22 oct. 2012

Du bouquin pour maman or-ga-ni-sée (et papa aussi)

Je vous en avais parlé de ce bouquin, parce que je sais à quel point c'est un aboutissement que de voir son nom sur une couverture.
Surtout quand le livre en question concrétise (en partie) ce qu'on essaie de faire au quotidien.

Aujourd'hui, donc, petit zoom sur le livre d'Isabelle Cantarero, auteure du blog "Mon blog de maman".





Ce bouquin, intitulé 50 listes pour mamans débordées est un petit format, à glisser dans le sac à nain, qui recense (comme son titre l'indique) de la liste pour maman (et papa) lors de diverses occasions.

Par exemple : 

- Liste pour chez la nounou
- Partir en colonie de vacances
- La trousse à pharmacie
- Le musée
- La virée aux urgences


Il y a les listes évidentes (maternité) et puis celles auxquelles je n'avais pas pensé (liste des trucs à faire contre les poux), accompagnées de petits textes très bien vus, d'anecdotes et de conseils d'autres mamans (les prévoyantes, les débordées, les natures, etc...).



Bref, un petit bouquin très bien fichu, très complet et assurément pratique lors d'un départ en vacances, d'une virée chez papi & mamie, d'un petit séjour (non prévu) aux urgences...

Puisque vous êtes des lectrices débordées (si si, je le sais), Isabelle a accepté de faire gagner DEUX exemplaires ici.
Youhou.

Je vous laisse donc me rédiger un petit commentaire (en me précisant à quel moment de votre vie vous faites des listes - bandes de maboules) et le tirage au sort aura lieu LUNDI 29 (avec les gagnantes en edit de ce billet).


Par ailleurs, il me manque toujours Audwey, la gagnante de Cha'Gribouille, qui a jusque lundi 29 également pour faire un petit coucou (après quoi, je remettrai son bon en jeu - et oui mon ptit!).




Si jamais vous n'avez pas envie de zouer et que vous souhaitez tout de même acquérir le bouquin d'Isabelle (qui ne vous ruinera pas, à moins de 6 euros), vous pouvez le trouver un peu partout et aussi là.



18 oct. 2012

Gaston, le petit garçon qui n'arrêtait pas de poser des questions

A vous qui craquez sous les Pourquoiiiii incessants...

A vous qui ne savez pas toujours comment répondre à certains pourquoi??? (et à certains "Comment?" d'ailleurs).




Je ne peux que vous conseiller de lire le nouveau test du nain, en ligne chez Avis de Mamans.


17 oct. 2012

Le coaching sexuel de Vanessa Lope (épisode 3)


Avant de laisser la parole à Vanessa, je prends quelques instants pour vous présenter son avatar, plutôt réaliste et conforme à la réalité (évidemment) réalisé par mon cher ami Papacube.
Placée dans la colonne de gauche, ce petit dessin fort ressemblant vous permettra désormais de retrouver chaque prise de parole de votre coach préférée de manière automatique. Voilà, je m’éclipse et vous laisse en compagnie de celle qui saura, mieux que moi, répondre à vos questions, j’ai nommé Vanessa Lope.








Bonjour à tous et toutes…
J'espère que tout va bien, côté sexe et côté couple, côté "on passe du temps ensemble" et surtout que vous déculpabilisez pour tout (ou presque).
Je reviens cette semaine histoire de papoter un peu, parce que j'ai reçu quelques mails et qu'il faut quand même que je bosse un peu!

Voilà ci-contre mon petit avatar réalisé par l'exquis Papacube, vous remarquerez qu'il a eu la décence de me vêtir, huhuhuhuhu...


Bon, trêve de bavardages, cette semaine, intéressons-nous aux deux questions reçues par mail :


« J’ai accouché il y a 3 mois maintenant et j’ai du mal à retrouver mon corps et mon conjoint. Lorsque nous faisons l’amour, ça finit par être agréable mais j’avoue avoir du mal à m’y coller et à me détendre. Parfois je me dis que je devrais lui en parler mais je ne saurais même pas quoi dire en fait. Le seul conseil qu’on me donne c’est que l’appétit vient en mangeant, super non ? Des pistes pour y venir progressivement? ».


Trois mois c’est long.
Trois mois c’est court.
Trois mois c’est à peine le temps d’un congé maternité, c’est parfois le temps qu’il faut à un super gentil nain pour faire ses premières nuits.
Trois mois, c’est encore des kilos en trop (bien souvent) et du sommeil en moins.
Trois mois c’est du temps qui a filé (mais pas tant que ça). Evidemment, vous avez du mal à vous « y coller », et évidemment, vous voyez ça comme une obligation. Vous devez d’ailleurs compter les jours, vous dire « tiens, ça fait 10 jours (ou 15, ou plus), il va falloir le faire ». Parce que rien ne semble entraver une soirée sexe (vous dormez un peu mieux, vous avez un peu récupérer) et qu’il en a envie. Et que vous aimeriez bien en avoir envie aussi, histoire que tout redevienne comme avant.

J'en avais parlé dans mon précédent coaching, Combien de temps. Parce qu'il faut du temps, effectivement.
Pendant ce temps là, l'un des deux a souvent plus envie que l'autre (et c'est souvent lui, bien sur, qui n'a pas accouché, héhéhé) et du coup, la fois où vous vous décidez à passer une soirée sensuelle, c'est vite fait, c'est vite fini et ça vous laisse comme une impression de bâclée et de "bof, la prochaine fois, je prends un bon bouquin". Dommage.
Pour tous les deux.
Les quickie's (petit coup rapide, pour parler crûment) doivent devenir vos meilleurs amis, certes, parce que votre quotidien s'y prête, mais pas systématiquement. Même si c'est pratique, même si c'est toujours plaisant, il faut aussi prendre son temps.

Alors le temps...heu...comment dire...je sais que vous n'en avez pas.
Donc, il faut le prendre. Même si c'est peu, même si ce n'est pas à la hauteur de ce que vous pouvez lire dans les magazines (débiles) féminins  remplis de "Jules", "orgasme" et de "comment le rendre fou de désir".
Nous n'en sommes pas là...

Ne vous mettez pas la pression.
Pas la peine non plus de planifier.
Ne collez pas les enfants chez les grands parents en vous disant "c'est pour ce soir". Inutile d'investir non plus dans de la lingerie dans laquelle vous ne vous sentirez pas à l'aise. Vous n'avez pas besoin de ça.

Se retrouver, prendre son temps, c'est autre chose.
Je l'ai dit, ça passe déjà par le quotidien. C'est écouter l'autre, c'est lui parler, c'est se parler
C'est apprendre à se faire des compliments l'un à l'autre.
C'est du petit rien qui donne envie de plus.
Qui donne envie de se laisser aller plutôt que de penser à la liste de courses, qui donne envie de rendre un baiser plutôt que de détourner la tête parce qu'on pense au planning du lendemain.

Au delà du sexe à proprement parler, c'est un couple qu'il faut ré apprivoiser.
Massages, oui.
Câlins, oui.

Mais surtout tendresse et grandes discussions au lit. Parce que si on s'y sent bien, on a envie d'y rester (et d'y retourner).




« Depuis que je suis enceinte, mon homme ne me touche plus. Du tout. Comme si je le dégoûtais. Je ne vous cache pas que MOI j’ai envie. Souvent, très souvent. Et que, du coup, je me sens nulle, moche et que je lui en veux ».

Ah, voilà un cas plus rare mais qui existe…et oui, même si ce sont souvent les femmes qui se plaignent d’un manque de libido, il existe également le cas contraire, avec des hommes qui n’ont plus envie du tout ou qui ont peur de faire du mal au bébé.
En faisant quelques appels à témoins, j’ai réussi à obtenir des raisons différentes à ces blocages masculins :

- La peur de faire du mal au bébé, donc, j’en parlais, avec cette angoisse de provoquer une fausse couche.

- Le sentiment de n’être plus seul mais d’être observé (et de près s’il vous plaît) par un petit être…

- L’impression de ne plus avoir sa « femme » avec soi mais une entité double, une mère ET son enfant.

Gloups, ça ne fait pas rire.
Ce qui rassure, c’est de se dire que nous ne sommes pas les seules à avoir des blocages, des baisses de désir voire du dégoût à certains moments de notre vie.


Fondamentalement, ce n’est pas grave. C’est humain même.
L’essentiel, c’est (encore une fois) de réussir à le verbaliser et à en parler.

Que votre conjoint ne veuille pas vous blesser, ou blesser votre bébé, c’est tout à son honneur J !
Dans un cas comme celui-ci, il faut veiller à ce qu’il comprenne que ni vous, ni le bébé ne risquez rien, emmenez-le donc à un rendez-vous gynéco pour qu’un spécialiste le lui dise s’il n’a pas toute confiance en vous.

De la même façon, l’entretien chez la sage-femme du 4ème mois peut être un moment idéal pour aborder tout souci de libido devant une professionnelle qui ne vous jugera pas. Elle saura expliquer au papa et trouver éventuellement une solution pratique pour vous deux.

En effet, si c’est votre ventre qui le gêne (psychologiquement), il existe des positions dans lequel on ne l’a pas en gros plan. De la même façon, il existe d’autres moyens de prendre du plaisir (même seule d’ailleurs), je ne vous fait pas de dessin !


Cela dit, je serai ravie d’avoir un point de vue de papa sur la question. J’imagine à quel point ça doit être douloureux pour vous, qui avez envie, qui sentez votre corps changer, de ne pas voir dans les yeux de votre conjoint du désir brûlant et des envies soudaines.
Encore une fois, ce n’est pas parce qu’il y a un chapitre de témoignages « ce qui les rendent fous chez vous, enceinte » que c’est comme ça chez tout le monde.
Si la majorité des hommes trouvent que des seins qui s’alourdissent et une silhouette qui s’arrondit est très sexy, très féminin, pourquoi certains n’auraient-ils pas le droit de trouver ça angoissant, stressant et même peu joli ?

Sans parler des hormones, de notre caractère qui fluctue et de nos émotions qui prennent parfois le dessus, des coups de pieds du bébé qui peuvent déranger et de ces séances d’haptonomie où on répète au papa que le bébé ressent TOUT.

Alors oui, le papa a le droit de ne plus avoir envie.
Ce n’est ni contre vous, ni contre votre enfant. Normalement, ce nain, vous avez choisi de le faire à deux et il va en falloir du courage et des nuits blanches pour l’assumer. Ce n’est donc pas une petite grossesse et une baisse de la libido qui va ruiner votre couple. Hein ?
Non. Vraiment pas.

Pour moi, il faut faire exactement ce que vous aimeriez qu’IL fasse dans le cas contraire.
Parler, expliquer et dire franchement ce qui ne va pas.

Puis, être patiente et accepter que lui aussi, soit touché, se questionne, s’angoisse et ressente à sa manière cette grossesse qui se déroule en nous.

Evidemment, il y a ceux qui iront voir ailleurs mais je ne pense pas qu’il faille tout de suite se braquer et songer au pire. Si ça dégénère tout de suite, c’est probablement qu’il y avait des soucis d’ordre sexuel dans le couple auparavant.

Dans un couple dit « normal », on a le droit, d’un côté comme de l’autre, de ne pas avoir envie de sexe. Ce qui n’empêche pas le reste, la tendresse et les caresses, la compréhension et le « ça ira mieux après ». Encore une fois, même si vous vous sentez rejetée, essayez de le comprendre et d’entendre ce qu’il a à vous dire. Ne prenez pas tout contre vous, mais tentez de voir ce que cela remue en lui.



Je vous invite également à lire l'excellent Opus des 9 blogueurs sur le sujet (avec un kama sutra des meilleures positions enceintes :))


Je vous laisse me poser vos prochaines questions en commentaires (ou en privé par le biais d’un petit mail adressé à mamanstestent@ gmail.com).

13 oct. 2012

Bougies

Je n'aurais pas le temps d'écrire un long message.

Parce qu'on est samedi.

Parce qu'on va fêter ça.

Parce qu'ils sont debout depuis 5h20 (enfin, surtout la plus blonde d'entre eux) et qu'ils voudraient bien qu'on se dépêche d'aller chez mamie parce que bon, quand même...

Parce que je n'aurais rien de plus à vous dire, malgré cette année passée de plus, je n'ai pas le sentiment d'avoir gagné en sagesse, ni en maturité (peut être en cernes et en vergetures mais c'est une autre histoire).

Je voulais juste vous remercier d'être là, aujourd'hui par vos petits messages et pensées.

Toujours, par vos commentaires, votre soutien et votre humour.

Si à 31 ans, j'ai le sentiment d'avoir réussi à trouver ma voix/voie, c'est aussi parce qu'il y a vous, qui me le confirmez chaque jour.

Merci donc, de m'avoir aidé à grandir (un peu), à écrire (beaucoup) et donc à faire ce que je devais faire de ma vie, finalement.

Un merci spécial au mail très touchant reçu ce matin qui dit que l'amitié soudaine est la plus longue à guérir.
Merci. 

Un merci spécial au petit colis arrivé ce matin avec un petit livre qui veut tout dire sur ce que nous vivons <3. Merci.




31 ans et pas un regret, enfin si, probablement mais je ne m'en souviens pas vraiment.
31 ans et l'impression que c'était hier que je me demandais ce que je serais à 30 ans.
31 ans et le souvenir de m'être dit que j'allais mourir à 13 ans, le 13 octobre, comme un coup du sort.
31 ans et l'inverse du 13.

Le temps file mais pas tant que ça.

Parfois, j'ai l'impression qu'il n'y a pas si longtemps que cela, je tenais entre mes mains la petite grenouille bleue qui m'a apporté un dessin ce matin, celle qui m'a offert une voiture de Cars (gloups) et cette petite dernière qui veut absolument récupérer le joli bracelet que son papa m'a offert ("A ma! A ma!").


Depuis qu'ils sont là, je n'ai plus l'impression de vieillir.

Depuis qu'ils sont là, ce sont eux qui grandissent.

11 oct. 2012

Un sac à nain - Test du Wrap & Go de Tommee Tippee


Un petit test fort passionnant aujourd'hui pour celles qui utilisent des couches qu'on jette vilement à la poubelle d'un air dégoûté tout en tentant de ne pas s'en mettre sur les doigts.

Un test du Wrap & Go (qui n'est pas un truc à manger, même si son nom ressemble à un truc calorique) qui est un petit sachet à couches (mais pas que) proposé par la marque Tommee Tippee.

2 oct. 2012

Objectif Lit - En ligne

Vous n'avez pas tous la chance de vivre à Metz.
Snif.

Vous n'avez pas tous la chance d'avoir un nain scolarisé en petite section à Metz.
Re-snif.

Vous n'avez donc presque aucune chance de tenir un jour entre vos mains le joli petit livre Objectif Lit que nous avons réalisé avec ma petite soeur, Chloé, et qui a remporté le premier prix du concours du livre de la Petite Enfance, organisé cette année par le CCAS.
Re-re-snif.

Ne pleurez pas.
Ne chouinez pas.
Ne chougnez pas non plus (sauf si vous êtes enceinte).

Dans son immense bonté, le CCAS a décidé de faire de ce petit livre un jeu interactif.
Oui, oui, interactif, tu as bien lu.

En se connectant là : http://www.ccas-metz.fr/jeu/index.html

Clique mon ami joueur, clique...


Tu vas pouvoir jouer (et le nain va pouvoir zouer).

D'ailleurs, je tiens à remercier ceux qui ont fait ce jeu qui est franchement chouette et très réussi.
Voilà c'est dit, à vous de tester (et baissez le son si vous êtes au bureau).

Une dernière partie, le nain, et après?? Au LIT !!




1 oct. 2012

Différent?

J'ai beau dire, j'ai beau compatir, j'ai beau écouter et j'ai beau soutenir.

Ça ne suffira jamais.

Je sais, je ne peux rien faire.
Je sais, c'est dégueulasse.
Je sais, c'est injuste et je sais, en même temps, c'est ainsi, et même elle n'échangerait jamais sa place contre la mienne parce qu'il est ce qu'elle a de plus précieux.

N'empêche.

Avoir un enfant différent, ça veut tout dire, ça ne veut rien dire.
Ça veut dire handicap, ça veut dire autisme, ça veut dire troubles du comportement, ça veut dire regards de travers et jugement de ceux qui restent persuadés que le parent y est pour beaucoup dans ce que l'enfant est devenu.

Toi et moi.
Nous avons accouché à quelques jours d'intervalle de deux petits garçons portant presque le même prénom.
Il n'y a pas de hasard.
Nous avons fait notre route, chacune en parallèle de l'autre, Delerm dirait en natation synchronisée.

Sauf que.
Ils ne sont pas les mêmes.
Sans gradation, sans importance finalement.
L'un rentre dans le moule, l'autre non.
Pas de beaucoup, d'un petit rien même. 

Pourquoi?
On ne saura jamais.

Et peu importe.
Nous faisons nos vies, nous prenons des décisions, nous essayons, finalement, de faire au mieux.
La différence c'est qu'il n'y a rien, ni personne qui aide ceux qui ne rentrent pas dans le moule.
La différence c'est qu'on parle de lui comme s'il fallait mieux le caser, là, un peu plus loin, pour qu'il ne dérange pas les autres.
La différence, c'est qu'on ne lui accorde pas trop d'attention, qu'on lui colle une étiquette "dérangeant" et qu'on essaie de faire au plus facile. Pas au mieux.

Et derrière?
Derrière il y a toi, il y a vous, il y a une famille, et il y a une vie. Derrière il y a ceux qui font comme ils le peuvent.
Il y a ceux qui voudraient juste qu'on les écoute, qu'on les guide et qu'on leur dise clairement les choses.
Qu'on reconnaisse qu'il n'y a pas que ça qui compte

Qu'un gamin, c'est autre chose.
C'est ce qu'il est.
C'est ce qu'il ressent.
Ce sont ses sourires et les soleils qu'il dessine.
Ce sont ces jeux avec son frère et l'équilibre qu'ils ont construit.
Ce sont ces moments où il semble juste exactement semblable à l'autre petit garçon à côté de lui et on voudrait un instant suspendre le temps et croire que tout va aller mieux.


Je ne sais jamais quoi dire, je ne peux qu'écouter.
Je ne peux que te dire que ce qui compte ce n'est pas ça mais en même temps, je crois que j'en arriverai à détester tous ceux qui ont juste la chance de mener une vie normale.
Quand on a un enfant différent, il apporte énormément. Du plus, du moins.
Mais comment ne pas en vouloir un peu aux autres?
Comment ne pas penser "ils ne se rendent pas compte".

Parce que non.
Nous ne nous rendons pas compte.
Des nuits à y penser. Des nuits à y réfléchir. Des nuits à ne pas dormir.
Des choix à faire mais "sommes nous certains que ce sont les bons".
Des mots à entendre et des gens qui assènent des vérités.
Des envies de hurler parce que non, ce n'est pas notre enfant dont il s'agit, ce n'est pas de lui dont on parle. Ce n'est pas vraiment lui.
Des envies de tout lâcher.

Je ne sais jamais quoi te dire, je ne peux que t'écouter.
Evidemment, il y aura toujours pire.
Evidemment.
On ne peut pas établir de gradation dans ce que les parents endurent.
On ne peut pas dire "moi c'était pire".
Mais quand même.

A part te dire que je suis là.
A part te dire que tu fais exactement ce que tu dois faire, que tu es comme nous toutes, que tu cherches et que tu apprends, que tu te plantes et qu'il ne faut surtout pas regarder en arrière sauf pour ne rien regretter.
A part te dire que tu fais de ton mieux et que l'essentiel est là.





Dans mon boulot comme dans ma vie, j'ai eu l'occasion de fouiner un peu partout pour trouver des aides, des sites et des références sur "l'enfant différent".
Voilà donc quelques liens, à compléter bien sur, la liste n'est pas exhaustive, ce sont seulement des points d'appuis, des petits plus:

Le portail de l'enfant différent : http://www.enfant-different.org/index.php

Du matériel, des liens, des jeux éducatifs pour les enfants autistes : http://www.autismediffusion.com/materiel-logique-autisme-strategies-education.htm ou encore http://www.autisme-apprentissages.org/epages/274916.sf/fr_FR/?ObjectPath=/Shops/274916/Categories

Un superbe site de jouets, jeu d'éveils et jeux d'apprentissages, pour les enfants différents (mais pas que) : http://www.hoptoys.fr/ ou encore http://www.oterciel.com/ et http://www.handijeux.fr/

Et ce superbe blog pour les enfants précoces : http://les-tribulations-dun-petit-zebre.com/

N'hésitez pas à donner quelques liens en commentaires.
Cet article n'a pas pour objectif de lister des liens disponibles, c'était juste un ressenti, une sensation...

28 sept. 2012

Il me manque quelqu'un - Une BD, mais pas que

Il y a des gens qui ont du cran, du courage et du talent.
Il y a des gens qui vont jusqu'au bout de leur projet, peu importe le temps, peu importe ce que ça donnera.

Je suis épatée.

Juliette Merris est de ceux-là.

Juliette, pour ceux qui ne la connaissent pas, est l'auteur du blog Je veux un bébé.
Elle est également celle qui lançait, il y a plus d'un an et pour mon plus grand plaisir, le meeting régulier de blogueurs chouettes autour de la maternité et de la grossesse : 9 blogueurs racontent 9 mois.

Juliette, donc, a écrit une bande dessinée.
Sur son blog, tout d'abord.
Et puis comme le virtuel, ça va bien un temps, elle a décidé de passer au réel.
De voir enfin sur papier tout ce qui avait été pensé, dessiné, dit et vécu.

En vrai, donc, ça donne ça :



Et dedans, il y a des essais bébés et des tentatives d'amadouer du Mâle,
il y a des +++ et des moments de doutes, des angoisses et des "papillons dans le ventre".
Il y a de la nausée et de la DPA, un peu de tout ce qui fait une grossesse, du glamour et du vrai, du réel et du  vécu.

Je me suis permis de vous mettre quelques extraits que j'aime beaucoup :

mon préféré <3





Désolée pour la qualité, c'est mon téléphone (mon appareil photo est en rade)...

Voilà, je tenais à vous présenter cette BD parce qu'elle est chouette, parce qu'elle est vraie, et aussi parce que Juliette s'auto-édite et qu'il faut du courage pour le faire.

Ce n'est jamais facile de sauter le pas, de tenter le tout pour le tout.
Elle l'a fait et je la soutiens.

Pour celles qui voudraient commander la BD, elle est donc en vente sur le site de Juliette.

Ce n'est pas une BD de Primi uniquement :) puisque j'ai adoré la lire.

D'ailleurs, je vous l'avoue, les cinq dernières pages m'ont carrément fait pleurer.

Oui, je sais, je suis une mauviette.




26 sept. 2012

Ecrire (au féminin)


Comme beaucoup, j'ai rempli des cahiers de ma vie, j'ai raturé, recommencé, j'ai empilé des Clairefontaine dans mes bas d'armoire en me disant que la vie avançait, et que moi aussi.

Comme tout le monde, j'ai pensé à écrire un peu plus. Et puis non. Il faut du courage. Il faut du temps. Il faut de quoi dire, il faut se lancer, il faut un peu plus que ce que j'étais, il faut un peu plus que ce que j'avais en moi.

Mes enfants sont nés et le temps s'est rétrécit.
Mes enfants sont arrivés et il me semble qu'une autre moi a pris un peu plus de place que l'ancienne.
Quand on n'a plus le temps de ne rien, ne reste que le nécessaire.

Ce blog, je l'ai ouvert pour ça.
Pour écrire, pour raconter, pour dire avec humour ce qui me rendait timbrée.
Plutôt que de sombrer, parfois, il vaut mieux écrire.
Plutôt que de hurler, parfois, il vaut mieux trouver des mots qui sauront mieux dire


Hier soir, j'ai pris un train pour Paris, juste après l'école des nains.
Je me suis rendue, avec mon ventre, à la remise du prix Ecrire Au féminin / Muze Magasine.

J'avais posté une nouvelle en juillet et me voilà récompensée en septembre.
Parce que vous l'avez aimée (merci infiniment) et parce qu'un jury l'a aimée également (si si).

Image du site ActuaLitté, article à lire en lien ici


Je n'ai pas gagné le premier prix, c'est Caroline, auteure du blog Ovary qui a remporté ce concours avec sa superbe nouvelle Vers les sept heures moins dix. A lire absolument, croyez moi.

La seconde est Marie-Sophie, avec la Femme Tronc, qui est une bien jolie nouvelle, à la chute surprenante, avec un petit quelque chose qui dérange...

Je suis donc troisième, et c'est un honneur, avec Le grand sourire, petit morceau de moi que j'ai souhaité partager.

Mention spéciale à Camille Anseaume, du blog Café des Filles, pour sa jolie et émouvante nouvelle, Mon tout petit rien.

Voilà, j'ai remporté des choses très chouettes, une veste de motard (héhé), des places pour la soirée inaugurale du salon du Livre de Paris et surtout des séances de coaching littéraire (ouf, je vais pouvoir m'améliorer).
Ce que ça donnera??

Je n'en sais trop rien.
L'envie d'écrire est là, les mots ne le sont pas toujours, mais je sais que, de toute façon, il est trop tard pour revenir en arrière.
Qu'une fois qu'on sait, qu'une fois qu'on aime, on ne peut plus faire autre chose.

Je tenais à cet article pour vous remercier.
Pas vraiment pour cette récompense, mais parce que vous n'avez pas attendu ça pour me lire.
Parce que grâce à vous, un livre sortira bientôt, en janvier, comme le petit dernier qui complétera notre heureuse tribu de maboules.

Alors bien sur, ça ne sera pas du Nothomb, ni du Carrère, mais ça sera ce que j'ai encore de mieux à dire, et de mieux à faire.

Et bientôt, le 2 octobre, sera distribué à chaque enfant de petite section de maternelle de Metz, l'ouvrage que j'ai écrit avec ma petite soeur (aux dessins), Objectif Lit, et qui a remporté le premier prix du concours du Livre de la Petite Enfance du CCAS.
Ce livre, c'est mon tout premier.


Je vais essayer d'en offrir quelques uns sur mon blog, mais je ne vous promets rien....(sinon, vous pouvez également venir vivre à Metz, c'est charmant).

Voilà, je ne sais plus qui disait "les récompenses, ça sert surtout à emmerder les autres".
Certes, mais pas que.
Ce que j'ai pu gagner m'aide à avancer, m'aide surtout à me dire que tout cela n'est pas vain, que je ne me suis pas trompée, qu'on a beau prendre mille chemins différents, qu'on en revient toujours au même point, devant un cahier, devant une page blanche, devant un clavier.

La suite...on verra bien.

Pour le moment, traînent dans mes pattes trois rigolos qui voudraient bien que maman arrête de raconter des histoires pour venir construire une fusée infernale en Kapla, fusée que la dernière s'empressera de détruire en hurlant de joie sous le regard atterré de ses frères-architectes.

Pour le moment, ma vie c'est ce petit mélange de lettres et de sentiments, d'envies furieuses d'écrire et de pensées qui filent aussi vite que mes journées.
Pour le moment, ma vie c'est de l'essentiel et de l'évidence.
De tout ce qui est à venir, je n'y pense pas encore.


25 sept. 2012

Le nain prend le bateau - Round 2

Vous l'attendiez ce récit et vous aviez raison.
Car il est terrible. J'en frémis encore et à chaque fois qu'on me demande "Alors, c'était bien la Corse???" d'un air envieux, je réponds "super, super. Sauf le bateau du retour". Et me voilà partie pour une description terrible de ces dix heures de croisière, qui se termine généralement par un "ah oui quand même, il faut peut être mieux prendre l'avion" de la part de mon interlocuteur.

Oui, je crois. Ou bien choisir autre chose que le bateau SNCM - Casanova pour rentrer.

Nous avons quitté la Corse un samedi matin du mois d'août, la peau légèrement hâlée et la voiture complètement blindée. Le Mâle avait fait un joli coffre tout bien rangé jusqu'aux trois derniers sacs qu'il a juste balancé à travers la voiture parce que "putain, ça fait chier, de toute façon on rentre". Belle mentalité.

Le bateau devait donc partir à 9h du matin de Bastia. 
Toujours la SNCM et puisque l'aller avait été plutôt correct (si si, croyez-moi), nous étions plein d'espoir quant au déroulement de ces 10 heures de bateau.
En effet, après avoir surfé rapidement sur le site de la SNCM, j'avais découvert ce plan :





et puis ce petit paragraphe:
"PROGRAMME DES TRAVERSEES DE JOUR :
Lors de votre montée sur le navire, vous serez accueillis par un Clown qui remettra des cadeaux à vos enfants.
Ensuite l'espace Bien Être ouvrira ses portes. Vous aurez la possibilité de suivre un cours de Fitness, idéal pour se relaxer et garder la forme.
Dans la matinée, vos enfants s'initieront aux  métiers du cirque et préparerons un spectacle de clown épatant !"


Voilà, nous étions donc en confiance, à deux doigts de penser qu'une aire de jeux magnifique nous attendait, avec une piscine à balles...

Quelle bande de naïfs....

Arrivés à 8h30 près du bateau, nous avons pris place dans la file de tous les nigauds qui repartaient, comme nous. Certains voulaient, évidemment, gruger tout le monde, et d'autres prenaient leur mal en patience.
Nous avons fini par rentrer (enfin) dans le bateau, un peu en retard, les nains gavés de biscuits à l'arrière.

Et oui, sachez que pour faire patienter trois nains dans un scénic alors qu'ils se sont levés à 6h30 et qu'il est presque 9h30, le gateau à gogo est nécessaire. C'est ça ou le cri de putois super destructeur.
Nous avons donc opté pour l'ambiance mietteuse.

Arrivés dans le bateau, nous prenons nos sacs "Bateaux" et nous avons une illumination intelligente en prenant le lit parapluie de Micronaine.
En effet, nous avions pris une cabine (autre illumination intelligente) pensant bien qu'un des petits nains aurait envie besoin de roupiller une bonne heure sur nos dix heures d'enfermement.
Si à l'aller nous avions eu un lit parapluie prêté ainsi que des barrières de lits, ce n'était pas le cas sur cette traversée de jour et le monsieur de l'accueil nous a regardé comme des dégénérés avec nos idées de barrières de lit.  Bref, nous voilà dans notre cabine, exactement la même que celle de l'aller mais avec dix ans de plus. Défraîchie et limite propre, puisque les équipes de nettoyage étaient tout juste en train de passer pour les faire (le bateau venait probablement de terminer sa traversée de nuit dans l'autre sens).

Les nains se précipitent dans la cabine, sautent sur les lits et veulent voir la mer (en premier) puis la télé (valeur sûre, en deuxième). Nous installons nos bagages, nous prenons un petit en-cas (oui, le Mâle est vorace) et nous ressortons de la cabine histoire d'aller assister au départ du bateau.
Le pont est surblindé. En effet, il ne reste plus de cabines disponibles et les consignes pour les bagages sont payantes (pour ceux qui traversent sans voiture). Il y a donc du monde partout, sur les bancs et sous les escaliers, des valises à qui mieux-mieux et déjà des gens endormis sur des matelas gonflables (probablement des habitués).

Du coup, nous montons faire un petit tour de bateau.
Les gens ont couru pour aller squatter des transats, le bar est ouvert et tout le monde y fait la queue pour un café (nous en rêvons) et une annonce nous remplit d'espoir :

"Bonjour!!! Pour les enfants, un atelier magie est organisé!!"

Le Mâle et moi sourions, heureux.

"Pour vos enfants de 6 à 12 ans, rejoignez nous sur le pont 8 à 10h!! On va trop rigoler, faire un pestacle et surtout vos parents seront tranquilles" (je retranscris à peu près hein).
SUPER.
Bon, quand j'aurai des nains entre 6 et 12 ans, je serai très contente hein. Mais là, bon, j'avoue que je suis restée pantoise.
Sans vouloir faire ma râleuse de base, entre 6 et 12 ans, on a quand même moins de mal à occuper des nains sur un bateau non??? (bon, je fais ma râleuse de base).
Bref, nos nains entendent : "magie, super, spectacle, génial, 1h30 (ça c'est les parents qui entendent)" et puis "non, pas vous, c'est pour les grands".

Voilà, il est 9h50 et nous n'avons rien d'autre à faire que de faire un tour de bateau pour découvrir toutes les merveilleuses activités que celui ci nous réserve.

A voir : 
- la piscine sur le pont. Vide pour le moment car fermée, elle propose un petit cours d'aquagym puis reste ouverte aux courageux nageurs. Un coin pataugeoire et un coin vraie piscine
- le pont donc, rempli de gens et de valises posées à même les bancs histoire qu'elles soient bien confort.
- le pont supérieur, qui fait le tour du bateau, qui a un joli bastingage pour éviter toute chute de nain dans la mer et qui donne à l'arrière sur un espace "SOLARIUM" en truc vert (genre de plastique) où plein de gens avaient posé leurs serviettes histoire de bronzer pendant 10 heures. Evidemment, lieu intéressant pour nains (car promesse de courses poursuite dans espace marrant) mais évidemment aussi, rempli de gens sans nains qui nous regardent d'un air agressif genre "peuvent pas faire moins de bruit ceux-là??".
- A l'étage du dessous, à côté de la piscine, un bar diffuse une musique daubesque à base de tubes de l'été.

Gloups.
Nous décidons de continuer notre tour à l'intérieur.
Les gens sont vautrés partout, les nains font coucou à tout le monde et la petite commence à chouiner. Elle a faim (elle est fiante), elle est fatiguée (elle est fiante).
Grand Nain veut aller manger un sandwich (d'où lui vient cette idée saugrenue) et Moyen Nain veut aller dans la piscine (qui pour le moment est réservée au cours d'aquagym). Nous visitons tout le bateau, nous tentons de faire jouer les nains avec n'importe quoi.

" Oh, regarde ces lumières au sol, comme c'est marrant!!!"
" Oh!!!! Mais si on regarde la mer, peut être qu'on va voir des dauphins!!! Venez, on regarde la mer" (18 secondes).

Un haut parleur rappelle aux enfants de 6 à 12 ans qu'il est grand temps d'aller super rire, et trop se marrer à faire les magiciens... et rappelle donc aux nôtres qu'ils ne sont rien que des bébés tout pourris qui ne peuvent rien faire du tout.

- Peu importe les nains, venez, on va au truc de jeux pour nains!!
- Ouiiiii, d'accord, tu crois qu'il y aura une petite structure?
- Mais oui, je pense, et même des petites télés avec des dessins-animés (pendant que papa et maman prennent un café bien mérité).

Arrivés au petit coin jeu, quelle bonne surprise!!
Il y a donc trois bouliers

déjà que mes nains ne jouent jamais avec dans la salle d'attente du pédiatre...


Ouais, des bouliers.
Et des tapis un peu mous au sol qui auraient été superbement adaptés pour des roulades nainesques en tout genre SI et SEULEMENT SI trois personnes n'avaient pas décidé de s'y allonger.
Bin oui, des tatamis un peu mous, c'est un excellent tapis de sol pour 10h de bateau. Les gens roupillent, les nains n'osent pas approcher (on les comprend, un monsieur ronfle).

Bref, il nous reste un petit espoir: les télés diffusant du dessin-animé....

ET NON, les télés sont en panne. Un joli "HORS SERVICE" est scotché sur l'écran.
Super.
Génial.
Je récapitule : il n'y a pas d'activités pour les petits nains, il y a des gens qui dorment dans le coin jeux (qui est en fait un amas de tapis et de bouliers) et les téloches sont HS.

Bon, repli dans la cabine où nous tentons de mater une heure la télé (vive les mauvais dessins animés de Gulli) avant d'enfiler nos maillots de bain, histoire d'approcher de midi, heure du pique-nique...
Les nains sont en maillot et nous nous dirigeons vers la piscine.
Il n'y a personne dedans (ou presque), et je sens donc qu'il y a arnaque.
Je passe les portes avec Micronaine. Les grands sont devant avec leur père.
Moyen Nain rentre dans la pateaugoire, glisse, tombe, hurle "c'est frouaaaaa".
Le Mâle rentre dans la grande piscine avec Grand Nain qui hurle "c'est frouaaaa" et le Mâle ajoute "putain, c'est gelé et en plus ya des cheveux".

Je sens que je vais romir.
Je plonge deux minutes avec Micronaine qui pousse des petits cris de putois glacé pendant que le bar décide de passer de la vraie bonne musique estivale, un mix de "Un ptit coup par ci, un ptit coup par là" et de "Je mets un doigt devant, je mets un doigt derrière" à la sauce techno-dance.
Un régal décibellique.

Certains adorent (ils reviennent probablement d'un club qui leur a appris toutes les chorés) et se mettent sur les bords de la piscine pour interpréter ladite chorégraphie. Le Mâle me regarde d'un air outré.
Les nains sont hallucinés et Moyen Nain tente d'imiter la dame en bikini rose qui est montée sur les bancs de la piscine pour agiter son popotin.
Je le calme d'un regard.  Nous décidons de sortir avant de risquer l'overdose daubique (et chevelue car des centaines de cheveux surnagent dans la piscine).
Les nains sont passés à la douche chaude dans la cabine, ils tiennent limite à trois dans la douche (ça leur fera des souvenirs) et se font d'excellentes blagues à base de "prout dans la douche" (hilarant).

Nous rhabillons tout ce petit monde et décidons d'aller pique niquer. Oui, car nous avions prévu un pique-nique...Sachez que nous devenons prévoyants.
Riche idée que ce pique nique puisqu'il y a environ la moitié du bateau devant le self du bateau, et l'autre moitié devant la boutique qui vend trois fois leur prix des sandwich Sodebo. La boutique ouvre à midi, il est midi-trente, les gens ont faim, ils sont énervés.
Normal.


Nous prenons place sur l'espèce de tapis vert en haut du bateau et nous pique niquons.
C'est sympa, un peu ventu mais au moins, nous sommes dehors. Nos voisins dorment, mangent et picolent. Il y a là Bébert et Gégé, ainsi que Mimi et Renée, leurs adorables épouses, qui ont sorti les transats et le rosé.
A côté, nous faisons pâle figure avec notre pain et nos chips.

Les nains mangent, Moyen Nain jette un cornichon au vent (la voisine en paréo blanc de derrière l'évite de justesse et n'oubliera pas de prendre sa pilule ce soir) tandis que Micronaine recrache consciencieusement la peau de sa saucisse entre les lattes du sol. Souvenir.
Avec le Mâle, nous daubons sur ce "bateau de merde", qui ne propose aucune activité pour les petits, et sur cette aire de jeux MINABLE et que j'espère qu'au moins le dessin animé projeté dans le bar cet après midi sera bien. Qu'on occupe au moins 2h de notre journée.
Parce que là, bon, il est midi trente et on arrive à 19h.
GULP.

Le repas se déroule dans le "calme", quelques chips mâchouillées volent dans les cheveux de Nulli qui dormait paisiblement sur le vendre de Chouchou, et Moyen Nain finit par avoir envie de "FAIRE CACA" (je l'écrit en gros parce qu'il l'a crié) avant le dessert.
Après ce magnifique pique nique, nous faisons un troisième tour de bateau pour promenade digestive. Nous décidons d'aller voir quel dessin animé se joue dans l'après-midi afin de savoir qui des trois nains va terminer à la sieste.

Arrivés devant le bar qui projetait le dessin animé, nous cherchons l'affichette de ce qui allait être diffusé.
Banco puisqu'il s'agit d'un film (dont j'ai oublié le nom, pardon), tiré d'un Marvel et interdit au moins de 10 ans (genre Hellboy quoi).

Ah.
Heu...
Je ne suis pas une grande professionnelle du cinéma mais il me semble qu'un bon petit Raiponce, ou encore un charmant Rio aurait été plus adapté aux enfants non?
Enfin, je vais encore faire ma râleuse mais quand on écrit "dessin animé en haute saison" sur son site internet, on ne balance pas un film interdit au moins de 10 ans à 14h.
Bref, surtout qu'en dix heures de traversée, moi j'en aurais balancé du dvd hein...

Bon, nous voilà brocouilles, et j'embarque les deux plus petits dans la cabine pour faire une sieste.
La petite est couchée dans son lit parapluie, le moyen est dans sa couchette et je bouquine lamentablement sur la couchette du haut.

La bonne nouvelle: ils dormiront deux heures.
La mauvaise nouvelle: Moyen Nain chopera des puces.

Il est donc 16h quand tout ce petit monde s'éveille et je rejoins le Mâle et Grand Nain qui en sont à leur quarantième tour de bateau.
Ils ont fait plein de jeux du magazine du nain (le Mâle est gavé), ils ont bu un verre (super), ils ont marché, ils ont été voir la salle de jeux (avec plein de jeux vidéos) que je vous mets en photo ci-dessous:



D'ailleurs, mille pardon, je n'ai point de photos car nos téléphones étaient tous les deux complètement déchargés. J'avais bien rangé le chargeur "à un endroit où je ne vais pas l'oublier c'est certain" (tellement certain que j'ai mis deux jours à me souvenir que je l'avais rangé sous mon siège dans le petit coffre).

Il nous restait donc environ trois heures à occuper.
Nous avons goûté.
Nous avons été courir dans le solarium en faisant fi des regards courroucés.
Nous avons encore un peu râlé.
Nous avons regardé la mer en espérant voir un dauphin.
Nous avons regagné notre cabine pour mettre Gulli.

A 18h30, soit trente-minutes avant l'arrivée à Marseille, les équipes de nettoyage nous ont gentiment (ou pas) demandé de quitter la cabine afin qu'il puisse nettoyer pour les prochains (valeureux) passagers.

Nous nous sommes donc retrouvés avec nos trois mômes, nos sacs, le lit parapluie, sur le palier, entre deux escaliers (aux marches bordées de ferrailles) en attendant qu'on daigne nous indiquer que nous avions le droit de retourner aux voitures.

Je crois que je n'ai jamais été aussi contente de revoir mon siège de voiture.

BILAN de cette traversée pour le moins "merdique":

- Essayez d'éviter donc le bateau Casanova de la SNCM. Même si les équipes sont assez sympas, le bateau est dans un état pour le moins pourri. Les toilettes sont vraiment limites, les poubelles débordent et l'hygiène laisse vraiment à désirer.

- Si vous le pouvez, payez vous une cabine. Avec des nains, c'est l'assurance d'avoir un lieu propre pour aller aux toilettes, éventuellement prendre une douche et regarder un petit dessin animé (voire faire la sieste).

- Tentez de prévoir le pique nique, tout coûte très cher dans le bateau et les horaires d'ouverture sont très restreints.

Je vous laisse lire les avis de Trip Advisor

Sinon, et bien courage...
D'autres compagnies maritimes existent comme Corsica Ferries testé par ma collègue et néanmoins amie Isabelle (du blog Ezabel) et je vous invite à aller lire SON trajet (qui m'a l'air carrément moins pire que le mien)..vous pouvez aller lire son Fabuleux récit par ici :))


24 sept. 2012

Concours vertbaudet - Le nain a perdu (comme c'est étonnant)


Je ne sais pas si vous vous en souvenez, mais il y a quelques mois je relayais l'information du concours Vertbaudet, Graines de Styliste. Il s'agissait de faire dessiner au Nain son cartable et de l'envoyer afin de le soumettre aux choix de véritables professionnels. Les plus jolies créations cartablesques de toute l'Europe (il y en a eu tout de même 6600) ont été reçues par un jury qui a du trancher. 

Inutile de te dire que le dessin mirfique de Grand Nain n'a pas su conquérir l'Impitoyable Jury.
Vraiment, je ne comprends pas.
Souvenez-vous de sa mirifique oeuvre:


Bon.
Ok.
Le nain est un incompris.

Cela dit, avouons-le, certains nains européens ont du talent et je pense très honnêtement que c'est la raison pour laquelle le cartable du nain n'a pas été retenu.
Regardez plutôt: 
Ok, j'avoue, c'est chouette 

Splendide

on en voudrait un...



Vous l'aurez compris, le concours a révélé du nain artiste, du nain doué et du nain habile.
11 cartables ont été sélectionnés et j'avoue que si mon coup de coeur garçon est le superbe cartable pompier, mon coup de coeur fille est celui là : 


Du coup, comme de juste, ces petits artistes ont vu leurs cartables fabriqués en vrai.
La semaine dernière, à l'occasion de la remise des prix Graines de Styliste, nos petits nains plein d'imagination (et de talent, ce qui n'est pas le cas de mes nains) ont reçu ça :







Je ne m'avoue pas vaincue, l'an prochain, le nain retentera.
En attendant, vous pouvez commander si vous le souhaitez, un des deux cartables gagnants de l'édition 2011 de ce chouette concours.
Inutile de vous dire sur lequel Micronaine a flashé...
Elle hurle CHAAAAAAT depuis que j'ai téléchargé l'image et qu'elle est en vignette sur mon bureau d'ordinateur...
Chaaaaaaaaaaaaaaaat


Bizarrement, Micronaine ne voit aucun intérêt à celui là (alors que Grand Nain, si - période drapeaux, tout ça).


Si tu veux retrouver les deux cartables, ils sont donc disponibles chez vertbaudet : le chat est ici (et en promo, je sens que je vais craquer), et le drapeau par là (gulp, en promo aussi).

Encore bravo donc aux petits artistes vertbaudet, les cartables sont chouettes et, entre nous, ces créations sont tout de même bien plus sympas que les Spidermachins, les Cars, Dora ou autre niaiseries que l'on trouve en supermarché. Sans que cela nous coûte un rein comme les petits cartables bobos en cuir de chez Maboutiquechicpourenfantsbobo.com

Voilà, rendez vous l'année prochaine (nous vaiiiiincrons).
L'essentiel, c'est d'y croire, d'acheter des paillettes pour noyer le coup de crayon moche du nain sous le clinquant et le bling-bling, et quelques petits stickers mignons, pour faire oublier les goûts douteux de ma progéniture en matière de décoration (encore un peu de noir maman? Ou bien du marron??).

Rassurez-moi, les vôtres aussi trouvent que le noir et le marron, ce sont de très jolies couleurs??? (surtout mélangées).


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...