à eux parce que, parce que.
J'espère qu'ils n'oublieront pas trop souvent les plaques et qu'ils verront les panneaux de sortie d'autoroute. J'espère les entendre dire à leurs enfants "tu dois être fatigué" et me lancer un regard entendu, comme pour me dire "t'avais raison en fait pour les 3F".
J'espère qu'ils sauront les qualités et les défauts, la fantaisie et les "comme elle a pu".

De mon côté, pour mille petites choses, on dirait ma mère.
J'avoue.
Je crois que j'en suis fière.


38 commentaires:

  1. ça me parle... beaucoup... comme toujours tiens !

    RépondreSupprimer
  2. Mon "comme ma mère" favori, c'est quand ils me disent j'ai mal à l'oreille (ou ailleurs) quand je la touche et que je leur réponds "ben ne la touche pas".
    Ça les rend aussi dingues que moi quand j'étais enfant

    RépondreSupprimer
  3. Mon "comme ma mère" favori, c'est quand ils me disent j'ai mal à l'oreille (ou ailleurs) quand je la touche et que je leur réponds "ben ne la touche pas".
    Ça les rend aussi dingues que moi quand j'étais enfant

    RépondreSupprimer
  4. Oh oui... Moi c'est plus des réflexions que je m entends dire "mets tes chaussons tu vas être malade". "Maaaaange une tartine de plus sinon tu auras faim à la récré"....
    Je m exaspere même !!! (Je suis en chaussettes ou pieds nus all year long. Le chausson c'est surfait)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi c'est aussi dans les mots (dans les gestes aussi un peu, genre le "pas de télé", mais c'est plus assumé, plus conscient). Mais les expressions...
      Je dis quelquechose et je me dis... Comme ma mère! Les mots, l'intonation, tout. En fait, ça vient d'elle exactement, je reproduis, et inconsciemment en plus.
      En même temps c'est normal, on n'a pas eu de formation pour être mère, on s'inspire de celle qu'on a connue!

      Supprimer
  5. C'est tellement ça ici aussi :-)
    Ta dernière phrase me tire une larme. Quel bel hommage à ta Maman

    RépondreSupprimer
  6. hé bé je me rappelle d'un coup la sortie d'autoroute loupée qui a fait que ton cousin et ton frère m'ont attendue un petit bout de temps à la sortie de leur école... ahahah !!! bizooo !!!

    RépondreSupprimer
  7. Je détestais que ma mère parle pendant les films et demande "alors il a fait quoi celui-là?" et maintenant j'avoue, je regarde d'un oeil et écoute d'une oreille une émission, un film, une série (normal faut que je prévois la journée de demain dans ma tête, la semaine prochaine, voir le mois prochain). Et je demande "mais c'est qui déjà celui-là??". Je me vois faire et je suis effrayée de revoir ma mère!!

    RépondreSupprimer
  8. Le seul truc que je me refuse à faire comme ma mère c'est dire "mange ton poing". Parce que quand t'as vraiment faim, ça te fout les glandes BORDAYL !! Sinon le reste, je crois que je ne m'en rends même pas compte. Faut croire que ça ne me dérange pas trop ^_^

    RépondreSupprimer
  9. Oui c'est ça on dirait ma mère�� y a des pratiques made in maman faut croire parce que le "c'est parce que tu as faim" les virées "relou" du dimanche on y avaient le droit ici aussi ... et en secret je fais pareil ��

    RépondreSupprimer
  10. "Mettez vos chaussons", la fixette sur les pieds qui m'horripilait quand j'étais petite et que je reproduis malgré moi... Et puis la salive sur le bout du doigt pour leur nettoyer le bec, le fameux "je ne peux pas être à la foire et au moulin", et les retards aussi évidemment...

    RépondreSupprimer
  11. M'enfin... qu'est-ce que j'ai en ce moment, ça fait deux de vos billets (d'affilée!) qui me mettent la larme à l'oeil!
    Ah oui, je sais... c'est parce que je suis enceinte, c'est les hormones... et vous, vous avez de l'inspiration et du talent. Merci!

    RépondreSupprimer
  12. ça me rassure ... Moi aussi je me fais souvent peur quand je réalise que je fais les mêmes choses qui m'exaspèrent chez ma mère. Et le pire c'est quand mon mari me le fait remarquer ! Au secours! Mais bon, en même temps, comme tu dis, on peut en être (un peu) fière finalement

    RépondreSupprimer
  13. C'est juste que quand ils sont ados, on n'a plus du tout envie de faire comme nos parents... J'ai eu beaucoup d'engueulades avec ma mère quand j'étais ado, je l'ai détestée (je l'adore aujd), plus que tout, elle fouillait dans mes affaires etc, et là vraiment je me suis jurée de ne JAMAIS le faire avec mon fils et de respecter sa vie privée... pour le reste tous les jours je me dis qu'on a eu de la chance d'avoir des parents instits (et oui, quand même) et qu'ils nous ont légués de belles choses en terme d'écoute et de bienveillance pour élever nos enfants !!!

    RépondreSupprimer
  14. Marie, j'ai une révélation : je crois qu'on est soeur... enfin on a au moins eu la meme mère... à moins que toutes les mères du monde entier partagent les mêmes tares ! ah oui ca doit être ça...
    Qu'est ce que le "Mais, au fait, on est ou la ?" sur la rocade de toulouse me gonflait : elle avait encore zappé une sortie...
    La mienne a été tellement en retard qu'une fois elle nous a meme oublié à l'école !
    Pour les plaques, j'ai fini par passer à l'induction : quand elles ne détectent pas de casserole dessus, elles s'arrêtent toute seules... mais je peux encore les oublier avec quelques chose dessus... ce qui est plus embêtant pour le repas d'enfants affamés (FFF !)

    RépondreSupprimer
  15. Ah ben oui...nos mères! effectivement tu fais tout pour l'éviter à l'adolescence et puis...viennent les enfants et bref...on se retrouve à faire des trucs comme ça ;)

    RépondreSupprimer
  16. Alors pour t'as faim ou t'es fatigué pareil et c'est vrai que ça menervais...

    RépondreSupprimer
  17. J'ai lu, j'ai souri, j'ai ri.
    Et à la dernière phrase, j'ai pleuré comme une madeleine.

    RépondreSupprimer
  18. je pense qu'on pourrait développer une thèse sur la technique "du dessus de la pile", très prisée également dans le placard de mon chéri ^^

    RépondreSupprimer
  19. Ce qui m'exaspérait au plus haut point chez ma mère, c'est quand elle s'endormait le soir devant le film... 28 ans plus tard, je me suis endormie devant Fort Boyard entre 2 de mes enfants vendredi dernier :) Pardon Maman!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ah, la même ici ^^qu'est ce que ça m'énervait que systématiquement ma mère s'endorme devant la télé. On va dire qu'aujourd'hui je comprends mieux :)

      Supprimer
  20. Ah, le "tu es fatiguée" explication fourre-tout que me servait ma mère, qu'est-ce que ça pouvait me mettre encore plus en rogne ! Parce que c'était surtout la négation des contrariétés que je pouvais avoir. Alors, quand je dis ça à mon fils, j'ajoute une nuance qui me semble essentielle : "tu es fatigué, et quand on est fatigué, c'est plus difficile d'encaisser ce qui ne va pas" (en soulignant que c'est pareil pour moi, comme quand je préviens que je vais râler pour pas grand chose parce que je suis épuisée). Parce qu'au-delà de la fatigue, c'est important pour moi de reconnaitre que la cause de la contrariété est réelle, en ayant conscience que ce qui peut m'apparaitre, à moi, comme un détail, semble colossal de son point de vue à lui.

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour Marie, une idée qui peut donner envie aux nains sur la rando du dimanche (s'il faut une motivation) : les cistes ! :)

    RépondreSupprimer
  22. J'ai reconnu moi aussi quelques similitudes avec ton expérience :) et ca m'a émue tout ça : belle déclaration ! Merci Marie pour ce beau billet !

    RépondreSupprimer
  23. c'est une très belle déclaration, elle m'a tiré une larme, et pourtant je suis un peu jalouse : perso, je mets un point d'honneur à ne RIEN faire comme ma mère.
    je me dit régulièrement que je passe peut-être à côté de bonnes idées mais dès que je repense à comment faisais ma mère sur telle ou telle situation, je cherche une autre solution. et je suis triste de faire comme cela, même si j'ai de bonnes raisons de le faire.
    à la lecture de votre texte, je me dit, et j'espère, qu'elle a quand même sûrement réussi à me "transmettre" des petits trucs qui feront sourire mes fils plus tard, surtout s'ils le font à leur tour ...

    RépondreSupprimer
  24. Petite fille, je comprenais difficilement que ma maman puisse avoir besoin de dormir au beau milieu de la journée... Aujourd'hui... je sais et je fais! lol Rien de telle qu'une petite sieste réparatrice avec Bébé lové tout contre moi pendant une big tétée câlin! :) <3
    NB: dis-moi... je tourne les yeux deux secondes... et tu as déjà écrit deux billets?! Belle productivité M'dame! ;)
    Bisous

    RépondreSupprimer
  25. Chez moi, les "comme ma mère", c'est :

    Mets tes chaussons
    Tu t'es lavée les mains ?
    Je ne suis pas sûre d'avoir fermé le gaz ( la porte d'entrée, ma voiture...)

    Du coup, je lui ai envoyé le lien vers ton article !

    RépondreSupprimer
  26. Récemment, j'écoutais RFM et j'ai dit à Fils Aîné :
    "Ahhhhhh ça, c'est de la musique"
    O.o' Ma mère ...

    RépondreSupprimer
  27. AHAHHAHA et aussi <3
    moi aussi des fois je me fais peur "han on dirait ma mère". Et des fois c'est chouette. (Mais QUAND MEME bien flippant)

    RépondreSupprimer
  28. hahahahh le coup des plaques et tout le capharnaüm de sollicitation qui va avec ! tellement ça !

    RépondreSupprimer
  29. Malheureusement pour mon mari, je ressemble de plus en plus à ma mère.
    Et malheureusement pour moi, il ressemble de plus en plus à son père :-D

    RépondreSupprimer
  30. merci pour ce merveilleux article, surtout la derniere phrase, on est fière de nos maman, au debut on n'accepte pas leurs remarques, elles le font grace a leurs experiences dans la vie, plus que nous,je pense, moi je n'ai su l'importance de la grande responsablité de ma mére qu'apres avoir eu ma petite fille, et c'est vraiment le job le plus dur au monde, ma fille n'a pas eu la chance de la voir, ma mére est décédée, j'espere qu'elle soit fiére de moi, merci maman,
    mona
    limonasblog.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  31. Ahahah! J ai ri...
    Et oui on a tous en nous qq chose qui vient de notre vécu et que l on reproduit... Même sans s en rendre compte... Je vais d ailleurs réfléchir à ce que je reproduis mais que je pouvais détester chez me ma mère.
    Sinon ici c est le four qui reste allumé et mon grand qui dit Mamannnnnn tu as encore oublié d éteindre le four... Oops!

    RépondreSupprimer
  32. Drôle et touchant à la fois, très bel article !
    Je n'ai pas encore d'enfants, mais je suis sûre que ce sera pareil pour moi :)

    RépondreSupprimer
  33. Vache, c'est fou, tu as raison!!!!
    Moi aussi je ressemble à ta mère...
    Qui ressmble du coup à la mienne, bref si on ressemble à des mères, c'est sûrement parce que l'on a réussi à en devenir :)
    Bravo à nous alors!!!

    RépondreSupprimer
  34. Comme tu as raison, même si on ne veut pas, cela est encré dans l'exemplarité qui a fait notre éducation, ce modèle que l'on a pu observer tant d'années. Pour ma part, j'ai pu conserver la susceptibilité (bon courage à mes filles) mais aussi des traits de caractère formidables.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...