24 avr. 2012

Ce qui ne sera jamais

Dans la vie, il y a des choses qu'on fait. Et des choses que l'on a choisi de ne pas faire.
Il y a des chemins qu'on prend et d'autres qu'on regrette de ne pas avoir pris.
Il y a ce que nous sommes, à un moment précis, et qui nous oblige à prendre une décision.

Et puis il y a tout le reste.
Tout ce qui nous arrive, tout ce qui nous tombe dessus, tout ce qui est là par la force des choses.
Il y a tout ce qu'on ne choisira pas, tout ce qu'on aurait jamais voulu voir arriver, il y a le "destin", le "hasard" ou la succession de faits qui amène à "ça".

Il y a les drames, ceux dont on parle
Il y a les drames intimes, ceux dont on ne parle pas.
Ceux qu'on évoque, avec ceux qui écoutent. Ceux que l'on murmure, quand on se sent prête à le faire.
Ceux qu'on dit, avec encore un noeud dans le ventre et la gorge nouée.
Ceux qu'on garde, au fond de soi, parce qu'ils font partie de nous.

Loin de moi l'idée d'établir une gradation.
Il y a toujours pire.
Cela ne veut pas dire qu'on ne souffre pas soi même.

Cet article, ça fait très longtemps que je veux l'écrire et puis je repousse le moment.
Je reçois beaucoup de mails à ce sujet, me demandant de dire, me demandant de décrire, me demandant de faire exister ceux qui ne seront jamais.

Et me voilà qui me lance, alors qu'on ne saurait retranscrire la souffrance de la perte, le vide, le rien.
Je veux parler aujourd'hui des pertes qui arrivent alors que l'on n'a pas eu la chance de voir l'imaginaire devenir vrai.
Je voulais parler des fausses couches, des enfants qui ne naîtront pas vivants, de ceux qui existent mais qu'on ne peut pas voir.

Je n'ai pas la prétention d'être juste, je n'ai pas la prétention d'être vraie.
Mais la fausse couche est "banale". Tout le monde en fait. Ou presque.
Mais personne ne le dit.
Parce que ce n'est rien. Parce que ce n'est pas grand chose. Parce que c'est un "coup pour rien", un "brouillon" et que ça va "finir par marcher".
Bien sur.
Ou pas.

La fausse-couche, c'est terrible.
Parce qu'en un quart de seconde, on passe d'un statut à un autre.
Une sonde est posée et tout s'écroule.
On porte la vie et puis on porte rien.
On "va avoir un bébé" et puis non. Le vide.

Etre pleine de rien.

Et l'attente.
Et le sang.
Et le sentiment que, peut être, ça n'arrivera plus.
Et le sentiment que personne ne peut comprendre. Parce que c'est notre corps. Parce que c'est notre âme. Parce qu'on avait déjà imaginé. Parce qu'on avait déjà dit. Parce que ça n'arrive qu'aux autres.

Je ne saurais dire combien, je ne saurais dire pourquoi. Mais c'est là, ça fait mal et on ne peut pas vraiment en parler. Et puis comment se plaindre? Et puis comment dire alors que "ce n'est pas si pire".
Bien sur.
Ce n'est pas la fin du monde.
Mais on a le droit de pleurer quand même. On a le droit de prendre le temps. On a le droit de se dire qu'on a perdu quelqu'un. Qui ne sera jamais. Qui n'a pas existé. Sauf dans notre tête. Et que c'est déjà beaucoup.

La perte d'un enfant in utero, je ne la connais pas et je ne peux pas l'imaginer.
Je peux l'entendre, je peux sentir mon corps frissonner à cette idée, je peux penser à la souffrance, à la douleur. Mais je ne peux pas savoir.
Je ne veux pas imaginer l'instant où tout bascule, je ne veux pas. Pourtant, être parent, c'est une infinité de moments où tout peut basculer. Là, c'est trop tôt. Ça ne devrait pas basculer là.
Perdre un enfant et ne pas savoir ce qu'il aurait été. Perdre un enfant et ne pas pouvoir dire aux autres comment il était.
Je sais qu'on s'en relève, je sais qu'on y arrive. Je sais qu'on peut avoir un autre enfant après.
Mais j'imagine combien l'angoisse est présente, j'imagine combien les choses sont différentes.
Il y a un après.

Sur ce sujet, je voudrais laisser la parole à Delphine, qui m'a énormément touchée.
Elle a écrit un joli livre sur son histoire. Un livre pour elle, pour sa famille, pour se souvenir, pour le garder.
Je voulais partager avec vous un peu de cette jolie rencontre:
"Ce vide en moi, je l’ai réellement ressenti lors de mon retour en chambre, après l’accouchement. Ou plus précisément lorsque, d’un coup d’œil par la fenêtre, j’ai surpris dans une chambre du deuxième étage des sourires, des flashs, des personnes debout autour d’un berceau, emerveillées.
C’est à ce moment là que j’ai regardé et touché mon ventre. Vide, sans vie. Et à mes côtés, rien. Pas de berceau.
Même si l’on savait depuis le jour de la mauvaise nouvelle qui a changé le cours de cette grossesse que le dénouement serait celui-ci, il est tout de même dur d’y être confronté…
Devoir faire le deuil de cette grossesse, mais surtout de ce bébé.
Affronter cette seule et unique rencontre, ce dernier au revoir, commander des roses blanches là où l’on aurait préféré acheter un nouveau couffin…
Faire face aux réactions des gens. Les compréhensifs, qui s’associent à votre douleur mais aussi les trop « terre à terre » qui, plutôt que de compatir, préfèrent vous dire que « Vous êtes jeunes, vous en referez un autre » et puis qu’après tout « C’est pas comme si vous l’aviez vraiment connu ».
Mais si. Si, on l’a connu. Il a partagé près de 6 mois de nos vies, on imaginait déjà son avenir, il avait un frère et une sœur qui étaient déjà impatients de le rencontrer.
Aujourd’hui, pas un jour ne se passe sans que l’on ne pense à lui. Il devait naître en février 2009. Alors on se surprend à penser à tout ce qu’il ne fera pas… Le premier Noël, le premier anniversaire, la première rentrée à l’école…
Oui, on l’a connu.
Oui, ça fait mal.
Mais oui, un grand oui, il a existé, il existera toujours dans nos cœurs, et qu’est ce qu’on l’aime notre Petit Prince…"





Voilà, je n'ai pas grand chose à ajouter, je tenais à dire, je tenais à écrire tout ça. 
Pour celles qui.
Pour celle qui.
Pour ceux qui.

19 avr. 2012

Le Nain a une sensibilité de gauche

Ça fait pas mal de temps que je veux vous parler de ce bouquin. Je traîne, je traîne...

En vrai, j'espérais que Vincent Delerm m'envoie un gentil mail (enfin son attaché(e) de presse, déconnez pas), pour me dire: "Ma chère Marie, Vincent adoooore votre blog qu'il trouve hi-la-rant et serait plus que RA-VI de répondre à quelques questions sur le dernier ouvrage pour enfant qu'il vient de publier". (Quoi? On peut rêver non??)

Mais non.
Tant pis, je fais fi de sa non-réponse et je présente ce livre quand même (vexée je suis).

Ce bouquin, je l'ai offert au Mâle à Noyel.
Ce bouquin, le Mâle me l'a offert à Noyel.
On l'a en double donc (lecteur malin).

Il est cher, je trouve, mais il est chouette, je trouve.

Ce livre, d'actualité, explique à l'enfant, de manière humoristique, décalée et tellement vraie (au fond) ce qu'est la sensibilité politique.

Le personnage enfantin, Léonard, tente de comprendre la différence entre la droite et la gauche et, au delà, cherche à savoir où se place sa sensibilité politique. Il est aidé en cela par Grand Pierre, Jean Rochefort, qui lui explique (au mieux) ce que c'est qu'être de droite, d'être de gauche...

Loin des discours habituels, le texte donne à réfléchir sur le sens qu'on donne à nos vies, aux moments qu'on aime et à ce qu'on choisit d'être, de faire.
Très poétique, très drôle, il revient sur ce que nous sommes, sur ce qui nous touche, et sur ce qu'on apprécie.

Tout en gardant une certaine distance (mais pas trop) avec l'actualité, il reprécise avec un ton bobo (bien sur) ce que c'est que d'être "de gauche".

Un extrait???


Pour présenter la droite, on parle de poulet :
" Un poulet de droite, c'est un poulet qui a eu des valeurs toute sa vie.
Des valeurs de droiture, des valeurs morales, 
des valeurs de travail, un poulet qui a gravi les échelons de la société à la sueur de son front.
Un poulet qui s'est lavé les dents chaque soir pendant 3 minutes et pas 45 secondes, 
un poulet qui a mangé 5 fruits et légumes par jour...."


Et, évidemment, il y a les chansons, géniales et drôles, très Vincent Delerm quoi.. (Marie, fan). Comme je suis une buse, je n'arrive pas à en insérer une ici, mais vous pouvez aller l'écouter en cliquant sur l'image : 



Voilà, je tenais à vous présenter ce bouquin que j'écoute en boucle dans la voiture avec les nains, parce que je trouve qu'il dédramatise les débats et que, sous couvert d'une petite histoire pour enfants, il rappelle où sont les valeurs essentielles des parents.

"La sensibilité de gauche, dès fois, c'est aimer perdre son temps, aller au cinéma plutôt que travailler (...) mettre un slip sur la tête (..) C'est tout ce qui n'est pas indispensable. Souvent, quand c'est pas très raisonnable c'est plutôt de gauche".



Et puis, ça entraîne des discussions passionnantes dans la voiture : 
- Maman, moi je suis de gauche parce que j'aime bien la Chantilly!
- Bin voilà!
- Et avoir une Mercedes, c'est être de gauche ou de droite??
- Bin.....


A conseiller à partir du moment où vous vous sentez prêt :)
Je dirais 5/6 ans, mais ici, on adore chanter "Ce poulet du dimanche, il est de gauche!". 
Mais on est un peu maboules...

17 avr. 2012

Ma langue a fourché...

Souvent, quand on parle aux nains, on se contrôle.
On reste zen, on prend un ton posé (voire niais), on parle en articulant et on assène des phrases construites et intelligentes. Surtout si on est en société et qu'il faut montrer aux autres comment-on-parle-bien-au-nain-pas-comme-une-demeurée-et-poliment.

Mais, parfois, dans l'intimité de nos chez-nous, ou au supermarché, ou dans la rue...
Quand on craque ou quand on a entendu cinquante fois le nain poser la même question, ou qu'il geint depuis vingt minutes sur le même ton.

Oui, parfois, on craque.
On gueule un bon coup, on dit ce qu'on a sur le coeur, on balance au nain un truc vraiment pas sympa, vraiment NUL, vraiment "j'aurais-pas-du-je-ne-sais-pas-pourquoi-j'ai-dit-ça".
C'est pas bien, mais ça soulage.

Cela dit, sans parfois le dire, on le pense.
Et rien que de le penser, on a l'impression de l'avoir dit.


Lorsque le nain dit : "J'A FAIT CACA!!!" très fort, tous les matins, tous les midis et sur le même ton, d'une voix d'outre-chiottes...
On a envie de lui dire : "J'en n'ai rien à foutre, essuie toi les fesses (voire le cul si on est vraiment très gavé) tout seul pour une fois", parce que ouais, ça ne fait pas plaisir d'aller se mettre la tête au dessus d'une cuvette qui pue la raclette moisie juste après (ou au milieu) d'une tartine de Nutella.
Mais on lui dit : "J'arrive, le nain, deux secondes, j'ai entendu", parce qu'on est un bon parent et que si le nain s'essuie tout seul, ça va être très dégueu. Et qu'on est au milieu d'une tartine de Nutella.


Lorsque le nain dit : "C'est pas bon, j'aime pas" avant même d'avoir goûté la divine soupe brocolis-lait-poudre d'amandes (un régal) que vous lui avez préparé.
On a envie de lui dire :  "Tant pis, au revoir, tu peux aller te coucher. La prochaine fois, je ne m'embêterai pas à te faire un bon repas, je t'ouvrirai une boîte de William Saurin"  parce que bon, ok, la soupe au brocolis c'est pas ce qui prend le plus de temps mais bon, le temps de la faire, c'était aussi le temps de bouquiner un bon petit polar...
Mais on lui dit: "Tu goûtes. Si tu n'aimes pas, je t'ai fait des pâtes aussi", bin ouais, on avait prévu le coup. Et la soupe, on la mangera nous. Parce que pour le Mâle "vert et liquide" c'est pas possible.

Lorsque le nain dit : "Mamaaaaan??? Moyen Nain il m'a pris ma voiture alors que c'était moi qui l'avait en premier", phrase qui marche avec avion/bonhomme/jeu/lampe de poche. Bref, tout objet susceptible d'intéresser le nain. Tout objet donc. Même (et surtout) les dangereux.
On a envie de lui dire : "Ta bagnole, je la prends, je la mets à la poubelle et comme ça personne ne l'aura plus et tout le monde sera bien content, là!", oui, parce que si on supprime avec force l'objet du délit, peut être qu'ils vont finir par se taire. Non?
Mais on lui dit : "Il y a une voiture et deux petits garçons qui la veulent. Je pense que ton frère et toi êtes assez grands pour trouver une solution à ce problème. Non? Sinon, je la trouverai". Oui, vous répondez ça. Lorsque vous n'êtes pas trop énervée. Et parce que vous venez de terminer l'inégalable "Jalousies et rivalités entre frères et soeurs".

Lorsque le nain dit : "Je veux"
On a envie de lui dire : "Je ne suis pas ton chien bordel!", c'est vrai quoi. Moi aussi je veux une grosse bagnole, plein de thunes et aussi un nouveau sac à main. Mais j'ai pas.
Mais on lui dit : "On ne dit pas je veux, mon chéri, on dit je voudrais ou encore je souhaiterais, c'est plus poli. Qu'est ce que tu veux?" parce que s'il n'a pas ce qu'il veut, il va nous gaver.

Lorsque le nain dit : "Je ne veux pas dormir!!!"
On a envie de lui dire : "Mais moi je veux que tu dormes, j'ai envie d'être tranquille, j'en ai ras le bol de te voir"  Quoi? C'est vrai non? Une journée avec le nain, ça suffit. Le soir, c'est pour les grands. Si.
Mais on lui dit : "Pour que ton corps soit en forme mon ptit chéri, il faut se reposer. Il faut qu'il prenne des forces. Et aussi, si tu ne dors pas, on n'ira pas à la piscine cette semaine"La menace au coucher est très efficace. Enfin, le mieux, c'est encore d'inventer une activité à supprimer, ça n'engage à rien. Par exemple, si on sait qu'ils vont faire le cirque, on menace "si vous continuez, on ne va pas au zoo demain". Au premier cri, vous déboulez "bon, bin on n'y va pas!". Ils chouinent mais ils savent que vous tenez vos promesses. Mouahahahaha (vous êtes géniale).

Lorsque le nain dit "Il est où mon doudou?" (marche avec voiture, livre, yaourt, TOUT).
On a envie de lui dire : "DANS TON CUL" comme on le fait avec le Mâle
Mais on lui dit "DTC" parce que le nain ne comprend pas encore...


A SUIVRE.....(oui, ce sont les vacances, je suis limitée en temps par trois nains assez allumés de la mèche)...

14 avr. 2012

Le livre que mon nain préfère - DINOSAURES AU CHANTIER

Certains vont trouver que "trop c'est trop", tant mieux, on n'est jamais "trop".
Voilà que les parents partagent...les livres préférés de leurs nains.



Oui fallait l'inventer, c'est chose faite !!!!
des GROOOOOOS dinos, des GROOOOOOS engins, et le nain est méga fan !
les illustrations sont très chouettes, et très réalistes, la chute est top, ya le nom des dinos pour se culturer, ainsi que le nom des engins de chantier
le top one du genre depuis sa sortie

 
le descriptif :
De Penny Dale
Illustré par Penny Dale

Dix dinosaures qui creusent... creusent un très grand trou. Mais pour quoi faire? Une histoire à compter fracassante, percutante, vrombissante, pour tous ceux qui adorent les dinosaures et les engins de chantier!

De 2 à 4 ans 
 
 
Livre partagé par Sarah.
Merci!!

13 avr. 2012

Dove dans la Peau 2012 - on continue

Opération sponsorisée

Ça y est, la phase 2 du casting Dove est commencée et, de ce que j’ai pu voir, mes lectrices sont très belles (et moins cernées que moi).
J’ai vu que certaines avaient été pré-sélectionnées, que d’autres non, mais, en règle générale, j’ai vu des mamans souriantes et vraiment chouettes.
Dove a donc décidé, pour vous remercier de votre participation, d’offrir aux lectrices de Mamanstestent des lots de produits.

Oui, oui.

Sont comme ça chez Dove. Je crois qu’on leur a fait mal au cœur avec nos nuits sans sommeil et nos photos un peu floues (sur lesquelles on entraperçoit un pied de nain).

Bref, pour vous féliciter, je mets en jeu 10 lots de produits que les heureuses gagnantes recevront dans un joli sac estampillé Dove.

Dedans, des supers produits et des petits goodies.

Je ne vais pas TOUT vous dévoiler, seulement mes produits chouchous (qui seront donc présents dans le sac, faut pas déconner). J’avoue, ces produits je les connaissais parce que j’utilise majoritairement les produits de cette marque. En effet, ils ne coûtent pas un bras (rare), sont disponibles en grande surface (vu que j’ai l’impression de passer ma vie en courses, je peux en trouver facilement) et, en plus, ils sont conseillés par les dermatologues. D’ailleurs, si je me souviens bien, mon premier savon (tu sais, cette époque où tu as un peu d’acné –gloups- et où il faut te laver le visage avec un PAIN dermatologique) c’était un Dove. Nostalgie (sauf de l’acné).

Bon, bref, voilà un petit aperçu de ce que tu pourras trouver dans le sac Dove.
Dedans, il y a LE masque des mamans pressées :
Qui pose en 1 minute et qui est vraiment efficace. Une minute c’est court, c’est donc jouable.

Parce que je ne sais pas toi, mais personnellement, je ne peux décemment pas laisser poser un truc pendant 5 à 10 minutes. Non. Parce que pendant que je prends une douche (ou un bain, on peut rêver), il y a toujours quelqu’un qui tambourine à la porte, ou qui vient me parler, ou qui me somme de sortir-voir-un-truc-très-grave (genre le frangin qui a renversé une caisse de jouets par terre).



Il y a aussi LE déo qui sent bon (ton aisselle de maman débordée est ravie) :
Qui est efficace, qui résiste à l’attachage de trois nains dans sièges autos et ce, même en fin d’après-midi. Je pense que le meilleur moyen de tester les déos, c’est de les porter dans des moments de suage intense. Je te confirmerai donc cette efficacité lorsque j’accrocherai les trois nains en plein soleil cet été.
Bon, tu auras la version Spray, mais le résultat est le même (j'ai testé aussi).

Il y a également le soin cocooning qui est très doux et qui sent bon :
Pour tout te dire, avant-hier, j’étais en panne de gel douche pour nains et j’ai donc (horreur ultime et abnégation totale) sacrifié quelques gouttes de mon précieux soin cocooning pour laver les fesses et le ventre des nains (un peu pouilleux après ce week end chocolaté).
Quand j’ai versé une once de produit dans la main de Moyen Nain (qui s’est empressé de se savonner), il a dit : « Woooooow mais Maman, c’est tout doux ce savon !! ».
Oui, je sais, je sais (snif).
Depuis, il refuse le gel douche Framboise-écœurante et veut le soin cocooning.
Le Nain a le goût du luxe.


Bref, voilà un petit aperçu de ce que tu peux gagner par ici.

Pour participer, c’est très simple, un commentaire qui répond à la question : « Donnez moi le prénom d'une des égéries 2011" (pas 2012 hein, faites pas vos buses).
Je tirerai au sort 10 gagantes parmi les bonnes réponses et dix sacs remplis de produits arriveront dans leurs douches. Résultats vendredi prochain.

En attendant, je rappelle à toutes les jolies mamans qui ont envie de devenir une égérie Dove que le casting continue, que c’est sur le site Dove dans la peau :  www.dovedanslapeau.com et que vous êtes invitées à mettre vos participations en lien ici (en commentaires) ou bien sur la page Facebook du Nain, histoire qu’on vous soutienne.

PS: toutes les photos ont été réalisées par Grand Nain, ravi de faire le bon travail de Maman.
Vidéo virale par ebuzzing
  

12 avr. 2012

Les nains chez Avis de Mamans

Et oui, ils n'étaient pas partis bien loin...: http://www.laviedesmamans.biz/coups-de-coeur/scoop-les-nains-sinvitent-chez-avisdemamans-com.html

Les nains ont décidé de prendre leur indépendance (snif) mais pas trop (quand même).
Les nains se sentent à l'étroit ici, et veulent gagner en lectorat, en visibilité et faire du test professionnel.

C'est sympa de faire des tests-produits ici, ne vous y trompez pas, mais les nains ne veulent pas avoir à se justifier à chaque fois qu'ils prennent la parole. Les nains en ont un peu marre de se sentir à l'étroit, de devoir dire "non, ce n'est pas de la pub, c'est du test".

Ils ont donc décidé de faire leurs tests chez :


Gné?

Oui, Avis de Mamans, c'est un site très chouette.
Déjà, c'est violet/rose, j'aime.
Ensuite, c'est un site où on donne son VRAI avis de maman (oui, c'est le titre) sur des produits pour nains.  Puériculture en tout genre (poussette, sièges totos, sac à langer, biberons) ou produits pour maman-baleine (crème anti-vergetures, coussin d'allaitement) ou encore livres, jouets pour nains, etc...

Mettons par exemple que tu souhaites investir dans une balancelle (et bin pourquoi pas si tu as un Micronain boulet?). Tu vas donc sur le site, tu cherches "Transat & Balancelles" et voilà :



Le principe du site? 
Il est double :
- soit on est juste "lectrice" et on vient y piocher des avis d'autres parents en vue de faire un achat
- soit on y participe, auquel cas on s'inscrit et on publie des avis sur des produits testés. Chaque avis publié rapporte des Mum's qui donnent droit à des petits cadals assez choupis.


ça ressemble à ça :


Pour tout t'avouer, j'aurais rêvé de faire un site comme ça, alors quand Madame Avis de Mamans m'a proposé une véritable page de test, j'ai hurlé de joie.
Et oui, un cadre comme ça, ça ne se refuse pas.

La preuve??

Voici la Page Doomoo classique chez Avis de Mamans :




Et voilà la Mienne (hiiiiiiiii) :

pour accéder au test entier, clique clique



Voilà, je suis fière de vous présenter ça, les tests sont super chouettes, vraiment.
En plus, très honnêtement, par rapport aux autres sites du même genre qui existent, les avis sont vraiment bien écrits et honnêtes, c'est à souligner. On ne croule pas sous les avis écrits en langage SMS, on a un véritable échange lorsqu'on poste quelque chose. Et vous savez que je tiens à ce côté "humain".

C'est une véritable communauté de mamans qui alimente ce site et je suis ravie d'y prendre part...

Concrètement, ça va se passer très simplement. Lorsque je voudrais tester un produit, je le ferai sur Avis de Mamans, avec mon style, avec mon ton, et puis je viendrai le partager sur le blog histoire que vous vous y retrouviez.

D'ailleurs, en cliquant sur le logo Avis de Maman (qui est dans la colonne de gauche) vous tomberez directement sur tous les tests du Nain. C'est pas beau ça??



Mon blog est très chouette mais je sais que pas mal de lecteurs n'apprécient pas les tests-produits, et ceux qui les apprécient rechignent car ils sont difficiles à trouver (oui, je ne range pas plus mon blog que ma penderie). Du coup, petit à petit, mes tests vont intégrer la base ADM.


Bref, bref, voilà l'annonce du jour : Les tests du Nain seront donc désormais chez Avis de Mamans. Annoncés ici, ils seront publiés là bas et, s'il y a give away, ça se passera là bas également.

Ne soyez pas triste, vous allez voir, c'est un écrin qu'Avis de Mamans m'a offert, et puis ici, vous retrouverez toujours et encore les aventures des nains. Promis juré.

(pas craché c'est dégueulasse)

HELP

J'ai perdu les nains.
On part demain et j'ai perdu les nains.

Vous le croyez ça?
Dans les chocolats de Pâques? Non.
Dans les coffres à jouets? Non.
Dans un coussin du canapé? Non.
Enfermés par erreur dans la valise? Non.

Je ne sais plus où chercher...
Vous voulez bien m'aider???

Ils laissent régulièrement des indices sur leur page Facebook. Si vous pouvez fouiner pour moi, c'est sympa, je suis dans les valises là....


Sont FIANTS ces nains....

11 avr. 2012

Autoroute = ? (il y a plusieurs réponses possibles)

Vendredi, je pars en vacances.
Oui, je sais, je suis maboule, surtout que je retourne en Allémanie par la route.
Histoire de ne pas avoir à revivre ça, j'ai décidé de m'équiper en conséquence: jeux, autocollants, bons cédés de voiture (j'ai même investi dans l'histoire LUE de Cars 2 - Saint Accouphène priez pour moi), chips à gogo, jus de fruits avec briquette gicleuse, lingettes et sac à couches (je te conseille en passant l'excellent produit Wrap & Go), des jouets débiles qui font du bruit et qui occupent, des magazines débiles et qui occupent, et surtout, surtout une bonne dose de self-control.

Les trajets en voiture, c'est l'angoisse quand on a des nains qui ne sont pas encore en âge de s'occuper.
Ça commence quand on prépare les affaires :
"Je le prends ou pas le lit parapluie?"

Ça continue au moment de charger le coffre:
"Purée mais c'est pas possible, il ne rentre pas le lit parapluie! Ah si, je vais le mettre entre les sièges des nains et les nôtres"

Ça se poursuit quand on décide de s'arrêter pour faire une pause pipi (au bout d'une demi-heure de route):
"Sors de là mais ne mets pas tes pieds tout crottés sur le lit parapluie!"

Et même quand on roule:
"Elle va arrêter de brailler la petite là? Elle est où sa tétine???"
Quelques looooongues minutes plus tard : "Elle était coincée entre le siège et le lit parapluie".

Bref, je vous passe les détails (vous les connaissez aussi bien que moi) mais rouler avec des nains pendant de longs trajets, c'est dur, très dur, et ça peut parfois être dangereux.
Si, croyez moi, lorsque Moyen Nain a balancé sa voiture Flash Mac Queen sur son père qui conduisait tout ça parce qu'il voulait voir si "Flash volait bien", ça nous a quand même fait drôle.

Au delà de ça, tout trajet avec enfant est légèrement stressant, tant au niveau de l'ambiance intérieure que sur des aspects de sécurité. Par exemple, nous, à chaque péage, on baisse la tête pour éviter que le coffre de toit ne se tape le toit du péage (enfin l'espèce de truc accroché pour éviter que les boulets ne prennent la voie carte bleue).

MAIS
Cet été, tout va changer.

Vinci, roi des autoroutes et de la carte de parking perdue (qui en fait avait glissé sous les pédales) a décidé d'éditer un guide.
Oui, ils sont sympas.
Surtout que ce guide va s'adresser aux parents (oui oui) et va être distribué gratuitement (ça c'est pour le côté radiche du parent qui a déjà dépensé un bras dans l'aire d'autoroute) sur certaines aires pendant les vacances.
Il sera également disponible sur l'application Vinci et téléchargeable sur le site internet du groupe.

En quoi ça vous intéresse?
Je vais vous le dire.
Parce que ce guide va être écrit par vous. Si si.
Enfin, pas à proprement parler mais bon.

Le concept est simple et intéressant (c'est la raison pour laquelle j'ai accepté d'y participer):
Plutôt que de faire un énième guide rédigé par des gens qui n'ont jamais eu à parcourir quelques kilomètres enfermés dans un monospace avec des nains surexcités, Vinci a décidé de faire un VRAI guide avec des VRAIS témoignages et des VRAIES astuces dedans.

Je ne suis pas seule sur le coup, et je suis même très bien entourée puisque viennent bosser avec moi des amis, des vrais, de la blogosphère, à savoir :

- Madame Avis de Mamans
- Madame Ezabel
- Monsieur Papacube

A nous quatre, on va essayer, avec vous, de faire un guide utile, sympa, drôle et évolutif.

Comment?
On va avoir besoin de vous, ok?

On va procéder de différentes manières pour recueillir vos témoignages et vos astuces de parents aguerris : groupe Facebook (secret gniark), échanges de mails, forum (comme le forum du Nain).
Evidemment, je ne force personne donc je vous laisse vous inscrire ici : https://docs.google.com/spreadsheet/viewform?formkey=dFZBLUxTYVBhZUkxMm5TWXBlRFMxLXc6MQ


Pour essayer de "sélectionner" différents profils (car les places seront limitées vu que nous sommes quatre à mettre en commun nos adorables parents), n'hésitez pas à me donner les âges de vos nains (histoire qu'on brasse à peu près toutes les tranches d'âge) et les raisons pour lesquelles vous souhaitez participer.

Allez, on fait un bout de route ensemble??

clique sur la BD pour t'inscrire!!


Attendre son accouchement....


On pense toujours qu'on va accoucher avant.
On pense toujours que le terme, c'est la limite de la limite.
Neuf mois c'est neuf mois, disait Mamie.

C'est sur ce thème, l'attente, que nous avons planché ce mois-ci, avec les 9 blogueurs.
Enfin, avec dix puisque l'invitée spéciale de cet opus est Mademoiselle Caroline, l'excellente Mademoiselle Caroline devrais-je dire, que vous pouvez retrouver sur son blog.

Ce thème, il m'a rappelé des bons souvenirs, des heures passées sur les forums quand j'étais Primi, à essayer de trouver quelques astuces pour accoucher plus tôt.
Ce thème, il m'a fait repenser aux heures de ménage, aux tentatives de déclenchement à l'italienne, aux faux espoirs, aux chiffres du radio-réveil dans la nuit - comptage de minutes entre les contractions.

Attendre son accouchement, en sachant (ou pas) ce qui nous attend ensuite.
Attendre son accouchement, patiemment ou non.
Attendre que nos vies changent, pour la première fois, ou pour une autre fois.

C'est par là : http://9blogueurs9mois.blogspot.fr/

10 avr. 2012

Give away Kliko - du cado plutôt que du choco

Oui, c'est Pâques.
Donc Give away à gogo, ça passe mieux que des chocolats.
Ici, c'était cherchage hystérique d'oeufs, surtout Grand Nain qui a compris que courir plus vite que les deux autres lui garantissait un panier bien garni.

Sur le blog, point d'oeufs à chercher (un peu la flemme de les planquer) mais quelques cadals pour remonter le moral de celles qui auront englouti leur dernier lapin ce matin (oui, ça rime en plus).

La jolie boutique qui t'offre du cadal aujourd'hui, c'est Kliko.

Chez Kliko, il y a pas mal de choses que tu ne trouveras pas ailleurs, genre ça :
Un joli lit de voyage

ça:
un réducteur de baignoire pour petit nain qui ne gâche pas l'eau


et puis ça aussi :
crayons de bain pour princesse (existe en pirate, évidemment)


Moi j'aime bien.
Et comme j'aime bien, j'ai dit OUI à Madame Kliko pour un give away par chez moi.

Donc, jusque samedi soir tu peux jouer.
D'abord, tu vas sur le site de Kliko

oui oui, tu peux cliquer


Tu choisis ce que tu aimes, sachant que tu as un chèque virtuel de 45 euros et tu viens me coller ici le lien de ton shopping.

Puis si tu partages, tu ajoutes un second commentaire.

Le tirage au sort de la gagnante aura lieu SAMEDI et l'annonce des résultats se fera dimanche (ou lundi parce que je serai en ouacances donc bon..)


J'en profite pour donner les gagnantes des deux précédents give away :

- Marielle repart avec sa création de faire part
- Ninie repart avec son soutien gorge sesky ainsi que  Louise.

Bravo et bonne chance pour ce cadal-shopping!!

Et reviens demain, journée chargée en artikeuls!!



4 avr. 2012

Pour tes nichons - Mammae en cadal

Il y a déjà longtemps, j'avais une petite bouche collée quelques heures par jour au sein.
Le temps file et j'ai rangé l'autre jour mes affaires de maternité pour faire quelques dons.
Suis retombée alors sur mon superbe soutien-gorge, le Mammae, celui dont je vous avais parlé dans un précédent article.

Tu sais, celui qui ressemble à ça :


Ce soutien-gorge a été, sans aucun doute, un des meilleurs trucs qu'on a pu m'offrir à la naissance de Micronaine. De quoi booster le moral et la féminité à un moment où le corps dit "Pfiou, je n'en peux plus".
Joli, confortable et très pratique, j'avoue, je l'ai même porté après mon allaitement, le temps que ma poitrine retrouve une taille à deux chiffres.

huhuhuhuhu



Avec nostalgie (mais pas trop si je relis mes extraits de nuits pourrites), j'ai rangé tout ça et j'ai pris ma plus belle plume pour demander des nouvelles de cette collection.

Adèle, l'une des deux adorables créatrices du site Emoi Emoi, me répond : "On a des nouveaux coloris depuis qu'on t'a offert le tien, regarde comme ils sont choupis".

Je regarde donc et, effectivement, c'est beau.
Je réponds donc :" Hiiiiiiiiiiiiii" (oui, je sais, je suis prévisible).

Et Adèle me répond : "Ecoute, si tu veux, comme pas mal de lectrices l'avaient demandé lors de la publication de ton article, on peut leur en offrir non?"


Je ne peux pas terminer cet article sans vous copier ici un superbe dessin de mon ami Papacube, parce que bon, voilà quoi... <3

Tu peux cliquer pour le voir en vrai :)

Et je te rappelle qu'à part ce give away, tu peux toujours tenter de gagner ta création originale de faire part : http://www.mamanstestent.com/2012/04/un-faire-part-original.html

Bonne chance!!!


3 avr. 2012

Kilos en trop. Ou pas

Est-ce l'âge?
Est-ce dans l'air du temps?
Est-ce moi qui ai changé?

Je ne sais pas.
Il y a encore peu de temps, je compulsais le terrible régime Dukan en me disant "et si ça marchait?", il y a encore peu je pinçais mon ventre en me jurant de faire quelque chose.
Il n'y a pas longtemps, je regardais avec envie mes pantalons taille 38 en me promettant d'y rentrer à nouveau.

Et puis.
Les choses font qu'on se rend compte que tout cela ne sert à rien.
Qu'à se pourrir la vie, le temps, la tête et le moral.

Je ne parle pas ici de toutes, je parle ici de moi.
Je parle de ces 8-10 kilos de plus, amassés en trois grossesses rapprochées.
Je parle de cette taille 42 qui a balayé tous mes stocks de vêtements ajustés et moulants.
Je parle de cette nouvelle silhouette, ronde, peut être trop ronde pour certains.

Mais finalement, ça me va.
Mes rondeurs me vont.

Pas toujours, c'est vrai.
Pas toujours quand je dois enfiler mon maillot de bain et que je vois des silhouettes ultra-fines déambuler devant moi.
Pas toujours quand arrive la terrible mission du dénichage de jean-pas-trop-taille-basse-mais-dans-lequel-je-peux-encore-respirer.
Pas toujours, quand j'enfile un haut sympa qui me fait un ventre de femme enceinte.

Et alors?
On ajuste.
On trouve.
On sourit.

Peu importe finalement.
Mon temps est trop précieux pour que je le passe à me juger dans la glace.
Mon temps est trop important pour que je le passe à compter mes calories ou mes points.
Mon temps est trop rare pour que je le passe à me détester.

Les choses que l'on vit nous montrent où est l'essentiel.
Mon essentiel est de vivre, de profiter et de goûter à tout.
De reprendre une part de gâteau au chocolat parce que je suis en famille, qu'on rit et que c'est bon.
De me faire resservir un verre de Bordeaux parce qu'avec le fromage, c'est quand même nécessaire.
De manger des pistaches à l'apéritif et pas des bâtonnets de légumes. C'est bon les bâtonnets. Mais quand même...

Je ne mange plus parce que je suis triste, parce que je m'ennuie, parce que je suis seule ou parce que je suis mal.
Je mange parce que j'ai faim, parce que j'aime ça, parce que la vie c'est aussi ça.
Je suis ronde parce que je suis comme ça, parce que c'est moi, parce que mon caractère n'est pas de picorer.

Il m'a fallu du temps pour dire que je n'en n'avais pas à perdre avec ça.
Il m'a fallu ingurgiter des tonnes de magazines féminins à la con promettant une "détox en quinze jours" pour ne plus jamais avoir envie de les lire.

Je ne suis pas à l'abri d'une rechute, je suis humaine et entourée de "beaux", de "parfait" et de "surtout gardez la ligne".

Mais j'apprends, petit à petit, à me dire que mon corps ne fait que refléter ce que je suis.
Que mon corps garde en lui les bons et les mauvais moments.

Voilà.
Je sais combien ça peut être dur de se voir dans le miroir quand on est jeune maman.
Je sais aussi combien nous sommes intransigeantes avec nous-mêmes.

Mais je suis certaine qu'un peu de douceur ne fait pas de mal.
Qu'on peut être fière de ce que notre corps a fait jusque là, qu'on ne s'en tire pas si mal.

Je vous invite à lire ceci : Le corps des femmes



Je vous invite surtout à vous trouver jolie, à vous regarder avec autant de tendresse que vous le méritez. Parce que personne ne le fera aussi bien que vous. Et qu'il n'y a que vous qui puissiez vous en convaincre.


1 avr. 2012

Un faire part original?

Stork & the Postman.
Je vous en avais déjà parlé ici, et l'heure est venue d'en faire PLUS. PLUS. PLUS (c'est mon côté Sarko).

Aujourd'hui, jour officiel de la blague moisie, du poisson dégueulasse accroché lamentablement au pull en cachemire, je me fais le devoir de vous proposer un give away qui envoie du plancton. Un vrai, un beau.

Clique donc

Le site Stork & the Postman propose, tu le sais public fidèle, du faire part original par de charmantes (zé sexy - ça ne mange pas de pain) illustratrices. Oui, ya ma soeur dedans (et la sexytude c'est de famille). Au choix, des modèles en ligne ou des idées en image (tout est bon à prendre).
 Une envie? Un caprice? Vous demandez, elles réalisent.



Pour fêter la mise en ligne officielle de ce site de faire-part de naissance (et de mariage, et de PACS, et d'adoption, et de tout ce que vous voulez qui se fête dignement), j'ai l'immense honneur d'offrir à une d'entre vous (ou à un d'entre vous) une création originale.






Ce qui veut dire que vous allez pouvoir donner des ordres, choisir, décider, faire votre chef imbuvable, dire "mon ptit, vous pouvez me dessiner un raton-laveur amoureux??" à quelqu'un. En gros,  vous allez créer VOTRE faire part (même si vous ne savez pas dessiner).




Comment on participe???

Tu vas sur le site, tu choisis une des illustratrices et tu viens me laisser un (chouette) commentaire en disant :

- La raison qui te pousse à faire un faire part (naissance, baby shower, adoption, pacs, mariage, départ à la retraite, régime réussi).

- Une remarque/critique constructive/suggestion sur le site (ça sert toujours quand on débute)


- Si tu partages sur les réseaux sociaux, tu gagnes une chance au tirage (100 % des gagnants ont tenté leur chance...mouaaaah).

Samedi prochain (le 6 avril), je tirerai au sort celui ou celle qui remportera la création de son choix qui sera dessinée avec amour et déposée dans sa boîte aux lettres quelques semaines après par une cigogne (et la marmotte...).

tu peux cliquer pour jouer...


31 mars 2012

Le mot du jour : Chaussette

La chaussette du nain est petite.
La chaussette du nain oscille entre le 21-23 et le 25-27.

La chaussette du nain existe en soixante-dix-huit exemplaires.

La chaussette du nain se troue au talon quand le nain marche sans godasses à l'extérieur.

La chaussette du nain est souvent célibataire mais comme le nain s'en fout, il enfile les chaussettes dépareillées que lui tend sa mère.

La chaussette du nain peut être mise deux jours de suite.

La chaussette du nain est mise à Grand Nain et à Moyen Nain.

La chaussette du nain est parfois derrière le radiateur de la salle de bain.

La chaussette du nain est parfois trempée de pipi et difficile à ôter du petit pied sans s'en mettre plein les doigts.

La chaussette du nain est souvent estampillée Spidermachin, Cars ou tout autre héros débile qu'on n'ose pas toujours afficher de manière ostentatoire sur un t-shirt.
De ce fait, la chaussette du nain est souvent assortie au slip du nain.


30 mars 2012

Test Village Pierre & Vacances – Pont Royal – Salon de Provence



Comme dirait le Nain « toi maman, tu ne peux pas prendre vraiment des vacances, parce que tu dois faire ton travail du blog ».

Et oui, Grand Nain, même en vacances, il faut que je teste.
Les routes gerbeuses de montagne et la praticité de la housse du siège auto quand il s’agit de nettoyer du romi.
Les meilleurs CD pour enfants à écouter en voiture, même à 6h20 du matin, sans avoir envie de te suicider en te coinçant la tête dans la boîte à gant (aux premières notes de "La Maman des Poissons").

Désormais, tu l’as vu sur le blog Mamanstestent en vacances, je teste même les lieux de vacances avec enfants histoire de savoir ce qui se fait, ce qui vaut le coup, ce qui est moisi et ce qui peut être sympa avec des nains.

Pendant ces vacances de février, puisque nous n’allions pas emmener nos trois boulets skier par – 15°C  (déjà fait et déjà regretté), nous avons choisi de regarder un peu plus au Sud ce qu’il y avait.

Je cherche les gîtes, je regarde les hôtels sympas et finalement, de fil en aiguille, je tombe sur une super promo pour les villages Pierre & Vacances. Tu le sais, je ne suis pas « club » mais je me dis qu’en février, il y a peut être moyen d’avoir un logement chouette, dans un lieu chouette, un club enfant (depuis les Ménuires, je suis réconciliée avec les clubs enfants) et surtout, vu le prix compétitif de l’hébergement, je ne risquais pas de trouver moins cher à quelques kilomètres d’Aix en Provence et d’Avignon (deux villes que j’adore).

Clique sur le lien si tu veux lire la fiche descriptive

En effet, les promos en février sont vraiment intéressantes : environ 300 euros pour un logement 4/5 personnes pour une semaine. J’envoie donc un mail à Madame Pierre & Vacances pour lui demander si le village que j’ai choisi est le mieux pour les nains (il y en a trois dans le Sud et je voulais être certaine de prendre le plus Nain-Friendly). Elle me confirme que oui et me propose de tester ce village gracieusement.
Joie. Le Mâle trouve enfin que mon blog est utile à la communauté familiale et nous voilà partis pour huit heures de route, direction Pont Royal.

Je te passe sur le trajet, correct dans l’ensemble si on oublie les trois bouses atomico-explosives de MicroPrincesse et les « C’est quand qu’on arrive bientôt ? » répété environ trente huit mille fois par deux nains cernés, hystériques et fiants, couverts de miettes de Princes et Pringeuls (que faire d’autre en voiture à part manger ? dirait le Mâle).
Et nous voilà arrivés devant l’entrée du domaine qui regroupe un super grand golf avec des gens qui tirent des sacs de golf sur des kilomètres et le village vacances.


Alors là, c’est fou mais c’est en fait un faux village. Bon, ça paraît con comme réflexion mais au départ, je pensais que les logements étaient dans un vrai village. Et bien non. Tout est « factice » et conçu par Pierre et Vacances (entre autres).

Au centre, enterré, un grand parking qui dessert (à chaque niveau) différents « quartiers » du village où se trouvent les logements.
Fou.

Arrivés à la réception, nous prenons nos clés et les informations pour le club enfant (pas cons les parents). Puis, nous nous rendons dans notre appartement.
La voiture garée (parking payant tout de même et pas donné : de 45 à 55 euros la semaine), nous déchargeons les (tonnes) de bagages.

Le village


L’appartement est bien, propre et aménagé très simplement. Il n’y a pas de bibelots en verre ou de coins de table en métal. Les salles de bain sont correctes même si tout ça manque un peu de fraîcheur.
La cuisine est très bien équipée (micro-onde, frigo et congélateur, four, cafetière et vaisselle abondante) et le tout est conçu de manière pratique afin de faciliter la vie aux occupants. Il y a comme un air de Center Parcs. Les appartements ont une terrasse assez grande et protégée qui permet de manger à l’extérieur ou de flemmarder en bouquinant un polar dans un transat (si les nains sont au club, bien sur).

Vers notre appartement

Séjour avec table basse (coins ok)

Cuisine équipée ouverte donnant sur séjour

Les affaires déballées, nous partons pour une « exploration » du village. Oui, Grand Nain et Moyen Nain sont dans leur période « explorateurs de l’extrême ». Armés de leurs draisiennes, ils dérapent dans le sol légèrement sablonneux de la petite place devant l’appartement (en hurlant, sinon ce n'est pas drôle). Micronaine les encourage de "Bwaaaaaaa", dans son sac à dos. Oui, Micronaine aime être transportée par un serviteur.


Et nous commençons notre balade.
C’est vraiment marrant comme concept. Le village est construit à la manière provencale, chaque petit groupe de logement est accompagné d’une place avec fontaine (pour jouer à la pétanque), de bancs et de petits passages pavés. C’est assez choupi. Il y a une fausse église (qui est une salle de réunion) et quelques boutiques (dont une épicerie premier secours –un peu chère donc on évite sauf pour le nutella du Mâle qui aura oublié le sien).

Place du village

Dans le centre du village, aucune voiture ne circule ce qui est assez pratique pour les enfants. Mais, je trouve qu’il y a un peu trop de marches pour que ça soit agréable en poussettes (ou en vélo d’ailleurs).
Evidemment, tu t’en doutes, nous avons commencé notre exploration par « l’aire de jeux », évidemment. L’ancienne aire de jeux, devrais-je dire, car le village est en travaux et ils sont en train de reconstruire pas mal de choses dont cette aire de jeux pour enfants (qui est effectivement un peu passée bien qu’en bon état), une mini-ferme (chic du poney et de la biquette) ainsi que quelques terrains de sport pour les plus grands.



Le tout devant être opérationnel à partir d'avril. 
La visite se poursuit et nous passons devant la piscine des Rochers, très chouette, sincèrement, avec, comme son nom l’indique, des roches apparentes (mais pas dangereuses hein, juste pour s’y installer), une pataugeoire et un grand bassin.

Côté nautique, d’ailleurs, le village est bien fourni. Bon, nous n’avons pas pu en profiter, certes, mais nous avons eu un bon aperçu des loisirs qu’il peut y avoir en été. Le must ? La rivière sauvage (les nains surkiffent parce que c'est la même qu'à Center Parcs, ça envoie du bois) et les grands toboggans qui vont être construits cette année. Et la piscine à vagues, un grand classique qui fait toujours son effet…

Sinon, les loisirs abondent (on vient un peu là pour ça en même temps) : du tennis au poney, en passant par le beach volley ou le golf. Il y a de quoi occuper les nains (et les adonains) et soi même. 

Le club enfant
Il est payant (80 euros les 6 séances que l’on peut scinder entre plusieurs enfants). Nous avons choisi d’inscrire les deux garçons (car le club bébé n’était pas ouvert pour Micronaine-glue-papa-maman) trois demi-journées que nous avons choisi (avec soin en fonction du planning proposé le premier jour). A noter qu'il y a une première demie-journée d'offerte histoire de tester le club.
En gros, c'est pas mal, ça évite de raquer 80 euros pour se rendre compte que Jules conchie le club enfant.

J’avais un peu d’appréhension à laisser les nains au club (relan de mère indigne) mais EUX, pas du tout. Ils étaient RAVIS d’aller « sans les parents »  (sympa les nains) et n’avaient de cesse que de rejoindre les copains (vexants les nains). Ils ont joué, chanté des chansons (forts), appris plein de trucs marrants (et pas débiles) et ils ont goûté (oui, le nain aime goûter).

Evidemment, nous étions en février donc le club était très peu fréquenté. Cela dit, les salles vont être refaites et les jeunes animateurs sont nombreux ce qui permet un encadrement rassurant.
Surtout dans la mesure où le village est safe, sans voiture (sauf des golfettes qui roulent à deux kilomètres heures).


Aux alentours

Pour faire les courses : histoire de ne pas laisser un rein à la petite épicerie-dépannage, il y a plusieurs gros supermarchés pas loin donc pas de panique, le frigo sera rempli et le Mâle aura ses cajoux.

Pour se balader : Pas mal de choses à faire, entre Aix et Avignon, avec les nombreuses balades à faire, et les sites à visiter, pas le temps de s'ennuyer.
Si les villages proches ne sont pas super choupis, le lieu a le mérite d'être très bien situé, à quelques kilomètres de l'autoroute. A la réception du village, il y a un classeur qui recense les visites à faire, culturelles (ou pas), et il y a vraiment de quoi faire.



Côté loisirs : De notre côté, nous avons testé le zoo de la Barben (vraiment très très bien, prévoir un pique nique car zones ombragées et belle promenade) et l'accrobranche de Salon de Provence qui était super (accessible au tout-petits, à partir de 2 ans grâce à une ligne de vie continue sur le parcours).

Merde, les Nains!

Nous n'avons pas eu le temps de faire le village des automates (snif, les nains étaient déçus) mais ça avait l'air très chouette (enfin, nainesquement parlant).

Vous imaginez bien que la semaine est passée à une vitesse folle, entre le club et les virées loisirs en famille, entre les grandes balades autour du lac et les enquêtes de terrain pour savoir combien de mètres allaient mesurer les prochains toboggans géants. C'est un métier.

J'arrive au bout de mon séjour, et voilà ce que j'en retiens:

Les points positifs d’un séjour comme celui-ci :

* Hors saison (genre février) : le coût vraiment peu élevé des logements qui permet d'être dans une région sympa (il a fait très beau) pour pas très cher.
* Le côté "safe" d'un village vacances où les nains peuvent se balader en toute sécurité
* Le côté village/balade qui fait qu'on peut largement passer une journée sans prendre la voiture pour rester au village car tout est fait pour qu'on s'y amuse.
* Les équipements (piscine, rivière sauvage, jeux pour enfants, mini-ferme) qui en font un lieu vraiment idéal pour un séjour en famille. On a beau dire, parfois les nains s'amusent plus dans ces lieux qu'au bout du monde...donc bon...
* Le club enfant. Béni soit-il.
* L'hébergement qui est bien conçu et vraiment clean, il y a des serviettes de toilette, du savon et des pastilles lave-vaisselle ainsi que quelques produits ménagers (suffisant pour une semaine).

Les points négatifs, je ne les ai pas vraiment vu puisque nous étions là en février et qu'il n'y avait personne, mais je pense pouvoir les imaginer:

* Le monde. Il y a environ 700 logements dans le village. En été, si tout est plein, ça doit être blindé.
Compte tenu de la disposition des logements (terrasses mitoyennes), j'ai peur que ça soit un peu bruyant. Après, tout dépend des voisins.
Comme c'est un club famille, on a au moins l'assurance que personne ne viendra râler si votre nain crie un peu fort dans la cour...

* Le côté Club même si, encore une fois, je ne l'ai pas vu.
Cela dit, contrairement à certains clubs plus "ramassés", ce club a l'avantage d'être en village et les animations se déroulent dans la salle de réception voire sur la place du village.
Il suffit donc, pour être au calme, d'éviter ce coin.

* les "En plus": et oui, le club enfant est payant (en plus), la chaise haute également, le lit bébé aussi.
Libre à vous d'emmener vos affaires, ça vous fait des économies.
Les accès piscine + loisirs (tennis, jeux) sont gratuits mais dès que vous voulez vous faire un extra, ça chiffre.


Ma conclusion :

Pour Pâques ou hors vacances scolaires, je signe direct. Il y fait bon, le coin est super super chouette et tout est fait pour les familles.
Le côté village, même un peu fake, a son charme et vraiment, avec leurs travaux de rénovation, il y a TOUT pour les enfants, du parc aquatique topissime à la mini-ferme en passant par l'aire de jeux adaptée au petits comme aux grands.

Les logements sont bien, proposés en appartements ou maison, et ont le mérite d'être fournis en linge + vaisselle + équipements de base.

Nous y avons passé un bon séjour, même si nous n'avons pas pu profiter de toutes les activités puisque nous étions tout de même en février, mais ça nous a laissé une bonne impression pour un séjour en famille.
Je crois qu'il faut savoir parfois dire "à plus tard" aux grands voyages de baroudeurs pour s'octroyer une semaine "pour les enfants" histoire de se reposer.

Je suis disponible par mail pour en dire plus à ceux qui seraient intéressés, désolée mais le Nain a supprimé les photos des chambres (qui sont bien, literie impeccable et lits jumeaux - non superposés- pour les enfants).

Et n'oubliez pas de partager vos bons plans vacances chez Mamanstestent en Vacances grâce au formulaire. Je vais d'ailleurs en remplir un avec ce test Pierre & Vacances...
Clique pour télécharger le formulaire



Je tiens à remercier toute l'équipe du village vacances de Salon de Provence qui a été adorable et super réactive (et de très bons conseils pour nos sorties avec nains).
Merci donc, et mention spéciale aux animateurs du Club Enfant (bravo, respect) qui ont supporté nos deux charmants Nains. 

Si vous souhaitez lire d'autres critiques (positives ou négatives) je vous laisse consulter le site TripAdvisor. 

26 mars 2012

Les running-phrases parentales

Pour détendre un peu l'atmosphère, je me permets de publier un deuxième article.
Parce que, pour moi, le rire interpelle de manière plus durable que le glauque (enfin, j'espère).



Il y a des phrases, comme ça, tu as l'impression de passer ta vie à les prononcer.
A les dire, à les rabâcher, à les hurler (parfois), à les scander sur tous les tons. A toute heure du jour (et parfois de la nuit).
Le pire, c'est que nous ne sommes pas les seuls à les dire ces phrases.
Non, normalement, elles feront écho chez toi, chez ta belle-soeur et chez ton voisin.

Je n'irais pas jusqu'à parler d'universalité, non, mais quand même....ça fait peur...

Cela dit, être parent c'est répéter, répéter et encore répéter. Dire toujours les mêmes choses, à l'infini, en espérant que ça rentre, en espérant être entendu (doux rêve). J'ai essayé de compiler ici MES running-phrases, celles que je dis, que je répète, qui m'exaspèrent moi même.

Evidemment, avec l'âge (des nains et le mien) ces phrases vont évoluer, on aura un peu plus de "range ta chambre" et de "t'as des devoirs" et peut être un peu moins de "on dit bonjour Madame - et pas bonjour toutou".

Evidemment, je m'étais jurée de ne pas les dire.
Evidemment, je suis ma mère en pire.


Le top 10 des running-phrases parentales donc...à compléter et à améliorer... (on se croirait chez Topito ici...)





1) Je vais compter jusqu'à TROIS. UN.......DEUX.....TRRRRROIIIIIIIIIIS. Bon, ça suffit.

Avec Grand Nain, ça marche encore pas trop mal. Un reste de trouille enfantine du premier peut être.
Il réagit au comptage, ça l'énerve que je compte, il n'a pas besoin de ça pour venir. Mais quand même.
Quand il s'agit de quitter le toboggan, après trente appels vains, je dégaine le comptage. Il ne faudrait pas paraître trop ridicule devant les autres mères.

A DEUX, il vient. Ouf, l'honneur est sauf.
Moyen Nain?
Je pourrais compter jusqu'à 10 qu'il continuerait son activité comme si de rien était.
Il s'en fout royalement que je compte, il s'en fout royalement de la menace.
"Compte maman, compte, ça t'occupe".
au moins niveau "suite des nombres" les nains maîtrisent

2) J'ai dit NON. Non, c'est non et puis c'est non parce que c'est NON.


Manifestement, la phase du NON n'est pas l'apanage du Nain en plein Terrible Two.
Le parent agacé a une légère tendance à appuyer son NON de manière assez ridicule.
- Ze veux des nuggets!
- NON
- Mais si, ze veux des nuggets....au Mac Dooooooooo
- J'ai dit non le Nain
- DES NUGGETS!!!
- J'ai dit NON, c'est non.
- Pourquoi?
- Parce que c'est NON.


Efficace?
Pas vraiment. Le Nain n'aime pas ne pas savoir pourquoi c'est NON.
Il demande et redemande, supplie et chouine.
Agacé, le parent assène le NON.
Mais, peu importe, le Nain entend "Peut être".


3) Il est fatigué. On va rentrer, ils sont fatigués

Grâce à la règle des 3F (à relire ICI) on peut aisément dédouaner son nain.
Il est fiant, certes, mais il a faim.
Il est fiant, oui, oui, mais il est fatigué.

A toute heure.
Puisqu'il s'est (au choix):
- levé tôt
- couché tard
- contenté d'un petit bol de lait
- contenté de grignoter quelques menues pâtes à midi

Le nain est fatigué, c'est pour ça qu'il est fiant.

L'excuse du nain fatigué permet à tout parent d'excuser l'attitude honteuse du nain (supermarché, boutique de fringues classieuse dans laquelle on fait tomber les petits hauts des portants).
Et permet également de repartir d'un dîner fiant en pretextant une fatigue sans nom du petit dernier.

Cela dit, devant le Nain, dire qu'il est fatigué, ça l'énerve encore plus.
Il fait une colère?
- Tu es fatigué le nain, c'est pour ça que tu fais une colère...

Il chouine pour la télé?
- Tu es fatigué le nain, c'est pour ça que tu chouines...

M'est d'avis que le parent aussi l'est.
Fatigué.


4)  J'ai dit " A taaaaable!!"

C'est quand le repas est prêt, c'est quand la table est mise, c'est quand tout est chaud et tout est bon, c'est quand on a passé des plombes à faire des nuggets et des frites maison...que les nains jouent tranquillement ensemble. C'est bien simple, on ne les entend pas. Ils se parlent sans se hurler dessus et ils coopèrent pour construire un piège géant.
On a du mal à les faire venir, on a du mal à détacher nos yeux de ce tableau miraculeux.
Et pourtant on s'époumone.
Parce que, quand même, des nuggets maison, ça prend du temps à faire...
Et le ... "j'arriiiiiive".
sont polis EUX


5) Assieds toi correctement

Le fessier du nain ne peut rester de face sur un siège. C'est prouvé mathématiquement.
Il doit être obligatoirement en diagonale, en transverse, légèrement de côté et à moitié sorti.
C'est normal, c'est au cas où le nain ait à partir précipitamment de table.

De la même façon, le nain installe ses coudes sur la table (ou ses jouets) et il lui prend parfois comme une envie de se vautrer.
Le parent redresse le nain, le nain s'affaisse.
C'est une propriété physique du nain, on ne peut rien y faire.


6) Tu goûtes au moins


On le savait. On en était sûre.
Mais quand même, on a tenté.

Ces haricots vers dans l'assiette du nain, posés comme des nénuphars dans un tableau de Monnet...

ils n'ont pas l'air très comestibles (dixit le nain)

On l'a tenté.
Le nain nous a regardé d'un air suspicieux, genre "qu'est ce qui t'as pris?" et a repoussé délicatement du bout de sa fourchette les longues tiges suspectes.
- J'en veux pas, c'est pas bon
- Tu goûtes au moins le nain
- Non, c'est pas bon, j'ai déjà goûté et j'aime pas!
- T'as quel âge?
- Trois ans
- J'en mets trois, t'en manges trois...
- Non.

Tu goûtes.
Il entrouvre la bouche d'un air dégoûté. Il mâchouille un quart de seconde.
Il simule un haut-le-coeur. Et recrache.


- Je t'ai déjà dit. J'aime pas.
- Bon, au moins t'as goûté, c'est bien.

Ne pas perdre la face.


7) Dépêche toi (putaiiiiin), on va être en retard (à l'école)

D'ailleurs, comme on ne veut pas traumatiser le nain, on dit même "on n'est déjà pas en avance".
Petite, je détestais arriver en retard.
Le bac de Français? En retard.
Si.
Je m'étais jurée de ne pas stresser les nains avec ça.
Mais, on est tout le temps en retard.
Tout juste quoi.



Parce qu'on a le temps et puis, deux minutes après, on ne l'a plus.
Un caca atomique ou des clés de voiture planquées dans une caisse-bordel de la chambre des nains.
Une paire de chaussures manquantes ou un pull-qui-gratte-le-cou-je-peux-pas-le-mettre.
Et nous voilà stressés, moi qui crie et les nains qui marchent vite, moi qui me jure de me lever plus tôt encore le lendemain, tout en sachant que ça sera encore la même chose...


8) Vous allez d'abord me ranger cette chambre


On peut rêver.
Mais le rangement de la chambre peut devenir le préalable à toute activité plutôt appréciée par les Nains.
La télé par exemple.
Le Nain n'étant pas un grand fanatique du rangement, il jette deux babioles dans une caisse puis retrouve un jouet.
Son frère le veut et ils s'engueulent.
Du coup, ils se jettent tout à la tronche.
Et sont privés de télé.

Banco.

9) Arrête d'embêter ton frère/ta soeur

Encore un postulat nainesque de plus.
Tout Nain plongé en présence de frère ou de soeur ne peut s'empêcher de :
- vouloir absolument LE jouet dudit frère ou de la dudite soeur (même si c'est pour l'abandonner deux mètres plus loin)
- titiller le dudit frère ou la dudite soeur qui jouait SEUL(E) et tranquillement
- faire semblant de le taper (avec une peluche), faire semblant de lui voler son jouet...(en bref, faire semblant de le faire chier pour faire réagir le dit frère sans se mouiller).

C'est MA bulle. Non, c'est MA bulle. Passionnant.


En moyenne, dans la journée, les Nains doivent se disputer environ trente fois.
Pas longtemps hein.
Mais :

- c'est A MOI!!
- Mamaaaan??? Il m'a pris mon jouet...
- Non mais je l'ai vu en PREMIER
- Mamaaaan?? Il m'a dit pas beau
- Mamaaan??? Il m'a tapé (ou pas mais on ne sait jamais ça peut marcher).

Asséner un "arrête d'embêter ton frère", c'est inutile.
Mais ça ne mange pas de pain.

ndlr: Sur ce sujet, je vous conseille l'excellent "Jalousies et rivalités entre frères et soeurs" de Faber & Mazlish (et pour les feignasses, je suis en train de rédiger un compte rendu que je publierai incessamment sous peu)



10) Mais CHUUUUT !

Il n'y a que les miens qui braillent ou quoi?
Ils ne parlent pas, ils hurlent.
Ils n'expliquent pas, ils beuglent.

Chez nous, on doit "faire moins fort", ou bien "arrêter de crier".
"On est tout près on t'entend".

- Regarde le nain, c'est quoi ça?
- Bin tes zoreilles

- Et ça sert à quoi?
- A entendre
- Donc je t'entends
- D'accord

Et il continue à brailler.
On a bien penser à faire vérifier leurs oreilles mais ils entendent très bien si on chuchote "qui veut regarder un petit dessin animé?" de la pièce d'à côté.

Ils sont bruyants.
Ils jouent fort, ils marchent fort et ils parlent fort.

C'est vrai quoi.



Alors, lesquelles j'ai oublié???

Non, je n'ai pas regardé M6


Aujourd'hui, comme toutes les blogueuses maman, je devrais parler de cette émission d'M6 qui a abordé le thème on-ne-peut-plus-intéressant du burn out maternel, du craquage, du "ça pourrait être vous".
Je n'en parlerai pas.
Parce que j'ai pensé aussi à balancer mes mômes par la fenêtre.
Parce que j'ai songé à les planter là et à me barrer.
Parce que oui, j'ai pleuré, j'ai hurlé, je me suis recroquevillée en boule dans un coin de la chambre après avoir dit "ferme-là" à  un môme de quatre mois.
Oui, j'ai été épuisée, oui je le suis parfois encore, oui, on est parfois à la frontière, à la limite de la violence. Mais je suis l'adulte. Et j'estime être (à peu près) équilibrée.


Et je n'ai pas voulu regarder cette émission racoleuse pour cette raison.
Il y a pathologie et quotidien, il y a hurlements de mères fatiguées et puis il y a ces gamins passés à tabac.
Je suis peut être dure dans mes propos mais il y a pour moi du chemin entre la pensée et l'acte.
Entre l'envie et l'action.
Il y a pour moi danger à assimiler une femme en souffrance, une femme en dépression, une femme qui ne s'en sort pas à une potentielle meurtrière.
On a le droit d'aller mal. On n'a pas le droit de faire du mal.

Je n'ai pas regardé M6 hier soir, parce que je hais ce genre d'émissions qui se veulent "sans voyeurisme" et qui sont en plein dedans.

Je ne peux pas mettre en parallèle ma vie de mère, parfois border-line certes, et la vie de celles qui ont ôté la vie de leurs enfants. Oui, il faut des structures, oui, il faut aider les mères.
Mais arrêtons de comparer ce qui n'est pas comparable.

Pardon, mais je ne peux pas dire "moi aussi".

Edit :

Oui, il faut en parler,
oui, il faut dire.
Oui, il faut rassurer les mères et leur dire que c'est NORMAL.
Oui, il faut crever l'abcès et raconter à quel point, parfois, c'est l'enfer.

Ce n'est pas ça qui me choque.
C'est le "ça aurait pu être vous".
A t-on besoin de passer par là? A t-on besoin de projeter l'autre dans un drame pour qu'il comprenne?

C'est ça que je trouve pathétique dans la façon de faire d'un tel reportage.
C'est le racolage. C'est le "mettez vous à leur place". C'est le "imaginez vous".


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...