4 mars 2012

Le coaching sexuel de Vanessa Lope : combien de temps??

Et voilà, comme promis, je prends place aujourd'hui sur le blog de Marie (hiiiiiiii) afin de répondre à quelques questions posées en commentaires la dernière fois.
Ça va parler de vous, de sexe et de "je fais comme je peux" parce que c'est également mon adage...
N'hésitez pas à compléter mes mots, n'hésitez pas à dire si cela vous semble exagéré, n'hésitez pas à prendre la parole en fin d'article, c'est fait pour ça!

Prêt(e)s? 

Est-ce qu'il faut vraiment "se forcer" un peu pour que cela revienne ? Combien de temps l'envie peut mettre à revenir après une grossesse ?


- Se forcer. C'est difficile de lire ça et pourtant... On se force. On se dit que ça va aller, qu'on va finir par être excitée et en fait, bof. On pense aux trucs à ne pas oublier, on pense à mille chose, on pense qu'on aimerait mieux dormir, on espère que ça ne durera pas longtemps. Il y a se forcer et se forcer, ne soyons pas dupes. Il y a le côté "je ferais bien l'amour mais il y a une super série-télé et franchement, pour une fois que je peux regarder un truc à la télé hein..." et il y a le "ça me dégoûte, je me dégoûte, il/elle me dégoûte, je me force mais vraiment, c'est en serrant les dents et en refoulant les larmes". Ce dernier cas me semble plus grave, plus dur et relève plus de la dépression ou d'un réel souci de couple. Passé les six/huit premiers mois après un accouchement, il me semblerait opportun de consulter si faire l'amour vous dégoûte et si vous vous y résolvez tout de même, parce que vous avez peur de perdre l'autre.


Quant au premier cas de figure, il est plus fréquent. Soyons honnêtes, après une grossesse, on a l'entrejambe légèrement (voire terriblement) endommagé. Déchiré, ayant porté pendant quelques jours des "garnitures" (miam) dignes d'une tour de huit étages et se souvenant avec émotion et effroi de la dernière chose qui est passée par là.
En clair, après un accouchement, pendant au moins un bon mois, on a mal. Voire très mal. Ça lance, ça peut saigner longtemps, on a une sensation de descente d'organes dès qu'on marche plus de 800 mètres et, très sincèrement, on se sent endolorie et vieille. Surtout si on regarde en plus l'état lamentable, flotteux et visqueux de notre cher ventre. 


Puis, les jours passent et la merveilleuse période dite du "congé maternité" achève de nous rendre superbement désirables et enclines à refaire l'amour.
Non?
Je vais peut être en choquer certaines qui voudraient que cela ne soit pas vrai, mais, avouons-le, la majorité des mères restent seules à la maison pendant quelques mois, avec pour seul compagnon un(e) Micronain(e) geigard(e) qui ne veut rien qu'à rester dans les bras et qui, surtout, ne veut pas dormir.

Les journées sont donc difficiles pour les mères qui gèrent un petit rigolo chouineur en essayant, en même temps, de garder un intérieur présentable histoire de ne pas entendre la fameuse phrase "toi, tu ne fais rien de tes journées alors tu peux bien...."


Bref, la journée d'une jeune maman est partagée entre tâches ménagères usantes et manifestement inutiles (puisque c'est toujours aussi bordélique) et gestion d'un Nain fatigué et fatiguant, qui ne la laisse même pas aller aux toilettes, ni prendre sa douche...


Elle mange sur le pouce (et des conneries), ne perd pas de poids, a le sentiment d'être un yeti et a surtout l'impression de n'être jamais SEULE. Jamais.


Quand arrive le soir et que le Nain-glue est couché, comment pourrions-nous imaginer un seul instant qu'elle a envie de se blottir contre quelqu'un sous la couette?
Pensez vous que les désirs profonds de cette jeune maman soient d'ordre sexuels?
NON.
Une jeune maman, le soir arrivé, a besoin de :
- prendre un bain chaud, seule, en bouquinant un bon polar et en sachant que si sa Majesté du Micronain braille, il y aura un gentil conjoint pour y aller.
- tendresse, câlin et paroles gentilles et empathiques "ça a été aujourd'hui? merci de gérer tout ça..."
- regarder une série-télé qui n'obstruerait pas son cerveau fatigué


Bref, la jeune maman a besoin d'être seule, de penser à elle et de s'entendre dire qu'elle est chouette.
Elle n'a pas envie d'un corps sur elle (elle a porté un Micronain en écharpe toute la journée), elle n'a pas envie de sexe, elle n'a pas envie de ce plaisir là.

Ce n'est pas contre son chéri. C'est POUR elle.


Il ne faut pas s'étonner que le sexe passe en second. Penser à soi et uniquement à soi est un moyen de survie. C'est de s'occuper de l'autre qui devient difficile, c'est de faire cet effort là qui lui semble insurmontable.

D'ailleurs, je ne suis pas étonnée de lire ce commentaire là :

"Mais ma libido n'est pas morte, j'ai juste la flemme de faire l'amour avec quelqu'un, de prendre encore soin de quelqu'un... par contre je me masturbe une fois par semaine, la seule aprés midi que j'ai de libre, sans enfants.
et je culpabilise pour lui."


Comment pallier à ça?

Je n'ai pas de solutions miracles, juste des pistes.
Il faut déjà apprendre à déléguer, il ne faut pas tout prendre en charge. 
Facile à dire.
Le but étant de se dégager du temps pour soi. Pas forcément pour se faire belle ou pour s'épiler, pas forcément pour s'oindre d'huile excitante. Non. Pour bouquiner, pour se laver les cheveux (hiiiiii) pour aller prendre un café avec une copine, pour penser à soi.

Une fois qu'on a eu notre quota de MOI JE, on peut penser à l'autre.
Une fois qu'on a réussi à penser à soi, on peut envisager l'autre.

Cependant, pas facile pour l'homme. Pas facile du tout.
Pendant neuf mois, la grossesse.
Puis l'accouchement, tout de même éprouvant.
Enfin, les suites de l'accouchement, le corps de l'autre meurtri, l'allaitement et le sentiment d'avoir une nouvelle compagne, femme mais mère, épouse mais dévouée à son enfant, à un autre.

Les papas auraient envie qu'on s'occupe d'eux également.
Pas la peine de mentir, on le sait que vos chouineries spéciales "j'ai un rhume-je vais crever" sont faites pour qu'on vous prenne dans nos bras et qu'on vous cajole.
Alors oui, difficile quand vient le soir, de voir sa compagne plongée dans un livre et ensuite le refermer pour s'endormir comme une masse.
Difficile de la voir enfiler un pyjama confortable mais moche alors que vous rêviez de découvrir ses seins lourds dans une nuisette sexy.

Comment se comprendre?
Comment faire au mieux?
Des deux côtés, il faut avancer.
Il faut patienter et offrir à celle qui en a besoin des instants de tendresse, des massages et des attentions. Un bain coulé et une huile à mettre dedans avec un magazine crétin, ça vaut mieux qu'une main aux fesses et un "j'ai envie de toi" dans les premiers mois après l'accouchement.

En gros, ce que je veux vous expliquer, c'est qu'il n'y a pas de solutions miracles mais que la pression masculine conduit les femmes à se forcer.
Que la pression sociale du sexe-performance conduit les mères à déprimer.

Qui n'a jamais lu les couvertures racoleuses des magazines féminins en se disant "putain, ce n'est pas moi".
Qui n'a jamais rêvé devant un article " à trente ans, elles ont leur premier orgasme"?

Il y a tout ça qui rend fou, il y a cette pression à la maison et dans la rue, il y a le temps qui file et qui ne laisse pas un moment aux parents pour se retrouver eux mêmes.
Avant de retrouver son couple, il faut se retrouver soi même.
Avant de vouloir donner du plaisir à un autre, il faut savoir s'en donner à soi même.


Comment trouver un nouvel équilibre, comment vivre avec cette peur que l'autre ira voir ailleurs si on n'"assure" pas?


Nous n'avons pas à assurer.
Il est temps de ré-apprendre. Il est temps de dire les choses.
De se poser un soir, avec une bouteille de vin et de dire à quel point c'est difficile, qu'on a besoin de nouvelles choses, de se ré-inventer, qu'on a peur et qu'on se sent parfois obligée.
Difficile d'en parler à ceux pour qui ça peut être blessant, d'où la necessité de prendre des pincettes.
Pourquoi ne pas dire clairement les choses?

"Je n'arrive pas à être excitée. Ce n'est pas toi, ce n'est pas moi, c'est juste qu'il y a tant de choses qui me stressent que je ne me détends pas". 




Il faut essayer de ne pas rester seule dans vos interrogations, il faut rejouer à deux. Ce n'est pas à vous de vous re-motiver, c'est au couple de se relancer.


En fait, si je résume, les soirées sexes des jeunes mamans c'est ça :
- Tiens, les gosses dorment tôt et il n'y a rien à la télé. Je ne suis pas trop fatiguée et ça fait longtemps qu'on ne l'a pas fait. Allons-y.
- Au lit, évidemment, parce qu'on ne sait jamais, si un môme se lève.
- Les préliminaires? On va zapper, ça prend trop de temps
- Déjà fini alors qu'on commençait à se dire que ce n'était pas si mal?
Oui, ça faisait longtemps.

C'est un peu cliché mais je crois que c'est un peu ça, si j'en crois ce commentaire : 
"Alors ma question à VL: comment retrouver un minimum de libido, sachant que Monsieur a tendance à abréger les préliminaires, et qu'ensuite, vu que "ça fait longtemps", il ne tient pas la distance assez longtemps pour que j'arrive moi aussi à quelque chose? Je veux bien me forcer, mais si je n'en ai pas la récompense... Et Monsieur est susceptible, je ne peux pas lui demander de changer ses pratiques..."



Comment retrouver un peu de libido? Quelques astuces, seule ou en couple?

- Pour vous, un bon petit bouquin érotique. Et oui, bêtement. On se le commande sur Amazon, discrètement si on n'est pas à l'aise, et en même temps qu'un bouquin pour enfant, ça passe mieux. En lien ici, une dizaine d'ouvrages conseillés et ici, les meilleures ventes. Se donner de quoi penser, retrouver le plaisir d'être excitée, pour beaucoup de femmes, ça passe par l'écrit. Pourquoi ne pas tenter? 


- Des accessoires? Si ça vous dit. On peut maintenant trouver toutes sortes de lubrifiants en supermarché. Effet glaçon ou effet brûlant, rien ne vous empêche de tester avec humour ce genre de petits gadgets. Ensuite, chez Yoba (par exemple) vous pouvez également vous faire une petite sélection. Les boules de Geisha, si vous vous sentez d'attaque, sont mêmes conseillées pour la rééducation du périnée.
Après, faites votre shopping selon vos envies. Vous êtes gênée? Faites vous une commande à envoyer en faisant semblant que c'est de la part d'une bande de copines. Vous pourrez ouvrir le colis en ricanù$*

ant et découvrir le tout avec votre cher et tendre.

- des petits exercices à faire à deux? Et oui, on peut. Vous n'êtes pas toute seule à vous battre, à essayer de retrouver une vie sexuelle décente. 
Essayez par exemple, de vous programmer une soirée caresses. Juste caresses. 
Le reste est interdit. Un jour c'est lui, l'autre c'est vous. Pendant quinze minutes, juste des caresses. Histoire de se redécouvrir.




Après, le reste, la lingerie et tout ça, ça peut aider. Mais pourquoi se forcer à porter un truc en dentelle et en soie qui glisse et dans lequel vous vous sentez aussi sexy qu'un ragondin à qui on aurait enfilé un porte-jarretelle?
Contentez vous d'un joli pyjama noir en microfibre, un peu décolleté, avec lequel vous aimerez dormir. 


Voilà quelques idées en l'air, quelques moyens d'y penser et d'en parler.
Je crois que c'est là le gros problème. En parler.
Parce que, bien souvent, tout se résout par le dialogue. Même si ce n'est pas facile, même si l'autre prend la mouche. Il faut dire, et parfois essayer d'en rire pour désacraliser tout ça.





Pendant la grossesse, le corps et la fonction de la femme change. La transition se fait, en douceur mais pas toujours, et pour les deux membres du couple.
L'homme et la femme doivent accepter cette évolution. 

Peu importe le bourrelet ventral, il se cache.
Peu importe la cuisse molle, elle est douce.

On ne peut pas vous demander de faire un marathon du sexe, on ne peut pas vous demander de faire un strip-tease d'un air coquin alors que vous venez d'éponger un litre de vomi sur le plancher du salon (oui, entre les lattes aussi).


L'essentiel, ce n'est pas la performance, l'essentiel c'est de réussir à se retrouver. 
Devant un film, les jambes de l'un sous les jambes de l'autre.
Au lit, à lire le même magazine.

Avec une tasse de café, à parler de mille choses.
Et de fil en aiguille, de gentils mots en petites attention, de siestes en moments pour soi, le désir revient, l'envie de partager des moments complices, l'envie de désir réapparaît.


Pour certaines, ça prend 1 mois. Pour d'autres bien plus.
C'est tout un corps et tout un rôle à refonder, c'est tout une femme à ré-inventer, c'est tout un couple à reconsidérer, plus jamais deux mais toujours plus.



Pour peu qu'on prenne le temps de vivre ces moments difficiles à deux, pour peu qu'on prenne le temps de dire les choses sans honte, je pense qu'on peut avancer.


On a le droit de ne pas avoir envie.
On a le droit d'être égoïste.

Essayez de sortir en couple de temps à autre, ou de vous faire un bon petit resto-maison, même si les enfants sont là.
Ne culpabilisez pas chères lectrices, retrouvez vous, retrouvez le, réapprenez à vous connaître, essayez de trouver des moments où vous êtes bien ensemble. 
Le sexe fait partie de ces bons moments.
Mais ce n'est pas le seul.







Voilà, c'était un petit article de coaching sexuel de Vanessa Lope.
Qui reviendra d'ici une quinzaine de jour pour répondre à des questions sur le manque de libido des Mâles, pendant et après grossesse.
Et si vous avez d'autres questions, les commentaires vous sont ouverts.







28 févr. 2012

Le guide de formation du Nain

En fouillant parmi les affaires des nains lors de mon dernier épisode de folie maniaque, j'ai déniché une perle rare qui risque d'intéresser tout parent propriétaire d'un Nain particulièrement particulier.

Avant toute chose, je tiens à te préciser que mes épisodes de folie maniaques sont très rares mais ils correspondent à peu près à ça :

HUMEUR MATERNELLE:
- Marre de me vautrer dans les jouets
- Marre de devoir enjamber environ trois cents pièges de Nain et quatre-vingt voiture zé perruques playmobil disposées au sol.
- Marre de ramasser de la chaussette sale et du slip Spidermachin
- Marre de cette odeur de Nain rance et des mouchoirs mouchus qui traînent.


ACTION HABITUELLE : ramasser tout ce qui traîne et tout jeter dans les bacs Mikéa (de préférence les énormes bleus dans lequel tu peux même balancer un tractopelle entier voire un camping car playmobil si tu tasses bien). Puis prendre toutes les fringues et les coller dans le panier de linge sale (râler parce qu'il est déjà/encore rempli à ras-bord). Enfin, contempler la chambre rangée, mettre les couettes à peu près sur les lits histoire de faire bien. Aérer et dire aux Nains d'un air satisfait "Et bin voilà, c'est quand même mieux comme ça non??". Et shooter de satisfaction dans un mouchoir mouchu.

Durée de l'action : 18 minutes (voire 20 si un Nain décide d'aider - il remet encore plus de chantier).
Pérennité de l'action: 15 minutes (au max, si vous interrompez le carnage)

ACTION DE FOLIE MANIAQUE: péter un plomb, devenir timbrée et vider TOUTES les caisses par terre en criant "et voilà, c'est le bordel, on va tout mettre par terre, ça ne changera pas grand chose, et voilààààààà". Faire un peu peur aux Nains. Puis s'asseoir par terre et contempler le désastre.
Entendre le Mâle dire "t'es maboule" et commencer à TRIER.
Armée d'un sac poubelle, faire le vide. Enfin, jeter quelques minis-trucs qui ne sont plus utiles aux Nains. Et mettre tous les jouets en bois ensemble, tous les playmobils ensemble, toutes les petites voitures dans la caisse transparente, on les retrouvera mieux.
Trier, ranger, jeter. Se faire aider par Grand Nain pendant que Moyen Nain retrouve des vieux jouets (et est RA-VI) et que Micronaine se vautre dans le bordel ambiant.
Tout ranger, puis changer les draps des Nains en aérant bien leur chambre. Décider de faire la même chose avec la penderie et de monter au grenier les piles de "ce qui ne leur va plus".
Puis, en avoir marre et laisser le reste en plan. Passer l'aspi pour s'achever.
Enfin, regarder les Nains d'un air épuisé en disant "Et bin, on ne touche plus à rien les boulets".

Durée de l'action : deux heures, des kilos de poussière et une humeur de dogue (satisfait le dogue). Une chambre nickel (la penderie est à finir) et un sentiment wondermamanesque. Il ne manque que les photos sur les bacs pour indiquer ce qu'ils contiennent.
Pérennité de l'action: 15 minutes (au max, si vous interrompez le carnage)

Bref, pendant mon dernier accès de folie maniaque, je suis tombée sur ceci :



Oui, c'est un collector.
On nous avait caché ça.

Je te retranscris ici le contenu de ce manuscrit, c'est impressionnant:

Les dix règles du Bon Nain

(manuscrit reçu par l'élève Moyen Nain suite à sa réussite exemplaire lors de son stage "devenir un vrai nain" effectué à l'issue de son Agrégation de Terrible Two).

Règle n°1: Avant de te coucher, te relever tu devras
Tout vrai nain se relève au moins trois fois chaque soir. Nous suggérons un lever pour "pipi", toujours efficace surtout si on prend une tête de Chat Potté. Puis, en alternance, un lever "un-peu-d'eau-j'ai-soif" avec un lever "un câlin à maman/papa" qui émotionne toujours le-dit parent.
Pour terminer, un lever "terrible cauchemar" faisant intervenir loup, sorcière ou monstre nous paraît de bon aloi.

Règle n°2: Malgré l'interdiction, tout jeter tu pourras
Les petites voitures pour voir si elles volent. Les chaussures pour les enlever plus vite. Ta compote à boire, par terre, puisque tu l'as terminé et qu'aucun esclave n'est venu te la prendre spontanément pour la mettre à la poubelle. Ne pas oublier de jeter son slip sale par terre le soir. A côté du panier de linge sale. Avec les chaussettes
ndlr : qui a dit comme Papa??


Règle n°3: Le bon-bio tu recracheras. Le junk-pané tu réclameras
Légumes cuits ou crus ne doivent pas passer par ta bouche. Tu peux éventuellement faire semblant de romir histoire de montrer à quel point ça te dégoûte. Un bon petit haut-le-coeur est toujours bien vu. N'oublie pas de bien terminer ton assiette de nuggets cependant. Histoire de montrer que tu es capable de finir un BON plat. Et que tu conchies tout ce qui n'est pas calorico-féculento-pané.

C'est quand même plus sexy qu'une soupe verdâtre non?

Règle n°4 : A côté de la cuvette pipi tu feras
Nous ne parlons pas ici de la minuscule goutte sur la cuvette que l'on peut essuyer avec un morceau de papier toilette. Non. Nous parlons de la longue traînée de pipi sur la cuvette, genre mini-flaque, invisible à l'oeil nu car bien étalée et qui, à coup sûr, humidifiera le fessier du prochain utilisateur.
Pour apprécier pleinement l'action, on peut également faire un petit dépôt au sol qui réjouira l'utilisateur en chaussette qui passera après vous.

évite juste d'inonder les trois jouets qui traînent en permanence aux toilettes...


Règle n°5 : Du Pourquoiiiiii tu abuseras
Pour un questionnement efficace, il faut user du pourquoi de manière intelligente, de manière systématique et surtout de manière au-to-ma-ti-que. Prenons un exemple simple. Le soir, lorsqu'un de vos esclaves vous lit un livre, n'hésitez pas à poser des questions si vous ne comprenez pas ce qu'il dit. Puis creusez en profondeur sur le thème. Ce qui donne avec votre daube qui n'est pas un livre du moment, Cars 2 (acheté vilement pendant les vacances 1,50 euros au supermarché pas votre esclave) :
"Finn Mac Missile monte sur la plateforme pétrolière....
- C'est quoi une pateforme pétolièreu?
- Bin, c'est un truc sur la mer où on fabrique l'essence comme celle que Flash Mac Queen utilise (raccourci habile)
- Et pourquoi Mac Queen il met de l'essence?
- Pour rouler
- Et il gagne la course?
- On va le savoir là le nain en fait!
- Et aussi pourquoi il va gagner la course?
- ATTENDS. Je continue...
Katchaaaaaaaaaaaaa

"A Radiator Springs, Francesco Bernouilli lance un défi à Flash Mac Queen et ..."
- C'est qui?
- Francesco, c'est Francesco quoi!
- Ahhhhhhhhh....
- Oui, et il va faire la course.
- C'est quoi un défi?
- Et bien, c'est un peu comme un concours...
- C'est QUOI un concours?
- heu...on continue??

Le serviteur est agacé. Vous n'oublierez pas de reposez exactement les mêmes questions lors des trente prochaines lectures. D'ailleurs exigez que ça soit le même livre et le même lecteur pour un effet décuplé.
Si vous avez la chance de posséder un grand frère, vous pouvez avec classe et aisance vous contenter de répéter les questions posées par votre modèle vivant.
Attendez que l'esclave ait terminé de répondre au premier de la fratrie, puis reposez la même question d'un air innocent.


Règle n°6 : A tes parents, la honte en toute occasion tu mettras
Une des règles les plus faciles à appliquer car la bonne répartie est assez naturelle chez le Nain. Pour être excellent dans ce domaine, faites beaucoup d'allusions aux défauts physiques apparents et aux phénomènes physiologiques gênants. Exemple:
- Dans l'ascenseur, si une femme un peu forte vous rejoint à l'étage - 2, n'hésitez pas à confier à votre serviteur que "la dame est grosse et qu'elle prend toute la place hein maman?". Réussite assurée.
- Chez le médecin, ou dans une file d'attente, si quelqu'un émet un son étrange, ne résistez pas à la tentation et annoncez fièrement à votre serviteur : "t'as entendu le gros PROUT Papa?? c'est qui? c'est toi?".
Magnifique.

Règle n°7 : Les jouets de ton frère (ou de ta soeur) toujours tu voudras
Evidemment puisqu'ils sont mieux. Le mieux est d'attendre que votre victime soit en train de jouer tranquillement dans son coin, sans ennuyer qui que ce soit. Tout est calme et les parents sont ravis. Passez à l'action et aller arracher le jouet de votre soeur (celle qui crie très très fort) ou à votre frère (qui est capable de se défendre en braillant comme un veau tout en tentant de vous tabasser). Laissez la petite chouiner et le grand rapporter et profitez des quelques secondes de répit pour jouer avec votre butin.


Règle n°8 : En cas de chute, longtemps tu chouineras.
Oui, car le son de votre voix geignarde est, à vos oreilles, comme la plus douce des mélopées. Profitez-en, écoutez vous. Restez prostré au milieu de la pièce et pleurez. Si vous possédez un miroir dans la pièce, vous pouvez également vous admirez en train de pleurer, c'est un spectacle mirifique.
Si une personne rationnelle vous demande de la mettre en sourdine, snobez-le, jetez lui un regard terrifié et apeuré et pleurez encore et encore.
Ne cessez qu'en échange de bonbons, smarties ou menace d'aller au lit.


Règle n°9 : Des fringues de goût tu exigeras
Comment ne pas exiger le meilleur.
Nous vous conseillons donc de faire un sketch afin de mettre (et ce, même à l'école) : votre plus beau jogging estampillé Chuggington, ce mirifique caleçon Spiderman (même si votre esclave pense qu'il s'agit là d'un change prêté par l'école), ce superbe tee shirt tête de mort (oui il est beau, mais il est SALE dit votre esclave), et ces magnifiques tongs (que le serviteur invoque les conditions climatiques difficiles n'est vraiment pas très opportun).

En même temps, il est splendide non?



Règle n°10 : "Des chefs d'oeuvre du 7ème art toujours tu regarderas"
Quand un de tes larbins daigne presser le divin bouton de la télévision, ça ne doit pas être pour te mettre un truc nase. Il te faut du vrai, du bon, de l'intellectuel et du fin.
Au choix : Volt, Mouk ou Chuggington. Tu veux encore bien tolérer un Raiponce ou un Ponyo sur la Falaise mais, très sincèrement Cars 2 c'est quand même autre chose.
N'oubliez pas de réclamer toujours les mêmes dessins animés et surtout, n'hésitez pas à piquer une colère si on vous coupe la télévision. Il n'y a pas de raison de le faire. Même s'il faut partir.
Les larbins peuvent attendre.



Je vais continuer ma fouille.
Si ça se trouve, il y en a d'autres...

27 févr. 2012

Si tu es en Moselle (si si) et que tu aimes écrire/dessiner

Je voulais relayer ce concours auquel je participe (nooooooooooooon pas besoin de cliquer, reste ici gentil lecteur) parce que j'imagine avoir quelques lectrices Mosellanes zé talentueuses.

Le CCAS de Metz (Centre Communal d'Action Sociale) organise donc le sixième concours du Livre Petite Enfance. Destiné à développer les relations nains/parents autour de la lecture et de l'objet livre, ce concours a aussi pour but de récompenser une création chouette du département.

Cette année, le thème est : "Le Sommeil" (c'est dire si ça me parle vu combien j'en manque) et le livre doit s'adresser aux 3-5 ans (tiens, l'âge des nains).
L'objectif du concours est donc de réaliser un joli petit livre pour les enfants, avec un contenu adapté et intelligent, qui puisse permettre également aux parents d'appréhender le moment du sommeil avec tout ce que cela implique à ces âges là.

Je ne te ferai pas l'affront de te donner des idées, le sommeil du nain ça te connaît. Des nuits pourries moisies au "je n'arrive pas à dormir", des nains-mythos qui ont "envie de pipi, caca, bisou, câlin" au faux cauchemar, je crois qu'on a tous avec nous un bagage rempli d'anecdotes nocturnes et de choses à raconter sur le sommeil du nain.

Un manuel d'auto-hypnose à destination serait sympa en fait...et reconnu d'utilité parentale.

Voilà, je tenais à partager cette information parce que je participe au concours avec ma petite soeur (who else?) et que nous espérons bien produire un joli petit bouquin, gagnant ou non, peu importe, l'essentiel étant de le faire.

Ce qu'on peut gagner?

Un prix de 3000 euros (pas mal) et surtout, une diffusion à 6000 exemplaires avec une distribution à tous les enfants de première année de maternelle de Metz + aux enfants inscrits dans les structures de la petite enfance de la ville.

Si vous êtes mosellan et intéressé, je vous laisse retrouver le règlement et la fiche d'inscription par ici.
Vous pouvez également participer à plusieurs, avec votre classe par exemple si vous êtes enseignant.

Le concours se termine le 30 avril 2012, je vous tiendrai au courant, bien évidemment.

dommage, c'est déjà fait !




26 févr. 2012

Des faire-parts illustrés originaux - Stork & the Postman


Parce que j'ai une petite soeur qui sait dessiner et parce que je sais que beaucoup d'entre vous cherchent des faire-parts originaux, des faire-parts inédits, des petits morceaux de papier qui vous ressemblent, j'ai choisi de partager ici le site sur lequel elle propose son travail avec des amies.

Faire parts de naissance et de mariage, modèles déjà existants ou créations originales, le tout réalisé par de jeunes illustratrices des Beaux-Arts de Bruxelles. Le site est très très récent, il va aller en s'améliorant mais je tenais à vous montrer ça (fierté de frangine).

Des exemples?

Petite composition de ma soeur


Et là, c'est Elisabeth


Voilà, je tenais à partager avec vous ce nouveau site parce qu'elles se lancent, parce que j'aime ce qu'elles font et que ce n'est pas plus cher (tarif sur demande) que ce qu'on peut trouver sur d'autres sites moins originaux, plus habituels. J'avais déjà parlé ici du travail de photographe de mariage de ma frangine et de son compagnon (photos que j'adore, j'essaie de les motiver pour faire de la photo de nains...)  et je trouve que ce nouveau site vient compléter le tout.


Et puis ma soeur, c'est un peu le pinceau de Mamanstestent, le visuel et la touche de couleur décalée, le biberon à parasol et l'avatar souriant. Ma soeur, c'est aussi bien plus que ça, d'où cet article. 

25 févr. 2012

Test lit parapluie Babybjorn par Lill-Julie

Certains (toujours Anne Onyme en plus) regrettent que je fasse, je cite, "la promotion d'articles que je teste". Ah?
En fait, pour être plus précise, je présente des articles que je teste. Quand c'est bien, je le dis (berceau cododo par exemple) et quand ce n'est vraiment pas bien, je le dis aussi (siège auto Oclio).
Les marques qui me proposent de tester des objets le savent, je suis honnête. Avouons cependant qu'on me propose rarement de tester un truc pourri-moisi.
Cela dit, pour que tout cela soit équitable pour Anne Onyme, il me faut publier également des tests d'autres mamans. Lill Julie, a la suite de mon article sur le lit parapluie Nuna, a tenu à partager avec vous SON coup de coeur lit parapluie. Alors oui, on peut dire qu'elle en fait la promo (biiiiih).

En même temps, dire qu'une chose est géniale, ça permet aux parents d'acheter des trucs qui valent le coup. Et je n'ai pas vraiment le temps d'écrire des articles sur tout les trucs nases que j'ai acheté (cela dit, ça me donne une idée d'artikeul, merci).

Mais certains aiment râler, c'est dans leur nature. Voilà donc le test du lit parapluie fétiche de Lill-Julie. 




"Quand j'étais ado, que je rêvais déjà de mes enfants sans avoir encore trouvé le prince charmant. Je m'imaginais plein de choses. Comment ce serait, comment je leur préparerais un joli petit nid, comment je décorerais leur chambre, les berceuses que je leur chanterais... le style de vêtements que je choisirais avec le plus grand soin dans des boutiques toutes mignonnes, car rien n'est trop beau pour un nain.
Certaines choses se sont avérées justes, d'autres moins. Je les habille pas cher et la déco se limite aux stickers, choisis avec le plus grand soin, certes...

Une chose est restée bien ancrée dans mon esprit quand je suis tombée enceinte et que j'ai commencé mes listes d'achats-à-effectuer-de-toute-urgence-avant-le-7eme-mois-parce-qu'on-ne-sait-jamais-quand-bébé-va-arriver. Je ne voulais pas d'un lit parapluie. Déjà toute jeune, j'avais horreur de ces trucs. Une impression de camelote qui pourrait se refermer sur mon trésor.
Je n'en ai donc pas acheté.

Sauf que voilà, quand on devient parent, on a quand meme envie de partir en vacances avec son nain, parfois. Donc meme si j'avais mis de coté ma vie sociale et que je vivais recluse dans mon chez moi, il est arrivé un moment où j'ai du faire face à la dure réalité: un lit parapluie j'allais acheter. Pire: le nain allait réellement dormir dedans.

Sont-ce mes origines scandinaves qui m'ont de suite poussées à regarder du coté de la jolie marque suédoise? Je ne saurai jamais... Toujours est il que je suis tombée raide dingue de ce fameux lit, le Babybjorn!
Il a balayé d'un coup de pop up toutes mes idées reçues sur le lit parapluie!

Je vous présente donc le lit de voyage Babybjorn. 

D'abord, le look:
rangé dans son petit sac, on dirait une mallette. Le tissus est perlé, il résiste donc bien aux intempéries. Avantage: son format lui permet de voyager en cabine dans les avions. Je n'ai jamais eu vraiment confiance en la délicatesse des porteurs de bagages dans les aéroports... Donc je n'imaginais pas mettre un lit en soute pour le récupérer cassé à l'arrivée! Ni meme le laisser aux bagages spéciaux, qui mettent toujours 3h à arriver. Quand on a un bébé, on est légèrement plus pressée que sans. 
Le lit est beau. Sobre. Bleu, gris ou noir. Vous avez de la chance, moi quand je l'ai acheté, j'avais pas le choix c’était bleu ou rien. Ce fut bleu, donc. Et rien que pour avoir le gris, je referais bien un nain, là, tout de suite... (oui tout de suite, histoire d'avoir une bonne raison d'avoir 2 lits!)


Son poids:
5kg. Donc si je porte le bébé (12kg), papa porte le lit (5kg) et la poussette (5.5kg). Et on lui ajoute le sac à langer, comme ça c'est équitable. Non?

Installation:
on ouvre le sac, on sort le matelas, on sort le lit, on l'ouvre, les pieds se positionnent automatiquement. On installe le matelas et c'est tout. 2min chrono pour les moins débrouillards...




Confort:
le matelas est un vrai matelas. Certes pas très épais, mais très confortable. Et gros point positif: le matelas est posé au fond du lit, qui est par terre. C'est à dire qu'il n'y a PAS d'armature en ferraille au milieu du lit! Bébé dort bien à plat, sans gène aucune, bien comme il faut. Le moins: si le sol n'est pas propre ou mouillé, il faudra penser à passer un coup de chiffon sous le lit avant de le replier. Mais généralement, on installe les lits dans des chambres, pas dans la foret donc bon...
Le lit est de taille moyenne. jusqu'à 3ans ça va. Pas plus. C'est une taille bâtarde, donc à moins d'acheter les housses de matelas bio vendues séparément, (même pas une offerte...) on est obligé de faire avec le surplus de draps dans les coins. Pas top, mais franchement pas dérangeant pour bébé.
Comme il est aéré pratique solide stable etc, on peut aussi l'utiliser dehors ou comme aire de jeu. Le bonheur.

Sécurité:
Le tissu est bio. Bébé peut donc machouiller les bords du lit si ça lui chante. Et comme il y a du tissu partout sauf sur les pieds, il ne risque pas de se faire mal aux gencives.
Il est ultra stable. Ultra solide.
Aucun risque de pincement ou de repliage intempestif.




Rangement:
il suffit de retirer le matelas que l'on range tout de suite dans le sac: il n'est pas roulé, mais épouse les contours du sac afin d'offrir une protection à l'armature du lit! Malin! Puis on retourne le lit (de préférence sur un tapis ou une surface propre, si on a un bébé machouilleur de bords de lit...) et on replie les pieds. Il faut les replier dans l'ordre indiqué sur l'étiquette (bien visible) sinon ça coince un peu dans le sac.
Et voilà! En moins de 3min c'est rangé!

Son prix: fallait bien que ça fasse mal quelque part...C'est donc le rose aux joues que j'annonce la couleur: 230€ 
C'est LE défaut... il est de taille, je l'admets!

N’empêche...depuis qu'on l'a, on part plus souvent en vacances! 
Et ça, ça n'a pas de prix..."

21 févr. 2012

Merci

Je suis en vacances.
Je n'ai pas internet.
J'ai squatté un lieu riche en zondes wifiesque pour vous remercier.
Parce que cet été, nous allons penser à vous, nous allons choisir quelques cartes postales avec mecs à poils, recettes locales ou cochon sauvage posant devant le soleil couchant.

Parce que nous risquons d'avoir envie de vous dire merci toutes les cinq minutes...

Merci donc à tout ceux qui ont pris le temps de voter, merci.



J'ai donc, grâce à vous, un chèque cadal à dépenser chez un voyagiste Corse. Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiii.

Les Nains sont contents que leurs aventures servent à leur mère.
Le Mâle est content de voir que je ne passe pas mes journées à ne rien faire sur Facebook.
Je suis heureuse parce que, bon, des vacances en Corse, nous n'aurions certainement pas pu nous les offrir cette année.

Voilà, merci infiniment;
Je retourne à mes nains et je reviens lundi avec de l'artikeul.
Repos maintenant :))

16 févr. 2012

Les bons conseils du Mâle : Garder les nains...

Il y a quelques temps, je partageais avec toi, ami Mâle, quelques bonnes astuces sur les levers nocturnes du nain. J'espère que tu en as pris bonne note et que tu dors mieux.
Ne me remercie pas.

Aujourd'hui, j'ai décidé de te donner quelques tuyaux pour gérer au mieux tes nains lorsque ta douce sort. Genre si elle doit s'absenter pour du boulot, ou juste pour une soirée avec des copines.

Et oui, parfois, votre chère et tendre sort.
Sans vous.
Sans nains.
Oui, je sais, c'est rare.
oui, je sais, c'est étonnant.
Et elle ne se contente pas de sortir, non. Elle va "probablement rentrer un peu tard" (déjà qu'elle part toujours trop tôt) et compte sur vous pour "garder les nains".

Avant toute chose, m'est d'avis qu'il faut qu'elle prenne conscience de la chance qu'elle a de vous avoir, vous, splendide mâle qui accepte sans (trop) ronchonner de veiller sur votre adorable nain pendant qu'elle va s'amuser (ou bosser mais c'est du pareil au même).
N'hésitez donc pas à lui rappeler à quel point vous êtes génial, sympa et que "tous les mecs ne le feraient pas hein?". Et ce, même si elle vous rétorque que vous allez bien tous les mardis soirs au sport.
Oui, certes.
Mais n'oubliez pas cet adage, chez Mâle :

" Elle garde les nains, c'est normal
          Vous gardez les nains, c'est sympa"

Vous pouvez également, si vous réussissez bien votre coup, vous faire dispenser de quelques tâches ingrates avant le départ de Madame. En fonction de la durée de l'absence, ça peut même s'étaler sur la semaine qui précède son absence. Par exemple, elle part une journée entière?
N'oubliez pas que les deux jours précédents, vous ne pouvez décemment pas faire TOUT puisque vous allez être obligé de le faire après, sans elle.
Donc, à la phrase du Nain:

- J'a fait caca!!!

Lancez un regard entendu à votre conjointe genre "je vais déjà le torcher pas mal quand tu ne seras pas là" et laissez la faire.
Quoi? C'est normal.

Avec ces conseils malins, vous pouvez même éviter quelques tâches ménagères.
Attention, n'abusez pas tout de même...il faut savoir doser.
Le tout étant de faire naître un tout petit sentiment de culpabilité (déjà présent chez toute mère qui "abandonne" ses nains) afin de se rendre la vie plus facile.



Ensuite, côté préparatifs.
Bien entendu, vous savez où se trouvent presque tous les vêtements des nains. Presque.
Mais votre chère et tendre connaît mieux les recoins de l'armoire. Si c'est vrai.
La dernière fois que vous avez pioché un jogging pour le mettre à Micronaine, vous vous êtes fait engueuler:
- Mais, tu vois bien qu'il est trop petit!
- Ah? Oui, un peu mais je l'ai trouvé dans son armoire...
- Oui, mais sur la pile des trucs trop petits...
- Gné?
- Voilà, j'en étais sûre.

Ne cherchez pas à comprendre amis Mâles, votre parfaite petite chérie fait TOUT pour que l'armoire des nains reste son domaine de compétence. Elle y laisse des choses qui ne devraient pas être là et range de manière illogique afin que vous ne puissiez JAMAIS vous en sortir seul.
Peu importe donc mais en insistant un peu sur ce "rangement que il n'y a que TOI qui saches ma chérie", vous pourrez encore vous faciliter la vie puisqu'elle préférera vous préparer TOUT plutôt que de voir son nain affublé d'un pantalon de la pile été en plein hiver.
N'hésitez pas à vous rendre plus bête que vous en avez l'air en demandant, l'air innocent : "sinon, les pyjamas de la petite, ils sont rangés avec ceux des garçons?" ... ainsi, tout sera prêt pour vous.
Encore une chose de moins (astuce qui peut marcher avec les différents médicaments voire les repas si vous insistez beaucoup).

Au moment du départ, soyez fort.
Si vous voulez parachever l'effet "tu nous abandonnes", n'oubliez pas de vous décoiffer légèrement et de prendre un air un peu perdu.
Si le petit dernier vient de tomber et chouine, prenez le sous le bras et dites au revoir en disant "ça va aller, non vas-y, on va y arriver, PROFITE, allez..." et fermez la porte.
ça devrait faire son petit effet et elle partira rassurée....

Une fois qu'elle est partie, ouf, vous pouvez reprendre des activités normales.
N'oubliez pas de lister toutes les choses géniales que vous faites, surtout si elle n'arrive pas à les faire elle même. Par exemple, vous pouvez tout à fait ranger la maison avec les nains afin de lui prouver qu'on peut "mais si bien sur, il suffit de savoir un peu s'organiser".

Une des choses à savoir est qu'il faut toujours garder le contact avec l'absente.
Faites téléphoner les nains, ça fait toujours son petit effet, surtout si vous leur faites dire des choses super choupinettes "ze t'aime maman, tu nous manques".
Banco, ça fait chialer et vous passez pour le bon père qui fait téléphoner ses enfants.

Autre solution, lui envoyer des textos rassurants en alternance avec des textos un peu agacés.
Variez entre le :
- super cinéma avec les nains, on pense à toi, on mange du pop corn, chouette moment en famille (histoire qu'elle regrette de ne pas être là).
- tu n'avais pas racheté de couches 4+??  (histoire de lui rappeler à distance qu'elle gère des choses).

et éventuellement le :
- Lever 6h15, tu dois encore dormir, profite. (histoire de bien lui faire comprendre que demain, c'est elle qui se lève).

Si elle est juste partie pour la soirée, le texto peut faire son effet s'il est bien dosé. Commencez par un :
- profite, elle dort comme un ange

et poursuivez avec
- elle vient de se réveiller, brûlante, où est le doliprane?

puis terminez par :
- 37°7, j'ai trouvé le doliprane, je la recouche, ne rentre pas...

PARFAIT.
Avec ça, vous êtes certains qu'elle sait que vous assurez...

Avec ces quelques petits conseils, je sais que vous saurez garder au mieux vos nains.
Cela dit, il ne faut pas non plus nous prendre pour des buses.  Bien entendu que nous savons faire, bien entendu que nous sommes des supers papas. Mais il ne faudrait tout de même pas que ça s'ébruite de trop, elles risquent d'y prendre goût...

Allez, les nains, profitons de l'absence de maman pour s'enfiler huit tonnes de marshmallows...

Petit article spécial Mâle parce qu'au delà de la taquinerie, il y a du vrai.
Il y a (et c'est la majorité) des papas qui assurent et qui, parce que c'est normal, gèrent les nains de la même façon (ou presque) que nous. 

Mais il y a certains pères (peu, évidemment) qui ne laissent pas leur chère et tendre sortir par peur de mal faire ou tout simplement parce qu'ils n'ont pas envie de faire.
C'est bien dommage, car il se passe souvent des trucs chouettes quand "maman n'est pas là". Si. 
Chers Mâles, donc, évitez les textos moisis, merci. 
Chers Mâles, on sait que vous savez faire, ne faites pas semblant d'être perdus sans nous. 
Cela dit, ça nous fait quand même un petit peu plaisir de nous savoir indispensables....

14 févr. 2012

Le coaching sexuel de V.Lope

Avant toute chose, ceci n'est pas un article auto-biographique. 
Il se contente d'être empathique. D'imaginer et de décrire.
Le cheminement est personnel, voici juste une réflexion comme une autre sur un sujet que je trouve trop tabou, sur un sujet qui ne devrait pas l'être.




« Chut, c’est encore tabou.
Chut, surtout, ne pas en parler.
A personne.
On ne fait plus l’amour. Ou presque plus.

Parfois on se force. Pour dire qu’on l’a fait. Pour que l’autre n’aille pas voir ailleurs. Pour faire parce qu’il faut faire.
On se sent molle, grosse et moche. On commence des régimes qui nous collent de mauvaise humeur, on achète des nuisettes censées nous rendre sexy mais on est tout de même mieux en pyjama.
On voudrait plutôt dormir, aller sous la couette et y rester plutôt que d’enlever tout et de se forcer.
On voudrait que la tendresse puisse remplacer le sexe, histoire qu’on se retrouve un peu. Mais plus le temps passe et moins on a envie. Plus le temps passe et plus la culpabilité monte, plus les petites piques du conjoint nous blessent, plus notre situation nous semble anormale.

Couple remis en question, libido remise en question.
On accuse la pilule, on accuse les hormones, on essaie de chercher qui ou quoi pourrait être responsable de cet ours en peluche sans désir que nous sommes devenues.
Parfois, on se force. Parfois, on y prend du plaisir. Souvent même.
On se promet de le faire plus souvent, on se dit que c’est quand même bon et que c’est dommage de ne pas avoir plus de temps pour se retrouver.
Parfois.

Pourquoi ?
Pourquoi personne n’en parle, pourquoi personne n’ose dire, pourquoi cette trouille féminine de ne plus être capable, pourquoi et comment alors que nous avons donné la vie, ne sommes-nous plus capables d’accepter et de donner du plaisir.
Pourquoi ? »
La sexualité des jeunes mamans est compliquée. Très.
Enceinte, bien souvent, on a envie. Beaucoup, parfois trop. On a besoin, il le faut.
Mais ce n’est pas toujours le cas.

Certaines femmes ont envie et assouvissent leur désir avec un conjoint aux anges.
Certaines femmes n’ont pas du tout envie, plus du tout et s’endorment dans les bras d’un amant frustré mais (tentant d’être) compréhensif.
Certaines femmes ont envie mais s’endorment dans les bras d’un conjoint qui ne peut pas, qui ne se sent pas, qui n’arrive pas.

La sexualité pendant la grossesse est parfois une épreuve dont le couple sort renforcé pour peu qu’on prenne la peine d’en parler. Et pour peu que l’autre soit capable d’écouter. Et d’accepter certaines choses.

Et après ?
Après l’accouchement, c’est difficile, c’est douloureux, c’est peut-être même inconcevable pour certaines. La peur de la douleur, la peur que quelque chose repasse par-là, la trouille de passer à autre chose.
La fatigue aussi, qui nous prend à 21h30 et qui ne nous lâche plus. L’envie de dormir, de se reposer, de ne plus avoir à faire d’efforts, ni pour lui, ni pour personne.
Les journées garde- bébé qui s’enchaînent et le corps qui ne suit plus. Un corps maltraité, un corps oublié, un corps qui doit récupérer.
Et un autre qui a envie. Qui ne voit pas tout ce que vous pouvez voir. Un autre qui ne trouve pas que votre ventre soit si moche, que vos cuisses soient si grosses. Un autre qui veut juste retrouver une femme et des sensations un peu perdues. Un autre qui veut que tout redevienne comme avant.
Des incompréhensions, des crises de larme, des remises en question, des « si je ne me force pas, il ira voir ailleurs ».
Et une sexualité qui a du mal à reprendre.
Parfois, c’est l’homme qui ne veut pas, qui n’a pas envie, qui n’ose pas. Et la femme qui attend, qui s’interroge et qui voudrait faire envie, qui voudrait donner du désir.
Incompréhension, encore, et remise en question.

Les mères de famille ont une sexualité épanouie.
Ah bon ?
Qui ?
Qui a le courage, après une journée marathon, de prendre soin de soi et d’aguicher son époux ?
Qui peut, après une nuit à éponger le vomi, se glisser nue entre les draps et se coller à son conjoint ?
Quel papa, après cinq remontées d’enfants et la trouille qu’un autre descende, a le cran de renverser sa femme sur la table de la cuisine ?
Il y en a.
Il y en a.
Nous sommes tous différents, nous avons tous nos failles, nos envies, nos faiblesses et nos désirs.
Nous avons toutes une relation au corps différente, nous avons toutes besoin d’être rassurée ou de rassurer.
Je sais à quel point le sujet peut être sensible pour certaines, je sais combien c’est difficile que de s’avouer « libido-zéro »  et j’ai voulu cet article en réponses aux mails que je reçois, souvent gênés, de mamans qui se demandent si c’est normal, si ça va passer, si elles vont se retrouver, le retrouver.

Je ne veux pas parler de moi, parce que ça ne regarde que moi. Mais mon cheminement est celui de toutes les mères, ma réflexion est celles que vous avez tous et toutes.
On fait avec, on fait au mieux, on essaie de ne pas trop se poser de questions tout en n’arrêtant pas de s’en poser.
Parce que le désir n’est pas un acquis en continue, parce qu’il ne concerne pas que le sexe mais se construit au quotidien, dans sa relation à l’autre pour ce qu’il est, parce qu’il est le reflet de notre vie de couple dans sa globalité.

Il y a des couples qui n’ont plus rien en commun et qui ne sauveront ni leur sexualité, ni leur quotidien parce que c’est ainsi.
Et il y a des couples qui ont juste besoin de retrouver une autre intimité, un nouveau départ, un nouveau regard. Empli de tout ce qu’ils ont vécu ensemble, empli de tout ce qui les rassemble.
Nous ne sommes pas là pour nous morfondre et je ne suis pas sexologue. Je n’ai pas de conseils à vous donner, j’avais juste envie de vous faire rire, parce qu’au fond, tout est soluble pour peu qu’on en ait envie.
Pour essayer d’y voir plus clair, pour essayer de vous donner des pistes et des réponses, j’ai convié sur ce blog une coach sexuelle qui interviendra une fois par mois. Vanessa Lope, c’est son doux prénom, prendra en considération vos interrogations et vos inquiétudes et tâchera d’y répondre le mieux possible.
Avec les mots qu’il faut, avec le ton approprié.

Prêt(e)s à laisser vos questions??
Vanessa y répondra d'ici quinze jours, sans faute.

J'aurais pu inventer des questions, oui.
Mais je voulais du vrai de vrai sur ce sujet.

A vous de jouer!

12 févr. 2012

Des vacances au ski avec nains? Testé for you...

Ma vie de blogueuse, quand je reçois ce genre de mail (voir ci dessous) je la kiffe.

" Chère Marie de Mamanstestent, 
Les clubs Belambra souhaitent faire découvrir à des blogueurs leurs clubs et leurs formules de séjour avec enfants, et notamment celui situé aux Ménuires. Comme nous avons eu vent de votre burn-out quasi permanent (voir article maillot de bain de la honte), nous nous permettons de vous proposer de nous y accompagner.
Le séjour se fera SANS nains, SANS Mâle et avec ski, activités découvertes et spa. Bien entendu, si vous n'êtes rien qu'une mauviette qui ne veut pas laisser ses nains, nous le comprenons et vous assurons l'expression de nos sentiments les plus empathiques.
Bon courage au Mâle si vous acceptez".


Cruel dilemme pour moi.
Vraiment, ça m'a travaillé....



Moufles ou gants?

Mâle briefé et jaloux, ambiance hystérique interne à moi même pendant deux semaines (Hiiiiiiiiiii interne si vous préférez) et voilà le fameux jour J qui arrive.
Mon sac est prêt, je n'emmène presque rien sauf un bouquin pour le train (je vais pouvoir LIRE) et mes affaires de ski (je vais SKIER).

Vendredi, 6h35, Gare de Lyon. Ambiance panda fatigué et découverte des blogueurs qui vont être à mes côtés pendant ce week-end.
Je vous les présente.
Il y a
Nélia maman de deux puces et auteur du blog News-Voyageur
Khlauda et sa parka verte (facile pour se repérer sur les pistes) du blog Up Up Up
Rachel, ancienne instit' et maman de 4 enfants (si si), du blog coloré Mes petits bonheurs
pour les filles

Arnaud, LE mec qui partage ses bons (ou mauvais) plans voyage sur son très bon site Trip-Teaser
Jeff, mais siiiii, celui de Super Insolite qui a débarqué avec sa boutique en ligne dans ses poches (la preuve?)
et Rudy, l'adorable organisateur qui ressemble juste comme deux gouttes d'eau à Michael Vaughn ce qui ne gâche rien.

les bonnes têtes de vainqueurs!


Une fine équipe accompagnée par la très chouette Nathalie Belambra (probablement un pseudo), chargée de nous installer dans les lieux tout en nous présentant le concept et les locaux.

Après quelques heures de train, je pense que les autres ont juste envie de me voir disparaître dans une crevasse sous des kilos de neige. Oui, je parle beaucoup, surtout si tout le monde veut dormir. Hate me.
La montée à la station en taxi-gerbe est réussie, le temps est correct et on a juste envie de skier.

Les Ménuires, c'est pas non plus super joli (tu me diras, on s'en fiche, on vient pour skier) et l'hôtel Belambra "Neige et Ciel" n'est pas un chef d'oeuvre architectural (tu me diras, on s'en fiche, on vient pour dormir). Si tu veux en savoir plus sur cet hôtel, c'est là.
J'étais au 14ème...gulp...

Arrivés dans les lieux, nous découvrons les responsables de l'hôtel et nos chambres.
Voilà donc à quoi ressemble une chambre famille à l'hôtel Belambra des Ménuires :





Les + : deux vraies chambres qui ferment donc la possibilité pour les parents d'avoir une soirée tranquille dans un coin de la pièce. Pas de lits superposés dangereux pour les petits, mais de vrais lits une place.
Une salle de bain très correcte avec baignoire, une télé (hiiiiii) et  une vue géniale si vous êtes du côté pistes.
Des rangements à gogo, très pratique pour les familles (bordéliques) comme la mienne.

Les - : la chambre n'est pas immense et la décoration date d'il y a cinq ans. Ce n'est pas du tout sale mais un petit coup de D&Co serait le bienvenu!

Ensuite, vient le moment du repas.
Immense salle de restaurant et immense self. Terrible pour moi, on se croirait au Flunch. La nourriture est bonne en règle générale, ce n'est pas un quatre étoile mais on ne prépare rien, et ça, c'est assez plaisant.

Pour les familles, il y a des chaises hautes à disposition (et des rehausseurs) ainsi qu'un buffet enfant avec TOUT à disposition, du lait 1er âge aux petits pots en passant par les petites entrées choupinettes. Le tout, à hauteur de nains.
Voyez plutôt:


Après le repas, ce fut ski pour nous.
Inutile de te dire que c'était génial, surtout que je ne pensais vraiment pas skier cette année (rapport aux nains) et que je n'avais pas pu skier l'année dernière (rapport aux nains).
Le domaine des Ménuires est top, beaucoup de bleues et de rouge, très peu d'attente aux remontées et surtout des longues et larges pistes qui permettent de profiter sans avoir l'impression d'être entourée de boulets.

Merci Khlauda...

Admire mon sioupère look de peluche à ski

Avantage non négligeable de l'hôtel : un loueur de ski au sous-sol avec casiers pour tout ranger et une sortie directement vers les pistes.
Pas besoin de marcher des heures avec les mauvaises chaussures, en faisant tomber ses bâtons.
Etre au pied des pistes, c'est tout de même assez plaisant.

Après le ski, ça n'arrête pas (on est là pour tester), nous avons eu le droit de faire une descente de luge.
Je t'arrête tout de suite, pas de la luge de petit joueur. Nan. De la luge de compèt, sur un circuit de 4 km.
Génial. Une fois que tu as compris le principe, tu fonces.
Tu veux voir une vidéo??
C'est ici .

J'ai adoré. D'ailleurs, on a tous adoré et on s'est repayé une descente. De nuit, à la frontale, c'était dément. Marie, 18 ans.

Après la luge, retour au restaurant pour une fondue (et quelques kilos).
Puis café au bar de l'hôtel.
Soyons très honnêtes, je n'aime pas du tout l'"ambiance club".
Les apéros, les animations, la musique et les mascottes, le petit bracelet pour aller manger, tout ça, ça me déplaît. Je ne vais donc pas te dire que c'est super d'avoir une soirée dansante animée par un DJ, parce que, personnellement, je n'aime pas ça.
Mais si tu aimes, sache que c'est organisé, que les lieux sont chouettes, près d'une cheminée et entourés de fauteuils très confortables.

Pour ma part, j'ai préféré aller boire un verre avec quelques uns des blogueurs de la petite troupe dans le village des Ménuires.

Le lendemain, ski à gogo.
Dans le brouillard. Gloups.
Les groupes faits (débutants et confirmés) nous avons enchaîné pistes et "putaiiiii, je n'y vois riiiiien", un petit vin chaud et quelques remontées mécaniques ponctuées de fous rires.
Le midi, une raclette. Et quelques kilos.

Puis, un retour vers Val Thorens, station carrément pas familiale mais plutôt étudiante-destroy. Mais néanmoins sympathique (à éviter donc avec des tout petits car très bruyante).

Le soir, motoneige.
Encore, une fois, je vais faire mon boulet, mais je n'aime pas du tout ce genre de truc. Avoir un gros truc entre les jambes, huhuhuhuhu, je n'aime pas.
Plus sérieusement, ça ne me fait pas tripper du tout. Mais bon.
Je me suis donc juste accrochée derrière Jeff et j'ai prié pendant une heure pour qu'on arrive vivants. Mon conducteur étant responsable et prudent, c'est frigorifiée et soulagée que je suis descendue du monstre.
Cela dit, belle balade, belle vue et à mon avis, activité chouette si tu aimes ça.

Le soir, re-resto et re-sortie verre/coktails et billard.

Le lendemain, j'ai décliné la balade en raquettes avec les alcooliques acolytes de la veille, Jeff et Arnaud, et nous avons préféré découvrir la seconde résidence Belambra des Ménuires, qui propose des logements en location ET un espace forme (piscine, sauna, hammam).


Inutile de vous dire que ce fut bon. Bref, mais bon.

Ce genre de lieu me plaît beaucoup plus, il n'y a pas tout le temps du monde et on est libres de manger quand on veut, ce qu'on veut.
Si on est flemmards, il y a même un service de remplissage de frigo (sympa, je prends ça pour chez moi aussi).

Je crois que j'ai juste oublié de te parler d'un des avantages principaux de cet hôtel pour toi, jeune parent avide de ski. Il s'agit du club enfant. Ah oui, le fameux club qui me fait peur, que jamais-je-ne-pourrais-faire-ça-à-mes-mômes.
Et bien, ce n'est pas si pire. Regarde :



On dirait juste une crèche.
Les jeunes filles sont adorables, le matériel est varié et de bonne qualité et les repas descendent directement des cuisines pour éviter aux enfants de se trimballer dans le froid.
On peut y laisser son nain dès 3 mois (bon, ça fait tôt je trouve) et jusque tard puisqu'il y a différentes tranches d'âges.






Selon les âges, ils jouent, font du bricolage ou vont dehors, voire vont skier.
Les parents déposent les nains les jours où ils le souhaitent, donnent des indications comme ils le feraient à la crèche ou chez une nounou et peuvent aller skier le coeur (plus ou moins) léger.

Très sincèrement, je n'ai pas été choquée par cette solution de garde, ce n'est pas super long une journée de ski et les enfants sont très bien encadrés. Les jeunes sont dynamiques et parlent gentiment aux enfants (j'ai espionné, oui, je suis fourbe) et les nains adorent ça. Vraiment. Vous les auriez vu danser avec la mascotte de Belambra, c'était même flippant.


Si je résume mon séjour et si j'essaie de lister un petit peu les avantages d'aller dans un tel hôtel pour les vacances d'hiver :

- Lieu aménagé pour les familles. Jeux un peu partout, repas conçus pour les enfants, animations et club dédiés. Les chambres familiales, même si tout est un peu défraîchi, sont très propres et très fonctionnelles.

- Tu n'as rien à faire. Les repas sont faits, tu te contentes de mettre les pieds sous la table. Même pour les mômes. Et ça, ça résonne vraiment : vacances.

- Tout est facilité. L'accès aux chambres, les locations de ski, ton forfait qui arrive à l'accueil, tes soirées, les loisirs. Tout est à ta disposition. Si tu as besoin d'un lit parapluie, on te le prête. Si tu veux mixer des carottes au petit dernier, tu as à ta disposition des carottes cuites et un mixeur.

MAIS (car dans tout test, il y a des mais, c'est évident):

- On ressent tout de même l'ambiance club dont je te parlais, la soirée dansante et la mascotte, le petit bracelet et l'heure "poker". Les animations restent discrètes (en sous-sol) mais elles existent. Si tu es un peu associal, ça risque de te perturber.

-  Les repas sont un peu bruyants. Bin oui, regarde chez toi. Et imagine la même chose dans une grande salle avec plein de familles. Dont les nains sont (évidemment) moins bien élevés que les tiens.
ça donne des repas un peu tendus du slip, des parents qui s'énervent, des mômes qui chouinent et qui ne veulent pas manger.


En bref, concernant le séjour et le lieu.
Si tu aimes skier, que tu sais skier et que tu as envie d'être sur un grand domaine qui envoie du bois... et que tu n'as personne pour te garder les nains, réserver une semaine à l'hôtel Belambra peut être une bonne solution. Tu ne gères rien, tu peux caser les nains ou pas (car il y a tout de même pas mal d'activités en station) et comme tu es nase (c'est la montagne), rien ne t'empêche de terminer ta soirée à mater un bon petit film sous la couette pendant que les nains bavent à côté.
Les lieux sont vraiment conçus pour les familles et tout peut être pris en charge, ça fait vraiment du bien de n'avoir à se préoccuper de rien. Si tu n'aimes pas skier, tu peux aussi te faire une piscine (club sportif à 5 minutes) ou des chouettes balades en raquette.
Le cadre est vraiment beau, il n'y a rien à redire, les Alpes, c'est quand même superbe.

En revanche, si tu détestes les grandes stations et l'ambiance club, si tu préfères préparer tes repas et profiter des vacances pour apprendre toi même à skier à tes nains, et bien...opte pour une station plus petite et moins chère, dans une location où tu seras seul.
Ou bien, si tu veux louer un truc tout seul dans cette station, je ne peux que te conseiller le Hameau des Airelles (l'autre Belambra) parce qu'avoir une piscine/sauna/hammam, c'est juste le top après le ski.
J'en bave encore, c'est dire.


Personnellement, pour une semaine de ski, ça ne me dérangerait pas d'aller dans un hôtel de ce type.
Parce que si j'y vais, c'est vraiment pour skier et pas pour profiter des "installations" et des animations.
L'avantage des clubs Belambra, pour le coup, c'est que les clubs enfants sont inclus dans le prix.

Le prix, parlons-en.
Pour te montrer, j'ai fait un test (oui, c'est mon nom).
J'ai imaginé que je partais avec mes trois nains, la semaine du 18 février dans cet hôtel, en pension complète (et oui, je suis comme ça). Le prix pour cinq personnes avec repas et club enfants pour une semaine : 3063 euros (contre 2013 euros si j'étais partie hier, pour la semaine du 11, évidemement, MOI je suis en vacances!).
Ce n'est pas donné, il faut compter en plus la location de skis et les forfaits.

Bon, si je cherche un appartement équivalent (pour 5 et au pied des pistes) dans la station sur un LastMinute ça me donne environ 1000 à 1500 euros la semaine. Il faut y ajouter les repas, les locations de ski et les forfaits. Et un mode de garde.

Bon, soyons honnêtes, ça reste cher.
Le ski, c'est cher de toute façon.
Après, c'est un choix. Si vous adorez skier et que vous avez des enfants non-scolarisés, je ne peux que vous conseiller de partir hors-vacances scolaires.



Si vous choisissez de partir pendant les vacances dans un tel lieu, économisez un peu :) et allez souvent voir sur le site, il y a pas mal de promos de dernière minutes.



Ce test m'a plu, évidemment, et m'a permis également de me rendre compte de l'importance de l'avis d'autres parents quant au choix des vacances avec enfants.
En effet, lorsqu'on a des enfants un peu plus grands (6 ans et plus), on peut les trimballer un peu partout. Mais lorsqu'on a des bébés, des tout-petits, ça devient vite la galère au niveau loisirs, logisitique et, du coup, ambiance.

Comment savoir si un hôtel comme celui là est vraiment bien, au delà des photos publicitaires et des commentaires de gens enthousiastes publiés sur le site.
De manière plus générale, comment choisir où partir, à quoi faut-il penser et où sont les vrais lieux babay-friendly.

Dans la même optique que ce blog, j'ai donc souhaité que nous puissions partager nos tests-vacances, nos bons plans et nos critiques.
J'ai donc créé ce blog :  http://mamanstestentenvacances.blogspot.com/
Ne dis rien, je suis une maboule.

Mais j'ai envie qu'on puisse mettre en valeur des lieux qui ont fait le choix et l'effort d'accueillir des enfants. Et j'ai envie qu'on puisse dire que rien n'est fait pour eux dans des endroits où on voit un label "J'aime les enfants". J'ai envie de vrai, de sincérité et de pratique pour les parents.

Rendez-vous donc de temps à autre sur ce nouveau blog, vous pourrez même y contribuer car on s'enrichit des expériences (pourrites) des autres (gniark).

tu peux cliquer, évidemment...

et en parlant de vacances... tu peux voter pour moi au concours de blog Famili...histoire que je puisse remplir un peu mon blog :))

Au sujet du séjour, je tiens à remercier tout de même :
- Rudy qui a été calme et patient, qui m'a doublé en luge (à la fin) et qui a eu le courage de s'asseoir à côté de moi dans le train du retour. 
- Arnaud et Jeff pour les parties de rigolade.
- Bruno, notre adorable guide moniteur qui a réglé mon impitoyable souci du "planté de bâton"
- Nathalie, qui serait bien restée skier avec nous, tellement qu'on était drôles (ou pas).
- Fred, le directeur du Belambra, qui nous a accueilli de manière très sympa, avec le sourire (et des blagues)
- Le Mâle qui a géré sans (trop) m'envoyer de sms rageurs les trois nains (aidé un tout petit peu par Mamie Chéwie).
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...