14 févr. 2012

Le coaching sexuel de V.Lope

Avant toute chose, ceci n'est pas un article auto-biographique. 
Il se contente d'être empathique. D'imaginer et de décrire.
Le cheminement est personnel, voici juste une réflexion comme une autre sur un sujet que je trouve trop tabou, sur un sujet qui ne devrait pas l'être.




« Chut, c’est encore tabou.
Chut, surtout, ne pas en parler.
A personne.
On ne fait plus l’amour. Ou presque plus.

Parfois on se force. Pour dire qu’on l’a fait. Pour que l’autre n’aille pas voir ailleurs. Pour faire parce qu’il faut faire.
On se sent molle, grosse et moche. On commence des régimes qui nous collent de mauvaise humeur, on achète des nuisettes censées nous rendre sexy mais on est tout de même mieux en pyjama.
On voudrait plutôt dormir, aller sous la couette et y rester plutôt que d’enlever tout et de se forcer.
On voudrait que la tendresse puisse remplacer le sexe, histoire qu’on se retrouve un peu. Mais plus le temps passe et moins on a envie. Plus le temps passe et plus la culpabilité monte, plus les petites piques du conjoint nous blessent, plus notre situation nous semble anormale.

Couple remis en question, libido remise en question.
On accuse la pilule, on accuse les hormones, on essaie de chercher qui ou quoi pourrait être responsable de cet ours en peluche sans désir que nous sommes devenues.
Parfois, on se force. Parfois, on y prend du plaisir. Souvent même.
On se promet de le faire plus souvent, on se dit que c’est quand même bon et que c’est dommage de ne pas avoir plus de temps pour se retrouver.
Parfois.

Pourquoi ?
Pourquoi personne n’en parle, pourquoi personne n’ose dire, pourquoi cette trouille féminine de ne plus être capable, pourquoi et comment alors que nous avons donné la vie, ne sommes-nous plus capables d’accepter et de donner du plaisir.
Pourquoi ? »
La sexualité des jeunes mamans est compliquée. Très.
Enceinte, bien souvent, on a envie. Beaucoup, parfois trop. On a besoin, il le faut.
Mais ce n’est pas toujours le cas.

Certaines femmes ont envie et assouvissent leur désir avec un conjoint aux anges.
Certaines femmes n’ont pas du tout envie, plus du tout et s’endorment dans les bras d’un amant frustré mais (tentant d’être) compréhensif.
Certaines femmes ont envie mais s’endorment dans les bras d’un conjoint qui ne peut pas, qui ne se sent pas, qui n’arrive pas.

La sexualité pendant la grossesse est parfois une épreuve dont le couple sort renforcé pour peu qu’on prenne la peine d’en parler. Et pour peu que l’autre soit capable d’écouter. Et d’accepter certaines choses.

Et après ?
Après l’accouchement, c’est difficile, c’est douloureux, c’est peut-être même inconcevable pour certaines. La peur de la douleur, la peur que quelque chose repasse par-là, la trouille de passer à autre chose.
La fatigue aussi, qui nous prend à 21h30 et qui ne nous lâche plus. L’envie de dormir, de se reposer, de ne plus avoir à faire d’efforts, ni pour lui, ni pour personne.
Les journées garde- bébé qui s’enchaînent et le corps qui ne suit plus. Un corps maltraité, un corps oublié, un corps qui doit récupérer.
Et un autre qui a envie. Qui ne voit pas tout ce que vous pouvez voir. Un autre qui ne trouve pas que votre ventre soit si moche, que vos cuisses soient si grosses. Un autre qui veut juste retrouver une femme et des sensations un peu perdues. Un autre qui veut que tout redevienne comme avant.
Des incompréhensions, des crises de larme, des remises en question, des « si je ne me force pas, il ira voir ailleurs ».
Et une sexualité qui a du mal à reprendre.
Parfois, c’est l’homme qui ne veut pas, qui n’a pas envie, qui n’ose pas. Et la femme qui attend, qui s’interroge et qui voudrait faire envie, qui voudrait donner du désir.
Incompréhension, encore, et remise en question.

Les mères de famille ont une sexualité épanouie.
Ah bon ?
Qui ?
Qui a le courage, après une journée marathon, de prendre soin de soi et d’aguicher son époux ?
Qui peut, après une nuit à éponger le vomi, se glisser nue entre les draps et se coller à son conjoint ?
Quel papa, après cinq remontées d’enfants et la trouille qu’un autre descende, a le cran de renverser sa femme sur la table de la cuisine ?
Il y en a.
Il y en a.
Nous sommes tous différents, nous avons tous nos failles, nos envies, nos faiblesses et nos désirs.
Nous avons toutes une relation au corps différente, nous avons toutes besoin d’être rassurée ou de rassurer.
Je sais à quel point le sujet peut être sensible pour certaines, je sais combien c’est difficile que de s’avouer « libido-zéro »  et j’ai voulu cet article en réponses aux mails que je reçois, souvent gênés, de mamans qui se demandent si c’est normal, si ça va passer, si elles vont se retrouver, le retrouver.

Je ne veux pas parler de moi, parce que ça ne regarde que moi. Mais mon cheminement est celui de toutes les mères, ma réflexion est celles que vous avez tous et toutes.
On fait avec, on fait au mieux, on essaie de ne pas trop se poser de questions tout en n’arrêtant pas de s’en poser.
Parce que le désir n’est pas un acquis en continue, parce qu’il ne concerne pas que le sexe mais se construit au quotidien, dans sa relation à l’autre pour ce qu’il est, parce qu’il est le reflet de notre vie de couple dans sa globalité.

Il y a des couples qui n’ont plus rien en commun et qui ne sauveront ni leur sexualité, ni leur quotidien parce que c’est ainsi.
Et il y a des couples qui ont juste besoin de retrouver une autre intimité, un nouveau départ, un nouveau regard. Empli de tout ce qu’ils ont vécu ensemble, empli de tout ce qui les rassemble.
Nous ne sommes pas là pour nous morfondre et je ne suis pas sexologue. Je n’ai pas de conseils à vous donner, j’avais juste envie de vous faire rire, parce qu’au fond, tout est soluble pour peu qu’on en ait envie.
Pour essayer d’y voir plus clair, pour essayer de vous donner des pistes et des réponses, j’ai convié sur ce blog une coach sexuelle qui interviendra une fois par mois. Vanessa Lope, c’est son doux prénom, prendra en considération vos interrogations et vos inquiétudes et tâchera d’y répondre le mieux possible.
Avec les mots qu’il faut, avec le ton approprié.

Prêt(e)s à laisser vos questions??
Vanessa y répondra d'ici quinze jours, sans faute.

J'aurais pu inventer des questions, oui.
Mais je voulais du vrai de vrai sur ce sujet.

A vous de jouer!

127 commentaires:

  1. Salut Marie
    Je commente jamais mais te suis très souvent (et te surkiffe, accessoirement...).
    Mais là, MERCI pour ce post.
    Ca fait du bien de le lire.
    Et de se sentir moins seule.
    Surtout aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui comme tu dis, surtout aujourd'hui....

      Supprimer
    2. Oui comme vous dites.....

      Oui bon ok...
      vero

      Supprimer
  2. Très bonne idée.Nous, on a traversé plusieurs mois de moins bien après la naissance puis c'est revenu, différemment, et maintenant c'est très bien. Pendant ces mois, je me suis tut à fait reconnue dans la première partie de ce que tu as écrit.J'avais besoin de temps pour digérer tout cette nouveauté.

    RépondreSupprimer
  3. Le sexe reste un tabou, enceinte ou pas. Sur le blog, dans la vie, rare sont les gens, surtout les femmes qui osent en parler ouvertement. Alors bravo pour cet article. J' essaie depuis quelques temps de délier les langues sur mon blog sur le thème sexe et grossesse mais ce n'est pas facile. Les femmes n' osent pas vraiment témoigner.
    Alors bravo pour cet article

    RépondreSupprimer
  4. J' ai écrit deux fois bravo. On ne pourra pas dire que cet article ne m'a pas interessé ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Dis, madame Vanessa L., tu pourrais expliquer aux gynécos que l'allaitement n'est généralement pas responsable des difficultés et douleurs lors de l'acte sexuel ? Mais que par contre, les deux seules pilules compatibles avec l'allaitement ont pour effet d' "assécher le terrain", ce qui crée pas mal de problèmes fort poétiques...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, merci Cérazette... Vécu après ma 1ere grossesse, j accouche maintenant a nouveau dans un mois et je refuserai une quelconque pilule speciale allaitement ou quoi que ce soit. Ca tuera pê deja moins le désir et au moins je sais déjà que, de tte facon, les 3 premiers mois on n a meme pas le temsp de penser a ca (sans parler d envies).

      Supprimer
  6. Est-ce qu'il faut vraiment "se forcer" un peu pour que cela revienne ? Combien de temps l'envie peut mettre à revenir après une grossesse ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parle que de mon cas, hein... Mais tant que j allaitais (1 an) je n avais aucune envie et oui, je me forcais. Avec un mome qui ne dort jamais plus de 2h d affilée de toute facon, tu as déjà pas trop de temps devant toi pour commencer un calin (peur d etre interrompue me paralyait totalement) et la f atigue, que dis-je, l épuisement immense qui te coupe toute tentative de début d ombre d envie.
      Perso pour moi il a fallu plus de 2 ans pour retrouver des envies "comme avant". Avant c etait une fois tous les 3 mois en gros.
      Mais chaque cas est unique je crois...
      Courage a toutes !

      Supprimer
    2. ça me fais drôle de lire ca.
      je retrouve le cas de ma femme dans vos ecrits.au moins je me dis que c'est pas la seule, lol.
      mais cela me permet de mieux la comprendre.merci
      fred

      Supprimer
  7. so true!!! elfin quelqu'un qui en parle!! Merci!

    RépondreSupprimer
  8. Je ne suis pas seule ?! Ouf rassurée, merci Marie

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Bravo et merci pour cet article. Tu décris très très bien la fatigue qui nous envahit et rend difficile toute intimité et tu ne tombes pas non plus dans le tout blanc ou tout noir de "envie"/"pas envie". On peut avoir envie de le faire, dans l'absolu, et avoir beaucoup de plaisir à le faire, mais etre crevée à l'idée de !
    Merci.
    Après , effectivement, j'aimerais bien savoir si l'énergie de retrouver cette intimité régulièrement revient un jour.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marie!
      C'est exactement ça. Souvent l'idée de... me vient, puis la fatigue me submerge à ... 21h30 et tout me semble compliqué, fatiguant et je remets à demain.
      Et oui, encore 10 mois après la grossesse je me sens grosse, mes régimes ne marchent pas, mes seins sont devenus hypersensibles, j'ai peur de mettre toute mon énergie dans mon enfant et non plus dans mon couple.
      C'est tellement difficile de tout gérer: bébé qui demande TOUTE notre attention, boulot qui demande TOUTE notre attention, mari... qui demande TOUTE notre attention et copines en rade qui râlent parce qu'on n'a plus le temps.

      Comment trouver un nouvel équilibre, comment vivre avec cette peur que l'autre ira voir ailleurs si on n'"assure" pas?

      Supprimer
    2. C'est carrément ça : l'idée ne me déplaît pas mais une fois les filles couchées c'est tout juste si j'ai le courage de me brosser les dents , alors le reste ...
      Pourrir son couple juste par flemme , ça me déprime , vraiment et du coup ça n'arrange rien , le pire c'est que je crois que j'ai lâché l'affaire ...
      Lo.

      Supprimer
    3. Exactement ça pour moi aussi!! L'idée est là mais le corps ne suit pas, trop fatigué, juste envie de fermer les yeux sous la couette!!!

      Supprimer
  11. Super article. Ça fait du bien de ne pas se sentir seule dans ce cas là. De savoir que finalement c'est un peu "normal" d'avoir des baisses de régimes, de libido, d'être fatiguée à 21h30 après avoir couru toute la journée. Je n'ai pas de question à poser, juste à dire : merci d'en parler. (séquence émotion chez moi). :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce message pourrait être le mien car c'est exactement ce que je ressens. A la différence que le désir et le plaisir, je ne les ressentais qu'une fois l'an avant mes 2 grossesses
      jusqu'à me convaincre d'avoir un vrai problème avec ça.
      Et un jour j'ai choisi le stérilet car la pilulle "asséchait trop le terrain" et depuis le plaisir revient doucement. Quant au désir, faut parfois que je me force un peu avec des journées chargées, numéro 2 qui ne fait pas ses nuits à 9 mois et qu'on rêve juste de Dormir !

      moi aussi, si je n'avais qu'un mot, Marir, ça serait :

      MERCI !

      Supprimer
  12. Je viens de lire cet article qui a vraiment fait écho en moi. Je ne suis pas une jeune mère de famille, mes enfants sont assez grands 20, 14 et 9 ans. Quand j'ai lu cet article je me suis dit "c'est tout à fait ce que je ressens" c'est a dire pas grand chose. Plus de désir, alors c'est vrai on n'ose pas en parler on se trouve anormale, et on traine ca pendant des années (c'est mon cas). On se force oui mais bon ca ne règle pas le problème. Moi je ne sais plus que faire, je me pose pleins de questions sans réponses :(

    RépondreSupprimer
  13. Un énorme merci à toi, Marie, d'avoir lancé ce thème.
    Je ressens comme un grand vide.
    Zéro libido, oui, that's me. Déjà que c'était pas le feu d'artifice avant les grossesses, mais maintenant, c'est le degré zéro.

    Les premiers mois après chaque accouchement, je ne m'en suis pas inquiétée du tout, c'était complètement vécu comme normal. Quand on arrive à se traîner, à s'habiller chaque jour, à faire tourner la maison, à faire un minimum de conversation, en fonctionnant avec moins de trois ou quatre heures de sommeil par période de 24 heures...
    Ma première question, c'est : à quel moment j'aurais dû commencer à m'en préoccuper ?

    ...alors je me force, oui. Pas souvent. Pour faire plaisir à mon conjoint. Parce que, lui, il en a besoin. Parce que, d'une certaine façon, c'est "hygiénique" et ça "défoule". Au bout d'un moment, je me suis forcée parce qu'on voulait un deuxième enfant. Mais ensuite, vu qu'on est d'accord tous les deux pour ne pas en avoir un troisième, pourquoi me forcer encore ? Je ne sais pas, je ne prends même plus le temps d'y réfléchir car c'est trop déprimant.

    "Le devoir conjugal"... désuet, comme terminologie ?

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Marie,

    J'ai découvert ton blog depuis peu et vraiment quel plaisir de te lire! Les aventures avec tes nains sont les miennes et celle de bien d'autres, d'en rire permet d'oublier et de déstressé.
    Pour revenir à ton article, de mon côté je n'ai aucun prb pour parler de sexe que ce soit avec mon homme, mes copines.Pour moi c'est naturel, cela fait parti de la vie et du coup de savoir que mes copines vivent des choses qui peuvent être similaire aide à dédramatiser. Contrairement à d'autre, moi c'est mon homme qui à une petite libido, il ne sait pas et ne peut pas faire l'amour qd il est stressé ou un prb en tête. Du coup svt j'abandonne.. Quelques conseils de Vanessa seraient les bienvenus.
    Merci et un gros bisous.

    RépondreSupprimer
  15. Je lis ce blog depuis quelques mois et je l'apprécie de plus en plus!Moi,ce que je trouve tabou chez les femmes,c'est de parler du manque de désir de leurs hommes.J'ai l'impression d'être la seule à le vivre.Le mien ne m'a pas touchée pendant mes grossesses(pas du tout!)et ne tente rien depuis si je ne prends pas l'initiative,ce qui arrive évidemment ,de moins en moins souvent.On en parle parfois mais sans trouver de solutions.Pourtant,au quotidien,nous avons une belle entente.J'ai l'impression de vivre avec un frère ou un très bon ami.J'ai de grosses envies,en effet,d'aller"voir ailleurs"mais je ne veux pas le quitter car je l'aime...Voilà!Désolée de ce message"courrier du coeur!Merci et bravo d'aborder ce sujet difficile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. mrci Marie pour cet article qui nous aide à nous sentir moins seule....

      Au début j'étais tout comme décrit dans ton article...mais là je me sents comme toi (à qui je répond)..après une grossesse sans sexe (quasiment)par manque d'envie de a part,de la part du papa qui je pense ne me voyait plus comme une femme et ensuite les difficultés a se bouger avec tout ce poids en plus ;)...et bien 5 mois plus tard ma libido est sommet,il y a bien longtemps que je n'ai pas eu autant envie...et que je suis resté autant sur ma faim...

      Donc si ton amie Marie pouvait nous dire quoi faire pour nous les femmes qui avont envie mais dont le môssieur n'ai pas du m^me avis.

      Pour ma pat j'avoue que malgrès mes envies je ne vais pas souvent vers lui...je ne me sents pas encore désirable...donc évidemment je ne le suis pas quand je vais lui ds mes horribles pyjamas car je me vois pas encore remettre de dessous sexy...et le peu que je vais vers lui ben si je le sents pas dispo ou pas très motivé ben plutôt que d'essayer de lui donner envie et bien j'abandonne....

      Alors bien sûre j'ose de moins en moins aller vers car j'ai peur qu'il e repousse,que je me sent ridicule...lui vient rarement vers moi et comme je le comprend quand je me vois dans la glace...il dit que je uis belle que c'est normal que mon corps ne soit plus le même..mais sa façon d'agir ne va pas dans ce sens...

      Enfin bref j'arrête mon pavé et surtout j'arrête de raconter mavie mais j'aimerais vraiment que l'on m'xeplique...et pourquoi qu'on me rassure et qu'on me dise que c'est normal que je soit mpins attrayaynte qu'avant...

      Supprimer
    2. Hello, j'appuie aussi cette demande sur l'homme qui n'est pas emballé ! comment faire, comment le motiver, alors que tout ce qu'on attend, c'est de sentir qu'on est désirable. J'ai l'impression que c'est la corvée pour lui (arrivée de l'enfant + pb professionnels) j'ai l'impression de passer mon temps à attendre que ça aille mieux, mais si je ne fais rien, ça n'ira jamais mieux non ?
      Merci Marie pour cette initiative !!!

      Supprimer
    3. Je me sens moins seule à vous lire. Merci.

      Supprimer
  16. merci Marie pour ce sujet tabou...
    je n'ai jamais été portée sur "la chose" mais depuis les grossesses c'est encore pire. je me suis "forcée" pour le 2ème mais maintenant qu'il est là je n'ai plus envie de me forcer. mon conjoint ne comprends pas que je sois fatiguée (bb1 3ans et bb2 2mois, pas de nounou ni crèche) et que je n'ai pas d'envie.
    je suis contente de lire que je ne suis pas la seule à être dans ce cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. S il ne comprend pas que tu sois fatiguée, laisse lui les enfants un long weekend et pars avec une amie par exemple, soeur ou autre. Sans faire la bouffe pour la duree de ton absence hein, ni de lessives ni rien. On verra déja ce qu il en dit a ton retour.
      Certes ca ne resout rien aux pbms de libido et de vie intime mais tant que nos bshommes ne pigeront pas que "rester toute la journée a la maison" c est epuisant avec un nouveau-né et/ou enfants en bas âge, nous ne pourrons pas parler d autres problemes d egal a egal. Voila.

      Supprimer
    2. Sof, exactement. Il faut absolument que les hommes puissent prendre conscience de ce que c'est que s'occuper seul de leurs enfants, même pour de courts moments. Ici bébés de 25 et 3 mois, je les lui laisse deux soirs par semaine pour aller faire du sport et curieusement il est souvent de mauvais poil quand je reviens... Mais "curieusement" il comprend mieux ma fatigue aussi !
      Par ce que le "t'étais toute la journée à la maison, t'aurais AU MOINS pu faire ça ça ça et ça...." j'en ai soupé !
      "Pour résoudre le problème de la différence de libido au sein du couple il faut que l'énergie des deux parents soit consommée à parts égales par les enfants" C. Dumonteil Kremer. C'est exactement ça !
      "Curieusement" aussi, mon envie à moi est revenue après qu'on ait beaucoup discuté et qu'il ait opéré de tout petits changements dans son attitude qui m'ont permis de voir qu'il reconnaissait et respectait ma fatigue.

      Supprimer
    3. ayant eu 2 congés maternité long, le "t'es restée à la maison, tu aurais pu faire ça, ça et ça", je connais...
      et par mon expérience, je peux vous dire que lui laisser la maison avec les enfants de 9 mois et 3 ans le temps d'un week-end ne résoud rien ici. A mon retour, il s'est trés bien occupé des petits mais la maison est complétement en vrac (pour lui le ménage est une chose trés superficielle...). Et le problème d'incompréhension mutuelle est le même...
      Où alors lui laisser le tout au moins une semaine.
      mais sinon, vous avez complètement raison quant à l'effet sur la libido.

      Supprimer
  17. j'aurais peut être besoin de conseils moi aussi... merci Marie de nous donner ici la possibilité d'en recevoir!
    ici mon principal soucis, c'est la poitrine... j'en avais déjà pas mal avant grossesse, alors maintenant avec mes kilos en plus et 8 mois d'allaitement derrière moi, ça atteint des sommets! et bien sur, mon homme fantasme pas mal sur ces gros seins. avec lesquels il avait le droit de jouer pendant que j’étais enceinte (libido au top pour tous les deux), mais pas depuis. tant que j'allaitais, il comprenait à peu prés, même si il était surtout sensible au cote "pratique" de la chose. se prendre une giclée de lait en pleine face, ça dégrise. mais notre bébé est sevré depuis 6 mois maintenant, j'ai toujours mes gros seins (et mes kilos, cqfd), et ils sont assez vides pour que monsieur puisse s'en approcher sans risque. sauf que le laisser faire, au mieux ça me laisse indifférente. et en général ça me fait plutôt grincer des dents. ressentir au lit les mêmes sensations que je pouvais avoir en nourrissant/calinant mon bébé, ça me dérange profondément, et ça me coupe le peu de libido que je pourrais avoir. si je le repousse, il s’arrête, frustré, retourne dans son coin, et je culpabilise.
    y a t il un moment ou les seins redeviennent "insensibles" comme avant, ou est ce qu'il va falloir que j'apprenne a faire avec? et de toutes façons, en attendant, qu'est ce que je peux faire pour trouver un terrain d'entente? merci d'avance!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça m'intéresse moi aussi !! Après cette relation poitrine/allaitement/bébé pendant 8 mois j'ai du mal à retrouver le côté "excitant", que peut avoir la poitrine pendant un calin (surtout que ça coule encore un peu). En plus, moi c'est le contraire de la personne à qui je réponds, ma poitrine a complètement disparu, plus rien du tout, genre je n'ai plus besoin de soutif !!! D'un autre côté j'ai même pas 100 grammes de plus qu'avant bébé, zéro vergeture, mais bon quand même, déjà que je n'avais pas beaucoup de poitrine là c'est juste adieu la féminité...

      Supprimer
    2. moi aussi ça m'intéresse cette histoire de sein! J'ai allaité musicbaby durant 8 mois. Avant et pendant ma grossesse, je n'avais aucun problème avec mes seins. Mon "cher et tendre" pouvait les toucher/lecher/embrasser,... par contre, depuis que j'ai arrêté d'allaiter, je ne le supporte quasi plus. Cela fait maintenant 8 mois que j'ai arrêté d'allaiter et le problème est toujours là. Si il les touche, pas de soucis, mais dès qu'il approche sa bouche: blocage!
      pour moi, mes seins gardent une fonction nourricière depuis mon allaitement!
      help!

      Supprimer
    3. Ah les filles, je suis contente de voir que je suis pas la seule !! Gros blocage également dès qu'il les embrasse... j'arrive à m'en sortir en lui disant que je suis très chatouilleuse, très sensible, mais combien de temps ça va fonctionner... ?? surtout qu'avant c'était l'une des parties qui me faisait bondir au quart de tour... j'allaite toujours, mais sur la voie du sevrage en douceur. une fois l'allaitement arrêté, qu'est-ce que je vais bien pouvoir inventer comme excuse si j'arrive toujours pas supporter qu'il en approche sa bouche...
      Je poste en anonyme car même si je suis contente de pouvoir parler de ce sujet, j'ai envie de rester cachée, car comme tu le dis Marie, on assume pas forcément de ne plus être au top...

      Supprimer
  18. Pas facile tout cela, cela revient doucement, mais c'est vrai que ce n'est plus comme avant.
    Je me suis forcée tout doucement au début, mon principal soucis était la fatigue : j'étais super motivée à 19h, et une fois les enfants couchés, enfin endormis je sais pas j'avais juste envie de dormir et de m'enrouler dans la couette. Mon homme est super patient et a su rester neutre mais il m'a fait comprendre qu'il avait toujours envie de moi et finalement cela me rassurait. Même si je n'avais pas envie, le fait de savoir que je l'excitais toujours était primordial.Ouais un peu tordu le raisonnement. S'il n'avait plus rien tenté je l'aurais encore plus mal vécu.
    Aujourd'hui cela va mieux. C'est différent et plus tendre, moins... enfin vous voyez quoi :)
    Au creux de la vague, il m'a juste demandé de garder au moins une relation sexuelle par semaine( peu importe la nature de ladite relation). Finalement c'est devenu notre rythme à nous. C'est pas énorme mais cela me convient ( j'espère que lui aussi ).
    Sinon, j'ai une question pour Vanessa , euh c'est peut-être bête mais est-ce que c'est un pseudo? Si c'est votre vrai nom je m'excuse platement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mouahaha, au creux de la vague une fois par semaine, je trouve ça drôlement bien moi qui ai fait l'amour deux fois depuis la naissance de mon fils il y a trois mois (et pas plus de dix fois sur toute la grossesse) ^^
      Ceci dit, moi aussi j'ai besoin qu'il me montre qu'il a envie, même si c'est pour lui dire non la plupart du temps, mais ça il a mis du temps à le comprendre ! (Comme quoi, en parlant, on arrive à tout...)

      Supprimer
    2. Une fois par semaine, ça me paraît beaucoup à moi aussi ! C'était plutôt notre rythme avant les grossesses, alors depuis, c'est plutôt une fois par mois...

      Supprimer
    3. tout pareil , une fois par semaine cela n'est pas du "creux de la vague" , ça tourne autour d'une fois par mois , et encore suis pas sûre ...

      Lo .

      Supprimer
    4. Je suis l'anonyme qui a parlé du creux de la vague ;)
      Oui, je comprends vos réponses mais en fait avant d'avoir des enfants c'était dans les 4 fois par semaine. Ma grossesse a été très difficile : 3 mois d'hospitalisation : zéro rapport pendant 5 mois. La reprise a été dure pour moi et c'est vrai qu'une fois par semaine pour lui, c'était vraiment peu ( pour moi cela suffit largement). Je pense que chaque couple a sa définition de "creux de la vague".

      Supprimer
  19. Le sexe dans un couple c'est souvent compliqué...L'un veux, l'autre non..ou inversement. Moi j'ai vécut une grossesse ou je voulais tout le temps...mais déjà l'hom voulait plus...Presque 4 ans après on doit faire maximum 12 fois l'amour/an...et encore...Alors quand je pense qu'on veut un 2eme..je suis frustré...il n'y met pas du sien...et moi parfois je l'avoue je me demande si aller voir ailleurs juste pour combler ce manque ne serait pas une solution. Je poste anonymement...parce que sinon on tombe directement sur mon blog...et que non je n,en ai pas envie aujourd'hui...Mais si la dame du sexe ;) peux nous aider...je demande pas mieux... 9 ans de vie avec lui...ça m'emmerde de vouloir tout gacher pour du sexe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras ! Plus sérieusement, j'ai un homme du même modèle et ça me fatigue parfois...

      Supprimer
  20. bonjour,

    tout d'abord merci pour cet article qui permet d'éclairer quelque peu mes angoisses... je suis enceinte depuis peu et depuis la conception, je n'ai plus du tout envie de faire l'amour. on s'est forcés pour faire plein de câlins au bon moment malgré la fatigue, le boulot, les soucis... et c'est donc le dernier souvenir de nos câlins que nous avons...
    je pense que j'associe aussi les câlins à la crainte d'une fausse couche (j'ai fait une fausse couche il y a six mois, et les saignements ont débuté le lendemain d'un câlin). je sais bien qu'il n'y a normalement aucune contre-indication aux câlins pendant la grossesse sauf avis du gynéco, mais rien n'y fait, cela fait un mois que je bloque totalement sur ce sujet.

    j'aime mon ami, ce n'est pas un manque de désir, il est compréhensif et comme il est aussi fatigué en ce moment, il ne ressent pas encore trop de manque.

    je me dis qu'une fois que je serai rassurée sur l'avenir de cette grossesse, j'arriverai peut-être à me débloquer, et qu'en attendant, il faudra jouer autrement...

    RépondreSupprimer
  21. tout est vrai!!!! mais je me permets juste de parler des femmes qui se sentent au contraire, trop maigres.... parce que il y en a aussi, et qu'on n'en parle pas souvent! mais il peut parfois être difficile d'avoir était appétissante pendant plusieurs mois (avec des formes rondes et fermes)et de se retrouver avec 2 gants de toilette encore plus petits qu'avant, et une peau sur les os, toute fripée et marbrée de vergetures.... voilà, juste pour dire qu'on ne se sent pas toujours grosse après une (ou deux, ou trois...) grossesses.... mais sinon pour le reste c'est tout pareil!!!!! :(
    et j'adooore, la nuit à éponger du vomi, et le mari qui couche sa femme sur la table! ou pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait vrai! J'ai toujours été très mince et le seul moment où j'avais des formes féminines c'était pendant mes grossesses, et une belle poitrine pendant l'allaitement.Quand j'ai arrêté d'allaiter j'étais vraiment squelettique et ce n'est pas facile non plus de se regarder dans une glace quand on est comme cela.

      Supprimer
  22. Pfff, ouais ouais ouais, sujet ultra sensible. Cool pour le coté anonyme, sinon je n'aurais pas eu courage de commenter. Je suis un môssieur, 3 jeunes enfants, et une madame dont la libido est passée aux oubliettes. Dur, très dur. Pas envie d'aller voir ailleurs, car bien plus à perdre qu'a y gagner. Alors condamné à la déprime et la frustration quand les idées légères traverses l'esprit. En attendant qu'une solution miracle tombe du ciel avant la maison de retraite...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monsieur : en parler le plus possible, respecter fatigue et baisse de régime, chercher ensemble quel pourrait être le bon moment pour elle, ce qui lui manque ? Ici après l'accouchement j'avais très clairement dit à mon homme qu'on reparlerait de sexe le jour où j'aurai dormi huit heures dans la nuit (pas d'affilée, faut pas rêver, mais quand même). Et que le meilleur moment c'est ni le soir ni quand on vient de mettre les petits à la sieste, parce que j'ai trop besoin de me coucher aussi, mais au réveil le matin ou juste après la sieste. Alors oui c'est dur de trouver le moment adéquat où les enfants dorment et où je ne suis pas trop épuisée, mais ça arrive !
      Ah oui et lui montrer que tu la désires toujours, quitte à se faire envoyer promener dix fois, la onzième peut être la bonne, mais on a besoin de se sentir désirées pour avoir envie aussi...

      Supprimer
    2. l'arrivee d'un enfant, c'est un changement de rythme qui n'est facile pour personne... pour repondre a ce monsieur, ici mon conjoint en est un peu au meme point, mais en moins pire parce qu'on n'a qu'un nain. sauf qu'on se connait depuis 10ans, qu'on a deja eu des tres hauts, mais aussi des tres bas, et que ca l'aide a relativiser. se dire qu'on a deja connu des pannes mais que ca a toujours fini par revenir, ca aide.
      et en plus du tableau brosse par la dame juste au dessus, je rajouterais que pour nous, garder des moments juste en tete a tete, ca aide beaucoup! les grand parents sont loin mais on a une ass mat, une baby sitter, et de temps en temps, on met bebe au parking pour se faire un resto, ou un spa, ou une longue balade, ou... en temps que jeune maman, ce qui m'a manque le plus, c'est pas les parties de jambes en l'air, mais la complicite. avoir retrouve une facon de se soutenir l'un l'autre, des gestes de tendresse qui ne soient pas forces, et de la complicite, ca nous a aides a etre aussi sur la meme longueur d'ondes au lit. il y a aussi des rates, mais il y en avait deja avant la naissance de bebe! ;)

      Supprimer
    3. En tout cas, bravo à ce monsieur de venir témoigner sur ce blog !
      Effectivement, si je peux me permettre de vous répondre, Monsieur, commencez donc par en parler à votre conjointe. Sans agressivité. En douceur. Et avant d'en venir tout de suite aux galipettes, commencez donc par lui caresser la nuque, le dos, les fesses - les parties du corps qui sont sensibles aux caresses ET sur lesquelles elle ne "complexe" sans doute pas trop suite aux transformations de son corps post-grossesse. Et des compliments... Bonne chance.

      Supprimer
    4. Monsieur.... j'ai entendu un dicton un jour: " les femmes font l'amour pour avoir de la tendresse, et les hommes donnent de la tendresse pour faire l'amour...." (c'était dans un tétéfilm américain, mais ça reste vrai lol), et bien lorsqu'on est maman, on a la tendresse de nos enfants, et je pense que finalement cela nous suffit.... alors par pitié, pour votre femme (et pour vous aussi au final) donner lui de la tendresse.... malgré tout!

      Supprimer
  23. La pure vérité très joliment explicitée, Marie <3.
    Une femme a malheureusement un "fonctionnement" compliqué, qui est proportionnel à la sérénité qu'elle éprouve.
    Or, dès que l' enfant paraît, elle ne l'est plus souvent, sereine....
    C'est comme ça bien souvent dans sa vie....même quand les enfants sont grands....
    Si son conjoint parvient à le comprendre (un peu), ça ira ! Il faut qu'il soit patient des fois, et pour cela, respect au mien....
    Courage à vous toutes, jeunes ou moins jeunes. Nous sommes toutes pareilles <3

    RépondreSupprimer
  24. Les mots justes, comme souvent tu les as... J'en pleure de voir ce que je ressens enfin mis en mots, j'en plure de comprendre que je ne suis pas la mauvaise, l'unique. J'aimerais tellement qu'on me dise "voilà ce qu'il faut faire, voilà la solution" mais je sens qu'il n'y en a pas vraiment, de solution. Ça a bien failli bousiller mon couple, à force de remises en question, de souhaits de changements de la part de mon compagnon, souhaits restés vains... Quel bazar dans ma tete! En attendant, faut faire comme si, comme si tout allait bien, comme si notre couple était fort, comme si l'amour ne changeait pas alors que ma libido est à des billions d'années lumières... Comment retrouver ma libido? Comment se retrouver soi-même sans que ça ne prenne des années? Pfff... Ça me bouffe en tout cas.
    Halala.

    RépondreSupprimer
  25. Je pleure...
    Merci Marie pour ces mots parfaitement justes, en plein dans le mille.

    RépondreSupprimer
  26. Tout pareil ... une fois par mois maximum, les mêmes gestes répétés de la même façon, toujours pareil, et pourtant chaque fois je me dis "c'est bien on devrait le faire plus souvent" et puis non ... rien ne change et ça me désole... j'arrive plus à trouver l'énergie, j'ai plus envie, plus assez.

    RépondreSupprimer
  27. Merci Marie ! Et merci à vous toutes ... Ce soir je me sens beaucoup moins seule dans mon cas ... Peut être devrais-je faire lire cet article à mon homme ...

    RépondreSupprimer
  28. Merci pour cet article.
    comme bcp , ici aussi, la fatigue, la flemme prend le dessus.
    en journée je pense à comment aguicher mon mari, comment faire une petite soirée romantique, se retrouver au lit..etc..puis..l'appel de Morphée se fait, et il est difficile d'y renoncer...alor soui, on se force, pour ne pas tout perdre..moins on fait, moins on a envie..alors...

    RépondreSupprimer
  29. Je vais pas être originale mais Merci Marie, c'est tellement moi tout ça.
    Je pensais être un cas isolé, une "curiosité" mais je vois que je ne suis pas seule.
    Juste Merci.

    RépondreSupprimer
  30. Moi je l'ai fait lire à mon homme. Parce qu'il n'arrivait pas à comprendre que je n'ai plus de réel "désir". Pourtant comme tu dis, j'aime ça. C'est un peu comme le cours de gym quoi, j'ai pas envie d'y aller, mais une fois que j'y suis, je m'éclate!
    Pour nous, ce qui a fonctionné, c'est de garder toujours le dialogue, de l'humour, d'en parler, d'en rire ou d'en pleurer aussi et puis de "s'imposer" des rdvs réguliers (oui ça peut paraître horrible ou mécanique, ça fait très "devoir conjugal" mais je sais à quel point c'est important pour lui et je ressens tellement son amour dans ces moments-là que je les apprécie, même s'ils sont moins impromptus que dans notre folle jeunesse!) . D'ailleurs je vous laisse, il m'attend.

    RépondreSupprimer
  31. Comme les nombreux messages laissés avant moi, je vais dire 'Merci'!!! Oui, c'est un vrai sujet tabou et un vrai problème après l'accouchement (et les mois qui suivent!...) De mon côté, je sentais vraiment le besoin de 'tendresse' ou de soutien, et pas obligatoirement de sexe, et puis en effet la fatigue et la tête pleine de milles choses à penser me détournaient souvent.
    Un conseil : si vous avez une maman/soeur ou autre dans les parages, laisser l'enfant ne serait-ce que 24heures libèrent tellement l'esprit que j'avoue que pour nous, ça a été une façon de rebooster notre relation. Mais bon, on peut pas laisser ses enfants tous les week-end (et on veut pas non plus!) et on a pas tous la chance d'avoir de la famille proche...
    Merci encore Marie pour ce fabuleux blog qui me fait rire tellement souvent!!!

    RépondreSupprimer
  32. Il m'est arrivé la même chose après mes 2 grossesses. Un an et demi d'engueulades infernales à cause de ça et du quotidien nous ont poussé à la séparation. Depuis, nouveau mec, et une libido qui est bien plus forte qu'à 20 ans... D'après moi, le problème ne venait pas forcément de moi et je ne regrette plus du tout la séparation quand je compare ma vie avec et sans lui. Je ne dis pas que c'est la solution pour tout le monde, mais waouh, qu'est ce que je me sens mieux aujourd'hui...

    RépondreSupprimer
  33. L'envie, mais cette fatigue... Merci Marie, c'est vrai que ça fait du bien de se dire qu'il n'y a pas que nous !
    Bisous de Philadelphie d'où je te suis assidument !
    AA

    RépondreSupprimer
  34. oh ben ballot, je lis ça le lendemain du DDay...Autour du 14 novembre ça va pouponner... Bref,c'est important de parler de sexe, mais avec Vanessa Lope, quand même, Marie... C'est tendancieux comme nom. On pourra parler des mecs qui ont envie mais qui n'osent pas parce que les ados ne sont pas couchés et que les ados ont des oreilles bio ionique comme super jamie? Nous des fois on dit qu'on va au resto et au ciné et en fait on va à l'hôtel. Niark niark...

    RépondreSupprimer
  35. de mon côté pas de question particulière mais une attente de réponses malgré tout, que je trouve déjà en partie dans les commentaires: juste savoir que sa situation, à défaut d'être normale ou satisfaisante, est répandue, ça detend un peu de la pression que j'avais ressentie par rapport à la sexualité autour de ma 1° grossesse.

    Maintenant enceinte de ma 2°, j'ai connu un avant grossesse en hyper avec petites croix sur le calendrier et TP tous les 2 jours minimum pour arriver à tomber enceinte, 3 fausses couches dont une s'est manifestée après un rapport par des pertes de sang. Est ce cela qui a bloqué monsieur par la suite? Je ne sais pas mais une fois re enceinte pour de bon, j'ai pu me la mettre sur l'oreille comme on dit! J'ai jamais été une assoiffée de sexe non plus mais bon je n'aurais pas dit non à quelques galipettes.

    Du coup une grossesse totalement en hypo sexualité. Le 1er trimestre de toute façon j'etais au lit avant 20h (je mentais sur l'heure à n°1 pour pouvoir la coucher avant 20h afin d'aller moi meme au lit au + vite) et plus rien depuis le 4 novembre. Par experience je sais qu'il ne se passera pas grand chose dans les quelques mois post partum pour cause de Beyrouth dans le slip et d'anatomie malmenée. On en profitera pour faire du cosleeping avec la n°2 et au sevrage + retour dans sa chambre (2 mois? 3 mois? peut être 4) cette pratique nous aura tellement reposés qu'on va pouvoir se #@!! CENSURE!! @#@= comme des bêtes!

    Enfin en tout cas c'est le plan!

    et cette période de desert sexuel ne m'angoisse pas comme la 1° fois. (en plus, à galerer pour tomber enceinte on a fait + souvent l'amour qu'on en avait envie donc l'un dans l'autre sur 2 ans la moyenne doit etre "dans la norme")

    A noter que, enceinte et quasi inactive sexuellement, je n'ai eu aucune frustration car mes reves ont pris le relais de ma vie sexuelle en jachère. Et quand monsieur etait absent pour deplacement professionnel, jusqu'à 1 mois d'affilée, ces reves s'arretaient, comme s'ils étaient ma vraie vie sexuelle, et donc ne pouvaient avoir lieu qu'en presence de monsieur! D'ailleurs c'etait toujours lui mon heros nocturne je trouvais cela assez rigolo.

    Allez courage! On va s'en sortir, comme du reste d'ailleurs: les nuits, les dents, la propreté, la maison, les courses, le boulot, on finit toujours par s'en sortir!

    RépondreSupprimer
  36. Merci pour cette article que j'aurais aimé pouvoir lire pendant mes périodes de down sexuelles. J'en profite pour envoyer un message (d'espoir) à toutes les mamans qui sont en pleine traversée du désert. N'ayez craintes, mesdames, cette situation généralement, n'est que passagère. Il faut laisser le temps au temps. Il n'est pas facile d'être une maman, une femme active, une épouse aimante et une maitresse et l'important, enfin pour moi, c'est d'être honnête avec soi même et de se dire que l'on ne peut pas être toutes ces femmes en même temps. Il ne faut pas hésiter non plus à en parler avec sa moitié, les non-dits n'aide pas à faire avancer la situation. C'est pourquoi, parfois je "délaisse" mon mari pour mes enfants et inversement. Parfois c'est le boulot qui m'empêche d'être open ou encore la fatigue liée à la gestion du quotidien… En revanche, si il y a bien une chose sur laquelle beaucoup de femmes bloquent, et dont les hommes n'ont que faire, c'est ce nouveau corps. La, où nous ne voyons que des défauts, eux ne voient rien de repoussant, car c'est avec les yeux de l'amour qu'ils nous regardent et certains même adorent ce corps qui a donné la vie et qui en garde les "traces".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. plus facile pour certaines que pour d'autres...
      moi, je suis sortie de la grossesse sans vergeture, et je suis sortie de la maternite en portant, a l'aise, un jeans que j'avais achete a 2 ou 3 mois de grossesse.
      sauf qu'apres la naissance, le pere a mis de longues semaines a se rendre compte qu'un bebe, c'est du boulot. il le reconnait lui meme, au debut il avait meme pas conscience que ce nain etait le sien. je me suis donc retrouvee a continuer de gerer la maison (je le faisais avant la naissance, puisque j'etais en conge mat et en forme, pas de raison que ca change apres), tout en gerant integralement le bebe, meme les week ends ou le pere etait a la maison avec nous. bebe a grandi, mais a eu des soucis de sante assez costauds, et la aussi c'est maman qui a gere l'hopital, les soins intensifs et la sortie du bloc operatoire. en disant quand meme un gros merci a mes parents, qui se sont vraiment leves le cul pour etre la et me soutenir durant toute cette periode. sauf que du coup j'ai du lacher mon cdi, parce c'aurait ete impossible de reprendre a temps plein a la date prevue tout en faisant les allers et retours a l'hopital, et que mon boss ne pouvait amenager mes horaires. et que dans ces conditions, embaucher quelqu'un pour m'aider aurait ete totalement hors budget.
      en quelques mois, la jeune femme active, qui partageait son temps libre entre soirees romantiques et hammams entre copines, elle avait disparu. plus de boulot, plus le temps de sortir, ou meme de dormir... et 10kg en plus sur les premiers 6mois de vie de bebe. 10kg que, un an apres, j'ai toujours sur le cul. j'ai du ressortir mes fringues de grossesse.
      alors oui, maintenant l'heritier fait (presque) ses nuits, et j'ai retrouve un boulot. mais on ne fait pas si aisement une croix sur 1an et demi d'existence. et quand mon jules me dit que sa maitresse lui manque, je lui fais gentiment remarquer que pour moi la priorite, c'est pas de reconstruire une vie au lit, mais une vie tout court. pour lui l'arrivee de bebe n'a finalement pas change grand chose, meme si maintenant il s'en occupe le soir quand je suis au travail. de moi il ne reste plus rien. mais vu de l'exterieur, comme je continue de gerer et donner le change, ca ne saute pas forcement aux yeux. alors j'ai beau essayer de lui dire, il ne comprend pas, et se contente de me faire remarquer qu'on a une salle de sport juste a cote, j'ai donc qu'a m'y inscrire. le dialogue est rompu, et c'est beaucoup plus profond qu'une simple histoire de bourrelet.

      Supprimer
    2. Voilà.. ça date un peu, mais ton post fait tellement echo à ce que je vis actuellement et c'est tellement bien dit. Pour tout te dire le nain est arrivé au moment ou tu postais (il y a 1 an et demi donc). calcul rapide; 1 an et demi de galères... Pour être brève, le Mâle est tellement hors concours en ce qui concerne ma petite personne, mes besoins, mes sentiments... que je ne vois pas d'autre issue que de se séparer... (oui ça peut surprendre!) Je n'ai pas eu à vivre les soucis de santé de bébé ni même a quitter mon boulot.. Mais le résultat est sensiblement le même. Monsieur ne sait pas ce que c'est que de courir du lever au coucher de bébé. exemple de belles paroles: "Ce serait bien que tu viennes vendanger avec nous cette année ( ben oui, un dimanche avec le nain!)" "t'as fais quoi aujourd'hui? (pas grand chose en fait.... Bon appetit!)" "Tu comptes faire quoi demain (ben la même qu'aujourd'hui; courir, gérer" ... je crois qu'un an et demi apres papa n'est papa que dans la bouche de son fils, et qu'il n'a pas compris que oui j'aimerai moi aussi retrouver ma vie ( et mon corps) d'avant (au moins une fois par semaine) mais que sans son aide, eh ben, ce n'est tout simplement pas possible! je me relis, je crois que je suis pleine de colère, je suis navrée, mais j'aimerai tellement connaitre l'issue de mon couple....

      Supprimer
  37. Merci Marie de parler de ce sujet au combien tabou...
    J'ai de la chance de pouvoir en discuter avec mon compagnon mais malgré ça j'ai pas l'impression d'être normale...
    Quand j'était plus jeune et que je n'avais que des petits copains de courtes durée j'avais une libido débordante!
    Depuis que je suis en couple avec quelqu'un que j'aime profondément ma libido a baissée complètement... Avant même d'avoir des enfants....
    J'ai des envies , mais quand vient le moment de les assouvir et bien elles disparaissent!
    Bien souvent je fait l'amour pour lui faire plaisir, parfois j'en ai vraiment envie aussi mais c'est rare.
    Et si parfois je me dit "cette fois-ci c'est pour moi l'orgasme" et bien il me faut faire un effort pour rester concentré dans cet objectif (je sais pas si je suis très claire...)
    Bref il est vrai que la fatigue joue beaucoup mais pas que...
    Alors pourquoi ce désir est-t-il si souvent absent?
    Pourquoi juste le fait d'être dans ses bras me suffit?
    Dès fois même je lui en veut! Je me dis que c'est aussi parce-qu'il ne fait pas d'effort, qu'il est trop pressé qu'il ne prend pas assez le temps de m’exciter.
    Mais sans envie comment faire pour faire monter l'excitation?

    Et pourtant c'est tellement bon de faire l'amour! :o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends totalement ce que tu dis, tu es très claire, je pense exactement la même chose que toi, chaque phrase, c'est troublant... J'espère qu'on aura des réponses! Bon courage! :)

      Supprimer
  38. Bonjour!
    Pas eu trop ce problème, notre libido reprend doucement, du coup je me tais devant les copines qui justement ont plus de difficultés.
    Est ce que ce serait le semblant de sécurité affective qui annhilierait le désir? "maintenant on a un enfant, on sait qu'on s'aime, il y a autre chose que le sexe qui nous lie?" je ne suis pas sûre d'être claire...
    j'ai une amie qui a carrément dit à son mari "écoute, pour tes envies, ben t'as qu'à prendre une maîtresse, tant qu'il n'y a pas d'amour, je m'en fiche"; ça m'a choqué.

    RépondreSupprimer
  39. Merci pour cet article qui est vraiment d'actualité pour moi!!!!
    Comme toutes, ma libido est au plus bas depuis mes 2 accouchements.
    Au debut je mettais ca sur le compte du poids que j'avais pris et que je ne m'aimais pas, du coup j'avais du mal a voir ce qui pouvait l'attirer chez moi. J'ai fait un regime et j'ai perdu plus que ce que j'avais pris, je me sens bien dans ma peau, mais libido toujours absente.
    Bien sur il ya la fatigue du travail, des enfants, du menage et tout ce qu'une femme à comme taches dans la journee.
    Comme beaucoup je me force histoire de le faire un peu, j'ai de la chance d'avoir un mari formidable que j'aime plus que tout et qui m'aime, il est super comprehensif.
    Nous les femmes on a beaucoup de roles a tenir, celui de maman, d'epouse, de maitresse... et moi en ce moment j'ai le besoin d'etre Moi tout simplement.
    Que c'est dur, je suis completement larguer, je ne sais pas ou on va, car comme tout le monde le sait le sexe est plus qu'important dans un couple.
    Je realise que je n'ai plus de desir pour mon mari alors que je l'aime.
    Il a pris du poids je lui ai demander d'en perdre un peu, peut etre que ca fera quelquechose.
    On a eu une grosse discussion sur nous, on va essayer de se retrouver un peu plus, j'espere que ca va marcher car sincerement j'ai peur et puis j'en ai marre de le priver de sexe quand meme.
    ha la la que c'est dur des fois la vie de couple.
    Merci pour cet article qui me donne le sentiment d'etre moins seule!!!!

    RépondreSupprimer
  40. et bien tout le monde va-t-il répondre et poser des questions en mode "anonyme"?
    bon, Marie, je rajoute un "merci" pour ce post, mais maintenant, vire les caméras et micros que tu as dû poser chez moi, ça devient quasiment du voyeurisme, à ce stade là !

    RépondreSupprimer
  41. MERCI Marie !
    Alors ma question qui est peut-etre celle de toutes... Comment retrouver sa libido? Aller voir le marabout du coin et acheter des aphrodisiaques?

    RépondreSupprimer
  42. Cet article correspond tellement à ce que je traverse aujourd'hui !
    J'ai l'impression que le désir m'a quittée, que mon corps est silencieux, je ne me reconnais pas. Je me demande effectivement si c'est mon nouveau moyen de contraception qui a flingué ma libido, je me remets en question, je remets mon couple en question ...
    c'est très angoissant !
    très bonne idée Marie donc ! merci !

    RépondreSupprimer
  43. Merci Maris,
    moi je n'ai pas rigolé en lisant ton article, j'ai pleuré de lire des mots sur mes maux....
    Aude

    RépondreSupprimer
  44. Dingo!!! Je ne serais pas la seule? Même si je pense battre tous les records haut la main...? Depuis que je suis mère je n'ai plus envie. Je me suis forcée jusqu'à mon deuxième, et maintenant, depuis bien 6 mois, je n'ai même plus envie de me forcer, je vous laisse imaginer donc la fréquence à laquelle nous en sommes réduits. Je sais qu'il en souffre, mais je n'ai pas envie de me forcer, point. Du coup, je pense à la séparation, je ne me vois pas passer ma vie à me prendre la tête sur ce sujet qui ne m'intéresse malheureusement absolument plus.

    RépondreSupprimer
  45. Ouahouh, c'est très fort ton article, merci et bravo!
    Moi j'ai envie, j'y pense quasi tous les jours, mais le hic c'est que aussi souvent que j'ai envie j'ai aussi la flemme! Y'a pas d'autre mot, j'ai la flemme! Ca me demande trop.
    Même si je sais que ça sera bien, qu'après je serai contente, etc...
    Comment on fait pour plus avoir la flemme?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On dort ! C'est pas souvent que les mamans dorment assez !

      Supprimer
  46. Bonjour Marie,
    je vous lis depuis quelques mois, ce qui m'a entre autres bien aidée à frimer devant mes copines à l'hôpital après mon accouchement en décembre dernier grâce à votre liste de maternité: maquillage, jolis vêtements... de quoi assurer pour ces quelques jours et se préparer un retour à la maison gonflée à bloc et optimiste!
    Mais il y a eu le retour à la maison, et l'optimisme s'émousse tout doucement.

    Les rapports sexuels avec mon compagnon? Je me suis rendu compte des dommages lors de la visite du post partum lorsque mon gynéco m'a demandé "et les rapports? ça va? pas douloureux?"
    Je me suis demandé de quoi il parlait l'espace d'un instant, et, toute honteuse, je lui ai répondu que non, ça allait.

    C'est une révolution d'avoir un enfant, et notre bonheur à mon compagnon et moi est total. Mais notre intimité est malmenée, d'autant que dans notre couple c'est plutôt de moi que viennent les initiatives... et en ce moment je n'ai pas envie, j'ai peur de ne jamais plus avoir envie et je me demande combien de temps cela va durer.
    Merci de cet article qui fait du bien, je me sens moins seule et moins extra-terrestre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici aussi après mon premier accouchement, j'ai eu l'impression que je n'avais jamais eu envie de ma vie et que je n'aurais plus jamais envie... Mais c'est revenu doucement, après plusieurs mois quand même !

      Supprimer
  47. Ohlala... Merci pour cet article et cette initiative. J'en pleure. Je n'arrive pas à en écrire plus.

    RépondreSupprimer
  48. Bonjour Marie,

    Que dire si ce n'est "ça pourrait être moi qui écrit ça!" Oui, à l'envie mais la fatigue est telle qu'elle submerge l'envie qui part aux oubliettes! Oui, à "j'ai peur, et si il allait voir ailleurs..." et la question qui tue "est-ce que j'ai envie" ? Et là, regarder au plus profond de son coeur et petre honnête avec soi même (ce qui est le plus dur...).
    Je rajouterais cependant une petite chose, oui, avoir été enceinte et gérer un bébé met l'envie de côté et c'est démultiplié quand on est passé par la PMA....
    PMA (en gros, un coup de pouce avec divers test, piqûre et autre pr être enceinte) qui peut durer des années (ce qui met déjà la libido en berne) et on rajoute par dessus tout ça quand "oh par miracle" un petit bout est venu agrandir la famille, le chamboulement émotionel que cela implique, ben, c'est moi! Je ne sais plus ce que c'est que de faire l'amour comme ça, juste par envie (avoir envie d'avoir envie) et de manièer spintanée! Et ça, ben, on en parle aussi très très peu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Moi aussi j'ai eu un bébé "sur ordonnance", avec 2 ans de rapports toutes les 48 heures pour mettre toutes les chances de notre côté... Et c'est dur de retrouver l'amour-plaisir!!!

      Supprimer
  49. Merci. Je ne sais pas quoi dire d'autre. Je pleure.

    RépondreSupprimer
  50. Un grand merci pour tous ces articles et celui-ci en particulier :-)

    RépondreSupprimer
  51. Ce qui me fâche dans cette histoire, c'est la CULPABILITE. On est obligée de désirer ? C'est si mal de ne pas avoir envie ?
    Parfois, on a l'impression que :
    Ne pas avoir envie, c'est MAL !
    Se forcer, c'est MAL !
    Il faut restaurer le dialogue, et bla bla bla et bla bla bla. Et si tout était plus simple ?
    Un orgasme, c'est bon, mais je n'en ai pas envie tout le temps. Pourquoi devrais-je me poser tant de questions ? Ah oui, je sais, c'est parce que à la télé, dans les magazines, on me dit qu'il faut jouir, c'est impératif, aussi souvent que possible. Mais moi j'ai envie quand j'ai envie, un point c'est tout, c'était comme ça avant bébé, c'est pareil maintenant qu'il a deux ans et que l'épuisement est passé. Entre-temps, il y eu de longs mois où je n'avais pas envie et où je me suis forcée quelques fois, pour me souvenir de ce que ça faisait (c'est vrai que c'est bon) et pour rassurer l'Homme sur mes sentiments pour lui (oui, je l'aime, le fils ne l'a pas remplacé dans mon coeur).
    Hier soir, j'avais envie et ce fut bon. Je ne sais pas quand sera la prochaine fois et je m'en tape. En fait, j'aimerais bien m'en foutre... parce que je redémarre la PMA et il y aura bientôt des moments à ne pas louper. Rapports prescrits par monsieur le gynécologue, quoi de plus sexe !

    RépondreSupprimer
  52. C'est sur que de lire cet article et tous les commentaires, cela fait du bien.
    C'est vrai que j'en parle rarement aux copines ( ouais jamais en fait )et rarement avec mon conjoint ( un peu plus tout de même ).
    Enfin, ici c'est revenu doucement mais c'est revenu tout de même, différemment,et à d'autres moments ;)
    Merci pour cet article.

    RépondreSupprimer
  53. Marie, tu vas faire exploser tes compteurs avec ce sujet, même si subitement tout le monde post en anonyme...
    J ai noté 2 phrases qui reviennent souvent dans les commentaires et qui pourraient venir de ma bouche/mon clavier : envie d être MOI et pas "la maman-la femme-la maîtresse", d exister juste pour MOI et pas pour qqn d autre, plus envie de faire des efforts pour qqn d'autre que MOI, etc etc...

    Et autre point, dans ton texte à toi, Marie : "Un autre qui veut que tout redevienne comme avant." J'ai déjà eu à parler de ca (pas seulmt le côté sesque mais tous les changements dans la vie après des enfants) avec une amie, qui m'avait dit "mais en fait, nos mecs veulent que tout redevienne comme avant, mais on n'est plus "avant" justement, on a voulu et créé des changements dans notre vie qui font que la donne a changé et que merde, on essaie de s'y adapter ou de les accepter". Bon, moi ca m avait éclairé une petite lumière , mais mon mec ca l a pas emballé comme piste de lecture. Même si moi aussi je regrette des choses de ma vie de Nulli, mais je me dis que d ici qq années ca devrait revenir. Pê autrement, qui sait, mais tout espoir n est pas perdu non plus.
    Enfin c est bien épineux.
    Courage à nous toutes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohlala oui le coup du "comme avant", ici aussi on avait toujours dit qu'avec nos enfants, on continuerait à sortir tous les deux, on les emmènerait partout, bref qu'on ne se laisserait pas "bouffer" et détruire par ça.
      Et donc, on sort en amoureux une ou deux fois par mois, parfois plus, on les emmène aussi au resto, dans toutes les soirées chez des copains, partout. Et pourtant monsieur me dit "je me suis bien fait avoir, on avait dit que..." parce que je veux bien laisser notre deux mois l'après-midi mais pas encore le soir, parce que je trouve que nos enfants sont trop petits pour qu'on leur fasse faire quatre heures de voiture en un jour juste pour le plaisir, et parce que récemment j'ai refusé qu'on les emmène dans un karaoké (!). On s'est mal compris manifestement...

      Supprimer
  54. La culpabilité est gênante effectivement, et encore plus le fait de lire dans les commentaires que nous sommes nombreuses à ne pas avoir pu commenter beaucoup tellement nous étions occupées à pleurer parce que cet article nous a touchées personnellement!
    J'ai moi aussi du mal à mettre des mots sur tout ça, alors j'ai fait lire ton article au Mâle et je pense que ça peut aider!!
    Re-merci Marie!
    Je t'ai dit merci déjà au fait?
    Merci
    Merci
    Merci!

    Aude

    RépondreSupprimer
  55. C'est bien vrai tout ça marie
    merci pour cet article ;)

    j'ai eu la chance d'avoir un homme super comprehensif (mais impatient aussi), on a beaucoup discuté, il a comprit mon mal etre heureusement

    mais ici le sexe n'est pas taboo, j'ai echangé avec mes coupines maman et nulli, ça m'a permis de decomplexée aussi de mes 20kg restant (toujours lol), et beaucoup de repos, j'aurais tué pour une nuit de sommeil alors fallait pas me parler de galipettes lol

    le desir est revenu avec le temps, doucement, meme si ça n'est pas "comme avant" , avec beaucoup de tendresse
    et je pense que tant qu'on ne s'etait pas calé en tant que parents, surtout pour le rythme, on ne serait pas arrivé a grand chose, les tensions de nouvelle vie dur dur

    RépondreSupprimer
  56. j'ai commencé par pleurer en lisant tout ça, parce que çe me met en plein dedans, que je me suis forcée (mais alors, à un point!!!) hier soir pour cause de st valentin, pour cause de sous vêtements offerts pour l'occasion (ben voyons...) et que j'en ai marre de me forcer, c'est insupportable.
    et puis j ai fini par sourire (un peu) : la vache!!! je suis loin d'être la seule! j'ai même pas réussi à tout lire tellement y a de commentaires.
    j'ai jamais été une folle de spirouettes sous la couette, du coup, grossesse ou pas, ça n'a pas changé grand chose.
    alors oui, le soir, je suis morte, j'ai juste envie de squatter le canapé, un livre, la télé, le lit...tout mais pas de galipettes!! mais si j'étais moins fatiguée, est-ce que ça changerait quelque chose?? je ne crois pas...alors quoi, qu'est ce qui cloche???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement la fatigue a beaucoup plus de conséquences qu'on croit, donc oui ça pourrait changer quelque chose... Je crois qu'en se forçant pour nos hommes on ne rend service à personne, la solution serait plutôt qu'ils fassent leur possible pour atténuer notre fatigue !
      Et oui je veux bien croire qu'ils soient fatigués aussi, mais bien souvent ils en font beaucoup moins que nous...

      Supprimer
    2. "Franchement la fatigue a beaucoup plus de conséquences qu'on croit, donc oui ça pourrait changer quelque chose... Je crois qu'en se forçant pour nos hommes on ne rend service à personne, la solution serait plutôt qu'ils fassent leur possible pour atténuer notre fatigue "

      -----> ouiiiiii !
      C'est la solution, je pense.

      Supprimer
  57. je crois que tu as bien fait d'aborder le sujet, vu le nombre de questions posées! voici donc la mienne : petit nain a 13 mois, dans l'ensemble tout va bien, on dort mieux (enfin surtout maman, papa dort tjs très bien), mais voila depuis quelques mois, la seule chose dont j'ai envie le soir c'est de m'endormir vite pour passer une vraie bonne nuit sans réveil (tétine perdue, remttre bois dans la cheminée, chien qui jappe.....) et dormir une grasse matinée que je n'ai pas eu depuisi 13 mois !! chaque soir, je me couche en lisant un bouquin et ne reve que d'une chose : m'endormir!! mais je fais l'effort pour le male, mais le coeur y est pas ! les sentiments sont tjs la, c'est un papa super, mais j'aspire plus à de la tendresse qu'a des actes! suis je déjà une mamie?? j'avoue que les galipettes ont jamais non plus été trop mon truc!! le plaisir passe pas tjs pas l'acte en lui meme! je suis heureuse, y'a pas, mais le SESQUE bin c'est moins mon truc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mamanpaparfaite, comment se fait-il que tu n'aies pas eu UNE SEULE grasse matinée en treize mois ? Monsieur, il pourrait pas te laisser dormir le matin le week-end, parfois ? Parce que moi c'est clair qu'actuellement mon sommeil passe avant le sexe, et que si monsieur a le double d'heures de sommeil que moi, qu'il ne fait pas l'effort de me laisser dormir, bah premièrement je suis fatiguée donc pas trop envie, et deuxièmement je le trouve trop égoïste pour faire des efforts pour me donner envie...

      Supprimer
  58. punaise, jamais je n'oserais m'exprimer ici sans le couvert de l'anonymat!! ;-)
    Bon alors ici, Nain a 14 mois, et depuis la naissance on a dû faire 4 ou 5 séances de galipettes... ma libido est en vacances en Sibérie...
    Alors ma question à VL: comment retrouver un minimum de libido, sachant que Monsieur a tendance à abréger les préliminaires, et qu'ensuite, vu que "ça fait longtemps", il ne tient pas la distance assez longtemps pour que j'arrive moi aussi à quelque chose? Je veux bien me forcer, mais si je n'en ai pas la récompense... Et Monsieur est susceptible, je ne peux pas lui demander de changer ses pratiques...
    Merci Marie d'avoir abordé ce sujet sensible!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. +1 pour moi, c'est exactement ça

      Supprimer
    2. +1 pareil pour moi...

      Supprimer
    3. ET encore un +1
      Moi, mon fils vient d'avoir 2 ans et demi, et ça fait deux ans et demi que c'est comme ça.
      J'aimerai bien que ça change, mais comme l'a si bien exprimé l'anonyme auquel je répond... peu de chance que ça change.
      Ce n'est pas tant le manque d'envie, que le sentiment de pouvoir tellement mieux utiliser ce peu de temps disponible... (dormir, dormir, dormir...)
      Et puis bon, quand je me force un peu parce qu'après tout "on n'est pas des vieux quand même", ça n'est vraiment pas ça.

      Le secret : peut être trouver un autre moment...

      Supprimer
  59. Merci Marie pour ce sujet, ça fait du bien de voir que l'on est pas seul dans ce cas ...
    Ici bébé de 22 mois, la fatigue, la mort d'un parent, une péritonite et une opération dans une semaine : la maman n'a plus envie ...
    Aujourd'hui, je serai anonyme ...
    Merci Beaucoup.

    RépondreSupprimer
  60. Merci Marie pour ce sujet sensible.
    Moi, après une 1e grossesse qui m'a transformée en obsédée sexuelle, je me suis retrouvée après la naissance avec une envie qui confinait au néant. Un quoi ? Un câlin ? Non mais ça va pas la tête, bîîîî !
    Ma gynéco, féministe grande gueule en qui j'avais une totale confiance, m'a dit "forcez-vous". J'ai cru qu'elle parlait à quelqu'un d'autre mais non c'était à moi qu'elle donnait ce conseil aussi ahurissant que contraire à mes principes. Et pourtant je l'ai écoutée. Et j'en ai été ravie, car malgré des redémarrages où j'essayais de penser à autre chose, j'ai peu à peu retrouvé mon intégrité, mon "entièreté" (ça se dit ça ?), le chemin vers mon plaisir. J'ai appliqué ces consignes à la lettre après bb2, et aujourd'hui, je peux dire que j'ai une vie sexuelle bien plus intéressante qu'au moment de notre rencontre avec l'homme, il y a 12 ans ! La présence des enfants dans la maison sont autant de pièges à déjouer ensemble, complices ;-)
    Courage à toutes celles qui sont momentanément fâchées avec l'amour physique. Ce qui vous apparaît comme un effort doit être perçu comme une occasion de vous récompenser de tout ce que vous faites pour les autres (enfants, boulot, homme). Octroyez-vous ce plaisir ! Je sais que la tendance est difficile à inverser, mais c'est possible ! Dites à votre homme que vous voulez du plaisir, qu'il soit attentif et attentif que diable ! il en sera largement récompensé...

    RépondreSupprimer
  61. Merci Marie ! j'aurais aimé lire ça il y a 3 ans !
    j'avais commencé à écrire un roman... je n'ai pas vraiment de question si ce n'est "pourquoi on ne prend pas mieux en compte cette baisse de libido chez les professionnels que l'on rencontre après l'accouchement". pourquoi personne n'explique à l'homme qu'il va falloir qu'il bosse un peu pour retrouver sa femme. parce que retrouver une sexualité "épanouie", ca va passer par de la tendresse, de la douceur, des attentions qui peut être ne donneront "rien" niveau sexe les premières fois mais qui redonneront de l'estime à la femme, de la confiance, l'impression d'être aimée, soutenue... Reprendre le temps de se retrouver entre adultes, de se regarder... Arrêter de penser que la femme va gérer toutes les casquettes avec simplicité et prendre la casquette "amante" sans aide, juste pour faire plaisir à l'adulte autonome qui partage notre vie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'aurais aimé lire ça il y a 3 ans.. et il y a 6 ans aussi!
      Merci Marie! On croit souvent (à tort sans doute) que chez les autres ça ne se passe pas comme ça. Madame est toujours aussi désirable et sexy, elle n'est pas fatiguée, elle n'a pas peur de cette p*tain d'épisio, elle ne donne pas la tétée 5 fois dans la nuit.... Mais le nombre de commentaires sur cet article nous prouve bien que c'est PARTOUT pareil!!! Merci bcp ;-)

      Supprimer
  62. avec 4 enfants et un boulot à temps plein, je n'ai pas souvent envie de faire l'amour avec le z'homm.
    Mais ma libido n'est pas morte, j'ai juste la flemme de faire l'amour avec quelqu'un, de prendre encore soin de quelqu'un... par contre je me masturbe une fois par semaine, la seule aprés midi que j'ai de libre, sans enfants.
    et je culpabilise pour lui.

    RépondreSupprimer
  63. Parce que c'est vraiment ça ..
    Parce que je suis bien dans ses bras, mais le sexe c'est trop me demander,
    Parce que oui je l'aime mais les galipettes, j'avoue je me force,
    Parce que oui je n'ai qu'une seule naine, mais comme c'est moi qui gère maison/papier/boulot/enfant/course/finance etc... Ma couette c'est sacrée !
    Parce que les hommes ne comprennent pas que sans petites attentions, il n'arriveront pas à nous motiver...

    J'ai lu cet article avec Zhomme à coté, qui n'a pas vu les larmes me monter au yeux, ce sentiment de culpabilité qui me dit "fais un effort ce soir", ce léger sourire après avoir lu tous les com car ça y est, je le sais, je suis pas seule.

    Mais on va travailler encore la dessus moi et mon corps en se disant, que oui, un jour ca va bien finir par revenir..

    Merci à toi Marie, et a toutes les anonymes ! On est peut être anonymes ce soir mais on se reconnait d'une certaine façon =)

    RépondreSupprimer
  64. J'y retrouve mon couple... à l'inverse. J'ai envie, mais pas mon mari. Il ne me désire plus. Et mon corps étant ce qu'il est devenu (deux grossesses en 2 ans dont une gémellaire) et 25 kilos à chaque fois, ça n'aide pas. Les vergetures au RDV et des kilos qui restent. Il n'a pas envie. Plus. Et je n'ose plus le séduire à cause de ce corps, plus un corps de mère que d'amante. Je me dis que je dois le dégouter. Et il y a cette fatigue.

    Se forcer à faire un câlin ? Comment le forcer ?? Comment accepter le refus plusieurs fois d'affiler et ne pas se sentir coupable ?

    Alors oui, le régime est en cours. Mais sauvera t'il sa libido ? Retrouverai-je mon amant ? Ou vais uniquement garder mon mari ?

    Vaste sujet Marie !

    RépondreSupprimer
  65. Entendu à la radio il y a quelques jours "Le français moyen a les yeux marrons, les cheveux châtains, mesure 1m78.... et fait 157 fois l'amour par an"...... Je me suis demandée si le français moyen était mytho ou si nous avions un gros souci de couple !!.....A la lecture des commentaires, j'ai la réponse !!

    RépondreSupprimer
  66. On ne parle pas assez des Nulli en quête de devenir Primi qui sautent sur le Mâle à la moindre occasion...
    Et c'est là où je me dis que je vais réussir à remercier Dame Nature... ça fait plus d'1an qu'on attend! ;-)

    En tout cas Merci Marie!

    RépondreSupprimer
  67. Oh quel écho en moi ce texte!
    Il est si dur à lire. Avant mes grossesses le sexe ce n'était déjà pas ma tasse de thé! J'ai toujours trouvé ça barbant et je n'aime pas les choses qui sortent de l'ordinaire. Ajouté à cela un compagnon ultra rapide qui ronfle direct des qu'il a finit son affaire et qui ferait l'amour tous les soirs...
    Nous avons quand même fait 2 enfants. Nonobstant le fait que je me sentait moche et grosse que j'ai été malade 6 mois pour la 1ère et 9 mois pour la seconde grossesse, je n'ai rien trouvé de mieux que de faire 2 grosses dépressions post partum. 1 an pour le premier, 3 ans pour la seconde. Je n'ai rien ditAutant dire que je me forçais une fois par mois et je vivais térrorisée le reste du temps: j'allais me coucher avant lui. J'ai eu la migraine etc.
    Au bout de 5 ans après mon dernier accouchement, il ne reste rien. Je suis devenue plus mère que femme et surtout le couple vit en colocation. C'est un échec! Je n'ai jamais compris pourquoi j'aimais si peu le sexe ( libido à zéro) , j'aime la tendresse les attentions et finalement il ne reste même plus ça car quand un compagnon est très demandeur, on finit par vivre chaque demande de calins comme une épreuve. Je tiens à préciser que j'ai été sous pilule( Diane 35) depuis mes 16 ans, j'en ai 43 : je me demande depuis peu grâce au site http://www.zonezerogene.com/ si cela n'a pas eu dès le départ de ma vie sexuelle une grosse incidence sur ma libido si peu présente.
    Je suis vraiment curieuse de savoir si on peut m'apporter quelques réponses. D'avance Merci

    RépondreSupprimer
  68. Merci. Merci pour ces quelques lignes qui me font pleurer...larmes qui curieusement me soulagent tant! J'aime mon homme + que tout et je culpabilise de cette libido à zéro malgré ses efforts et ses attentions. Dieu que je l'aime et que j'ai peur de le perdre. Je crois que ça vient de me donner envie de me glisser sous la couette avec lui...juste par amour et non pas par "devoir"...merci...

    RépondreSupprimer
  69. Je tenais à témoigner de manière positive, tant pis si ça ne colle pas avec les statistiques de ce que je lis dans les commentaires.
    Avant, j'ai toujours eu plus envie que Monsieur. Mais je le stimulais en lui mettant la main aux fesses quand je passais derrière lui, en lui caressant la nuque et autres attouchements +/- sensuels. Il a rarement refusé mes avances (ce qui me vexait à chaque fois).

    Durant la grossesse, je ne laissais pas le choix à Monsieur et j'invoquais mes hormones pour avoir la dose qui me convenait (que j'en ai envie ou pas du tout envie). Coup de bol, quand j'avais moins envie, comme beaucoup à ce que je lis, c'était vers la fin et je pouvais toujours détourner son attention vers le bébé qui bougeait dans mon ventre.

    Quand bébé est né, ma flemme naturelle alliée à mon féminisme m'a conduite à répartir les tâches (bain, changer les couches, habillage, bercement, promenade et se lever la nuit dès ma reprise du boulot) avec Monsieur, qui se levait la nuit pour m'amener bébé au sein et se relevait pour le recoucher.

    Ma "chance" a été que j'ai perdu 2 tailles de vêtements après la grossesse. En allaitant, j'avais des seins heu...au top, et étant plus mince qu'avant, je me trouvais super canon !
    (Pour rassurer les jalouses, j'ai repris une taille depuis...en remangeant les aliments interdits durant la grossesse, comme charcuterie...).

    En me trouvant canon, j'avais encore plus qu'avant la grossesse besoin de me sentir désirée et je l'ai fait comprendre à Monsieur. Monsieur était bien fatigué lui aussi car il se levait la nuit, donc nous étions plutôt à égalité.

    Ce qui a sauvé ma sexualité ?

    - la patience de Monsieur
    - le fait que me voir avoir du plaisir le met dans tous ses états (donc il veut que j'en aie)
    - les sextoys (ça vibre, ça frotte, mais sans forcément devoir pénétrer)
    - le lubrifiant !

    RépondreSupprimer
  70. merci Marie pour cet article ! et merci à toutes/tous pour vos témoignages ! je me sens moins seule, peut etre que rien n'est perdu alors...2 ans que rien coté sexe chez nous,je suis bloquée depuis cette déchirure dont j'ai souffert atrocement pendant plusieurs mois, l'épuisement, les nuits et l'annonce d'une maladie génétique incurable aux 2 mois de notre bébé.Aujourd hui, je n'ai pas de désir,pas d'envie, le temps de rien à part bébé/boulot/ménage/hopital,je suis en mode survie, alors le sexe hein,c'est le dernier du cadet de mes soucis quand j'ai encore au bout de 2 ans un bébé qui ne fait pas ses nuits,qui fait ses siestes dans mes bras sinon rien le week end et que je ne peux pas me poser pour manger ou prendre une douche sans être aux aguets. Monsieur est compréhensif je pense car nous cohabitons à peu près paisiblement, on a plus de vie de couple du tout,il est à fond dans son boulot,saute sur les déplacements de plusieurs jours et les séminaires avec soirées au bureau, part chez les potes aider quand une occasion se présente. Peut etre faisons nous tout simplement partie des couples qui ne s'en remettrons pas :-)

    RépondreSupprimer
  71. Bonjour vanessa lope est un pseudo??

    RépondreSupprimer
  72. Je ne doit pas etre normal...
    pendant ma grossesse javais tt le.temps envi et maintenant aussi mon homme a tout fait pour que je me sente bien dans mon corps...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci tu me rassures ! j'ai peur de perdre mon entrain d'avant et de pendant . Mais apparemment sa arrive de retrouver son appétit.

      Supprimer
  73. Ca me rassure aussi de lire que c'est normal... j'ai un peu l'impression qu'avoir été "lesée" par le manque d'info sur la relation entre couple après un accouchement... alors que j'aime mon mari de tout mon coeur, que c'est l'homme de ma vie, voilà que maintenant que j'ai accouché j'en viens à me dire que j'aime tellement mon fils que je ne laisse plus aucune place à son papa. c'est juste horrible.
    et les calins n'en parlons pas, c'est juste si je ne le repousse pas... pourtant une fois "dans l'action" je me dis que c'est vraiment bien et qu'on devrait faire ça plus souvent (lol) mais quelle flemme... pas évident tout ça. Je pense que ça va revenir. Je l'espère.

    RépondreSupprimer
  74. Bonjour Marie/Vanessa, J'évoque le sujet dans mon dernier livre sur la sexualité et le couple, c'est un sujet épineux et tu en parles bien. Malheureusement, il n'y a pas que la grossesse pour "aplatir" la libido ; la ménopause, toute maladie, le stress, le chômage et la vie qu'on nous fait mener en général en sont la cause.http://mariejeannemarti.fr/actualites-marie-jeanne-marti/

    RépondreSupprimer
  75. Bonjour à toutes et à tous,
    Je n'ai pas lu tous les messages précédents, mais je tiens à vous faire part de mon couple.
    Nous sommes ensemble depuis 2002, nous avons eu 3 enfants. Le dernier est toujours à la maison. Ma conjointe depuis la naissance du premier est une Mère au foyer, une fabuleuse Mère. Malheureusement pour nous, c'est 8 années de dévotion à sa famille à nuit à notre couple. A mes yeux c'est la femme la plus extraordinaire qu'il puisse exister, je l'aime à un point inimaginable, mais de son coté, il n'y a plus cette flamme vis à vis de moi qui suis devenu le père de nos enfants !! Elle n'a plus ce désir envers moi !
    Elle a mis ça sur le fait qu'après les grossesses on a moins de désir, elle était confortée par les récits de ses amies... Bon le fait étant qu'elle trouvait "normal" de ne plus avoir de désir auprès de cet homme qu'elle aime, et avec lequel elle a passé des moments inoubliables !!
    Mais voilà, il y a un mois, le désir c'est réveillé, mais malheureusement pour moi, pour un autre homme. Rencontré au hasard de la vie, il y a eu échanges de SMS, et c'est suivi plusieurs rencontres dont deux concluantes sexuellement.
    Samedi matin, alors que la veille au soir elle rentrait d'une soirée avec ces amies (vers 4h du matin), je suis "tombé"(*) sur un SMS vers 3H50, lui demandant si elle était bien rentrée ... De là, la technologie aidant je suis remonté dans ces échanges pour me rendre compte de l'intensité des mots qu'ils s'échangeaient !! J'ai été ANÉANTI de ces échanges !
    Nous avons eu des explications dans la foulée, elle un peu comateuse du fait du peu de sommeil. Pour résumer, elle a été surprise de retrouver ce désir envers cette personne, elle voulait être sure, elle a retrouvé à travers ces échanges, nos premières années lorsque nous partagions que le bon, les sorties, les complicités, les rapports .... Maintenant nous sommes en stand-by, il faut qu'elle se retrouve femme et non plus mère pour savoir si elle retrouvera son désir envers moi. Le temps, je pense qu'il n'y a que ça, qui pourra nous retrouver. Il faut que l'on fasse les efforts nécessaires pour se "séparer" des enfants et nous retrouver l'espace de quelques heures voir quelques jours. Mais dans un premier temps c'est elle qui doit se retrouver en faisant des activités (sans moi) propre à elle pour se sortir du quotidien de Mère au foyer. Le temps fera le reste, en espérant qu'il nous soit favorable.
    Est ce quelqu'un a vécu ce genre de situation, et pourrais me faire part de leur avenir commun ... ou pas !?!
    Merci pour vos commentaires.
    (*) Depuis quelques semaines elle gardait toujours sur elle son téléphone, alors qu'auparavant elle le laissait trainé ... C'est peut être pas très morale, mais bon, je l'ai fait .... Elle ne me le reproche pas, et pense qu’inconsciemment elle voulait que je tombe sur ces échanges !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      Après avoir longuement tergiverser, peser le pour et l econtre à répondre à ton post, j'ai finalement décider de me lancer.
      En effet, aujourd'hui je suis bien dans mon couple mais pendant longtemps ça n'a pas été le cas.
      Nous sommes passés par des moments très difficiles.
      Ce n'était pas les grossesses qui nous avaient éloignés mais des travaux dans la maison (fatigue, risques, eloignement, incompréhension, manque de dialogue ... finalement ce n'est pas si éloigné que ça des enfants).
      Toujours est-il qu'à cette époque (il y a environ 5 ans) nous avons traversé des choses similaires à ton cas.
      Les mots "elle a retrouvé à travers ces échanges, nos premières années lorsque nous partagions que le bon" ont fait écho à ce que j'ai vécu.
      Après l'achat de cette "maison" (3 murs et demi) mon mari a travaillé comme un fou pour que nous puissions l'habiter rapidement et moi de mon côté ai pris un nouveau travail. Là j'ai rencontré une personne avec qui nous avons échangés des mails... Mon mari, un jour, a ouvert ma boite mail pro et lui aussi est "tombé" dessus. J'avais envie qu'il trouve ces échanges parceque ce n'était pas destiné à l'autre personne, c'était un avatar de mon mari, ça aurait pu ê n'importe qui, dans ma tête c'était mon mari qui était à l'autre bout du clavier.
      Son monde s'est écroulé, le mien aussi, nous avons mis plusieurs années à nous reconstruire. aujourd'hui, je suis enceinte, les travaux ne sont toujours pas finis mais on s'aime par dessus tout.
      Alors je ne te réponds pas pour te raconter ma vie, mais pour te donner de l'espoir.
      Redeviens celui que tu étais qd vous vous êtes rencontrés, retrouve ce qui a fait qu'elle s'est dit "ce sera lui le père de mes enfants ET l'homme de ma vie".
      N'oublie pas d'être l'homme dans ton couple, soit fort et brillant. Ne te morfonds pas et fais la courir, montre lui ce qu'elle risque de perdre.

      Ce n'est que mon avis mais dans notre cas ça a fonctionné.
      Courage

      Supprimer
  76. Franchement, si elle t'a trompé, lâche la : à la prochaine faiblesse de ton couple, elle recommencera. Elle ne mérite pas ta confiance. Comment peux tu imaginer TA femme, la mère de tes enfants en train de coucher avec un autre type ? N'as tu donc aucune fierté pour vouloir la récupérer ?

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...