14 févr. 2012

Le coaching sexuel de V.Lope

Avant toute chose, ceci n'est pas un article auto-biographique. 
Il se contente d'être empathique. D'imaginer et de décrire.
Le cheminement est personnel, voici juste une réflexion comme une autre sur un sujet que je trouve trop tabou, sur un sujet qui ne devrait pas l'être.




« Chut, c’est encore tabou.
Chut, surtout, ne pas en parler.
A personne.
On ne fait plus l’amour. Ou presque plus.

Parfois on se force. Pour dire qu’on l’a fait. Pour que l’autre n’aille pas voir ailleurs. Pour faire parce qu’il faut faire.
On se sent molle, grosse et moche. On commence des régimes qui nous collent de mauvaise humeur, on achète des nuisettes censées nous rendre sexy mais on est tout de même mieux en pyjama.
On voudrait plutôt dormir, aller sous la couette et y rester plutôt que d’enlever tout et de se forcer.
On voudrait que la tendresse puisse remplacer le sexe, histoire qu’on se retrouve un peu. Mais plus le temps passe et moins on a envie. Plus le temps passe et plus la culpabilité monte, plus les petites piques du conjoint nous blessent, plus notre situation nous semble anormale.

Couple remis en question, libido remise en question.
On accuse la pilule, on accuse les hormones, on essaie de chercher qui ou quoi pourrait être responsable de cet ours en peluche sans désir que nous sommes devenues.
Parfois, on se force. Parfois, on y prend du plaisir. Souvent même.
On se promet de le faire plus souvent, on se dit que c’est quand même bon et que c’est dommage de ne pas avoir plus de temps pour se retrouver.
Parfois.

Pourquoi ?
Pourquoi personne n’en parle, pourquoi personne n’ose dire, pourquoi cette trouille féminine de ne plus être capable, pourquoi et comment alors que nous avons donné la vie, ne sommes-nous plus capables d’accepter et de donner du plaisir.
Pourquoi ? »
La sexualité des jeunes mamans est compliquée. Très.
Enceinte, bien souvent, on a envie. Beaucoup, parfois trop. On a besoin, il le faut.
Mais ce n’est pas toujours le cas.

Certaines femmes ont envie et assouvissent leur désir avec un conjoint aux anges.
Certaines femmes n’ont pas du tout envie, plus du tout et s’endorment dans les bras d’un amant frustré mais (tentant d’être) compréhensif.
Certaines femmes ont envie mais s’endorment dans les bras d’un conjoint qui ne peut pas, qui ne se sent pas, qui n’arrive pas.

La sexualité pendant la grossesse est parfois une épreuve dont le couple sort renforcé pour peu qu’on prenne la peine d’en parler. Et pour peu que l’autre soit capable d’écouter. Et d’accepter certaines choses.

Et après ?
Après l’accouchement, c’est difficile, c’est douloureux, c’est peut-être même inconcevable pour certaines. La peur de la douleur, la peur que quelque chose repasse par-là, la trouille de passer à autre chose.
La fatigue aussi, qui nous prend à 21h30 et qui ne nous lâche plus. L’envie de dormir, de se reposer, de ne plus avoir à faire d’efforts, ni pour lui, ni pour personne.
Les journées garde- bébé qui s’enchaînent et le corps qui ne suit plus. Un corps maltraité, un corps oublié, un corps qui doit récupérer.
Et un autre qui a envie. Qui ne voit pas tout ce que vous pouvez voir. Un autre qui ne trouve pas que votre ventre soit si moche, que vos cuisses soient si grosses. Un autre qui veut juste retrouver une femme et des sensations un peu perdues. Un autre qui veut que tout redevienne comme avant.
Des incompréhensions, des crises de larme, des remises en question, des « si je ne me force pas, il ira voir ailleurs ».
Et une sexualité qui a du mal à reprendre.
Parfois, c’est l’homme qui ne veut pas, qui n’a pas envie, qui n’ose pas. Et la femme qui attend, qui s’interroge et qui voudrait faire envie, qui voudrait donner du désir.
Incompréhension, encore, et remise en question.

Les mères de famille ont une sexualité épanouie.
Ah bon ?
Qui ?
Qui a le courage, après une journée marathon, de prendre soin de soi et d’aguicher son époux ?
Qui peut, après une nuit à éponger le vomi, se glisser nue entre les draps et se coller à son conjoint ?
Quel papa, après cinq remontées d’enfants et la trouille qu’un autre descende, a le cran de renverser sa femme sur la table de la cuisine ?
Il y en a.
Il y en a.
Nous sommes tous différents, nous avons tous nos failles, nos envies, nos faiblesses et nos désirs.
Nous avons toutes une relation au corps différente, nous avons toutes besoin d’être rassurée ou de rassurer.
Je sais à quel point le sujet peut être sensible pour certaines, je sais combien c’est difficile que de s’avouer « libido-zéro »  et j’ai voulu cet article en réponses aux mails que je reçois, souvent gênés, de mamans qui se demandent si c’est normal, si ça va passer, si elles vont se retrouver, le retrouver.

Je ne veux pas parler de moi, parce que ça ne regarde que moi. Mais mon cheminement est celui de toutes les mères, ma réflexion est celles que vous avez tous et toutes.
On fait avec, on fait au mieux, on essaie de ne pas trop se poser de questions tout en n’arrêtant pas de s’en poser.
Parce que le désir n’est pas un acquis en continue, parce qu’il ne concerne pas que le sexe mais se construit au quotidien, dans sa relation à l’autre pour ce qu’il est, parce qu’il est le reflet de notre vie de couple dans sa globalité.

Il y a des couples qui n’ont plus rien en commun et qui ne sauveront ni leur sexualité, ni leur quotidien parce que c’est ainsi.
Et il y a des couples qui ont juste besoin de retrouver une autre intimité, un nouveau départ, un nouveau regard. Empli de tout ce qu’ils ont vécu ensemble, empli de tout ce qui les rassemble.
Nous ne sommes pas là pour nous morfondre et je ne suis pas sexologue. Je n’ai pas de conseils à vous donner, j’avais juste envie de vous faire rire, parce qu’au fond, tout est soluble pour peu qu’on en ait envie.
Pour essayer d’y voir plus clair, pour essayer de vous donner des pistes et des réponses, j’ai convié sur ce blog une coach sexuelle qui interviendra une fois par mois. Vanessa Lope, c’est son doux prénom, prendra en considération vos interrogations et vos inquiétudes et tâchera d’y répondre le mieux possible.
Avec les mots qu’il faut, avec le ton approprié.

Prêt(e)s à laisser vos questions??
Vanessa y répondra d'ici quinze jours, sans faute.

J'aurais pu inventer des questions, oui.
Mais je voulais du vrai de vrai sur ce sujet.

A vous de jouer!

12 févr. 2012

Des vacances au ski avec nains? Testé for you...

Ma vie de blogueuse, quand je reçois ce genre de mail (voir ci dessous) je la kiffe.

" Chère Marie de Mamanstestent, 
Les clubs Belambra souhaitent faire découvrir à des blogueurs leurs clubs et leurs formules de séjour avec enfants, et notamment celui situé aux Ménuires. Comme nous avons eu vent de votre burn-out quasi permanent (voir article maillot de bain de la honte), nous nous permettons de vous proposer de nous y accompagner.
Le séjour se fera SANS nains, SANS Mâle et avec ski, activités découvertes et spa. Bien entendu, si vous n'êtes rien qu'une mauviette qui ne veut pas laisser ses nains, nous le comprenons et vous assurons l'expression de nos sentiments les plus empathiques.
Bon courage au Mâle si vous acceptez".


Cruel dilemme pour moi.
Vraiment, ça m'a travaillé....



Moufles ou gants?

Mâle briefé et jaloux, ambiance hystérique interne à moi même pendant deux semaines (Hiiiiiiiiiii interne si vous préférez) et voilà le fameux jour J qui arrive.
Mon sac est prêt, je n'emmène presque rien sauf un bouquin pour le train (je vais pouvoir LIRE) et mes affaires de ski (je vais SKIER).

Vendredi, 6h35, Gare de Lyon. Ambiance panda fatigué et découverte des blogueurs qui vont être à mes côtés pendant ce week-end.
Je vous les présente.
Il y a
Nélia maman de deux puces et auteur du blog News-Voyageur
Khlauda et sa parka verte (facile pour se repérer sur les pistes) du blog Up Up Up
Rachel, ancienne instit' et maman de 4 enfants (si si), du blog coloré Mes petits bonheurs
pour les filles

Arnaud, LE mec qui partage ses bons (ou mauvais) plans voyage sur son très bon site Trip-Teaser
Jeff, mais siiiii, celui de Super Insolite qui a débarqué avec sa boutique en ligne dans ses poches (la preuve?)
et Rudy, l'adorable organisateur qui ressemble juste comme deux gouttes d'eau à Michael Vaughn ce qui ne gâche rien.

les bonnes têtes de vainqueurs!


Une fine équipe accompagnée par la très chouette Nathalie Belambra (probablement un pseudo), chargée de nous installer dans les lieux tout en nous présentant le concept et les locaux.

Après quelques heures de train, je pense que les autres ont juste envie de me voir disparaître dans une crevasse sous des kilos de neige. Oui, je parle beaucoup, surtout si tout le monde veut dormir. Hate me.
La montée à la station en taxi-gerbe est réussie, le temps est correct et on a juste envie de skier.

Les Ménuires, c'est pas non plus super joli (tu me diras, on s'en fiche, on vient pour skier) et l'hôtel Belambra "Neige et Ciel" n'est pas un chef d'oeuvre architectural (tu me diras, on s'en fiche, on vient pour dormir). Si tu veux en savoir plus sur cet hôtel, c'est là.
J'étais au 14ème...gulp...

Arrivés dans les lieux, nous découvrons les responsables de l'hôtel et nos chambres.
Voilà donc à quoi ressemble une chambre famille à l'hôtel Belambra des Ménuires :





Les + : deux vraies chambres qui ferment donc la possibilité pour les parents d'avoir une soirée tranquille dans un coin de la pièce. Pas de lits superposés dangereux pour les petits, mais de vrais lits une place.
Une salle de bain très correcte avec baignoire, une télé (hiiiiii) et  une vue géniale si vous êtes du côté pistes.
Des rangements à gogo, très pratique pour les familles (bordéliques) comme la mienne.

Les - : la chambre n'est pas immense et la décoration date d'il y a cinq ans. Ce n'est pas du tout sale mais un petit coup de D&Co serait le bienvenu!

Ensuite, vient le moment du repas.
Immense salle de restaurant et immense self. Terrible pour moi, on se croirait au Flunch. La nourriture est bonne en règle générale, ce n'est pas un quatre étoile mais on ne prépare rien, et ça, c'est assez plaisant.

Pour les familles, il y a des chaises hautes à disposition (et des rehausseurs) ainsi qu'un buffet enfant avec TOUT à disposition, du lait 1er âge aux petits pots en passant par les petites entrées choupinettes. Le tout, à hauteur de nains.
Voyez plutôt:


Après le repas, ce fut ski pour nous.
Inutile de te dire que c'était génial, surtout que je ne pensais vraiment pas skier cette année (rapport aux nains) et que je n'avais pas pu skier l'année dernière (rapport aux nains).
Le domaine des Ménuires est top, beaucoup de bleues et de rouge, très peu d'attente aux remontées et surtout des longues et larges pistes qui permettent de profiter sans avoir l'impression d'être entourée de boulets.

Merci Khlauda...

Admire mon sioupère look de peluche à ski

Avantage non négligeable de l'hôtel : un loueur de ski au sous-sol avec casiers pour tout ranger et une sortie directement vers les pistes.
Pas besoin de marcher des heures avec les mauvaises chaussures, en faisant tomber ses bâtons.
Etre au pied des pistes, c'est tout de même assez plaisant.

Après le ski, ça n'arrête pas (on est là pour tester), nous avons eu le droit de faire une descente de luge.
Je t'arrête tout de suite, pas de la luge de petit joueur. Nan. De la luge de compèt, sur un circuit de 4 km.
Génial. Une fois que tu as compris le principe, tu fonces.
Tu veux voir une vidéo??
C'est ici .

J'ai adoré. D'ailleurs, on a tous adoré et on s'est repayé une descente. De nuit, à la frontale, c'était dément. Marie, 18 ans.

Après la luge, retour au restaurant pour une fondue (et quelques kilos).
Puis café au bar de l'hôtel.
Soyons très honnêtes, je n'aime pas du tout l'"ambiance club".
Les apéros, les animations, la musique et les mascottes, le petit bracelet pour aller manger, tout ça, ça me déplaît. Je ne vais donc pas te dire que c'est super d'avoir une soirée dansante animée par un DJ, parce que, personnellement, je n'aime pas ça.
Mais si tu aimes, sache que c'est organisé, que les lieux sont chouettes, près d'une cheminée et entourés de fauteuils très confortables.

Pour ma part, j'ai préféré aller boire un verre avec quelques uns des blogueurs de la petite troupe dans le village des Ménuires.

Le lendemain, ski à gogo.
Dans le brouillard. Gloups.
Les groupes faits (débutants et confirmés) nous avons enchaîné pistes et "putaiiiii, je n'y vois riiiiien", un petit vin chaud et quelques remontées mécaniques ponctuées de fous rires.
Le midi, une raclette. Et quelques kilos.

Puis, un retour vers Val Thorens, station carrément pas familiale mais plutôt étudiante-destroy. Mais néanmoins sympathique (à éviter donc avec des tout petits car très bruyante).

Le soir, motoneige.
Encore, une fois, je vais faire mon boulet, mais je n'aime pas du tout ce genre de truc. Avoir un gros truc entre les jambes, huhuhuhuhu, je n'aime pas.
Plus sérieusement, ça ne me fait pas tripper du tout. Mais bon.
Je me suis donc juste accrochée derrière Jeff et j'ai prié pendant une heure pour qu'on arrive vivants. Mon conducteur étant responsable et prudent, c'est frigorifiée et soulagée que je suis descendue du monstre.
Cela dit, belle balade, belle vue et à mon avis, activité chouette si tu aimes ça.

Le soir, re-resto et re-sortie verre/coktails et billard.

Le lendemain, j'ai décliné la balade en raquettes avec les alcooliques acolytes de la veille, Jeff et Arnaud, et nous avons préféré découvrir la seconde résidence Belambra des Ménuires, qui propose des logements en location ET un espace forme (piscine, sauna, hammam).


Inutile de vous dire que ce fut bon. Bref, mais bon.

Ce genre de lieu me plaît beaucoup plus, il n'y a pas tout le temps du monde et on est libres de manger quand on veut, ce qu'on veut.
Si on est flemmards, il y a même un service de remplissage de frigo (sympa, je prends ça pour chez moi aussi).

Je crois que j'ai juste oublié de te parler d'un des avantages principaux de cet hôtel pour toi, jeune parent avide de ski. Il s'agit du club enfant. Ah oui, le fameux club qui me fait peur, que jamais-je-ne-pourrais-faire-ça-à-mes-mômes.
Et bien, ce n'est pas si pire. Regarde :



On dirait juste une crèche.
Les jeunes filles sont adorables, le matériel est varié et de bonne qualité et les repas descendent directement des cuisines pour éviter aux enfants de se trimballer dans le froid.
On peut y laisser son nain dès 3 mois (bon, ça fait tôt je trouve) et jusque tard puisqu'il y a différentes tranches d'âges.






Selon les âges, ils jouent, font du bricolage ou vont dehors, voire vont skier.
Les parents déposent les nains les jours où ils le souhaitent, donnent des indications comme ils le feraient à la crèche ou chez une nounou et peuvent aller skier le coeur (plus ou moins) léger.

Très sincèrement, je n'ai pas été choquée par cette solution de garde, ce n'est pas super long une journée de ski et les enfants sont très bien encadrés. Les jeunes sont dynamiques et parlent gentiment aux enfants (j'ai espionné, oui, je suis fourbe) et les nains adorent ça. Vraiment. Vous les auriez vu danser avec la mascotte de Belambra, c'était même flippant.


Si je résume mon séjour et si j'essaie de lister un petit peu les avantages d'aller dans un tel hôtel pour les vacances d'hiver :

- Lieu aménagé pour les familles. Jeux un peu partout, repas conçus pour les enfants, animations et club dédiés. Les chambres familiales, même si tout est un peu défraîchi, sont très propres et très fonctionnelles.

- Tu n'as rien à faire. Les repas sont faits, tu te contentes de mettre les pieds sous la table. Même pour les mômes. Et ça, ça résonne vraiment : vacances.

- Tout est facilité. L'accès aux chambres, les locations de ski, ton forfait qui arrive à l'accueil, tes soirées, les loisirs. Tout est à ta disposition. Si tu as besoin d'un lit parapluie, on te le prête. Si tu veux mixer des carottes au petit dernier, tu as à ta disposition des carottes cuites et un mixeur.

MAIS (car dans tout test, il y a des mais, c'est évident):

- On ressent tout de même l'ambiance club dont je te parlais, la soirée dansante et la mascotte, le petit bracelet et l'heure "poker". Les animations restent discrètes (en sous-sol) mais elles existent. Si tu es un peu associal, ça risque de te perturber.

-  Les repas sont un peu bruyants. Bin oui, regarde chez toi. Et imagine la même chose dans une grande salle avec plein de familles. Dont les nains sont (évidemment) moins bien élevés que les tiens.
ça donne des repas un peu tendus du slip, des parents qui s'énervent, des mômes qui chouinent et qui ne veulent pas manger.


En bref, concernant le séjour et le lieu.
Si tu aimes skier, que tu sais skier et que tu as envie d'être sur un grand domaine qui envoie du bois... et que tu n'as personne pour te garder les nains, réserver une semaine à l'hôtel Belambra peut être une bonne solution. Tu ne gères rien, tu peux caser les nains ou pas (car il y a tout de même pas mal d'activités en station) et comme tu es nase (c'est la montagne), rien ne t'empêche de terminer ta soirée à mater un bon petit film sous la couette pendant que les nains bavent à côté.
Les lieux sont vraiment conçus pour les familles et tout peut être pris en charge, ça fait vraiment du bien de n'avoir à se préoccuper de rien. Si tu n'aimes pas skier, tu peux aussi te faire une piscine (club sportif à 5 minutes) ou des chouettes balades en raquette.
Le cadre est vraiment beau, il n'y a rien à redire, les Alpes, c'est quand même superbe.

En revanche, si tu détestes les grandes stations et l'ambiance club, si tu préfères préparer tes repas et profiter des vacances pour apprendre toi même à skier à tes nains, et bien...opte pour une station plus petite et moins chère, dans une location où tu seras seul.
Ou bien, si tu veux louer un truc tout seul dans cette station, je ne peux que te conseiller le Hameau des Airelles (l'autre Belambra) parce qu'avoir une piscine/sauna/hammam, c'est juste le top après le ski.
J'en bave encore, c'est dire.


Personnellement, pour une semaine de ski, ça ne me dérangerait pas d'aller dans un hôtel de ce type.
Parce que si j'y vais, c'est vraiment pour skier et pas pour profiter des "installations" et des animations.
L'avantage des clubs Belambra, pour le coup, c'est que les clubs enfants sont inclus dans le prix.

Le prix, parlons-en.
Pour te montrer, j'ai fait un test (oui, c'est mon nom).
J'ai imaginé que je partais avec mes trois nains, la semaine du 18 février dans cet hôtel, en pension complète (et oui, je suis comme ça). Le prix pour cinq personnes avec repas et club enfants pour une semaine : 3063 euros (contre 2013 euros si j'étais partie hier, pour la semaine du 11, évidemement, MOI je suis en vacances!).
Ce n'est pas donné, il faut compter en plus la location de skis et les forfaits.

Bon, si je cherche un appartement équivalent (pour 5 et au pied des pistes) dans la station sur un LastMinute ça me donne environ 1000 à 1500 euros la semaine. Il faut y ajouter les repas, les locations de ski et les forfaits. Et un mode de garde.

Bon, soyons honnêtes, ça reste cher.
Le ski, c'est cher de toute façon.
Après, c'est un choix. Si vous adorez skier et que vous avez des enfants non-scolarisés, je ne peux que vous conseiller de partir hors-vacances scolaires.



Si vous choisissez de partir pendant les vacances dans un tel lieu, économisez un peu :) et allez souvent voir sur le site, il y a pas mal de promos de dernière minutes.



Ce test m'a plu, évidemment, et m'a permis également de me rendre compte de l'importance de l'avis d'autres parents quant au choix des vacances avec enfants.
En effet, lorsqu'on a des enfants un peu plus grands (6 ans et plus), on peut les trimballer un peu partout. Mais lorsqu'on a des bébés, des tout-petits, ça devient vite la galère au niveau loisirs, logisitique et, du coup, ambiance.

Comment savoir si un hôtel comme celui là est vraiment bien, au delà des photos publicitaires et des commentaires de gens enthousiastes publiés sur le site.
De manière plus générale, comment choisir où partir, à quoi faut-il penser et où sont les vrais lieux babay-friendly.

Dans la même optique que ce blog, j'ai donc souhaité que nous puissions partager nos tests-vacances, nos bons plans et nos critiques.
J'ai donc créé ce blog :  http://mamanstestentenvacances.blogspot.com/
Ne dis rien, je suis une maboule.

Mais j'ai envie qu'on puisse mettre en valeur des lieux qui ont fait le choix et l'effort d'accueillir des enfants. Et j'ai envie qu'on puisse dire que rien n'est fait pour eux dans des endroits où on voit un label "J'aime les enfants". J'ai envie de vrai, de sincérité et de pratique pour les parents.

Rendez-vous donc de temps à autre sur ce nouveau blog, vous pourrez même y contribuer car on s'enrichit des expériences (pourrites) des autres (gniark).

tu peux cliquer, évidemment...

et en parlant de vacances... tu peux voter pour moi au concours de blog Famili...histoire que je puisse remplir un peu mon blog :))

Au sujet du séjour, je tiens à remercier tout de même :
- Rudy qui a été calme et patient, qui m'a doublé en luge (à la fin) et qui a eu le courage de s'asseoir à côté de moi dans le train du retour. 
- Arnaud et Jeff pour les parties de rigolade.
- Bruno, notre adorable guide moniteur qui a réglé mon impitoyable souci du "planté de bâton"
- Nathalie, qui serait bien restée skier avec nous, tellement qu'on était drôles (ou pas).
- Fred, le directeur du Belambra, qui nous a accueilli de manière très sympa, avec le sourire (et des blagues)
- Le Mâle qui a géré sans (trop) m'envoyer de sms rageurs les trois nains (aidé un tout petit peu par Mamie Chéwie).

9 févr. 2012

LA liste pour la maternité (ou : que mettre dans sa valise de maternité?)

Oui, je sais, tu la connais par coeur.
Je la ré-édite proprement aujourd'hui car, dès fois, j'ai des accès de folie maniaque.
En plus, ça permettra aux gens qui tapent sur gougeul "liste de maternité complète" ou bien "la meilleure liste de maternité" de tomber ici et non pas sur des sites qui te listent trois pauvres culottes filets et deux babygros (qui dit encore babygro d'ailleurs ??!).

Voilà la liste de maternité et même que je cherche un moyen de te mettre un lien pour que tu la télécharges en PDF ou JPEG histoire de te l'imprimer tranquillou et de cocher tes petites cases. Elle est pas sympa Marie? Si. Laisse. Ca me fait plaisir, c'est moi qui régale.

Surtout que je ne me suis pas contentée de te faire un doc word pourri... Enfin si au départ, j'avais fait un doc pourri. Et l'éminent Papacube (superbe blogueur) a, heureusement, amélioré le concept et le visuel.

Voilà, télécharge donc si besoin (mais elle est réduite à l'essentiel, donc si tu as besoin de compléments, lis tout de même la liste qui vient). Clique dessus pour avoir l'image puis Clic Droit pour l'Enregistrer sur ton ordinateur à toi. Tu peux même l'imprimer parce que ce gentil Papacube a mis des petits carrés à cocher. 


 MERCI QUI?








La valise de maternité se prépare environ un mois avant la date prévue d'accouchement. Ce qui est rarement fait (j'ai terminé ma première valise après avoir rompu la poche des eaux sur le plancher) puisqu'une fois qu'on y a casé nos superbes joggings, on n'a plus rien à se mettre pendant un mois.

Je te suggère tout de même de commencer assez tôt ou en tout cas d'avoir TOUT acheté et disponible dans ta maison, surtout si tu es une procrastinatrice chronique.
Si tu veux retrouver l'ancienne version de la liste (on ne sait jamais) c'est là.
Et si tu veux te préparer mentalement à ton séjour à la maternité, c'est là. Gloups.


Allez, on se lance, on regarde si on a tout mis et sinon, on complète:

Pièces administratives
- Carte de groupe sanguin 
- Carte Vitale (+ mutuelle) 
- Reconnaissance anticipée (ou livret de famille) 
- Résultats des derniers examens de laboratoire
- comptes-rendus d'échographies
- fiche d'inscription à la maternité (si besoin)

En gros tout ce que tu as sous la main. Dans une jolie pochette. Tu peux y glisser une photo de ton Mâle et de tes autres nains. Ou une photo de toi, avant, mais tu risques de pleurer à chaque fois que tu la sors de la pochette. Ou une photo d'une grosse moche boutonneuse à lunettes-culs-de-bouteille, là, c'est mieux.

Pour toi-même
Pour le jour J (tout ce que tu peux emporter dans ton petit it bag quoi)
- Brumisateur d’eau minérale (potable…si on ne peut pas boire) 
- De la lecture : Magazine peu intellectuel / Bon polar 
- Du manger pour le Mâle (très important car le papa a TOUJOURS faim et rien ne peut lui couper l’appétit - je te suggère d'ailleurs de penser au salé ET au sucré car, en fonction de l'heure, le Mâle n'aura pas les mêmes envies - à croire que c'est lui qui accouche hein) 
- Lingettes (qui sentent bon - et même des lingettes déodorantes si tu ne veux pas sentir le moisi du dessous de bras)
- de la monnaie (machine à café pour Mâle ensommeillé)- Ipod (ça fait un peu associal mais si tu veux gérer tes contractions en écoutant du Shakira - ou bien le Tchoupi Tcha Tcha Tcha - c'est ton choix). Tu peux aussi prendre un cédé de musique (si on te laisse écouter ta propre musique en salle d'accouchement (c'est ça ou Nostalgie - accoucher sur du Eddie Mitchell c'est un coup à avoir une épisio ça).
- Coussin d’allaitement (on ne sait jamais) 
- Chaussettes (la péri fait froid aux petons - prends en des belles hein, parce que les dépareillées trouées et tire-bouchonnées, ça peut te ruiner un souvenir) 
- Appareil photo. Le seul risque c'est que le Mâle te prenne en photo. Genre "vas y cheeeeeeeeeeeeeese". En pleine contraction. "ça nous fera un bon souvenir, toi, la contraction, le monito" (je vais le tuer ce nase). 

Dans ta valise (malle)

Les fringues: 

Culottes en coton (une taille au dessus) dont les coutures ne marquent pas. Parfois la maternité fournit des slips filets bien pratiques avec couche mais au bout d’une nuit tu es contente de mettre tes culottes. Idem pour les culottes jetables de grandes surfaces, elles rentrent dans les fesses et franchement, t’as juste envie d’être BIEN, enfin pas trop mal. Tu peux donc prendre des slips filets qui transforment ton fessier en jambonneau (sponsorisé par Charcupac) mais sincèrement, c'est juste la louze.

Chaussettes (prévois en parce que tu risques de marcher dans l'eau de ta douche)

Chaussons pas ringards (ou tongs pour la douche). Evite les charentaises ou les chaussons qui puent (déjà avant de venir). Et évite les énormes tête d'Homer Simpson. C'est craignos.

- 2 voire 3 pyjamas (éventuellement d’allaitement) Parce que le premier sera vite ruiné. Et tu vas te rendre compte que le deuxième est trop serré. Youpi, t'en as un troisième!

- 1 voire 2 pantalons de jogging  (crois moi, ton meilleur ami - j'en ai 3 dans ma valise - et tant pis pour ceux qui viennent me rendre visite)

- 1 pantalon de grossesse (pour la sortie, parce que NON tu ne rentreras pas dans ton jean étalon)

- des hauts légers parce qu'il fait toujours 50° dans les chambres. Donc privilégie les débardeurs, les tshirts, quitte à ajouter des petits gilets. En gros, prévois du twin set chérie. Ou une chemise qui s'ouvre (avec ça, tu vas faire des photos torrides, crois moi).
Et si tu allaites, n'oublie pas de prendre quelques hauts d'allaitement, ça t'éviteras de déballer le nichon devant tes gentils collègues (qui, du coup, ne savent ab-so-lu-ment pas où se mettre et hésitent à te regarder parler - gêne-honte et chèque cadeau).

Soutien gorge d’allaitement ( voire 2 achetés avant accouchement une taille au dessus de ce que tu mets, le reste on verra après - tes obus vont un peu dégonfler, panique pas - pleure pas le Mâle) et les coussinets d’allaitement (si allaitement of course). Pour les coussinets, prends pas de la daube pour commencer. Prends des Avent par exemple. Parce que les cheap-cheap colle au bout du sein. Si. Et quand tu les enlèves, gulp, tu meurs. Enfin ton bout de sein meurt. Pas glop.

En résumé : prévoir des vêtements très très confortables, des tailles larges, amples et des hauts légers.  

Le glamour

 - Si tu allaites, tu seras bien mignonne et tu prendras une crème anti crevasse si tu ne veux pas chialer ta race (le Cicalfate d’Avène est top.Sinon, tu as aussi celle Saugella, plus fraîche, et la Castor Equi et le Lansinoh - qui sont plus grasses, attention à ne pas tâcher des seuls hauts d'allaitements).

Serviettes hygiéniques (surtout pas d’Always mais des Vania Night, les vraiment épaisses pour les premières nuits). Pour les jours suivants, on peut prévoir des Always (les night ou les violettes mais ce n’est pas suffisant pour le début). Et prévois un bon petit stock. 

Trousse de toilette. Bon, normalement, ça tu sais faire (shampooing sec ou pas sec, gel douche surgras ou savonette - mais un truc qui sent bon et qui te réconcilie avec la vie,  LE saugella vert (antibactérien), de la crème de jour, du déodorant, une jolie brosse à dents rose (oui, tout doit être POSITIF), et un super bon dentifrice qui n'arrache pas la tronche - on a dit pas de violence…). Tu peux y ajouter un petit gommage, ça fait toujours du bien de se récurer un peu. Pas trop.
Si tu ne peux pas te lever les premiers temps, pense au spray à la menthe pour ne pas sentir le chacal, aux lingettes déodorantes (toujours rapport au chacal) et au petit miroir (pour t'arranger un minimum la tronche).

suppos anti-hémorroïdes (glamour toujours, Cirkan je t'aime) et petits sachets anti-constipation. Si. Si tu ne t'en sers pas, tu seras la plus heureuse des femmes. Si tu en as besoin, tu n'auras même pas besoin de demander (à voix basse, pour que personne ne t'entende -honte).

des mouchoirs. Et pas de mouchoir papier de verre. Du Ultra Baume qui caresse tes narines et tes yeux humides, voire même ta cicatrice d'épisio...
D'ailleurs, tu peux aussi emmener du vrai PQ (ça changera de celui qui t'arrache la moitié des fesses). Certaines mamans m'ont même conseillé une éponge 100% naturelle pour s'essuyer sans chialer. A tester.

- coussin de gel thermique (3M) qui s'utilise chaud sur tes énooooooooormes seins (mais néanmoins glamours et seskys) et froid sur ton entrejambe en voie de reconstruction.

Maquillage (le minimum, certes, mais un peu quand même) avec une crème de jour un peu teintée éventuellement, du mascara (waterproof, n'oublie pas que tu vas chialer) et du blush rosé (histoire de ne pas avoir l'air d'un cadavre ambulant).

sèche cheveu (voire lisseur pour les bombes seskuelles - genre moi). Pour tes cheveux. Et ta cicatrice (heu, pas le lisseur hein).

Serviettes de toilettes (grande surtout, pour tout envelopper - si je ventre reste dehors, tu vas pleurer- voire un peignoir si tu aimes). Oui, tu peux prendre celle de Flash Mac Queen/ Dora pour penser à ta progéniture (restée avec le Mâle). Mais fais gaffe à ne pas la pourrir.

Un petit tapis de bain ( ou une serviette que tu détestes et qui sera dédiée à cet effet). Et oui, bien souvent il n'y a pas de bac de douche et c'est le ras de marée. Et je ne sais pas toi, mais moi je déteste avoir les chaussettes humides quand je retourne dans la salle de bain une heure après (et que j'ai oublié que tout était trempé). Énervement.

une serviette de table ou un torchon (pour éviter de mettre du taboulé dans les cheveux de micro nain)

une lampe de chevet, ou une petite veilleuse pour les bib/tétées de nuit. Parce que le néon de la chambre à trois heures du matin c'est juste l'angoisse.

patchs lissants défatigants au bleuet (Klorane) à mettre dans le frigo de la chambre et à appliquer sous les yeux fatigués (ne sous-estimez pas cet accessoire qui vous paraît futile aujourd’hui…j’ai une amie qui a pleuré de joie lorsque je lui en ai ramené…). Crois moi, quand tu auras passé ton troisième jour à pleurer et que quelqu'un viendra te rendre visite, tu seras contente d'avoir pu faire dégonfler tes yeux de lapins myxomatosé. 

- petits trucs à mettre dans la valise qui fleure bon la garrigue (ok, j'en fais trop), du genre soupline pour que le linge sente bon. Et pas le pourri de la valise (dans lequel le chat avait laissé moisir un cadavre de souris - c'est cadeau).

Sac pour le linge sale (plusieurs sachets que tu pourras refourguer au Mâle qui ne manquera pas de venir te rendre visite). N'oublie pas d'ailleurs de lui montrer comment fonctionne le lave-linge (lave tout à 30° chéri, ça vaudra mieux pour tout le monde).

des trucs à grignoter (fruits secs, bonbecs, saucisson - ça c'est pour les frustrées de la toxo, boissons sucrées, andouillettes??). En bref, fais toi plaisir. Mais ne te gave pas non plus car un bon séjour à la maternité, sans excès (rien qu'avec la bouffe beurb) te permettra de perdre déjà au moins 8 bons kilos. Et crois moi, c'est déjà ça de fait.


- une bouilloire si tu veux te faire du thé non stop (enfin, vu la douleur à chaque pipi, ce n'est peut être pas une très bonne idée)

- des magazines crétins (donc pendant ton neuvième mois, tu accumules toutes les daubes possibles à lire - ne craque pas avant, tu seras contente de bouquiner ton Voici va!)

- un petit carnet sur lequel tu peux noter les heures de tétées/selles et compagnie. Pas pour le garder en souvenir hein (enfin, après bon, tu fais ce que tu veux) mais bien souvent l'équipe aime savoir ce que ton nain a fait. Genre s'il est sorti jouer au bac à sable ou s'il a mangé ses sushis quoi...

- si tu as une DS, prends la. Ouaip', ça peut servir. Idem pour téléphone, Iphone et compagnie. Enfin, ça, tu risques d'y penser. N'oublie pas ton chargeur hein??

des sous! Et oui, entre la machine à café, les magazines à aller acheter, la caution de la télé (tu ne voudrais pas rater "qui veut épouser mon fils?" tout de même??), ça file vite. Et tu ne peux décemment pas raquetter ta voisine de chambre.

une radio, si comme moi tu n'es rien qu'une bobo intello qui préfère écouter Inter, Culture et Info plutôt que d'allumer la télé (je sors).

- un oreiller de ta maison qui sent tout bon le toi et le cheveu gras (et pas l'oreiller en plastique de la maternité)
Pour Micro nain
Tenue de naissance si on en souhaite une particulière mais généralement ils lui mettent un pyjama (et un joli bonnet ridicule). Cela dit, si tu as un adorable ensemble de chez Bonpoint, mets le hein...au prix qu'il coûte, ça serait dommage.

6 à 8 Pyjamas (Primi, un pyjama c'est un truc qui a des pieds - nan je dis ça pour pas que tu confondes avec les combinaisons qui t'obligent à coller des chaussettes en plus à micronain). Tu trouves que ça fait beaucoup, certes, mais crois moi, un micronain est capable de tout. 

6 à 8 bodys. Manches courtes ou longues selon la saison mais préférentiellement des trucs qui se ferment sur le devant (idem pour les pyjamas d'ailleurs), parce que c'est tout de même plus simple au début (quand tu trembles de peur de mal faire devant la puéricultrice (qui elle fait très bien, mais c'est son métier, t'en fais pas).

1 ou 2 tenues chic (enfin, chic...) mais sincèrement, le pyjama suffit bien pour la maternité! Micronain ne va tout de même pas défiler pour Gauthier hein?

1 bonnet en coton (bon, ici, les micronains n'en n'ont jamais mis hein, mais si tu aimes...prends le rouge, il fera Cousteau et ça fera des photos ridicules).

Chaussettes (2/3 paires, au pire tu peux lui remettre les mêmes, c'est tout de même le digne descendant du Mâle).

Turbulette/ Nid d’ange. Au choix. Je trouve le nid d'ange (sac à viande) très pratique pour allaiter car on prend le nain en entier, sans se galérer avec ses bras qui pendouillent. Plus facile donc pour le trimballer.

Lange en tissu pour les régurgitis. Chez Ikéa, ils en font des chouettes. Tu peux aussi en teindre des blancs (wondermaman va!). A disposer négligemment sur ton épaule pour un effet de style très glamour trendy chic.

- Un joli nounours, un doudou, un nin-nin. Surtout pour faire accessoire sur les photos de la maternité. En plus, crois moi, tu vas en recevoir des tonnes (n'enlève pas les étiquettes, tu pourras les refourguer - pas à moi, merci).

Tétine (si on le souhaite). Ici les micronains devaient rester sous lampe (je t'ai déjà dit que ces boulets avaient un ictère?) donc pour les calmer, j'ai usé lamentablement de la tétine pour micronain. Efficace. Me suis faite lyncher par les sage femmes ("nan mais il ne voudra plus du sein après ça") et ait allaité les nains sans souci jusque leurs quatre mois. 

Couches taille micro nain (si ta maternité n'en donne pas - ou si tu préfères lui mettre des Pampers)

Les cadals pour les autres nains. Et oui, et oui, très important. Les frères et soeurs qui viennent voir le micro nain ont le droit de repartir avec un joli cadal. ça aide à faire passer le micronain. Un peu du moins.
Et pendant qu'ils découvrent playmobils et tractopelles, il ne te vident pas le mini-frigo de la maternité. Evite de leur offrir un bébé en plastique direct, ça ferait un peu trop d'un coup. Je te laisse lire les artikeuls dédiés au nain qui devient grand frère ici et  (des bouquins pour le préparer mentalement à cette difficile épreuve).


N'oublie pas non plus, avant de partir pour ce fabuleux séjour, de :

- t'épiler les jambes (ou comment la vue de tes poils peut AUSSI te faire pleurer)
- briefer le Mâle sur le fonctionnement de certaines choses (genre les bodys du Petit Nain sont ceux de la troisième pile du quatrième tiroir en haut à gauche en partant du second en haut à droit - enfin, ceux à manches longues hein?)
- faire garder tes nains (si tu en as), ou en tout cas de prévoir un moyen de garde. Voilà sinon un excellent moyen de te stresser...




7 févr. 2012

Test et avis - Lit parapluie Sena de Nuna

Avant d’avoir un nain tu avais une vie sociale.
Moi aussi.

Avant d’avoir un nain, lorsque Nulli & Jules te proposaient de passer manger chez eux le soir, tu disais « ok, si mon chéri ne nous a pas prévu d’autre soirée, on est dispo ».
Avant, tu déboulais chez eux à 20h avec une bonne bouteille et tu ne te préoccupais pas de l’heure du retour, puisque le lendemain, c’était grasse matinée ou sieste (ou les deux).
Avant, tu n’avais que toi à gérer, ton maquillage et ton parfum, ton jean slim et ton petit top histoire de faire crever Nulli de jalousie.
Ah…avant.

Maintenant, lorsque Nulli te propose de venir manger, tu déglutis calmement et tu évites de penser à tout ce que cela implique. Et oui, pour un adulte normal dépourvu de nain, un dîner entre amis, ce n’est rien, c’est du plaisir, du bonheur.

Pour un adulte propriétaire de nain (voire de plusieurs nains), c’est un peu différent.
Il faut tout prévoir. Surtout si le nain en question est un Petit Nain.

Là où, avant, tu passais trente minutes à peaufiner ta poudre minérale effet « embellisseur de teint », tu prépares désormais les affaires de Sa Majesté du Petit Nain.

Un Petit Nain de sortie (surtout chez Nulli qui ne dispose d’aucun matériel dédié) a besoin de :
- couches (voire d’un petit sac à couches histoire de ne pas pourrir la délicate poubelle de salle de bain de Nulli qui ne contient que des cotons plein de démaquillant)
- Lingettes (car je doute que Nulli apprécie que tu essuies les fesses crotteuses de ton nain avec ses Démak’up au lait d’ânesse bio).
- petit tapis à langer (parce que Nulli trouve ça tout de même un peu dégueulasse que tu changes ton nain sur son lit).
- de quoi faire manger le nain (parce que Nulli a bien des pâtes pour le ptit, mais à 9 mois, il mange encore du mixé)
- un biberon et ses doses de lait (parce que c’est PILE le soir où tu sors que le Nain ne veut pas de son biberon – que tu jettes dans l’évier – et puis que SI, finalement, il le veut bien).
- son pyjama (un joli pour faire bien chez Nulli, pas un moche/pourri/sale)
- son nounours, sa veilleuse, son autre nounours (parce qu’en ce moment il préfère celui-là), sa tétine et une autre de rechange, et aussi son petit lange au cas où il régurgite.
- sa turbulette. Et comme on est en hiver elle est épaisse et dépasse du sac (ça énerve).

Et…d'un lit parapluie.
Ah, le lit parapluie. La plus belle des inventions pour les parents désireux de garder un semblant de vie sociale.
Le lit parapluie ou le seul moyen de déplacer le nain sans se soucier de son lieu d’endormissement .

J’ai un lit parapluie. Acheté environ 39 euros à une foire puériculture, il m’a bien servi.
Il est normal. Rouge, lourd, encombrant et chiant à monter. Un vrai lit parapluie.
Son matelas est tellement confortable que j’ai offert à mes nains un charmant petit matelas en plus histoire de ne pas trop culpabiliser « je suis une mauvaise mère je fais dormir mes enfants sur une planche de bois ».
Ce lit parapluie est fantastique à monter, il suffit de tirer les côtés. Puis d’appuyer sur le milieu. Mais pas d’appuyer sur le milieu avant les côtés. Dès fois, c’est un peu pénible.
Tu as l’impression d’avoir bloqué tous les côtés alors fièrement tu te penches pour appuyer sur le milieu et en fait non, un des côtés n’était pas bloqué alors tu forces un peu en tirant dessus mais ça ne reste pas bloqué.
Evidemment tu te dis que tu es con, que ça ne peut pas se bloquer puisque le milieu est déjà enfoncé et que, c’est bien connu , une fois que le milieu est enfoncé, les côtés ne peuvent plus être bloqués.
Alors tu te re-penches (toujours agréable au niveau du ventre pour les plus petits d’entre nous) et tu tires sur la petite sangle du milieu.
Mais, bien entendu, quand on tire sur la petite sangle du milieu, les côtés s’affaissent et tu te retrouves avec une masse indistincte à tes pieds, avec un côté bloqué et l’autre complètement lâche et un nain qui braille parce qu’il est cuit.

C’est toujours à ce moment-là que quelqu’un te propose son aide.
C’est toujours à ce moment-là que quelqu’un à quelque chose à dire sur le lit parapluie.
« Ah c’est toujours la merde avec ces lits hein ? »
« Non, non, c’est très bien, ça marche tout seul »
« On ne dirait pas, tu galères là, tu as besoin d’aide ? »
« Non, je te dis, j’avais juste mal clipsé les côtés alors j’ai tout re-défait mais du coup je vais le remettre et ça va aller ».
« Ok, non mais c’est vrai que ça fait toujours penser à un sketch avec les parents qui s’engueulent pour monter un lit parapluie, c’est marrant ».
« Très, c'est hilarant»

Je te passe sur le repliage du lit, quand tu tires à nouveau sur la lanière du milieu et que tout tombe par terre. Quand il faut plier les côtés et que tous sont pliés sauf un. Et qu’il faut remonter le lit pour recommencer à le démonter proprement.
Puis, il faut rouler le matelas autour du lit, passer les scratchs dans les sangles et tirer fort. Pour le ranger dans son sac. Tout un art.
Que je pratique assez régulièrement, avec joie, allégresse et odeur de transpiration.
j'ai celui là. En rouge. Superbe.

Si tu veux voir une vidéo qui ressemble à nous tous :


Inutile de dire donc pourquoi, lorsque Mme Nuna m’a proposé de tester gracieusement leur dernier lit parapluie, j’ai dit oui.
Parce que nous trimballons les nains et que, très honnêtement, ce lit parapluie-enclume est un accessoire de puériculture dont je me serais bien passé.

Crash test du lit parapluie Sena de Nuna.

Au déballage, rien ne change par rapport à mon lit parapluie habituel.
Sac rouge Vs Sac noir.

Encombrement dans sac : similaire. Le Nuna est peut être un peu plus large et moins long, mais l’un dans l’autre, ça prend à peu près la même place dans la voiture




Ouverture du sac : j’ouvre le sac (qui fait très sac de camping) et j’attrape le lit. On m’a vendu ce lit en me disant « mais tu verras, il est super, il s’ouvre hyper facile ». Ok, j’ai donc Micronaine collée à sa place préférée (hanche gauche) et j’attrape le lit de l’autre main. Bon, d'une main, c'est pas encore facile. Je pose Micronaine. Mais effectivement, ça s'ouvre très simplement, on déplie, c'est tout. Et on appuie sur le truc du milieu comme pour tout lit parapluie. Pas la peine de bloquer les côtés, c'est tout.


Le lit est spacieux, plus carré que rectangle. Après vérification, il mesure : 78 cm de haut, 105 cm de large, 75 cm de profondeur.
Il peut aisément servir de parc (surtout qu’il possède un filet).  J’installe le matelas (très confort pour un lit parapluie car très rembourré) et je pose Micronaine dedans.
Le lit Sena dispose également d’un « hamac » pouvant accueillir un Micronain, hamac qui n’a pas besoin d’être démonté pour le repliage.


Micronaine a testé et validé ce lit en mode sieste = impeccable.
Pour le dépliage, sans souci, on enlève le matelas, on replie le tout sans forcer comme un bourrin sur les trucs qui ne veulent pas se plier (ou qui ne se plient qu’à moitié), on emballe et on range dans le sac comme un lit parapluie lambda.

et hop, on remballe!
L'intérêt de ce lit réside dans sa capacité à se déplier super rapidement ET à proposer un petit hamac spécial Micronain qui s'installe en un rien de temps (et n'a pas besoin d'être déplié pour se ranger).

La vidéo avec la nana qui fait tout bien est là (désolée, j'en avais fait une mais elle est trop lourde pour être chargée et je n'ai pas récupéré un ordi décent pour travailler les vidéos).



Pour le petit hamac spécial "j'ai un Micronain et je ne veux pas me casser le dos", il suffit d'installer un genre de bâche par dessus le lit, de l'accrocher aux coins et d'y déposer le matelas (après avoir inséré des tubes dans le matelas afin qu'il soit bien rigide).

insertion facile et sans s'énerver (rare)

c'est pas joli ça? (et sans transpi)




Points forts :
- Le look. Oui, soyons francs, le côté minimaliste et noir est tout de même plus chic que mon mauvais lit rouge vieillot. Encore que ça ne soit pas le plus important.

- La facilité d'ouverture. On évite ainsi d'être ridicule devant les invités prompts à la moquerie.

- Le fait de pouvoir le transformer très rapidement en lit parapluie pour Micronain (avec le hamac). Le matelas surelevé, c'est quand même bien pour ne pas se casser le dos.

 - Le matelas est vraiment confortable. Pas besoin donc d'acheter un autre matelas pour le confort de Sa Majesté du Micronain.

- Le rangement/repliage ultra-rapide. En trois secondes le lit est plié. On peut dégager vite de chez les amis si la soirée est nulle.

Inconvénients :

- Pas de véritable gain  au niveau du poids par rapport à autre lit parapluie. Étonnant pour un lit récent.

- L'encombrement reste tout de même conséquent, comme tout lit parapluie qui se respecte. On aurait pu imaginer un pliage encore plus compact avec un tel design.

- La taille du matelas ne te permets pas d'avoir un drap housse ajusté. Bon, perso, je m'en fiche, j'enrobe le truc d'un drap et zou. Mais sinon, il faut un truc sur-mesure.

- Le prix: 169 euros, trois fois le prix d'un lit parapluie basique. Achat à éviter si vous n'avez pas l'occasion de déplier souvent un lit parapluie. 

Conclusion: 
un lit très moderne, très design, très pratique, et très confortable. A conseiller si vous avez l'habitude (ou l'espoir) de trimballer vos nains partout.
En revanche, si vous n'utilisez pas de lit parapluie, prenez plutôt un basique moins cher (supermarché ou marque de magasins de puériculture).
Et si vous avez peu de place, préférez un lit parapluie plus compact car celui là prend quand même de la place (Baybjorn ou Phil and Teds).
De la même façon, il reste lourd donc si vous voulez un truc super léger, passez votre chemin

Pour finir, je dois avouer que le lit Sena de Nuna est un lit parapluie que j'ai plaisir à avoir car il s'installe très très rapidement et sans sueur. Possédant une grosse bagnole (ouais, je suis comme ça), le fait qu'il soit tout aussi encombrant qu'un autre lit ne me dérange pas, tout comme le fait qu'il pèse son poids.

Et toi? Tu as lequel?


Voilà

6 févr. 2012

Les 9 blogueurs planchent

Sur le suivi médical pendant la grossesse et je vous laisse découvrir ça par ici :



N'oublie pas que je suis chez les Babilleuses, aussi, pour les aventures du coussin Germain... :))

Bonne lecture et belle semaine.

3 févr. 2012

Je suis dans Biba. MAIS

Que les choses soient claires, je n'ai pas eu le droit de relire cet article.
Sinon, croyez moi, il ne serait pas paru comme ça.

Non, je ne gagne pas de 1000 à 1500 euros par mois. Non.
Et surtout pas avec mon blog. Les articles sponsorisés me permettent de rentrer un peu d'argent mais on est bien loin de la moitié de ce qui est annoncé. Je fais quelques piges pour des magazines et j'arrive à participer un peu aux nombreux frais qu'engendre une famille de trois enfants avec un crédit-maison-voiture et tout le toutim. Mais, à vrai dire, je gagne tellement bien ma vie avec mon blog que je reprends mon boulot d'instit' à la rentrée. C'est dire...

Mais ce n'est pas ça qui me fait mal au coeur quand je lis cet article, très tendance, très presse féminine, très "faux". Ce qui m'agace, c'est l'image que ça renvoie de moi.

Je n'ai jamais interviewé les gens pour "faire du buzz".
Je n'ai jamais calculé.
Je n'ai jamais fait les choses pour faire du "passage".
Je n'ai jamais pensé chiffres, statistiques. Pour tout vous dire, je ne les regarde jamais et ce n'est pas secret. Tout le monde y a accès, je m'en contrefiche. Si je faisais ça pour les stats et pour le fric, je collerais des bannières pubs et des vidéos payantes partout.

Ce n'est pas moi dans cet article, vraiment pas.
La preuve? Je suis une buse en référencement, je ne sais pas à quoi ça correspond et jamais je ne mets des mots clés pour être retrouvée sur Gougeul.
Je ne tiens pas de revue de presse, j'avais commencé mais ça me gave, je ne suis pas dans le "on parle de moi".
Je ne sais pas me vendre, je ne sais pas alpaguer le chaland, je ne veux pas de ça.


A vrai dire je m'en fous.

Je ne vais pas mentir, j'étais heureuse de gagner les Golden Blog, petite reconnaissance de mon travail, de mon style, de mon écriture et de notre communauté de parents qui essaient de prendre du recul et de rire.

Mais je ne suis pas people, je ne suis pas faite pour qu'on me regarde, je ne suis pas faite pour être sur un plateau télé ou dans un magazine. Je suis juste normale.

Oui, j'aimerais vivre de mon blog, parce qu'écrire est la seule chose qui compte (professionnellement parlant). Non, je ne suis pas une calculatrice/manipulatrice super hype qui se la raconte.

Je suis déçue parce que je voulais donner une image de moi qui soit différente de la blogueuse lambda qui fait ça pour le fric.

C'est raté.

Je suis désolée pour celles qui ont lu ce papier, ce n'est vraiment pas moi.
C'est dit. Désormais je vais décliner ce genre de propositions.
On est bien mieux hors de tout ça.
Ce n'est vraiment pas moi.

Pourquoi? Paskeeeeee


Ma vie est parfois comme un sketch. Avec, comme principaux éléments comiques:
Grand Nain, 4 ans et demi
et Moyen Nain, 3 ans.

Histoire de faire rire, les nains sont capables de tout.
De me mettre la honte, de raconter des trucs débiles, de dire « qu’est-ce qu’elle est grosse cette dame, on n’a pas de place » dans l’ascenseur, ou d’expliquer à qui veut l’entendre que « les garçons ont un zizi et les filles une zézette donc que moi j’ai un zizi et ma sœur une zézette ».GULP.


Côté running-gag, je note la montée en puissance du POURQUOI. Installé chez nous depuis les 2 ans et demi de Grand Nain, ce gag ne failli pas et reste indétrônable au box-office de la phrase énervante qui fait rire tout le monde sauf les parents (gavés).
Quelques exemples récents (mais tu les connais, tu as les mêmes nains en pestacle permanent chez toi. Sache que je me contente de retranscrire tel quel les propos nainesques :

Moyen Nain : Pourquoi les météorites elles ont tué les gentils dinosaures ?
Réponse du parent appliqué (et qui, comme un crétin, relance le débat) : On ne sait pas vraiment Moyen Nain, on suppose que ça peut être une pluie de météorites. Mais tu sais, ça peut être également un changement de climat, ou encore une maladie spéciale dinosaure qui les a tous fait mourir.

Réponse du parent qui sait qu’il ne faut surtout pas rentrer dans le truc : Bah, parce qu’il y avait trop de dinosaures et qu’il fallait laisser un peu de place aux mammouths et aux hommes.

Evidemment, à la suite de cette phrase, Moyen Nain surenchérit : Et pourquoi il fallait laisser de la place aux mammouths ? Et c’est comme des bisons les mammouths ??

Et, très dernièrement: 
Grand Nain : Maman, pourquoi les chats ont les pattes qui collent? Et pourquoi on ne peut pas s'échanger des paires de lunettes? Pourquoi il y a de la fumée qui sort de ma bouche?


Inspirés par ce genre de question super boulet, Vertbaudet a lancé une web série intitulée Paske. Des nains de 4 à 6 ans, filmés en train de raconter des trucs de nains.
Spontané, marrant, et vraiment très réaliste, c’est à voir sur Tr la page Facebook ainsi que sur la chaîne Youtube. Et franchement, c'est super (j'adore le "comment on fait des bébés").


Tu te demandes pourquoi j’enchaîne sur Vertbaudet ? Bonne question. PASKE !!
En parallèle de cette web série, Vertbaudet organise un concours vraiment rigolo. Tout comme le concours cartable dont j’avais parlé, il s’agit là encore d’un concours de dessin. Va falloir se magner parce que c’est jusqu’au 10 février (et tu sais comme moi qu’il faut coacher le nain pour qu’il fasse un joli dessin et pas un vieux gribouillage).Pour participer, il faut que le nain dessine: un papy, une mamie, un président, un ordinateur ou un masque de carnaval, qui apparaîtra peut être dans les prochains épisodes. Le concours est ouvert aux nains de 3 à 12 ans. 
Le dessin de Moyen Nain (c'est un président, tu vois bien, il a un pistolet) : 


Bon, ok, il n'est pas super doué, mais s'il tient ça de sa mère, ce n'est pas gagné.


Tu veux faire bosser le nain?
Il suffit de télécharger le gabarit et de renvoyer le dessin par courrier à vertbaudet (
http://vbdt.fr/gabaritpaske).
On gagne quoi?
Plein de coffrets cadeaux et des bons d'achat Vertbaudet (ce qui est pas mal quand même).


Tu peux cliquer sur l'image pour arriver sur  la page dédiée au concours.
Allez, fais jouer le nain, pour un fois qu'il est utile...



Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...