17 déc. 2012

Parce que mes lectrices font de jolies choses (joli bijou inside)

De temps en temps, je partage une page sur mon mur Facebook.
Un blog qui me plaît.
Une boutique sur laquelle je vais faire quelques emplettes.
Une créatrice de bijoux.

Je ne suis pas très manuelle.
Je ne suis pas non plus très bijoux de dame qui coûtent un bras.
Je préfère les jolies petites choses. Avec des étoiles ou des strass, en argent ou avec un lien joli qui reste à mon poignet jusqu'à ce qu'il se détache de lui même.

D'ailleurs, je ne porte presque jamais rien, sauf mon bracelet Pompon carabine avec le nom de mes trois nains.
Des boucles d'oreilles que j'accorde à la tenue du jour (quand je trouve le temps d'en mettre).
Une jolie bola de grossesse (trouvée là d'ailleurs) ou un collier coloré.

Bref, voilà, je suis du genre à craquer pour des petites choses comme ça qui me font plaisir, qui me parlent et qui ont été faites par des petites mains douées (moi qui sait à peine recoudre un bouton).

Je vous avais parlé récemment de cette page Facebook sur laquelle vous pouvez trouver de très très jolies choses : De l’Incontestable Nécessité du Superflu.

Avec ce coup de coeur :


En attendant l'ouverture de la boutique en ligne, n'hésitez pas à aller fureter (et à passer commande pour Noyel, par exemple ma Mamie vénère le sac à tartes ;))




Aujourd'hui, je voudrais zoomer sur une bien jolie boutique qui est celle de Karine, une adorable maman. Karine m'a envoyé il y a quelques temps une paire de boucles d'oreilles magnifiques.
Et j'ai craqué. Parce que je suis amoureuse des étoiles (d'une) et parce que j'ai beaucoup aimé les couleurs, le ton et ce que ça donnait sur ma petite tronche (fatiguée).

Du coup, je me suis dit que ça pourrait être chouette de vous montrer son travail, parce que je sais à quel point c'est difficile de se faire connaître quand on créée.
Alors je ne peux pas ouvrir mon blog à toutes les petites boutiques, à toutes les créatrices...certes, mais de temps en temps, je trouve ça sympa de partager des coups de coeur.

Bref, bref, voilà la boutique :  Etoiles et Papillons

Avec ça dedans (en vrac) :







Voilà.
C'est simple.
C'est joli.
C'est doux.

Je voulais juste vous faire connaître son travail.

Et vous proposer de gagner un petit quelque chose, spécialement créé pour vous par Karine (elle est choupie).

Je vous laisse donc choisir entre ce joli bracelet :



ou ces boucles d'oreilles :


et me laisser un commentaire en me disant lequel des deux vous souhaiteriez gagner.

Je vous laisse faire un petit J'aime sur la page Facebook, ça ne prend pas beaucoup de temps et croyez moi, ça fera très plaisir à notre maman créatrice...

Le tirage au sort se fera jeudi soir, on se dépêche, on se dépêche...histoire que vous ayez un joli paquet sous le sapin rien que pour vous.

Allez les belles....(ou les Mâles en quête d'un joli bijou pour votre chère et tendre...)

15 déc. 2012

T'as vu la biquette? Elle fait dodo... (et autres troubles langagiers du parent)



Avant tout, la gagnante des 4 places pour le pestacle de Zut est Krousti. J'attends ton petit mail...

Salut. Je suis une biquette




Je sais, je sais.
On peut se prétendre "blogueuse influente" et s’exprimer en langage texto sur Facebook, faire trois fautes d'orthographe par paragraphe, sans parler des erreurs de syntaxe (aaaaargh).  Moi-même, professeur des écoles nainesque à la base, je laisse souvent passer quelques "s" ou quelques accords à la con (que si on me demandait mon avis on cesserait de ne pas accorder même si ce putain de COD est placé après le verbe - je ne suis pas claire mais vous me comprenez).

Bref, je ne suis pas très influente (en tout cas j’ai beau hurler personne ne fait ce que je dis à la maison) mais j'ai tout de même une certaine estime de mes propos (oui, tout à fait) et un certain respect pour ceux qui savent manier la langue française avec délicatesse et intelligence.
Parce que j'aimerais savoir écrire et dire les choses de manière alambiquée, parce que je voudrais, parfois, qu'on se dise "putain, elle cause bien" (peut-être qu'on se dirait plutôt "c'est fort joliment dit" d'ailleurs).

Mais je suis parent.
Et ça, croyez-moi, ça anéantit tout.

Si, si, je suis sérieuse.

On a beau tenter de s'exprimer correctement, ça foire, ça échoue.
On a beau tourner ses phrases de manière subtile, essayer d’être crédible et précieuse…ça rate.
On passe juste pour une mère lambda, hystérique par moment (voire souvent) et à qui il manquerait la lumière dans toutes les pièces.
 A partir du moment où on a des nains, on souffre de troubles langagiers récurrents, c'est ainsi.

Oui Nulli, je sais. Tu mets un point d’honneur à le répéter à tout le monde :
« Je ne comprends pas ces parents qui se bêtifient quand ils ont un nain. MOI je parlerai normalement à mon nain ».


Je sais. Moi aussi. Et parfois, même souvent, j’y arrive. Je ne miaule pas quand je vois un chat. Je n’aboie pas pour désigner le chien (bon, je l’appelle toutou à la place).
Mouais.  


Je n'ajoute pas systématiquement de mignon, ou de love ou de cute quand je parle des nains. 

"Oh, oui, Micronaine est tellement cute en ce moment, je la love de trop".
Ah oui, parce que ça arrive ça aussi, l'introduction de l'anglais de manière systématique pour souligner que nos nains sont ultra-chouettes.


Il faudrait se pencher sur tous ces phénomènes de langage, c'est passionnant.

A la lecture de cet article, peut
-être vous fendrez-vous d’un commentaire outré en disant que « non, chez vous, on parle normalement aux enfants ».
Na na na na nère.
Moi pas.

Enfin pas toujours…


Lorsque mes nains étaient tout bébés, j’avoue, j’avais souvent la voix-débile qui prenait le dessus sur la voix normale et habituelle. 
Parfois même, je chantais.
Ouais.
Bon, je préfère oublier. Surtout que ça va vite revenir.

Alors, si, effectivement, il y a des termes que j'emploie et que je retrouve dans la bouche des nains qui me font sourire.
Ou bien Grand Nain qui trouve que les cauchemars sont "angoissants".
Voire Micronaine qui souhaite sa « friandise » du calendrier de l’Avent…

(Faux nains va)



Pour étoffer un peu mon propos, je vous suggère ici quelques situations parentales lors desquelles les troubles langagiers du parent sont exacerbés.
Peut-être vous y reconnaîtrez-vous.
Peut-être pas.

Mais chez moi, lorsque le moment arrive....

·       D’aller se coucher…


On devrait dire « allez, c’est l’heure d’aller se coucher, il est 20h et le marchand de sable va passer ». Mouais.
Bon.
Chez nous, ça ne ressemble pas à ça.
« C’est l’heure du dodo !!!  Il faut aller faire dodo ! Allez, zou, aux plumes ! Tu vois là, il est minuit, Grand Nain fait dodo, Moyen Nain fait dodo, PAPA – ce pourri- fait dodo et même Toutou fait dodo. Donc toi, tu vas au dodo. C’est comme ça et on se retrouve demain (enfin tout à l’heure)».

Mais c’est vrai quand même, il faut aller au dodo. C’est bon pour grandir, le corps, pendant que tu fais dodo, il grandit. Si. Plein.

Je ne sais pas pourquoi, le dodo, c’est sacré.
On va à la sieste. Mais le soir, on va au dodo.

« Laisse maman faire dodo ».
« Papa fait ENCORE dodo LUI »

Bref, excusez-moi mais chez moi, on ne dort pas, on ne s’assoupit pas, on fait dodo.
Enfin, on aimerait bien.
bon dodo ça le nain, bon dodo




·       De passer à table

Lorsqu’arrive le moment de manger, il n’y a pas mille solutions pour appeler le nain (qui joue tranquillement pour une fois) :

« A table ! »

Ici, se décline en
« Mioume Mioume les ptits gars ! »
« On maaaaaange (bordel) »
« Le repas est prêt, vous faites comme vous voulez mais après c’est froid je ne réchauffe rien tant pis » (mode énervée)



Ça va encore.
Chez moi, ils veulent « manzé ». Parce qu’ils ont « faim » et qu’ils n’ont presque pas du tout goûte (les mythos). Et beurk, encore de la soupe.
« C’est pas le flunch ici, tu manges et puis si tu ne manges pas bin tu ne manges pas ».

Les pâtes.
La semoule (voir chapitre : riz)
La purée (sainte purée collante)
Le colin pané (voir chapitre : nuggets)
Les tissuisses
Les biscuiks (ici, Nesquicks au chocolat – 2 euros les 6, mangés en deux jours, un sain investissement).
 Un Gü de Papa et Maman (quoi??)
Et la chauchiche. Bien entendu. L'inégalable chauchiche.

Chauchiche au menu


·       De saluer les chèvres, les chevaux, les lions, etc…


En compagnie de nains, l’animal malchanceux qui, de plus, n’a absolument rien demandé, devient tout autre.


De cheval il devient poney, ça fait moins peur.
D’âne, il devient Naan (comme les pains indiens oui), c’est plus facile à prononcer.
De chat il devient Babou (chat bien connu de Micronaine qui a donc décidé de ce fait que tous les chats se prénommaient Babou), Matou, Minou, ou pire Miaouuuuu.
De lion, il devient Simba. Ou plutôt non, le papa-de-Simba.
Cette pauvre biche devient Bambi. Ou plutôt non, la-maman-de-Bambi-tu-vois-qu’elle-va-bien-finalement.
Ce poisson rouge neurasthénique (qui pue) devient Némo. Oui. Ou Bubulle. Ou « ce mauvais poiscaille qui pue et c’est toujours moi qui change l’eau de l’aquarium » (ok, ça c’est moi).

bonjour Poney!


Bref, l’animal paraît choqué, tente de protester, mais le nain l’assomme d’une carotte (si c’est un Naan) ou d’un trop-plein de copeaux-qui-puent (si c’est un Némo).



·       D’enfiler des chaussettes ou des chaussures.



On lève les papattes.
Donne-moi ta papatte.
Si tu veux que je t’aide, tends moi ta (putain) de papatte.
Bon, c’est bien.
Ah non, c’est pas le bon pied.

Les chaussettes, les chaussures, même combat.
Il y arrivent.
Et puis non.
Et puis tu m’aides ?
Et puis je suis en anorak tout engoncé et puis je n’y arrive pas.
« Mets-toi donc assis là. Donne la papatte »

Ouais, je sais.
Mais j’ai un chien toutou, c’est pour ça je confonds.
Quoi que le chien se prépare tout seul, LUI.




.
  
·       D’enfiler n’importe quelle fringue en fait


On lève les bras au ciel.
Lève ta papatte.
Oh, il est où le petit bras ??
On a perdu Micronaine ?? Non, elle est là !!

Et tous les jours.
On se marre trop en fait.

Entre la tétête qui dépasse du col.
Entre les petites mimines « qui sont où les petites mimines ?? »
Et ces « petits petons, guililguili, je les attrape PAR ICI ».
Et les fefesses ?
Hein ?

Tout ça pour qu’ils nous laissent les habiller sans hurler ni se débattre.
Tout ça pour qu’ils ne demandent pas à faire SEULS ce matin parce qu’on est super-méga-à-la-bourre (comme tous les matins).
Tout ça pour qu’on puisse enfiler discrètement le haut propre prévu et non pas l’hideux tee-shirt Hello Kitty fétiche qu’on veut porter pour dormir faire dodo et pour vivre. Devant des vrais gens.




·       De changer une couche





Bouhhhhhhhhhhh….ça puuuuuuuuuuuuue.
Qui a fait un gros caca ?
Hein ?
Comment une si petite chose peut-elle faire un si gros caca ?

Oh non !
Un tout petit pipi finalement.
On change le cucul ?

Et bin voilà, qui a le cucul tout propre ??

Pathétique.
Le tout, sans respirer.
Le tout, en retenant de jurer parce qu’on a trempé son doigt dans une micro-crotte.
Le tout, en marmonnant un « MERDE » parce que la couche est tombée de la table à langer (mieux vaut la couche me direz-vous) du mauvais côté, évidemment.
Le tout, en chantonnant bêtement, en retenant les petites menottes (niaise) de Micronaine qui voudrait bien sur les tremper dans sa micro-crotte (hilarant).

Le tout en comptant combien de temps encore il faudra emballer ce petit cucul tout propre dans une coucouche avec un toutou dessus, c’est pas rigolo et dès fois c’est même Ouinnie sur la coucouche.


PS : Encore deux ans et demi au minimum si je compte bien.

 Et...

L’adjectif qualificatif employé à outrance :
  
J’en note surtout deux qui sortent du lot (laissons de côté le « mignon ») : petit et gros. Oui, ça peut sembler surprenant mais le parent aime user de l’un ou de l’autre selon l’ambiance.

« Alors on prend le petit pied et on le glisse dans la petite chaussette »


« Qui c’est qui va faire un GROS dodo dans son PETIT lit ?? »

« Tu fais un petit bisou à Tatie Relou ? (ou pas) »

« Tu fais un GROS câlin à Papa ?? »




Et puis il y a l’adaptation au langage NAIN qui n’appartient qu’à votre nain à vous.
Et l’adulte en face de vous ne vous comprend pas non plus.

Je me permets, en guise de jeux et pour conclure, de vous proposer deux exemples précis tiré de ma vraie vie (j'attends vos réponses en commentaires, huhuhu)

-        Konkin

La scène se déroule en voiture, sur une départementale louche, tôt le matin.

"Oh tu as vu loulou devant nous?"
"Ah Vi, un KONKIN!!!"
"Il est superbe ce konkin, vraiment superbe, il faudra le dire à papa qu'on a double un magnifique konkin"
"KONKIIIIIIN".


Attention, je suis un Coin Coin moi

- Croton

La scène se déroule vers 6h02.
Un nain dans un lit de grand.
Au milieu.
Les grands comatent. Le Mâle comate mieux d'ailleurs puisqu'il a collé son oreiller sur sa tête.
Le nain triture le visage de sa mère.

- Les zieux.
- Purée, laisse mes yeux bordel!
- Les feveux!
- Oui, mais me tire pas les cheveux, il est SIX HEURES DU MAT' !!!
- Les zoreilles...
- Dégage tes doigts de mes oreilles le nain, va voir papa, va parler à papa.

Le nain boude.
Il revient.

- Croton maman?
- Demande à papa j'ai dit, il aime bien faire les croton.


Et bin, je suis AUSSI une biquette ....


Et par chez vous?
Qu'est ce qui revient le plus?
La biquette?
La papatte?
Le dodo?


Certaine d'en avoir oublié, je viendrai coller ici vos ajouts....allez, à vous!!!

12 déc. 2012

Mum Box Noël Solidaire

C'est marrant, j'en parlais il y a dix minutes lors de mon rendez-vous sage femme.
Même pour un quatrième, j'y pense parfois.
Même si je n'ai pas connu de blues plus profond que mes larmes du troisième jour.
J'y pense.

Parce que ça peut me tomber dessus.
Même si je me crois forte.
Même si je suis entourée.
Même si j'ai des nains et des amis extraordinaire.
Sans parler du Mâle.

Je pourrais être de celles qui pleurent, qui angoissent, qui ne savent pas pourquoi mais "ça ne va pas".
Qui n'y arrivent pas.
Qui ne trouvent pas la force.
Qui ne savent pas dire pourquoi.
Qui aimeraient mais n'y arrivent pas.

Parce que la maternité, c'est un peu plus compliqué que ça, il y a des gens qui nous aident.
J'ai l'impression d'aider un peu, parfois, à mon échelle, à dédramatiser et à supporter un quotidien qui peut peser.
J'ai le sentiment d'être un peu utile à ma manière.
Mais pas assez pour certaines. Evidemment.

Il existe des associations comme Maman Blues qui aident véritablement.
Par des mots. Par des actions. Par du soutien et des groupes de paroles un peu partout.
Par le simple fait d'exister.


Soutenir les mères me paraît une évidence (les pères aussi hein, rhô, les Mâles, ne bougonnez pas).
Et c'est également une évidence pour ceux avec qui j'ai choisi de travailler au quotidien.

Je partage aujourd'hui de ce fait la nouvelle Mum Box, Noël Solidaire.

Déjà parce qu'elle est remplie de trucs super chouettes.
Et aussi parce que l'intégralité des bénéfices dégagés iront à l'association Maman Blues.

Voilà.
Je tenais à le dire parce que oui, c'est de l'argent, oui, tout ces box ça fait partie du jeu, du marketing, de la consommation, du "je n'en ai pas vraiment besoin mais...".
Mais ce n'est pas que ça.
Vraiment pas.

Voilà, c'était juste pour dire.
Qu'on peut.
Avoir des valeurs. Et tenter de faire un petit peu.
Ecrire pour les mères. En vivre. Et donner à celles qui aident.
Un petit peu. C'est déjà ça.





Contenu de cette box (vendue 28 euros)


Sans oublier un Mum Magnet et un Mum Book rédigé par Charlie Guerrier…
… Soit plus de 70€* TTC de valeur produits !
(* prix de vente conseillés)
Les bénéfices de cette Mum Box seront reversés à l’association Maman Blues qui vient en aide 






11 déc. 2012

Mon shopping grossesse - Partie 2

Pour faire suite au commentaire de Cécile sous mon premier article de shopping grossesse, voilà un article shopping chez Séraphine. Séraphine, je connais depuis longtemps et notre première rencontre fut celle du pyjama.
En effet, cela semble peut être l'achat inutile à certaines, mais personnellement, un bon pyjama de grossesse est un essentiel pour moi.


9 déc. 2012

Noam, enfant autiste

(avant toute chose, la gagnante du coupon Rue du Commerce est : Karine dont l'irrationnel était un Pentax, tirée au sort par Rand'Homme mercredi jour du taxi).
Et j'en profite pour rappeler que les gagnantes du livre d'Isabelle Cantarero sont Amandine dine dine et fraizycc: et que sans nouvelles de leur part d'ici Mercredi, j'offrirai le livre à deux autres participantes, voili voilou).





Aujourd'hui, je vous livre deux textes.
Ils sont tous les deux rédigés par la même main, celle d'une maman qui m'a touchée, celle d'une maman qui a essayé de dire de mille et une manières comment sont les choses pour elle.

Elle a recommencé, elle a mis sur papier des mots sur ce qui est parfois si dur à dire, si dur à entendre. Un constat, plein de douceur et d'amour, plein d'humilité et d'humour.

J'ai lu ses textes et je n'ai pas su choisir lequel vous proposer. Parce que les deux sont tellement vrais et sont tellement ce que c'est que je ne pouvais pas décider de les séparer.

Voilà donc les textes d'Aurélie, maman de Noam, petit garçon de 4 ans. Autiste.
Il me fallait partager ce témoignage pour mille raisons.
Dont une sort du lot.


Il me fallait vous donner à lire parce que demain, je peux être celle qui devient cette mère là aussi.
Il me fallait laisser la place à celles dont on dit qu'elles sont courageuses et tellement fortes.
C'est bien au-delà de ça. Elles font. 

Comme nous ferions toutes mais en sommes nous bien certaines?
Elles font.

Pour elles, celles qui font.
Pour elle, celle qui fait.

Ce n'est encore une fois pas grand chose que de donner des mots.
Mais c'est déjà un peu.


Je vous laisse découvrir ces deux textes.
Le premier a plutôt vocation à être "informatif" et le second, ma foi, le second, est la parole d'une mère. A écouter. En silence. Et à étreindre.



6 déc. 2012

Encore un pestacle pour enfants -ZUT. Besoin d'une maman/papa testeuse/testeur!

Comme vous le savez, je suis légèrement enrobée.

Je suis même super enrobée mais on vous dira que c'est pour la bonne cause.

Je suis donc transportable sur de faibles distances mais il m'est impossible de me rendre en Parisie le 19 décembre pour assister au concert de Zut.

Zut, c'est sympa, c'est rock, c'est du quotidien, de la parole rigolote, c'est pour les nains pas trop crétins et ça me plaît. Je suis donc assez déçue de ne pas pouvoir y trimballer mes nains, pourtant fervents amateurs de bonnes chansons pour nains.

5 déc. 2012

Tu


As fait caca je le sens d’ici mais tu me maintiens que « Non, non » avec ta petite mèche qui te retombe sur les yeux.
Es assise par terre au milieu de tes frères qui jouent aux monstres qui se tuent en hurlant et tu t’efforces de remplir une petite boîte en plastique avec des jetons de caddie, bien consciencieusement  comme s’ils n’existaient pas.

Leur lance un regard parfois, ou un cri. Et tu rigoles.
As enfilé une basket d’été taille 29 au pied droit et une botte d’hiver taille 30 au pied gauche. Et tu dis que c’est « à toi ». Bien sur.
Vas bientôt te relever et chercher ton fauteuil Kitty, cadal de Mamie Chéwie et t’y installer avec un bouquin en me demandant de venir lire près de toi.
Viendras peut être ensuite me voir et serrer très fort tes petits bras autour de mon cou en disant « Bisou » et puis en desserrant un peu et en resserrant de plus belle en disant « et câlins »
Chercheras ensuite comment embêter tes frères, en réclamant une voiture ou en houspillant le conducteur de TON poney en bois.
Râleras parce que tu ne veux pas aller au bain et puis finalement si, parce que tu veux être la première. Tu me diras « NON, moi seule » et tu prendras dix minutes à te déshabiller sur le tapis de bain avant de venir me voir, toute menue, toute nue, en disant « Voilà Maman ».

Me tendras les bras pour que je te plonge dans le bain et tu diras « Hou, c’est chaud ! »

Voudras la voiture, les pingouins et aussi la cuillère, là. Et le ballon Kitty « à moi » et tu voudras aussi que je te mette un peu d’eau froide dans un gobelet pour boire un peu.

Raconteras mille et une choses que je ne comprends pas encore, et je me dirai que le temps a filé.

Tendras ta petite main pour le savon et tu nommeras chaque partie de ton corps en n’omettant pas de me rappeler que « pas de zizi moi ».

Plongeras pour te rincer et te renverseras une bouteille sur la tête en riant avant de tendre tes bras pour sortir. Et puis non, diras-tu en reposant tes fesses sur le tapis de bain.

Voudras finalement sortir ou bien rester encore un peu, selon que la compagnie d’un de tes frères, venu jouer près de toi dans le bain, te dérange ou non.

Réclameras un des peignoirs des garçons pour te pavaner dans la maison.

Insisteras pour enfiler seule ton pyjama après que j’ai bataillé pour te mettre une couche. Tu râleras comme un putois, assise sur le sol de la chambre et puis tu finiras par demander « Maman t’es où…T’aide ?? »

Viendras ensuite t’installer à table, même s’il n’est pas l’heure, en réclamant de la saucisse.

Voudras probablement une chips. Surtout si ton papa en grignote une ou deux en tentant d’être discret.

Mangeras un peu, mais pas trop, en demandant à ce que l’un de tes frères te donne à manger. Pas papa. Pas maman. Non.

Voudras de la mayo. Avec tout.

Feras semblant d’avaler tout rond, en disant « tout rond ». ça me fera enrager et je te dirais de ne pas faire semblant, « parce que le jour où tu avaleras mal, personne ne te croiras ». Tu lanceras un regard complice aux deux andouilles hilares et tu rigoleras, fière de ta blague.

Exigeras le même yaourt qu'eux.

Et le même dessert qu'eux.

Et puis « c’est tout » et on lave « mémains ».

Voudras lire, encore et encore. Et puis toi seule, me lire un livre. Et puis eux, te lire un livre.

Chahuteras, feras la course et la bagarre, te jetteras sur tes frères au risque de te cogner la tête au sol. Ce qui finira par arriver mais au lieu de pleurer, tu riras en me regardant, l’air de me dire « qu’on rigole trop maman ».

Râleras au moment du coucher. Voudras te brosser les dents. 

Exigeras un bisou et un câlin de tes frères et de ton père.

Souhaiteras que tes bébés soient au lit avec toi. Et ta lumière. Et ta couverture de Mamie Lulu. Et ton biberon d’eau. Et un livre. On ne sait jamais.
Et tu écouteras la chanson, dans mes bras, en me montrant la lune et les étoiles phosphorescentes du plafond. Et en me serrant fort. Et en tentant de mettre ta tétine dans ma bouche.

Avant de dire "nuit".



Tu as deux ans aujourd’hui.
Deux ans et des rires
Deux ans et des différences
Deux ans et tout ce que tu nous apporte
Deux ans et parfois des crises, des ras le bol et des « putain elle va dormir ? ».
Deux ans et des dents, des nuits blanches et des yeux de hibou.

Des mots, des boucles blondes, et des « bin oui ».
Tes cinq bébés qui dorment avec toi.
Tes livres que tu bouquines sans cesse.
Ta petite voix qui répète la comptine numérique sous les ordres de ton frère.
Ton sourire triomphant vers 23h30 quand tu obtiens une petite place dans le lit de papa-maman-pour-cinq-minutes-oui-oui.

Toi, toute petite, qui tourne sur toi-même dès que la musique commence.
Toi, si petite, qui demande « la chanson douce » et puis non, finalement « au feu les pompiers».

Toi, ma grande qui est tellement ce que j’imaginais et tellement différente.
Toi, ma fille, deux ans et tout à devenir.

Peu importe quoi, peu importe qui d’ailleurs
Je crois que je n’ai jamais fait des enfants pour cela.

Tu
Es
Telle

Je ne peux pas dire plus

Pas un petit moi
Pas un autre moi

Tellement toi
Deux ans.

Je sais que tu n’as jamais demandé à être là.
Mais merci.


2 déc. 2012

Je me demande


Je me demande comment tu seras

Je me demande s’il vaut mieux acheter le sapin maintenant ou un peu plus tard si je veux qu’il tienne jusqu’après Noël sans perdre ses épines partout dès qu’on le touche.

Je me demande si bateau pirate ou QG des espions.

Je me demande.

Je me demande si je ne ferais pas mieux de jeter les chaussettes célibataires qui doivent être dans ma corbeille rouge (celle des chaussettes célibataires) depuis deux ans.

Je me demande si je n’ai pas oublié un tupperware de soupe dans ma voiture

Je me demande quand tu seras là.

Je me demande si je vais pouvoir accoucher comme je le souhaite ou s'il y aura des impondérables qui feront que...

Je me demande pourquoi mes bas de pyjama passent toujours sous mon ventre alors qu’ils devraient rester au-dessus.

Je me demande.

Je me demande pourquoi ma fille aime autant lire Tchoupi alors qu’elle a des livres autrement plus chouettes dans sa bibliothèque.

Je me demande si je penserai à appeler le garagiste demain.

Je me demande ce que je vais bien pouvoir lui offrir à Noël parce que j’ai toujours envie d’extraordinaire mais que je ne peux pas souvent le faire.

Je me demande comment ton prénom va résonner.

Je me demande parfois comment je vais faire.

Je me demande.



Je me demande pourquoi je n’arrive jamais à être à l’heure à l’école alors que je me réveille très (trop) tôt.

Je me demande si les gens remarquent que j’ai mal quand je marche et s'ils se gaussent en silence de ma démarche de canard.

Je me demande pourquoi nous n’avions pas songé au lit d’1m80 avant cette année.

Je me demande où nous allons bien pouvoir partir en vacances cet été.

Je me demande s’il y aura de la neige pendant les vacances et si nous pourrons faire de la luge dans les champs. Enfin, surtout eux.

Je me demande si tu dormiras contre moi.

Je me demande comment mon ventre va pouvoir grossir encore.

Je me demande s’il reste un super bon chocolat dans la boîte de chocolats belges du Mâle ou s'il a mangé le dernier tout à l'heure.

Je me demande si je vais réussir à terminer mon prochain livre dans les temps et s'il sera bien.

Je me demande s’il y a des hasards ou si tout est lié.

Je me demande bien à quelle heure il va falloir les réveiller demain matin puisqu’il y a école.

Je me demande si je suis prête.

Je me demande comment ils seront. 
Je me demande s'ils sauront rester gentils.
Je me demande pourquoi je n’ai jamais le temps de rien.

Je me demande comment elle va et je n'ai jamais le temps de le lui demander.

Je me demande si je ne devrais pas racheter une poubelle de salle de bain avant de mourir d’asphyxie au prochain changement de couche.

Je me demande chaque mercredi matin si je vais réussir à nager mes huit cents mètres ou si je vais m’arrêter avant pour aller me coller sous une douche chaude.

Je me demande si je ne gagnerais pas du temps à préparer les vêtements et les sacs de goûter la veille au soir.

Je me demande si tout ce bonheur va rester et continuer, encore et encore.

Je me demande si ce chien ne fait pas exprès de se gratter sur le carrelage gris/blanc de la cuisine rien que pour me faire chier.

Je me demande si je ne suis pas en retard pour les visites chez la pédiatre.

Je me demande si je vais réussir à écrire encore, à écrire d’autres choses, à écrire tout simplement.

Je me demande comment.

Je me demande quand nous allons pouvoir voyager en famille, loin et longtemps.

Je me demande comment demain sera
Et puis je ne me demande plus,
Je verrai bien…


Comme pour les "Je suis du genre", ça me ferait plaisir de lire vos "Je me demande".

1 déc. 2012

Mon shopping grossesse - Partie 1


J’ai décidé d’entamer une série d’articles « Mon shopping de grossesse » parce que bon, quand même, je suis enceinte (oui oui), que ça se termine bientôt (plus que deux petits mois) et que j’ai quelques belles choses à vous montrer.

J’ai shoppé dans quelques boutiques différentes, en ligne (ou non), avec des coups de cœur un peu chers parfois mais aussi des pièces plus accessibles (faut pas déconner quand même).
Bref, aujourd’hui, zoom sur mon shopping réalisé chez Emoi-Emoi, qui reste une de mes boutiques préférées tant par la gentillesse de l’équipe que par le choix et la qualité dans les vêtements proposés.

Voilà donc mes achats sur le site et ce que j’en pense. Ça peut servir, surtout lorsqu’on est comme moi : perpétuellement enceinte (ou entre deux grossesses) et perpétuellement en quête du JEAN de grossesse (entre autres).

Un jean de grossesse :


Pour cette grossesse, j’ai eu l’extrême honneur de recevoir de la part de la marque Lov2Wait, LE jean qu’il me fallait. J’en avais déjà un (j’en parlerai dans ma sélection H&M puisque c’est un H&M) mais il avait déjà bien vécu et surtout, il était évasé en bas, ce qui n’est tout de même pas du plus bel effet lorsqu’on souhaite le porter avec une robe-pull ou tout simplement avec une tunique un peu habillée.

J’ai peu d’exigences en ce qui concerne les jeans de grossesse si ce n’est que :
1.      Je ne veux pas qu’on pense que j’ai acheté le jean en promotion au supermarché du coin, coupe confort et cuisses d’éléphant.
2.      Je ne veux pas de coupe taille basse sans bandeau, j’ai besoin que mon ventre soit enveloppé. Oui, comme moi.

Bref, j’ai essayé un jean très très bien coupé de chez Faire Dodo et s’il tombait effectivement très bien, l’absence de ceinture pour ajuster à la taille ne me convenait pas. En revanche, je le conseille à celles qui n’ont pas besoin de cet ajustement à la taille car il tombe franchement super bien et il est très confortable.


Bref, pour mon ventre de Multi, il me faut une ceinture et de ce fait, Madame Emoi-Emoi m’a envoyé un modèle avec ceinture intégrée et bandeau couvrant.
Le modèle m’a été offert mais je pense sans hésiter que j’aurais pu mettre ce prix là dans un jean de grossesse (70 euros) car je le porte depuis juillet et ce quasiment tous les jours (enfin, là, je mets plus de robe parce que je suis en fin de grossesse). Il n’a pas bougé, tombe très très bien, et n’est pas non plus extra-slim (c’est-à-dire que je peux le porter avec bottines apparentes ou bottes ET avec bottines rentrées dessous – mais par contre, il est trop étroit pour y glisser des bottes dessous).
Donc, un véritable coup de cœur, une couleur et une coupe qui mettent en valeur, moi qui suis anti-slim, j’avoue, c’est plutôt plaisant de porter un jean comme celui-ci qu’on peut agrémenter d’un pull basique ou d’un haut un peu plus habillé sans pour autant passer pour Miss Faute-de-Goût.


Une robe de grossesse :

Aaaah, mon cadal d’anniversaire du Mâle. Je m’étais auto-offerte le modèle en gris il y a deux ans et je l’ai portée jusqu’à plus soif. Elle est extrêmement bien coupée, arrive au dessus des genoux et est très douce, et chaude.
Bref, j’étais prête à resigner cette année pour cet investissement qui vaut le coup.


Je n’ai pas pour habitude de mettre cher dans mes fringues, mais très sincèrement, je l’ai portée presque tous les jours en fin de grossesse pour Micronaine ET après (car la robe ne se déforme pas) donc je n’ai aucun scrupule à dégainer la carte bleue dans des cas comme ça.
Le modèle Dominette donc, de la marque Enseinte est sublime de simplicité. Cette année, en plus, la robe est doublée d’un tissu ultra doux, un vrai bonheur à enfiler et je suis sérieuse.
La coupe est toujours nickel, le décolleté permet de faire oublier le reste et le ventre est au chaud. Je la porte avec des collants rouge foncés ou gris histoire de trancher et avec des bottines basses ou des bottes. On peut aussi la porter sur un jean mais j’avoue que je préfère encore un legging (on ne voit pas les poches à travers la robe).
Une robe que je conseille donc, pour celles qui veulent une pièce classique à porter au quotidien.
Ici, offerte par le Mâle <3

Un pyjama de grossesse et d’allaitement :

Ah, le pyjama, c’est essentiel. Parce que les nuits sont dures et qu’il faut assurer quand même. Parce que, franchement, un bon pyjama ça évite la honte du matin avec les pantalons qui descendent et les hauts qui bâillent. 
Il me restait deux bas de chez Etam ( à l’époque où Etam faisait de la maternité) mais côté hauts, j’avoue, je prenais du « pas enceinte » une taille au-dessus. Cela dit, jamais agréable d’avoir le ventre à l’air la nuit… Même si je continue à jongler entre ces pantalons taille haute et mes quelques nuisettes, j’ai donc choisi de me prendre un joli pyjama.
J’ai jeté mon dévolu sur celui-ci, de Noppies :






Et je suis plus que ravie.
Il est très beau, la matière est super agréable, il est bien coupé et franchement de bonne qualité. Côté prix, si je compare avec un pyjama Etam (45/50 euros pour l’ensemble haut + pantalon), je m’en remets. Et il est quand même mille fois plus glamour que ceux de chez Kiabi non ?


Un haut de grossesse original :



Voilà un joli cadeau d’une amie adorable. Je ne me serais jamais arrêtée sur ce modèle de chez Melli Pou parce qu'au départ, je ne suis pas du tout truc à messages genre "bébé arrive dans 3 mois" ou d'autres trucs niais du genre.
Cela dit, celui ci est loin d'être niais et je le porte très souvent. Il est super confortable, très bien coupé et se porte avec un jean et des baskets (j’ajoute juste un gilet long en coton car c’est l’hiveeeer). Les gens ne peuvent pas s’empêcher de lire ce qu’il y a d’écrit, ça me fait ricaner. On peut colorier ce qu’on veut, ici je me suis amusée à le faire une fois, en coloriant Spiderman (oui, que voulez-vous) et princesse, mais désormais, je le porte sans coloriage (pas le temps) et c’est très chouette aussi (surtout que je dépasse lorsque je colorie).
Un haut très sympa à offrir je trouve et qui fait des souvenirs !


Un haut de grossesse et d’allaitement :


Bellybutton c’est une marque super chouette, très tendance et de très bonne qualité.
Donc mon amie (la même qu’au dessus) a eu un goût très sûr en m’envoyant ce petit haut pour mon anniversaire (ou j’ai été pourrie-gâtée).
Le haut est super doux, très couvrant, assez moulant mais enceinte, tout passe.
Je le porte avec un jean majoritairement, ou bien avec une jupe noire courte et des collants noirs.
En revanche, même s’il me semble parfait pour allaiter côté confort, je trouve la coupe un peu trop moulante pour être portée juste après l’accouchement (snif). A garder pour un allaitement après perte de ventre (si si, il faut y croire).


Et en passant, pour celles que ça intéresse, il s’agit actuellement des Ventes Privées Emoi Emoi (jusqu’à 40%) réservées aux inscrites du site. Evidemment, on peut s’inscrire même maintenant. Ça vaut vraiment le coup puisque ma petite robe noire fétiche est à 75 euros au lieu de 96 euros.
J’en profite également pour signaler à toutes les baleines qu’Emoi Emoi organise un casting pour trouver de jolies femmes enceintes, leurs It Moms. Il suffit juste d'être enceinte pour participer (et remporter un shooting photo - croyez moi, c'est un super moment un shooting photo et ça fait de très chouettes souvenirs) .
Rendez vous sur la page Facebook du site :https://www.facebook.com/emoiemoi/app_373065719403295

Les photos ayant récolté le plus de J’aime remporteront cette séance photo. N’hésitez pas à poster ici vos liens qu’on vous soutienne (entre baleines).


A la semaine prochaine pour ce rendez-vous shopping « femme enceinte » !!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...