7 janv. 2013

Brèves de Multi - Les dents du Nain


Ceci est un article dédié à celle qui m'a fait pleurer de rire un fameux soir de novembre, en me racontant son épopée quotidienne du brossage de dents.
Je pense donc à elle à chaque fois que je dégaine brosses & dentifrice-à-la-fraise-il-pique-un-peu-celui-là-maman.

Si vous voulez vous rafraîchir la mémoire sur le brossage des dents, (genre comment brosse t-on les dents d'un nain? ou à partir de quel âge dois-je brosser les dents de mon nain? c'est par ici.)





L'autre jour, Grand Nain avait rendez-vous chez le médecin scolaire pour la fameuse visite de grande section-avant CP.

Intermède mollusque maternel  
"Mon petit bébé qui est sorti tout dodu de mon ventre il y a bientôt six ans va rentrer au CP. Larme, sourire, nostalgie et fournitures scolaires".


Nous étions convoqués tous les deux pour 9h45 et, évidemment, pile le jour où je garde Micronaine ce qui fait que nous nous sommes rendus tous les trois au rendez-vous.
Micronaine avec ses bébés (oui, telle une reine, Micronaine se déplace rarement sans sa cour de poupées cul-nu ou affublées d'un vieux jogging taille 3 mois - assez freaky les bébés de Micronaine).

Nous voilà donc tous les trois dans la salle d’attente, Grand Nain faisant un dessin (faux nain va) et Micronaine hurlant que les feutres étaient « àmoua » avant de se décider pour un bon vieux Tchoupi qu’une bonne âme sadique avait du laisser traîner.

Vers 10h15, alors que Grand Nain terminait sa voiture-fusée multicolore que si tu appuies sur un bouton ça te sert un verre de jus d’orange au volant, nous fûmes invités à passer dans la pièce du « docteur ».
Micronaine, stressée, se braqua et refusa d’avancer. Le mot « docteur » a cet effet là sur elle, c’est étrange.

Bref, nous finissons par entrer dans le cabinet et la visite commence.
Je vous passe les détails, les questions et les « tests » visant à vérifier que Grand Nain n’est pas en mauvaise santé, voit bien, entend bien et sait compter les syllabes du mot Raton.

L’attitude de Grand Nain d’ailleurs, fut la seule chose à noter, à la fois stressé de rater sa visite (oui, c’est un premier, il est légèrement stressé à l’idée de rater), et en même temps heureux qu’on s’intéresse de si près à son développement moteur et psychique.

Un instant angoissant à signaler, cependant, au moment où la « super gentille docteur » (terme destiné à apaiser Micronaine) a voulu tester l’audition de Grand Nain. Je pense ne rien vous apprendre en vous parlant de ce test réalisé à  l’aide de ce somptueux casque posé sur les oreilles nainesques et dans lequel on fait passer un son, une fois à droite, une fois à gauche, paf, encore à gauche puis à droite.
Le tout pour vérifier que le nain entend bien.

Hé bien, mon Grand Nain n’entendait rien.
Du tout.
La super gentille docteur lui dit « mais si, écoute bien »
Et mon Grand Nain de secouer négativement la tête.
Et mon sourire de vaciller.
Et ma tête de cogiter.

Je me voyais déjà faire la queue des heures durant chez des spécialistes de l’oreille nainesque en expliquant honteusement que « non, je n’avais pas remarqué que mon fils n’entendait rien ».  Je m’imaginais déjà essuyant les critiques et les remarques acerbes du corps médical, passant pour une mauvaise mère récidiviste.
En mon for intérieur, des pensées m’assaillirent :

-        C’est pour ça qu’il ne parle pas normalement mais qu’il gueule !!
-        C’est pour ça que je suis obligée de lui crier dessus pour qu’il m’entende
-        Il faudrait vérifier les oreilles des frangins non ???

Bon.
En fait, le truc n’avait plus de piles.
Ah. Ok.


Je vous sens impatient d’en venir au fait.
Et voilà le moment où tout bascule.

Non, ce n’est pas le moment où Micronaine a décidé de chausser les fausses lunettes en hurlant « Amoua » (monomaniaque).
Ce n’est pas non plus le moment où la super gentille docteur m’a fait remarquer que les vaccins étaient à jour mais qu’il faudrait tout de même songer à coller les étiquettes aux bons endroits.
Non.

C’est à cette question-là :

Super Gentille Docteur : Et sinon, il se lave bien les dents ?

Moi : Oh oui, oui, oui, il se lave bien les dents.

Grand Nain : Pas toujours hein, maman (avec le clin d’œil)

Moi : hin hin hin (rire forcé - mais pourquoi m'a t-il fait ce clin d'oeil??)

SGD: Comment ça pas toujours mon grand?

Moi (gênée) : Ah mais on n’a pas toujours le temps…

Grand Nain : ah bin oui, dès fois, on est un peu trop fatigués alors on se dit que ça sera demain.

SGD : Oui, ça c’est pour le soir, mais le matin ? et le midi ?

Grand Nain : Ah, le matin, on le fait quand on est pas en retard pour aller à l’école.
Tu sais, avec papa on est JAMAIS en retard, on est en AVANCE.
Avec maman, on est plutôt en retard alors on ne lave pas les dents parce qu’on est déjà à la bourre.

Moi (tentant le tout pour le tout) : mais le midi on a plus le temps. Mais c’est vrai que certains matins, on zappe. Mais le soir, Grand Nain, tu exagères, on le fait presque tous les soirs (ton convaincant raté).

Grand Nain: mais maman on ne se lave JAMAIS les dents le midi, on peut normalement??

Moi (regard implorant) : oui, on peut mais...

SGD : C’est trois fois par jour, vous le savez.
On prend le temps de le faire. Ce n’est pas ça qui prend le plus de temps.

Non, c’est vrai. Mais bon....

va falloir songer à changer de brosse le Nain....



1)    Pourquoi on zappe (parfois/souvent) le brossage des dents du matin

Le matin, peu importe l’heure du lever, il arrive toujours un moment légèrement stressant : 8h.
Il faut partir dans dix minutes si on veut être dans les temps.
On pourrait partir tout de suite pour faire son Mâle et être à l’école à l’ouverture des portes.
On pourrait partir dans 15 minutes, d’ailleurs c’est ce qui risque d’arriver si Moyen Nain ne se décide pas à ôter son pantalon de pyjama de la tête (il s’est déguisé en lapin).

Les trois sont presque habillés (si on excepte les oreilles de lapin du Moyen et le fait que la petite soit encore en train de galérer pour enfiler son legging – MOUASEULE).

Quant à moi, je suis habillée (presque), et je suis en train de chercher les sacs de goûter-que-si-je-les-faisais-la-veille-je-serais-bien-tranquille.
Les manteaux sont jetés dans le couloir genre « servez-vous » et j’assène aux nains un « on va être à la bourre, mettez vos put** de manteaux » parce qu’ils sont déjà en train de se courir après. C’est le moment.

Moyen Nain chouine « qu’il n’a même pas joué » et Grand Nain chouine « qu’il voulait un sandwich pour son goûter ». Micronaine souhaite emmener toute sa cour à l’école et moi je râle.

Il reste trois minutes.
Les manteaux sont enfilés (MOUASEULE mettra un peu plus de temps) et je renverse la boîte « aux trucs d’hiver » pour tenter de récupérer des bonnets mettables.
Bonne idée cette boîte aux trucs d’hiver. Très bonne idée. Le Transformer de Grand Nain est bien au chaud.

Merde, j’ai oublié de leur « faire le bec ». Ils sont mâchurés de chocolat (voire même légèrement morveux). Je file chercher trois cotons dans la salle de bain, un peu d’eau micellaire et zou, à la file, le bec. Ça crachouille, ça « c’est pas bon », et ça « ferme la porte et tourne la clé ».

Les voilà prêts. Micronaine a mis son bonnet Kitty MOUASEULE à l’envers et Moyen Nain se gratte déjà en chouinant que son bonnet gratte.
Grand Nain trouve que le bonnet c’est ringard et préfère ne pas en porter.

Je respire zen.
J’ouvre la porte d’entrée et leur demande de sortir. C’est l’heure d’y aller.
J’empoigne Micronaine qui tentait une récupération d’un bébé énorme pour le montrer aux maîtresses et je ferme la porte derrière moi.

Les dents ?
Ah ?
Heu ?
J’y ai peut-être pensé fugacement dans la salle de bain en me ruant sur les cotons.
Mais vraiment fugacement.



2)    Pourquoi on zappe (presque toujours) le brossage des dents du midi


Le midi, il y a dès fois où les nains sont à la cantine. Ô journée bénie.
Ils mangent avec les copains.
Enfin, Moyen Nain « goûte et n’aime pas » avec ses copains.
Ça me fait du bien de ne pas penser à « quoi qu’on mange » et à « chauchiiiiiches ».

Bref, certains midis, j’ai tout de même ma tribu à la maison et on doit manger/jouer/jouer/réclamer la télé/non pas de télé le midi/râler/chouiner/ne pas vouloir retourner à l’école, le tout en moins de deux heures.

Généralement on mange.
Un truc facile, genre pâtes, riz (si j’ai envie de passer l’aspirateur dans la cuisine après) ou purée.
Et puis on joue. Enfin, ils jouent. Ils crient. Je râle. Je propose un jeu calme.
Qui dégénère.
Ils finissent en culotte à faire « des exercices de gym » et au moment de repartir à l’école, il faut retrouver les pantalons, les chaussettes (oui, on est mieux pieds nus) et ré-enfiler tout ça sous la menace et sous les « mais oui tu pourras rejouer avec tes voitures ce soir ».

Le temps de rhabiller tout le monde, que Grand Nain emmène son somptueux livre sur les animaux de la forêt à Maîtresse, que Moyen Nain emmène son somptueux livre sur les motos à Maîtresse (qui sera ravie, nous n’en doutons pas un instant), que Micronaine tente de récupérer sa poussette à bébé pour emmener sa cour à l’école….il est temps de foncer.

Les manteaux sont enfilés à la va-vite, je me retrouve à porter les bouquins et les poussettes (et un bébé dans la bouche).
On fonce.
Nous sommes déjà arrivés limite ce matin, tentons de faire bonne impression cet après-midi.

Les dents ?
Ah oui, les dents.
J’ai déjà oublié le bec (qui sera fait à la lingette – ou pire à l’eau et à l’essuie main – dans les toilettes de l’école) alors les dents….


3)    Pourquoi on zappe (parfois mais purée, faut pas qu’on oublie demain) le brossage des dents du soir ?

Le soir, je tiens à ce que mes nains soient couchés tous les trois à 20h autant que faire se peut.
Ils sont fiants.
Ils ne font plus la sieste (sauf Micronaine PADODO mais dodo quand même).
Je tiens à avoir ma soirée.
Et dans mon guide du Parent Parfait, il est dit qu’un bon nain doit dormir à 20h jusqu’à ses dix ans. Dont acte.

Bref, le soir, un petit rituel bien rôdé permet de coucher tout le monde vers 20h.
Début du bain à 18h et fin du bain à 19h. Entre temps, trois nains ont barboté seuls ou accompagnés dans une eau tiédasse.

A 19h, si tout va bien, ils sont tous les trois en pyjama (Spidermachin pour Moyen Nain, Kitty pour Micronaine et un ToutDoux pour Grand Nain, cette petite caille).
Micronaine est généralement à table et réclame un met à base de chauchiche tandis que ses frères jouent plus ou moins calmement. Plutôt moins que plus d’ailleurs. Mais c’est normal, ils ont faim donc ils sont fiants.

Le repas se déroule dans le calme.
Ah non. Pardon, le repas se déroule.
Menace, cris, rigolades, éternuements nainesques avec petit suisse dans la bouche, rires hystériques, parents qui se relaient, lave-vaisselle qui se remplit, clémentines qui s’épluchent et quartiers de clémentines qui terminent sur la fenêtre « pour maman ce soir parce que j’en veux plus ».

Les nains sont débarbouillés.
Ils ont le droit d’aller chercher des livres à bouquiner.
Il est 19h30 et le Mâle et moi nous encourageons mutuellement du regard « allez, 30 minutes avant le silence ».

On bouquine.
Du sérieux ou du rigolo.
Du Tchoupi, de la Petite Souris Grise (couic couic tu es ma maman ??), de la Petite Taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête, du Livre des Plus Belles Bagnoles de Cars. Magique.

Arrive le moment d’aller faire pipi.
D’aller au lit.
Et merde, les dents.

Option 1 : les nains sont au lit et ont pris un livre pour faire les faux nains pendant que je vais coucher Micronaine.
Action : RIEN. On oublie les dents sciemment en se promettant d’y penser le lendemain. Promis juré.

Option 2 : les nains sont en phase maboule et se poussent sur la cuvette des toilettes pour faire déraper l’autre.
Action : On a complètement oublié les dents. Grand Nain tu y vas et après tu échanges ta place avec Moyen Nain.

Et les voilà dans la salle de bain, debout sur le petit banc orange, à frotter les minis-quenottes.
Avec une brosse à dents Spidermachin.
Avec une brosse à dents Cars.
Avec une brosse à dents Kitty AMOUA KITTY LES DENTS.

Micronaine dégage tout le monde de devant le lavabo.
Elle veut son dentifrice immédiatement.
Frotte deux secondes. Et crache.
Les autres rient.
Bavent.

Je chope un deuxième banc. Et je brosse.
En pensant à Sabine.

-        Ouvre le bec.
-        Plus grand
-        OUVRE je te dis.
-        Fais Hiiiiiiiiii (pour qu’il sourie)
-        Encore
-        Ferme pas
-        Ouvre
-        Grand
-        C’est bon, va rincer.
-        Rince, ne bois pas
-        CRACHE
-        Pas sur ton pyjama (bordel)

Au suivant.

Et ce sont trois rigolos à l’odeur de fraise et aux coins de bouche légèrement rosés que j’ai plaisir à coucher.
Et ce sont trois petits becs dentifricés que j’embrasse et que je serre.

Au moins ce soir, l’excuse du «on n’a pas brossé les dents » ne marchera pas.

Ouf.


Edit: à la demande générale, je tiens à rassurer tout le monde.
Je ne tiens JAMAIS les trois minutes.
Faut pas déconner.

5 janv. 2013

C'est peut être un détail...

Je ne suis pas vendeuse.
Je ne sais pas me vendre, je ne marchande jamais en brocante parce que je trouve que c'est tellement peu cher que ça serait arnaquer les gens.

Je ne râle jamais au restaurant.
Je ne discute pas les prix.
Si je décide de me payer quelque chose, je ne tente pas de négocier.
Je suis comme ça.

Pour mon livre, c'est un peu pareil en fait.
Lorsqu'on m'a demandé si je voulais faire envoyer ce livre à des blogueuses ou des blogueurs, ou à des gens suceptibles d'en parler, ça m'a un peu dérangé. J'ai préféré l'envoyer à des gens qui comptaient, des blogueurs que je lis et que j'apprécie, des gens qui ont pris le temps, depuis le temps, de me soutenir, de me faire rire, d'être présents, tout simplement.

De la même manière, j'ai du mal à placer ce livre partout où je vais.
Le Mâle me dit que je suis un boulet, que je passe une minute sur France 4 et que je suis tellement nouille que je ne parle pas du livre.
Je n'y ai même pas pensé (tellement stressée à l'idée qu'un nain débarque derrière l'écran - c'était via Skype- et dise un truc ruineur de réputation genre "caca fesse").

Et puis après je me dis, peu importe, j'ai la prétention de penser que vous aimerez ce livre parce que j'y ai mis un peu de tout ce que je suis et qu'il n'y a pas besoin d'en faire tout un foin, d'en faire de la publicité à outrance.

Parce que ce livre ce n'est qu'un détail.

Même si pour moi, cela signifie tellement de choses...
Oui, on peut dire hiiiiiiiiiiiiiiii (et pré-commander, pour ceux qui le souhaitent)


Quand j'y repense...

Il y a quelques mois, on me téléphonait pour me proposer de mettre un peu d'ordre dans mes chroniques afin de les publier.

Je débarquais les cheveux trempés (oui, c'est Paris sans parapluie) aux éditions du Chêne, telle une pouilleuse éberluée.

Il y a quelques mois, j'avais les fesses posées dans un bureau blindé de bouquins devant une vraie éditrice (oui je suis impressionnable quand il s'agit de livres) et je me disais "purée, c'est pas possible, j'y suis".

Il y a quelques mois, on me disait "mais non, Marie, pas besoin de virer le mot nain, c'est vous ce mot".

Il y a quelques mois, je signais un morceau de papier que j'avais passé près de 20 ans à imaginer, et je me disais qu'il n'y avait pas de hasard.

Et dans quelques jours, le 16 janvier pour être plus précise, si tout va bien, sortira donc un joli livre.
Dans quelques jours je pourrai me dire que j'ai fait ce dont j'avais toujours rêvé.

Alors bien sur, ce n'est pas un roman intelligent, bien sur ce n'est pas un essai philosophique sur le "devenir parent". Ce n'est "pas du Camus" (dirait Mamie Chéwie).
Non.


Mais dans ces quelques pages j'espère que vous pourrez retrouver ce qui vous a amené ici en premier lieu.
Du rire, du vrai, de la tendresse et de l'agacement, des moments de vie et des instants de craquage, du nain, du parent et de ce que nous sommes.

J'ai presque tout repris, tout réécris parce que le blog est destiné à être blog et qu'un livre, c'est autre chose. Et puis vous qui aviez (presque) tout lu, je n'allais tout de même pas vous faire acheter le blog relié...

J'ai pris du temps, j'ai confié les nains au Mâle pour pouvoir écrire, j'ai rechigné et j'ai recoupé, j'ai essuyé les critiques et les "c'est bien trop long".


Et il y a les illustrations, de Chloé, que vous aurez plaisir à découvrir, parce qu'elles existent à part entières, qu'elles ne sont pas là pour décorer, qu'elles font partie du rire, partie des mots.
Et il y a les photos d'Antoine, que nous avons du parfois retoucher, pour cause de petit tracas avec notre cher empire Playmobil® qui ne voulait pas voir apparaître de petits bonshommes.


Voilà, un petit mot sur ce livre qui me tenait tant à coeur, que j'ai hâte d'avoir devant moi parce qu'il est le fruit de quelques années d'écriture, de ma parentalité et de ce que je suis.
Comme un aboutissement, comme un "c'est fait".

On continue d'avancer.

J'espère en tout cas qu'il vous plaira, j'y ai sincèrement mis du coeur et du temps, du rire (et même des larmes), des heures de sieste et des soirées sans série.

Et même si je ne pourrai pas écrire de petits mots dans chacun de ceux que vous aurez, je tiens à vous remercier pour votre présence et vos encouragements, parce que j'ai failli mille fois abandonner, parce que j'ai douté et parce que je sais aussi que nous sommes des milliers à mériter cette place sur un présentoir.

Merci donc à vous tous qui me lisez, merci parce qu'au delà du livre, au delà de cet écran, vous comptez, il vous aurait suffit de voir ma tête et mes yeux embués en lisant vos commentaires à la naissance de ma petite dernière pour vous le prouver.



Et merveilleuse année 2013 à vous, qu'elle soit riche en sourires, en sommeil (on peut rêver), en petites mains qui se serrent autour de vos doigts, en bains qui débordent et en couettes qui s'enroulent, en toboggans et en balançoires, en heures de voiture à craquer, en trottinettes et en circuit de train à construire à genoux sur le plancher.
Une belle année à ceux qui attendent ces moments-là, une belle année à ceux qui râlent mais qui n'échangeraient leur place pour rien au monde, une belle année à nous qui tentons d'avancer avec le sourire. Autant que possible.


PS du Mâle : même si Marie n'est pas vendeuse, j'ai tout de même mis le lien de son livre dans la colonne de gauche. C'est pas tout ça, mais on a un mini-bus à acheter (bon, au moins un nouveau siège auto alors...ou alors une jeune fille au pair suédoise à engager).

PS de Marie: hors de question que la jeune fille au pair soit jeune/fille et suédoise.


31 déc. 2012

Elle

Est arrivée avec trois jolies semaines d'avance.

Est manifestement un joli hibou.

Est notre petite numéro 4.

Dort avec une petite moue et toujours en journée.

Leur ressemble et puis finalement ne leur ressemble pas.

Est encore une autre.

Est ma fille,notre fille, leur sœur, la "petite dernière".

Est contre moi.

Et il n'y a vraiment rien de plus doux.

Merci à tous pour vos messages ici et ailleurs, pour vos petits mots et adorables attentions.

Le Mâle et les trois rigolos sont heureux et fiers de prononcer son prénom (et ravis des cadeaux aux ainés - sauf le Mâle)

Et voilà, en une soirée, la vie nous donne celle qui fait de nous une autre famille.

Arrivée pile à l'heure de lever du soleil comme pour nous dire que son prénom était le bon.

Arrivée avec ce regard qui sait et à tout à apprendre.

Nous sommes six.

Et voilà probablement ce sentiment d'être au complet.

Pour de vrai...

27 déc. 2012

En passant

Puisque bientôt, il va falloir trimballer Nanonain, voilà le test de la toute dernière née de chez Joovy.

L'Ergo Caboose, comme son nom ne l'indique pas, est une poussette double pour enfants rapprochés. Pour mes prochaines virées avec quatre nains.
Pour mes prochaines sorties d'école.



Gloups.

Pour celles et ceux que ça intéressent, je vous laisse cliquer sur le lien Avis de Mamans!

clique pour arriver sur le test


Pour les autres, bonne digestion et à très vite, je vous prépare un petit artikeul sur mes nuits d'avant Nanonain (histoire de vous prouver que ça pourrait difficilement être pire, histoire de me prouver que je suis prête - si si).



24 déc. 2012

Et voilà

24 décembre
Début de mon 9ème mois.

Encore un mois à sentir quelqu'un en moi.
Encore un mois à me dire que je dois profiter des heures de sommeil (gné?) parce que ça va être pire.
Encore un mois à me cogner partout
Encore un mois à me coller des grains de riz sur la robe
Encore un mois à pouvoir montrer mon ventre, avant de devoir ensuite le rentrer (est-ce possible?) et le cacher
Encore un mois à dire trois. Avant de dire quatre.
Encore un mois à devoir m'asseoir pour enfiler mes chaussettes.
Encore un mois à dire "c'est pour le 24 janvier, oui, non, ce n'est pas pour demain".
Encore un mois.


24 décembre
Début du dernier mois de grossesse,
il ne faut jamais dire jamais
mais je ne pense pas porter la vie à nouveau,
parce que je suis bien
mais parce que je pense que j'aurai envie de passer à autre chose

24 décembre
Début du "et si c'était ce soir?"




Ce soir, parlons-en.
Mes trois et les papiers cadeaux à déchirer,
des clochettes à guetter,
un imaginaire qui s'emballe et peu importe si les paquets sont trop vite déballés
Des souvenirs en vrac et des sourires, des "t'as vu maman??" et des distributions heureuses.
Des étoiles dans les yeux, des enfants qui s'endorment avec autour d'eux quelques cadeaux.
Des enfants qui s'éveillent en retournant jouer en pyjama près du sapin.
Des moments de mon enfance qui me reviennent, des odeurs et des goûts, des instants suspendus juste le temps de savourer.


Je vous souhaite un excellent Noël.
Pour ceux qui sont en famille, pour ceux qui ne le sont pas.
Pour ceux pour qui ça compte et pour ceux qui ne le veulent pas.
Pour ceux qui y croient et pour ceux qui n'y croient pas.

Peu importe non?
Peu importe.

22 déc. 2012

Micronaine, testeuse officielle des couches Lidl



Puisque ma chère Maman, fournisseuse officielle de chauchiche, a décidé de faire une pause (bien méritée, vous verriez son envergure et les nuits pourries qu’on lui inflige), je me dois aujourd’hui de prendre le clavier afin de vous fournir de quoi lire.

Non parce qu’elle fait du genre « han, mais ça me prend du temps de faire tout ça… » mais là, à l’heure où mes petits doigts boudinés tapotent sur le clavier, ma chère mère est tranquillement en train de faire je ne sais quoi incluant « râleries » et rangeage de playmobils planqués sous le canapé du salon. Elle a la belle vie, je vous le dis moi.

Bref, voilà le premier article sponsorisé de Micronaine (oui, je parle de moi à la troisième personne, Maman fait souvent ça). Et croyez-moi, ça vaut le détour, je n’ai pas fait mon travail à moitié.


*Applause*


Certains testent des voitures rutilantes avant leur sortie mondiale.
D’autres ont le privilège d’aller aux inaugurations de splendides palaces avant même leur ouverture au public.
Enfin, certains reçoivent chez eux des mets fins à déguster avant qu’ils ne soient proposés au reste du monde.

Tout ça, pffff, franchement, ça me fait doucement rire.

Chez nous, on teste des vrais trucs. Utiles aux nains.
Et quoi de plus utile aux nains (je vous le demande) qu’une couche.
Aaaaah, faites moins les malins hein ?

Vous vous attendiez au tout nouveau transat trop confortable de chez BébéMou ?
Ou à la superbe poussette anti-flaques de chez Nainbus ?

Hé non, aujourd’hui, sa Majesté de la Micronaine teste, en avant-première mondiale, des couches.
De mémoire, ma chère mère avait déjà fait un article Couches (qu'elle devrait d'ailleurs remettre à jour, je dis ça, je ne dis rien).

Avant de vous présenter mon testing es couches, il me faut vous retracer mon passif avec la couche. Mon historique couchier n’est pas compliqué en fait.

A la naissance, j’ai porté du PôduKû en Jumbo Pack selon les promos en cours.
Ma mère a eu une courte période de test de couches lavables qu’elle a terminé en disant « noooon, trop de lessives, trop d’odeurs, pas pour moi ».

Puis désormais, j’alterne entre couches PôduKû (rares) et couches du Lidl.


Bin oui, je suis une troisième hein, alors ma mère a fait fi de tous ses principes et personnellement, je ne m’en plains pas. Surtout que l’achat de couches au Lidl nous permet de faire un shopping dans ce lieu mirifique qui vend de la chauchiche. Personnellement, c’est un atout non négligeable.

Bref, bref, venons-en aux faits.
J’ai reçu un colis de couches (oui, je sais, c’est glamour) à tester.
Voilà :

Personnellement, je mets de la taille 4 (oui, j’ai un petit fessier), mais j’ai ouvert tous les paquets afin de regarder si les couches étaient les mêmes.
C’est le cas.
Prenons par exemple, la couche 5 :



·        Décors correct (j’aime mieux Hello Kitty mais personne n’a encore inventé de couches Hello Kitty à mon grand dam), ça nous change de ce mauvais Winnie.


·        Couches très fines, toutes d’ailleurs, ce qui fait qu’on n’a absolument pas l’impression d’être montée sur étages lorsque l’on s’asseoit. C’est plutôt agréable.



·        Scotchs repositionnables, ce qui me plaît beaucoup car en ce moment, j’aime ôter ma couche pour aller me bouquiner un bon petit Tchoupi sur mon pot.



A l’usage (oui, car j’ai testé les couches en grande professionnelle, avec pipi zé caca – caca qui pue ajoute ma mère) :

·        Pipi en journée, impeccable.
·        Caca en journée, impeccable également, aucune fuite (et tant mieux)
·        Pipi de nuit, rien à signaler non plus et ce, sur trois nuits consécutives. Evidemment, à la suite de la nuit, la couche est un peu grosse (comme toutes les couches du matin) mais mon body n’est pas humide du tout (ouf).
·        Je ne fais pas caca la nuit, je tiens à le dire, je suis une princesse.


Côté irritations, je ne peux pas vous dire, pour le moment, sur mes trois jours de couches, mon fessier est toujours doux comme une écharpe en polaire.
En même temps, je ne suis pas très sensible aux changements de couches, et généralement, il vaut mieux faire un essai préalable pour voir si la matière convient au fessier nainesque.

Côté vrais trucs de pros (avec vocabulaire genre « je suis une scientifique de la couche »), il me faut vous signaler que ce nouveau système s’appelle Drylock. Comme ça, lors de votre prochaine virée chauchiche, vous saurez de quoi je parle.

caution scientifique de mon test (youpi)


Le paquet de 35 couches est à 6,39 euros ce qui nous fait du 0,18 par couche, rapport qualité prix très honnête pour une couche vraiment très bien, très fine (et des paquets qui n’encombrent pas la table à langer). Pour info, les couches PôduKu tournent plutôt autour de 0,31 la couche (en temps normal) et de temps en temps à 0,24 voire 0,20 si vous avez la chance de tomber sur du Jumbo Pack.

Bref, ici la nouvelle technologie d’absorption m’a convaincue, je trouve que l’épaisseur (enfin, la minceur) des couches correspond bien à mon fessier et à mes activités délirantes de Micronaine : je peux, par exemple, sauter du canapé et la couche reste bien en place.

Encore une fois, chaque nain a son fessier plus ou moins sensible mais, sincèrement, pour moins de 7 euros les 35 couches, je crois que ça se tente. En tout cas, par ici, on a adopté les paquets : 
magnifique!


En conclusion : 



Alors?
On peut virer ma mère non???

21 déc. 2012

Etoiles & Papillons

La gagnante du joli bracelet est : Karine Colbaut (encoooore une Karine??)

La gagnante de la paire de boucles d'oreilles est : kathy letourneur



Et vos cadals?
Finis??

Signé : celle qui n'a plus qu'à TOUT emballer (quelqu'un a un bon scout à me prêter??)

20 déc. 2012

Enceinte à Noël - Pause de Noël

Aujourd'hui n'est pas coutume, je hisse le drapeau blanc.

Marre.

Fatiguée, épuisée, mal partout.
Débordée.
Ras le bol de devoir me justifier pour tout.
Lasse de voir défiler les polémiques.
Fatiguée de devoir préciser que je n'ai pas le temps ni l'envie d'y prendre part.



Je crois qu'il est temps de faire une petite pause pour mieux revenir.
Je crois qu'il est temps de prendre du temps pour soi.
Je crois que ça me fera du bien de prendre un peu de recul.
Je suis certaine que je reviendrai vite.
Parce que je ne sais faire que ça, d'écrire ici.


Je vous laisse sur un dernier Opus des Neuf Blogueurs à découvrir ce matin.
Comme quoi hein, je ne vous laisse pas sans rien.

clic clic



Passez de merveilleuses fêtes.
Des cadeaux, des rires et du foie gras.
Des coupes ou des "jus-sans-alcool-purée-je-vais-être-la-seule-non-bourrée".

Prenez soin d'eux.
Prenez soin de vous.

C'est l'essentiel.
Et fermez la porte au reste.

A très vite.
Après des guirlandes, de doux moments et des envies de prolonger encore un peu certaines soirées, certains feux de cheminée et certaines tisanes prises en chuchotant.
En se racontant.
En profitant.



Merci d'être là.
Je ne serai pas loin.

18 déc. 2012

Ils se demandent

Parce qu'à la suite de mon "Je me demande", certains se sont lancés dans l'écriture d'un article similaire, je me dois aujourd'hui de partager avec vous ceux qui m'ont touché, ceux que j'ai trouvé jolis, vrais, drôles et émouvants.

Tous ne seront pas mentionnés ici, je m'en excuse d'avance, parce que j'ai choisi de mettre en ligne ceux qui me touchaient, ceux que j'avais lu, je ne voulais pas me contenter de coller des liens sans avoir lu les textes donc voilà, n'y voyez aucune méchanceté (peut être juste un manque cruel de temps) mais plutôt l'occasion de découvrir des plumes jolies-jolies.

En tout cas, merci à tous ceux qui ont joué le jeu, je ne pensais pas que les "Je me demande" allaient fleurir ainsi, ça m'a vraiment fait plaisir de voir qu'il était encore possible, dans ce monde impitoyable de la blogosphère où chaque jour voit naître un nouveau débat passionnant fait de jalousies et de rancoeur, d'écrire, juste pour le plaisir d'écrire.

Hé oui, ça me manque ce côté là.
Ces articles pour rien, ces articles pour parler, pour raconter, pour dire et pour partager.
Pour être, pour coucher les mots qui n'en peuvent plus d'être dans nos têtes.

Lire un blog pour moi, c'est un plaisir. C'est un peu de la personne que je lis.
Peu importe s'il y a de temps à autre un test, un sponso, une pub, un coup de coeur.
J'en fais aussi et ça ne me pose aucun problème.

Mais je n'ai pas le sentiment que ces choses là restent.
D'ailleurs, j'ai de plus en plus de mal à faire des choses qui ne me plaisent pas, j'ai de plus en plus de mal à lire des blogs qui ne me plaisent pas, qui ne me correspondent pas.

Voilà, cette longue intro pour vous présenter ceux qui ont su, par leurs écrits, prouver qu'ils écrivaient pour écrire. Au moins cette fois-ci. Probablement pour de vrai. Probablement pour certains parce qu'écrire leur est aussi nécessaire qu'à moi.




Isabelle, je dois le dire, m'a émue. Lalla aussi.

Natacha m'a touchée par sa variation si douce.
Le bébé du blog m'a fait rire. Vraiment. Et puis m'a serré le coeur. Comme toujours.


Papacube m'a fait ricaner (andouille)
et PapaLion, comme toujours, m'a fait dire "putain, il écrit bien"

Marjolie Maman m'a fait rire, et puis m'a pincée le coeur, et puis re-rire. Comme toujours.

Zaza m'a épatée, tant de questions, tant de questions...
Sabine m'a laissé dans la bouche un goût de déjà-vu, parce que j'ai eu l'impression de me retrouver un peu...

Clem et Cécile  ont su dire le quotidien de manière vraie, de manière douce. Comme seules les mères savent le faire.

Marie-Ange, tout simplement, tellement vrai, tellement elle.

Maud, que j'avais oubliée, honte à moi, jolie maman un peu plus au Nord...

Et il y a celles que j'ai lues avec plaisir, en riant, en souriant, en me disant que cet exercice nous livrait un peu des autres, et que ça faisait du bien, de lire un peu des autres...
Les aventures Meuniéresques
Une maman blogueuse
Polish your life
La vie dans la tribu
Maman au balcon
Maman Blogueuse
Julie
Matin bonheur
30 ans à TAV
Mama Twins
Lulu et sa tribu
La même en pas pareil
Mon quotidien ordinaire
Marie
My Kitchen Symphony
Maman Bavarde
Zoey
Maman Anonyme
Anne Laure
Mimie
Milie

17 déc. 2012

Parce que mes lectrices font de jolies choses (joli bijou inside)

De temps en temps, je partage une page sur mon mur Facebook.
Un blog qui me plaît.
Une boutique sur laquelle je vais faire quelques emplettes.
Une créatrice de bijoux.

Je ne suis pas très manuelle.
Je ne suis pas non plus très bijoux de dame qui coûtent un bras.
Je préfère les jolies petites choses. Avec des étoiles ou des strass, en argent ou avec un lien joli qui reste à mon poignet jusqu'à ce qu'il se détache de lui même.

D'ailleurs, je ne porte presque jamais rien, sauf mon bracelet Pompon carabine avec le nom de mes trois nains.
Des boucles d'oreilles que j'accorde à la tenue du jour (quand je trouve le temps d'en mettre).
Une jolie bola de grossesse (trouvée là d'ailleurs) ou un collier coloré.

Bref, voilà, je suis du genre à craquer pour des petites choses comme ça qui me font plaisir, qui me parlent et qui ont été faites par des petites mains douées (moi qui sait à peine recoudre un bouton).

Je vous avais parlé récemment de cette page Facebook sur laquelle vous pouvez trouver de très très jolies choses : De l’Incontestable Nécessité du Superflu.

Avec ce coup de coeur :


En attendant l'ouverture de la boutique en ligne, n'hésitez pas à aller fureter (et à passer commande pour Noyel, par exemple ma Mamie vénère le sac à tartes ;))




Aujourd'hui, je voudrais zoomer sur une bien jolie boutique qui est celle de Karine, une adorable maman. Karine m'a envoyé il y a quelques temps une paire de boucles d'oreilles magnifiques.
Et j'ai craqué. Parce que je suis amoureuse des étoiles (d'une) et parce que j'ai beaucoup aimé les couleurs, le ton et ce que ça donnait sur ma petite tronche (fatiguée).

Du coup, je me suis dit que ça pourrait être chouette de vous montrer son travail, parce que je sais à quel point c'est difficile de se faire connaître quand on créée.
Alors je ne peux pas ouvrir mon blog à toutes les petites boutiques, à toutes les créatrices...certes, mais de temps en temps, je trouve ça sympa de partager des coups de coeur.

Bref, bref, voilà la boutique :  Etoiles et Papillons

Avec ça dedans (en vrac) :







Voilà.
C'est simple.
C'est joli.
C'est doux.

Je voulais juste vous faire connaître son travail.

Et vous proposer de gagner un petit quelque chose, spécialement créé pour vous par Karine (elle est choupie).

Je vous laisse donc choisir entre ce joli bracelet :



ou ces boucles d'oreilles :


et me laisser un commentaire en me disant lequel des deux vous souhaiteriez gagner.

Je vous laisse faire un petit J'aime sur la page Facebook, ça ne prend pas beaucoup de temps et croyez moi, ça fera très plaisir à notre maman créatrice...

Le tirage au sort se fera jeudi soir, on se dépêche, on se dépêche...histoire que vous ayez un joli paquet sous le sapin rien que pour vous.

Allez les belles....(ou les Mâles en quête d'un joli bijou pour votre chère et tendre...)

15 déc. 2012

T'as vu la biquette? Elle fait dodo... (et autres troubles langagiers du parent)



Avant tout, la gagnante des 4 places pour le pestacle de Zut est Krousti. J'attends ton petit mail...

Salut. Je suis une biquette




Je sais, je sais.
On peut se prétendre "blogueuse influente" et s’exprimer en langage texto sur Facebook, faire trois fautes d'orthographe par paragraphe, sans parler des erreurs de syntaxe (aaaaargh).  Moi-même, professeur des écoles nainesque à la base, je laisse souvent passer quelques "s" ou quelques accords à la con (que si on me demandait mon avis on cesserait de ne pas accorder même si ce putain de COD est placé après le verbe - je ne suis pas claire mais vous me comprenez).

Bref, je ne suis pas très influente (en tout cas j’ai beau hurler personne ne fait ce que je dis à la maison) mais j'ai tout de même une certaine estime de mes propos (oui, tout à fait) et un certain respect pour ceux qui savent manier la langue française avec délicatesse et intelligence.
Parce que j'aimerais savoir écrire et dire les choses de manière alambiquée, parce que je voudrais, parfois, qu'on se dise "putain, elle cause bien" (peut-être qu'on se dirait plutôt "c'est fort joliment dit" d'ailleurs).

Mais je suis parent.
Et ça, croyez-moi, ça anéantit tout.

Si, si, je suis sérieuse.

On a beau tenter de s'exprimer correctement, ça foire, ça échoue.
On a beau tourner ses phrases de manière subtile, essayer d’être crédible et précieuse…ça rate.
On passe juste pour une mère lambda, hystérique par moment (voire souvent) et à qui il manquerait la lumière dans toutes les pièces.
 A partir du moment où on a des nains, on souffre de troubles langagiers récurrents, c'est ainsi.

Oui Nulli, je sais. Tu mets un point d’honneur à le répéter à tout le monde :
« Je ne comprends pas ces parents qui se bêtifient quand ils ont un nain. MOI je parlerai normalement à mon nain ».


Je sais. Moi aussi. Et parfois, même souvent, j’y arrive. Je ne miaule pas quand je vois un chat. Je n’aboie pas pour désigner le chien (bon, je l’appelle toutou à la place).
Mouais.  


Je n'ajoute pas systématiquement de mignon, ou de love ou de cute quand je parle des nains. 

"Oh, oui, Micronaine est tellement cute en ce moment, je la love de trop".
Ah oui, parce que ça arrive ça aussi, l'introduction de l'anglais de manière systématique pour souligner que nos nains sont ultra-chouettes.


Il faudrait se pencher sur tous ces phénomènes de langage, c'est passionnant.

A la lecture de cet article, peut
-être vous fendrez-vous d’un commentaire outré en disant que « non, chez vous, on parle normalement aux enfants ».
Na na na na nère.
Moi pas.

Enfin pas toujours…


Lorsque mes nains étaient tout bébés, j’avoue, j’avais souvent la voix-débile qui prenait le dessus sur la voix normale et habituelle. 
Parfois même, je chantais.
Ouais.
Bon, je préfère oublier. Surtout que ça va vite revenir.

Alors, si, effectivement, il y a des termes que j'emploie et que je retrouve dans la bouche des nains qui me font sourire.
Ou bien Grand Nain qui trouve que les cauchemars sont "angoissants".
Voire Micronaine qui souhaite sa « friandise » du calendrier de l’Avent…

(Faux nains va)



Pour étoffer un peu mon propos, je vous suggère ici quelques situations parentales lors desquelles les troubles langagiers du parent sont exacerbés.
Peut-être vous y reconnaîtrez-vous.
Peut-être pas.

Mais chez moi, lorsque le moment arrive....

·       D’aller se coucher…


On devrait dire « allez, c’est l’heure d’aller se coucher, il est 20h et le marchand de sable va passer ». Mouais.
Bon.
Chez nous, ça ne ressemble pas à ça.
« C’est l’heure du dodo !!!  Il faut aller faire dodo ! Allez, zou, aux plumes ! Tu vois là, il est minuit, Grand Nain fait dodo, Moyen Nain fait dodo, PAPA – ce pourri- fait dodo et même Toutou fait dodo. Donc toi, tu vas au dodo. C’est comme ça et on se retrouve demain (enfin tout à l’heure)».

Mais c’est vrai quand même, il faut aller au dodo. C’est bon pour grandir, le corps, pendant que tu fais dodo, il grandit. Si. Plein.

Je ne sais pas pourquoi, le dodo, c’est sacré.
On va à la sieste. Mais le soir, on va au dodo.

« Laisse maman faire dodo ».
« Papa fait ENCORE dodo LUI »

Bref, excusez-moi mais chez moi, on ne dort pas, on ne s’assoupit pas, on fait dodo.
Enfin, on aimerait bien.
bon dodo ça le nain, bon dodo




·       De passer à table

Lorsqu’arrive le moment de manger, il n’y a pas mille solutions pour appeler le nain (qui joue tranquillement pour une fois) :

« A table ! »

Ici, se décline en
« Mioume Mioume les ptits gars ! »
« On maaaaaange (bordel) »
« Le repas est prêt, vous faites comme vous voulez mais après c’est froid je ne réchauffe rien tant pis » (mode énervée)



Ça va encore.
Chez moi, ils veulent « manzé ». Parce qu’ils ont « faim » et qu’ils n’ont presque pas du tout goûte (les mythos). Et beurk, encore de la soupe.
« C’est pas le flunch ici, tu manges et puis si tu ne manges pas bin tu ne manges pas ».

Les pâtes.
La semoule (voir chapitre : riz)
La purée (sainte purée collante)
Le colin pané (voir chapitre : nuggets)
Les tissuisses
Les biscuiks (ici, Nesquicks au chocolat – 2 euros les 6, mangés en deux jours, un sain investissement).
 Un Gü de Papa et Maman (quoi??)
Et la chauchiche. Bien entendu. L'inégalable chauchiche.

Chauchiche au menu


·       De saluer les chèvres, les chevaux, les lions, etc…


En compagnie de nains, l’animal malchanceux qui, de plus, n’a absolument rien demandé, devient tout autre.


De cheval il devient poney, ça fait moins peur.
D’âne, il devient Naan (comme les pains indiens oui), c’est plus facile à prononcer.
De chat il devient Babou (chat bien connu de Micronaine qui a donc décidé de ce fait que tous les chats se prénommaient Babou), Matou, Minou, ou pire Miaouuuuu.
De lion, il devient Simba. Ou plutôt non, le papa-de-Simba.
Cette pauvre biche devient Bambi. Ou plutôt non, la-maman-de-Bambi-tu-vois-qu’elle-va-bien-finalement.
Ce poisson rouge neurasthénique (qui pue) devient Némo. Oui. Ou Bubulle. Ou « ce mauvais poiscaille qui pue et c’est toujours moi qui change l’eau de l’aquarium » (ok, ça c’est moi).

bonjour Poney!


Bref, l’animal paraît choqué, tente de protester, mais le nain l’assomme d’une carotte (si c’est un Naan) ou d’un trop-plein de copeaux-qui-puent (si c’est un Némo).



·       D’enfiler des chaussettes ou des chaussures.



On lève les papattes.
Donne-moi ta papatte.
Si tu veux que je t’aide, tends moi ta (putain) de papatte.
Bon, c’est bien.
Ah non, c’est pas le bon pied.

Les chaussettes, les chaussures, même combat.
Il y arrivent.
Et puis non.
Et puis tu m’aides ?
Et puis je suis en anorak tout engoncé et puis je n’y arrive pas.
« Mets-toi donc assis là. Donne la papatte »

Ouais, je sais.
Mais j’ai un chien toutou, c’est pour ça je confonds.
Quoi que le chien se prépare tout seul, LUI.




.
  
·       D’enfiler n’importe quelle fringue en fait


On lève les bras au ciel.
Lève ta papatte.
Oh, il est où le petit bras ??
On a perdu Micronaine ?? Non, elle est là !!

Et tous les jours.
On se marre trop en fait.

Entre la tétête qui dépasse du col.
Entre les petites mimines « qui sont où les petites mimines ?? »
Et ces « petits petons, guililguili, je les attrape PAR ICI ».
Et les fefesses ?
Hein ?

Tout ça pour qu’ils nous laissent les habiller sans hurler ni se débattre.
Tout ça pour qu’ils ne demandent pas à faire SEULS ce matin parce qu’on est super-méga-à-la-bourre (comme tous les matins).
Tout ça pour qu’on puisse enfiler discrètement le haut propre prévu et non pas l’hideux tee-shirt Hello Kitty fétiche qu’on veut porter pour dormir faire dodo et pour vivre. Devant des vrais gens.




·       De changer une couche





Bouhhhhhhhhhhh….ça puuuuuuuuuuuuue.
Qui a fait un gros caca ?
Hein ?
Comment une si petite chose peut-elle faire un si gros caca ?

Oh non !
Un tout petit pipi finalement.
On change le cucul ?

Et bin voilà, qui a le cucul tout propre ??

Pathétique.
Le tout, sans respirer.
Le tout, en retenant de jurer parce qu’on a trempé son doigt dans une micro-crotte.
Le tout, en marmonnant un « MERDE » parce que la couche est tombée de la table à langer (mieux vaut la couche me direz-vous) du mauvais côté, évidemment.
Le tout, en chantonnant bêtement, en retenant les petites menottes (niaise) de Micronaine qui voudrait bien sur les tremper dans sa micro-crotte (hilarant).

Le tout en comptant combien de temps encore il faudra emballer ce petit cucul tout propre dans une coucouche avec un toutou dessus, c’est pas rigolo et dès fois c’est même Ouinnie sur la coucouche.


PS : Encore deux ans et demi au minimum si je compte bien.

 Et...

L’adjectif qualificatif employé à outrance :
  
J’en note surtout deux qui sortent du lot (laissons de côté le « mignon ») : petit et gros. Oui, ça peut sembler surprenant mais le parent aime user de l’un ou de l’autre selon l’ambiance.

« Alors on prend le petit pied et on le glisse dans la petite chaussette »


« Qui c’est qui va faire un GROS dodo dans son PETIT lit ?? »

« Tu fais un petit bisou à Tatie Relou ? (ou pas) »

« Tu fais un GROS câlin à Papa ?? »




Et puis il y a l’adaptation au langage NAIN qui n’appartient qu’à votre nain à vous.
Et l’adulte en face de vous ne vous comprend pas non plus.

Je me permets, en guise de jeux et pour conclure, de vous proposer deux exemples précis tiré de ma vraie vie (j'attends vos réponses en commentaires, huhuhu)

-        Konkin

La scène se déroule en voiture, sur une départementale louche, tôt le matin.

"Oh tu as vu loulou devant nous?"
"Ah Vi, un KONKIN!!!"
"Il est superbe ce konkin, vraiment superbe, il faudra le dire à papa qu'on a double un magnifique konkin"
"KONKIIIIIIN".


Attention, je suis un Coin Coin moi

- Croton

La scène se déroule vers 6h02.
Un nain dans un lit de grand.
Au milieu.
Les grands comatent. Le Mâle comate mieux d'ailleurs puisqu'il a collé son oreiller sur sa tête.
Le nain triture le visage de sa mère.

- Les zieux.
- Purée, laisse mes yeux bordel!
- Les feveux!
- Oui, mais me tire pas les cheveux, il est SIX HEURES DU MAT' !!!
- Les zoreilles...
- Dégage tes doigts de mes oreilles le nain, va voir papa, va parler à papa.

Le nain boude.
Il revient.

- Croton maman?
- Demande à papa j'ai dit, il aime bien faire les croton.


Et bin, je suis AUSSI une biquette ....


Et par chez vous?
Qu'est ce qui revient le plus?
La biquette?
La papatte?
Le dodo?


Certaine d'en avoir oublié, je viendrai coller ici vos ajouts....allez, à vous!!!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...