17 août 2010

Coaching de nain : devenir Grand Nain

J’aime les nains. Je n’y peux rien, c’est comme ça. Le nain me gave, le nain me saoule, le nain m’énerve et me pousse à bout, le nain me montre où sont mes limites, le nain me regarde en  ricanant, le nain est une petite personne fourbissime mais moi, je n’y peux rien, j’aime le nain.
D’ailleurs, tellement que j’aime le nain, j’en fais plein. Enfin, plein. Je te vois qui sourit, heureuse maman (fatiguée) de cinq nains, abonnée à la newsletter de lamarmaille.com, oh, oui, je te vois qui te dit…oué mais Marie elle n’en a que deux, alors elle me fait bien rire.
Nan, mais moi, si j’avais un mini-van, un  talent à la Marc Lévy (mouarf) qui me permette de vendre des millions de mon sioupère bouquin et aussi un mari multimillionnaire (et peut être aussi une armée de super nannies), bin des nains, j’en aurais, je ne sais pas moi, genre cinq.  Enfin quatre. Mais sinon trois c’est bien aussi.
là, le Lapin craque.

Bon, je ne suis pas là pour te faire chier avec mes « et si… » public fidèle, nan, je suis là pour t’expliquer comment qu’on fait lorsqu’un nouveau nain débarque dans ton cocon familial.
Bin oui, parce que, mine de rien, ça déstabilise un nouveau nain.


Encore???

Le premier nain, déjà, il perturbe ton mâle. Alors imagine combien c’est difficile pour un nain de deux, trois, quatre ans, voire plus, de voir arriver un nouveau nain.
Ton nain, ton premier, ton grand, ton bébé, ton seul et unique nain, il kiffe grave d’être le chouchou. En même temps, on le comprend. Il appelle « maman » la nuit, et hop, maman débarque, la tronche en vrac. Il a envie de frites ? Il lui suffit de prendre un air de Chat Potté en passant devant un Mac Dal et zou, une mini frite dans les pognes.
Il voudrait bien ce sioupère camion poubelle ? Il le regarde avec amour au rayon « mini mâle » de chez Maxi Toys, et hop, une maman prête à tout pour satisfaire les passions poubellesques de son fils, jette le sioupère camion Bruder dans le caddie. Elle est pas belle la vie de nain ?

Alors franchement, ce micro nain, là, qui bave et qui chouine, il sert à quoi ?
A pourrir la vie du grand nain. Grave.

Exemple :
- Grand nain ne veut pas dormir. Il chouine « mamaaan, pas dodooooo ». A 21h30. Maman monte pour la troisième fois et tente la maxi menace (du style « je te préviens mon chéri, si tu ne dors pas, on ne va pas au manège demain). Pitoyable. Evidemment, grand nain rechouine dix minutes après. Le mâle (surnommé Daddy pacoule) monte.  Et là, c’est la grosse voix, la vraie menace qui fout les jetons au nain (si tu ne dors pas, je mets le dividi de Cars à la poubelle). Quelle cruauté.  Le nain pleure. Le cœur de la maman se serre à l’écoute de ces sanglots vraiment poignants. Elle se dit que le mâle a été vraiment loin dans sa menace. Bien évidemment, cinq  minutes après, le nain dort.

En revanche, si petit nain chouine, les choses se passent différemment. Oh que oui. Déjà, on ne lambine pas pour monter le voir. Nan, on bondit. Vite. Soit papa, soit maman. Souvent maman parce que maman a l’ouïe plus fine (c’est génétique le mâle, sois pas jaloux).  Le petit nain est saisi délicatement avec un grand sourire. Auquel s’ajoute une voix sur-niaise du genre « bah keskila mon gros bébé tout meugon ? Il a faim ? Il a fait caca ? Il veut pas faire dodo ? ».
Là, grand nain est atterré. Genre lui, il chouine avec les bons mots, une phrase quasi construite et très explicative de la situation, et l’autre là, l’espèce de bidulechouette tout vilain sans cheveux, il bave un truc incompréhensible et les deux andouilles deviennent des esclaves mielleux et sirupeux.  C’est juste dégueulasse.
Bon, je te le fais en vulgaire, mais en gros, c’est ça. Grand nain ne comprend pas vraiment pourquoi tant d’empressement, tant de gentillesse, tant d’attentions, pour un si petit truc, si peu intéressant.


D’ailleurs, même si tu as l’impression de garder la même attitude, c’est tout bonnement impossible. Petit nain qui pisse par terre c’est rigolo. Grand nain qui pisse par terre, c’est du foutage de gueule. N’empêche que grand nain ne comprend pas vraiment pourquoi il se fait engueuler alors qu’on sourit devant la bêtise de l’autre.
Alors comment faire pour faciliter le passage de 1 nain à 2 nains. Ou de 2 à 3…



Mes conseils ne sont pas ceux de wondermaman dont les nains s’adoooorent et jouent ensemble aux petits chevaux (les ringards) sans s’envoyer les dits-canassons à travers la tronche. Les nains de wondermaman si tu veux, ils ne s’engueulent même pas quand ils jouent au Monopoly. Ça doit être les seules personnes sur terre d’ailleurs à ne pas tenter de se faire avaler le dé à coudre après une faillite...
Mais mes conseils ont plutôt pas trop mal marché sur mes deux nains, 20 mois d’écart et une chouette complicité aujourd’hui. Enfin, si on met de côté le fait que Soso file des paires de tarte à son frère en lui disant « pas beau » et que Tim Tim ait décrété que Soso n’était « pas très joli » et que s’il continuait (à lui filer des paires de tarte) il n’aurait plus jamais de câlin de sa part (menace suprême, tu peux le constater).

Le coaching du nain n°1 commence dès ta grossesse.

Tu pourras retrouver là quelques ouvrages qui abordent le sujet.
Mais je te conseille de ne pas non plus en faire des caisses. D’une parce que le nain s’en bat un peu le steack de savoir que tu as un nain dans le bidon, et de deux parce que, tout comme le mâle, le nain ne se rendra vraiment compte du changement que lorsque l’autre nain sera là.
Donc évite les grandes annonces alors que tu es enceinte de dix jours parce que le nain va trouver le temps long entre l’annonce et la vue de mini-nain.

Evite aussi de le faire trop participer genre « quel prénom veux tu pour ton petit frère ou ta petite sœur ? ». Pour tout te dire, Tim souhaiterait appeler nain n°3 du doux prénom de Caca Fesse (si c’est un garçon) et de Pipi Carotte (si c’est une fille tu l’auras compris). En gros, le nain a des goûts de chiotte. C’est le cas de le dire.
Donc, bon, ce nouveau nain qui grandit dans son ventre déjà bien entamé par tes précédentes grossesses, ça regarde le nain, certes, mais c’est avant tout un désir d’adultes.
Donc  lâche la grappe du nain.
Ce que tu peux faire, en revanche, c’est le faire participer à la déco de la chambre du nouveau nain. Il aura l’impression d’être utile, et tu sais que le nain adore ça. Alors bien entendu, je ne te dis pas de coller la maroufle dans la main du nain, nan, mais en tout cas, je pense qu’il est apte à coller quelques stickers. Compris le nain ? Ou bien tu peux toujours lui faire choisir une petite peluche pour le micronain, il aura l’impression d’être generous-nain.
Le truc à expliquer au nain, c’est qu’il ne faut pas trop qu’il s’emballe. Que nouveau nain ne va pas pouvoir se mettre assis dans la remorque de son tracteur tout de suite. Qu’il ne pourra pas aller sur le tape-cul avec lui. En gros, il faut que tu lui expliques que nouveau nain, il va rien faire d’autre que brailler. Et manger. Et faire du caca tout jaune avec des grains de moutarde dedans. Beurb.
Et surtout que, quoiqu’il arrive, maman (et papa, oh, ça va le mâle, je ne t’oublie pas) va continuer à l’aimer. Qu’un cœur, ça a plein de place dedans. Pour tous les nains. Et aussi pour le mâle.
Donc, je récapitule, pendant la grossesse, tu expliques bien au nain tout ça, mais sans en faire des caisses. C’est bien.

Ah oui, un truc très très important à ne pas négliger: à l’arrivée de nouveau nain, prévois un cadal. Oui, tu m’as bien entendu, un cadal. De la part de micronain, pour grand nain, Premier du Nom. Par exemple, ici, sa majesté Solal a amené, en direct du ventre de sa mère, un chouette camion de pompier Playmobil à son grand frère, en guise de cadeau de bienvenue. Sympa le nain. Evidemment, public malin, tu auras compris que nous avions intelligemment caché un petit cadal dans la valoche de maternité histoire que grand nain découvre en même temps son nouveau cadal et son nouveau frère. La pilule passe mieux, crois moi.
et bin bon courage...

Lorsque grand nain va découvrir petit nain, ne t’attends pas à tes hurlements de joie et à la danse de la couche. Que nenni. Généralement, grand nain regarde, inspecte, se fend d’un sourire (voire non), refuse de lui faire un bisou (en même temps, il ne connaît pas ce nain) et puis s’en désinteresse. Enfin, à moins que tu aies une grande naine AB-SO-LU-MENT fanatique des bébés (tu sais, celle qui se trimballe avec ses bébés partout partout) qui va, tout à sa passion, te dire « maman, il est trooooop mignon mon nouveau bébé ». Retiens toi de lui dire la vérité. Genre qu’au bout de 24h elle ne va plus le trouver mignon. Laisse la rêver un peu.

Bref, le nain a découvert la petite larve qui va devenir son meilleur pote, son frérot, son complice, son meilleur ami. Bon, pour le moment, il trouve que ça ne commence pas si mal puisque le nain lui a offert un cadal pas trop pourri. C’est qu’il doit avoir une once de bon sens.


A l’arrivée « at home », à la reprise du rythme familial, les choses  risquent de se compliquer un petit chouilla. Déjà parce que micronain n’a pas de rythme. Mais alors pas du tout. Genre, il décide de manger en plein pendant le bain du nain. Et tu te retrouves entrain d’allaiter sur la cuvette des toilettes pendant vingt minutes pendant que ton autre nain joue pitoyablement dans une eau tièdasse voire même carrément froide. Ou bien micronain va décider qu’il a envie d’être porté juste quand tu entamais une partie de Verger avec grand nain. Ou encore, micronain va t’accaparer le soir (tu sais, les fameux pleurs du soir, que tu dis « c’est les coliques », nan « c’est les dents – à 15 jours on y croit », ou bien c’est peut être parce qu’il a soif, ou faim, enfin bon, tu cernes bien) alors que grand nain avait pris l’habitude de lire Roule Galette avec toi le soir. En gros, tu es scindée, tu es divisée, tu dois faire avec les deux.
En plus, les nuits hachées (t’avais oublié hein, ça les nuits toutes pourrites avec cette put*** de tétée de 4h du mat’, hein ???)  te fatiguent un max, tu es cernée et un peu beaucoup sur les nerfs. Du coup, grand nain et ses colères (pire s’il est dans sa phase du terrible tou ) c’est le pompon, c’est la goutte d’eau qui jette de l’huile sur le feu.

Tu cries, tu pleures, tu ne t’en sors pas, tu ne peux pas gérer.
Exemple : micronain a fait une bouse jaune et verte liquide dégueu genre le body est à javellisé (ou à jeter). Tu prends sur toi et tu te diriges vers la salle de bain, le cœur au bord des lèvres. Tu dis à grand nain que tu changes le cul du petit. Enfin, tu expliques que «  ton petit frère a fait caca, que ça ne sent pas très bon, que tu vas le changer et que tu reviens tûdessuite, qu’il ne fasse pas de bêtise ». Là, déjà, je me gausse. Imagine toi, t’es un nain. Un peu dégoûté le nain, puisque tu dois partager ta môman adorée chérie avec une bestiole inintéressante. Elle se casse de ta chambre où vous étiez entrain de jouer avec des tracteurs (youhou) pour aller faire quoi ? Voir le caca de la bestiole. Vous feriez quoi ? Une connerie. Oué. Bin c’est exactement ce que va faire le nain. Il va sortir les fringues de l’armoire. Ou faire une petite œuvre d’art avec ses craies grasses sur le mur, ou écraser des craies. Bref, un truc de boulet qui va t’énerver.

La solution ?

Emmène le nain avec toi. Et devant le nain, fais semblant de gronder micronain. Genre « ce n’est pas très gentil micronain, nous étions entrain de jouer avec ton frère et là, je dois m’arrêter pour changer ton ptit cul qui pue, la prochaine fois, je me fâche. En plus tu en as mis partout, c’est vraiment beurk, beurk… ». Bon, évidemment, micronain n’y peut rien, tu l’as compris et tu ne vas pas l’engueuler parce qu’il a pourri couche zé body. Mais, pour grand nain, c’est important de voir que tu n’es pas EXTATIQUE à l’idée de changer une couche. Et que oui, toi aussi tu étais contente de jouer aux tracteurs (si, tu étais contente, je te dis).
meugnon le poussin...

En gros, le principe, c’est ça. C’est de ne pas toujours être entrain de pourrir le grand. Donc de faire semblant de pourrir un peu le petit. En plus le petit, il ne pige pas encore grand-chose. Bon, je ne te dis pas de lui hurler dessus hein, c’est entendu, mais rien ne t’empêche de lui dire de temps en temps « qu’il exagère, il pleure un peu fort, ça te casse les oreilles et au grand nain aussi ». En gros, grand nain doit se rendre compte que micronain est logé à la même enseigne que lui. Enfin, presque.


L’autre chose importante mais ça, tu t’en doutes, c’est de garder des moments avec ton grand nain. Et c’est là que le mâle, ton ami de toujours, entre en scène. Et oui, le mâle, malgré quelques menus défauts, tu restes notre partenaire, notre bouée de sauvetage, notre copilote. Moué, bon, ça va, je t’ai assez flatté, tu boudes plus ?

Bref, le mâle, quand on a deux nains, est l’ustensile incontournable. Comme la poussette double (je ne t’ai pas encore parlé de ma sioupère poussette double ?? ça sera pour le prochain artikeul, promis).  Je disais donc que le mâle va être obligé de s’occuper d’un des nains. Et j’insiste sur le fait qu’il faut switcher, échanger les nains. Ce n’est pas parce que tu allaites que tu dois toujours te farcir micronain qui, soit dit entre nous, n’a pas une conversation passionnante. Nan. L’intérêt c’est que, de temps en temps, tu t’occupes de grand nain tout seul. Rien que lui. Et que tu lui dises que tu es contente d’être toute seule avec lui. Bon, ce qui est top aussi c’est quand tu as sous le coude une sioupère mamie qui te baby sitte micro nain une paire d’heure le temps que le mâle et toi-même sortiez avec grand nain, comme au bon vieux temps. Une piscine, un ciné (si grand-grand nain), un zoo, etc…
En clair, il faut que tu restes disponible pour grand nain. L’histoire du soir, par exemple, ça peut être toi, pendant que le mâle tente de calmer micro nain avec un porté ventral sensé soulager les coliques.


En dernier lieu, il faut responsabiliser grand nain. Lui dire à quel point il est grand sans pour autant le faire grandir trop vite. Parce que c’est la meilleure façon pour que grand nain régresse. Genre qu’il réclame que tu lui donnes à manger, que  tu le portes, etc…
J’ai pris le parti de faire un petit peu, puis de flatter le fait qu’il sache faire tout seul. Par exemple, les premières fois que Timéo m’a demandé de lui re-donner à manger (alors qu’il mangeait à peu près correctement seul), je lui ai redonné. Tout en disant à micronain que son frère LUI savait manger tout seul. Et qu’un jour, peut être, il serait, lui, petit micronain, aussi fortiche que son grand frère. Généralement, grand nain, sensible à la flatterie, ne résiste pas longtemps et décide de montrer à micronain toute l’ampleur de ses apprentissages.
Mais il est clair que c’est une période charnière et difficile où tout ce qui a été mis en place peut foutre le camp. La propreté, par exemple.
Encore  une fois, il faut se dire que grand nain sait, comme tout nain fourbissime qu’il est, exactement, ce qui va nous mettre en boule. Le cirque le soir, la crise pour s’habiller, la colère dans le magasin alors que micronain a la dalle, le pipi/caca dans la culotte alors qu’il est propre depuis longtemps.
Personnellement, j’ai toujours essayé de rester zen et surtout, de ne pas montrer au nain que cette situation me stressait, me paniquait et me faisait ch***. Surtout, ne pas montrer sa peur à l’adversaire.
En gros, face à des pipis dans le slip, je reprenais exactement le même discours que j’avais tenu six mois auparavant lors de l’apprentissage de la propreté. A savoir « ce n’est pas grave, tu n’as pas été assez rapide, la prochaine fois, tu demanderas plus tôt ». Et pas de discours culpabilisant du genre « ce n’est pas bien de faire exprès » ni d’engueulades. Bin nan, parce qu’évidemment que le nain fait exprès. Pas con le nain. Mais attacher de l’importance à ce genre d’écart, c’est donner de l’importance à la chose. Qui n’en a pas.
En revanche, à d’autres moments, hors de tout incident, on peut dire et redire au nain qu’on l’aime, et qu’on se doute que ce n’est pas facile de partager sa maman, et surtout, on peut lui dire à quel point on est fier de sa petite pomme. 

Bon, je m’étale en conseils, mais tout ne marche pas forcément comme sur des roulettes.
Le prêt des jouets risque de poser quelques soucis mais je suis certaine que tu sauras gérer les hurlements occasionné par le vol d’un tracto pelle d’un micronain ebahi par un si bel objet. Sinon, fais moi signe et je me ferai un plaisir de t'écrire un zoli artikeul sur la jalousie entre frangins... Si, si, c'est plaisir..N’oublie pas d’apprendre à grand nain que s’il veut quelque chose qu’a micronain, il doit lui apporter un autre truc en échange. Micronain lâchera alors le jouet pour prendre l’autre. Micronain se fait avoir à chaque fois.


Si tu as d’autres astuces, d’autres histoires, fait tourner, c’est toujours chouette et bénéfique.
C’est vrai que ce n’est pas toujours évident d’avoir plusieurs nains, on prend moins de risque à en avoir un seul. Mais sincèrement, quand on écoute discrètement les conversations débiles des nains qui jouent ensemble

extrait de conversation débile dans le bain (acteurs Tim Tim 3 ans, Soso, 18 mois):
-Soso? Tu veux du coca? (avec verre à dent rempli d'eau pisseuse)
- Nan! (quelle répartie)
- Tu veux du pipi alors?
- Nan! Caca!
- Cacaaaaaaa (hurlements de rire)...

 Bin, moi je dis, quand t'entends ça...tu ne peux pas regretter d’en avoir fait deux (ni d'en avoir un troisième inside).

Sauf, peut être, pour ce petit bourrelet qui passe au dessus du jean. Et encore…

11 août 2010

Pour toi, le mâle...

Et oui, cher public fidèle et impatient de découvrir  ce nouvel artikeul. Et oui, j’ai décidé pour une fois de rendre hommage au meilleur ami de la sioupère maman que tu es, j’ai nommé : le nain l’épilateur le mâle..

Je sais qu’il y en a quelques uns, là, derrière leurs écrans.
Youhou, coucou le mâle (toujours prendre un air niais quand on s’adresse au mâle).

Alors voilà cher mâle, je t’écris. Je t’écris pour t’aider, pour te rendre service, remercie pas. Je t’écris pour t’aider à devenir un mâle parfait. Je sais que parfois, je ne suis pas tendre avec toi, je le sais. Je sais que tu fais des efforts et que tu n’es pas siiiiiii pire que ça. Mais avoue, le mâle, avoue qu’il y a des jours où, hein, franchement, on a l’impression que tu fais exprès d’être un boulet. Que tu n’es rien qu’un nain de pluche.

Pour éviter d’énerver ta chère et tendre conjointe qui sourit à tes côté à la lecture de ce magnifique, et néanmoins utile, artikeul, je m’en vais te délivrer quelques conseils fort à propos, toi jeune papa de nain et amoureux d’une maman.

Règle number ouane : Patient (très patient) tu seras.

Cette règle s’adresse tout particulièrement au mâle propriétaire d’une femme enceinte, d’une maman baleine quoi. Surtout, cher mâle, il ne te faut pas t’énerver, jamais. Ne pas élever le ton et ne pas lever les yeux au ciel. Et surtout, ne pas partir au maugréant quelque chose dans ta barbe. Ça, ça énerve. Grave.

Contente toi de répondre aimablement aux questions, et ce, à toute heure du jour et de la nuit. Car oui, nous adorons poser des questions existentielles lorsque tu sombres avec béatitude dans le sommeil. Ne cherche pas, c’est comme ça.

Je te conseille donc d’alterner les :

- Oui, tu es belle


- Non, franchement, tu n’as pas trop pris


- Evidemment que tu devrais te racheter des petits hauts de grossesse


- Non, ça ne me dérange pas du tout de te masser (encore) le dos (à minuit)


- Oui, très bonne idée que de manger pour la dixième fois en trois jours de la salade tomate-féta (si c’est ta compulsion de femme enceinte)


- Bien sûr que tu as bien fait de dévaliser Sergent Major si c’était un article acheté, le deuxième à 2 euros.


- Mais non, ça ne me dérange pas de garder les nains pendant que tu te prends un bain


- Tes vergetures ? Ah ? Je n’avais pas remarqué en fait…


- C’est clair que tes nains te ressemblent, grave.


- Mais oui, tu as bien récupéré de ta grossesse ma chérie.

En clair, use avec parcimonie mais délicatesse du mensonge léger. Sincèrement, ça fait du bien.

Règle number tou : quelques tâches ménagères tu effectueras

Je ne sais pas moi, rends toi utile. Passe l’aspi, fait la vaisselle du plat à gratin qui attache (depuis trois gratins), lance une lessive ( à 30°, ne prends surtout pas de risque). En gros, fait un truc utile genre qui aide. Passe un coup d’éponge après avoir ôté tous tes délicats poils de barbe au rasoir autour du lavabo de la salle de bain. Par exemple.

Mais le plus important n’est pas l’accomplissement de la tâche, cher mâle, nan. Le plus important c’est l’humilité et la discrétion une fois la tâche accomplite par tes soins. En gros, ce n’est pas la peine de faire quelque chose et de te pavaner ensuite pendant une semaine en rappelant à qui mieux mieux que tu as, au choix, « étendu le linge », « rangé les slips des nains par couleur ». Et surtout, que cela ne te dispense pas de faire autre chose. Feignasse va !

Règle number tri : Pas (trop) malade tu seras :

Alors là, non. Pitié. Pas malade. Tu visualises bien le mâle ? Nan ? Alors laisse-moi-t’expliquer. Quand tu es malade, le mâle, tu es…heu…comment te dire…on a juste envie de t’achever. Rapidement. A la machette. Nan, parce que tu ne sais pas souffrir en silence le mâle. Tu te traînes, tu couines, tu geins, tu as mal à la gorge, mal à la tête, mal aux sinus, et mal au nez. D’ailleurs tu n’as jamais eu aussi mal que ça. Aaaargh. En revanche, tu ne vas pas chez le médecin. Que pourrait-il faire pour ton cas extrême d’ailleurs ?

Et la nuit, c’est pire. Oui, car tu aimes à nous réveiller pour nous faire part de ta souffrance sans précédent, de ce nez bouché qui t’empêche de respirer. Puis tu te rendors dans la minute. Pas nous.



Règle number four : Les courses (de temps en temps) tu feras :

Oui, parce que je ne sais pas si tu te souviens, cher mâle assidu à la lecture de mes artikeuls, mais les courses, pour nous, c’est ça.

Alors, vas y de temps en temps. Prends ta jolie caisse et va  au Carrouf’. Et ne te contente pas de prendre TON nutella, TA bière et TES cajoux. Nan, pense à mes Spécial K. Au chocolat noir, pas au lait, ils sont moins bons. Et n’oublie pas de prendre un liquide vaisselle écolo. Et pour la lessive, ne prends pas Fraîcheur des Prés, ça pue les chiottes. Pour le PQ, n’oublie pas d’éviter le papier de verre. Et je te rappelle que le nain ne met plus de couche taille 3 depuis qu’il a 6 mois.

Et ce n’est pas la peine de prendre des nems surgelées, j’essaie de faire attention. Enfin, ce n’est tout de même pas compliqué de faire de bonnes courses.


Règle number fiveu : tes chaussettes par deux, au sale, tu déposeras

Ça a l’air très con comme règle mais je suis certaine que toi, le mâle, le soir, tu fais comme tous les mâles. Tu enlèves une chaussette, puis deux. L’une file sous un tapis/lit ou entre deux meubles. Et l’autre, bin elle git. Au milieu de n’importe quelle pièce. Souvent la chambre, avec chance, tu te déplace jusqu’à la salle de bain. Mais vraiment, la chaussette sale et seule, ça rend dingue. Tu sais, aussi dingue que la dernière tranche de PQ chez des gens qui ne rangent manifestement pas leur PQ dans la petite armoire au dessus des toilettes. Bon, revenons aux chaussettes. Action : enlève tes chaussettes. Puis, essaie de les jeter ensemble. Par terre, ça va aussi, le panier, ça viendra plus tard. Mais si tes deux chaussettes peuvent se retrouver together dans la machine à laver, c’est le surkiff. T’imagine pas le bonheur quand on finit une corbeille de linge à plier avec toutes les chaussettes copines. T’imagine pas je crois.

Règle number sisque : la nuit (parfois) tu te lèveras :

Alors, je le sais bien, le mâle, je le sais bien, tu n’entends pas. Enfin pas bien. Enfin moins vite que nous. Nous sommes tellement promptes, dis-tu. Laisse-moi t’expliquer. Une mère, ça ne dort plus jamais comme avant. Ça ne dort plus du tout d’ailleurs, ça monte la garde, ça guette. Mais NON, une mère, ça n’aime pas se lever la nuit.


Règle number Cévennes : les couches atomiques tu changeras

Oui, tu les changeras, même les liquides, même les explosives, même les puantes, même les pourrites. Tu les changeras, car ce n’est pas très poli de refourguer un nain puant. Ni à ta chère et tendre. Ni à ta belle mère.

Et viennent ensuite quelques règles mineures mais tout de même nécessaires :

-règle number heite: nos façons de faire avec les nains tu ne critiqueras pas :

Parce que promettre une sucette/une fraise tagada au nain qui se tient correctement au supermarché, ce n’est pas du chantage. Nan. Ça s’appelle « récompenser intelligemment une action positive ». Mouché le mal, mouché.

- règle number naïneu: les nains parfois tu extraieras :

Pas longtemps hein, une heure. Juste le temps pour toi d’aller laver ta belle caisse à l’Eléphant bleu avec un nain surexcité. Ou d’aller chez Jardiland admirer les rongeurs (pas la peine d’en ramener hein, ok ?). Le temps que ta belle fasse une sieste. Ou prenne un bain. Ou écoute le silence.


- règle number tenne: à quelques activités niaises tu participeras :

Oué, parce que je t’explique, nous non plus on n’adoooore pas patauger dans l’eau tiède de la piscine municipale avec un arrosoir en attendant que la bestiole en couche Némo ait les lèvres bleues. Et rester à côté du nain pendant le tour de manège, ça fout la gerbe.

Et ça sent le vomi dans la piscine à balles.


En bref, cher mâle, suis ces quelques règles et ton quotidien va s’améliorer. Enfin, surtout le nôtre en fait. C’est déjà ça.

Mais en tout cas, merci d’être là, malgré tout, ces nains on les a voulu ensemble, ya pas de raison qu’on n’en chie pas à deux. We are to-ge-ther.

Hein le mâle ?


Artikeul écrit sur la route des vacances, entre Tours et Lorient et mis en ligne à la terrasse d'un café où, youpihourra, ya du wifi. Donc, pas de zolies images, et pas de zolie mise en page. Tu ne m'en veux pas public chéri????

30 juil. 2010

To sieste or not to sieste

Tu le sais cher public fidèle et avide de bons conseils, tu le sais, Angélinain se couche tôt. Et probablement qu'Angélinain sieste.
Veux tu que je répète à nouveau ce bien joli mot? SIESTE. Ne bave pas d'envie. Ne pleure pas de fatigue. Je viens ici te parler de ce moment joussif et si rare, si dépendant du nain: la sieste.

Avant d'avoir un nain, je suis passée par plusieurs périodes siesteuses. Certaines périodes où j'assénais aux gens que "faire une sieste, c'est pour les vieux, moi je ne perds pas mon temps à dormir" (air hautain et suffisant, tu sais bien faire ça nan?).
D'autres où je regardais les cernés en disant "nan mais tu vois, moi je m'allonge après le repas, vingt minutes pas plus (tu parles) et après, zou, ça repart" (toujours un air hautain et suffisant, hein, ok?).
La sieste, bah, c'est devenu comme un rituel (wikend et ouacances) avec des siestes de différents formats, pour des siestes à différents effets:
Le futur appart' du nain

- sieste de winneuse: 20 minutes tout rond, je bondis du lit, oulàlà ce que j'ai bien récupéré, jsuis trop en forme moi. En gros, la sieste de wonder maman avant qu'elle ne devienne maman.

- sieste de moule accrochée à son rocher: 2 heures, avec des réveils moulauds et des rendormissements. Des "putain faut que je me lève" et des "encore 5 minutes". Impossible de se décrocher, bercée par les flots. Oué, ne dis rien, jsuis pouète.

- sieste d'algue: bercée plusieurs heures par un sommeil trop chaud, trop profond, réveil dans le coltard et phrase choc qui énerve celui qui ne peut pas siester (genre celui qui bosse) : "j'aurais pas du dormir, dis donc, je suis encore plus fatiguée qu'avant" (là, celui qui bosse te déteste mais se contente d'un sourire forcé qui se veut compatissant).

- sieste crapuleuse: où en fait tu ne dors pas du tout, mais c'est quand même drôlement bon.
tout à fait d'accord

En bref, la sieste, ya pas à dire, c'est juste le bonheur. S'endormir en culotte sous une couette dans l'après midi, ouvrir les yeux et se dire qu'on a bien profité, qu'on ne s'est pas posé de questions, c'est le surkiff.
Oué, ok, mais ça, c'était AVANT.
Je te rappelle que là, t'as des nains. Et oué.

Toi aussi, tu as lu ton "Mode d'emploi pour nains à l'usage des grosses buses" avant d'avoir ton premier nain et tu as lu ces quelques mots: "le toupetinain a besoin de dormir de 16 à 20h par jour. Puis le temps de veille augmente progressivement et on passe à deux siestes quotidiennes de deux heures chacune (en moyenne)".
Et là, tu t'es dit, CHOUETTE, un nain, c'est comme Mistigri. Tu lui donnes à manger neuf fois par jour, il râle quand il a la dalle et sinon, il fait rien qu'à dormir comme une grosse loque (sauf que Minet, en plus, pourrit ton canapé avec ses sales poils et sa bave de chat).

Et là, chère buse, en relisant ces quelques lignes, tu te rends compte à quel point tu as été flouée.
Le nain, même toupeti, n'est pas un félin. Nan. Il ne dort pas. Mais alors là, pas du tout entre 16h et 20h par jour. Nan. Enfin, pas le tien. Je te rassure, à part ceux de wonder maman "qui ont fait leurs nuits à la maternité, c'est fou hein? (ce qui est fou c'est qu'elle ose encore le dire sans honte et sans crainte de se faire lapider)".
Les auteurs de guides à la noix devraient surtout écrire " le nain dort, c'est vrai. Mais surtout dans les bras de ses (cernés) parents, ou sur leur ventre alors qu'ils ont faim, ou devant une série télé violente, ou encore dans une écharpe, ou dans un cosi. Et pas longtemps. Du tout".
En gros, le nain, il dort juste un peu pour récupérer. Après, il voudrait bien faire des trucs. Et sympas les trucs, genre marcher quoi, pas rester à te regarder dormir.

Donc la sieste, comment te dire, t'oublies. Ah oué, totalement.
Toujours extrait du "guide à la con des buses pas si buses": "RE-PO-SEZ vous jeune maman. Profitez des siestes de votre nain pour vous allonger à votre tour. Le ménage attendra".
Wondermaman. Elle ne dormira que 20 minutes et aura le temps d'aller repasser tout son linge.

NAN mais c'est toi qui va venir le faire mon ménage crétin?
Je rêve.
Et puis t'as déjà vu une sieste de nain?
Le nain, déjà, tu l'as promené deux heures en écharpe avant de voir ses petites paupières se refermer sur ses délicats petits yeux (il va les fermer ses put*** de délicats petits yeux le nain??). Tu as du tabasser trois connards qui ont voulu te parler en chemin et qui ont fait sursauter le nain.
Tu es rentrée dans ta maison, fourbue. Le téléphone a sonné. Tu as pourri ta mère à voix basse en décrochant.
Une volée d'insultes plus tard, tu raccroches et tu montes le nain dans sa chambre.
Là, tu décroches péniblement l'écharpe et tu tentes misérablement de faire glisser le nain dans son lit en douceur.
Youhou, ça fonctionne. Le nain est sur le dos et tu recules tranquillement.
Tu fermes la porte.
Tu passes directement dans ta chambre pour t'allonger (car tu suis les bons conseils de Docteur La Buse). Et tu fermes les yeux. Douce torpeur.
Cri.
Et voilà, youpi, la sieste est finie.
Tellement ça le nain. Piqué sur tartiflette & cigogne.

Le lendemain, rebelote.
Et les jours suivants, tout pareil.
Alors crois moi, après, tu n'as plus envie de t'allonger, tu as la trouille au ventre que le nain se réveille alors que tu t'endors à peine.
Au final tu fais le ménage et tu en profites pour jeter le "guide à la con" à la poubelle.
Et le jour où tu décides de faire le ménage, le nain dort. Trois heures.
Ne te noie pas dans le seau à serpillère, c'est comme ça. Le nain fait exprès. Je t'ai déjà dit qu'il était fourbe.

Mes solutions?
- Faire la sieste à tour de rôle avec le mâle.
On repassera pour la sieste crapuleuse (mais en même temps as tu vraiment envie d'une sieste crapuleuse?? NAN, t'as envie de DOR-MIR). Désolée le mâle, mais 10 minutes de sommeil c'est 10 minutes de sommeil.

- Coller le nain chez quelqu'un (ou à la crèche/nounou) et dormir.
Il est important de se débarrasser physiquement du nain en le prêtant à quelqu'un qui aime les nains car sans cela, tu auras l'impression que le nain est dans ta maison. Ce qui est très mauvais pour le karma de la sieste.

- Se coucher tôt et ainsi éviter les siestes. Oué, ok, c'est pourri. Mais en même temps, si tu te couches à 20h30, tu ne peux pas en plus faire une sieste, ça ferait mauvais genre.

Et c'est tout, prendre son mal en patience.
Généralement, le nain qui va à la crèche ou chez la nounou se règle assez rapidement. Je dis généralement.
Sinon, un bon coup de gournain, ça peut le faire.
Surtout sur le nain qui commence à comprendre que pendant qu'il sieste, en fait, il pourrait faire d'autres choses. Et oué, pas con le nain.

Alors là, pas de discussion possible.
M'en fous tu siestes le nain.
Tu veux pas faire dodo. M'en fous. Tu siestes.
Tu restes dans ton lit, tu te reposes, tu regardes l'intérieur de tes paupières et tu fermes ta bouche.
Et surtout, surtout, tu laisses maman dormir.
Compris le nain?

En bref, la sieste devient rapidement chez le jeune parent un moment crucial, un moment d'angoisse et un moment attendu comme un sushi après une grossesse.
D'ailleurs, ne mens pas, quand le nain se lève, tu penses:
- putain, 6h20, il me gave
- allez, à 12h30 il est à la sieste.

Et je ne sais pas toi, mais alors moi, depuis que j'ai dans ma vie, deux nains peu enclins à la longue sieste de l'après midi, je deviens légèrement agressive avec ceux qui osent émettre 1 seul son lorsque mes nains sont enfin endormis.
Le soir, ça ne me fait pas pareil, mais alors si quelqu'un ose ranger le lave vaisselle, ou claquer une porte, ou même rire un peu fort....je suis prête à le pourrir sur place. Genre.
Mais je me contente d'un poli: "chuuut, silteplé, les nains dorment". D'un air fatigué et avenant (tu peux le réussir, c'est très facile).
En même temps, au bout de quelques heures passées avec mes nains, les gens ont tendance à être très silencieux pendant leur sieste. Voire même, ils vont en faire une aussi. Louche nan?


et celui qui le réveille s'en occupe. OK???

25 juil. 2010

Tu pousses le bouchon un peu trop loin le nain

Cet artikeul relate avec exactitude des faits (malheureusement) réels qui se sont déroulés dans l'ambiance climatisée (à 15°C) d'un Grand Scénic, durant la journée du 16 juillet, entre 13h et 23h très exactement.


13h21: Le grand scénic est plein z'à craquer, le mâle a géré le rangement du coffre comme un expert (en même temps le labrador a été lâchement abandonné (ainsi que son douillet matelas) chez sa mamie.
Les nains, repus et prêts pour la sieste, sont sanglés dans leurs sièges totos. Les petits petons sont libres de toute sandalette et les bouches sont tétineuses. Mon siège est très légèrement incliné, le CD des BB Brunes est enclenché (mais pas trop fort, il ne s'agit pas de réveiller les nains), la clim' est sur 15° (il fait 38° dehors), le mâle a chaussé ses Ray Ban et nous saluons de la main nos charmants hôtes.

13h22: le GPS nous demande de tourner à droite. Je trouve que c'est bien pratique un GPS.
13h23: le GPS nous demande de faire demi tour avec prudence car il n'apprécie pas notre raccourci. Je lui coupe la chique.
13h24: nous franchissons la frontière avec l'Allemagne (oui, nos hôtes vivent à la frontière). Soso dort. Timéo clignote (enfin ses yeux).
13h27: Timéo dort. Je savoure et chantonne les BB Brunes (en sourdine).
13h28: le mâle roule. Vite. On papote de tout et de rien. Enfin, surtout de rien, ou bien on daube sur les gens, ça détend et c'est très tendance.
14h03: le mâle roule. Moins vite, il y a des travaux.
14h32: le mâle roule. Au pas. Il y a du monde.
14h37: le mâle ne roule plus du tout. Il y a un bouchon. Peu importe, les nains dorment. Je songe à ouvrir un bon petit polar.
14h44: Soso ouvre un oeil.
14h45: Soso ouvre l'autre oeil.
14h46: Soso crie. Mal réveillé le nain.

Interlude Conseil:
Sache que le nain dort très bien en voiture à condition que tu ne t'arrêtes pas de rouler. JAMAIS. NEVER.
Je te conseille donc de toujours garder un pied sur l'accélérateur, même si tu n'as pas de vitesse enclenchée. Oui, oui, tout le temps.
Exemple du péage: le mâle arrive, il est à 110. Il décélère doucement, mais sans jamais s'arrêter, il baisse sa vitre le plus tard possible et saisi le ticket d'un geste habile. Il te le jette à la tronche, tu réceptionnes et il redémarre dans la foulée. Lors d'un paiement, qu'il veille à garder le pied sur l'accélérateur pour faire vrombir le moteur même lorsqu'il insère la visa.
Evite de passer chez la dame du péage, même si tu veux lui faire plaisir parce qu'elle s'ennuie. Parce qu'elle va mettre des plombes à te rendre la monnaie histoire de faire durer l'instant. Et surtout parce que tu vas être obligée de lui parler et que ça risque de réveiller le nain. Halte aussi au jeune qui donne des petits cadals sur le bord du péage. Chope le sachet et fonce. Quand le nain dort, point de politesse, il n'y a que ta survie auditive.

Exemple de l'arrêt pipi: Ah oui, ça arrive, surtout quand on a un gros bidon comme le mien et qu'on se gave de Vittel+Pulco pour éviter la cystite et la déshydratation. Le nain dort depuis 15 minutes et toi, tu te tords à côté du mâle. Dis lui tout de suite que tu aimerais t'arrêter dans peu de temps, qu'il puisse encaisser le fait que sa chère et tendre tient encore moins longtemps que son nain de 3 ans sans faire pipi. Au bout d'une demie-heure de torture, le mâle consentira à s'arrêter. Mais attention, pas dans une zolie aire avec des vraies toilettes nettoyées par Denise trois minutes avant ta venue. Nan, que nenni, le mâle t'arrête systématiquement dans ce que j'appelle une aire coupe-gorge-pipi-routier, à savoir l'aire de la Louze, avec 1 banc et une poubelle qui fouette, 4 camions sur le parking et un bunker pour les toilettes. Miam.
Le mâle t'éjecte donc de la voiture avec un "vasi mais magnetoi" et garde le pied sur l'accélérateur. Tu fermes doucement ta porte de voiture (sans la claquer, voilà, c'est bien) et tu cours (Kleenex en poche) vers le marais de l'éternelle puanteur. Evidemment, il n'y a pas la queue, les seules qui sont passée par là avant toi étaient aveugles et sans odorat. Tu admettras que ça ne court pas les rues.
Laisse de côté ce que j'appelle les "vraies toilettes" avec le siège en métal et tout, et tout, parce que tu risquerais de rendre ton pique nique à la vue de la vieille crotte séchée sur le bord de la cuvette.
Je te suggère les "chiottes à la turque", à condition d'être en mini short. Si tu as opté pour le pantalon, n'oublie pas de le retrousser. Et dépêche toi, le mâle t'attend. Tu choisis ton sens, face à la porte ou face à la chasse, de toute façon, peu importe, tu vas te faire pipi sur les godasses. N'oublie pas de sauter loin des toilettes, d'ouvrir la porte et de fuir en courant si tu ne veux pas finir noyée par la chasse d'eau automatique.
Bravo. Tu pourras recommencer cette expérience avec le nain tout à l'heure. C'est le kiff.
Saute dans ta voiture, le mâle démarre en trombe et c'est reparti.

14h47: Je tends un Grissini à Soso. "ABON" me dit il. Et il savoure. Et je m'éponge le front, il n'a pas réveillé son frère.
15h: Soso a déjà mangé 3 grissinis. Timéo commence à bouger. Pas nous.
15h02: Soso veut "Abware", je me retourne pour trouver son petit verre en plastoc qui a du glisser sous son siège. Je te rappelle que je suis enceinte de 5 mois. Je fais donc chaque mouvement en soufflant comme un phoque et en rappelant à qui veut l'entendre que "maman a mal au ventre quand même"...
15h03: Soso boit. Timéo se réveille. "Pourquoi on avance pas?". Va savoir le nain, va savoir.
15h05: Soso est tranquille, Timéo veut une compote Abware.
15h10: En fait Soso se renversait tout le contenu de sa petite gourdasse sur le ventre c'est pour ça qu'on ne l'entendait pas. Maintenant qu'il est trempé, il voudrait bien une compote "Abware".
15h15: Les nains ont déjà mangé chacun deux Pom'Potes. Le mâle tente de regarder au loin si ça avance. ça n'avance pas.
On change de file. "C'est débile". Oué, effectivement. On rechange du coup. Pas mieux.
15h25: Les nains s'amusent. Timéo dit des mots et Soso crie "NAN". Ambiance sympathique, on rigole bien. Même le mâle oublie un instant que le chiffre 0 est au compteur depuis bientôt une demie heure.
16h: Les nains ne s'amusent plus, ils s'ennuient. Je sors la caicaisse de jouets de derrière mon siège (je te rappelle que je suis enceinte de 5 mois, blabla) et distribue les jouets. Un par un les jouets. On fait durer le plaisir.
16h05: Petit nain veut le tracteur de grand nain qui veut l'avion de petit nain. Ils hurlent. J'échange.
16h06: Finalement, petit nain voudrait bien récupérer son avion. Il hurle. J'échange
16h07: Grand nain ne veut pas rendre l'avion. Il hurle. Je range les deux premiers et je sors d'autres jouets. Ils hurlent.
16h08: On avance de 23 mètres. Le mâle hurle. De joie.
16h10: J'ouvre le paquet de bonbons. Distribution.
16h12: Le nain me redonne un coca machouillé "pour papa" parce que pour lui "ça pique".
16h15: Je lave les mains de tout le monde par dessus mon siège. Grand nain a mal au ventre. En même temps, après 18 crocodiles... Petit nain se re-becquetterait bien quelques grissinis.
16h25: Les nains sont gavés. Le mâle aussi. J'ai mal aux jambes. Ca n'avance pas. Du tout.
16h35: Les nains chouinent. Je décide de les sortir des sièges totos pour les mettre à l'avant avec nous.
16h37: Soso hurle de bonheur d'être au volant. Il enclenche les vitesses et tape sur les vitres. Je prends des photos, ça occupe.
heureux le nain

16h45: tout à coup, ça avance, vite, vite, il faut jeter les nains à l'arrière et les attacher fissa. Je te rappelle que...oui, ok, ça va, tu as pigé.
16h47: Ah bin en fait, oui, on a avancé de 100 mètres. Youhou.
Les nains veulent ressortir du siège toto. Niet.
16h50: le GPS nous rappelle qu'il nous reste 440 km. Je songe à lui éclater la tronche.
16h55: nous progressons à une vitesse folle.
et encore, j'ai attendu qu'on roule pour prendre la photo

16h57: "Maman j'ai envie de pipi". Merde. Je bondis hors du scénic, chope le nain, le suspens cul à l'air au bord de la route. Il fait son pipi, on remonte la salopette et on se prépare à courir pour rattraper papa. Qui n'a pas bougé d'un poil. No stress. "T'as pas envie de caca le nain?"
16h59: En parlant de caca, ça sent bizarre dans la voiture et pourtant Toutou n'est pas là. Tous les regards convergent vers petit nain qui joue tranquillement avec son livre des zanimaux de la ferme. "T'as fait caca le nain?". Il hoche la tête.
"Les lingettes sont sous ton siège ma chérie". Je l'aurais parié.
Extraction du nain. Allongeage sur le siège de maman.
"N'en mets pas partout".

Interlude Conseil:
Sache, cher public, que le nain en voiture ne fait pas de zolis petits cacas charmants mais des merdes de brontosaures. En même temps, il ne fait rien qu'à se gaver de chips/grissinis/bonbons/jus de fruits.
Je te conseille donc, au cas où tu te retrouves, tout comme ma pomme, coincée dans un méchant bouchon, de te munir d'un petit matelas à langer (celui des sacs à langer) et de quelques petits sacs poubelles 10 litres. Ceci afin de jeter la couche pourrite dans un lieu sûr (avec les lingettes épaisses et pas les cheap-cheap qui laissent passer le caca) qui ne pourrira pas ton habitacle.
En effet, si le fait de rester dans un bouchon avec tes nains est déjà une difficile épreuve que le Dieu du Nain t'envoie, l'odeur de couchekipulamort en plus est tout simplement le moyen de faire de ta charmante voiture l'antichambre de l'enfer. Voire l'enfer, tout simplement.
Le mieux étant, bien évidemment, de pouvoir t'arrêter dans une aire "amie des bébés" où un délicieux matelas à langer accueillera ton nain et où une poubelle à couvercle réceptionnera ta couche moisie.


17h02: il y a une légère trace brune sur mon siège. Je manque de dégueuler. La couche se retrouve dans un vieux plastique ayant contenu des grissinis. Je frotte la tâche suspecte avec une lingette. Beurb. Je re-colle le nain dans le siège toto.
17h06: Le mâle décide de prendre la première sortie. Il a faim. Envie de faire pipi. Et marre.
17h10: Nous nous perdons dans la campagne allemande. Je songe à me coincer la tête dans la vitre. Mais il fait encore 36° dehors, ça serait risquer le choc thermique.

17h30: Nous trouvons un charmant petit supermarché allemand où nous achetons une carte routière. Que nous déplions loin du GPS pour ne pas le vexer. Manifestement il existe des petites routes qui longent l'autoroute. Quelques abricots et des yaourts Abware plus loin, nous remontons en voiture.

17h42: Nous grugeons le GPS en empruntant les petites routes de campagne.
17h44: A priori toute l'Allemagne a décidé de prendre les mêmes petites routes que nous. Re-bouchon. Craquage. Il nous reste 400 km.

Je passe volontairement sur les heures qui suivent.
Sache que petit nain a été adorabeul et a feuilleté ses livres tout en nous imitant les animaux qu'il y découvrait. Ensuite, il a choisi d'entrer en mode "sieste" de 18h30 à 20h.
Mode peluche pour le nain
  Grand nain a maté son lecteur de dividi portable. Oh joie, oh bonheur. Merci Severine pour le dividi de Planète 51 que le nain a regardé pendant cette épopée (et mille fois depuis d'ailleurs).
Puis, il a bouquiné un peu.
tu remarqueras que le nain bouquine en allemand. C'est son côté bobo


Je passe également sur le pitoyable arrêt cher Burger King. Frites trop grasses pour nain affamé.
Je passe aussi sur les vaines tentatives de ma part d'amuser les nains avec leurs doudous en guise de marionnettes.
Je ne tiens pas non plus à parler des chansons pour enfant du genre "Taupinette" ou "Nagawika" mises en désespoir de cause.
Je ne te ferais pas l'affront de te décrire la pause caca du nain dans les toilettes à la turque, ma tronche au dessus du trou (pas gerber, pas gerber).
Je vais également éviter de te retranscrire les dialogues hautement intellectuels qui se sont déroulés dans le scénic après 8 heures de bouchons. Dialogues à base de "pipi caca", "caca boudin", "caca fesse" et "gros prout".

Nous avons fini par arriver, après encore deux séries de bouchons.
A 23h. Au lieu de 17h.
Nous avons embrassé le GPS qui nous a indiqué les rues à suivre dans Munich.
Nous avons élevé un autel à "Pierre et le Loup" qui a tenu les nains en haleine pendant 30 minutes. Et crois moi, ce n'est pas rien.
Nous avons craqué, un peu, rigolé, beaucoup, cherché des jeux débiles à faire avec des nains. Du style: je fredonne une chanson, le nain doit la trouver (ne marche qu'avec "au feu les pompiers", "la souris verte" et "dynamite moi"). Nous avons usé des stickers tracteurs et voiture, des coloriages et des boîtes de Pringles.
Nous avons fait coucou aux gens enervés.


Et nous nous sommes jurés de prendre l'avion la prochaine fois. C'était si pire que ça, l'avion?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...