5 août 2013

Je te prête mon blog (8) - Dans les yeux de Tanh

Il est des blogs qui nous touchent plus que d'autres. C'est le cas de celui de Nathalie qui raconte avec des mots choisis et un amour merveilleux les aventures de Tanh, son fils.
Maman de 4 enfants, elle a depuis 18 mois auprès d'elle son petit dernier de 5 ans, Tanh, né d'une autre mais immédiatement autant à elle que si elle l'avait porté.
Son blog Dans les Yeux de Tanh est une pépite. A lire et à aimer. Voilà deux textes, parce que je n'ai pas su choisir...



Abécédaire du parent adoptif. A comme Adoptie

Pour beaucoup de gens, adopter quelque chose se résume à adopter un chien ou un chat à la SPA, adopter un projet de loi ou adopter une bonne hygiène de vie,  qui reste la résolution N°1 du plus grand nombre le 1erjanvier au matin.

Pour les plus jeunes, adopter c’est AdopteUnMec. Oui, on n’est pas sur la même longueur d’ondes. Une question d’âge sans doute.

Pour vous qui rentrez en Adoptie (pays de l’adoption) rien ne sera plus comme avant. Terminé. Foutu.

Commencer une procédure d’adoption c’est tomber en  Adoptie, comme on tombe amoureux, ou comme on tombe malade. Un peu comme celui qui serait tombé dans le chaudron et aurait bu toute la potion. La moindre allusion à l ‘adoption vous fera dorénavant tourner la tête, dresser l’oreille, vous envoler quelque part tout en restant là. Exercice étrange s’il en est. Et assez difficile au demeurant. Tout comme une femme enceinte voit des femmes enceintes partout, vous allez entendre ce mot des dizaines de fois par jour.

Vous allez apprendre toute une gamme de nouvelles définitions pour des mots banals. Projet n’aura plus jamais la même consonance, ni mère, pas plus fratrie, particularité, coca ou attachement. Voilà c’est dit.

Tout dorénavant va prendre une autre couleur, un autre goût. Miel ou chocolat, vanille ou caramel ne seront plus jamais des parfums de crème glacée. Plus jamais vous ne regarderez non plus  le soleil se lever puis se coucher de la même façon. De la salle d’attente chez le médecin vous ne retiendrez que le mot attente et vos futurs voyages n’auront plus qu’un horizon : celui vers lequel vous emmènera votre dossier. Et justement, le mot dossier ne sera plus jamais anodin dans votre bouche.

Plus jamais non plus vous ne regarderez Superman, Steve Job, Moïse ou certains personnages de dessins animés de la même façon. Certains soirs vous vous surprendrez à regarder des émissions militaires racontant le parcours du combattant juste parce que vous voudrez comparer vos parcours avec ceux de ces militaires crapahutant dans le désert. D’autres fois ce seront des émissions animalières uniquement pour envisager la vie du côté de l’éléphante et de la longueur de sa grossesse.

Parfois vous aurez l’impression d’être assis dans une grande roue, vous serez tour à tour euphorique ou nauséeuse. Ou bien vous imaginerez vous dans un embouteillage à l’échelle planétaire. Un embouteillage sans fin. Vous penserez d’autres fois être les passagers du vent, et parfois vous ferez le gros dos quand la mer sera agitée. Vous apprendrez quelques mots dans des langues étrangères dont vous n’aviez jamais entendu la moindre sonorité et vous deviendrez incollable sur la géographie d’une certaine partie du globe. Vous vous découvrirez des amies ou des presque sœurs partout autour du monde, et internet revêtira désormais une mission d’une importance capitale : vous raccorder à votre monde. Celui de l’adoption. 

Bon voyage en Adoptie.



C'est quand qu'il a commencé à t'aimer?


Il y a des questions saugrenues. Des questions auxquelles on ne répond pas, mais qui nous courent après et qui s’accrochent à nos chaussettes malgré le temps qui passe. Il y a des questions que je ne me suis jamais posées. Celle là en fait partie. Tout comme, c’est quand qu’on arrête d’aimer, ou c’est quand que la vieillesse arrive ?
Moi je sais pertinemment quand j’ai commencé à l’aimer. Le premier jour. C’était en 2008 au Cambodge, c’est là, que la première fois, j’ai senti son souffle dans mon cou. C’était à Angkor. 

J’ai eu comme un vertige, la première fois. Encore aujourd’hui je suis capable de ressentir les émotions ressenties alors. Je me souviens aussi de la deuxième fois. C’était le dernier jour de ce même voyage. Devant l’incompréhension de ChériChéri face à mes larmes son air inquisiteur et quelque peu inquiet, je savais déjà. C’est ce jour là que j’ai commencé à changer jusqu’à devenir sa maman. C’était le 5 mars 2008. C’est à ce moment là que j’ai commencé à l’aimer. Et je n’ai jamais arrêté. J’ai continué à l’aimer le jour où le téléphone a sonné m’annonçant son existence, le premier jeudi où j’ai vu sa photo, le jour où nous avons donné notre accord sur le parvis de St Sulpice dans une lumière céleste, et aussi quand j’ai croisé son regard sur le parking de Ba-Vi, et qu’il a planté son œil marron dans le mien, certain qu’il y trouverait les réponses que je ne connaissais pas encore. C’est aussi  chaque matin qui débute et que je recommence à l’aimer plus fort que la veille. J’ai commencé à l’aimer de cet amour qui ne s’efface pas quand les années passent et que les petits s’estompent pour laisser la place aux grands qu’ils sont devenus. Mais là n’est pas la question semble t-il…

C’est quand qu’il a commencé à m’aimer ? Lui.

 Je n’en sais rien.

Peut-être était-ce dans cet échange de regard ce jour là, notre premier jour ensemble. Dans ma main qui le tenait pour partir en balade ou quand ma main, encore elle,  lui caressait le crâne aux cheveux courts. Est ce le jour où je l’ai pris contre mon cœur et l’ai serré aussi fort qu’il pouvait le supporter, jusqu’à ce qu’il arrête de pleurer silencieusement ? Est ce la première fois où je l’ai grondé et où je lui ai fait comprendre que je l’aimais tellement fort que je ne le laisserai pas devenir quelqu’un dont je ne puisse être fière. Est-ce ce jour là qu’il a commencé à m’aimer ?

Est ce le jour où il a été tellement malade qu’il a pensé que je ne resterai jamais près de lui aussi longtemps, ce jour où je lui ai murmuré que ce n’était pas grave, que j’étais là, qu’il avait le droit d’être malade. Ou bien un de ces premiers matins où il n’osait pas se lever et restait sagement assis dans son lit à regarder ce qui l’entourait, ces matins là, où il savait que je n’étais pas loin et que, pour peu qu’il bougea légèrement, j’arriverai dans la seconde.

C’est peut-être les jours où je ne sais plus, les jours où je lui fais confiance et qu’il mène la danse de son sourire bizarre qu’il apprend à gommer pour un autre, plus conventionnel dans notre monde occidental. Ou bien est-ce les jours où je sais où l’on va et que je lui dis qu’ensemble ce sera mieux.

C’est quand qu’il a commencé à m’aimer ?

La première fois qu’il m’a dit je t’aime, ou la première fois qu’il m’a demandé pourquoi nous étions allés le chercher, lui et pas un autre ? 

La première fois que je suis revenue le chercher à l’école ou bien la première fois où je suis arrivée en retard  et qu’il m’attendait derrière la vitre

C’est quand qu’il a commencé à m’aimer ?

Le jour où le mot maman s’est invité sur ses lèvres, doucement, sans faire de bruit. Le jour où il a invité les mots « je t’aime » à rejoindre mes oreilles.


31 commentaires:

  1. Bouleversant ! Bravo et merci aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'être passée par ici par un si beau temps. Bises

      Supprimer
  2. Merci pour ce jolie partage.
    C'est une belle découverte :).

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Ah ça moi, je ne sais pas faire, je sais faire le vieux coeur <3 mais pas un joli comme toi! ;)

      Supprimer
    2. si si tu sais très bien le faire: j'en ai vu à chaque ligne de ton billet...

      Supprimer
  4. Voilà qui remue bien fort mon cœur de maman.
    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le coeur des mamans est à la fois fort et tout mou. C'est ça qui est bien avec les mamans. Bises

      Supprimer
  5. L'épreuve est toujours bouleversante, et ces textes sont empreints d'une émotion et d'une tendresse incroyables. Merci Marie de nous faire partager ces très jolis mots.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi AnneSoA d'avoir laissé un message aussi gentil. Bises

      Supprimer
  6. Tout pareil ici. Exactement les meme questions, les meme sentiments. Sauf que c'etait tellement fort la premiere fois (aussi en 2008) que j'ai recommence en 2010.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial quel grand bonheur. Moi je ne recommencerai pas, mais la force des émotions ressenties me portera longtemps. Bises à tes deux amours.

      Supprimer
  7. C'est bouleversant, j'en ai les larmes aux yeux et une boule dans la gorge.
    Très joli texte, merci de l'avoir partagé...

    RépondreSupprimer
  8. tres joli texte, tres jolies emotions aussi, que je connais bien, comme je connais bien le voyage en Adoptie.... Pour moi c'etait en 2009, elle avait 9 mois.... Merci pour ce tres joli partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho Sylvie, je suis ravie de te retrouver ici, je connais très bien ton blog et certaines de tes amies d'Adoptie. Bises à ta mini miss.

      Supprimer
  9. Surprise par une bouffée d'émotion inattendue, dans un bus parisien bondé.
    Je vais lire votre blog, la qualité d'écriture me touche infiniment.
    Merci Marie pour cette pépite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isabelle, je serai ravie de vous retrouver sur mes pages au détour d'un texte. Bises. Nathalie

      Supprimer
  10. Très tendre! Je suis toute émue!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre commentaire Madeleine, au plaisir. Bises

      Supprimer
  11. je serais fiere si je pouvais decrire des emotions aussi fortes aussi clairement. Tu peux etre fiere!cest magnifique. Merci de partager une partie de ta vie, qui semble tres riche...

    Laurence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Laurence ça me touche beaucoup Bisou

      Supprimer
  12. Pour connaitre une famille qui est en plein 2ème "Adoptie" et traverse des années de galère et faux espoirs, je trouve que ton texte nous fait prendre conscience que l'adoption est un parcours du combattant qui amène à de doux bonheurs... Merci pour ce texte et bravo pour ces mots justes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon voyage pour cette famille, même si le voyage est long il en vaut la peine, mais ça ils le savent déjà. Bisou

      Supprimer
  13. C'est superbe, j'en ai les larmes aux yeux. Je ne vous souhaite que du bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Maintenant je sais qui se cache derrière Mère Blabla! ;)

      Supprimer
  14. Ma sœur a deux anniversaires : celui de sa naissance, et celui de son arrivée chez nous que nous fêtons consciencieusement tous les 9 août depuis 24 ans.
    J'ai deux sœurs, une qui me ressemble, et une qui a la peau chocolat et les cheveux crépus.
    Toutes les trois, on ne pourrait être plus différentes les unes des autres, et cependant, on ne pourrait être plus unies.

    Il y a des gens qui ne comprennent pas. Qui pensent qu'il y a quelque chose de différent quand un enfant est adopté. Oui, il y a des différences physiques, parfois des traumas à gérer. Mais l'amour est le même. L'amour est peut-être même encore plus fort mais je ne saurai faire la différence entre mon amour pour ma sœur adoptée et celui pour ma sœur biologique. L'amour est plus fort globalement. Parce qu'il a fallu faire des efforts pour se comprendre, parce qu'il a fallu affronter le regard des autres.

    Ma meilleure amie m'a dit un jour, alors qu'elle était enceinte et qu'on discutait de mon projet de mariage, alors que je disais que j'avais envisagé d'adopter, elle pensait que "c'était quand même différents, un enfant à soi, la chair de sa chair, un enfant que tu portes". Ben non, pas pour moi. Pour moi, c'est pareil. Je n'ai juste pas compris sa réticence vis à vis de l'adoption quand moi je le considère comme un acte naturel, instinctif.

    C'est sans doute plus facile à comprendre quand on l'a vécu de l'intérieur. C'est aussi important de partager notre vécu.

    Aujourd'hui, mon neveu de 6 mois a la peau chocolat et les cheveux crépus. Il est beau comme un ange et je ne me souviens pas avoir vu ma mère et ma sœur aussi épanouies que depuis sa venue.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...