17 nov. 2012

Marie, blogueuse beauté (mouahahahaha)

Ce matin, j'ai réussi à prendre une douche.
Oui, je sais, c'est un petit exploit minable mais croyez-moi, c'est assez génial de commencer sa journée ainsi.

(En vrai elle a commencé vers 6h24 avec un Moyen Nain qui squatte et qui râle parce qu'il n'a pas de couette, suivi par un Grand Nain qui nous apporte un verre de jus d'orange - faux nain - et par une Micronaine qui exige son biberon au chocolat - avec PLEIN de chocolat- au lit).

Bref, je reprends...

Ce matin, j'ai eu la chance de prendre une douche sans que personne ne hurle de trop.
Micronaine est venue s'asseoir cinq minutes près de moi pour me parler en slurp (genre : "Maman, moi assis, maman douche, gasson fous"). Bref, passionnant. Elle a laissé la porte grande ouverte (ça caille), le Mâle est venu la fermer trois fois mais les nains se sont relayés pour me dire des trucs ultra-importants.

- Maman?? Il ne fait rien qu'à répéter tout ce que je dis...
- Bin dis plus rien.

- Maman?? C'était moi qui l'avais en premier et puis il veut me le prendre et puis c'est à moi.
- Et là c'est qui qui l'a?
- C'est moi!
- Donc il n'y a pas de problème?
- Ah non?

Et d'autres :

- Dis, t'as pas vu mes autres chaussettes?? Non parce que là, je n'ai QUE des dépareillées!!
- T'as regardé dans le bac à chaussettes célib?
- Ah non!
- Bin voilà.

BREF.
Je m'égare.

J'ai donc pu me laver les cheveux (hourra), avec un après shampoing (non, vous ne rêvez pas) et j'ai même pu laver ma tronche avec un gel nettoyant (si, si, je vous promet) avant de pouvoir me laver tranquillou et de sortir sur un tapis de bain sec jonché de playmobils (tapis de bain = zone de guerre entre playmobils sans perruques et playmobils perruqués).

Et là je me suis dit : "tiens, si je leur faisais un petit post sur mes gestes beauté?".
Pas que je sois une adepte du mille feuille (pas le temps) mais j'ai réussi à trouver des moyens de m'occuper un minimum de ma tronche (et du reste) avec trois nains (bientôt quatre) donc je me suis dit que ça pouvait toujours vous intéresser.

Dans le cas contraire, bah, tant pis hein...


1. Ma tronche

Je n'ai pas franchement le temps de faire grand chose DONC je simplifie au maximum.

Le matin : lavage de tronche avec une mousse Kibio (ne coûte pas un bras en plus) :

 
14 euros, dure 2/3 mois


Si je n'ai pas le temps de me laver la tronche, je zappe et je me débarbouille avec une eau tonique au concombre (en ce moment) ou à la rose (mon nouvel achat) toujours de chez Jovees

dure environ 3/4 mois pour 18 euros 




+ crème de jour.
En ce moment, je termine une crème de chez Jovee's qui est une antiride et qui me convient très bien parce que je peux l'utiliser matin et soir (je ne m'emmerde donc pas avec cinquante types de crème). Elle n'est pas grasse mais hydrate suffisamment.

33 euros, dure 2 mois (matin et soir)


Sinon, j'ai de temps en temps la chance de pouvoir utiliser l'Hydrazen de Lancôme (autout de mon anniversaire et de Noyel - merci Mamie).

Dure 2 mois (et coûte 44 euros je crois)

Voilà pour le matin. Je n'ai pas le temps de plus. Je lave (ou débarbouille) et crème de jour.
Si j'ai le temps (et une sale tronche) j'ajoute une BB Cream.
Ici, j'ai celle de chez Gemey (qui nécessite quand même une crème de jour avant) :



mais il paraît que l'Erborian est super.

Le soir : 

Idem, pas trop le temps (ni l'envie).
Je me lave donc le visage sous la douche avec un gel nettoyant. En ce moment, celui anti-acné de chez Jovees (oui, j'adore cette marque bio, pas trop chère et très efficace) mais sinon, j'ai le gel nettoyant à la fraise, qui sent super bon et qui est me convient très bien.

18 euros, dure 3 mois 


Là dessus, je remets ma crème de jour (voir au dessus).
Et c'est tout.

Si jamais je dois me démaquiller les yeux et que le gel nettoyant n'a pas fait son boulot, j'utilise tout simplement de l'eau micellaire (Créaline) qui marche très bien (et qui débarbouille le bec des nains tous les matins) :



En exceptionnel : 

- Un exfoliant qui arrache bien la tronche (une fois tous les dix jours)

très efficace...dure 3 mois 


- Un masque qui adoucit la tronche (une fois par semaine)

Dure 3 mois pour 24 euros
Voilà, je crois que j'ai fait le tour!!

Je n'achète évidemment pas ces produits tous les mois, tout cela a un coût donc j'essaie d'étaler mes achats sur l'année en profitant des remises et des promotions.

Mes deux essentiels : le gel nettoyant et la crème de jour.


2. Mes cheveux

Les cheveux.
Ah.
Je ne pensais pas que se laver les cheveux avec des nains serait SI boulet.
Parce que je suis fiante mais si je me lave les cheveux, il faut que je puisse me les sécher ET me les lisser.
Donc je compte 30 minutes.
Donc je fais ça le soir bien souvent.

Pour shampoing : j'utilise souvent ce qu'il y a, du Head & Shoulders ou de l'Ultra Doux à l'Abricot des nains.
De mon côté, je prends le basique de chez Dove qui me convient très bien.





Pour l'après shampoing/ masque : j'utilise celui de Dove, Intense Care, qui pose une minute. Pas le temps pour plus!


3. Mon (sublime) corps

Bon, je ne suis pas Nulli, je ne suis pas Primi, je n'ai donc absolument pas le temps de m'oindre.
Donc je ne m'oins pas.
Je fais le minimum (c'est mal) et puisque de toute façon mon ventre est vergéturé à vie, je ne suis pas trop stressée avec l'huile anti-vergétures à appliquer deux fois par jour.
No way.

Pour le corps, j'utilise, selon mon humeur, deux produits :

Cette crème qui sent très bon mais qui est plus un baume fondant un peu épais qu'il faut bien masser (donc de préférence les soirs où j'ai le temps) :




ou celle-ci, plus fraîche, qui pénètre mieux, mais qui coûte plus cher (cadal du Mâle donc) :



Et c'est tout.
Enceinte, je ne fais ni plus, ni moins. Par manque de temps, parce que je n'ai pas acheté de produits exprès pour, effectivement, et parce que bon, voilà je suis flemmarde et le soir, après ma douche, j'ai juste envie d'enfiler un pyjama et de me glisser sous la couette.


Pour mes divines aisselles :

chez Univeda

J'en ai déjà parlé sur mon mur facebook (oui, je parle de mon déo sur mon mur, c'est tendance), mais je crois bien avoir trouvé LE déo qui me convient.
Seul hic, il est en crème. Mais vu son efficacité, peu importe. Il s'étale très bien, et me permet d'éviter les odeurs de chacal même après des installations sièges-autos sous pull chaud. Bref, je valide.
Le pot coûte 15 euros et tient environ 2/3 mois.



4. Mon maquillage (huhuhuhu)

Vous allez voir, rien d'exceptionnel :

et oui....
- Un blush Gemey
- Un mascara Gemey aussi (le zaune)
- Un mascara Hypnôse de Lancôme (mon chouchou, il vibre, huhuhuhu)
- Une palette Lancôme dans les tons marrons (avec paillettes inside)
- Une palette Gemey dégradé de marrons
- Un Carmex pour les lèvres
- Un gloss ultra naturel Lili Lolo (9 euros)

Et ma pince à m'épiler avec lumière merci.


Ah oui, ça fait rêver hein!!

Et où je shoppe???

- En grandes surfaces pour tout ce qui est shampoing, gel douche et compagnie.

- En parapharmacie pour les crèmes bios et l'eau micellaire, voire sur le site de la Fée Santé si envie de shopper en ligne.

- Chez Univeda, petite boutique en ligne découverte grâce à ce blog (d'ailleurs le gloss m'a été offert par la boutique ainsi que mon tout premier gel nettoyant au thé vert - il y en a eu d'autres depuis!!) qui propose des produits qui me conviennent, je n'en change donc pas.


Voilà, à vous de partager vos coups de coeur si vous le souhaitez!!

Je tiens à préciser qu'à part les deux produits que j'ai cité juste à l'instant, tout est acheté par ma pomme et je n'ai donc aucun intérêt là dedans :)
Je le dis hein, ne pensez pas que je suis payée en cosmétiques pour les promouvoir, enfin, en même temps, je crois que vous vous en doutez vu le niveau!!!




16 nov. 2012

Comment convaincre Le Mâle d'en faire "un petit dernier"??


C’est parfois le contraire, c’est parfois lui qui voudrait bien et vous qui ne voulez plus.
C’est parfois sa petite voix qui vous supplie « allez chérie, on en fait un dernier non ? ».

Mais souvent (enfin, c’est ce qu’il me semble à la lecture de certains commentaires ou de certains mails), c’est vous qui voulez et lui qui ne veut plus.

Parce que la patience est à bout.
Parce que la maison est trop petite.
Parce qu’il faudrait changer de voiture.
Parce qu’il faudra quand même payer des études.
Parce qu’on ne dort déjà pas.
Parce qu’on commence à re-dormir.
Parce qu’on s’en sort à peine.
Parce qu’ils sont grands et que non, non, et non, on ne veut plus de logistique nouveau-né.
Parce que non. C’est tout.
je
Et là, pour vous qui voulez, pour vous qui sentez, pour vous qui vivez ce corps, pour vous qui vivez ce manque, cette absence, c’est terrible.
C’est un deuil et ce n’est pas pour rien qu’on emploie ce mot que je trouve pourtant trop excessif, trop fort.
L’envie d’un autre enfant, c’est compliqué. Parce que c’est à la fois viscéral et déraisonnable, parce que ça ne se commande pas, que c’est en nous, que c’est au-delà de ce que nous sommes.
Et que nous sommes deux.

De mon côté, je n’ai pas eu à convaincre le Mâle.
Enfin, un tout petit peu, pour la forme, dirons-nous.
Mais quelque part, on le savait que Micronaine ne serait pas la petite dernière.
On le savait qu’on allait encore en chier un peu avant de pouvoir faire des nuits correctes.
Quand les deux parents sont d’accord, quand le couple choisit ensemble de rempiler pour deux ans de couches, tout va bien. On avance ensemble.
Mais lorsque vous êtes seule avec cette envie dans le ventre, avec ce presque-besoin de porter à nouveau la vie, c’est difficile, ça ronge et ça finit par passer, certainement, mais peut-être jamais vraiment.

Regrette-t-on toujours ? Passe-t-on sa vie à dire « moi aussi j’en aurais bien voulu d’un dernier mais… ». A-t-on toujours mal au ventre quand on croise un nourrisson ? Est-ce que cela passe cette envie ? Est-ce qu’on tourne la page parce que l’autre ne veut pas ? Et pourquoi ?

Je n’ai pas de réponses, je n’ai pas encore pu expérimenter ce moment où on se dit « après, il sera trop tard ». Je ne me suis pas encore dit « ça y est, c’est terminé ces petits pieds qui bougent en moi ». Je n’ai pas encore tourné cette page, je n’ai pas encore rangé les pyjamas 1 mois, je n’ai pas dit « on passe à autre chose ».

Il le faudra.

Aujourd’hui, pas de solution miracle, pas d’astuces pour décider le papa mais des vraies raisons de rempiler. Des vraies raisons de laisser un peu de côte tout ce qui est raisonnable.

Voilà donc une liste non-exhaustive des raisons qui poussent (ou pas finalement) un couple à devenir famille, voire famille nombreuse (gloups) :

1.      Des nains c’est bien, ça occupe. Avant on s’emmerdait finalement (non ?). Maintenant, on se demande QUAND on va pouvoir faire ce qu’on veut au moment où on le veut. Ouvrir un livre ? Faire pipi ? Aller marcher plus de trente minutes sans avoir un nain dans les bras (qui pèse huit tonnes) ? Ah…qu’est-ce qu’on s’emmerdait avant…

2.      Avoir plusieurs nains, ça permet de gagner du temps. Et oui, ils jouent ensemble. Ils font des parcours, ils font des « missions spéciales », des pestacles et puis ils rigolent à table avec un air débile. Ils s’en foutent complètement des parents qui haussent le ton et même une menace de punition ultra-terrible (genre privation de DVD de Cars) les fait mourir de rire. Ils sont complices. Et quand ils ne le sont pas (environ 30 fois par jour), ils se gueulent dessus cinq minutes (ça les occupe), viennent se plaindre, et repartent main dans la main.

3.      Une grande famille, c’est chouette. On peut avoir des réductions (bon, il faut penser à faire sa carte de famille nombreuse, ce n’est pas gagné), on se fait toujours remarquer (pas toujours dans le bon sens du terme certes) et surtout, on ne se sent jamais seul. Bon, ok, ce n’est peut-être pas un point toujours positif. Enfin, un Mâle qui sort SEUL ses trois mômes au parc, c'est un peu la classe non quand même??

4.      Rempiler pour un Micronain, oui, ça fait flipper. Les nuits de merde, les problèmes de santé et les rendez-vous pédiatre, les moyens de garde et les couches, ça ne fait pas envie. Mais au final, ça passe vite. Ça ne reviendra pas. On n’a qu’une vie. Et un petit bébé qui s’endort sur le torse de son papa, c’est quand même choupi. Non ?

5.      Les sous. Oui, c’est une bonne raison. Mais je n’arrive pas à me dire que c’en est une. C’est comme le manque de place en fait, je pense qu’on arrive toujours (ou presque) à faire avec. Je sais pourtant que dans 15/20 ans il faudra sortir les sous pour les appartements ou les écoles, ou encore pour la bouffe tout simplement. Mais je n’ai pas envie de me dire que c’est une bonne raison tout simplement parce que je veux encore croire qu’on peut écouter son cœur avant d’écouter sa raison…

6.      La voiture. Ah oui, ça c’est une bonne raison.
Avec une famille nombreuse, on a une voiture familiale. Et tout le monde sait à quel point ça en jette carrément plus qu’une petite voiture coupée sport estampillée « j’ai un petit kiki ». Tout Mâle en monospace est drôlement plus chargé en sex-appeal qu’un beauf en coupé BM. Le Mâle père de famille est un mâle qu’on admire, qu’on regarde avec respect et connivence. Qui est d’emblée sympathique parce qu’il s’en fout que sa bagnole ne soit pas la plus grosse du monde (même si en secret il rêve d’un petit coupé pour ses 50 ans).

7.      L’envie de passer à autre chose. Oui, moi aussi. J’ai envie de voyager sans boulets, j’ai envie de partir en week-end, j’ai envie d’un ciné à 22H et j’ai envie de bouquiner au lit le dimanche sans recevoir un jeu de mémory sur la tronche. Mais. Je me dis que ça reviendra. Et plus vite que ça. Que le temps file, mine de rien. Même si j’ai l’impression de n’avoir rien fait depuis 5 ans, c’est faux. J’ai fait d’autres choses. Je n’ai pas meublé le temps pour qu’il passe plus vite.

8.      Le sommeil. Putain ouais, le sommeil. Pardon mais je comprends. Dormir, pour moi la Marmotte, c’est une évidence, c’est une nécessité. Et là, bon, avouons-le, on ne dort plus très bien. Plus beaucoup. On se couche tôt. On se lève tôt. On appelle les gens à 9h sans se demander s’ils dorment encore. Il y a des jours où ça pèse, où ça rend fou, où on a juste envie de dire STOP. Et puis on prend du recul, on se dit que ça n’a pas grande importance finalement. Que le sommeil reviendra. Avec la vie sociale.

9.      Le couple. Il est où le couple ?
Bon, d’accord, pour convaincre le papa, il faudra plus que des « on va faire beaucoup l’amour pour les essais bébé, et après j’aurais des gros seins pendant 9 mois ». Parce qu’il n’est pas trop con le papa, il sait qu’après l’accouchement c’est « passez votre chemin » et qu’avec un nouveau-né c’est « on se fait plutôt un câlin-serré ?? ». Mais le couple se construit ailleurs, différemment, en tant que parents, et à force de vivre ensemble des épreuves terribles (urgence un jour férié, petit dernier qui se fait insulter par un boulet à l’école). Je blague mais je pense qu’être une famille fait aussi un couple. Différent, certes, mais pas moins bien.

10.   Personne ne nous aide. C’est vrai. La famille est loin et la famille trouve que vos nains sont chiants. La famille veut bien vous dépanner mais pas trop. En même temps, ce sont vos nains non ? C’est vrai que si on est seuls 365/365 avec ses nains, ça peut être pesant. C’est vrai.
Mais bon, c’est le moment de scinder le couple, d’envoyer les grands avec maman pendant que papa gère le dernier. C’est le moment de faire des choses moins ambitieuses mais qui rapprochent.

Je me relis et j’ai beau lister tout ce qui me semble important, il manquera certainement l’essentiel.
Faire un enfant, le concevoir, tout cela tient de ce que nous sommes, de nos ressentis et de notre couple.
Parfois juste dire à l’autre à quel point on ne pourra pas faire sans, cela suffit. Parfois non.
Parce que l’autre, justement, ne pourra pas, ne pourra plus.

Je ne sais pas si mon article est très clair, finalement.
Je ne sais pas s’il pourra aider à convaincre, probablement que non.
Probablement que tout cela est en nous, en lui, en vous et qu’il n’y a rien à faire.
Sinon qu’à écouter, qu’à s’écouter l’un l’autre.

Prendre la décision de faire « encore » un enfant, ce n’est pas rien. Et en même temps, ce n’est pas grand-chose.
Mettre au monde un petit rigolo qui n’aura pas demandé à être là, c’est une responsabilité.
Et en même temps, si vous vous posez la question, c’est que vous êtes déjà prêt(e) à assumer cette responsabilité.

Les nuits, les couches, le fric et les bagnoles, les lits et les jouets, le manque de place, l’envie de passer à autre chose, tout cela sont des raisons valables. Oui.
Mais.
Soyons honnêtes. Il y a autre chose.
Il y a l'âge, parfois, et l'envie de se préserver. 
Il y a ce que nous sommes et ce que nous pouvons endurer.
Il y a ce que nous avons envie d’être et l’image que nous souhaitons renvoyer.
Il y a notre vécu et notre envie de faire au mieux.

Mon conseil ?
Parlez.
Et écoutez.
Et surtout, surtout, faites comme vous pouvez.
Mais ce ne sont que des enfants, ce n'est que de la vie. C'est un petit peu de vous.

Je terminerai sur cette citation (qui clôt également mon livre c'est vous dire si elle me touche) :

Avoir un enfant, c'est manifester un accord absolu avec l'homme. Si j'ai un enfant, c'est comme si je disais : je suis né, j'ai goûté à la vie et j'ai constaté qu'elle est si bonne qu'elle mérite d'être multipliée (Milan Kundera)



Ceci est un article dédié à celle qui fête son anniversaire aujourd'hui <3
-         

12 nov. 2012

Voyager et DORMIR en famille avec Ibis Styles



Vous le savez, je suis une adepte du bon plan pour vadrouiller en famille.
De l'aire d'autoroute nain friendly (qui dispose de véritables petites toilettes choupies plutôt que des toilettes à la turque génératrices d'angoisse) en passant par les meilleures places pour voyager en train sans se faire pourrir par tout le wagon, je cherche, je valide ou je regrette. Toujours à la recherche du bon plan pour faciliter la vie du parent, c'est un peu mon credo.

Et je partage le fruit de mes investigations avec vous.
Vous n'êtes donc pas sans savoir que j'ai testé cet été (après un mirifique voyage en bateau) un hôtel Ibis Styles (anciennement All Seasons) à Marseille (Marseille Timone me souffle le Mâle, qui aime la précision - c'est son côté GPS). Et que j'ai réellement été conquise par le concept, par l'accueil (et par le prix qui reste très sincèrement raisonnable compte tenu des prestations). D'ailleurs, c'est bien simple, je pense qu'à part dormir sous tente (et mourir d'une overdose de zipette de moustiquaire - le nain aime à zipper et dézipper) on ne trouve pas meilleur rapport qualité/prix/services que l'Offre Famille proposée par les hôtels de la chaîne. En effet, pour une nuit famille, il faut compter en moyenne 100-120 euros, ce qui n'est pas excessif puisqu'est inclus dans le prix la wifi (oui je suis blogueuse) et le petit déjeuner (oui je suis gourmande).

Il y a quelques jours, j'ai reçu une proposition d'article sponsorisé pour participer à un concours organisé par Ibis Styles justement. Ce concours, qui s'adresse aux blogueurs, nous invite à rédiger un article original sur l'offre Family Pack. Le gain est plutôt chouette, car il s'agit de passer une nuit en famille dans un hôtel du groupe. Bon, d'ici là, j'aurai 4 nains à caser dans une chambre donc je pense que ça va être coton mais bon, on peut toujours réussir à caser les grands chez Mamiechéwie (si tu nous lis...ceci est un message subliminal de toute beauté) et se faire une virée avec Micronaine et Nanonain.

Pour gagner, il me faut : soit récolter le plus grand nombre de commentaires sous cet article, soit faire un article original sur le thème de ces chambres Famille. Je ne vais pas vous demander de commenter exprès, parce que je sais que vous êtes comme moi, que vous avez la fleeeeemme (si si, on a le droit d'avoir la flemme de commenter) et puis pour l'article original, bah, espérons que les autres participants soient moins originaux que moi...



Article original pour présenter l'offre Famille des hôtels Ibis Styles (ok, le titre, lui, n'est pas très original, j'ai déjà perdu une place)


Lorsque je choisis une chambre d'hôtel pour y dormir avec les nains, je regarde plusieurs choses qui ne me paraissaient pas importantes avant.

Et oui, lorsque j'étais Nulli (nostalgiiiie), peu m'importait.
Je regardais la situation de l'hôtel, certes. Histoire d'éviter les 45 minutes de marche dans un quartier glauque le soir.

Je regardais les photos de la chambre, certes. Histoire d'éviter la vue sur mur en béton et le décor à base de poupées de porcelaines.

Je regardais même les auberges de jeunesse parce "qu'on s'en fout, on est des jeunes, on peut dormir en dortoir, dans une cave, à douze".

Il nous arrivait même de réserver chez l'habitant. Oui, nous avons ainsi découvert Pierre, un charmant habitant de Stockholm avec son chien pouilleux, sa décoration super glauque, sa couette pleine de puces, sa salle de bain très très limite niveau hygiène, sa fausse-jambe-prothèse posée dans le couloir la nuit (jolie rencontre) et ses petits déjeuners caloriques aux saucisses périmées mais cuites dans de l'huile (on ne sent plus que c'est périmé).

Bref, le Mâle et moi, avant d'avoir des nains, on s'en fichait un peu de là où on allait dormir.
(ok, le coup de la prothèse, j'ai quand même flippé).
Ce qui nous importait, c'était d'avoir un lit correct et de ne pas trop dépenser pour pouvoir rester dans le pays plus longtemps.

Ah oui...
ça.
C'était avant eux.

Papa, tu as une tête de ravioli!!!


Avant que ses Majestés ne décident d'arriver dans nos vies.
Maintenant, il nous faut tout de même :

- des lits corrects (déjà qu'on ne dort pas beaucoup, autant dormir bien)
- des lits grands (rapport au fait qu'on récupère souvent du nain cauchemardeux pendant la nuit)
- des toilettes attenantes (pour des envies nocturnes pressantes nainesques)
- une salle de bain privative (parce que trimballer trois nains dans les couloirs, on peut faire, mais c'est tout de même légèrement boulet)
- une chambre où on puisse se caser à quatre (voire cinq et bientôt six...) sans écraser la tête d'un nain sous une basket au moment du coucher et sans dormir avec une tétine de nain dans l'oreille.

Bref, il nous faut un hôtel "comme à la maison".
Avec, en plus, le côté "friendly".

Oui, je suis exigeante mais avouez que ce n'est pas très agréable de débarquer avec des nains dans un hôtel et que tout le monde vous jette des regards haineux. Avec des soupirs en plus.
C'est le problème quand tu as trois nains de moins de 6 ans.
Ils bougent, ils crient, ils ricanent bêtement à la première bêtise de l'autre et ils ne comprennent absolument pas le concept du "vous êtes sages deux minutes à l'entrée de l'hôtel".
Du coup, depuis ma découverte des Family Pack des hôtels Ibis, j'avoue que je n'angoisse plus à l'idée de vadrouiller avec les marioles. Alors qu'avant....

Voilà un bref aperçu de "Mes Nains à l'Ibis Styles" VS "Mes Nains à l'Hôtel Nokid"


L'arrivée : 
Nous débarquons à cinq après quelques heures de voiture. Grand Nain pleure car nous avons du interrompre Toy Story 2 avant la fin sur son petit écran de télé. Moyen Nain chouine parce qu'il dormait avec de la bave aux lèvres. Micronaine hurle parce qu'elle veut tirer la valise à roulettes (qui pèse juste huit tonnes).

 à l'Hôtel Nokid : 
 La chambre est prête et la dame de l'accueil tente de nous expliquer les modalités du petit déjeuner pendant que Micronaine essaie de dévorer les pétales de rose du pot pourri que lui tend gentiment Moyen Nain.insta
Pendant ce temps Grand Nain vide la fontaine à eau tout en discutant avec des Anglais qui patientent derrière nous. Puis, il renverse son verre d'eau et veut aller appeler l'ascenseur avec son frère, ils se ruent donc en même temps en hurlant vers le bouton de l'ascenseur "C'est MOUAAAAA qui appelle l'ascenseur, hein MAMAN??". Micronaine, déçue qu'une baston se déroule sans elle, court vers l'ascenseur mais se prend les pieds dans son manteau et se vautre sur le carrelage. Et hurle.
Les Anglais murmurent un "Oh My Godness" et s'enquièrent de notre numéro de chambre pour être certains qu'ils sont à un étage différent (et lointain) du nôtre.

à l'Ibis Styles: 
Les nains se ruent vers le Kid Corner qui dispose de petits ordinateurs à nains, de poufs et de tables d'activités. Ils jouent dans un calme tout relatif (ils veulent le même ordi CARS, what else) mais n'osent pas se taper de peur qu'on les vire du lieu-saint.
Ils jouent donc pendant les quelques minutes où la dame de la réception nous explique le fonctionnement des chambres et du petit-déjeuner. Nous déclinons le lit parapluie (Micronaine sort toujours avec son lit parapluie sur elle) mais nous acceptons un réchauffage de plat pour nains dans l'espace Mioume (restaurant) du bas.
Il faut ensuite monter dans la chambre, les nains ne sont pas motivés mais un petit sac-cadeau tendu par la dame les convainc d'accepter de quitter les ordinateurs. Ils disent merci (poli les nains) et se ruent tout de même pour être le premier à appuyer sur le bouton de l'ascenseur.

Ici, le Nain ne dégage pas sa frangine pour jouer avec l'ordinateur Winnie (= faux nain)


L'ascenseur:

 à l'Hôtel Nokid : 
Une mamie en manteau de fourrure ne veut pas laisser les nains appuyer sur l'étage 5.
Ils pleurent et Grand Nain demande pourquoi la dame est méchante
Vous êtes gênés.
Mais pas autant que lorsque Moyen Nain demande pourquoi la dame a tué un chat pour faire un manteau.


à l'Ibis Styles: 
Les nains ont la tête dans leur sac magique et s'extasient parce qu'il contient des crayons de couleur, un petit carnet de jeux et du gel douche au bubble gum. Micronaine tente d'ouvrir son tube en criant "frice frice" (comprendre dentifrice).
Moyen Nain lui, s'évente avec les questions des Incollables tel un pacha.
Grand Nain, bien sage et opportuniste, appuie sur le bouton de l'ascenseur en toute discrétion.

La chambre

 à l'Hôtel Nokid : 

Vous êtes obligés de vous contorsionner pour réussir à passer entre les lits.
Forcément, une chambre pour deux avec deux lits de camp ajoutés pour l'occasion, ça serre.
Il reste une petite place pour Micronaine et son lit pliant, tant mieux.
Bon, il faut enlever le pot pourri de la table basse, Micronaine a dévoré assez de pétales pour aujourd'hui.
Et bouger la table basse car les coins sont pointus.
Il faut aussi songer à ôter le bibelot en porcelaine qui représente une danseuse étoile du guéridon de la chambre. Et virer le porte savon en verre. Et aussi ôter le dessus de lit en mohair blanc, Micronaine sait très bien se servir des feutres.
La salle de bain est correcte, la douche glisse très bien et les nains patinent au sol.
Les nains commencent à sauter sur les lits et Micronaine téléphone à la réception (le sait-elle?) en hurlant "Mamiiiiiie???"

Bon, on fait quoi??


à l'Ibis Styles: 

Les Nains rentrent en hurlant dans la chambre
Hiiiiiiii des lits!
Hiiiiiiiii une partie nains (ça, c'est le cri du parent ravi de voir qu'il y a même une séparation entre les chambres des nains et des enfants dans cet Ibis là).
Pendant que les nains déballent le contenu de leur petit sac à malice, nous pouvons déballer les petites affaires. La télé propose des chaînes nains et nous retrouvons les trois andouilles affalés sur leurs lits en train de regarder un bon petit Disney.
Les lits sont grands et tout est très moderne, design et agréable. Pas de bibelots, pas de trucs dangereux, une chambre nain-friendly. Une suite nain-friendly même.
"C'est plus beau que chez nous hein maman?" (c'est mieux rangé surtout).

La nuit : 

 à l'Hôtel Nokid : 
Grand Nain ronfle.
Moyen Nain ronfle.
Micronaine ronfle.
Il est 21h03 et tout le monde ronfle.
Sauf vous.
Mais vous êtes tout de même couchés puisqu'il n'y a qu'une minuscule chambre pour 5.
Le Mâle tente de faire une partie de Ninja Fruits sur son téléphone pendant que vous envoyez des textos à tout votre répertoire...
Quelle soirée sympathique!! Pendant la nuit, un nain tombera du lit de camp et viendra nous pousser pour intégrer le nôtre. 1m40, deux adultes, un nain en diagonale et des ressorts apparents sous les fesses: vivement demain matin!!


à l'Ibis Styles: 
Puisque cet hôtel dispose de deux chambres (hiiiiiiiiiiiii - bon choix) et que les nains se sont endormis trèèèès sagement après avoir eu le droit de regarder un petit dessin animé sur LEUR télé, vous pouvez vous octroyer un bain. Oui, un bain. Dans la salle de bain design que vous prenez même en photo pour vous souvenir à quel point prendre un bain sans canards ni playmobil, ni tapis anti-dérapant Oui-Oui, ça fait du bien.
Tiens, une serviette à ma taille. Tiens, une serviette sèche.
Les nains sont juste à côté, on a laissé la porte entre-ouverte au cas où.
Evidemment dans la nuit, un des nains viendra se glisser dans le lit parental. Peu importe, le lit est grand...




Le petit déjeuner:

 à l'Hôtel Nokid :
Levés à 6h45 pour cause de nain excité, nous sommes ravis de pouvoir profiter de cette belle journée qui s'annonce.
Nous habillons les nains à la va-vite, les affaires sont empilées dans le minuscule corridor.
Puis nous descendons dans la salle dédiée au petit-déjeuner.
La gentille dame veut bien nous réchauffer un biberon de lait.

- Ah non, on n'a pas de chocolat pour enfant. Mais je peux vous mettre du Van Houten.
- Heu...oui, essayons...


Grand Nain veut un yaourt.
Il n'y a pas de yaourt.

Moyen Nain voudrait une compote.
Il n'y a pas de compotes.

Les nains picorent des miettes de pain et boivent un verre de jus d'orange. Ils s'ennuient et la table leur arrive aux yeux (léger souci de taille manifestement). Micronaine regarde d'un air stupéfait le biberon (brûlant) de Van Houten et fait "non" de la tête avant de repousser l'objet du délit. Elle sucote un croissant en déambulant dans la pièce sous les regards amusés des autres clients.
Regards qui deviennent rapidement agacés puisque Micronaine éfleure les manteaux de son croissant (gras). Et qu'elle est rapidement suivie par deux nains hilares (et barbouillés de beurre) qui font "Tchou Tchou" en se tenant par la taille entre les tables.
Mirifique.

Nous nous dépêchons d'avaler notre café (brûlant) et notre petit croissant (gras).
Puis nous nous ruons vers les ascenseurs pour quitter ce lieu où les gens aiment à déjeuner en paix.
(référence musicale pitoyable).


à l'Ibis Styles: 
Les nains ont dormi jusque 8h dans leur lit et ont exceptionnellement eu le droit de regarder les Zouzous pendant que leurs indignes-parents "terminaient un peu leurs rêves" (= bavaient dans l'oreiller).
Ils commencent à avoir faim, cela dit, et nous descendons déjeuner après une toilette de chat et un habillage sportif (nain après télé = nain excité).

Nous voilà dans la salle dédié et là, les nains sont heureux.
Ils y a des compotes à boire, des yaourts, des "bébés viennoiseries" (oui le nain est niais et sensible à ce genre d'attention).
Le biberon est chauffé avec un sourire (et du bon chocolat sucré) et les nains sont surélevés avec des rehausseurs et une chaise haute.
Une fois leur petit déjeuner terminé, ils se ruent vers le kids corner (oui oui, ZE place toubi pour les nains, avec ordinateurs et jouets). Nous terminons de petit déjeuner en paix (si on occulte les légers cris de joie des nains devant l'ordinateur Winnie).


Conclusion : 


Evidemment, l'hôtel Nokid n'existe pas.
Evidemment.

Tout est toujours fait pour accueillir le parent et occuper les nains (hum hum).
Mais dans le doute, je préfère réserver ma chambre Famille dans un hôtel Ibis Styles.
Au moins, je suis certaine d'y passer une bonne nuit, certaine que les nains pourront trouver de quoi jouer, et j'apprécie que les familles soient traitées comme des clients normaux et pas comme des boulets qui viennent polluer l'espace vital des autres (bon, ok, on est un peu des boulets).



PS :

Ibis Styles s'est associé avec le site Jedessine.com pour proposer des jeux en ligne aux nains (sur le thème des chambres famille).
Je vous laisse découvrir ça par ici : http://www.jedessine.com/c_34921/jeux/viens-t-amuser-avec-ibis-styles
Et pour les parents, rêver sur des destinations possibles par là : Ibis Styles Hotel

PPS : Je n'ai pas pu résister à vous faire moi aussi deux petits jeux en ligne sur le thème des chambres famille.

Avec nains inside (et seulement 6 pièces, je suis sympa pour votre neurone).
Regardez ce temps qui défile...la clepsyyyyyydre!!!





Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...