6 juin 2011

Pour Mieux Attendre - PMA et toi?

Il y a des sujets qui me touchent. Beaucoup. Parce qu'ils blessent, parce qu'ils me font mal.
Je n'ai jamais attendu. Jamais. Le grand est arrivé en trois mois, et les deux autres en quinze jours.
La vie est injuste quand il s'agit de ça, j'aurais volontiers pris des mois d'attente à mes amies qui souffrent. J'aurais voulu en prendre un peu, pour partager la peine.

Il y a quelques années, lorsque je promenais fièrement mon ventre rempli de celui qui allait devenir mon Grand Nain, je parlais beaucoup avec une collègue. Qui allait devenir une amie. 

Quand j'ai su qu'elle attendait un bébé j'étais très heureuse. Quand j'ai appris qu'elle l'attendait depuis presque cinq ans, j'ai eu mal. Mal pour elle de m'avoir vue. Mal pour moi de ne pas l'avoir compris avant.
Encore aujourd'hui, j'ai honte. J'ai honte de ne pouvoir rien faire, j'ai honte de ne jamais savoir quoi dire.
J'imagine à quel point ça doit être difficile. J'imagine mais je ne sais pas. 


Parfois, lorsque j'écris tous ces articles sur ma vie avec eux, je me dis que certaines doivent se sentir blessées. Parce que c'est facile de râler, c'est facile de dire à quel point nos nains sont des boulets. C'est facile de se plaindre, c'est facile d'en rire. 
Ce qui est difficile c'est de ne pas en avoir quand on en veut.  Ce qui est difficile c'est d'attendre, mois après mois, qu'un test soit positif. Ce qui est difficile c'est de ne vivre qu'avec ça, qu'en pensant à ça, tout en ne sachant pas quand.


J'aurais voulu écrire sur le sujet mais je n'en suis pas capable.
Alors j'ai demandé à une autre maman d'en parler. Parce que je sais qu'elle écrit bien. Parce que je sais qu'elle saura dire.
Cet article, je l'ai voulu pour vous, pour toutes celles qui attendent. Pour mes amies et celles que je ne connais pas. Pour vous dire que j'y pense. Souvent. Et que ça me fait mal. Parce que tout devrait être simple.
Je vous l'offre donc, parce que je ne peux rien offrir d'autre que ça.




"Toi là, qui te régales des histoires de nains en pensant "oh punaise! C'est dingue! Elle a installé une webcam chez moi ou quoi?"
Toi qui jubiles et te fends la poire en constatant que chez les autres, finalement, c'est comme chez toi : "nain dans la place, pagaille en masse"... Toi qui te sens l'amie de toutes les mamans du monde parce que tu SAIS qu'elles dorment pas plus que toi et que rien que pour ça, t'as envie de les serrer dans tes bras...

J'te propose un petit feed back... Vas-y! Saute dans la machine à remonter le temps et dégaine tes lunettes trois D... Ton nain a 5 ans, trois ans, 1 an... Ton nain est tout pitit... Ton nain est là, sur ton ventre... Attention, scène violente : ton nain retourne de là où il vient (pardon pour l'image!) : ton nain est dans ton bidon... Ton bidon devient de plus en plus plat (Yes! ;-)  Rêve l 'amie! Et efface aussi les vergetures et le nombril qui sort si tu veux, c'est cadeau!).
Maintenant t'es là, la larme à l'oeil, parce que tu viens tout juste de découvrir que tu vas être maman...

Et avant ? Ben oui avant ! T'inquiète pas... Je ne vais non plus te faire remonter à ta naissance, je vais même pas te demander de me parler de ton enfance (et te faire signer un chèque de trois milliards de dollars kleenex compris, "au revoir à la semaine prochaine"... )
Non! Je vais juste essayer de te parler de cette attente qui se situe juste avant cette découverte là...  Parce qu'avant de pleurer de bonheur, il y a aussi parfois d'autres larmes moins douces... Parce qu'avant d'être maman, il y aussi parfois des mois et des mois qui s'écoulent et deviennent des années... Parce qu'avant d'être maman, il y a parfois un combat... "Faites l'amour, pas la guerre"... OK... mais parfois ça ne suffit pas. PMA me voilà!

Voici donc une histoire de mamans parmi d'autres... ou plutôt d'un parcours de procréation médicalement assistée.
Avant que tu me suives dans les couloirs blafards de l'hôpital, j'vais quand même me présenter un p'tit peu, ça t'évitera de suivre une autre paire de fesses (pardon, chemise de nuit d'hôpital version très décolletée de l'arrière train).

Nous voilà donc 4 ans en arrière (promis, c'est la dernière fois que je te fais du flash back)...  Chouchou et Loulou, 23 et 25 ans, ont franchi un grand pas! Ayé ! Fin de la pilule !!!! Youhou !
Danse de l'impatience, du secret bien gardé, danse de la joie (et du golo golo aussi...) ...
Et puis les mois passent... Chaque fois, la déception devient plus grande... Et chaque fois, Chouchou se demande ce qu'elle foire puisqu'elle a l'impression qu'elle vit dans un monde où TOUTES les femmes sont enceintes... sauf elle.
Au bout de 6 mois, elle va même voir une gynéco qui l'envoie bouler sans ménagement... "Revenez si vous n'êtes pas enceinte dans un an et demi". "Un bébé vient quand il veut... Pas quand vous, vous le voulez." Soit... Elle pleurera alors souvent par la suite en se disant que peut-être bien que si aucun bébé ne veut venir, c'est parce qu'aucun bébé ne veut d'elle et loulou comme parents...

Mais ça, c'est en fin de cycle... En début de cycle, elle a plutôt déployé l'artillerie lourde !

Voici donc une série de trucs et astuces ridicules et totalement inefficaces testés pour toi  :

1) Les calculs précis et méthodiques... Les chiffres, les relevés de température, les probabilités calculées à partir des statistiques des mois précédents... Un truc bien carré à la limite de la comptabilité...
Résultat : nul... avec une baisse de motivation évidente sur tous les fronts!  La comptable finit par être virée... A ce rythme, c'est pas dit que Loulou finisse pas par loucher sur la secrétaire!

2) La méthode Coué! L'auto persuasion! L'hypnose dans un miroir... J'suis sûre que j'suis enceinte en fait... Parce que j'sens bien que... rien en fait! Juste que j'en ai très envie... Mais quand même, j'suis sûre que j'suis enceinte... même si le sang de la défaite a été versé, même s'il ne se passe rien de spécial (et justement d'ailleurs!) ... Bref...
Résultat : nul... avec un effet secondaire très sympa : le retard de règles de 3 semaines... et l'absence de sortie de dame ovule plusieurs semaines durant! Et toc! Vengeance!

3) "Le-j'y-pense-pas" issu directement de la méthode populaire très connue "t'y-penses-trop, c'est-pour-ça-que-ça-marche-pas, penses-y-pas-et-ça-viendra-tout-seul!"
Résultats : nul... avec effet pervers : "putain, merde, j'y ai pensé là... Merde!!! Merde! Merde!!! Ca m'a foiré l'truc du coup! Putain!!! Encore raté!" Une bonne lobotomie finalement et ça devrait le faire sans souci!

4) Les acrobaties de Monsieur Sutra, Kama de son prénom... Mais il est noté clairement dans le règlement des blogs que "les contenus illicites ou obscènes sont interdits"... Donc je respecte le règlement! Pas de détails! ;-)
Allez... Un quand même parce que celui là ne fait pas partie de la batterie de la dynastie Sutra!
Le poirier et ses déclinaisons multiples selon la fatigue du moment : la chandelle, le gros coussin (pour une meilleure circulation du sang dans les jambes bien sûr!)...
Résultats : nul... Mais une approche du mépris du ridicule intéressante et à méditer! 



5) Les privations et punitions des troupes paresseuses!
Quand on a connu le manque... On devrait être capable de se motiver davantage! L'agressivité devrait monter dans les rangs... La promiscuité devrait commencer à être pesante pour tous...
Résultats : nul... Visiblement, ça a simplement renforcé les liens entre les p'tits soldats qui sont devenus copains comme cochon... et ont refusé d'avancer, se cédant sans cesse la priorité. On est bien contents pour eux et on leur souhaite... de tous mourir dans d'affreuses souffrances!

6) La distribution gratuite de vitamines à tout le monde!
Puisque la solution précédente n'avait pas fonctionné... Zou! Au diable l'avarice! "On est potes, on s'aime, *peace and love*, tiens mon frère, prend ça, tu verras, ça va te faire du bien, tu vas te sentir un surhomme! "
Résultats : nul... Paraît que si, ça leur a donné des forces! Les parties de cartes entre p'tits soldats du flagelle ont duré jusqu'à des heures incroyables! Dame ovule en a fait une toute une histoire : elle pouvait même plus dormir tranquille!

Toutes ces stratégies époustouflantes ayant étonnamment échoué, chouchou et Loulou se retrouvent finalement de nouveau face à une gynéco. Cette fois-ci, entre deux kleenex, Chouchou récupère une ordonnance.... O joie, ô bonheur ! Que d'amusements en perspective !
Côté Loulou, il y a ... Le rdv d'amour magique avec des p'tits tubes à essai... Tu sais ? Le truc top glamour dont on rigole niaisement quand ça passe dans une série télé... Ben pareil... Mais en vrai! J'te laisse imaginer le côté glauque quand t'es en salle d'attente... et que tu sais que tous les hommes qui sont là et qui vont disparaître par cette petite porte sont là pour la même chose...
Et en plus, comme le tube à essai est jaloux de la relation que Chouchou entretient avec Loulou, il demande l'exclusivité. 3 à 5 jours avant...  pas question de batifoler ailleurs pour Loulou. Concentre toi sur les charmes (cachés) du p'tit tube. Chouette.

Côté Chouchou : hormis les courbes de température (classique ça Chouchou!), on veut vérifier quand même par écho que Dame ovule fait bien des apparitions régulières et que ses deux maisons (les ovaires quoi! T'as vu? Je te fais réviser tes cours de bio l'air de rien!) sont présentables.
Voilà donc Chouchou en rdv chez l'échographe... Elle rentre timidement dans une salle d'attente bondée... de gros bidons qui doivent se demander pourquoi elle est là avec son ventre tout plat, tout vide... Elle, elle sait plus où poser ses yeux pour pas chialer. Ca, ça doit être un signe de reconnaissance de la nana qui en bave pour faire un bébé... Cherche pas qui c'est : c'est celle qui a les yeux qui piquent dès qu'elle voit un gros bidon, qui sourit à ton bambin en pleine crise de nerfs... et qui bredouille une excuse bateau quand tu lui demandes "et toi? C'est pour quand?"
Chouchou attend donc nerveusement son tour. Elle a fini par plaquer son sac contre elle, histoire d'éviter les regards interrogateurs et contemple le sol avec attention.

L'échographe l'appelle sans la regarder et raccompagne sa patiente précédente à la porte. Chouchou entre dans la salle et s'assoit. Grosse erreur. Elle se fait rappeler à l'ordre à la seconde où la charmante dame passe la porte :
"bah vous auriez pu commencer à vous déshabiller, hein!"

Chouchou rougit. Elle pensait que dire bonjour n'était pas une perte de temps. Elle pensait qu'on allait lui expliquer quelque chose avant de farfouiller entre ses cuisses (écho pelvienne bien entendu). Que nenni ! La prochaine fois, elle saura. Ca tombe bien, elle doit revenir le lendemain... et le surlendemain aussi... En fait, jusqu'à ce que dame ovule fasse son apparition.
Chouchou aura donc la chance de montrer son charmant postérieur (et plus sans affinités) à tous les échographes du cabinet. Certains étant heureusement plus aimables que d'autres.
En tout cas, le réflexe de Pavlov tend à se vérifier. Dès que Chouchou voit une blouse blanche, elle commence à se déshabiller. Faudra quand même qu'elle se méfie : chez le dentiste, ça peut faire mauvais genre!

Comme Chouchou et Loulou sont sympas, ils ont aussi testé pour toi le test de Hühner... Comment ça ? Tu ne connais pas le test de Hühner ? Mais tu ne sais pas ce que tu rates!!!
Le test de Hühner (ou test post-coïtal : avoue que tout de suite, ça fait moins rêver!) c'est le top du romantisme!

Le principe ? Fastoche ! T'essaies de deviner avec ta gynéco-marabout la date à laquelle dame ovule pointera son nez... Tu prends un ou deux jours d'avance sur elle pour la doubler et tu files un rencard aux p'tits soldats en leur faisant croire qu'elle sera là (PIEGE !!! )... Attention hein! Faut être précis ! T'as une fourchette pour les horaires hein ! Tu fais pas ton p'tit truc comme ça, tranquille à l'envie hein?!! Ce serait trop facile !
Donc en gros, tu convoques les zozos à une heure précise en ton antre et ensuite, tu cours chez ta gynéco pour une journée "portes ouvertes" !
Et là ... Je pense que vous commencez à saisir la beauté de l'instant ! :-)

La gynéco farfouille à l'intérieur, fait son shopping, elle court dans les rayons avec son p'tit sac pour faire les meilleurs affaires du moment : faut profiter des soldes ! Et enfin elle finit par sortir.
T'as le droit de te rhabiller pendant qu'elle va examiner à la loupe ses p'tits achats coups de coeur.
Elle prend son temps et toi, t'attends, comme une conne, le coeur battant qu'elle revienne en te disant "trop bien! j'ai fait des super(s ???) affaires !" ... Sauf qu'elle revient avec la tête de celle qui s'est bien fait arnaquer en achetant une belle daube à prix d'or ! Et elle confirme : "bon ben... C'est négatif..." ce qui signifie pour les non initiées : j'ai pas trouvé de spermatozoïdes. Le but étant de voir comment les zozos se comportent à l'intérieur de ton toi, forcément, quand t'en trouves pas, c'est un peu chiant!

Mais elle rajoute guillerette : "... mais c'est pas grave! Ca veut pas dire qu'il n'y en a pas, hein! Rassure toi!'  Ah ben ça va alors! Allez : fais péter ta boîte de kleenex! Promis, la prochaine fois, c'est moi qui régale.

J'te passe les milliards de prises de sang qui génèrent des milliards d'enveloppes de résultats qui font de toi une phobique de la boîte aux lettres tellement tu flippes en traquant le p'tit chiffre qui sort des normes inscrites par le labo... Un petit ,000000000001 au dessus ou en dessous et ça y est, ta journée est foutue.

Parce que finalement, tu finis par être fixée quand t'as les résultats et que c'est pas bon... mais alors pas bon du tout... Tu ne formes plus qu'une flaque sur le bureau de ta gynéco (qui doit regretter de ne pas avoir pris des actions Kleenex). T'entends dans un brouillard les explications, les encouragements, les perspectives... T'es à moitié là en fait... Tu captes vaguement le mot FIV et tu repleures de plus belle. Parce que tu le redoutais ce mot là... Parce que t'as l'impression que t'es la seule au monde à ne pas être capable de faire un bébé toute seule, enfin, à deux quoi! Et la suite te montrera qu'effectivement, quand on passe par la case FIV, ton bébé, t'as parfois l'impression que c'est 3, 4, 5, 6 personnes qui sont en train de le faire pour toi.... et c'est pas simple à digérer....

D'ailleurs, entre le jour où le mot a été prononcé et celui où Chouchou et Loulou ont pris rdv avec une gynéco spécialisée en PMA, il s'est écoulé plusieurs mois... Parce que c'est pas une évidence d'accepter que son bébé ne se fera pas sous une couette (ou sur un canapé... Où tu veux après tout!) mais dans un labo. A moins d'être passionné de sciences, tu avoueras que ça fait pas rêver.

Avec tous les bilans médicaux, l'agenda de Chouchou se remplit vite ! Elle est surbookée ! Prises de sang par ci, gynéco par là, échos au passage... Quand elle ne tend pas un bras pour se faire piquer, elle remplit des papiers administratifs. Une demande de prise en charge par sa sécu (et là, je dois dire que Chouchou et Loulou sont reconnaissants d'habiter en France... Parce que financer tout seuls une FIV, ils n'auraient pas pu...), des autorisations, des questionnaires médicaux, des attestations... Elle signe, remplit les petites cases, fait des chèques...
Rappelle sa sécu pour vérifier où en est sa prise en charge... et un monsieur lui confirme que c'est bon : "moi sur votre dossier, j'ai une prise en charge du 27 août 2007 jusqu'au 27 août 2012 pour STERILITE"... Chouchou pleure encore un p'tit coup en se disant que si elle est encore là dans 5 ans, elle va craquer...

Quand elle a rdv au labo de PMA avec le biologiste qui va s'occuper de la grande rencontre entre ses ovules à elle et les spermatozoïdes de Loulou, elle le regarde un peu comme Dieu le père... et son regard glisse pas discrètement du tout sur la centaine de faire-part de naissance accrochés à son mur. Elle y croit. Elle et Loulou signent encore des dizaines de papiers... Chouchou s'arrête quand même sur certains mots "congélation" notamment. Elle vérifie qu'on n'est pas en train de lui refiler un frigo américain... A vrai dire, elle n'a plus vraiment envie de tout savoir maintenant. Les images sont trop réelles, trop précises. On lui montre les cellules, les p'tites boîtes dans lesquelles les embryons se développent... Comment se passe la rencontre... Elle a l'impression d'être dans un univers de science fiction. Elle est reconnaissante de tout ce qu'on fait pour elle, mais elle aimerait bien garder un tout p'tit peu de magie dans sa tête... Garder ses images à elle plutôt que celles qu'on lui exhibe fièrement. Mais elle opine de la tête consciencieusement...

Et puis enfin, ça y est! Les examens sont terminés : une date est fixée. Un mois plutôt! Chouchou et Loulou sont "programmés pour décembre". En attendant, on leur dit de profiter des quelques semaines qui les séparent de la fiv. Chouchou en profite surtout pour se lancer à corps perdu sur les forums. Elle discute, suit les avancées de plusieurs bloggeuses, pleure, rit avec elles... Espère.

Elle achète le traitement pour sa fiv à la pharmacie... sans griller les étapes.
 ordonnance PMA  : quelques bricoles


 Elle ne veut pas se retrouver avec des médicaments qui ne lui serviront à rien si elle doit s'arrêter en cours de route (au prix des médocs, elle ne veut pas être responsable de la ruine de son pays !) Parce qu'une fiv ne va pas toujours au bout... Elle peut s'arrêter à tout moment. Chouchou le sait et n'anticipe rien. Elle compte les étapes :

1) Le traitement pour "bloquer" l'ovulation naturelle...
2) La stimulation
3) Le recueil des ovocytes
4) La fécondation avec l'espoir d'avoir des embryons
5) Le transfert d'un embryon
6) Le test de grossesse

1)Le blocage de l'ovulation ? Une grosse piqûre dans les fesses... qui coûte la bagatelle d'une centaine d'euros! Rien que ça! Chouchou apprécie l'instant : des dizaines d'euros dans ses p'tites fesses, on va quand même pas se permettre de chougner hein? Elle redoute un peu les effets secondaires... L'équivalent d'un début de ménopause, rien que ça. Loulou l'appelle mamie et ricane le traître!
2) Chouchou ayant passé brillamment cette première étape, elle attaque la stimulation!
Quand elle installe une cartouche d'hormones dans une sorte de gros stylo dont la mine est une petite aiguille, elle se sent un peu vache de concours. Sauf que la vache, c'est pas elle qui se fait sa piqûre! Le premier soir, Chouchou est prête... Un oeil sur l'horloge (pour pas rater l'heure), l'autre sur son p'tit bourrelet de ventre, elle tient fermement le stylo magique et se pique vaillamment... 

design le stylo !!!!

Les soirs suivants, elle n'hésite pas plus mais se rend compte que même dans un bourrelet, il y des zones plus sensibles que d'autres. Son ventre est customisé de points mauves ou rouges plus ou moins gros.

Chouchou est fatiguée... Elle se lève tôt pour traverser la ville dans un sens le matin et être à 7h au labo où elle a une prise de sang par jour. Elle retraverse dans l'autre sens pour être à l'heure à son boulot. L'après-midi, à la récré (Chouchou est instit'), elle téléphone aux secrétaires de sa gynéco PMA pour connaître la dose à s'injecter le soir...

La stimulation fonctionne bien. Chouchou sent son ventre qui pèse plus lourd que d'habitude. Elle gonfle...
Chouchou doit maintenant ajouter une écho en plus à sa prise de sang quotidienne. Elle doit demander des autorisations d'absence par demi-journées. Ses collègues s'interrogent... Et chouchou se sent obligée de leur expliquer même si elle n'en a pas vraiment envie.

3) Le grand jour arrive. Chouchou a bien travaillé. Les ovocytes sont mûrs à point et la grande récolte est programmée.
Chouchou est installée dans une chambre de la clinique avec 3 autres jeunes femmes présentes pour la même chose. Elle est number three. On lui a demandé d'enfiler une charlotte, des p'tits chaussons et une chemise de nuit qui comme toutes les chemises de nuit d'hôpital laissent voir son postérieur (charmant au demeurant, mais quand même!). Loulou lui, est au labo. Il doit remplir son p'tit tube...
Chouchou a la trouille. Quand on l'emmène sur un brancard, elle n'arrive plus à se contenir. Elle pleure comme une madeleine. Elle demande à ce qu'on l'anesthésie rapidement parce que plus on lui parle, plus elle ruisselle.  

achevez moi ! Vite !


Quand elle ouvre les yeux, elle est tellement dans le brouillard qu'elle a du mal à émerger. Et pourtant, elle a UNE question à poser... COMBIEN ?

C'est LA question des nanas qui viennent de subir un recueil d'ovocytes! Quand on lui annonce 21, Chouchou esquisse un sourire. Elle se rendort apaisée. 21... Ca semble dingue quand même non ? 21 ovocytes... l'équivalent de 21 cycles normaux... Avec le recul, Chouchou se demande si elle sera ménopausée 21 cycles plus tôt du coup... Mais là, elle n'en est pas là... Elle croise les doigts pour la suite.

4) Loulou a bossé dans son p'tit coin aussi... Et la grande rencontre se fait à l'abri des regards sous le contrôle du biologiste tout puissant.
Chouchou et Loulou téléphonent le lendemain au labo de PMA. On leur annonce : 21 ovocytes recueillis, 17 mis en fécondation, 15 embryons...
Ca semble irréel. Chouchou sait que ça ne veut rien dire... Qu'il faut encore attendre quelques jours pour savoir si les cellules continuent à se diviser. Elle attend encore le coup de fil qui lui demandera de venir à la clinique pour le transfert.

5) Le labo a appelé. Chouchou et Loulou sont là, dans un couloir qui jouxte la maternité... Ils reconnaissent un couple et se saluent timidement. La tension est palpable. On les fait entrer dans une petite salle et Chouchou est allongée en position gynéco, un drap sur les jambes. La gynéco arrive, pratique le transfert, souhaite bonne chance et quitte les lieux. Chouchou et Loulou doivent rester là une demi-heure... Le biologiste passe la tête par la porte et souhaite bonne chance à son tour... Chouchou et Loulou sont émus.
Ils rigolent quand même bêtement parce qu'ils ne savaient pas qu'on pouvait amener un CD pour patienter... Du coup, on leur a mis de la musique... Et c'est Carla Bruni/Sarkozy qui gratte sa guitare! Chouchou qui voit d'habitude des signes du destin dans le moindre plat de purée préfère s'abstenir de chercher une signification à tout ça.  
 "c'est quelqu'un qui m'a dit qu'on ... avait oublié notre CD, bordel!"

D'ailleurs les aiguilles tournent et il faut quitter les lieux. Chouchou descend en grimaçant de la table... Depuis quelques jours, son ventre a gonflé et elle mal au point de ne plus pouvoir se baisser ou bouger comme elle le souhaite. Loulou l'aide à se rhabiller. Ils quittent la clinique avec un sentiment étrange... Chouchou marche doucement... On a beau lui dire que ça ne changera rien, elle ne veut pas faire de mouvements brusques. Elle sait qu'il y a un p'tit bourgeon de korrigan dans son ventre... Elle voudrait tellement qu'il s'accroche !

Les jours qui suivent seront les plus longs de leur existence. Chouchou ne travaille pas et le temps semble s'être arrêté. Elle compte les jours avant la prise de sang qui lui dira si elle va être maman ou non... Elle dort très mal... Il faut dire que son mal de ventre empire. Elle passe du rire aux larmes... Elle cherche des signes pour deviner ce qui se passe dans son bidon... Elle peut y croire une heure et passer la suivante à sangloter en se disant que c'est foutu. Chouchou se dit que ses émotions ont aussi dû être dopées aux hormones.
Noël passe et elle a le ventre si gonflé qu'elle ne sait pas comment le planquer pour éviter d'avoir à répondre à des questions de sa famille éloignée. Elle a du mal à rester assise et rentre dès que le repas est terminé.

6) C'est le jour j. Chouchou a cauchemardé toute la nuit et maintenant elle va faire sa prise de sang. Dans quelques heures, elle sera fixée. Il y a des décos de noël partout. C'est la fête mais Chouchou est liquéfiée par la peur.
C'est Loulou qui ira chercher l'enveloppe. Elle, elle reste blottie dans son canapé et textote sa meilleure amie pour tenter de se détendre un peu...
Chouchou déchire l'enveloppe... Loulou ne peut pas. Elle lit : BHCG 133. Elle met quelques secondes à réaliser... C'est positif! Chouchou est en larmes...

Loulou a du mal à y croire. Il arpente le salon en demandant à Chouchou si c'est sûr... Il préfère attendre que la gynéco lui confirme...

Ben oui... Parce qu'après avoir été tant suivis, tant coachés, on oublie qu'on peut s'en sortir sans médecin...  Les jours suivants, Chouchou gagne d'ailleurs une nouvelle consultation en urgence à l'hôpital... Elle fait une hyperstimulation... Son ventre est plein de flotte... Elle gagne une dizaine de jours de piqûres d'anticoagulants en bonus : ça tombe bien! Ca lui manquait!
Mais c'est fini... La PMA est derrière elle... Devant elle, il y a à présent une grossesse comme celles de toutes les mamans du monde.... et au bout un p'tit korrigan qui lui fera dire que "c'était dur, mais ça valait le coup"... Vraiment.

Ironie du sort, 9 mois après, Chouchou sera de nouveau enceinte... Une petite soeur arrivée là toute seule... Cette grossesse finira de guérir Chouchou de toutes les blessures de ce parcours... pour de bon!

De la PMA, il nous reste quelques papiers que je n'ai pas jetés... Des rencontres de filles passées par là... Un respect pour la vie privée d'autrui à qui je ne demanderai jamais "et vous ? C'est pour quand ?" parce que je sais combien cette question peut faire mal.... De la reconnaissance pour certains médecins, biologistes, échographes... Du mépris pour d'autres qui oublient qu'ils n'ont pas juste un utérus en face d'eux. Je me souviens d'une échographe qui félicitait ses patientes quand les ovocytes avaient grossi et les disputaient quand les résultats étaient mauvais... comme si elles étaient responsables...

Et puis... chaque année... Une petite lettre du labo de PMA... pour les frais de congélation de deux embryons! Si, si... C'est glamour hein? ;-)
Alors chaque année, on fait notre petit chèque... en se demandant comment se passera la suite... et quelle suite il y aura. Le roman de la PMA n'est pas terminé.

Merci Marie de m'avoir proposé de témoigner sur ce sujet...  Pardon d'avoir été longue... Je pensais que je saurai être plus drôle, plus légère... Je ne l'ai pas été jusqu'au bout! Les souvenirs sont remontés et j'ai été un peu submergée... A défaut, j'aurais été vraie..."

126 commentaires:

  1. Tout simplement merci...merci à la maman de Korrigan et sa petite soeur...merci à toi Marie d'avoir ouvert la porte de ton blog à cette maman et d'avoir pensé à toutes ses mamans de l'attente...surtout avec la fete des meres qui vient de passer et qui a encore trop rappeller le vide et l'abscence....

    RépondreSupprimer
  2. Delphine, 1 Grand-Nain et 1 Nainette6 juin 2011 à 14:38

    Merci à toutes les deux pour ce témoignage si émouvant...
    Je suis comme Marie, je tombe enceinte très facilement, et j'ai ce même sentiment de culpabilité pour mes copines qui ont des problèmes de conception...
    Merci encore.

    RépondreSupprimer
  3. quel beau témoignage qui me touche évidemment car je passe par fiv icsi et c'est effectivement un parcours du combattant qu'on est obligé de reprendre pr BB2.

    Merci pour ce beau témoignage criant de vérité

    Amicalement

    RépondreSupprimer
  4. Bravo pour ce texte!
    c'est vrai que c'est difficile, en tant que maman, de savoir aborder ce sujet, avec une amie en PMA, par exemple.
    On a un peu honte d'y être arrivée, on culpabilise quand on se plaint des maux de la grossesse et de notre vie de mère, alors qu'on sait qu'en face, la personne rêve d'être à notre place... et malgré toute l'écoute dont on peu faire preuve, on se dit que de toutes façons, on n'a pas vécu cette épreuve et qu'on ne pourra jamais se mettre à la place de l'autre, qui en bave.

    Pour certain(e)s le parcours de dure pas 9 mois, mais beaucoup plus. Il est alourdi par des angoisses, des attentes, des remises en question énormes (couple fragilisé, relations conflicutelles avec l'entourage qui est très bon pour mettre la pression, vie professionnelle chamboulée), que l'on ne connaît pratiquement pas lorsqu'on met juste quelques mois pour tomber enceinte.

    Je me permets de vous recommander la lecture du blog d'Ingliche Titcheur, qui raconte depuis 2 ans son parcours du combattant, avec un humour et une auto-dérisions exceptionnels:
    http://inglichetitcheur.canalblog.com

    (Marie, va le lire steu-plé, en plus, c'est une prof ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Brrr ça me fait monter les larmes aux yeux cette affaire...ici 10 mois d'essais pour bb1, idem pour bb2, je ne râle pas, ma meilleure amie a attendu 5 ans avant de tomber enceinte.
    Quand j'ai su que j'attendais ma grande, je n'ai pas pu me résoudre à le lui annoncer, j'ai attendu la fin du 1er trimestre et c'est avec la boule au ventre que je le lui ai dit...
    La vie est ainsi faite, pas toujours très bien et je souhaite plein de courage aux futures mamans dans leurs parcours du combattants.

    RépondreSupprimer
  6. Nat et ses oursons6 juin 2011 à 14:42

    OH MY GOD!!!! ça c'est de l'artikeul de compète!!!!
    Déjà, 1rst of all, bravo pour le style, je suis passée du rire à la larme à l'oeil en un tournemain!!! Franchement chapeau!

    Et pour l'expérience, je n'ai pas eu cette malchance (pourtant vu mes cycles je me voyais mal barrée, mais non, comme quoi c'est bizarre...)... Je suis admirative de vous toutes les femmes qui essaient coûte que coûte de faire un bébé, et qui vous accrochez malgré toutes les difficultés.... Je me sens toute petite à coté... Bravo et merci d'avoir partagé ça en tout cas!

    RépondreSupprimer
  7. C'est un bouleversant et magnifique témoignage sur un sujet pas facile. Pour ne pas oublier. Merci...

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour ce témoignage! J'ai moi-même vécu une partie de ce parcours, et sans avoir eu besoin de le faire jusqu'au bout, certains de tes passages m'ont rappelé notre histoire. Le test de Hühner notamment... il en faut de l'humour dans un couple, pour mettre le réveil à 3h du matin et avoir une relation sexuelle sur commande! Et le comportement des médecins, aussi... tout un poème!
    Moi aussi, j'en suis sortie avec un peu plus de considération vis à vis de ceux qui n'ont pas d'enfant, moins de questions abruptes qui peuvent blesser. Et de toutes façons, le résultat est toujours parfait (c'est mon nain) et peut être aussi pénible que les nains faits sous la couette!

    RépondreSupprimer
  9. Très beau récit, qui m'a profondément émue et qui m'a aussi mise dans une colère noire. En effet, je suis enceinte (sous stérilet) et vais bientôt pratiquer une IVG. Si ça, ce n'est pas de la profonde injustice !!

    RépondreSupprimer
  10. Marie ou pas, sur ce blog, on rit ou on pleure, mais jamais de textes fades! Moi aussi, j'ai "fait" mes deux bébés en moins de deux mois....et pourtant je compatis. Quand le test est négatif c'est l'angoisse. Non pas de l'attente, mais de savoir si un jour ce marchera. Je ne peux que souhaiter bon courage à celles qui attendent.

    RépondreSupprimer
  11. Magnifique témoignage, avec des mots si justes que j'en ai les larmes aux yeux...Merci d'avoir partagé tout ça, bravo aussi...

    RépondreSupprimer
  12. j'ai vRAIMENT aimé ce récit. Je l'ai trouvé drôle et émouvant, plein d'une vérité que je ne connais pas car comme Marie, je n'ai pas attendu...
    Merci pour ce témoignage.
    @Marie: Un jour j'ai raconté comment j'avais annocé à Tony l'arrivée de N°1 (ou de Clapiotte je sais plus), une fille qui est en pma en a parlé sur son blog, je l'avais blessé... parfois, on ne se rend pas compte...

    RépondreSupprimer
  13. On ne s'imagine pas combien ça peut être dur, quand, comme moi, mes 2 bébés ont été des cadeaux du ciel!!

    Courage à toutes celles qui endurent cela!

    J'ai une amie qui esta actuellement dans ce cas, je n'aurai jamais pensé qu'elle pouvait être dans cet état d'esprit, mais en même temps, je n'ose pas l'appeler, et lui demander comment ça va, car maintenant je comprends combien c'est dur pour elle!

    RépondreSupprimer
  14. Cranemou> je me souviens oui. Et je m'étais dit qu'il fallait dire. pour ne pas blesser.

    Marine> mais j'adoooore ce blog d'Ingliche Titcheur (tiens d'ailleurs il n'est pas dans ma blog roll?? J'y remédie).

    Merci à toutes. Merci surtout à Une Korrigane d'avoir su dire si bien les choses.

    RépondreSupprimer
  15. ainah, une naine et un demi nain6 juin 2011 à 15:02

    juste merci....
    ma ptite naine et mon futur nain (plus que 2 mois héhé) sont issus d'une fiv aussi... une pour chaque, on a un score assez light encore...
    j'adore ce blog, les aventures du nain, je me retrouve dans la nonwondermamanattitude, ma naine peut me sortir par les trous de nez en un temps record, mes vergetures me desolent....mais ce parcours, cette bataille pour les avoir... on n'oublie jamais, et on sait au fond de soi, a chaque seconde, a quel point on a de la chance de les avoir...

    RépondreSupprimer
  16. Bien écrit!
    Le test de Hühner, les piqûres dans les fesses, tout ça, j'ai eu parce que mon 1er bébé se faisait désirer...
    Puis finalement je crois que pour ma part, même si on nous a dit que les zozos n'étaient pas très vigoureux apparemment, c'était dans ma tête car il a suffit d'une canicule, de vacances pour que je lâche prise et que je tombe enceinte.

    8 ans plus tard, j'ai la chance d'avoir 3 magnifiques enfants

    RépondreSupprimer
  17. Témoignage très émouvant, très prenant.
    J'ai un couple d'ami qui essaie depuis 1 an 1/2 sans y arriver, et nous on a eu un petit bonhomme qui est arrivé juste après Noël sans qu'on ait vraiment cherché à le faire venir.
    Pendant toute la grossesse j'étais mal à l'aise parce que je savais que cette amie aurait voulu être à ma place. Depuis la naissance à chaque fois qu'elle voit mon bonhomme elle rayonne, on voit qu'elle meure d'envie d'en avoir un rien qu'à elle, et j'aimerai tellement l'aider, mais on ne peut rien faire de plus, alors on croise les doigts pour eux. Et pour tous les autres couples qui vivent les mêmes moments difficiles.

    RépondreSupprimer
  18. Magalie G, 1 nain Timiracle de 2 ans et demi!6 juin 2011 à 15:17

    Je suis toute émue par ce témoignage.....Nous avons attendu 3 ans avant qu'un petit être viennent s’installer au creux de moi.Je connais les pleurs, les prises de sangs, les questions des gens, les remarques blessantes...Et ce vilain terme de PMA qu'on refuse d'entendre, de comprendre.....Mais j'avoue m'estimer "chanceuse", Baptistin est venu tout seul et s'est bien accroché!


    Merci!

    RépondreSupprimer
  19. Récit très émouvant et très instructif aussi. J'ignorais comment cela se passait exactement et c'est bien différent de ce que l'on voit dans les "séries you èsse". Merci à toi d'avoir laissé la parole à cette maman, merci à elle d'avoir écrit un si joli texte.
    Nous on fait les bébés "trop facilement" mais je devrais plutôt dire "trop chanceusement"

    RépondreSupprimer
  20. Ccil, 2 belles-naines de 11 et 9 ans et un trop-beau nain de 6...6 juin 2011 à 15:17

    Bonjour Marie et bonjour à la courageuse maman PMA.
    Cet article est magnifique, nous savions déjà qu'il fallait du courage et de la determination aux parents de nain (sinon ça devient nain'porte quoi ;-) ) mais pour ces parents il les aura fallu bien avant de vivre avec les nains, bravo !

    Cette article m'a émue au larmes, parceque l'attente est mon quotidien depuis 2 mois et à cet attente douloureuse s'ajoute une peur panique de faire une deuxième grossesse extra utérine, de risquer ma vie une deuxième fois...

    Merci pour ce très beau temoignage et merci à Marie pour ce super blog, très utiles aux belles-maman de nains qui voient arriver de grands spécimens dont elle n'ont pas la notice !

    RépondreSupprimer
  21. Un immense merci pour ce magnifique témoignage... Ca redonne un peu d'espoir... Ici c'est l'inverse, on a déjà 2 naines, je suis tombée enceinte en un claquement de doigts (ou en m'asseyant sur un slip sale, je ne sais plus.. !) et le petit troiz tarde à venir... Entre temps, les ovaires polykystiques ont fait leur apparition, entre temps, on a consulté 4 gynéco, dont 3 nous ont ri au nez "vous êtes jeune et n'avez eu aucun mal à avoir vos enfants, il n'y a pas de problème, soyez patiente".
    Et puis on trouve le bon médecin, qui ose avancer une hypothèse avant même l'examen, qui nous envoie quand même faire une batterie de tests : prises de sang, bien sûr et puis test post-coïtal, parce qu'un peu de glamour ne tue pas, hystéro, spermo, échographies tous les 2 jours... Et enfin le traitement. Il fonctionne, ça fait 3 cycles de suite qu'il me donne de belles ovulation, mais pas de bébé à la clé.
    Ca fait 14 mois qu'on l'attend, on sait que c'est peu, mais c'est à la fois tellement long, quand à chaque fin de cycle, inlassablement, le test est négatif... (sorry, LES tests, en fait... je suis une serial testeuse, 10 jours post ovulation je pisse déjà sur le bâtonnet, mais c'est pas d'ma faute, c'est pathologique).
    Bref, on attend, on est abattue, on pleure, on lorgne sur les femmes enceintes dans la rue et on se sent tellement vide, on hurle que tant pis, on laisse tomber... Et puis on se reprend, on lit des témoignages comme celui-ci, et on retrouve une lueur d'espoir... Alors du fond du coeur, merci d'avoir partagé cette douloureuse mais finalement jolie expérience.

    RépondreSupprimer
  22. merci merci merci
    et felicitations pour ses 2 grossesses et votre parcourt

    je me suis retrouvé dans la peau de la copine qui tombe enceinte en 10 jours alors que le couple d'amis mariés depuis 2 ans sont dans la procedure d'etude des pti zozos
    dur dur de leur annoncer cette grossesse, surtout que mon nain a 6 mois maintenant et ils sont toujours dans la procedure

    je souhaite plein de courage a tous les couples en PMA, principalement a ma petite estheticienne qui s'est occupé de moi avec mon "enorme" ventre alors qu'elle en est a sa 2eme FIV infructueuse depuis 4 ans d'essai

    RépondreSupprimer
  23. Merci et encore milles fois merci !
    J'avoue que j'ai plus été dans le cas de Marie, mon mini-choux s'est pointé en à peine 2 mois.
    Mais j'ai très mal vécu ma grossesse au travail car j'ai une de mes collègues qui n'y arrive pas. J'ai été achevée 2 jours après l'annonce au travail. Le lundi, presque toute l'équipe est au courant sauf cette collègue qui était en repos. elle revient le mardi, j'étais de repos, elle apprend la nouvelle. Je suis revenu le mercredi, ma chef m'annonce qu'elle n'est pas là car elle a perdu l'embryon de sa FIV ... Jusqu'à mon arrêt, j'ai rasé les murs, évité de me tenir de profil face à elle, évité le sujet de ma grossesse.
    Aujourd'hui encore, je suis malheureuse pour elle, et je trouve injuste que ça fasse 8 ans qu'elle essaye ... Je continue d'espérer pour elle, elle le mérite comme beaucoup d'autres.

    Courage à toutes (et tous, ça ne doit pas être facile non plus pour ces messieurs), vous avez tout mon soutien !!!!

    RépondreSupprimer
  24. delphine, 3 nains6 juin 2011 à 15:24

    J'avais reconnu, avant d'aller jusqu'au bout de l'article, la plume de la Korrigane ! C'est d'ailleurs par son blog que je suis arrivée ici il y a près d'un an !
    Le parcours PMA, moi aussi j'ai connu. Pas de FIV, mais de "simples" inséminations ont suffi pour faire 3 bébés.... mais 2 ans d'attente et 2 inséminations pour la première grossesse et de nouveau 2 ans d'attente et 3 inséminations pour la deuxième grossesse (gémellaire).
    La période PMA, c'est beaucoup de doutes, d'angoisse, de fragilisation du couple, de non-dits avec les proches, de sensation de poignard dans le coeur à l'annonce de la grossesse des autres.... Avant de me réjouir pour mes amies enceintes, je commençais systématiquement par leur en vouloir de tomber enceinte facilement... Mais j'avais honte de ressentir ça....
    Je regretterai toujours de ne pas avoir eu la chance de connaître la découverte d'une grossesse spontanée. Mais là, avec 3 nains qui me font virer chèvre parfois, je dis stop !
    Et enfin, PMA ou non, au final, avec nos enfants, on re-devient toutes égales, nous, les non-wondermamans !!!!
    Une énorme pensée à celles et ceux qui sont encore en galère PMA et surtout à celles et ceux qui en sont sortis, mais sans enfants...

    RépondreSupprimer
  25. Un grand merci à toutes pour vos mots qui sont si vrais, si touchants aussi.

    Merci encore à Marie de m'avoir ouvert son blog!

    Delphine : je te rejoins sur tout... Et j'ai aussi une énorme pensée pour celles en plein parcours et celles qui sont effectivement reparties sans bébé apres des années de lutte....

    Merci à Marie pour ce blog !!!

    RépondreSupprimer
  26. Une larme, de la reconnaissance pour avoir vécu un parcours chaotique mais moins que la PMA, et beaucoup de sollicitude pour toutes ces mamans et futurs mamans qui traversent cette épreuve pour, à terme, avoir le plus précieux cadeau du monde.
    Merci d'avoir partagé ce parcours du combattant, pour que nous sachions toutes que ça n'est pas toujours simple....

    RépondreSupprimer
  27. Je suis à la clinique suite à ma deuxième ponction (pour deuxième bébé) autant te dire que ça colle au thème! Bon courage à toutes celles qui attendent, ma première FIV m'a donné ma fille et le temps passé ne compte plus !

    RépondreSupprimer
  28. C'est un très joli texte, très bien écrit et qui montre la sure réalité de la PMA.

    J'ai mis deux mois pour tomber enceinte de ma puce. J'ai fait une grossesse extra utérine, on m'a retiré une trompe, je pensais que je n'arriverais jamais à avoir le deuxième avec ma trompe en moins, 2 mois après j'étais enceinte du choupinou. Je remercie le ciel tous les jours pour m'avoir donné deux beaux enfants. Je sais la chance que j'ai et je sais combien c'est dur pour celles qui attendent.

    En tout cas merci de nous montrer que tout n'est pas si simple pour une chose pourtant si naturelle.

    Louloutte (tjs pas compris comment m'enregistrer désolée..)

    RépondreSupprimer
  29. Cécile, 1 nain, 1 future naine6 juin 2011 à 15:49

    Bravo pour ce bel article.
    Moi aussi, j'ai eu beaucoup de chance pour mes deux grossesses, mes têtards ont choisis de s'accrocher dès le premier cycle.
    Mais nous avons un couple d'amis en parcours PMA pour qui l'attente dure depuis 4 ans. Et à chaque mouvement dans mon ventre de ma puce, je pense à eux...
    J'ai effleuré du doigt les examens médicaux par lesquels passent ces mamans-courage, car j'ai fait un don d'ovocyte l'année dernière: écho, prises de sang, piqures, etc.... Et à chaque fois, ce sentiment de culpabilité intense dans la salle d'attente. Je n'ai osé parler à personne.
    Bon courage à tous et à toutes qui êtes dans cette situation.

    RépondreSupprimer
  30. Beaucoup d'émotions en lisant ce témoignage. Marie tu as bien résumé mon sentiment "j'imagine mais je ne sais pas" ... J'imagine parce que plusieurs de mes amies ont vécu ce parcours du combattant ... toutes n'en sont pas sorties encore.
    J'ai attendu 1 an pour ma première, 3 mois pour la seconde. Je n'ai connu que cette attente et au final ce n'est rien !!
    Moi aussi j'ai mal pour toutes ces femmes... être mère devrait être tellement plus simple !!!
    Bon courage à toutes les femmes concernées...

    RépondreSupprimer
  31. Un beau témoignage, une histoire de bébé, de couple, d'envie, de tristesse, de bonheur, d'un combat, tout ça en même temps!
    Merci de l'avoir partagé avec nous :o)

    RépondreSupprimer
  32. Magnifique récit. Plein de détachement et de retenue. Et tant d'émotions (ouais, j'ai versé ma larmichette)

    Je n'ai pas eu à attendre mes filles, j'ai eu beaucoup de chance. Mais j'ai tout de même eu la uestion fatidique "Alors, vous le faites quand ce deuxième?" Alors que je venais de subir un curetage suite à une fausse couche. Et c'est difficile de réprimer les larmes. (Je n'essaye pas de comparer, une FC précoce ce n'est rien comparé à des années d'attente)

    Bref, je n'ai pas eu à attendre mes bébés, mais j'imagine très bien la douleur et la souffrance. Et c'est en pensant à la chance que j'ai que je ne me plains quasiment jamais, parce que ces moments chiants, ces levers en pleine nuit, je sais que certaines voudraient les vivre. Alors au lieu de culpabiliser (on n'y peut rien si la nature est injuste) j'en profite au maximum en esprant de tout coeur que viendra le tour de mes amies. (Cela dit, entre lire une nana qui se plaind et lire une nana qui étale son bonheur, pour une personne qui souffre, je crois qu'il n'y a aucune différence. Mais c'est ma philosophie de la vie qui est comme ça. Peut être parce que je me sens comme une rescapée...)

    RépondreSupprimer
  33. pff que c'est bien dit bien ecrit .... n etant pas passe par la je ne peux que imaginer ... et avoir encore plus de respect pour toutes celle qui attendent ..... merci de ce beau récit ...

    RépondreSupprimer
  34. Bonjour,
    Marie, je suis une lectrice assidue de ton blog (que veux-tu, moi aussi je suis fonctionnaire, en mairie, en plus). Et là, je dois vraiment dire que cet article tombe à point. Car je voudrais, modestement, apporter ma petite pierre à l’édifice et peut-être, par la même occasion dé-plomber l’ambiance…
    Allez, je fais vite, mon parcours tient en quelques chiffres : 2 grossesses extra-utérines, 5 Fiv, 5 échecs, 1 renoncement. Et puis, ensuite, sans l’attendre, sans plus y croire, 1 bébé « fait maison à l’ancienne ». Et aujourd’hui, ce lundi, je viens d’apprendre que je suis à nouveau enceinte. Pareil. Fait maison. Je ne sais pas ce que va donner cette nouvelle grossesse, mais j’ai bon espoir.
    Alors voilà. C’est tout. C’était juste un petit mot pour dire que, oui, parfois, ça arrive, même quand on ne l’attend plus. Que la médicalisation à outrance, ce n’est peut-être pas toujours la solution. Même si chaque cas est unique. Que le corps et l’esprit ont leur mystère. Et puis, surtout, moi qui ai attendu 6 ans pour avoir mon petit, je savoure chaque seconde comme un cadeau.
    Et puis, Marie, si bientôt j'ai bien deux nains, je vais lire ton blog encore plus attentivement, à l'affut de tes conseils !!!!

    RépondreSupprimer
  35. quel beau témoignage.:)tu m'as ému, vous avez eu beaucoup de courage.
    je suis contente que tout ce soit bien passé.
    je n'ose pas imaginer l'attente avant de voir un résultat positif.
    bises et bonne continuation à ta famille :)

    RépondreSupprimer
  36. rhoo véro te voilà là!!! copine de galère!!!!
    bravo à toi pour tes mots!!!! six ans de galère jusqu'à l'arrivée de mon léo, mais que du bonheur!!
    bisous à Mael et sa petite Soeur!!!!
    rachel

    RépondreSupprimer
  37. c'est tellement criant de vérité a croire qu'on a tous les même parcours pma merci pour ce jolie récit
    moi aussi maman d'une petite gabrielle fiv icsi, et d'un petit miracle 15 mois plus tard

    RépondreSupprimer
  38. j'aurai voulu rire en vous lisant mais j'ai pas pu. Ca m'a rappelé 7 ans de malheur à nous battre comme des forcenés pour avoir cet enfant, à enchainer les fiv, à passer d'echec en fausse couche, pour finalement recourir au don et là oh miracle! la petite graine a tenu. Et je me dis que dans notre malheur, on a eu la chance que ça fonctionne. Il y a tant de couples qui doivent se tourner vers d'autres parcours du combattant tel l'adoption, ou tout simplement ...Renoncer à l'Enfant. Quand on est en pma, on est plutot chanceux finalement car c'est qu'on a encore de l'espoir.

    RépondreSupprimer
  39. Merci. Pour nous ca va faire deux ans, bientot, qu'on attend... et c'est dur dur. Alors merci Marie de penser à nous toutes qui attendons trop longtemps.
    Des bisous d'une fidèle qui n'avait jamais osé posté, mais là c'était trop fort... ;)

    RépondreSupprimer
  40. Un grand merci pour ce texte qui m'a fait sourire et a la fois pleuré...car en effet je me retrouve parfaitement.tout est exactement pareil...cela fait 4 ans que ma pilule est parti a la poubelle et 3 ans que nous passons notre temps avec notre gynéco et notre biologiste (notre dieu le père).Nous avons fait 3 fiv, 3 échecs...Nous venons tout juste de faire notre 4e fiv avec implantation de 4 embryons...je suis a la maison sans trop faire de folie et j'attends désespérément le 16 juin pour ma prise de sang final....Autant dire que je suis une fois de + trés stressée et impatiente...je croise les doigts!je croise les doigts que cette foois sera la bonne et qu'on pourra parler de ces 4ans au passé...mais avec une grande fierté quand meme!car on se sera battu 4 ans...ce bb on l'aura VOULU!!!...on s'aime encore + et + le temps passe, et + on a apporter a notre bb...pourvu qu'il soit enfin la dans 9 mois...
    merci encore pour ce témoignage...

    RépondreSupprimer
  41. Je n'ai aucun mérite. C'est vous qui en avez, vraiment.
    Trisss> tu as raison. Et je songe au don depuis longtemps de mon côté.

    RépondreSupprimer
  42. 5 ans d'essais, RDV PMA à venir voilà me concernant. Merci pour ce texte qui m'a émue aux larmes.
    Je n'ai jamais posté non plus, j ai l'impression d'être un peu la voyeuse d'un monde où je rêve d'entrer en lisant ce blog que j'adore !

    RépondreSupprimer
  43. je chiale ..............

    RépondreSupprimer
  44. Béné, 1 nain et 1 mâle ( ça peut compter pour 2 ? )6 juin 2011 à 17:38

    Je penses que toute femme a son ressenti sur l'arrivée de bébé.
    J'ai eu les amies qui ont voulu de bébé et hop enceinte aussitôt. Les amies qui galère depuis des années et moi, moi qui n'aime rien faire comme tout le monde, moi qui ne voulait pas d'enfants, moi qui suis tombées enceinte sous pilule et qui n'a pas eu le courage de me faire avorter, moi qui a vécu une grossesse d'enfer moralement mais tout a fait normal physiquement, moi qui me suis faite haïr par mes copines qui désespérée d'avoir enfin leur +++ et qui finalement, ne regrette pas son nain qui a découvert ce que c'etait d’être mère et finalement se dit que de passer a coté aurait été stupide ...
    ça c'est mon histoire et mon point de vue, je ne porte aucun jugement, ne m'en porté pas.
    Je soutiens toutes les mamans et celle qui veulent le devenir.

    RépondreSupprimer
  45. et une larmichette, une!
    moi aussi j'ai souvent pensé au don, sans oser franchir les étapes.
    la vie est clairement injuste avec certaines... Je souhaite des +++ à toutes celles qui attendent, et qu'elles connaissent enfin les memes jolies galères de nains que nous.
    Des pensées positives pour vous les filles, en espérant oser faire plus un jour!

    RépondreSupprimer
  46. Merci, vraiment, pour ce texte si juste et si sensible, tellement bien écrit...

    RépondreSupprimer
  47. Merci beaucoup pour ce témoignage très touchant. Ma petite est arrivée en deux mois et je me rends compte maintenant de la chance que j'ai eu. Je vois aussi à quel point, dans son petit monde, on oublie ce que d'autres endurent.
    A toutes celles qui galèrent et qui souffrent, je vous souhaite le meilleur.
    Marie, merci pour ton grand cœur...

    RépondreSupprimer
  48. JULIETTE, 1 (micro)nain6 juin 2011 à 18:10

    Merci beaucoup pour cet article, merci à Marie d'avoir permis cette publication.
    Ici le crapaud est arrivé avec PMA, mais avec insémination "seulement". C'est déjà pas mal de galères, de tests et d'examens (le pire c'est l'hystérosalpingographie, ça fait trop super mal, plus que l'accouchement pour ma part !) et de mauvaises nouvelles à encaisser !! (+++ seulement au 6ème et dernier essai possible...)

    C'est pourquoi je me permet (je peux Marie ?) de lancer un appel aux dons (de sperme, c’est assez facile à faire, et d'ovocytes) pour tous les couples qui sont dans la longue galère : 1 an 1/2 avant même de pouvoir tenter quelque chose, tellement la liste d'attente est longue ...

    Contactez les CECOS de votre région. Y'en a un à Reims, à Lille, à Amiens, à Toulouse, 3 à Paris... et d'autre partout en France !!
    Parlez-en autour de vous, parlez-en à vos mâles.

    Courage à toutes celles (et ceux) qui sont encore dans la galère... (nous on remet ça bientôt !)

    RépondreSupprimer
  49. Pioufff ...
    J'ai les larmes aux yeux et une boule dans la gorge .
    J'ai mis "seulement" un an et demi pour concevoir ma fille aînée... Ca m'a paru des siècles et je chialais à chaque fois que je voyais une pub de blédina ...
    J'ai donc eu beaucoup de chance , je n'ai pas eu à passer par là mais j'ai eu si peur et même si je n'ai pas vécu tout cela je comprend et ai parfois honte d'avoir pu avoir mes 2 filles sans souci ...

    RépondreSupprimer
  50. J'aurais pu écrire chacun de ces mots... mis à part les 9 mois plus tard, qui pour moi ont été 24 mois plus tard (et un passage par la case GEU entre temps)

    Comme toi, le dernier signe qu'il me reste de ces 5 ans d'épreuve sont quelques factures de mutuelle, un énorme dossier de courbes de température et de résultats de prise de sang, et la lettre annuelle du CECOS. Presque des bons souvenirs parce que ce sont eux qui nous ont donné notre fille chérie, eux et ces années d'attentes qui ont fait les parents que nous sommes aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  51. Emouvant, touchant, beau, réel, votre texte m'a ému, j'ai eu beaucoup de mal à le finir car les larmes ont envahi mes yeux.
    Je ne connais pas cette situation personnellement mais je l'ai vécu au travers de ma sœur (elle a dut attendre la 3ème pour que ça marche) elle a maintenant des jumeaux (une fille et un garçon) qui font mon bonheur au même titre que mes 2 filles.
    Merci d'avoir écrit cet article et merci à Marie de vous avoir laissé sa plume.

    RépondreSupprimer
  52. Je n'ai aucun mérite, c'est mon invitée qui a eu le courage et le don de mettre des mots justes sur ce qu'elle a vécu.
    Et oui, le don est important, c'est une démarche qui n'est pas évidente. De mon côté, j'attends d'être plus prête que ça. Mais j'y tiens.

    Encore une fois, merci à toutes, pour une korrigane et pour toutes celles qui vivent l'attente.

    RépondreSupprimer
  53. Merci Marie d'avoir laissé ta plume à Korrigane, merci Korrigane de ce témoignage.

    Ici il aura fallu 6 ans, des courbes, des stim simples, 6 IACS, 2 FIVs, 3 TECs, une opération de l'utérus et au bout un bb ;))

    Puis là un petit clandestin vient de se nicher on ne sait pas trop comment... alors que bon mes gynécos m'avaient tous dit "pas la peine de prendre une contraception, c'est déjà un miracle que vous ayez eu un enfant grace à la pma".

    Les filles qui êtes enceintes facilement, quand vous avez des copines dans la galère, surtout ne leur cachez pas votre grossesse, elles finissent par le savoir et c'est encore pire... La vie est injuste mais il faut faire avec.

    RépondreSupprimer
  54. et dire que jamais je n avais pensé qu une fiv pouvait être aussi pénible à vivre.
    moi je me disais quand j entendais ( en sale égoïste que je suis, mea culpa):
    - je peux pas avoir de bébé
    - ben maintenant y à les fiv!!!!! (légèrement incrédule et surprise!!!! ).
    ceci dit quand ma tite soeur a eu bcp de difficulté à être enceinte je lui ai proposé mon utérus...
    pardon mais j avais pas compris que d avoir un enfant est aussi important que tomber enceinte et le porter !moi j aime avoir des bébés mais j aime pas etre enceinte!!!

    RépondreSupprimer
  55. Merci pour cet article, il était nécessaire sur un blog comme le tien! Oui quand on a vécu la PMA, on ne se plaint pas des "tracas" que connaissent les jeunes parents. On garde cette blessure en soi et on savoure quand on a le bonheur de devenir parents... Je voulais juste rajouter qu'il faut donner de l'espoir aux couples qui ont fait tout le parcours de PMA sans que ça marche, qu'il y a une vie après la PMA... l'adoption serait un beau sujet pour un prochain artikeul... bises à toutes les mamans, de ventre, de coeur, celles qui ont câliné leur enfant avant qu'il s'endorme ce soir et celles qui n'attendent que ça!

    RépondreSupprimer
  56. Un témoignage si simple mais tellement émouvant...
    Ma meilleure amie a fait une FIV et je dois avouer que je n'imaginais pas, même en l'ayant suivi, le parcours du combattant que celà pouvait être.

    Bravo et merci.

    RépondreSupprimer
  57. Tres beau témoignage, émouvant!

    RépondreSupprimer
  58. ben bravo ! c'est malin de me faire chougner comme ça !!
    Parce que l'histoire je la connais, par coeur même (et je trouve qu'il manque même quelques p'tits passages genre l'image du bébé de la nana précédente chez l'échographe...)... mais c'est toujours la même émotion, et l'association à toutes les images qui vont avec...
    Les coups de fil planquée dans la salle de sieste pour "combien ??? 21!!!"
    "sérieux ??? 3??!!! cool!!"
    Les "oh secours ! je peux pas fermer ma jupe à cause de mon bide de femme qu'on croit enceinte alors qu'elle l'est peut être pas pas...."
    la lutte pour ne pas acheter les p'tites chaussettes trop mimis le matin des résultats alors que zut! je suis sûre que ça va l'faire... Le coup de fil dans la clio de ma grand mère....

    Seul oubli de ma part ? Carla !!! Et pourtant on avait bien ri avec ça!!!!

    Merci Marie d'avoir laissé cette place à ce parcours que je ne connais pas dans mon corps, mais dans mon coeur.... et que je ne souhaite à personne, même pas à ma pire ennemie...

    Je vous souhaite à toutes la chance de vivre ces nuits blanches le ramassage de vomi, bientôt... prochainement... un jour...

    RépondreSupprimer
  59. Venue sur les conseils d'une amie lire ce témoignage, je suis entre sourire et larme. En effet, avec 3 FIV (au total 11 embryons transférés avec les TEC), j'ai bien reconnu les rencontres piqures, écho... J'avais occulté dans ma mémoire le test de Hunher ;) Mais avec 3 FIV et 2 TEV, tout ce qui tu racontes est multiplié par 5 et surtout, il y a tous ces résultats négatifs... et ce sentiment de douleur, d'incomprehension, d'envie d'y croire pour la prochaine fois,... Et ces deux résultats positifs qui s'arrêtent à 5 semaines (cette affreuse échographie où il n'y a pas le tic-tac-toc) d'un petit coeur. Alors, aujourd'hui, maintenant, nous sommes passés à une autre aventure avec mon mari : celle de l'adoption. Merci pour ce témoignage qui m'a permis de reparler de ces deux ans.

    RépondreSupprimer
  60. tout est dit!!! je vois rien à rajouter, ici pma a "juste" rimé avec 4 IAC, mais sinon tout le reste y est!!! l'attente, le gynéco qui te vire-parce-que-madame-à-votre-age-il-y-a-pas-lieu-de-s'inquiéter, la course aux rdv, l'hyperstim, et même la petite soeur qui se pointe toute seule comme une grande parce que t'as pas voulu y croire quand on t'a dit que-ce-serait-mieux-de-reprendre-une-contraception-parce-qu'on-ne-sait-jamais...

    moi j'ai une petite anecdote rigolote que j'intitulerais: la course à la seringue....
    ben oui, je me piquais toute seule comme une grande (pas envie de faire chier une infirmière pour une intramusculaire à 23h), à la première, j'ouvre le produit à 22h... catastrophe: pas de seringue avec!!!! ou comment se pointer aux urgences juste pour se fournir en seringue comme une grosse camée!!! ta fierté tu te la ravale en pma!!!!

    et effectivement: plus jamais le "alors, vous nous le faites quand ce bébé? faudrait peut etre y penser???????" (pas plus tard que cet aprèm' j'ai un peu mouché quelqu'un qui a sorti ça à ma collègue.... qui est en pma.... no comment!)

    la petite note positive: une fois que t'en es à venir te marrer sur le blogue de mamanstestent, tu l'as presque oublié ton parcours de pma... un peu comme t'oublies les douleurs de l'accouchement!!

    RépondreSupprimer
  61. Un grand merci pour ce texte. Et merci à Anne-Hélène qui m'a conseillé de le lire. Alors bien sûr, j'ai pleuré, et j'ai ri. Mais je me suis aussi rendue compte que je suis loin d'être la seule à vouloir assassiner tous ceux qui croient faire les malins en disant 'et toi, c'est pour quand', ou à pleurer à l'annonce de grossesses, ou à devenir un radar à ventres ronds... Je me dis aussi que ce mon blog, que je viens de commencer pour évacuer mes pensées, je vais le continuer, parce que peut-être il servira à quelqu'un comme ce récit me sert ce soir. Encore merci et bravo.

    RépondreSupprimer
  62. Ohlala, quelle belle aventure, avec tant de soufrance, et une si belle victoire ...
    Moi qui viens d'afficher un bidon énorme 3 fois d'affilée (une année gros bidon, une année on rebosse, et hop on repart), j'ai des collègues qui galèrent et je le sais, et je ne peux rien faire pour les soulager.
    Et je pense même à une collègue qui a eu une fille, et a crevé de chagrin quand est arrivée la ménopause - qui sonnait le glas de ses longues années d'espoir de multiparité ... bah oui, un c'est déjà bien, mais quand on en veut deux ?
    et quand comme une copine on en a 3 et qu'on en veut 4, que le 4è ne vient pas et que la secrétaire du médecin dit "bah c'est bon vous en avez déjà 3" ...
    il n'y a pas d'échelle dans le chagrin de l'attente ...

    Dire que je suis tombée enceinte de la première sans le programmer, et donc sans attendre - avec mes ovaires plein de microkystes dont un seul semble fonctionner (mais bon, je n'ai besoin que d'un ovule après tout), et qu'en même temps une copine subissait le grand jeu de l'insémination ... et que j'ai dû lui annoncer que moi, sans les mains ...

    Dire que j'ai sangloté de chagrin au bout de 6 mois d'attente de la deuxième (alors que les 3 premiers mois je n'avais même pas eu mon retour de couches mais je l'ignorais).
    Depuis, je me sens humble, j'ai touché du doigt, effleuré la souffrance de l'infinie attente ... mais moi, j'ai même pas attendu, en vrai. Et pourtant comme cette demi-année a été longue ... comme chaque test négatif a été un coup de poignard, comme chaque ventre arrondi croisé a été un rappel brutal de "pourquoi ça ne vient pas ?", comme j'ai eu honte de pleurer à l'annonce des grossesses des copines ...

    Et j'ai dû m'asseoir quand, à mon retour au boulot, j'ai vu une collègue revenir de son congé maternité ... enceinte de 3 mois de son second ...
    Elle avait fait une PMA - 10 ans d'attente !! 10 ans d'attente pour le premier !!!
    mais comment on survit à ça ?
    et au bout du chemin, elle aussi, un autre bébé - quelque chose qui s'est débloqué dans l'esprit des parents ? on ne comprend pas tous les barrage ...
    Alors voilà, tant de persévérance, de volonté, et en cadeau une nouvelle vie, prenez, c'est gratuit, vous avez été si courageux, allez, on vous en offre un de plus, on sait que vous en prendrez soin.
    Tu m'étonnes.

    Et ici, même pas 8 mois entre l'arrêt de la pilule et la 2è grossesse, et pourtant j'en ai le souvenir d'un bout d'enfer, d'une obsession telle que j'ai acheté des tests d'ovulation juste pour lâcher prise ...
    Alors je prenais mon élan pour la troisième, je me préparais à attendre encore 8 mois ... et paf, même pas le temps d'avoir l'accord officiel du papa, déjà qqn à l'intérieur ...

    J'ai de la chance, hein. Je ne tombe pas enceinte en 15mn, j'ai des cycles de 65 jours, mais voilà, deux invitées surprise et une attente, tout ça pour des mouflettes tellement chouettes.

    J'aimerais tant croiser le ventre arrondi de mes collègues qui attendent, dire qu'elles regardaient mon ventre tressauter en réunion, et moi tout ce que je pouvais dire c'est "j'espère que ça ne va pas tarder pour toi"
    alors j'essaie juste de ne jamais me plaindre devant elles de mes 3 ans de privation de sommeil, de mes kilos en trop, même si ça me mine au quotidien.
    Parce qu'à l'arrivée, la vie est belle avec mes mini, micro et nano naines ...

    Merci pour ce témoignage et bravo à cette maman qui s'est accrochée

    et merci pour ce blog, Marie, que je suis assidûment depuis qu'une copine m'en a donné le chemin. D'ailleurs je pense à elle en lisant ce post (8 ans d'attente, pas de PMA, et un 2è bébé-récompense 2 ans plus tard)

    RépondreSupprimer
  63. Bravo pour ce témoignage super émouvant qui me renvoie à un passé pas si lointain... Sauf que pour nous, ça a été 2 ans d'infertilité inexpliquée (mais c'est dans la tête!), 4 inséminations artificielles (tiens, c'est bizarre, ça marche pas) puis 3 FIV avec très peu d'embryons (1/10, tiens, en fait c'est pas dans la tête votre problème) avant THE transfert d'embryon qui a réussi.
    Aujourd'hui, je sens mon bébé de 4 mois bouger dans mon ventre et chaque jour je m'étonne de ce petit miracle. Bizarrement, je n'ai jamais ressenti de douleur à la vue d'autres femmes enceintes lors de mes 4 ans d'attente. J'étais curieuse de savoir ce qu'elles ressentaient mais je ne me sentais pas mal. Le plus blessant, c'était finalement les "diagnostics" avisés des gens bien-pensants qui pensent te consoler en t'expliquant que ça viendra tout seul...
    Enfin, tout ceci est derrière moi à présent. Le seul truc énervant de cette grossesse? Les gens qui me disent qu'ils sont sûr que n°2 arrivera tout seul...

    RépondreSupprimer
  64. Merci Korrigane pour ce témoignage si poignant. Merci Marie d'avoir laissé la parole à Korrigane.

    J'ai commencé à lire alors que mes yeux étaient déjà remplis de larmes car je venais d'apprendre, qu'aujourd'hui même, cela n'avait, encore une fois, pas fonctionné pour une copine. Plus de 5 ans qu'elle essaie, qu'elle espère et qu'elle pleure...
    Honte et culpabilité, c'est tout à fait ce que je ressens vis à vis d'elle, moi qui suis tombée enceinte 2 fois en éternuant.
    Elle, je n'ose même pas imaginer ce qu'elle peut ressentir, c'est impossible.
    La vie est tellement injuste parfois...

    RépondreSupprimer
  65. merci pour ce témoignage ... je suis passée par là avec mon homme et je me reconnais dans ton témoignage... j'avais aussi l'impression de n'être entourée que de femmes enceintes... et quand je contactais un gyneco au bout de 2 ans d 'attente on me demandait : vous êtes enceinte? parce que si vous êtes pas enceinte y a 4 mois d'attente!
    et puis après tu passes au stimulation médicamenteuse pdt 8 mois puis on rechange de gyneco pour faire des Inséminations puis au bout de 6 mois on passe au FIV...
    moi j'ai aimé quand ma gynéco m'a dit "après la ponction des ovules vous vous sentirez un peu ballonée " bah visiblement on a pas la même notion du ballonnement! dès que tu marches un peu vite c'est comme si tu avais tes règles puissance 10..
    OU après avoir eu une stimulation pour avoir un endomètre bien épais et que tes règles sont si abondantes et douloureuses que tu t'inquiètes et que tu vas aux urgences et que le gyneco te dis " bon vous allez pas nous faire un cinéma pour des règles douloureuses..." heureusement une sage femme me prendra en charge et remarquera que mes règles douloureuses sont en fait des contraction aussi intense qu'une femme dilaté à 6 cm ... merci la stimulation!
    voilà que du bonheur que la PMA et quand ça marche pas aussi le bien culpabilisant " vous savez des fois c'est psychologique!!"
    mais moi aussi tout ça est derrière moi car j'ai eu mon beau résultat hier matin et je suis enceinte!
    merci à toi pour ce témoignages
    Sandrine

    RépondreSupprimer
  66. Merci pour cet article magnifique, bouleversant et en même temps plein d'espoir.
    J'ai arrêté la pilule à 24 ans, après avoir eu ma titularisation : ça y est j'étais prof ! Un an plus tard, le premier spermogramme de chéri nous enverra direct en PMA. 4 inséminations plus loin, la première FIV nous apprendra que mes ovocytes aussi ont un soucis : 12 mis en fécondation et 1 seul petit embryon fragmenté et lent. La chute est brutale lorsqu'on s'est toujours entendu dire "vous êtes jeune, la première FIV sera la bonne".
    Mais non, malheureusement, la jeunesse ne fait pas de bons ovocytes. Maintenant on nous parle d'adoption, de don d'ovocytes.
    Je suis un pommier qui ne donne que des fruits verts.
    Aujourd'hui j'ai 29 ans et j'ai derrière moi 4 ans de PMA, 4 inséminations, 7 ponctions ovariennes (dont 2 blanches), 5 fécondations in vitro (dont 1 avec aucun embryon), 4 réimplantations et l'espoir toujours tenace d'être un jour maman.

    RépondreSupprimer
  67. Merci à toutes pour vos messages et témoignages. Heureuse de vous lire, vraiment.
    Mille pensées pour vous.

    RépondreSupprimer
  68. Merci pour ce très beau témoignage. Une pensée pour tous les couples qui traversent les mêmes épreuves.

    RépondreSupprimer
  69. Très bel article et superbement écrit. J'ai vécu ça par l'intermédiaire de ma fille, mais sans la FIV. Je sais combien elle souffrait de tous ses examens et je me revois essayer de la rassurer et me faire rabrouer. Je pensais dire ce qu'il fallait, il faut croire que non... Ce n'est pas facile pour qui ne l'a pas vécu... Ton témoignage m'aide à mieux comprendre car il est des douleurs sur lesquels ma fille n'arrivait pas à mettre de mots et j'étais assez perplexe face à ses changements d'humeur aussi rapides qu'intenses.

    RépondreSupprimer
  70. et voila la larme a l'oeil me revient en lisant les "je voudrais dire que"

    je disais justement a mon homme avant de lire le temoignage ce WE, et en prevision d'achat de maison, plus grande je me dis pour un 2eme "on ne sait pas", que le 2eme ne serait peut etre pas aussi rapide a venir que le 1er et qu'on avait eu de la chance !
    et la il me repond qu'il est content avec un seul et que si y'en a pas 2 et bien tanpis, et la j'ai revu ma reaction en lisant plus haut la reflexion peu sympathique du "tu en a un deja c'est bien", mais oui et si j'en veux 2 d'abord !!!!

    alors plein de pensées a tous ceux qui doivent vivre une PMA plusieurs fois pour etre des parents comblés
    et je comprend mieux la remarque de mon estheticienne qui me dit (apres m'etre plainte de ne plus pouvoir m'epiler!) "moi peut importe les desagrements pourvu que je les vivent un jour, je prend tout"

    @titcheur: exactement ce qui arrivent a mon couple d'amis le "vous faites parti des 20% d'infertilité inexpliquée" ...merci ils se sentent beaucoup mieux d'un coup ^^
    ca n'empeche pas qu'ils voient mon loulou grandir des étoiles dans les yeux

    RépondreSupprimer
  71. Moi j'avais l'avantage d'avoir un docteur spécialiste en réconfort: "c'est pas en pleurant que cela va changer quelque chose".
    En tous les cas après ca tu écartes les jambes super rapidement et tu peux te déshabiller devant n'importe quelle personne en blouse blanche.
    Mais bon, avec mes deux loulous, on oublie (un peu) Mais je ne supporte plus le jour de l'an, avec la phrase fétiche "allez pour cette année un bébé"

    RépondreSupprimer
  72. Merci pour ce beau témoignage qui me parle malheureusement et qui doit parler à beaucoup trop de femme.

    RépondreSupprimer
  73. Quel beau témoignage!!! Et quelles aventures pour donner la vie!!!
    Bravo de tant de courage :)
    Bises

    RépondreSupprimer
  74. C'est très bien écrit (comme tous les récits d'unekorrigane !) et surtout très émouvant. Je pense que le parcours du combattant n'est rien à côté des remises en question par lesquelles on doit passer... et quelle épreuve pour le couple...
    Merci de nous avoir fait partager cette tranche de vie intime !

    RépondreSupprimer
  75. C'est malin ça, j'ai la larme à l'oeil maintenant....
    En moins bien écrit, j'ai le même parcours, le bébé "Hi-tech" et le "fait maison" qui s'est invité 15 mois après (sortie prévue en octobre !).

    Merci pour toutes les mamans qui galèrent d'avoir pensé à nous !

    RépondreSupprimer
  76. Merci pour ce beau témoignage, je pense que c'est important d'aborder ce sujet et on se sent moins seul. Nous avons nous aussi "participé" à ce parcours de PMA mais pas de FIV, nous avons préféré le chemin de l'adoption.
    Maintenant, nous avons la joie d'être parents de deux beaux petits garçons très vifs et très créatifs ;-)

    RépondreSupprimer
  77. C'est avec beaucoup d'émotions que j'ai lu le témoignage et tous les commentaires qui vont avec.
    Je me suis reconnu dans beaucoup de choses, étant donné que je suis une galérienne et donc une abonné à la PMA, et ses gentillesses : Examens à gogo, PDS, écho, stimulation et tout le tralala, deux ans et demi de galère et toujours pas de grossesse à l'horizon ... "juste" 8 stimulations simples et une opération entre deux ... j'entame les IAC au prochain cycle.
    Je connais donc l'humeur tel un grand 8, des hauts des bas, avec plus de bas que de hauts ...
    Les réflexions des gens, qui sont loin d'imaginer ce que l'on ressent, c'est dans la tête, c'est psychologique (belle maman entre autres ... oui oui oui le chirurgien m'a sans doute opéré pour me faire plaisir, pauvre conne va !!! ... oups je m'égare !!!)
    Enfin bref, merci pour ce merveilleux témoignage, merci aux filles qui sont là même si elles ne sont pas passés par là, et bon courage à toutes celles dans mon cas.

    http://unjournousserons3.over-blog.com/#fromadmin

    RépondreSupprimer
  78. Première fois que je poste sur un blog... Pour dire combien cet artikeul m'a touché... Tu m'as fait pleurer unekorrigane !!
    Bien sûr, je (on plutôt car ça se vit avec son homme heureusement) suis passée par là. Tout y est, si bien écrit... J'aurais juste rajouté un petit passage sur l'hystérosalpingographie, au doux nom si poétique... Que du bonheur quoi !!

    Mais le résultat est là. Et fait oublier (un peu) tout ça. Mon nain a 2 ans et 3 mois, et j'attends des jujus pour fin septembre (autre "risque" à prendre en compte quand on passe par là...)

    Aussi je plussoie Juliette pour le don de sperme et surtout d'ovocyte... Je trouve ça important de se poser la question, tout en prenant son temps pour y réfléchir bien sûr.

    Merci à Marie et unekorrigane pour ce texte. Milles pensées à toutes celles qui sont en plein dedans.

    Aurélie

    RépondreSupprimer
  79. Très beau témoignage, merci de l'avoir écrit et merci à toi de l'avoir demandé !
    C'est si dur tout ça...

    RépondreSupprimer
  80. bravo pour ce témoignage!
    Mais n'oublions pas que la PMA ne se finit pas tjrs aussi bien...Pour certaines, après des années de combats, de ttt, de douleurs physiques et psychologiques, leur rêve de devenir maman n'aboutira jamais....Ne les oubliez pas!! (eh oui, j'en fais malheureusement partie...)

    RépondreSupprimer
  81. Ca me rapelle tellement de choses...
    Je suis passée par là aussi avec des deceptions entre hyperstimulation et hypostimulation, ila fallu trouevr le bon dosage. Au bout de plus de 2 ans de procédure, je tombe enfin enceinte... mais là encore déception et fausse couche au lendemain de noel. A croire que le sort s'acharne...
    Et puis,la bonne nouvelle arrive, je suis enceinte et les 3 premiers mois sont passés, j'y crois et j'ai raison car je suis maintenant maman de jumelles qui me remplissent de bonheur et me font egalement tourné chèvre.
    A tous ceux qui ne savent pas quoi dire pour soutenir les personnes en parcours de PMA, ne dites rien surtout pas les "Ca va marcher la prochaine fois","alors t'en ai où de ton traitement?"ou le fameux "je connais quelqu'un dans ton cas et qui a finit pas en avoir un naturellement".A ceux que je côtoie, je leur dit juste que je suis là s'ils veulent en parler...

    Merci à Marie pour ce blog qui m'a souvent permis de decompresser après une dure journée

    RépondreSupprimer
  82. Quelle bonne idée j'ai eu de revenir faire un tour sur ce blog que j'avais trouvé si sympathique...
    J'ai découvert ton blog en lisant le test pour la poussette que j'envisageais d'acheter pour mon nain ;-)
    Ton article d'aujourd'hui me touche profondément parce qu'il nous aura fallu attendre 9ans et demi pour que ce nain entre dans nos vies. Il a 5mois et demi mais il nous arrive encore de nous lever la nuit pour le regarder dormir en versant quelques larmes de bonheur.
    Presque le même parcours que celui décrit sauf que nous nous sommes "vite" rendu compte que des fiv ne suffiraient pas. Mes ovaires, trop abîmés par la maladie ne produisaient que peu d'ovules, de qualité médiocre. Nous devions avoir recours à un don d'ovocytes. Après 4 ans et demi d'attente, nous avons bénéficié de ce don en France. Hélàs, cette tentative a échoué et ni l'hopital, ni mon âge avançant ne nous ont encouragé à en attendre un autre. C'est après encore deux tentatives à l'étranger que notre petit miracle est arrivé.

    Merci de penser à celles qui galèrent.
    Pour celles qui veulent faire un peu plus, sachez que la France manque de donneuses d'ovocytes, qu'un grand nombre de couples attend ce don avec beaucoup d'espoir.
    Je me permets de mettre en lien une brochure qui explique cette démarche généreuse et pleine d'amour:
    http://www.dondovocytes.fr/dl/brochure-don-dovocytes.pdf

    Merci et longue vie à ce blog!

    Estelle

    RépondreSupprimer
  83. très beau témoignage! Merci beaucoup d'avoir partager ça!

    RépondreSupprimer
  84. magnifique témoignage, merci

    un vendredi de mai, j'ai été les écouter, j'ai écouter ce morceau les yeux fermé, j'ai laissé mes larmes couler...
    http://www.youtube.com/watch?v=vLtzzi3KbVk

    RépondreSupprimer
  85. Et un merci de plus !!

    C'est troublant, j'ai l'impression que tu as écrit ce que j'ai vécu, pensé, ressenti.. Jusqu'à cette pds, à quelques jours de noël ! Merci d'avoir partagé votre histoire !

    Marie, tu sais, après un tel parcours, ça a été un pur bonheur de tomber sur ton blog et de pouvoir enfin rien qu'avoir l'occasion d'avoir envie de râler après mon nain, comme toutes les mamans. En fait nous les mamans de la pma, on a des nains qui ont des superpouvoirs : ils ont commencé à nous gonfler biiiiien avant leur naissance :D

    RépondreSupprimer
  86. Vanessa et Zoé7 juin 2011 à 21:05

    Mais c'est mon histoire dis donc... 3ans d'attente... 3ans à pleurer en cachette dès qu'on nous demandait "bah alors, vous ne savez pas comment on fait ?"... 3ans à pleurer dès qu'une de mes belles soeurs tombaient enceinte souspilulemêmequej'l'aipasvoulu"... Des larmes de rage quans j'ai réalisé que je jalousais ma meilleure amie qui avait elle même attendu plus qu'il ne le fallait pour tomber enceinte (finalement, on a accouché à 15 jours d'intervalle, mais je ne le savais pas encore !)... Une orientation en PMA... Un début de protocole pour une fiv icsi et là, le gynéco PMA qui m'annoce "félicitations, vous êtes enceinte !" moi :"nancépaspossible !" lui : "si" moi :"nancépaspossiblej'vousdis !" lui :"bon, je vais vous faire une écho pour vous le prouver !" Et là, une tite boulette... "nancépaspossible !" Et après avoir trainée 3 ans en route, elle a voulu arriver beaucoup, beaucoup trop vite... Résultat, hospitalisée en MAP à 6 mois de grossesse à peine... Mais ça, c'est une autre histoire !
    Merci ;)

    RépondreSupprimer
  87. en attente éternelle7 juin 2011 à 22:12

    Merci, également. mais....

    Stérilité, c'est un mot qui continue à me hanter et c'est un mal silencieux et insidieux, qu'on n'ose pas partager, qu'on ne veut pas raconter parce qu'on déteste que les gens se retournent sur nos douleurs....pourtant, des attentes qui n'aboutiront jamais, ça existe aussi. Des années à maudire toutes les copines qui tombent enceinte d'un simple clin d'oeil, des potes qui vous pressent à vous y mettre aussi, des parents qui vous scrutent à chaque "annonce" familiale....
    Des années d'espoir déçu et un verdict sans appel, et sans aucune recours, ça existe aussi....et e sont ces femmes/hommes-là qu'on oublie hélas trop souvent, ceux qui n'auront jamais le bonheur de vivre une grossesse, d'avoir un enfant à eux, même sorti d'une éprouvette!

    Je leur dédie ce message.

    RépondreSupprimer
  88. bravo pour ce super article et témoignage... j'ai eu droit à la pma et à ce fameux parcours et je me suis reconnue dans toutes ces étapes!
    je suis enceinte de 2mois et meme si on me dit que c'est une grossesse normale, on a toujours des restes de pma en nous et une peur au fond de notre coeur. merci beaucoup et courage à toutes celles qui passent par là.

    RépondreSupprimer
  89. Cécile, 1 nain, 2 nains en préparation... tous des nains FIV ICSI8 juin 2011 à 01:55

    Je ne fais que rajouter une expérience de plus. Ton témoignage est très bien écrit, je me suis reconnue dans beaucoup de points ! sauf que je suis retournée en PMA pour BB2 (qui sont devenus bb2 + 3 !). La différence aussi, c'est que je suis en infertilité inexpliquée... pas facile à avaler non plus. Et c'est très long avant la FIV !!

    Par contre, il y a un point qui nous lie toutes je pense : on n'oublie rien de rien ! Je sais maintenant que je ne retournerai jamais an PMA (3 enfants, c'est juste incroyable pour moi !!) mais je reste attachée à témoigner, et à essayer d'aider les autres en galère. Un espèce de club dans lequel on entre malgré nous et où on reste à vie !

    Ton texte était très bien écrit ! Bravo et merci Marie de dédramatiser la PMA.

    RépondreSupprimer
  90. Je suis tombée enceinte alors que ça n'était même pas prévu... J'ai presque eu honte quand j'ai pensé à ma chef - et amie - qui en était à 4 ans de démarches et 2 FIV échouées. Le jour où j'ai du lui annoncer, je faisais vraiment pas la fière. Mais depuis la 3e FIV a fonctionné et elle est l'heureuse maman d'un adorable petit garçon! Et nous partageons donc maintenant ces moments-que-tant-que-tu-les-as-pas-vécus-tu-sais-pas-ce-que-c'est! Tout il est bien qui finit bien!

    RépondreSupprimer
  91. Merci pour cet article, c'est très bien écrit, à la fois drôle, réaliste et touchant sans être larmoyant. Je suis moi aussi passée par la PMA, j'ai maintenant deux beaux bébés FIV et FIV ICSI. Ton récit fait remonter des souvenirs à la surface, c'est bien de l'avoir écrit, c'est quelque chose qu'il faudrait que je fasse aussi, pour ne pas oublier, tout comme je l'ai déjà fait pour mes accouchements.

    RépondreSupprimer
  92. bonjour et merci pour ce texte criant de vérité et si bien écrit!
    je fais parti de ces mamans moi aussi et même si je n'ai pas encore été jusqu'à la fiv, je connais le "début" du parcour et c'est déjà tellement dur!
    ça fait du bien un peu de légèreté venant d'une maman qui a vécu la même chose, parceque nous on n'arrive pas encore à en rire, ni même à en sourire, alors on se dit que nous aussi un jour on se souviendra de ses moments "non-intimes" avec un sourire au lèvres, en se disant que le résultat est si beau qu'il vallait bien tout ça...

    RépondreSupprimer
  93. merci de partager cette expérience , cette page de vie si riche en émotions!!!
    ca fait relativiser , c'est certain!!!!

    la nature nous joue parfois des tours , mais la vie c'est comme ca , pas toujours simple!!!

    RépondreSupprimer
  94. J'azi conuu cela et de temps en temps, il est bon de rappeler que certaines femmes souffrent beaucoup pour pouvoir devenir mères. J'apprécie votre blog qui me fait rire car j'ai une petite fille pleine de vie et de santé mais parfois, j'enrage devant vos "plaintes" si légères car j'ai une autre fille qui est autiste. Je suis une maman partagée entre 2 enfants, écartelée entre la normalité et les bonheurs faciles de la maternité et la différence qui engendre bien des chagrins et nous alourdie le quotidien. Un petit sujet comme celui d'aujourd'hui remet les choses en place et permet de respecter toutes les mamans.

    RépondreSupprimer
  95. Comme ça me parle tout ça...
    Je rajoute qu'ici, en suisse, les assurances santé (privées...)payent 3 IAC, après, c'est 1400 CHF (un peu plus de 1000€) par IAC. Une FIV n'est pas prise en charge et coute 10000 CHF (env. 7500€), un transfert d'embryon congelé de l'ordre de 1500 CHF (donc plus de 1000€)... Alors, un bébé peut-être, ou la voiture qui agonise et sans laquelle je ne peux pas aller bosser ?...
    Et oui, c'est pas parce qu'on a déjà un enfant qu'on n'a pas dans ses tripes l'envie d'un deuxième !...
    Merci Marie pour toutes ces tranches de rigolades, ça fait un bien fou !
    Lilou, heureuse accompagnatrice d'un zébulon...

    RépondreSupprimer
  96. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  97. Quel émouvant récit qui me rappelle bien des souvenirs !!!! Je suis la maman d'une petite fille arrivée naturellement pendant mon suivi en pma !! (insémination pour mon cas). Je ne remercierais jamais assez la gynéco qui m'a suivi et qui m'a stimulé malgré un laboratoire fermé pour cause de vacances scolaires ! Du coup on a réussi le pari impossible d'y arriver sous la couette. Aujourd'hui, ma maman appelle ma fille "le bébé de l'amour" tant on l'a désiré et avons ramer pour la faire (ça nous aura pris 5 ans). Je repense aussi aux aller retour aux aurores pour les prises de sang et mon travail que j'ai fini par quitter pour me consacrer uniquement à mon désir d'enfant ... Le jeu en valait largement la chandelle !!!
    Je finirais sur une note moins gaie, je pense a toutes ces gens qui se battent pour avoir des enfants et aux horribles faits divers ça et la de parents maltraitant, délaissant (et bien pire encore) leurs enfants .... Je me dit que le monde est très injuste.
    Une énorme pensée pour tout les couples qui attentent quelque part dans un couloir de pma ...

    RépondreSupprimer
  98. tres beau discours ,qui permet de se mettre dans la peau de beaucoup de nanas pour qui c'est pas si simple....
    j ai 3 enfants,et pour les 3 c'etait du 1er coup!!!( je sais c'est pas juste..)
    en tout cas pour toi chouchou ,ça se termine bien,si seulement c'etait le cas pour tous....

    RépondreSupprimer
  99. Merci pour cet article, pour ce regard.
    J'ai eu plusieurs fois le cas dans ma famille et du coup je suis sensibilisée...mais difficile de se mettre dans la peau de ces couples qui luttent.
    D'autant que dans mon exercice professionnel (je suis pharmacienne), je suis amenée à délivrer les traitements pour la FIV et j'avoue que j'ai du mal à y rester insensible. Et à alléger le processus autant que possible pour ne pas en rajouter une couche au parcours du combattant (bien que ce ne soit pas facile: les traitements sont peu connus, et les protocoles différents à chaque fois. et on a pas envie de faire de boulette pour un truc aussi important!)
    Avoir de la compassion sans regard de pitié...je tente juste un "n'hésitez pas si vous avez besoin de quoi que ce soit", sans juger ,sans culpabiliser, sans vouloir trop m'immiscer dans la vie intime ou forcer la confidence.
    ET la fois suivante, quand la personne revient, acheter un test, ou une autre ordonnance, on ose à peine demander où ça en est (j'ai honte, parfois, de ne pas briser la glace)...non pas que l'on ne s'en soucie pas...Mais pour ne pas blesser.

    Je crois que le fait d'en parler est primordial. Il ne faut pas que cela soit un tabou. Ce n'est pas facile, j'en fais l'expérience.

    Bon courage à tous ceux qui passent par là...que l'aventure aboutisse ou pas.

    RépondreSupprimer
  100. je m y suis retrouvee dans cet article tres bien redige ici 2 FIV dont une FC et un TEC et 2 bébés PMA merci et courage a toutes celles qui vont repasser par la dont moi en janvier 2012

    RépondreSupprimer
  101. ton article m'a inspiré le mien. Un article pour essayer d'en rire et relâcher la pression

    http://maman-chante.blogspot.com/2011/06/top-20-des-trucs-pour-tomber-enceinte.html

    RépondreSupprimer
  102. Merci pour ce témoignage qui fait remonter pleins de souvenirs...
    On va bientôt commencer une nouvelle FIV ICSI pour que notre puce (née avec une FIV ICSI) ait (on espère) une petite soeur ou un petit frère.

    C'est un parcours long, épuisant moralement et physiquement mais quand on découvre son bébé tout est oublié

    RépondreSupprimer
  103. Merci pour le témoignage...
    Et sur ce sujet, je pense qu'il est important de rappeler que tout n'est pas rose en France. On manque cruellement de donneuses d'ovocyte (pas de défraiement des donneuses et contrainte d'être déjà mère pour donner)et de donneurs de sperme. La qualité des soins semblent assez inégales selon les centres PMA et surtout, on n'a pas accès aux statistiques de réussite de chacun des centres. Ajoutez à celà que beaucoup de gynéco (de ville notamment) ne sont pas hyper sérieux dans le suivi de l'infertilité (en oubliant que ça peut venir de l'homme pas exemple).
    Alors, je pense à celles pour qui ça ne marche pas, à celles qui payent des voyages en Espagne ou à l'Est parce qu'elles ne peuvent attendre encore 18 mois... Parce que la PMA est un sujet très intime, mais aussi politique, ne l'oublions pas... Ci dessous, un dossier de rue 89

    http://www.rue89.com/2011/02/07/lois-de-bioethique-la-france-choisit-la-famille-ricore-180715

    PS: Pour mieux attendre, c'est aussi le nom d'un très joli blog de PMA

    RépondreSupprimer
  104. bravo! bravo pour cet article emouvant. je me suis arretée avant dans ce parcours de combatant.. et grace a 1 stimulation j'ai eu droit a 2 bébés!
    Maintenant c'est long et éprouvant. Mais Marie je voulais te dire non faut pas culpabiliser mais soutenir. Le plus chiant j'avoue quand t'essaies c'est tes cops qui t'appellent chaque mois : Alors c'est bon? c'est positif... alors que toi tu viens de chialer dans tes chiottes.
    donc non faut pas culpabiliser mais soutenir sans harceler de questions.

    Perso j'ai droit maintenant de la part d'inconnus et sans gène : ils sont naturels vos enfants?
    .... que répondre.... non je les ai fait avec ken et barbie et ils sont pas vivants la c'est des poupons.. pfiou!

    RépondreSupprimer
  105. Les yeux pleins de larmes, on serre les dents.
    On respire un coup et on se sent prête à affronter la salle d'attente du gynéco, les annonces de grossesse des amies ou collègues et les repas de famille. Et on va répondre vite, trop vite : "je suis très heureuse pour vous", avant de détourner le regard et quitter la pièce pour dissimuler ce sentiment d'étouffer...
    Et cette fête des mères 2011 où l'on prend une photo-souvenir avec toutes les femmes de la famille. Sauf vous.

    Merci, Marie d'avoir permis cette parenthèse dans ton blog de maman comblée.

    RépondreSupprimer
  106. Merci
    C'est exactement ça !!!!!!!!!!!
    je suis émues aux larmes
    J'ai l'immense bonheur d'avoir 3 merveilleux nains grâce à la PMA
    Je me marre à lire l'aventure des nains mais je n'oublie pas mes années de galère
    et je soutiens des amies dans la souffrance

    c'est exactement ça !

    RépondreSupprimer
  107. Bravo ! ton article est superbe, je n'avais pas conscience de la douleur de cette question "et toi ? c'est pour quand ?" merci

    RépondreSupprimer
  108. On sait qu'on n'est pas les seuls à vivre ça mais malgré tout, on se sent si seul...Finalement personne n'en parle vraiment et ce n'est pas non plus facile de confier ses difficultés de couple...Alors merci pour ces témoignages.Je fais finalement partie des chanceuses avec seulement 2 ans d'espoirs déçus, d'examens, de "c'est pour quand?" / "faudrait y penser quand même!" / "je comprends pas pourquoi il veut pas d'enfant" et 3 inséminations. Je suis maintenant comblée avec ma fille chérie de 10 mois. Je souhaite un immense courage à toutes celles qui sont concernées.

    RépondreSupprimer
  109. Merci pour ce témoignage terriblement émouvant...
    Je suis stérile, une vraie de vraie, une pure de dure, pour qui la science ne peut rien du tout... Pas d'utérus, pas d'ovaire, autrement dit, aucune chance d'accueillir un p'tit bout de vie dans mon p'tit ventre (plat au demeurant, faut bien des avantages !).

    Ca fait vraiment byzarre de lire ce parcours du combattant, en se disant tout à la fois "Merde, c'est vraiment dur... Pauvre Korrigane..." et aussi "J'aimerais bien le vivre ce parcours du combattant, parce qu'il y a quand même un espoir au bout... Et d'espoir, moi je n'en ai pas...".

    Mince, c'est vraiment pas facile.

    RépondreSupprimer
  110. Merci...c'est tout, merci...


    A., "infertilité primaire" pour la Sécu, ou Audrey, pour les êtres humains...

    RépondreSupprimer
  111. Merci pour ces quelques minutes de lecture pleines de poésie, de rire et aussi de larmes !! C'est tout simplement vrai...et une belle leçon d'optimisme !!

    BRAVO !

    Pauline, Membre actif de la PMA !!!

    RépondreSupprimer
  112. Merci pour le témoignage, il donne un baume de coeur de voir que nous ne somme pas seul...

    Malheureusement le parcours n'est pas le même partout et je me sens 'en plein dedans'...

    viedeloutre.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  113. Merci pour ce très joli et émouvant témoignage.
    Une de mes amies et son mari galèrent pour avoir un bébé depuis plusieurs années maintenant. De mon côté, je suis tombée enceinte assez facilement mais deux fausses couches m'ont fait réaliser à quel point, une vie aussi petite qu'elle soit est un miracle. J'ai connu ces larmes et cette gorge serrée chez l'échographe devant ces mamans avec leur ventre rond.
    Quand j'ai été enceinte pour la troisième fois, je me suis longuement demandée comment j'allais faire pour l'annoncer à mon amie. Je lui ai envoyé un email pour lui annoncer en premier. Je voulais lui laisser le temps de digérer la nouvelle avant qu'on se revoit et lui ai expliqué que je ne lui en voudrais pas si elle préférait m'éviter pendant quelques temps.
    Aujourd'hui, ma puce a deux ans, mon amie attend toujours son petit miracle et nous sommes toujours amies. Je souhaite juste de tout coeur pouvoir un jour lui tomber dans les bras en pleurant de bonheur pour elle et son homme.

    RépondreSupprimer
  114. Tout est d'une extrême justesse si ce n'est qu'il manque le fait que nous devons passer le numéro de téléphone et du labo dans nos illimités / favoris afin de ne pas exploser nos forfait ;-)

    RépondreSupprimer
  115. tellement parfait et réel !! merci pour ses lignes qui permettreront a certaines de se sentir mieux , a d autres de comprendre . pour moi 5 ans et demi pour avoir mon bb et 11 FC et toujours cette douleur lorsque je repense au parcours . il y a encore beaucoup a faire !!
    mais lorsque je vois un petit ventre rond je me dis " et toi , petit ange , quel chemin as tu pris pour arriver la ? "

    milles merci ! Chadrine

    RépondreSupprimer
  116. Bonjour
    Merci, d'abord, d'avoir permis ce témoignage...

    je suis passée par là... 5 ans pour tomber enceinte, après 4 inséminations et 2 FIV (hé oui, ça marche pas au premier coup!!).
    C'est très dur et je me suis reconnue dans beaucoup de passages.
    Le couple souffre aussi.
    Les mamans qui tombent enceintes facilement ne doivent pas se sentir coupables... c'est pas votre faute après tout!
    Mais c'est vrai que voir vos ventres ronds nous font énormément souffrir.
    Voire on vous fuit.....

    Petit message d'espoir pour celles qui sont toujours "en essai", comme on dit... allez les filles, courage!

    RépondreSupprimer
  117. ça me fait bien marrer tout ça maintenant : jai survolé l'expérience sans prise de tête et je viens d'accoucher à 39 ans d'un sublimissime Jules...Le mâle lui, en a 48 ...Et oui on a bien vécu avant de voir le nain ....Un seul ovule, une seule tentative et hop, l'affaire était dans le sac! c'est qui l'artiste ?

    Je vais remettre ça pour le second ou pas ? j'en sais rien mais ce qui est sûr c'est que c'est la plus puissante des expériences. Tu me fais bien marrer la bloggeuse, coup de plume sympa et ben envoyé.

    A+
    Cabotine

    RépondreSupprimer
  118. Tellement vrai cet article !!
    Nous avons mis 3 ans pr avoir bb1, dont 2 ans 1/2 de traitements pr stimuler l'ovulation avec effets secondaires redoutables !!! Que dire à part que beaucoup de medecins ne se rendent pas comptent à quel point leur accueil est important, je me souviens de mon gyneco qui m'a dit pendant qu'il me faisait une écho pelvienne "c'est pas la peine de vous exciter, c'est pas le moment", parce que l'ovulation n'était pas encore en route, non mais, il se figure que je suis encore excitée à ce stade là ??? Et les effets secondaires des traitements, qui vous font grossir à vue d'oeil, particulièrement au bas ventre, comme ça on a encore plus l'air enceinte et on est bombardé de "c'est pr quand, garçon ou fille ?", qui vous font passer du rire au larmes en 1 fraction de seconde, qui vous rendent malade, bref, qui vous font sentir enceinte alors que vous n'y êtes pas.....
    La palme d'or, je la dédie quand même aux personnes qui vous disent que vous y pensez trop, parce que c'est vrai et prouvé scientifiquement, penser qu'on souhaite un bébé vous empêche d'en avoir un !!! J'ai même vu ça dans e = m6 !!! Non mais, de qui on se fout !!!
    Enfin, je pourrais écrire un roman sur ce sujet mais je tiens à dire que lorsqu'on suit ce parcours, c'est une épreuve pr le corps, la famille, le couple en particulier, certains couples survivent à ce parcours du combattant, d'autre non.... Mais il faut s'accrocher, parce que la plus belle des récompenses, c'est le plus magnifique cadeau qu'il y a au bout du chemin !!!!

    Courage à toutes ces femmes, tous ces couples qui subissent ce parcours !!
    Céline, qui a mis 3 ans pr bb1 et bb2 qui se fait attendre....

    RépondreSupprimer
  119. Beau témoignage. Me rappelle des souvenirs.
    Même si je n'ai pas eu à aller jusque la pma, je me souviens encore des "bon, c'est pour quand, qu'essetufou ?" de "X" alors que j'étais en larme et que j'avais laissé entendre déjà plusieurs fois qu'on y arrivait pas.
    Mais pour cette "X", ça devait surement être très drôle d'en rajouter encore une couche ... Un jour, je lui ai dit franchement (gloups, j'avais limite honte, mais je ne supportais plus son insistance limite méchante). Peu de temps après, elle m'a reposé la question ...
    Finalement, BB1 s'est annoncé après plus de 18 mois d'attente. Pour BB2 (je n'y croyais plus vu mon âge mais on a tenté), il a fallu seulement 3 mois. Avant les "essais", je m'étais préparée psychologiquement pour une adoption. Il me comble depuis 1 an.
    Une petite pensée pour ma BS qui m'envie car elle n'aura jamais de deuz "fait maison". Je la laisse s'occuper de numbertwo quand on se voit juste entre nous, pas en public (trop dur si on demande laquelle des 2 est la maman, vu la ressemblance) et pas en famille non plus (autre BS qui m'a sorti, en pleine attente, "tu y arrive pas ? moi, je suis bien que quand je suis enceinte (8 enfants)"). Envie de la taper ...
    Courage à celles qui attendent encore, et elles sont trop nombreuses

    RépondreSupprimer
  120. Merci pour cet article qui m'a profondément émue et touchée. 5 années d'attente et le démarrage du suivi en PMA depuis peu chez moi on dit "youpi rikiki"...

    Entre l'attente, l'incompréhension de l'entourage (si si le "qu'est ce que tu fous ?" d'un parent proche), l'incompréhension de Mme gynéco diplômée en buserie... et les futures mamans autour de soi (même si on les aime nos futures mamans) c'est très difficile à gérer.


    C'est rassurant de lire une histoire qui est certes difficile mais tellement pleine d'espoir et d'amour.

    Merci merci

    RépondreSupprimer
  121. cet article est magnifique! Merci beaucoup pour ce cadeau!
    même si on se doute ce parcours être douloureux, je n'imaginais pas à quel point!
    Et j'hallucinerais toujours des médecins qui voient les gens comme du bétail...Bref
    merci! :)

    RépondreSupprimer
  122. Caro (2 artistes en préparation)26 avril 2012 à 19:00

    5 ans d'attente, 7 inséminations, 4 ponctions, 3 FIV et 1 TEC... Cet article fait vraiment écho chez moi !
    Je pourrais dire que c'est derrière moi (j'attends des jumeaux, c'est mon 4ème mois !) mais j'attends de tenir mes perles dans mes bras, la PMA ça rend prudent... Après avoir passé les 2 premiers mois à me réveiller en me demandant si c'est un rêve ou pas, je m'émerveille tous les jours devant mon ventre rond !
    Je ne pense pas que j'oublierai toute la souffrance, par contre, ce que je ne regrette pas c'est la test que ça a été pour mon couple (et je trouve qu'on ne parle pas assez de nos hommes qui souffrent aussi). Le pb était masculin, et alors ?! C'est NOTRE pb.
    Je sais grâce à tout ce parcours que mon homme est fiable, mon homme est solide, mon homme est une vrai bouée de sauvetage ! Sans son humour et son optimisme, j'aurais craqué c'est sûr ! Je n'ai jamais douté de nous.
    Pas comme sa mère qui m'a demandé quand on a annoncé notre désir de nous marier si je n'allais pas regretter d'épouser un hommme infertile et le lui faire payer plus tard...

    Et pour les copines autour qui culpabilisent et ne savent plus quoi dire, je répondrai que quoi que vous faisiez, c'est dur alors faites au mieux. Perso je préférais les annonces par mail car je pouvais craquer en toute intimité et surtout les annonces faites tôt car je pouvais me "préparer" à l'arrivée de leur bébé. Et quand c'est ta petite soeur qui t'annonce sa grossesse, ton coeur se déchire. J'ai fait de mon mieux face à tout ça vraiment... Certaines personnes l'ont compris, d'autres pas. Tant pis...

    Ce blog est une merveille et cet article tellement "vrai". Merci....

    RépondreSupprimer
  123. C'est dingue comme je me reconnais dans ce texte !
    J'ai seulement 22 ans et z'home en a 26 ...
    Nous ne sommes pas encore en PMA mais avons subis déjà plusieurs batteries de tests en tout genre.
    Moi qui été si pudique au début et été déjà mal à l'aise chez mon gynécologue, j'ai vite déchantée quand je me suis retrouvée les jambes écartées à tout va devant plein de spécialistes... :/
    Malheureusement, on s'y fais ... c'est limite normal et on vit avec ! Difficilement mais finalement nous n'avons pas le choix.
    Apparement aucun problèmes ni chez moi, ni chez zhom, mais ça ne vient toujours pas.
    Je ne me plains pas car je sais que 1 an et demi à côté de certaine c'est rien du tout. Alors on prend sur nous et on s'efforce d'y croire à chaque cycle.
    Heureusement que j'ai un bon suivi de mon gynécologue !

    N'empêche, c'est vrai que certaine remarques ou réflexions de mamans peuvent blesser. Je me doute qu'elles ne le font pas exprès, mais dans ce combat une moindre phrase de travers et on s'effondre comme une madeleine.
    Je ne suis pas en PMA je me répète, mais l'envie de bébé est belle et bien là et oui je peux dire que nous galérons et que c'est dur d'attendre.
    Alors jusqu'à ce que je vois un + s'afficher un jour sur mon test de grossesse, je n'oublierais jamais le thermomètre tous les matins à heures fixe ( so glam' ^^ ), les calculs des cycles, les test d'ovulation, l'espoir lors d'un retard de règles, le fait de connaître les traitements du nom de DUPHASTON et CLOMID ...

    Je n'oublierais jamais et aurai toujours une pensée pour ces couples qui galèrent tant pour donner la vie !

    RépondreSupprimer
  124. Rhooooo ! Je m'y suis retrouvée... Très émue...
    MAis chez moi pas de frais de congélation c'est dingue ce truc !!!

    RépondreSupprimer
  125. Moi aussi je suis suivie à Belledonne et toujours en attente après 1 FIV négative et une fausse-couche après mon premier (et unique) TEC

    Pour la musique, on m'a donné le choix, et c'est un album de classique avec pour titre "SOLITUDE" qui était sur le haut de la pile ! Approprié non ?! Nous avons choisi d'en rire...

    Je commence la FIV 2 dans un mois et je croise les doigts pour que ça soit la bonne !
    Merci pour ce bel article !

    RépondreSupprimer


  126. J’ai beaucoup hesité,mais permettez moi de laisser un petit message de ce Voyant Medium sur ce forum,cela peut toutes fois vous etre aussi d’une grande utilité
    Je veux vous parler du Voyant Nelson,lui qui,sans doute vient de sauver notre bébé de quelques mois d’une mort tragique,vraiment ma liesse est infinie,et selon mes avis personnels,je pense qu’il est le plus honete et sérieux Voyant,car son travail me l’a confirmer.
    Et mon sage conseil,est que tous ceux qui ont de problemes auxquels ils n’arrivent toujours pas a trouver de solution,je me permets de vous laisser ces cordonnées que voici :
    SKYPE:( voyant.nelson1)
    MAIL:predivoyant@yahoo.fr ou planetvoyance@gmail.com ,
    pour le contacter sans hesiter, car actuellement il doit etre connecté
    Selon mes renseignements sur lui ,il intervient aussi dans tous les autres domaines:
    Problemes de stérilités,de couples,pas d’emploi,ni d’enfant,pas de chance ,maladies graves ou incurable,etc.
    Vous avez des problemes qui depassent votre vie,adressez-lui svp vos problemes vous aussi et je suis sur que vous allez trouver comme nous,une immense satisfation.
    Vous etes fragilisés par une séparation, une maladie, une difficulté familiale, et vous penser trouver un peu de réconfort auprès de médiums, seul Voyant Nelson peut vous aider dans l’immediat. Dites-lui tout et sans hesiter.
    Passez vous aussi le message a ceux qui seront dans de problemes.
    Infiniment merci Mr Nelson

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...