11 avr. 2013

Témoignage PMA, celles (et ceux) qui attendent.

C'est un second témoignage de PMA que j'accueille aujourd'hui sur le blog. Celui d'A. qui a tenu à relater son parcours. 
Le premier témoignage était là, émouvant et tellement vrai, si vous souhaitez le retrouver.

Je sais que certaines (j'en fais partie) ont plutôt à se soucier de faire attention pour ne pas tomber enceinte. Je sais que d'autres, bien d'autres, attendent. Longtemps. Et qu'au delà du médical, c'est tout ce que nous sommes qui prend une sérieuse claque.

Ce témoignage aurait pu inspirer notre coach sexuel, parce que faire l'amour parce qu'il le faut, c'est tout ce qu'on ne veut pas. Et pourtant. 


Je vous laisse avec cette maman et j'en profite pour serrer fort celles qui attendent. Parce qu'on a beau ici rire des nains, râler sur les nains, crier sur les nains...nous n'oublions pas pour autant leur valeur. Et ce qu'ils ont fait de nous.




Episode 1 : on arrête tout !
Octobre 2005, la libération !!! Décision commune, j’arrête la pilule !!!! Sans me douter de ce qui nous attendait : des peurs, des doutes, des joies, de l’impensable, des angoisses, des douleurs.
Avec le recul, je me dis « pourquoi » ??? Vouloir être mère devrait être si simple ! Pour certaines, il suffit d’y penser pour être enceinte, pour d’autres…

Je fais partie de la 2ème catégorie.


On dit que devenir mère est le plus beau des cadeaux, qu’il fait que le couple soit solide car la venue d’un enfant remet tout en question. Ce qu’on ne dit pas (ou peu) c’est que la « conception » (je n’aime pas ce mot mais à défaut d’un autre !) met aussi à mal le couple et même des années plus tard laisse son empreinte.

Le temps passe, l’envie se renforce de plus en plus, elle est là, tapie dans un recoin de notre esprit pour ressurgir dès que l’occasion se présente. Mais rien, toujours rien, le néant, le vide absolu… Je me pose des questions, mon homme, se sentant moins impliqué, n’entend (ou n’écoute pas)  mon inquiétude (que bien sûr, en tant que femme qui se respecte je distille à coup d’allusion espérant que mon cher et tendre décode tout seul ce que je veux / peux pas lui dire).

Je le sais, je le sens, quelque chose ne va pas.


Des câlins spontanés, dictés par l’envie et le désir, on glisse petit à petit vers les câlins dictés par le calendrier. Pour le moment, je ne dis rien, je me mets la pression toute seule, j’écoute mon corps qui me dit « ça y’est, c’est le moment faut y aller ».
Oui, mais… Oui, mais quand on sait qu’on DOIT le faire PARCE QUE c’est la bonne période, forcément, l’élan de désir manque de spontanéité et ça se ressent. Psychologiquement, c’est dur, on se fait des nœuds au cerveau, on a toujours cette petit voix dans notre tête qui nous dit « je DOIS tomber enceinte (parce qu’on en a très envie, qu’on se le dise), il FAUT faire l’amour car c’est le bon moment… »


Que dire de la 2ème partie de cycle où le moindre symptôme nous met la puce à l’oreille, où le moindre retard  fait bondir notre cœur…
On cherche des signes n’importe où on s’imagine tout pour se rassurer… Et puis, on se raisonne, le temps passant, on se fait à l’idée que ça ne sera pas cette fois-ci mais on a quand même ce petit espoir caché au fond de notre cœur « tant que les règles ne sont pas là… ».

Combien de tests pipi j’ai pu faire, combien de fois je me suis retrouvée à le regarder en pleurant de rage, de colère, de déception… Combien de fois j’ai regardé avec envie et jalousie ces femmes avec leurs gros ventres ???


Je me sens le ventre vide, le cœur vide, je n’arrive pas vraiment à exprimer cette douleur sourde tapie au fond de moi, qui ne demande que peu de choses pour venir me tourmenter. Pourquoi, moi ?  Je cherche des réponses, qu’est-ce que j’ai pu faire pour mériter ça ? Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? Et si le problème vient de moi, si mon homme me quitte à cause de ça ? Pourquoi, et si, comment ???
Je ressasse toutes ces questions sans arrêt dans ma tête.
Et que dire des diverses réflexions  du genre « c’est ds la tête, ça viendra quand t’y penseras plus » ou encore « ben alors, vous avez perdu le mode d’emploi » ?
Petit à petit, l’idée fait son chemin dans notre couple « y’a un problème »…



Episode 2 : le 1erpas

Et puis,  la décision est prise : aller consulter mon gynéco habituel.  Rendez-vous pris, j’expose le problème. Il l'est pas très causant, me dit « faut faire le test de huner ». Sachant que j’ai une ovulation capricieuse et que ce test  se fait pendant l’ovulation, y’a déjà un hic….
Je me rappelle encore du « déroulement » de ce test . J’ai dû rentrer du boulot entre midi et 2 pour copuler  faire l’amour et la cata, limite si on ne s’engueule pas, on bloque l’un comme l’autre, tout se fait dans la colère, les pleurs et la précipitation… Je me sens humiliée de devoir faire cet examen, mon homme se braque, le prend très mal (pas sur l’examen en lui-même mais sur le côté programmé). Bref, très mauvais souvenir qui est pourtant encore très présent dans mon esprit.

3 jours plus tard, direction gynéco pour les résultats.
Et là, grosse claque ! Commentaire « y’a pas de spermatozoïde c’est inquiétant » !!

Sous le choc, je ne sais pas quoi dire et je ressors du gynéco complétement déstabilisée et avec cette peur qui me noue les entrailles « sans spermatozoïdes, pas d’enfants » ! Et cette peur viscérale qui vous retourne dans tous les sens, qui vous prend aux tripes « et si je ne peux pas être maman » ?

Après réflexion, je m’oriente vers un autre gynéco, spécialisé dans l’infertilité (et qui deviendra, pour le meilleur et pour le pire, mon nouveau «  meilleur ami » pendant plus d’un an !).

Janvier 2007, on met le pied dans la PMA. Cette fois-ci, plus d’échappatoire, il y a toute une batterie d’examens à faire : diverses prises de sang pour le taux d’hormones, spermogramme pour mon homme, hystéro machin chose truc (qui s’est soldée pour moi par une allergie à l’iode avec  un petit tour aux urgences  à la clé !) .

Juillet 2007, tous les examens ont été fait, le verdict tombe : mauvaise ovulation « dysovulation » pour moi et glaire de mauvaise qualité. Le traitement ? Des piqûres durant la 1ère partie du cycle (Gonal) avec prise de sang et écho régulières (tous les 3 jours) pour voir l’évolution, puis déclenchement de l’ovulation par une autre piqûre (ovitrelle) et ensuite, sous la couette !!!!

On (ou plutôt je) ne réalise pas vraiment ce qui nous attend. Bon, ma 1ère angoisse, les piqûres, je déteste les aiguilles et je dois (oui, oui, moi toute seule comme une grande) me piquer moi-même avec des seringues pré remplies. Je demande le secours de mon homme qui va gérer cette partie du traitement « avec grand plaisir ».

L’été passe, avec malgré tout, toujours cet espoir qui me fout en l’air quand les règles arrivent… Le moral est pas tip top, la libido, on n’en parle même plus, elle est inexistante car pour moi faire l’amour = faire un bébé or comme j’ai des problèmes, à quoi ça sert de faire l’amour ?

Je n’arrive plus à concevoir l’idée de faire l’amour par plaisir et envie. Et en plus, les rares fois où j’arrive à me laisser aller, j’ai toujours cette petite voix qui me dit « est-ce que c’est la bonne période »  ou alors « bon, je suis en ovu (enfin, je crois) donc il FAUT faire l’amour.

Episode 3 : allez hop, on y va !

Une fois le verdict posé, reste à savoir si on en parle autour de nous et à qui ? Personnellement, j’en parlais volontiers sans forcément rentrer dans les détails. J’ai dû mettre mon employeur au courant car les prises de rendez-vous du gynéco n’allaient pas forcément me laisser le choix de l’horaire.

Septembre 2007 : ça y est, la machine est lancée, les piqûres ont démarrées. Mais… Oui ?, mais, y’a quelque chose d’étrange, j’ai des bouffées de chaleur, le cœur qui tape, je me sens, je sais pas, comme un mal être sournois qui plane au-dessus de moi sans arriver à dire ce que c’est. Après être allé voir gynéco, on baisse le dosage ( les hormones me jouent des tours). Mais de fil en aiguille, j’arrête le traitement car je fais des crises d’angoisses. Le début du traitement a été l’élément déclencheur de quelque chose qui me menaçait depuis un petit moment suite à une série de bouleversements familiaux dans ma vie.

Mars 2008 : bon, ça y est, les crises d’angoisses sont un « lointain » souvenir, on redémarre le traitement. Tout s’enchaîne, les piqûres, les prises de sang, les échos… Je réagis bien au traitement, l’ovulation est déclenchée et on passe aux travaux pratiques.

Côté soutien, j’ai trouvé un forum formidable, petit par sa taille mais grand par son soutien et son amitié (la CQLB family va se reconnaître !!!)

2 semaines plus tard, le verdict. Pendant ces 2  semaines, j’oscille entre espoir, peur, espoir, peur. Je vis au gré de mes humeurs qui sont de vraies montagnes russes, en un claquement de doigt, je passe de l’espoir au désespoir.

Malheureusement, le 14ème jour, au matin, elles sont bien là…. Bon, ben, ce n’est pas grave, c’est comme d’hab ! Et oui, maintenant, j’entre dans la période où de toute façon, c’est normal que je ne sois pas enceinte. C’est normal que toutes les filles autour de moi (cette année-là, il y a eu 4 grossesses dans ma famille dont ma sœur).
On devient aigri, on a plus envie d’entendre ces femmes (proches ou non) venir nous crier leur bonheur à la figure et ensuite, venir se plaindre de leurs nausées ou autres maux de la grossesse… On s’enferme dans notre bulle de malheur, on se laisse porter par le courant mais de manière blasée et défaitiste…


Avril 2008 : hop, c’est reparti pour un tour. Et là, ça commence mal, je réagis moins bien, en 1 semaine, je vais aller voir mon gynéco 5 fois sans compter que j’ai le droit à une prise de sang toutes les fois !
Et puis encore et toujours ce même résultat, toujours négatif…

Allez, on repart pour un tour… Et là, mauvaise nouvelle, au vu de mes derniers résultats « pas fameux », si pour ce cycle rien, on passe en IAC c’est à dire insémination artificielle. Là, je me prends une grosse claque, le moral est au plus bas ! On passe de la stimulation simple aux IAC puis après, ça sera quoi, les FIV et puis après, plus rien ?

Je remonte la pente tant bien que mal, et attaque un nouveau cycle de piqûre. Je réagis très bien au traitement. "Conditions parfaites réunies" dixit gynéco.

On déclenche, retour sous la couette. Et encore 14 jours d’attente. Et là, ça tourne dans ma tête, là, cette fois-ci, toutes les conditions sont là et si cette fois, ça marchait….
Mais les douleurs significatives des vilaines sont là, je ne me fais pas d’illusion, de toute manière, ce n’est pas possible que je sois enceinte. Le 14ème jour…. Rien, pas de règles…
Mouais, bizarre quand même car la fois précédente, elles ont débarqué pile poil 14 jours après. 15 jours, rien, 16 jours rien…Je ne veux pas faire de test de grossesse, ça a toujours été négatif jusqu’à présent, y’a pas de raison que ça change.

Oui, mais, j’ai toujours pas mes vilaines… Je deviens  chèvre, mon homme souhaite attendre encore avant de faire un test. 17 jours, je pète un plomb, je pars du boulot entre midi et 2 au labo pour faire la prise de sang, j’aurais les résultats ce soir après 17h.

Je n’ai rien dit à personne, autant vous dire que l’après-midi est très longue, je tourne en rond… 17h30 je vais chercher les résultats. On me tend une enveloppe et je ne sais pas comment mais je tiens le coup, je ne l’ouvre pas, je veux le faire avec mon homme.
30 mn plus tard, j’arrive à la maison et je dis en tendant l’enveloppe « j’ai fait une prise de sang, les résultats sont là », je n’ai même pas le temps de préciser que j’ai pas encore regardé que mon homme me l’arrache des mains pour l’ouvrir. Et là…. Je vois tout une liste de taux avec des semaines en face…. Je regarde en haut de la page «  2426UI/L »

Pas d’explosion de joie, on se regarde, je dis à mon homme « je suis enceinte » et puis rien… On se sent bête, on ne sait pas quoi faire ni comment réagir…

Ca y’est, je suis ENCEINTE !! Moi qui attendais ce moment avec tellement d’impatience, ben, on y est… Je me sens perdue, je ne réalise pas, d’autant plus que je n’ai aucun symptômes si ce n’est de la fatigue.
Le 1er mois passe, le 2ème, rien de particulier, pas de symptôme. Puis l’écho du 1er trimestre. J’y vais avec mon homme un peu angoissée mais contente de voir notre petit trésor.

Et là… Le ciel s’écroule…. Clarté nucale très épaisse et œdème généralisé… Problème de trisomie ou cardiaque. Je dois aller faire  une autre écho le lendemain avec un gynéco spécialisé dans les diagnostics anténataux. On ne comprend pas, on ne réalise pas ce qui se passe, on ne veut pas le croire.
Non, pas nous, pas après toutes ces épreuves ! Pourquoi, qu’est-ce qu’on a fait ? Ca tourne dans la tête, je sais pas, je sais plus, je n’arrive plus à croire à cette grossesse…

Le lendemain, confirmation du diagnostic, je dois entrer à la maternité le mercredi pour passer un examen plus poussé, faire un prélèvement du chorion (ce qui donnera plus tard le placenta) pour analyser l’ADN du bébé. Je vous passe les détails des 3 jours. Le jour de l’examen, c’est un véritable cauchemar dont j’ai l’impression de ne pas pouvoir sortir. L’examen se passe mal, j’ai mal, si mal que le gynéco ne peut faire le prélèvement et me dit « il faudra faire une amniocentèse ».

Là, je m’effondre, je pique une véritable crise de nerf, non, je ne peux pas attendre encore 2 mois, sentir le bébé bouger pour qu’on me dise quoi, qu’il n’y a rien à faire et qu’il faut pratiquer une interruption médicale de grossesse ?
Non, non, non, c’est inconcevable ! Sur mon insistance, le gynéco retente le prélèvement. D’un coup, j’entends « il n’y a plus de RC »… Et là, je comprends, le cœur du bébé a cessé de battre. Je ne réalise pas (on m’a donné un anxiolytique) mais je me sens soulagée d’un grand poids, la nature a décidé pour nous. Je dois subir une aspiration / curetage le lendemain mais j’ai le droit de rentrer chez moi.


Le temps passe, j’essaye de cicatriser cette douleur omniprésente au fond de mon cœur, je suis suivie par une psy, j’ai des hauts et des bas. Mais je n’oublie pas ce petit être qui a vécu quelques mois en moi. Dans mon cœur, elle (car on a su que c’était une petite fille) fait partie de la famille, c’est un petit ange qui veille sur nous. Les résultats tombent, aucune anomalie, c’est « la faute à pas de chance »…

Les mois passent, la douleur s’estompe. Puis en octobre, on relance la machine. Cette fois-ci, c’est insémination. On se lance, personnellement, je suis, je sais pas trop, je le fais mais sans espoir ou désespoir, je le fais car « il faut » en passer par là. Et puis, le jour où mes règles devaient arriver, rien.. J’attends quelques jours, je fais un test et bing, positif…
Bon, on ne s’emballe pas, on attend pour voir. J’ai quand même le droit à une hyperstimulation (une dizaine de kystes sur les ovaires qui ont triplés de volume) qui va s’estomper au cours du 1ertrimestre. J’essaye d’être sereine mais l’angoisse reste tapie au fond de moi.

Viens l’écho officielle du 3ème mois, j’ai le cœur qui bat aussi vite je pense que celui de mon bébé. Et puis, là, je le vois et tout va bien, aucune anomalie ! J’ai l’impression qu’un grand poids s’enlève de mon cœur… Je vais profiter de cette grossesse même si à chaque écho (j’en aurais une tous les mois) ma tension bat des records.
Mon petit cœur (je l’appelle comme ça) est prévu pour le 27 août, on ne veut pas savoir le sexe. C’est un bébé très dynamique qui bouge énormément. Il bouge tellement que le 6 août 2009, on part à la maternité car contraction (depuis début juillet, j’avais le col raccourci et ouvert côté interne), à 8h, je perds les eaux et à 10h44, on me pose une magnifique princesse de 2 kilos 610 et 44 cm. Ca y’est, après ce long combat, je tiens enfin notre enfant tout contre moi.


Justine a maintenant 2 ans, c’est une petite fille magnifique qui nous ravit de jour en jour et qui illumine nos cœurs. On se pose la question du petit frère ou pas, j’ai envie, j’ai pas envie mais je ne veux pas refaire de traitement. On laisse la nature faire tout en se disant bien « tu parles, cours toujours… »


Et puis…. Mi-septembre 2011, des signes m’ont mis la puce à l’oreille, je fais un test tout en me disant « c’est pas possible » mais j’y crois un peu quand même… Et puis, en 1 mn, une petite barre s’affiche… 6 ans à quelques jours après avoir arrêté la pilule, après des années de combats et une merveilleuse  princesse, j’attends un « bébé couette » …


Voilà, je voulais juste apporter mon témoignage et mon soutien à tous les couples qui passent par des difficultés et même si vous n’y croyez pas, tout est possible et un miracle aussi !!!

56 commentaires:

  1. Bonsoir, j'ai les larmes uax yeux , comme chaque fois que je lis ce genre de témoignage. Toutes ces épreuves, c'est difficilement imaginable. Je souhaite à A. et à toute sa famille tout le bonheur qu'ils méritent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est juste magnifique ton témoignage donne de lespir , jai eu les larmes aussi

      Supprimer
  2. Oui, la nature n'est pas si bien faite... Je suis dans le cas "je désire un second, mais Dame Nature elle, me le refuse"... Je refuse pour l'instant de passer par la case PMA, mais je vais finir par me dire que j'y suis obligée...

    Que de courage a eu cette maman, elle m'en a tiré des larmes bien des fois. (oui, hormones aussi, mais non hélas je suis pas enceinte...). Mon dieu comme je me reconnais dans le système "faire l'amour mécaniquement" ! Déjà qu'avec un nain dans la famille, le désir s'évanouit, mais là....

    Bref, je suis très très heureuse pour cette maman, tout s'est vraiment super bien terminé, et comme quoi, au final, des fois la patience, ça a du bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1 er bb 39 ans, PMA interdite (atcd médicaux merdiques).
      On se prend à rêver...
      Là 42 ans. Mi février une poitrine étonnante dans le doute test et là feu d'artifice, enceinte d'un mois!
      Mi mars fausse couche.
      Un abysse s'esdt ouvert sous mes pas.
      Très très rude la nature.
      Snif

      Supprimer
  3. Merci pour ce magnifique témoignage qui dit tout ce qu'ici on a fait que frôler...

    Mes larmes roulent sur mes joues...

    RépondreSupprimer
  4. Très beau témoignage qui m'a laissé la larme à l'oeil.
    Même si toutes les histoires sont différentes j'ai eu beaucoup plus de plaisir à lire ce témoignage de PMA que le précédent (bien qu'il fut touchant et douloureux également) mais qui nous faisait nous sentir (à mon sens) limite coupable de ne pas avoir de soucis pour tomber enceinte !
    Voilà pour mon avis d'humble lectrice :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis désolée si j'ai laissé cette impression...
      Ce n'était vraiment pas le but.

      Supprimer
  5. Je me reconnais en ce témoignage... et chaque jour en reconnaissant mon adorable petit garçon, je dis merci la médecine de nous avoir permis de devenir parents...

    RépondreSupprimer
  6. un autre témoignage bouleversant. un parcours pma aussi avec de la douleur, des pleurs, de l incompréhension.... après une fiv icsi, nous avons eu Mickael. pas envie de tenter le 2e mais aux 1 an de notre fils, je le sais et je le sens: je suis enceinte naturellement!!notre fille est le bébé miracle auquel on ne s'attendait pas.alors oui ça existe et ce n'est qu'en le vivant que l'on y croit!!

    RépondreSupprimer
  7. bon bah j'avoue j'ai pleuré enfin les larmes ont coulé....j'en aurais été malade d'avoir ce parcours d'autant plus que malheureusement je me suis faite avortée quand j'avais 16 ans. Je l'aurai vraiment pris comme une punition.

    RépondreSupprimer
  8. Poignant... waouh. J en pleure et repleure. On ne peut pas imaginer tout cela quand on ne l a pas vecu. Bravo en tous cas et plein de bisous aux petits bibous...

    RépondreSupprimer
  9. Poignant... waouh. J en pleure et repleure. On ne peut pas imaginer tout cela quand on ne l a pas vecu. Bravo en tous cas et plein de bisous aux petits bibous...

    RépondreSupprimer
  10. Je ne suis pas allée jusqu'en PMA...en fait si mais on me disait que je devais d'abord perdre du poids...alors après des mois de souffrances j'ai demandé "au moin" clomid... Ma fille est arrivée, mais j'ai aussi connnu la détresse car elle a été diagnostiquée quand j'étais à 6 mois de grossesse, avec une tétralogie de Fallot. Heureusement sans gravité.. presque 5 ans après nouveau combat pour un deuxième...nouveau moment de solitude, surtout quand j'apprends que ma belle soeur attend son deuxième...Souffrance quand tu nous tiens!

    RépondreSupprimer
  11. Un très joli témoignage... Touchant et qui me replonge dans bien des souvenirs!
    Merci pour tes mots et encore une fois je souhaite plein de force et de courage à toutes celles et ceux qui dit confrontés à cette difficile attente si incertaine.

    RépondreSupprimer
  12. Je me suis replongée, grâce à ce témoignage, dans nos 4 années de galère, après la naissance du premier sans souci! Faire l'amour avec arrière pensée, à date imposée... quelle horreur! Et pour nous le test de Hunher c'était mettre le réveil à 3h du matin, il nous a fallu beaucoup d'humour pour passer l'épreuve.
    et les phrases qui tournent dans ma tête depuis le début de ma 4ème grossesse :
    le premier est arrivé quand on voulait
    la deuxième s'est fait désirer
    le troisième était un peu pressé
    le 4ème s'est carrément invité!

    Eh oui : 2004-2008 stérilité secondaire (déjà un enfant) et cycle PMA. Une naissance en 2009, un en 2011, une prévue (surprise) en 2013!
    Je te souhaite beaucoup de bonheur avec tes deux enfants, et beaucoup de joies parentales ensuite à ceux qui vivent la PMA.

    RépondreSupprimer
  13. L'infertilité est la pire des épreuves que j'ai connu. Et pourtant je ne l'ai côtoyé que 2 courtes années. Mais dans toute cette merdasse, mon blog et les rencontres qu'il m'a permis m'ont sauvé. J'espère que cet espace de parole permettra à cette pmette de transcender un peu la douleur...

    RépondreSupprimer
  14. Parce que la PMA a fait partie de notre quotidien il n'y a pas si longtemps... Les ptites pilules d'abord et les calins programmés, les piqûres et l'insémination, puis la FIV, que je ne voulais pas au départ, mais qui nous a permis d'avoir un petit garçon en pleine forme. Les prises de sang parfois tous les jours, les échos le matin avant d'aller bosser, la peine à chaque coup de fil des infirmières annonçant "vous n'êtes pas enceinte", les femmes et leurs gros bidous qu'on voit partout (et ça fait mal).
    Un ptit mot pour ne pas désespérer, ça finit par arriver. Et le jour où on vous annonce que c'est bon, les traitements, le désespoir, la douleur (physique et morale), on l'oublie. Avec le stress qu'il y ait un soucis, une fausse couche, une mal formation évidemment. Les examens chez ma gynéco étaient toujours source de stress... Sinon, l'ostéopathie m'a pas mal aidée (pour la PMA, ma grossesse, la suite de mon accouchement et pour bonhomme aussi).
    Un jour on aura notre bébé couette, enfin j'espère. Au pire, on repassera par Dame PMA, sans qui nous ne connaîtrions pas le bonheur d'être parents.
    Plein de courage à ceux et celles qui sont en traitement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai beaucoup hesité,mais permettez moi de laisser un petit message de ce Voyant Medium sur ce forum,cela peut toutes fois vous etre aussi d'une grande utilité
      Je veux vous parler du Voyant Nelson,lui qui,sans doute vient de sauver notre bébé de quelques mois d'une mort tragique,vraiment ma liesse est infinie,et selon mes avis personnels,je pense qu'il est le plus honete et sérieux Voyant,car son travail me l'a confirmer.
      Et mon sage conseil,est que tous ceux qui ont de problemes auxquels ils n'arrivent toujours pas a trouver de solution,je me permets de vous laisser ces cordonnées que voici :
      SKYPE:( voyant.nelson1)
      MAIL:predivoyant@yahoo.fr ,pour le contacter sans hesiter, car actuellement il est connecté
      Selon mes renseignements sur lui ,il intervient aussi dans tous les autres domaines:
      Problemes de stérilités,de couples,pas d'emploi,ni d'enfant,pas de chance ,maladies graves ou incurable,etc.
      Vous avez des problemes qui depassent votre vie,adressez-lui svp vos problemes vous aussi et je suis sur que vous allez trouver comme nous,une immense satisfation.
      Vous etes fragilisés par une séparation, une maladie, une difficulté familiale, et vous penser trouver un peu de réconfort auprès de médiums, seul Voyant Nelson peut vous aider dans l'immediat. Dites-lui tout et sans hesiter.
      Passez vous aussi le message a ceux qui seront dans de problemes.
      Infiniment merci Mr Nelson

      Supprimer
  15. Une boule au ventre....en lisant ce témoignage....qui me touche....dans quelques je serai l heureuse tati d un bébé pma . Mais aussi angoissé car ce bébé à été longtemps attendu par ses parents.....mais moi maman d un nain magique non diagnostiqué pendant la grossesse...je vie au quotidien le handicaps ....et tellement inquiète......jaimerai tellement que bébé aille bien. bébé pma est bien suivi...écho examen mais moi la tatie je serai rassuré q quand bébé sera là !!!!!!

    RépondreSupprimer
  16. Quel beau témoignage avec une si jolie fin!!! Quel courage! Bravo!

    RépondreSupprimer
  17. Ce témoignage m'a beaucoup touchée, petite larmichette...
    je n'ai pas attendu pour avoir ma puce, juste 6 mois, et de façon naturelle. Par contre, j'ai connu l'angoisse des échos car anomalie détectée en fin de grossesse...et puis confirmée à la naissance >>> hospitalisation, néo nat, 5 chirurgies en un an, pour au final un bébé en pleine forme et "réparé". L'année la plus difficile de nos vies mais aussi la plus belle...
    Je souhaite à toutes de connaître la joie de la maternité, ça a changé ma vie, ma vision des choses, et je leur souhaite aussi des bb en bonne santé, car je ne souhaite à personne de vivre ce qu'on a vécu.

    RépondreSupprimer
  18. très beau témoignage.
    Je suis de l'autre côté, du côté de celles qui font mal aux autres :(
    Il y a 4 ans environ, je me confie à une AMIE : Chéri et moi, on se lance, on va faire un bébé. Et elle de m'annoncer qu'ils essayent de faire le deuxième (après avoir galéré "naturellement" pour le premier). Super, être enceinte ensemble, ça serait génial, nos enfants seraient supers copains... youhououou.
    Nous leur avons annoncé ma première grossesse, ils étaient content. Deux ans plus tard, nous leur avons annoncé ma seconde grossesse (à 5 mois de grossesse), ils ont pleuré :( car une semaine avant l'embryon qui s'était accroché après l'implantation, s'était "décroché". Faire souffrir ses amis c'est ...nul, et c'est nul de ne rien pouvoir faire. Aujourd'hui, ils attendent leur agrément pour adopter et faire de leur fils un grand frère.

    RépondreSupprimer
  19. Juste une pensée pour ces Mum to be dont la maternité ne passera pas par la PMA parce que c'est foutu et qu'il n'y a rien à faire. Leur maternité passera par l'adoption d'un enfant. Et aujourd'hui qui dit adoption dit souvent enfant. Plus de deux ans, pour ma part il avait 4 ans. Il en a 5.Il est fantastique, mais qui dirait le contraire?.

    RépondreSupprimer
  20. très beau témoignage
    j'ai moi meme fait une partie du chemin, mais j'ai eu la grande chance d'avoir deux bébés couettes (dont un qui a encore a peine 3 mois)
    avant ça, j'ai connu tout ce que tu decris : les calins programmés ou en pleurs ou sans se toucher ni se regarder, les examens, les resultats pas assez bons (car pour aller en pma il ne faut pas avoir 20/20 mais 21/20 ....), les douleurs (examens et moral !), les attentes, les larmes, les tests, les copines qui pondent a foison et bien sur leurs remarques "qui aident" (penses y moins, bla bla bla ..) mais aussi de vrais amis qui soutiennent malgré tout juste par une oreille et quelle oreille ! Et puis, le test +, l'envie de na pas y croire pour ne pas tomber de haut, et si, pourtant, ça a marché.
    je souhaite à toutes celles et ceux (on les oublient un peu trop souvent) qui galerent des tonnes de courage et d'amour ! Pour ceux qui peuvent adopter, bcp de patience malheureusement. Et pour ceux qui ne pourront jamais, plein de bonheur malgré tout.
    Et non, essayer de faire un enfant ne soude pas un couple, meme quand on réussi. on s'aime malgré tout mais rien ne sera plus jamais comme avant. c'est une autre vie, et je mesure ma chance, remplie de rires et d'amour de mes garçons.

    RépondreSupprimer
  21. Je remets un commentaire ici (je l'avais fait sur FB).
    Ce témoignage est touchant, bouleversant, émouvant...
    J'espère qu'il donnera plein d'espoir à tous ces couples qui se battent pour avoir un enfant...

    RépondreSupprimer
  22. Dame nature est parfois si cruelle...
    Quel beau récit et quelle belle leçon de vie

    RépondreSupprimer
  23. Tellement touchée par votre post... j'ai vécu beaucoup de choses semblables... Des tests de Huner négatifs à répétition, des attentes, des déceptions, du stress à s'observer, des piqures au milieu de la nuit... et je n'oublierai pas... aujourd'hui, nous avons 5 canailles... 4 PMA et 1 bébé couette ! A toutes celles et ceux qui galèrent, je vous porte dans mon coeur... j'en avais fait un post ici un jour si ça eut vous donner de l'énergie et du courage, car je n'oublierai pas... http://www.dvdpm.fr/2012/11/16/infertilite/

    RépondreSupprimer
  24. beaucoup de courage à celles qui attendent désespéremment de voir leur ventre s'arrondir. c'est un difficile combat!

    RépondreSupprimer
  25. Je trouve ça super que la PMA soit évoquée sur un blog de maman "classique" car on a souvent l'impression qu'il y a deux mondes qui vivent en parallèle sans vraiment se comprendre (et je l'admets c'est dans les deux sens car bien souvent la PMA durcit les coeurs de ceux et celles qui la subissent).
    Après 4 IAC râtées puis une FIV ICSI, nous avons eu l'immense chance d'accueillir il y a 2 ans et demi une jolie petite merveille. Mon coeur est guéri, l'aigreur est partie et pourtant je sais que la PMA m'a changée à tout jamais. Par exemple, pas de miracle à espérer pour un éventuel n°2 dans notre cas, et je n'accepterai jamais de revivre tant de galères et de souffrances pour faire un petit frère ou une petite soeur.
    J'en profite pour dire que ça me tue d'entendre, dans le cadre des débats sur le mariage pour tous, des gens qui ont l'air de penser que recourir à la PMA c'est comme commander un enfant sur internet. Si j'avais pu concevoir ma fille sous la couette, je peux vous dire que je me serais dispensée de tout le reste !!!

    RépondreSupprimer
  26. Joli témoignage, délicat. On ressent vraiment la galère que c'est et pas du tout de sentiment de culpabilité. D'ailleurs, je le comprends moi ce sentiment, on n'apprend jamais autant de grossesse que quand nous même nous y arrivons pas, c'est fou !
    Ici, la 1ere fois, test positif pratiquement tout de suite après l'arrêt de pilule... On était même surpris de la rapidité vu qu'on nous avait prévenu qu'il fallait pas y compter avant 6/8 mois d'arrêt...
    La 2ème fois, on se dit que ça va être pareil, j'arrête le stérilet (j'entends encore le gynéco qui me dit : "là, avec le stérilet vous pouvez tomber enceinte dans les 3 mois") et 1 cycle, 2 cycles, 3 cycles, 4 cycles, 8 cycles... Rien... Normal, ça arrive... Un positif mais FC 2 ou 3 jours après le test urinaire, c'était peut être un faux positif... On comprend pas, ça fonctionne pas alors que ça avait été impec' la 1ere fois ?! Que se passe t il ? Le gynéco que j'avais vu pour ma pseudo FC m'a dit la phrase bateau "avant 3 ans d'essai on peut rien faire"... "Et pourquoi pas 10 ans aussi tiens ?!"...
    Je me mets en quête d'un gynéco spécialiste en infertilité... Il me donne un régulateur de cycle et me dit de revenir dans 3 mois si ça n'a pas fonctionné... 5 mois après rien, toujours rien... Tant pis on en aura qu'un, yen a tellement qui en ont jamais... Mais quand même... Je revois mon gynéco qui me dit qu'il me donne Clomid pendant 3 mois et si ça n'a pas marché que je revienne avec tous les exams prescrits (ceux si glamours)... 2 mois après, un positif et mon p'tit bout est né 9 mois après... ! En tout, ça aura mis 15 mois. C'est une goutte d'eau comparé aux parcours beaucoup plus longs mais les prises de tête, les automatismes de la fameuse date d'ovulation sont bien présents...
    Beaucoup de courage à ceux qui sont entrain de galérer !

    RépondreSupprimer
  27. Des larmes pleins les yeux. Je suis bouleversée par ce témoignage. Déjà parents de deux magnifiques enfants nous avons décidé suite à la grave maladie de mon ainé d'agrandir la maison. Sauf que voilà, la nature ne veut plus que ça se fasse naturellement. Donc après plusieurs cycles, nous sommes allés voir un doc gynéco spécialisé dans les pma. Délai d'attente de 5 mois pour un premier rdv, des examens à faire et à nouveau 5 mois d'attente pour pouvoir avoir un rdv afin de décrypter les résultats des tests. Je sais bien qu'il ne faut pas être pressé, on me le dit : j'y pense trop, je focalise dessus mais bon le temps passe et moi je n'ai plus 20 ans. Car oui j'approche la quarantaine et ça ça m'angoisse. Combien d'année vais-je devoir attendre, dois-je me rendre à l'évidence et me dire que ce bébé rêve n'est plus pour nous !!!

    RépondreSupprimer
  28. Les larmes aux yeux. J'ai vécu quelques parties de ce combat. Uniquement quelques parties et pourtant mon coeur de Maman est abimé à jamais.
    TiKoala nous rappelle tous les jours que le combat valait le coup. Mais quel beau témoignage d'espoir.

    A toutes celles qui attendent. A toutes celles à qui ont a annoncé en une simple phrase "le coeur ne bat plus". A toutes celles qui ont des larmes. Je leur souhaite tout plein de courage et surtout qu'arrivent bientôt des années de bonheur pour tenter d'effacer un peu le combat.

    RépondreSupprimer
  29. Merci à toi Marie d(avoir mis mon témoignage en ligne!! Je voulais vraiment partager d'une part le côté PMA mais aussi donner une lueur d'espoir... Notre "bébé couette" s'appelle Louison (une 2ème pépette) elle aura 11 mois ds qqs jours et fait notre bonheur avec sa grande soeur.
    Quelqu'un parle, je ne sais plus exactement en quel terme, de ces mamans qui n'ont pas difficultés et de la culpabilité que ça peut engendre face à des amies ou des proches qui galèrent.
    Si l'amitié est sincère, c'est clair que sur le moment ça fait très mal et qu'on se dit "merde, pourquoi elle," on lui en veut même et puis après, on se réjouit qd même....
    et même si ça s parait impossible à croire, les miracles existent et j'en connais plusieurs autres. Le tout est de ne pas perdre la foi et surtout de ne pas se perdre.

    RépondreSupprimer
  30. Merci pour ce témoignage qui rappelle que l'on est pas seule dans la difficulté.
    Je n'ai pas 30 ans, et déjà plusieurs années de combat. Après le stérilet on se dit que ça peut venir vite. Et bien pas toujours. Ensuite l'ostéo me dit que j'ai peut etre le bassin légèrement déplacé et que ça bloque... ou pas. Puis les conseils tous plus savants de la famille, avec mon préféré : arrêtez d'y penser, ça viendra tout seul !
    Puis les visites chez le gynéco qui s'enchainent, les tests médicaux avec des noms tous plus compliqués les uns que les autres. Ah la joie des médicaments, des piqures à heures fixes (faites par mon mari je suis trop douillette et au moins il peut compatir), des échos et prises de sang tous les 2 jours ! Et cette déception tous les mois, la dépression à chaque visite chez le gygy quand il me dit "on augmente les doses" ou "on laisse tomber pour ce mois-ci ça n'a pas marché". Ca marche pour les autres pourquoi pas moi ? Pourquoi les follicules ne grossissent pas ? Les piqures c'est bien fait pour ça ?!! Et du coup sans ovule, bah je suis pas éligible à l'insémination ni à la FIV...
    A chaque fois c'est un peu de ma féminité qui s'estompe, mon moral qui baisse, mon mari qui ne sait pas comment m'aider à part en me montrant qu'il m'aime, mes copines qui voient ma détresse mais ne peuvent pas m'aider, juste me soutenir comme elles le peuvent.
    Dernier examen et rdv avec un spécialiste de la stérilité conseillé par mon gygy pour un verdict final : traitement de cheval, don d'ovocyte ou adoption ?
    Bref on croise les doigts et on espère - ENCORE...

    RépondreSupprimer
  31. Merci pour ce témoignage émouvant...
    Je n'ai pas eu de "problèmes" pour avoir mes deux puces mais ma soeur a vécu une IMG il y a quelques mois.
    Ce n'est certes pas la même chose mais les souffrances sont proches...
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur.

    RépondreSupprimer
  32. cette histoire aurait pu etre la mienne octbre 2007 j'arrete la pillule 6 mois plus tard enceinte et FC, octobre 2008 l'annonce mauvais spermatozoide pur mon homme pma apres 4 inseminations négatie on passe au fiv et la le miracle un bébé enfin! apres 18 mois de combat piqures et autres notre yanis etait la ds mon ventre, il a 3 ans,plus de contraception puisque comme m'a dit mon gyné vous avez plus de chance de gagner au lotto que de tomber enceinte naturellement! yanis avait 9 mois nous ne pensions pas a un 2 eme bébé nous savions qu'il nous restait 2 esquimau au congelateur pour le jour ou... un calin couette oui les calins spontanée reviennent! et un mois apres pas de relges! un bébé naturellement??? QUOI? nous nen revenions pas j'etais enceinte, IMPOSSIBLE pour moi ce bébé ne verrait pas le jour, je ferai une FC ou il serai pas viable et pourtant 2 jours avant les 18 mois d yanis elle etait la ma princesse surprise miracle... Léana a 19 mois elle est aussi merveilleuse que son frere... j'ai un sterilet on ne veut plus d'enfants mais jamais je n'oublierais les joies peine deception prise de tete angoisses attente les commentaires gentil parfois aps des autres, ce vide interciderale a l'interieur de moi ce test positif pour ma fille, on oublies pas ca laisse des cicatrice indelebile, mais ce dont il faut ce rappeler c'est que (souvent) il y a une fin, impossible a concevoir quand one st dedans voir le bout du tunnel est impensable et pourtant... cette fin n'est que le debut d'autre chose, et a tte celle et ceux qui passe par la je vous souhaite cet autre chose... je pense a vous...

    RépondreSupprimer
  33. Wahou. Beau témoignage plein d'espoir... Cela me rappelle ce que je ressentais il n'y pas si longtemps !

    RépondreSupprimer
  34. Incroyable comme ce que vous écrivez... j'aurais pu l'écrire aussi. Gonal F, ovitrelle, je me revois dans ma salle de bain à me faire les piqûres comme si c'était hier alors que c'était en 2006. Je suis maintenant l'heureuse maman de trois loulous dont seule la première a nécessité une stimulation.
    Je souhaite à toutes celles qui ont des difficultés à avoir des enfants de connaitre un jour ce bonheur, quelle que soit la solution (stimulation, FIV, adoption...)

    RépondreSupprimer
  35. Au hasard de mes recherches sur le net je suis tombée sur cet article.
    Que de choses à dire sur ce vaste sujet qu'est la PMA! Je te remercie pour cet article et pour ce témoignage de Maman PMA. Merci pour cette phrase: "j'en profite pour serrer fort celles qui attendent" que je viens de prendre en plein coeur.

    Je fais partie d'une communauté de femmes infertiles qui tiennent des blogs liés à la PMA. Nous sommes d'ailleurs un petit groupe assez soudé (et à travers les tempêtes que nous traversons, c'est bon de trouver du soutien).
    Nous constatons trop souvent un décalage entre les Maman Fertiles (pardonne moi l'expression) et nous. Alors de voir que certains blogs de Mamans traitent de problèmes d'infertilité c'est fantastique et ça réchauffe le coeur.
    Merci, du fond du coeur ❤

    Alice, 2 échecs de FIV, Maman dans son coeur, mais pas encore dans son corps.

    RépondreSupprimer
  36. Comme ce témoignage me touche aussi, moi qui me sent tellement maman sans enfant... Merci de cette pensée pour nous, celles pour qui le désir d'enfant n'est pas suivi par un enfant...

    Ca ne fait que 2 ans que nous attendons, mais très vite nous avons su que ce serait compliqué. Après 4 inséminations et 1 FIV, toujours rien. Et recommencer, les traitements, l'espoir, l'angoisse d'un échec, ça devient de plus en plus difficile. Tandis que les essais s'enchainent, la peur que jamais un enfant ne viennent combler le creux de nos bras s'intensifie.

    Si vous saviez comme ça m'a semblé traumatisant de perdre cette intimité du couple pour tenter de concevoir notre enfant. Si vous saviez comme on se sent mal quand concevoir un enfant ne se fait plus dans le plaisir mais dans une certaine souffrance.

    La plupart du temps, l'entourage ne comprend pas. C'est sans doute bien difficile à appréhender quand on est plutôt confronté au besoin d'espacer les naissances que l'inverse. On se sent vite bien seul parmi les amis chez qui les naissances s'enchainent tranquillement.

    Et puis on lit ces témoignages qui donnent de l'espoir... Si seulement :)

    Merci...

    RépondreSupprimer
  37. Très beau témoignage merci...
    J'ai eu le même parcours pendant 4 ans. Beaucoup de souffrances et de tensions mais notre aînée a fini par pointer le bout de son nez. Un an plus tard, on s'est lancé dans un second projet bébé sans y croire. Pourtant, la petite sœur est arrivée en un claquement de doigt.
    Il faut garder espoir et surtout éviter de trop écouter les autres.
    Maintenant j'ai un autre problème. J'ai tellement attendu que je vis difficilement la maternité... J'ai eu a le temps de trop idéaliser. La réalité est plus rude.

    RépondreSupprimer
  38. Felicitation moi aussi j ai le meme problem sauf possede un peu de zozos et je suis en pleine forme on va faire une pma le plutot possible j espere bien avoir un bebe

    RépondreSupprimer
  39. Bonjour
    je fais aussi partie des couples infertiles et le douloureux parcours pma est devenu un quotidien...
    beau témoignage, un grand courage à tous ceux qui sont confrontés à cette épreuve, j'ai aussi voulu commencer un blog, pour raconter ce parcours, ses espoirs et désespoirs

    RépondreSupprimer
  40. Magnifique post ! J ai recourt a une Fiv au mois de juin! Je croise les doigts! Courage a tous et toutes pour vos parcours en Pma!

    RépondreSupprimer
  41. Touchant témoignage j'en ai les larmes aux yeux. Ce que vous décrivez est tellement poignant ...

    RépondreSupprimer
  42. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  43. Bonjour,
    Je me présente moi c'est Raymond le froisier ,il y a trop d'escroquerie dans les offres de prêt entre
    particulier. Moi j'ai visité un site d'annonce de prêt entre particulier sérieux partout
    dans le monde et j'ai connu une Dame formidable, du nom de Mme Heidi Larsen Française
    qui aide les gens en leur faisant des prêts et qui m'a accordé un prêt de 100.000€
    que je dois rembourser sur 30 ans avec un très faible intérêt de sa part soit 2% sur toute ma
    durée de prêt et là le lendemain matin j'ai reçu l'argent sans protocole.Besoin de crédit personnel ,vos
    banque refuse de vous accorder de prêt,vous êtes en CDI et autre de vous adresser à lui et vous
    serrez satisfait mais attention à vous qui n'aimez pas rembourser les prêts. Voici son e-mail: heidilarsen435@yahoo.fr

    RépondreSupprimer
  44. Je m'appel Lucette FERRES , suite au problème vue sur le site je viens pour intervenir et faire comprendre a toute personne ayant été déçue comme moi que rien est encore tard.Car quand on veut on peut, après un moment de déception avec mon ex qui est actuellement redevenue l'élu de mon coeur j'ai du faire appel a un maître marabout vodoun qui a vraiment fait un miracle dans ma vie. Il m'a permis de retrouver la paix du coeur en faisant revenir l'homme que j'ai toujours aimer. Alors ne guise de remerciement je voudrais lui rendre hommage et conseiller a toute personne ayant de problème a bien vouloir faire recours a cet homme car il est vraiment un envoyer pour resoudre tout genre de problème. ( mour affectifs, Retour définitif de l’être aimé, fidélité, problème de divorce, empêche la séparation, problèmes familiaux, même les cas les plus désespéré, crise conjugale, désenvoutement, protection contre les dangers, impuissance sexuelle, attraction de la clientèle, travail, examen, permis de conduire, union rapide.) Je me permet de vous laisser ces cordonnez : vodounhounon@outlook.fr

    RépondreSupprimer
  45. bonjour, je m'appelle justine je ne sais pas si il y a encore des personnes qui regardent ce témoignage... mais je voudrais bien en parler car je vais surement faire une PMA.
    merçi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Justine,

      tout d'abortd je tiens a remercier la personne qui a poster ce temoignage térs touchant j'ai les larmes au yeux, je suis en plein parcours en fait j'ai fait une FIV ICSI ratée en 2012 et plus d'essais depuis je compte me relancer , je sais pas tout me rappelle ce terrible fait que mon mari est azzospermie (pas de sperme) c'est trés dur à surmonter , mais je garde espoir...

      Supprimer
  46. merveilleux témoignage qui m'a fais pleurer et où je me suis retrouvé
    je suis aussi passé par la pma et la première fiv icsi a fonctionné et j'ai eu un magnifique garçon et après quelques années envie d'un deuxième enfant et là on recommence les fiv mais malheureusement cela ne fonctionne pas et mon corps ne supporte plus les traitements alors on a tout arrêter mais l'envie d'un bébé est toujours là et me torture

    RépondreSupprimer
  47. ce témoignage est bien la dure réalisé mais vous avez réussi à avoir un enfant.
    nous avons vécu la même chose avec 4FIV le nombre maxi autorisé par la sécu et aucun résultat.
    A aujourd'hui 40 ans malheureusement je ne vois pas comment avoir un enfant avec un couple qui est parti en éclat.
    Les 5 années d'essai de bébé et de traitements nous on complétement détruit et éloignés

    RépondreSupprimer
  48. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  49. Je comprends biens tous ces sentiments! En 2011 on était avec mon mari en essai de notre premier bébé. J'ai passé le traitement hormonal et la stimulation, mais il n'y avait pas de résultat. La motivation et le sourire ont commencé à me manquer. J'avais parfois du mal à ne pas fondre en larmes devant un bébé ou une échographie , j ai honte de le dire mais j'ai devenu jalouse de tout les ventres ronds autour de moi. Mon gynécologue me parlait de la fiv, c'était la solution pour moi. Après 1 an de recherches et d'hésitations nous nous sommes tournés ver une clinique ukrainienne. J'avais de la chance et après la 2ème tentative je suis tombée enceinte. J ai toujours voulu fonder une famille avec plusieurs enfants. Maintenant je pense que c'est possible.
    Bon courage et je te souhaite très vite un beau + !!

    RépondreSupprimer
  50. Merci pour ce très beau témoignage très émouvant et plein de courage. Je souffre d'Endométriose et n'ayant pas réussi à avoir un enfant naturellement on va se diriger vers un centre de PMA.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...