26 oct. 2011

Quand une ouvrière tombe enceinte...par Alex

Troisième jour (j'ai certainement voulu faire la grasse mat' mais je me suis réveillée, par habitude, à 7h03...). Voilà le témoignage d'Alex, peintre en bâtiment et .... enceinte...

"
quand l’ouvière en bâtiment tombe enceinte !!! 

Marie étant atteinte de flemagite aïgue, a proposé comme ça en passant qu’on lui écrive un pti billet.
Je prend donc ma plume pour vous faire part de mon témoignage de future maman qu’on relègue au rang de femme au foyer à peine l’oeuf fécondé.

épilogue:

Voilà un matin en me levant m’est venu l’idée de changer de profession, j’étais animatrice avec les nains mais ne gagnant pas assez ma vie, j’ai décidé de me lancer dans la peinture.
De là les interrogations, artiste peintre ?? non non peintre en bâtiment, le pantalon sale, les cheveux secs, et les mains cornées (ouin toi demoiselle, ouin toi) 

J’avais 26 ans et demi (sisi ça compte), je m’étais attendu à tout, les rudes journées, les esprits macho, les courbatures ... les côtés negatifs je les avais tous enfin presque !!

Après l’alternance, me voilà dans une super entreprise familiale, avec un super patron, des collegues sympathiques, et bientôt 29 ans. 

L’histoire commence:

Une vie sentimentale assez tumultueuse, je trouve enfin l’Homme, le vrai, celui avec qui j’ai envie de m’installer, de faire des n’enfants, bah oui ne l’oublies pas j’ai 31ans à ce moment là, tic tac petite horloge. 

Au moment de nous lancer dans la procréation, fini de s’entrainer on va mettre un peu en pratique les cours de 4ème, j’ai rendez-vous avec mon cher médecin du travail pour ma visite annuelle, et me vient tout de même l’idée de lui parler de la condition de femme enceinte sur un chantier, car c’est quand même mon quotidien, réponse du doc: “oooohlala mademoiselle, c’est bien la 1ere fois que ca m’arrive dans ma carrière ça “ huuuuuuum et donc monsieur le docteur ?? “et bien, enceinte les chantiers sont interdits, pas de port de charges, pas de travail en hauteur, pas de solvants de peinture” (j’aurais dû prendre une photo de mon expression de visage à ce moment là je vous jure !!!) 

Donc j’ose la conversation avec mon patron (rappelez vous il est sympa), qui me répond que pas de soucis y’aura bien des choses à me faire faire. Me voilà donc rassurée. 

Hop la, on met tout ça en route, en se disant que ça va bien prendre quelques mois avant que je tombe enceinte, le sterilet est enlevé, nous sommes le 5 mars 2010.
Bizarement le pti oeuf s’est accroché le 13 mars, oui oui 2010 !!!!!! On attend tout de meme la prise de sang le 29 mars, je l’annonce à mon patron le 30, l’homme ne voulait rien risquer ne serait-ce qu’un jour de plus au milieu des solvants et des dangers d’un chantier, et la réponse de mon patron m’ai laissé ... comment dire ... sur le cululu: “aaahooooh baaaaaah félicitations quand même, et on fait quoi maintenant???!!!!!”
Je lui répond donc qu’il va falloir me trouver des choses à faire hors chantier, “et bien non mademoiselle, ça n’est pas possible j’ai dejà une secrétaire” 
Vous imaginez bien que les hormones étaient dejà bien présentes !!! Je suis rentrée à la maison achevée, avec une seule solution : me mettre en arrêt maladie toute ma grossesse! 

De là, le combat (contre des moulins a vent) a commencé.

1) prise de contact avec le medecin du travail, qui s’est trouvé bien désemparé face à la situation puisque c’était sa 1ere fois à lui aussi! 

2) prise de contact avec la sécu (non ne riez pas) 3 interlocuteurs, 3 réponses complétement différentes (je ne l’avais pas vu arriver celle là!) 

3) prise de contact avec la HALDE, l’inspection du travail, le ministère du travail, pour finir à écrire au Président de la République, une sympathique réponse m’est parvenue de son cabinet me disant qu’il transmettait aux services appropriés , vous imaginez bien que j’attend toujours !!

Le résultat fut le même partout, j’étais bloquée à la maison en arrêt de travail sans être “malade”, avec pour réponse principale “on ne sait pas”, “votre patron doit vous reclasser”... Mais qu’est-ce que je fais moi si il ne peut pas !!!???

Je vous passe les passages chez l’assistante sociale car on ne me payait pas mes arrêts maladie, je vous laisse imaginer la mouise et les montées hormonales.

La réponse est tombée de l’assistante sociale de la pro BTP (non je ne fais pas de pub, dans le bâtiment on est obligé!), qui me dit que l’arrêt c’est mieux financièrement parlant, car payée 50% par la sécu, et une partie par la prévoyance, que mon patron a eu l’ingénieuse idée de prendre, merci pour moi ! Résultat 7 mois a 75% de mon salaire, puis congés maternité au moment voulu par notre chère sécu. Sinon il existe dans les cas spéciaux comme ça de non reclassement une indemnité versée par la sécu mais moins interessante quand on prépare l’arrivée d’un bébé (qui coûte un bras). Sachant que dans le BTP on perd toutes ses primes mensuelles tel que panier, déplacement... (environ 200€ en plus).

Donc à savoir, ils n’arretent pas de promouvoir la féminité dans le bâtiment, que ce sont aussi des métiers accessibles, ce qui est vrai, mais ils ont oublié que les femmes peuvent aussi être mère parfois, ou il faut l’être avant de choisir.

Maintenant, je vous entend vous posez la question, “mais qu’a-t-elle fait pendant 7 mois??”, les 2 derniers mois je ne les compte pas, j’étais sur mon canapé échouée, telle une baleine sur le sable!


Dejà j’ai passé les 2 premiers au téléphone, chez l’AS, à la sécu, chez le médecin (merci d’avoir gruger la sécu), sur les forums histoire de trouver un vil témoignage de quelqu’un dans mon cas, j’en ai trouvé un d’ailleurs, qui a fini par rester en arrêt comme moi à se morphondre de ses indemnités pitoyables.


Les 2 mois suivants à pleurer, mon homme me retrouvait tous les soirs en larmes tellement je m’ennuyais, j’ai tenté le crochet (mouahahahahaha), toutes les amies au boulot forcement elles avaient un métier. Je me suis alors fait beaucoup d’amies virtuelles (ou plus) avec qui on s’est soutenu et avec qui on se soutien toujours merci les filles ;)
Mon homme a fini par m’acheter une guitare, euuuuuuuh passé les 5 mois ça mériterait un pti dessin d’illustration!

Et les mois suivants à me faire une raison (et les comptes), et à préparer l’arrivée de mon pti ange.

C’est dans ces périodes là que j’ai connu marie et les histoires de ses nains, qui m’ont fait passé des heures à furter sur son blog et à faire pipi de rire, merci petite vessie de femme enceinte.
Alors je te remercie de me laisser écrire vers chez toi, car tu as eu un impact énorme sur mes 5 derniers mois de grossesse, entre rires (beaucoup) et larmes (parfois). L’homme aussi te remercie car il me retrouvait morte de rire, ça l’a changé des crises de larmes où il se demandait si je regrettait cet enfant.

Mais non rien de rien, je ne regrette rien (tiens ça me dit quelque chose), mon fils est la plus belle chose qui me soit arrivée, et si c’était à refaire...huuuuum  je choisirais peut être une grosse boite où y’a des postes en bureau pour un 2eme lol."

18 commentaires:

  1. Béné, 1 nain et 1 mâle ( ça peut compter pour 2 ? )26 octobre 2011 à 08:13

    C'est courageux de travailler dans un milieu d'hommes et aussi galère quand on va être maman. Dans mon cas j’avais trop d'heure et pas de possibilité de les réduire. Des patrons pas conciliants pour un départ a l'amiable, donc me voilà 5 mois plus tard démissionné et sans assedic. Merci le système français !!!

    RépondreSupprimer
  2. ça a dû être des premiers mois très stressants. Est ce que ça se passe bien maintenant au boulot si tu as repris?
    Je te souhaite effectivement de trouver une boite où ils seront mieux à même de prendre en compte la venue d'un bébé. Ce qui est, je sais, loin d'être simple.

    RépondreSupprimer
  3. Chouette témoignage !
    Hey! Ca t'apprendra à faire comme les mecs !!! Je déconne, bien sûr..... Que la société est bien faite !!! Reclassée oui, mais encore fait il savoir faire le taf, non ??

    RépondreSupprimer
  4. Encore heureux que ce blog existe, quoi!

    RépondreSupprimer
  5. et oui, c'est bien beau de promouvoir les métiers d'homme auprès des femmes mais on fait quoi après ?!!
    y'a encore du boulot à faire dans notre société...

    merci pour ton témoignage, celui d'une maman hors du commun (ben oui ;)) et tu vois, le positif dans tout ça : tout ce temps passé sur le net t'a permis de découvrir le blog de Marie ! (je l'ai aussi découvert pendant mon congé mat et au début je me faisais pipi dessus tellement que je rigolais !)

    RépondreSupprimer
  6. Moi aussi, je faisais un métier dit d'homme.
    Le 1er mois c'est bien passé, je faisais attention et me faisais aider par un bon collègue (qui était au courant de ma grossesse)pour les charges lourdes.
    Mais je ne savais pas comment ça se passerai pour la suite et je n'avais pas envie non plus de continuer à faire des journées de 10 heures après la naissance de ma fille.

    Comme j'étais un forte tête et que ça ne passait pas avec le DG et ben il m'a licenciée à mon retour de vacances et là bah je lui ai annoncé ma grossesse!
    Et pour ne pas aller au Prud'homme il m'a payé mes mois restants avant le terme de ma grossesse.

    Alors c'est vrai que j'étais dégoûtée car j'adorais mon boulot (mais pas l'ambiance de merde que créais le DG) mais comme je ne savais pas comment ça se passerait pendant et après la grossesse (et que je me voyais pas dans un bureau) et bien je suis contente de m'occuper de mes enfants et comme on habite à la campagne on est très souvent dehors (comme j'aime)

    Mais bon si je croise le DG, je l'écrase...

    RépondreSupprimer
  7. Comme quoi tous les boulots ne se valent pas quand on est enceinte ! J'imagine les moments de frustration, d’écœurement et de colère ! Comme si c'était déjà pas suffisant de faire avec les hormones !

    RépondreSupprimer
  8. Ah ça me rappelle les supers souvenirs de ma grossesse. Et pourtant j'étais dans un métier ce qu'il y a plus de féminin: Nanny... Mais va savoir c'est pas passé non plus, même pas du tout!!!! Enfin heureusement je ne vis plus en France, je me console, même si ce n'est pas rose non plus ici au Québec!
    Bravo et j'aimerais effectivement savoir ce qui c'est (se) passé (e) à ton retour!

    RépondreSupprimer
  9. merci de m'avoir lu ;) et merci a marie

    alors a mon retour ... il n'y a pas eu de retour !!!
    j'ai prit le congé parental le temps de trouver une place en creche et pendant mon CP ...licenciement économique, donc si on compte bien je n'ai pas retravaillé depuis le 31 mars 2010 !!!!

    alors maintenant je vous dis pas la galere a pole emploi pour justifier la derniere année de salaire

    sinon mon patron me reprennait sans soucis quand je le voulais, il m'a meme proposé sa femme comme nounou, il est vraiment tres sympa, malheureusement il a perdu beaucoup de client ^^

    c'est vrai que ce sont de choses auxquelles on ne pense pas en choisissant sa carriere, la grossesse c'etait tres loin pour moi a 26 ans

    RépondreSupprimer
  10. je me suis aussi retrouvee au chomage apres la naissance de mon nain... et ca fait 1an que ca dure...
    sache que tu peux reprendre un petit temps partiel pour te refaire des relations dans ta branche, agrementer ton cv et ne pas trop perdre la main. si tu travailles moins de 110h sur le mois, en touchant moins qu'un minimum fixe par pole emploi, ils te donnent le complement que tu n'as pas touche en allant travailler. ca me permet de faire des petites missions et remplacements de vacances, sans crever la dalle le reste du temps. en attendant de retrouver un cdi...
    courage a toi!

    RépondreSupprimer
  11. Céline, 2 nains27 octobre 2011 à 15:26

    Témoignage utile, merci d'avoir pris le temps d'écrire cet article. Et bon courage pour la suite!

    RépondreSupprimer
  12. merci pour l'info, je note ;)

    RépondreSupprimer
  13. moi aussi j'évolue dans un monde d'homme mais j'ai la chance d'être chef de chantier donc j'étais interdite de chantier avec émanations toxiques et j'ai une super équipe qui m'a bien secondée !! Comme quoi tu pourras dire à ton patron, quand on veut on peut !!! Mais cela reste quand même très difficile d'être enceinte sur les chantiers, la fatigue, les regards désapprobateurs m'ont pesé surtout à la fin !!

    RépondreSupprimer
  14. oui la solution aurait été d'etre chef, mais bizarement ils ont embauché un homme (un cousin tiens !!! ) alors qu'ils m'avaient "proposé" le poste quelques mois + tôt
    sinon fat vraiment une grosse boite qui peut te reclasser
    la une petite entreprise familiale c'est dur de trouver du boulot hors chantier ^^

    bravo a toi d'avoir tenu le choc, c'est deja dur de se faire accepeter des collegues en tant qu'ouvrier alors en tant que chef je n'imagine pas !!!

    RépondreSupprimer
  15. enfin quelqu'un qui a vécu se que je vie.je suis électricienne dans le bâtiments et pas moyen de trouver un poste adapter a mon état. et pour les aides de la secu faut travailler de nuit, être top model, ou hautesse de l air et moi avec mon boulot physique que dalle mais oblige de m arrêter des le troisième mois car je n en pouvais plus. j ai l impression d être inutile et les comptes se dégrade, car je viens de passer a 75 pour cent du salaire déjà que j'en avait perdu une parti, comment ne pas être déprime pendant la grossesse et on ne peut rien acheter pour le bébé car pas de sous. j en ai juste marre,et j ai passe mes premiers mois a faire de la paperasse et j apprend que la secu n a pas pris en compte ma grossesse merci l administration. je me dis que j aurais mieux fais de faire un métier destine au femmes je serais moins embeter, on en regrette de vouloir se bébé.

    RépondreSupprimer
  16. Enfin!!!!
    Bonjour collègue! Je suis moi aussi peintre en bâtiment et j'ai 30 ans, pas encore d'enfant mais ça ne saurait tarder. Le problème c'est que je suis en autoentreprise (rattaché au rsi niveau sécu donc je ne dépend plus de de la cpam). Cela fait un moment que j'essaie d'avoir des réponses concernant la prise en charge d'une grossesse du 1er au 9eme mois et tout le monde est largué (rsi, assurances). Bref j'ai quand même pris une assurance prévoyance qui me rembourse à hauteur de 1500 euros par moi en cas de maladie supérieur à 15 jours. En espérant que dans le pire des cas (pas de prise en charge par le RSI) mon médecin mente en m'inventant une vilaine maladie ou grossesse pathologique, je pourrais alors être payé par l'assurance privé pendant un certain temps...... Bein oui parce que qu'ils vont pas me donner 1500 x 9 euros comme ça sans bien vérifier quel ciel m'est tombé sur la tête......
    Donc je pense appeller la pro btp et essayer de voir ça avec eux, je te remercie par là même de me mettre sur la voie! Mais comme tout organisme, si ils veulent bien me prendre en charge, je vais dérouiller niveau cotisation... On verra bien!
    Bref, je suis contente d'avoir lu ton témoignage parce qu'on est vraiment toute seule dans ce genre de bataille! Crois moi je commence à préparer 5 mois sans solde, je met donc de côté pour me financer cette grossesse......
    Mais il est vrai que c'est complètement injuste, je vais tenter de les réveiller quand même!!
    J'enregistre ton blog et je perds pas le fil!
    Profite bien de ta petite merveille !!!

    RépondreSupprimer
  17. je suis peintre dans une petite entreprise de 3 salariés, j'ai découvert il y a 3 jours que je suis enceinte.. un bonheur inattendu et inespéré! maintenant retour à la réalité. Je sais que mon patron ne pourra pas me faire faire autre chose que mes chantiers... des femmes peintres que j'ai rencontrées m'ont dit qu'elles avaient travailler jusqu'au bout comme tout le monde (parce qu'on n'est pas des feignasses!) mais je ne me vois pas faire la même chose, comme je ne savais pas que j'étais enceinte, sur mon dernier chantier, j'ai été en contact avec de la glycéro, du white, de l'enduit bi-composant et ça m'angoisse.. Mon médecin a quand même réussi à me dire qu'il ne pensait pas que ces produits soient si dangereux! Moi, je veux m'arrêter, je ne veux pas risquer la santé de mon enfant mais j'arrive à me sentir coupable de lâcher l'entreprise, de donner l'occasion à mon patron de confirmer son idée qu'il est plus pratique d'embaucher des hommes que des femmes. et apprendre un vendredi soir qu'on est enceinte, juste avant un lundi de pentecôte c'est super! je ne peux donc pas appeler la médecine du travail (parce qu'ils ne font pas la journée de solidarité :) ) Je vais donc devoir appeler mon boss, mardi matin pour lui annoncer la bonne nouvelle et essayer d'avoir un rdv à la médecine du travail. Les plus beaux jours de ma vie se transforment en stress et culpabilité

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour je suis dans le même cas de figure .. la médecine du travail m'a formellement dis que je ne devais pas être sur le chantier .. sauf reclassement mais comme bien sûr cela ne sera pas possible ..
    Donc je me fais balader entre médecine du travail et médecine généraliste .. et qui eux ne comprennent pas que si les produits toxique puisse être nocifs ils était bien entendu nocifs avant d'être enceinte .. mais je n'allais pas arrêter de travailler 6 mois avant au cas où je tombais enceinte avant ..
    Hier un médecin m'a donner 3 jours d'arrêt mais il m'a dis qu'il fallait absolument que la médecine du travail me donne une justificatif comme quoi je serais inapte au travail ..
    Sinon peut être une sage femme ou un gyneco beaucoup plus concerner par les grossesses serais m aider .. mais vive les femmes dans le monde du bâtiment ça promet ..

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...