8 avr. 2016

Etat ventre après grossesse

J'ai appelé cet article avec les quatre mots que j'ai tapé dans un moteur de recherche après la naissance de mon premier enfant.
J'ai tapé ces mots en espérant voir des ventres aussi moches que le mien.
J'ai tapé ces mots la trouille au ventre, justement, en me disant qu'il était impossible que je sois la seule à porter sur mon corps ces marques à la fois merveilleuses et désastreuses.

Effectivement je ne l'étais pas.
Après une grossesse, après deux, après trois et puis quatre. Ce n'est plus un ventre que je porte, c'est à la fois du souvenir et de la honte, de la peau qui a subi volontairement et avec bonheur ce qui l'a marquée à tout jamais.

Cela fait longtemps que je l'ai en tête cet article, peut être bien 8 ans et demi.
Lorsque j'ai découvert sous cette douche brûlante de la maternité, les larmes aux yeux de douleur et de fatigue, qu'il me fallait désormais compter avec ce corps changé. Qu'il me fallait désormais constater chaque matin et chaque soir que oui, j'étais mère, que non, ça ne changerait jamais.
Qu'on pourrait le prendre à pleine main, qu'il serait doux et rugueux au toucher.
Qu'il aurait des marques, comme des griffures de tigre.
Violettes, bleues, puis blanches.

Est-ce difficile?
Oui.
Quand même.
Je suis la première à me dire que non.
Que ça ne compte pas, que c'est mon histoire et que je la porte sur moi.
Mais ça l'est, parfois.

Quand on se croise dans un miroir.
Quand on nous demande "c'est pour quand?"
Quand on nous félicite "c'est une fille ou un garçon?"
Quand on a la marque, le soir. Et qu'on l'a subie, la journée.
Quand on s’assoit.
Quand on enfile un bikini. Et puis non.

Je sais, on s'en fout.
On assume.
On a porté la vie.
C'est beau.

Mais non, pardon. Je n'y arrive pas toujours.
Je n'y arrive jamais d'ailleurs.
Quand je soulève mon tee-shirt, on ne me dit pas "ha mais ça va!!" on me dit "Ah oui quand même".
Mon ventre est abîmé, flêtri et j'ai beau faire un 38 et courir 40km par semaine, mon ventre reste accroché comme un souvenir, comme une preuve de ce que nous avons traversé.
Je l'aime quand même.
Il fait partie de moi et de mes choix.

Mais quand même.
Je me tartine.
Je me gaine quand j'ai le temps et l'envie.
Pas pour retrouver mon corps d'avant, à vrai dire je ne me souviens plus vraiment d'avant.


Je ne mettrai pas de photo, l'idée de cet article n'est pas de faire du passage en vous montrant du désastre, et par ailleurs vous en trouverez des milliers sur google, comme pour nous rassurer.
Parce que oui, mon ventre ressemble aux vôtres, aux leurs, à ce qui a vécu, qui a été abîmé, tiré et plié. Pour qu'ils soient là, eux.

Je me raisonne souvent.
Pas si grave.
Je mange, je vis, je ne fais pas non plus de régime drastique ou de séries d'abdos à l'infini.
Je m'oins de crème (c'est d'ailleurs les commentaires sous mon partage de ma nouvelle crème Copaïba, je vous la mets en lien, qui m'ont donné envie d'écrire cet article).
Mais voilà.
Ce ventre, c'est ce qui nous reste. On voudrait l'aplanir.
Le rendre un peu plus lisse.
Je ne veux pas d'un corps parfait, la perfection ne me réussit pas.

Je voudrais juste me dire que voilà, c'est passé.
Qu'ils sont nés.
Que mon corps est de nouveau à moi après avoir été à eux.
Qu'il peut reprendre ses droits, qu'il peut trouver son rythme.

Qu'on peut redevenir soi.
Même si on ne regrette rien.
Qu'on peut redevenir soi.
Un peu différemment.
Un peu abîmée.

27 commentaires:

  1. Merci pour cet article. Comme beaucoup de mamans, j'aurais pu l'écrire. Merci <3

    RépondreSupprimer
  2. Je lis ce blog depuis longtemps, j'aime beaucoup ce qui y est partagé, et pour la première fois, j'ai envie de mettre un petit mot. Parce que je viens d'accoucher de mon troisième enfant, et que cette fois-ci en plus des vergetures, que j'ai acceptés dès le premier, mon ventre reste très rond, trop pour moi et mon moral... En effet, on pourrait me dire : "c'est pour quand le suivant ?" et ce n'est pas facile à vivre... Cela passera, je pense, j'espère. Soit il dégonflera, soit je m'y ferai. Mais c'est un passage délicat dont on ne parle pas souvent en fait... Alors merci pour ces quelques mots Marie...

    RépondreSupprimer
  3. Et encore t'as rien dit sur les nichons ;-) Merci pour ton article Marie, comme d'hab tu sais toujours trouver les mots justes et sincères

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Purée oui, pire encore que le ventre griffé qui dégouline, les seins qui semblent ne tenir qu'à un bout de peau et qu'on pourrait se coincer sous les bras...

      Supprimer
    2. Les seins en gants de toilette ? Oui ... Je vois ... Merci pour ce témoignage.

      Supprimer
  4. Merci, merci et encore merci ! Comme d'habitude tout est dit.
    "Mais non, pardon. Je n'y arrive pas toujours.
    Je n'y arrive jamais d'ailleurs..."
    Pareil, tout pareil pour moi après 3 enfants.

    RépondreSupprimer
  5. Malgré le fait de ne pas trop à me plaindre au niveau du poids...j'ai quand même le droit à mes quelques marques... j'avoue que c'est pas simple de voir son corps changer, mais après quatre grossesses, forcément en ne ressort pas avec le corps de ses 20 ans . Je fais en sortes de relativiser et je me dis (des jours plus que d'autres lol ) que c'est aussi de très jolies marques de vie :) :) ...
    Très beau billet Marie...comme d'hab' en fait :)
    bisous

    RépondreSupprimer
  6. Mais tellement!
    Tes mots sont toujours aussi justes et beaux.
    Mamahumara

    RépondreSupprimer
  7. En général, j'évite de m'exprimer sur le sujet... parce que je fais partie de celles qui ont retrouvé leur ventre de jeune fille, qui n'ont pas de vergetures... sans savoir pourquoi ni même s'il y a des raisons à cela... Juste cette ligne chocolat comme témoignage, ligne médiane, droite, comme dessinée au pinceau, témoignage que j'aime mais qui disparaîtra peu à peu dès que je n'allaiterai plus. Non pour moi la grossesse n'a pas laissé... Elle a pris. De jolie et ferme poitrine, je suis passée à petite et... petite poitrine ;). Y a des jours, je me dis "mince quand même", d'autres "c'est ainsi", et la plupart du temps "aucun regret, ils ont nourri mes enfants, ils ont bien travaillé" <3. Ce sont mes "marqueurs de grossesse, d'allaitement" à moi. A chaque fois que je les regarde, je repense à tous ces moments de tendresse, d'amour, de regards échangés avec mes Bébés et je fonds :) Et c'est à ça que je pense quand je lis ton billet Marie: notre corps nous rappelle, à sa manière, qu'un jour, nous avons donné la vie et ça... ça fait du bien non? En fait... qu'y a-t-il de plus beau? A la perfection, je préfère cette beauté maternelle, personnelle, intime même que pourtant nous partageons toutes <3
    Bisous
    Steph
    NB: je crois que tu m'as oubliée... mais tu es toute excusée: c'est les vacannnnnnnnnces! ;) On voit ça à la rentrée si tu veux... ça m'arrange aussi en fait :)

    RépondreSupprimer
  8. Aucune vergeture mais... ma kiné m'a gentillement expliqué que c'est - je cite - l'avantage des grossesses quand on est plus âgée. Voilà voilà, bref mes vergetures sont des rides ;) J'avais 36 ans.

    Puis je mens, aucune vergeture sur le ventre mais bien sur les seins qui eux aussi, de petits sont devenus minuscules, ce qui me déprime parfois. D'autant que j'essaye d'apprendre à ma fille que tout corps est beau et à accepter comme il est.

    Merci Marie.

    RépondreSupprimer
  9. Coucou Marie
    C'est un billet qui me rend triste car je ressens de la souffrance avec ce bonheur. J'avais remarqué que oui. Nous l'avons toutes. Il se voit plus ou moins en fonction des habits, de ce qu'on a pu manger, de notre fatigue... il est là même quand tu as fondu et retrouvé ton poids de tes 20 ans... il est quand même là à te narguer alors que tu fais ta séance de fitness. C'est notre ventre de maman. Qui prouve qu'on a porté une, deux voire trois et quatre... mais c'est le nôtre et basta à toutes ces (comment elle s'appelle la? Celle qui donnait des leçons? Comme quoi fallait se bouger le popotin). Moi j'ai ce ventre pas tout à fait desséché, je l'aime malgré tout mais je te comprends... regarder nos cicatrices nous remémorent tout ceci d'émotions à la fois heureuses et douloureuses.
    Merci pour ce partage. Merci de te mettre autant à nu (sans mauvais jeu de mots).
    Je t'embrasse
    Skye49 / Sophie

    RépondreSupprimer
  10. Et encore...moi le ventre, par une nourriture équilibrée et 3 séances de sport par semaine, je l'ai retrouvé (strié toujours, mais plat et ferme...) par contre, les nichons, c'est dead, mort... y'a rien à faire...mis à part mettre un chèque de 5 chiffre sur le billard... mes seins, qui ont nourris 8 mois ma souris, eux, vraiment, y'a rien à faire... et ça, c'est frustrant...

    RépondreSupprimer
  11. Moi aussi comme vous toute je m'suis faites. J"ai deux super garçons mais mon ventre à subi comme pour 3 vu les morceaux qui sont sortis. Tous les kilos ne sonte pas répartis avec et mon plus grand a 8 ans. On a beau faire du sport, manger mieux, mettre des crèmes. .. j'accepte facilement mon ventre mais parfois il me rebute. MERCI.

    RépondreSupprimer


  12. Devenir mère, c'est une transformation physique qui laisse plus ou moins de traces, qui modifie notre silhouette, pendant neuf mois, mais, plus difficile à vivre, souvent pour toujours ensuite.

    Je ne la ramène pas trop ici sur le ventre puisque je continue à porter des bikinis sans problème, je n'ai pas de de vergetures et gardé le ventre quasiment comme avant, que je me sens bien dans mon corps , mais, forcément, il y a des parties de mon corps que je trouve changées (disons que je suis plus "minimaliste" qu'avant et qu'un passage sur le billard pour augmenter la 3D me traverse parfois l'esprit 😅), et il y a, comme pour la plupart des femmes, forcément une blessure, une douleur.

    C'est un peu l'injustice... Une faiblesse par rapport aux femmes nullipares, et aux hommes évidemment: la maternité nous donne une bonne leçon, parfois violente, de plein fouet: celle du deuil à faire du corps d'avant, de la prise de conscience du temps qui passe .... Avec tout ce que ça implique ensuite sur l'estime de soi.
    Il faut apprendre à s'aimer encore plus.

    Voici un billet que j'avais écrit sur mon blog il y a quelques mois, "ce corps", peut être qu'il te plaira.

    http://unechambreamoi.blogspot.fr/2014/10/ce-corps.html?m=1

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour ton article :) Maman tôt, j'étais terrifiée à l'idée de perdre la peau lisse de mon ventre. Je me suis huilée comme une malade en me disant que ça serait la fin du monde si ç arrivait... C'est arrivé. Et franchement je m'en moque, j'y pense jamais. Vraiment. Alors que les seins... Pardon mais deux ans d'allaitement ça change tout. Et ça c'est plus dur, d'autant que je ne m'y attendais pas du tout, personne ne m'en avait parlé. En même temps mon corps est ce qu'il est et à part apprendre à m'aimer (et des articles comme le tien y aide telement_) je ne peux plus grand chose :)

    RépondreSupprimer
  14. Ne plus retrouver mon ventre faisait clairement partie de mes angoisses de grossesse. Et puis il est revenu à l'identique, exactement comme avant, tout plat presque creux et je l'ai mal vécu car il ne me restait pas le moindre signe de cette grossesse. Euh du moins à l'extérieur car à choisir entre le prolapsus et le ventre mou ben à bien y réfléchir j'aurais plutôt choisi le ventre mou...

    RépondreSupprimer
  15. Wow, merci pour ce billet. Les deux derniers paragraphes m'ont laissée la gorge serrée. Comme je comprends ton sentiment. J'ai toujours été ultra mince et j'ai retrouvé mon poids de jeune fille mais les seules formes qui me restent sont celles de mon ventre. Et avoir plus de ventre que de seins, franchement c'est dur à encaisser! Alors c'est bête mais ça fait du bien de te lire et de savoir qu'on est nombreuses. Merci pour ton témoignage.

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour,
    Merci pour cet article. Pour ma part, pas de vergeture mais un ventre tout rond tout rond (et bien gras aussi, j'avoue!), quoi que je fasse, on dirait que j'attends le 4eme, et aussi l'impossibilité de démarerr en trombe une course avec mes enfants si ma vessie n'est pas vide! ;-) J'allaite toujours le dernier, mais les seins gants de toilette ne sauraient tarder également (comme après ma deuz). Je suis tout d'accord avec ce que tu dis Marie, qu'il faut l'accepter, qu'il a porté la vie, que c'est la marque de quelque chose de chouette. Mais je suis tout d'accord parce que mon ventre il est pas "ah ouais quand-meme!" comme tu le dis! Ma soeur avait le ventre "ah ouais quand-meme" après ses jumelles: elle est revenue à son poids de jeune fille (voire moins) et les vergetures faisaient vraiment de vilains plis. C'était devenu un complexe terrible, donc elle s'est offert une abdominoplastie (une partie était remboursée par la sécu car ses abdos avaient souffert de la grossesse gémélaire). Ca lui a fait beaucoup de bien. Enfin, pas sur le coup hein, faut quand-meme etre un peu maso pour se faire dépecer comme ça! ;-) Bref, tout ça pour dire que si vraiment c'est trop "lourd" à porter, il peut y avoir des solutions (même si ce n'est pas à la portée de tous, j'en suis bien consciente)

    RépondreSupprimer
  17. Merci. Vraiment merci d'y avoir consacré un de tes articles. Bien sûr, ce n'est "pas bien grave", il y a tellement de choses plus graves pour une mère. Bien sur, c'est "normal". D'avoir des séquelles au niveau du ventre (et sans doute d'autres parties du corps), mais il y a injustice profonde, là encore, selon les femmes. N'empêche. Qu'on ne puisse définitivement pas retrouver à peu près sa silhouette de "jeune fille", OK, ça fait partie du "package" quand on devient mère, on peut s'y résigner. Mais qu'il y ait un tel décalage entre l'avant et l'après, c'est dur à accepter. Moi je pensais que devenir mère m'aiderait à dépasser les complexes liés à mon physique que je traînais depuis l'adolescence. Et ça a aidé, beaucoup - ne serait-ce que parce qu'on a moins de temps pour y penser !!! Mais en ajouter de nouveaux à la liste ?? c'est là que je me suis faite "avoir"... Non, il ne suffit pas de se mettre au régime, non, ce n'est pas "ridicule" de le regretter, et non, il ne suffit pas de faire du sport pour s'en débarrasser. Et on a le droit de s'en plaindre, de complexer, de ne pas vouloir mettre un bikini (ni un une-pièce, d'ailleurs). Donc, merci Marie.

    RépondreSupprimer
  18. Merci Marie , comme d'hab'...
    maud

    RépondreSupprimer
  19. J'ai compris après la naissance de mon aînée qu'être mère, c'est corps et âme. On est marquée à jamais par la maternité. Pour moi ce sont les cicatrices (césa et épisio) et ce ventre resté rond très longtemps ... et comme toi, certains jours j'assume, d'autres jours je rêve d'une crème miracle ...

    RépondreSupprimer
  20. Malheureusement j'ai une morphologie qui fait que je prend très vite et perd trèèèèèèès doucement ! Avant la grossesse j'étais a une taille 40 et maintenant je fait du 44 voir 46 ;_;

    RépondreSupprimer
  21. Tout comme vous toutes, après deux grossesses + allaitement (et je passe sur l'episio!).
    Mais deux choses: je ne deteste pas ses marques, elles sont la prevue de ce que j'ai accompli (YESSS ! ), et c'est pas rien. Quant au regard des autres, en particulier des hommes, je pense qu'il est bien moins dur que celui qu'on porte sur soi-meme. A partir de ces deux constatations, je vis beaucoup mieux avec ce que je suis devenue.

    RépondreSupprimer
  22. Merci pour cet article. Je n'ai pas de problème avec mon ventre malgré 4 grossesse aussi, mais la disparition de mes seins me pèse (passer d'un joli bonnet C à ne pas remplir un bonnet A...) et j'ai beaucoup de mal à m'accepter dans la glace sans vêtements.
    Ca, et aussi le périnée qui se fait la malle!

    RépondreSupprimer
  23. Ooooohhh c'est triste. C'est vrai. Mais c'est triste.
    Personnellement j'assume pas. J'y pense tous les jours, chaque fois que je passe devant un miroir, chaque fois que je vois une robe jolie mais avec une petite ceinture et que je me dis non, je peux pas mettre ça, on va me demander si j'attends le 3ème...
    2 ou 3 petites vergetures sur les hanches, pas grand'chose, presque un joli petit rappel qui me plaît. 3 ou 4 kilos bon c'est réparti, ça passe encore. Mais ce ventre rond! C'est insupportable. Oui j'aime mes enfants, non je ne reviendrais pas en arrière, pour rien au monde.
    Mais sérieusement je trouve que c'est affreux et je déteste. Voilà c'est dit!
    Merci pour cet article Marie, c'est libérateur!

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour,
    je sens que tu es affectée, et j'en suis désolée.
    Pour n°1, je suis sortie de la mater comme nulli, potelée mais fit, 0 vergeture.
    Pour n°2, j'ai chopé une vergeture en virgule autour du nombril, que je trouve super.
    Pour n°3, rien.
    Pour 2 et 3, diabète gestationnel oblige, j'ai eu une diététique comme dans le manuel et un entraînement approprié, j'étais donc plus ferme et tonique après, avec des chefs musculaires bien dessinés de partout (sauf le ventre, que mon doc a qualifié de "sinistré pour lequel il fallait que je fasse qq chose").
    Après j'ai pris la vie dans ma face, je suis actuellement en dehors de mon gabarit et molle, indépendamment des gestations(mais débout et guerrière, c'est ce qui compte pour moi).
    Je trouve les jeunes filles (qui pourraient être mes filles) ravissantes, j'admire les warriors du running ou du pilate (chapeau pour ta constance et les km), toutes vous m'inspirez et me motivez. Mais je n'ai aucune nostalgie de ce que je fus, parce que mes 40 ans et mes 15 kg de trop sont plus légers que le mal-être de mes 20 ans pourtant porté par le galbe de pur sang qu'on a à cet âge.
    Je construis aujourd'hui la vie qui me va et j'accepte le corps qui va avec : si j'ai pris de l'épaisseur, c'est dans tous les sens du terme et c'est bien cool !
    Amicalement, Arélie

    RépondreSupprimer
  25. Je suis à J-6 de mon numero 3. Et voilà j ai la larmichette au bord de l oeil. Parce que je sais a quoi m attendre, et que je sais que dans max 10 jours , j aurais du mal à me regarder dans le miroir ( encore). Je me souviens de ma 1 ère grossesse, ou personne ne m avait prévenu du choc de l après. Allez on est pas toutes seules...

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...