15 mai 2012

La caverne de Lala

Avant toute chose, voici la gagnante de la veste CLARABULLE : il s'agit de ELSA (j'attends ton petit mail).


Passons maintenant à l'article du jour :

Je suis une fanatique de la brocante. Oui, c'est mal.
Je n'en fais pas une par semaine, quand même, mais de temps à autre, un dimanche matin, nous partons en famille arpenter les rues d'un village dans lequel se déroule un vide-grenier.
Les nains ont leur SOU et ont le droit de s'acheter un petit jeu.
Comment ne pas craquer?

"Regaaaaaaarde, le truc là...ça vaut au moins 25 euros en magasin là.....et il est à .... vous le faites à combien?"
"Trois euros"
"TROIS ZEUROS?? Tu vois, c'est vraiment pas cher".

Et oui, la brocante, c'est terrible.
Tu reviens chargé, la chambre croule sous les jouets mais tu en ajoutes encore un sur la pile.

En revanche, pour les fringues, si c'est vraiment très très intéressant pour les petites tailles, c'est plus difficile pour les grands.
Et même pour les petits, j'avoue, je suis un peu snob mais je n'achète que si la famille qui vend n'est pas trop cracra.
Oui, c'est mon côté smart.
Et pour les grands, c'est bien simple, je ne trouve pas grand chose. En même temps, quand je vois la tronche des fringues de mes nains, je comprends mieux pourquoi, à partir de 4 ans, on ne peut pas revendre de la fringue correcte. Parce que le nain fusille ses fringues.

Alors, de temps à autre, je me passe une petite commande dans des boutiques en ligne qui vendent des vêtements d'occasion. Sur Ebay, j'évite, parce que j'ai déjà commandé des trucs qui étaient vraiment passés et presque à jeter (Marie, buse). Sur le bon coin, c'est un peu pareil, il faut aller voir en règle générale.

Alors je préfère ce genre de boutique : 

tu peux cliquer pour accéder au site


La Caverne de Lala propose donc des vêtements et des jouets d'occasion, dès la naissance et jusqu'à 8/10 ans. Les vêtements sont d'occasion voire neufs (c'est précisé sur la fiche produit), sont de marque (Petit Bateau, Sergent Major, DPAM) sans être non plus du Gucci Baby ou du Miss Prada (ça existe ça??).

Bref, un concept qui me plaît, ce n'est pas la première fois que je vous parle de ce genre de boutique. D'ailleurs, avant que je n'oublie, tu peux J'aimer la page Facebook par là (histoire d'être au courant des nouveaux arrivages).



On y trouve de tout, bien rangé, par âge, par sexe et par taille.
La majorité des vêtements sont "comme neufs" et la description + les photos permettent d'avoir un assez bon rendu des choses.
Evidemment, on n'est pas là à pouvoir tâter si le coton nous convient, mais sincèrement, jetez-y un coup d'oeil, je trouve les explications et le rendu très proches de la réalité.

Les prix?
Parlons-en puisque c'est la principale raison qui fait qu'on vient sur ce genre de site.
Alors, je trouve certaines pièces encore un peu chères mais c'est surtout parce que c'est de la marque (et moi, perso, coller du Bonpoint au nain qui a 1 mois, heu, comment dire...)

Sinon, les prix sont tout à fait corrects, voire vraiment pas chers, si je prends par exemple cette combinaison Petit Bateau qui coûte carrément plus cher en magasin et qui est LE truc que je mets à mes nains par excellence (bidon recouvert en toute occasion) :




De mon côté, j'ai eu la chance d'avoir le droit de passer une petite commande chez Lala, histoire de tester le concept, de voir si les vêtements (et les jouets) étaient conformes à la description et si l'envoi était soigné (tout ça...).

Bref, j'ai commandé plein de petites choses (il ne fallait pas me laisser carte blanche) :

- une combinaison de ski pour Moyen Nain l'an prochain de chez DPAM 
- un ensemble tunique+ leggings Petit Bateau 
- une tunique Orchestra (oui Micronaine est pourrite gâtée)
- un pyjama toutdoux en velours (oui oui, ceux qui coûtent un rein) de chez Petit Bateau
- un sweat shirt Sergent Major pour Grand Nain
- un Livre CD de Marlène Jobert (huhuhuhu) avec le Livre de la Jungle et la Princesse au Petit Pois.






Et j'en ai eu pour moins de 50 euros.
Quand tu vois que le pyj' coûte déjà 37 euros en magasin, tu pleures de joie.

Bref, évidemment, ce n'est pas du pur neuf, mais ça vaut le coup.
A la réception (très rapide), les vêtements sont en bon état, conformes à la description.
Très honnêtement, à part le sweat qui fait un peu "passé" (mais c'était précisé sur le descriptif) tout en restant carrément mettable, le reste fait "neuf".

Après ça, vous pouvez également choisir de vider VOS tiroirs (qui dégueulent de fringues de nains) en mettant en vente le superflu (ça marche aussi pour les jouets, mais uniquement les non-mâchouillés).
Evidemment, c'est uniquement sur Paris et région Parisienne, mais bon, c'est déjà ça.

Voilà, c'était ma petite découverte du jour, et comme j'ai été conquise par le concept et que je souhaitais vous faire profiter de la chose, j'ai demandé un petit cadal à Lala.
Qui vous propose un code réduction : le code MAMANSTESTENT vous donnera droit à 8 euros de réduction pour 35 euros d'achat minimum (hors FDP certes). Valable jusqu'au 15 juin 2012.
Ou bien jouer chez Mère Blabla pour un bon de 10 euros (c'est vous qui voyez)


A vous de voir si vous trouvez des jolies petites choses...


14 mai 2012

La vie sera belle - par Aude



Parfois, je reçois des mails de mamans qui me disent "merci".
Parfois, je reçois des mails de mamans qui me disent "bof".


Et puis, il y a ces mails de témoignages, que je m'efforce de publier, parce qu'ils ont coûté.
Parce qu'ils ont été durs à écrire et qu'ils sortent du ventre, du coeur et de l'âme.
Il y en a quelques uns dans ma boîte mail qui attendent.

Aujourd'hui, c'est Aude, qui a tenu à nous faire partager sa lettre, celle qu'elle a écrit à sa maman, qui s'est suicidée.
Comment être une mère quand on n'a plus la sienne...


"On avait prévu d'aller voir ensemble "Les monologues voilés" et puis j'avais gagné 2 places pour le film "Nos ancêtres les gauloises" auprès du magazine Causette. Et puis on discutait beaucoup, souvent, longtemps au téléphone, de nos petites vies, de son copain avec qui elle se disputait depuis un moment déjà "Tu te rends compte, à 65 ans, vivre à nouveau à plein temps avec quelqu'un, hors de question, je préfère ma liberté".
On se faisait des planning: "Tu prends Grandnain ce week end? Il a super envie de prendre le métro aérien pour voir la Tour Eiffel!" On se faisait des "rapts" à la gare: elle venait de Paris, attrapait Moyennenaine sur le quai de la gare et repartait avec elle pour le week-end.
On s'envoyait des textos sur n'importe quoi "Mes élèves ont enfin compris la place du verbe en allemand, yes!" et des réponses qui sonnaient comme un sourire "Bravo". Un mot, un seul mot tout simple mais qui me montrait son amour, le fait qu'elle me reconnaissait en tant qu'adulte, prof, mère, que je me sentais sur la bonne voie, même si je n'avais pas besoin de son approbation pour vivre, j'avais besoin de savoir que j'avais de la valeur à ses yeux.
De la valeur, j'en ai toujours eu, je le sais, quand il y a 10 ans elle a enfin réussi à quitter notre père qui nous maltraitait, il lui a fallu du temps pour comprendre qu'une famille peut être monoparentale et vivre très bien, il lui aura fallu longtemps pour comprendre que c'était elle la victime et qu'elle avait des droits...
Pendant 10 ans, elle a élevé et soutenu les 2 derniers, mon petit frère et moi. Elle nous a portés aussi haut, aussi loin qu'elle le pouvait en nous laissant une très très grande liberté: celle de se tromper dans la vie: de revenir vide, sans un sous, de se casser la gueule. Elle nous a appris à nous relever, à être plus forts, à chialer le matin sous la douche, j'entends sa voix encore: "Allez, tu rentres la dedans, tu chiales un bon coup, tu te refais une tronche et tu y vas" (oui, une instit de classe spécialisée peut savoir écrire avec des pleins et des déliés ET avoir un langage un rien vulgaire!)
On n'avait pas un contact très physique, je crois qu'on était aussi trop émotionnelles: il suffisait que le plus grand se marie pour qu'on pleure en se regardant, alors se dire "je t'aime"..... On ne se le disait pas, mais on s'aimait, fort, très fort. Et quand j'ai fait mes études à la Sorbonne, en bossant, en vivant en couple, quand j'ai obtenu mon CAPES, mon premier poste, à la naissance de mon premier nain, puis de la deuxième un an après puis du 3ème il y a 8 mois, on a pleuré en se regardant, c'était notre façon de nous dire qu'on s'aimait, notre fierté d'y arriver malgré toutes les m.... qu'on avait pu traverser auparavant avec notre père.
Voir ma mère avec mes gamins c'était un double cadeau: je sentais que je m'en sortais bien, que je m'occupais bien d'eux (mais il ne fallait pas l'appeler pour lui demander que faire si un nain de 4 mois a de la fièvre, elle m'enguelait pour que j'appelle le médecin, refusant de me dire ce que ELLE faisait quand l'un de nous était malade...) et de la voir les câliner, leur faire un super repas (ou un kebab sur le pont des Arts...) me faisait revivre mon enfance, celle dont on n'a malheureusement que peu de souvenirs....
Et puis cet été, elle a quitté définitivement son ami, en rogne contre lui qui voulait qu'ils vivent à plein temps ensemble, puis en octobre elle a refusé de prendre mini-nain un week-end, se déclarant "fatiguée", et là j'ai eu un déclic, je savais d'avance ce qui allait se passer. J'ai discuté 2 heures au téléphone avec elle, elle n'était pas dépressive, mais en rogne contre la vie, elle n'arrivait pas à obtenir ce qu'elle souhaitait et la vielliesse qui l'attendait ne lui faisait nullement envie, jamais elle n'aurait accepté de vivre pour les autres, ni de perdre son indépendance et son autonomie. "Mets toi face à un miroir et demande toi ce que tu attends de la vie". Je crois que c'est la dernière phrase cencée que j'ai pu lui dire.
Le week end suivant, impossible de la joindre, ma mère s'était suicidée. De manière extrèmement violente (lames de rasoir...), et je le savais, je savais qu'elle le ferait. Je n'ai pas pu l'en empêcher, un suicide est un choix êtremement personnel, je ne peux pas lui en vouloir, elle ne laisse aucun de ses 4 enfants dans la panade, et elle a eu le bon goût de nous laisser une lettre. Je reconnais son sale caractère: quand d'autres auraient marqué : "Pardonnez moi" elle a écrit "ne m 'en veuillez pas". N'importe qui aurait écrit "je vous aime", mais pas elle (sinon elle aurait pleuré et ce n'était pas le moment...), elle a écrit: " je suis fière de vous".
Merci Annie d'avoir pensé à cette phrase, celle qui nous libère, nous permettra de vivre sans toi mais la tête haute puisque maintenant il n'y aura plus personne pour nous le dire, puisqu'il va falloir enfin apprendre à être fier de nous par nous-même.

Elle a claqué la porte avec son caractère donc, et je vous demande de ne pas la juger, moi-même je ne me le permets pas, acceptez sa décision comme un gage de libre-arbitre, cette liberté qui lui tenait tant à coeur depuis son divorce, le leit-motiv de ces 10 années parisiennes, même si c'est cette liberté qui l'a fait repousser la vie en couple, et finalement prendre cette décision.

Mais maintenant? Comment vais-je gérer ma vie de mère moi qui ne suis plus la fille de personne? Je sais que d'autres sont passés par là et même bien pire, je ne cherche en aucun cas à m'appitoyer sur mon sort, mais 2 choses vont me faire réfléchir pendant un bon moment:
  1. le suicide est très problématique dans la mesure ou l'on ne connait jamais la cause réelle, qui pousse la personne à l'acte, qu'il reste toujours une zone d'ombre et un sentiment difu de culpabilité et parce qu'on ne peut pas rejeter sa colère sur un tiers (une maladie, le chauffard qui aurait pu créer un accident mortel...etc), et qu'il faut apprendre à gérer cette colère et cet amour et cette tristesse.
  2. Et surtout: Qui va me dire maintenant, que tel type de viande c'est trop filandreux pour les nains,que j'abuse de faire des bibs à température ambiante, qu'il faut que j'arrête de m'énerver contre ma belle-mère, que mon conjoint est un gars formidable, que mini-nain me ressemble?
Qui va leur transmettre les mots que j'aimais entendre: des chatouilles de cuisse, des tartines confitures-Annie, qu'on a le droit de tremper ses frites dans son yaourt, leur faire chanter du Brassens et du Renaud, des "câlins-calinous" en allant se coucher? Qui va leur montrer comment tout positiver dans la vie? Que manger des cerises à Saint Michel en jetant les noyaux sur les péniches c'est mal mais c'est super rigolo?
Moi bien sûr, leur père, leurs oncles, et plein d'autres personnes, mais quand même, ça ne sera pas pareil....

Je ne suis plus la fille de personne, est -ce que je serais une bonne mère??
2 jours avant de se donner la mort, ma mère avait ouvert le café de titis parisiens que tient une partie de ma famille avec cette chanson: La Petite Cantate de Barbara 


Et là, révélation: si tu remplaces la mot "cantate" par le mot "vie", c'est exactement ça qui m'attend!
Je vais être grande, forte, fière et autonome, mais putain, ça va être dur!!! Et pourtant.... la vie sera belle!
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...