7 févr. 2012

Test et avis - Lit parapluie Sena de Nuna

Avant d’avoir un nain tu avais une vie sociale.
Moi aussi.

Avant d’avoir un nain, lorsque Nulli & Jules te proposaient de passer manger chez eux le soir, tu disais « ok, si mon chéri ne nous a pas prévu d’autre soirée, on est dispo ».
Avant, tu déboulais chez eux à 20h avec une bonne bouteille et tu ne te préoccupais pas de l’heure du retour, puisque le lendemain, c’était grasse matinée ou sieste (ou les deux).
Avant, tu n’avais que toi à gérer, ton maquillage et ton parfum, ton jean slim et ton petit top histoire de faire crever Nulli de jalousie.
Ah…avant.

Maintenant, lorsque Nulli te propose de venir manger, tu déglutis calmement et tu évites de penser à tout ce que cela implique. Et oui, pour un adulte normal dépourvu de nain, un dîner entre amis, ce n’est rien, c’est du plaisir, du bonheur.

Pour un adulte propriétaire de nain (voire de plusieurs nains), c’est un peu différent.
Il faut tout prévoir. Surtout si le nain en question est un Petit Nain.

Là où, avant, tu passais trente minutes à peaufiner ta poudre minérale effet « embellisseur de teint », tu prépares désormais les affaires de Sa Majesté du Petit Nain.

Un Petit Nain de sortie (surtout chez Nulli qui ne dispose d’aucun matériel dédié) a besoin de :
- couches (voire d’un petit sac à couches histoire de ne pas pourrir la délicate poubelle de salle de bain de Nulli qui ne contient que des cotons plein de démaquillant)
- Lingettes (car je doute que Nulli apprécie que tu essuies les fesses crotteuses de ton nain avec ses Démak’up au lait d’ânesse bio).
- petit tapis à langer (parce que Nulli trouve ça tout de même un peu dégueulasse que tu changes ton nain sur son lit).
- de quoi faire manger le nain (parce que Nulli a bien des pâtes pour le ptit, mais à 9 mois, il mange encore du mixé)
- un biberon et ses doses de lait (parce que c’est PILE le soir où tu sors que le Nain ne veut pas de son biberon – que tu jettes dans l’évier – et puis que SI, finalement, il le veut bien).
- son pyjama (un joli pour faire bien chez Nulli, pas un moche/pourri/sale)
- son nounours, sa veilleuse, son autre nounours (parce qu’en ce moment il préfère celui-là), sa tétine et une autre de rechange, et aussi son petit lange au cas où il régurgite.
- sa turbulette. Et comme on est en hiver elle est épaisse et dépasse du sac (ça énerve).

Et…d'un lit parapluie.
Ah, le lit parapluie. La plus belle des inventions pour les parents désireux de garder un semblant de vie sociale.
Le lit parapluie ou le seul moyen de déplacer le nain sans se soucier de son lieu d’endormissement .

J’ai un lit parapluie. Acheté environ 39 euros à une foire puériculture, il m’a bien servi.
Il est normal. Rouge, lourd, encombrant et chiant à monter. Un vrai lit parapluie.
Son matelas est tellement confortable que j’ai offert à mes nains un charmant petit matelas en plus histoire de ne pas trop culpabiliser « je suis une mauvaise mère je fais dormir mes enfants sur une planche de bois ».
Ce lit parapluie est fantastique à monter, il suffit de tirer les côtés. Puis d’appuyer sur le milieu. Mais pas d’appuyer sur le milieu avant les côtés. Dès fois, c’est un peu pénible.
Tu as l’impression d’avoir bloqué tous les côtés alors fièrement tu te penches pour appuyer sur le milieu et en fait non, un des côtés n’était pas bloqué alors tu forces un peu en tirant dessus mais ça ne reste pas bloqué.
Evidemment tu te dis que tu es con, que ça ne peut pas se bloquer puisque le milieu est déjà enfoncé et que, c’est bien connu , une fois que le milieu est enfoncé, les côtés ne peuvent plus être bloqués.
Alors tu te re-penches (toujours agréable au niveau du ventre pour les plus petits d’entre nous) et tu tires sur la petite sangle du milieu.
Mais, bien entendu, quand on tire sur la petite sangle du milieu, les côtés s’affaissent et tu te retrouves avec une masse indistincte à tes pieds, avec un côté bloqué et l’autre complètement lâche et un nain qui braille parce qu’il est cuit.

C’est toujours à ce moment-là que quelqu’un te propose son aide.
C’est toujours à ce moment-là que quelqu’un à quelque chose à dire sur le lit parapluie.
« Ah c’est toujours la merde avec ces lits hein ? »
« Non, non, c’est très bien, ça marche tout seul »
« On ne dirait pas, tu galères là, tu as besoin d’aide ? »
« Non, je te dis, j’avais juste mal clipsé les côtés alors j’ai tout re-défait mais du coup je vais le remettre et ça va aller ».
« Ok, non mais c’est vrai que ça fait toujours penser à un sketch avec les parents qui s’engueulent pour monter un lit parapluie, c’est marrant ».
« Très, c'est hilarant»

Je te passe sur le repliage du lit, quand tu tires à nouveau sur la lanière du milieu et que tout tombe par terre. Quand il faut plier les côtés et que tous sont pliés sauf un. Et qu’il faut remonter le lit pour recommencer à le démonter proprement.
Puis, il faut rouler le matelas autour du lit, passer les scratchs dans les sangles et tirer fort. Pour le ranger dans son sac. Tout un art.
Que je pratique assez régulièrement, avec joie, allégresse et odeur de transpiration.
j'ai celui là. En rouge. Superbe.

Si tu veux voir une vidéo qui ressemble à nous tous :


Inutile de dire donc pourquoi, lorsque Mme Nuna m’a proposé de tester gracieusement leur dernier lit parapluie, j’ai dit oui.
Parce que nous trimballons les nains et que, très honnêtement, ce lit parapluie-enclume est un accessoire de puériculture dont je me serais bien passé.

Crash test du lit parapluie Sena de Nuna.

Au déballage, rien ne change par rapport à mon lit parapluie habituel.
Sac rouge Vs Sac noir.

Encombrement dans sac : similaire. Le Nuna est peut être un peu plus large et moins long, mais l’un dans l’autre, ça prend à peu près la même place dans la voiture




Ouverture du sac : j’ouvre le sac (qui fait très sac de camping) et j’attrape le lit. On m’a vendu ce lit en me disant « mais tu verras, il est super, il s’ouvre hyper facile ». Ok, j’ai donc Micronaine collée à sa place préférée (hanche gauche) et j’attrape le lit de l’autre main. Bon, d'une main, c'est pas encore facile. Je pose Micronaine. Mais effectivement, ça s'ouvre très simplement, on déplie, c'est tout. Et on appuie sur le truc du milieu comme pour tout lit parapluie. Pas la peine de bloquer les côtés, c'est tout.


Le lit est spacieux, plus carré que rectangle. Après vérification, il mesure : 78 cm de haut, 105 cm de large, 75 cm de profondeur.
Il peut aisément servir de parc (surtout qu’il possède un filet).  J’installe le matelas (très confort pour un lit parapluie car très rembourré) et je pose Micronaine dedans.
Le lit Sena dispose également d’un « hamac » pouvant accueillir un Micronain, hamac qui n’a pas besoin d’être démonté pour le repliage.


Micronaine a testé et validé ce lit en mode sieste = impeccable.
Pour le dépliage, sans souci, on enlève le matelas, on replie le tout sans forcer comme un bourrin sur les trucs qui ne veulent pas se plier (ou qui ne se plient qu’à moitié), on emballe et on range dans le sac comme un lit parapluie lambda.

et hop, on remballe!
L'intérêt de ce lit réside dans sa capacité à se déplier super rapidement ET à proposer un petit hamac spécial Micronain qui s'installe en un rien de temps (et n'a pas besoin d'être déplié pour se ranger).

La vidéo avec la nana qui fait tout bien est là (désolée, j'en avais fait une mais elle est trop lourde pour être chargée et je n'ai pas récupéré un ordi décent pour travailler les vidéos).



Pour le petit hamac spécial "j'ai un Micronain et je ne veux pas me casser le dos", il suffit d'installer un genre de bâche par dessus le lit, de l'accrocher aux coins et d'y déposer le matelas (après avoir inséré des tubes dans le matelas afin qu'il soit bien rigide).

insertion facile et sans s'énerver (rare)

c'est pas joli ça? (et sans transpi)




Points forts :
- Le look. Oui, soyons francs, le côté minimaliste et noir est tout de même plus chic que mon mauvais lit rouge vieillot. Encore que ça ne soit pas le plus important.

- La facilité d'ouverture. On évite ainsi d'être ridicule devant les invités prompts à la moquerie.

- Le fait de pouvoir le transformer très rapidement en lit parapluie pour Micronain (avec le hamac). Le matelas surelevé, c'est quand même bien pour ne pas se casser le dos.

 - Le matelas est vraiment confortable. Pas besoin donc d'acheter un autre matelas pour le confort de Sa Majesté du Micronain.

- Le rangement/repliage ultra-rapide. En trois secondes le lit est plié. On peut dégager vite de chez les amis si la soirée est nulle.

Inconvénients :

- Pas de véritable gain  au niveau du poids par rapport à autre lit parapluie. Étonnant pour un lit récent.

- L'encombrement reste tout de même conséquent, comme tout lit parapluie qui se respecte. On aurait pu imaginer un pliage encore plus compact avec un tel design.

- La taille du matelas ne te permets pas d'avoir un drap housse ajusté. Bon, perso, je m'en fiche, j'enrobe le truc d'un drap et zou. Mais sinon, il faut un truc sur-mesure.

- Le prix: 169 euros, trois fois le prix d'un lit parapluie basique. Achat à éviter si vous n'avez pas l'occasion de déplier souvent un lit parapluie. 

Conclusion: 
un lit très moderne, très design, très pratique, et très confortable. A conseiller si vous avez l'habitude (ou l'espoir) de trimballer vos nains partout.
En revanche, si vous n'utilisez pas de lit parapluie, prenez plutôt un basique moins cher (supermarché ou marque de magasins de puériculture).
Et si vous avez peu de place, préférez un lit parapluie plus compact car celui là prend quand même de la place (Baybjorn ou Phil and Teds).
De la même façon, il reste lourd donc si vous voulez un truc super léger, passez votre chemin

Pour finir, je dois avouer que le lit Sena de Nuna est un lit parapluie que j'ai plaisir à avoir car il s'installe très très rapidement et sans sueur. Possédant une grosse bagnole (ouais, je suis comme ça), le fait qu'il soit tout aussi encombrant qu'un autre lit ne me dérange pas, tout comme le fait qu'il pèse son poids.

Et toi? Tu as lequel?


Voilà

6 févr. 2012

Les 9 blogueurs planchent

Sur le suivi médical pendant la grossesse et je vous laisse découvrir ça par ici :



N'oublie pas que je suis chez les Babilleuses, aussi, pour les aventures du coussin Germain... :))

Bonne lecture et belle semaine.

3 févr. 2012

Je suis dans Biba. MAIS

Que les choses soient claires, je n'ai pas eu le droit de relire cet article.
Sinon, croyez moi, il ne serait pas paru comme ça.

Non, je ne gagne pas de 1000 à 1500 euros par mois. Non.
Et surtout pas avec mon blog. Les articles sponsorisés me permettent de rentrer un peu d'argent mais on est bien loin de la moitié de ce qui est annoncé. Je fais quelques piges pour des magazines et j'arrive à participer un peu aux nombreux frais qu'engendre une famille de trois enfants avec un crédit-maison-voiture et tout le toutim. Mais, à vrai dire, je gagne tellement bien ma vie avec mon blog que je reprends mon boulot d'instit' à la rentrée. C'est dire...

Mais ce n'est pas ça qui me fait mal au coeur quand je lis cet article, très tendance, très presse féminine, très "faux". Ce qui m'agace, c'est l'image que ça renvoie de moi.

Je n'ai jamais interviewé les gens pour "faire du buzz".
Je n'ai jamais calculé.
Je n'ai jamais fait les choses pour faire du "passage".
Je n'ai jamais pensé chiffres, statistiques. Pour tout vous dire, je ne les regarde jamais et ce n'est pas secret. Tout le monde y a accès, je m'en contrefiche. Si je faisais ça pour les stats et pour le fric, je collerais des bannières pubs et des vidéos payantes partout.

Ce n'est pas moi dans cet article, vraiment pas.
La preuve? Je suis une buse en référencement, je ne sais pas à quoi ça correspond et jamais je ne mets des mots clés pour être retrouvée sur Gougeul.
Je ne tiens pas de revue de presse, j'avais commencé mais ça me gave, je ne suis pas dans le "on parle de moi".
Je ne sais pas me vendre, je ne sais pas alpaguer le chaland, je ne veux pas de ça.


A vrai dire je m'en fous.

Je ne vais pas mentir, j'étais heureuse de gagner les Golden Blog, petite reconnaissance de mon travail, de mon style, de mon écriture et de notre communauté de parents qui essaient de prendre du recul et de rire.

Mais je ne suis pas people, je ne suis pas faite pour qu'on me regarde, je ne suis pas faite pour être sur un plateau télé ou dans un magazine. Je suis juste normale.

Oui, j'aimerais vivre de mon blog, parce qu'écrire est la seule chose qui compte (professionnellement parlant). Non, je ne suis pas une calculatrice/manipulatrice super hype qui se la raconte.

Je suis déçue parce que je voulais donner une image de moi qui soit différente de la blogueuse lambda qui fait ça pour le fric.

C'est raté.

Je suis désolée pour celles qui ont lu ce papier, ce n'est vraiment pas moi.
C'est dit. Désormais je vais décliner ce genre de propositions.
On est bien mieux hors de tout ça.
Ce n'est vraiment pas moi.

Pourquoi? Paskeeeeee


Ma vie est parfois comme un sketch. Avec, comme principaux éléments comiques:
Grand Nain, 4 ans et demi
et Moyen Nain, 3 ans.

Histoire de faire rire, les nains sont capables de tout.
De me mettre la honte, de raconter des trucs débiles, de dire « qu’est-ce qu’elle est grosse cette dame, on n’a pas de place » dans l’ascenseur, ou d’expliquer à qui veut l’entendre que « les garçons ont un zizi et les filles une zézette donc que moi j’ai un zizi et ma sœur une zézette ».GULP.


Côté running-gag, je note la montée en puissance du POURQUOI. Installé chez nous depuis les 2 ans et demi de Grand Nain, ce gag ne failli pas et reste indétrônable au box-office de la phrase énervante qui fait rire tout le monde sauf les parents (gavés).
Quelques exemples récents (mais tu les connais, tu as les mêmes nains en pestacle permanent chez toi. Sache que je me contente de retranscrire tel quel les propos nainesques :

Moyen Nain : Pourquoi les météorites elles ont tué les gentils dinosaures ?
Réponse du parent appliqué (et qui, comme un crétin, relance le débat) : On ne sait pas vraiment Moyen Nain, on suppose que ça peut être une pluie de météorites. Mais tu sais, ça peut être également un changement de climat, ou encore une maladie spéciale dinosaure qui les a tous fait mourir.

Réponse du parent qui sait qu’il ne faut surtout pas rentrer dans le truc : Bah, parce qu’il y avait trop de dinosaures et qu’il fallait laisser un peu de place aux mammouths et aux hommes.

Evidemment, à la suite de cette phrase, Moyen Nain surenchérit : Et pourquoi il fallait laisser de la place aux mammouths ? Et c’est comme des bisons les mammouths ??

Et, très dernièrement: 
Grand Nain : Maman, pourquoi les chats ont les pattes qui collent? Et pourquoi on ne peut pas s'échanger des paires de lunettes? Pourquoi il y a de la fumée qui sort de ma bouche?


Inspirés par ce genre de question super boulet, Vertbaudet a lancé une web série intitulée Paske. Des nains de 4 à 6 ans, filmés en train de raconter des trucs de nains.
Spontané, marrant, et vraiment très réaliste, c’est à voir sur Tr la page Facebook ainsi que sur la chaîne Youtube. Et franchement, c'est super (j'adore le "comment on fait des bébés").


Tu te demandes pourquoi j’enchaîne sur Vertbaudet ? Bonne question. PASKE !!
En parallèle de cette web série, Vertbaudet organise un concours vraiment rigolo. Tout comme le concours cartable dont j’avais parlé, il s’agit là encore d’un concours de dessin. Va falloir se magner parce que c’est jusqu’au 10 février (et tu sais comme moi qu’il faut coacher le nain pour qu’il fasse un joli dessin et pas un vieux gribouillage).Pour participer, il faut que le nain dessine: un papy, une mamie, un président, un ordinateur ou un masque de carnaval, qui apparaîtra peut être dans les prochains épisodes. Le concours est ouvert aux nains de 3 à 12 ans. 
Le dessin de Moyen Nain (c'est un président, tu vois bien, il a un pistolet) : 


Bon, ok, il n'est pas super doué, mais s'il tient ça de sa mère, ce n'est pas gagné.


Tu veux faire bosser le nain?
Il suffit de télécharger le gabarit et de renvoyer le dessin par courrier à vertbaudet (
http://vbdt.fr/gabaritpaske).
On gagne quoi?
Plein de coffrets cadeaux et des bons d'achat Vertbaudet (ce qui est pas mal quand même).


Tu peux cliquer sur l'image pour arriver sur  la page dédiée au concours.
Allez, fais jouer le nain, pour un fois qu'il est utile...



2 févr. 2012

Saforelle Miss - Contenu réservé au Grandes Naines

Billet indépendant rémunéré

Il n’y a pas si longtemps, je te proposais, chère lectrice amie de l’hygiène intime, un giveaway Saforelle histoire de réjouir quelques gygys.

C’est donc assez normal que je revienne sur le même thème afin de proposer aux Saforelle’s addict un soin lavant pour leurs adôrables Grandes Naines.
Et oui, même si j’avoue faire plutôt attention quant à la qualité du gel douche des nains, il arrive que je succombe à la tentation packaging et aux cris hystériques des nains qui croisent des flacons rouges avec du Flash Mac Queen dessus. En bref, parfois, j’achète du gel douche riche en odeur sirupeuse et exotique, qui me donne quelques hauts le coeur quand les nains se savonnent. Et qui ne doit pas être topissime niveau décapage de flore intime…

Quand il s’agit des nains, je fais tout de même attention à ce que j’achète, je prends systématiquement des produits sans paraben, sans trucs chimiques, sans savon, etc…
Et quand ma chère Micronaine sera en âge de se laver seule, je sais que je ferais tout autant attention à ce qu’elle acquière, comme ses frangins, les bons gestes.

Les bons gestes ? Bin oui, savoir se laver ce n’est pas si facile, savoir s’essuyer aux toilettes non plus (étape du « mamaaaan ??? J’ai-fini-tu-viens-m’essuyer ? » à passer avant toute chose).
Bref, il faut enseigner aux nains quelques règles d’hygiène si on ne veut pas se retrouver avec du nain crado et infecté par des trucs qui rôdent (genre bactéries beurk ou irritations gratt’gratt’).

Je n’ai pas encore de fille suffisamment âgée pour tester le nouveau Saforelle Miss et c’est la raison pour laquelle j’ai demandé à une maman, Hélène, de le faire pour moi. Elle a donc reçu son petit flacon pour tester l’efficacité de ce produit conçu pour la toilette intime des petites filles à partir de 4 ans.
Hélène, adorable maman lectrice, a une Grande Naine de 6 ans qui a déjà été sujette à des démangeaisons, à des “ça grattouille maman”. Gloups. Ces irritations sont normales (à ne pas confondre avec l’amie Cose, hein) et dues à quelques petites erreurs en matière d’hygiène.



Et oui, on ne sait pas toujours quoi faire, et même si on apprend à nos nains les règles élémentaires de l’hygiène, force est de constater qu’ils ne retiennent pas grand chose.

Si à l’école le nain va obligatoirement se laver les mains après être passé aux toilettes, j’avoue qu’à la maison, ce n’est pas toujours le cas. Je n’ose pas imaginer ce que les Experts découvriraient comme substance toxique sur le bateau Pirate.

Pour les petites filles, plus sensibles encore que nous, il existe des règles basiques pour l’hygiène intime. Du genre, on ne se lave pas les fesses avec un gant de toilette qui traîne partout et qui est un véritable nid à microbes. Gant de toilette? Biiiiih.

Regardez ces bons conseils :



Émeline a donc reçu son petit flacon de Saforelle Miss qu’elle a testé pour vous.
Enfin, comme toute lectrice professionnelle, elle l’a fait tester à sa Grande Naine. Sympa quand même. Et voilà mon questionnaire-test-bilan que je lui ai adressé :


- Merci Émeline d’avoir pris le temps de tester le Saforelle Miss pour moi. Mes nains sont couillus et Micronaine passe son bain à essayer de rogner le tuyau de douche, elle n’est pas donc un agent optimal pour un tel test. Alors, raconte nous!

- Alors, j’ai fait mon test très sérieusement et Grande Naine aussi. Elle a six ans donc sait se laver seule et a tellement adoré le flacon pompe du produit que ça a été plutôt facile de la soumettre au test. Oui, ne dites rien, ma fille est très sensible aux emballages, elle me fait acheter des goûters Winxs.
Le flacon est pratique, en pompe, ce qui délivre juste la quantité de produit nécessaire. Pas de risque de faire tomber tout le contenu de la bouteille dans le bain comme ça s’est déjà produit.

- Côté substance, odeur? Tu en dis quoi? Et ta fille, elle aime ou trouve que ça ne sent pas assez l’exotique?

Niveau parfum, on est assez proche du Saforelle classique puisque le produit est composé de Bardane (qu’on retrouve dans le Saforelle adulte). On y trouve également des extraits de guimauve officinale (mais très honnêtement, ça ne sent pas la guimauve) et en plus, une petite odeur de Grenade qui donne un côté un peu fruité (mais très léger) sans être écoeurant.
Bref, un gel lavant agréable. Ce n’est pas une mousse, c’est une base lavante et au final ce n’est pas plus mal car, au moins, elle a l’impression d’avoir du produit dans la main et ne se ressert pas dix fois.

- Son avis à elle?

- Bon, sans rentrer dans les détails, ma puce a trouvé ça surtout chouette d’avoir un flacon rien qu’à elle. Son grand frère ayant interdiction d’y toucher, elle a pu frimer comme il fallait.
Du coup, elle n’oublie jamais de se laver avec le soir et le range avec précaution (je crois qu’elle le cache même).

Je lui ai appris à bien se sécher (sans frotter comme une dératée) et ça nous a même permis de papoter un peu de tout ça (enfin, pas trop, il faut en garder pour la suite!).
Depuis, pas de souci de grattage, ni de rougeurs (bon, ça fait seulement une semaine mais c’est vrai qu’elle est souvent en train de dire que ça la démange).
Et puis un côté “connivence”, du je-fais-comme-maman qui nous rapproche.

Merci donc, et à conseiller aux mamans dont les petites filles sont sujettes aux irritations! Le produit peut s'acheter en pharmacie ou parapharmacie (voire en ligne), c'est le seul truc à savoir avant d'agresser le vendeur de chez Carrouf.

Si vous voulez en savoir plus sur Saforelle Miss, cliquez ici.


Et si vous voulez gagner un cadal hygiénique, ne bougez pas, c’est là !

En partenariat avec Mamanstestent,
Saforelle Miss vous offre trois flacons. Oui, c’est généreux, donc tentez votre chance, c'est le nain qui fera le colis en plus.

Pour participer, rien de plus facile: un petit commentaire ci dessous (et de quoi vous identifier si vous gagnez).







Les trois gagnantes sont :


Maman chouette, super naine et micro naine hibou (je crois que le mot hibou a fait tilt chez Random)
Buffette 
Blandine et ses boulets (qui a bien fait de réclamer le tirage au sort donc...)

1 févr. 2012

L'hosto et moi

Une grande histoire d'amour.
J'y ai passé du temps à l'hôpital.

Petite, comme tout le monde, pour des otites à la con, pour des amygdales, pour des radios et des scanners. Un petit peu plus que tout le monde quand on m'a diagnostiqué un truc pas super glop et que j'ai du être suivie, longtemps, et hospitalisée, un moment.
 L'hosto et ses chambres, ses odeurs qui me ramènent vingt ans en arrière, môme terrorisé en réanimation, ses longs couloirs, ses visites et ses plateaux-repas.


L'hôpital, pour toutes ces raisons, pour conjurer le sort, j'ai choisi d'y accoucher. Par conviction, par principe. Je n'ai pas regretté. Nouvelles vies, nouveaux bébés, nouvelles évidences. Et puis j'y retourne, de temps à autre. Pour une chute, un front ouvert ou une bronchiolite qui nous oblige à partager des nuits sur un fauteuil. J'y ai toujours reçu des réponses, je n'ai jamais eu à râler, à me plaindre ou à regretter quoi que ce soit.

C'est la raison pour laquelle, samedi 11 février, j'irai à l'inauguration de la nouvelle maternité de Port-Royal. Il s'agira d'une visite très privée des locaux avant l’ouverture, à laquelle sont conviées blogueurs et journalistes. Seront présents le Professeur Cabrol, Chef de la Maternité, et ses équipes, ainsi que les architectes à l’origine du bâtiment Patrick Berger et Jacques Anziutti, qui répondront aux questions des participants.

Ça vous branche de venir avec moi??

Le but est de visiter, de découvrir une maternité remise à neuf dans un esprit de rencontre mère-enfant facilitée par un environnement pensé pour la maman. Des chambres individuelles avec tout ce qu'il faut dans les chambres pour gérer Micronain sans s'en séparer (on pourrait nous le piquer), un espace de vie zen et agréable, bref, tout a été fait pour que le séjour à la maternité se passe au mieux.
Et, à mon sens, c'est l'essentiel.
Ces premiers jours sont parfois si éprouvants, si difficiles et si différents de ce que l'on imaginait, qu'il me semble important d'être accueillie, d'être choyée et d'être dans les meilleures conditions possibles.

Voilà, j'ai envie de découvrir ça, donc j'y vais.
J'ai le droit (hiiii) d'emmener deux lectrices/lecteurs. Evidemment, c'est à Paris.

J'attends vos mails à mamanstestent @gmail.com si jamais ça vous branche de venir avec moi, c'est de 11h à 13h environ, et ça risque d'être chouette. Je ne ferais pas de tirage au sort hein, mais dites moi pourquoi ça vous branche et j'essaierai de faire au mieux. Sachant que je vous y emmènerais bien tous!

31 janv. 2012

Un livre? Un éditeur?

Ça fait plusieurs jours que je veux vous en parler.
Non, je n'ai rien signé. Parce que, comme vous avez pu le lire sur Facebook ou Twitter, le mot "nain" dérange les éditeurs. Beaucoup. Et que je n'ai pas l'intention de le lâcher comme ça, parce qu'il correspond à ce que je suis. Question de principes.

J'ai donc réfléchi (oui, ça m'arrive, avec les quelques neurones qui ont survécu à mes trois andouilles), et j'ai pris une décision livresque importante.
Non, je ne ferai pas un Mamanstestent edulcoré. Non, je ne mettrai pas "môme" ou "chiard" à la place de mes tendres nains.
Je garde de côté ce projet de chroniques parentales, en espérant trouver preneur (un jour).

Mais, parce qu'écrire un bouquin c'est tout ce dont je rêve, j'ai décidé de faire une chose que j'aime énormément (à part les tests et les chroniques) : les enquêtes pseudo sociologiques (ou comment se donner l'air important alors qu'on ne l'est pas).
J'avais fait un article sur les papas sans péri et je suis (encore) en train de rédiger un papier sur "devenir père" (publication la semaine prochaine).
Grâce aux nombreux témoignages, j'ai pu ainsi dresser un tableau de ce que les pères sont, de comment ils le sont devenus et de ce qu'ils regrettent, de ce qu'ils souhaitent, et de ce qui les fait vibrer. Et ça m'a plu de vous lire, et ça m'a plus d'écrire ce que vous êtes, ce qu'ils sont.

Forte de ce constat, je pense donc orienter mon bouquin en ce sens.
Ecrire à "votre place", raconter vos vécus, vos anecdotes, vos astuces. Mélanger du moi et du vous.
Raconter comment nous faisons, comment VOUS faites, comment nous survivons tous ensemble, comment nous aimons nos enfants, comment nous vivons avec eux.


A cet effet, j'ai créé un groupe Facebook qui porte le nom de mon projet de livre, et des sujets seront lancés sur le forum du Nain. Ce groupe est fermé mais si vous désirez l'intégrer, il suffit d'en faire la demande.
Le but? Recenser les pratiques parentales en matière de sommeil, d'alimentation, d'éveil et d'éducation. Comment vous gérez (ou pas)? Où sortez vous? Comment réussissez vous à endormir un nain fourbe? ...

Voilà le genre de questions que je vais vous poser, ou que vous pouvez vous poser entre vous.

Mon bouquin, que j'ai déjà chapitré (héhéhé), essaiera de décrire la vraie réalité parentale et d'y adjoindre des morceaux de vous. Des témoignages et des solutions "miracles", mille petites choses, et des réponses aux questions les plus débiles.
En gros, ce que je voudrais, c'est qu'on puisse retrouver dans ce livre l'esprit qui existe dans le blog: partage de techniques (parfois fourbes) et assurance que ce n'est pas mieux (ou pire) chez les autres.

Par exemple, dans le chapitre sommeil, vous pourrez retrouver un récit de la vérité vraie du sommeil chez tout le monde (sauf Wondermaman) puis des astuces, des vécus, des anecdotes de chez vous. Ainsi que des conseils, des chansons magiques qui endorment les enfants, etc... (on peut rêver).

Je ne sais pas si j'ai été très claire mais, en fait, tout ce que nous allons partager servira à d'autres parents, je l'espère. Histoire de recréer sur papier ce qu'on vient chercher sur la toile.
Histoire de partager et d'être solidaires.
De rire ensemble et de trouver du réconfort.
De s'aider, tout simplement.
Avec une ambiance chouette en plus.

Bien évidemment, vous n'êtes pas obligés de participer.
Si vous le faites, vous pourrez donc être cités dans livre (et si vous souhaitez participer tout en restant anonyme, faites le moi savoir).

J'aimerais que ça marche, parce que je trouve que c'est essentiel d'avoir ce lien entre nous.
Et que j'ai trouvé avec vous une solidarité parentale comme je ne pensais jamais en trouver. Au delà de nos choix, au delà de nos différences en matière d'éducation.
J'aimerais pouvoir inscrire vos noms dans la page "MERCI - MERCI- JE VOUS AI DIT MERCI??".



25 janv. 2012

Test et avis : la poussette MIMA XARI (ou comment Micronaine est trendy fashion)


J’avoue, je ne sais pas résister à l’appel du test, c’est plus fort que moi.
Quand Madame Mima m’a proposé de tester une nouvelle poussette super top, super hype et super nouvelle, j’ai réfléchi.

Au départ je me suis dit « nan Marie, sois raisonnable. Tu as déjà une poussette tank (Trophy de Bébé confort) pour chez Mamie, un cadavre de Quinny aux pneus crevés dans la cave, une poussette canne (Boogy de Babymoov) pour le quotidien et une poussette double (Joovy) pour les boulets qui veulent faire les feignasses ».
Et puis j’ai vu la poussette: 


Et j’ai juste dit « Oui ».
Parce que, avouons-le, avoir une poussette design, c’était un peu mon rêve. Ma première poussette tank (mon trio qui pèse lours) était une Quinny Buzz qui, bien que très chouette, n’a pas résisté aux deux premiers nains et à notre conduite sportive sur chemins terreux. J’avais donc acheté pour Micronaine un vieux châssis de Trophy sur le bon coin histoire de pouvoir clipser cosy et nacelle Quinny dessus.

Je ne sais pas vous, mais moi, les poussettes, ça me rend dingue. C’est couillon hein ? On va rapprocher ça d’une passion mâlesque pour les voitures. Je suis une vraie débile avec les poussettes. Genre je regarde la maniabilité, la taille des poignées, la rotations des roues et la réactivité du frein. Je ne vous parle même pas du test de l’assise ou encore du pliage ultra-rapide. Je ne peux pas m’en empêcher, les poussettes, c’est mon kiff.

Donc, voilà, petit caprice luxueux du jour, la poussette Mima Xari.
Parent qui veut faire des économies, passe ton chemin, que les choses soient claires, le principal inconvénient de cette poussette, c’est le prix (795 euros).
Mais bon, ce n’est pas parce qu’on est au régime qu’on ne peut pas regarder le menu, je te propose donc un test made in Marie (assistée de sa fidèle Micronaine testeuse pour l’occasion).



Reçue à 13h, la poussette est extraite de son carton et montée par mes soins en 17 minutes chrono.
Je me suis juste pincée le doigt en essayant de mettre la roue, bon, ça c’est mon côté boulet.
Quelques difficultés à comprendre comment on intègre le coussin au hamac mais ensuite, aucun souci (il faut dire que je commence à maîtriser grave).

Alors, sinon, voilà l’intérêt suprême de cette poussette :



ou (si tu n'as pas le temps de mater la vidéo) :
en gros, tu as hamac ET nacelle dans la même poussette

Magique non ? Il y a une nacelle cachée dans l'oeuf. FOU non?
Oui, bon moi ça m’épate.

Le Mâle te dira : « bin, il suffit d’enlever la nacelle et de mettre le hamac »
Mais moi je trouve ça génial. Déjà parce que, pour Micronaine, je ne pouvais pas la promener en nacelle. Elle était en cosy tout le temps puisque je n’allais pas me trimballer cosy pour la voiture + attaches cosy pour la poussette + nacelle + attaches nacelle pour la poussette.
Ensuite parce que, disposant de deux grands en sièges totos, il était hors de question pour moi d’installer une nacelle en plus dans mon Kangou (qui n’est pas un Traffic, je te le rappelle).
Alors là, je trouve que ce côté « nacelle intégrée » c’est le top.



L’autre jour, j’étais chez des amis qui viennent d’avoir un tout petit et j’avais ma poussette dans le coffre. Ni une, ni deux, nous sommes partis en balade, j’ai juste eu à dézipper le siège tout-confort de Micronaine pour laisser la place à son petit camarade Lilliputien.

on peut y adapter des cosys mais ça fait moins design :)

Et de retour à la maison, rezippage et adieu la nacelle. J’y peux rien, je kiffe. C’est mon côté gadget.
Le guidon se monte et s’abaisse sur trois niveaux (le nain peut donc conduire la poussette) et tous les éléments s’enlèvent très facilement (et se remettent très facilement aussi) si tu as besoin de la démonter pour un transport.
Bon, avouons-le, LE gros point positif de cette poussette, au-delà de la nacelle intégrée, c’est également son pliage ultra-facile. En quinze secondes, elle est repliée et ne prend vraiment pas de place pour une poussette premier âge.

elle rentre dans le coffre d'une twingo

En résumé, tu peux éventuellement te dispenser d'acheter un cosy et prendre juste un siège auto 0+/1 qui va de la naissance à 3 ans (environ).
Et oui, le nain va dans le siège auto dans la voiture puis transite dans la nacelle (et ensuite dans le hamac).
Seul inconvénient, si le nain s'endort dans le siège auto, il  a de grandes chances que tu le réveilles en le transbahutant dans la nacelle.
Mais bon, un nain en position allongée se rendort vite, surtout s'il a un esclave pour le pousser.

Son poids ?
Alors comparé à ma poussette canne, oui, c’est plus lourd (faut pas rêver) mais si j’établis un tableau comparatif des poids de mes autres poussettes, bah, on est pas mal. On est aux alentours de 11 kilos. Une Micronaine presque.

Le freinage ?
Un seul gros frein qui fonctionne très bien, aucun souci là-dessus et il est suffisamment gros pour ne pas le rater et pour ne pas s’abîmer le dessus de la bottine à essayer de l’ôter.
d'ailleurs je ne porte pas de bottines pour mes tests


Maniabilité ?
Excellente. Plus maniable que ma poussette canne.
La taille des roues y est pour beaucoup. Grand Nain (qui promet d’être un addict du test-produit) a emmené sa sœur jusqu’à son école sans aide de ma part (sauf pour un trottoir) donc je pense qu'on peut dire que la maniabilité est parfaite. Surtout pour ce type de poussette avec lequel il faut viser pour passer les portes des magasins. Grâce aux roues assez grosses, la poussette se manie donc d'une main (pour l'adulte), ce qui est très pratique pour téléphoner de l'autre, ou tenir la main de Moyen Nain qui râle (c'est un nain).

Encombrement ?
Ne rêvons pas, il s’agit d’une poussette premier âge donc rien de comparable avec une poussette canne. La largeur est correcte et le fait qu’elle soit haute lui donne un aspect plutôt fluide, une coupe aérodynamique qui fait oublier sa taille. Pliée, elle rentre dans un tout petit coffre, elle prend très peu de place comparée aux autres poussettes tank que j'ai pu tester. 

Rangements ?
Deux paniers, pas immenses certes, mais fermés. Ce qui a son intérêt quand il pleut ou quand on veut y planquer ses clés ou son portable. On aurait envie de voir un porte sac à langer ou un panier plus large, voire des rangements pour parents à accrocher sur le guidon. Voire un porte-café (dit la maman accro).



Les roues ?
Increvables. C’est pour moi un argument de poids. La Quinny ayant eu les deux pneus crevés, à 35 euros la roue (car irréparables avec rustines), nous en avons eu pour moins cher de châssis d’occasion. Elles sont d’une taille qui permet une large maniabilité et ne risquent pas de nous lâcher en route. Ouf.

Et l’assise ?
Très confortable et super cocoon. La forme d’œuf permet à l’enfant d’être vraiment confort.
On peut choisir la position face à la mère ou face à la route, au choix. Micronaine adore, elle est pile en face de moi et on papote. L’assise haute permet une intéraction avec l’enfant, ce n’est pas négligeable. Et puis il n’est pas au ras de voitures, ça fait plaisir également.
En revanche elle n’est pas très large ce qui fait que Moyen Nain, bientôt 3 ans, ne rentre pas dedans.
A conseiller jusque 2 ans si votre nain est de gabarit normal.

On peut mettre le hamac face à nous, ou face à la route, je trouve ça bien, ce n'est pas toujours le cas (de plus en plus, certes, mais pas toujours).

Et le look ?
Bin, oui, ne le cachons pas, quand on achète ce genre de poussette c’est surtout pour le style.
Plus lookée que la poussette tank habituelle, la Mima Xari a un petit air futuriste qui me plaît. On dirait un œuf argenté à roulette et Micronaine et moi sommes assez fières d’arborer cet accessoire mode à la sortie de l’école.

Il faut maintenant que j'adopte un vrai look plutôt que ce look Multi-débordée


Les inconvénients ?
Il en faut dans tout bon test.
Le prix me semble être l’inconvénient maximal de ce produit. Presque huit cents euros pour une poussette c’est cher, très cher, même si, à l'achat, on a nacelle et hamac.
On achète cette poussette pour le côté stylé, pour le look et pour l’innovation nacelle inclue qui permet de n’acheter qu’un siège auto 0+/1 pour la voiture.
Elle ne s’utilise que jusqu’à 2 ans à mon avis et on aurait aimé trouver une petite planche pour un aîné, puisque cette poussette, compte tenu de son exceptionnelle solidité (notons-le) pourra faire plusieurs nains et rester en excellent état. Après prise de renseignements, on peut adjoindre à la poussette la planche Buggyborard, mais, effectivement, à ce prix là, je pense que ça pourrait être inclus. Tout comme un chouette sac à langer miniature (type premier secours).


Conclusion du crash-test :
Sincèrement, cette poussette est superbe. Elle est classe, stylée et il n’y a rien à redire sur la qualité, solidité, maniabilité et encombrement. Tous les éléments s'installent et se démontent à la vitesse grand V et elle est hyper simple d'utilisation. Du vrai bon matériel.

En revanche, je trouve que le prix est vraiment trop élevé, à moins que ce soit un achat coup de cœur pour un premier nain (et tout en sachant qu’on va en avoir d’autres ou qu’on pourra prêter cette poussette).
Bon, en même temps, si c’est belle-maman qui offre la première poussette de l’héritier de son petit-fils/sa petite-fille que c'est SON bébé, on ne va pas se gêner…



Ndlr : De la même marque, je vous invite à voir la poussette simple/double Kobi  : qui est super chouette (qui me fait un peu penser à la Phil & Teds en plus design) et qui, à mon sens est l’idéale pour des enfants rapprochés par exemple (si on excepte ma Joovy d’amour).
Bon, le nain du dessous a une vision un peu moins chouette que le nain du dessus. Faudra alterner :)


23 janv. 2012

Le maillot de la honte - à la demande générale

en hommage à la collerette de la honte...


Le vendredi, c'est la course.
Les nains sortent à 16h15 de l'école.
Inutile de te dire qu'à 16h12, je suis encore chez moi, que je colle deux compotes à boire et un paquet de Petits Ecoliers dans mon sac à nain et que je dégage très rapidement.

Note du toutou: en règle générale, ma chère maîtresse, dans sa précipitation (et sa peur de se faire pourrir par l'instit') oublie de fermer la porte de sa chambre. Ce qui me permet de m'étaler de tous mes poils sur sa mirifique couette blanche à pois gris. A la place du maître bien sur. Quand il rentre, c'est tout chaud et j'ai les oreilles basses dans le couloir, l'air suspect.


Je bondis dans ma poubelle mon Kangou et je roule jusqu'à l'école (une minute en voiture). Je n'y vais pas à pied le vendredi (je te vois venir maman écolo) car je dois de suite foncer chercher Micronaine.
Les nains sont récupérés, ils montent dans la voiture (en râlant, ce sont des nains) et s'installent dans leurs sièges. Généralement, il pleut et ils écrasent de leurs chaussures humides tout ce qui peut traîner dans ma voiture. Bonnets, écharpes, vieux numéros d'Infocrèche empruntés à la crèche, restes de goûter, jouets, etc...

Pendant qu'ils râlent en demandant ce qu'on goûte, je tente désespérément de les attacher (sous la pluie battante) dans leurs sièges.

Note de la Kangou: fallait pas faire des nains si rapprochés, ma banquette arrière peut contenir trois sièges autos, certes, mais à condition d'y laisser la peau de la main en clipsant les ceintures. C'est dit, fallait prendre un Traffic plutôt.

Ça y est, ils sont installés, je suis trempée et tous les parents sont partis. Je suis seule sur le parking de l'école. Étonnant.

Je donne les paquets entrouverts de gâteaux et je démarre.
La route n'est pas très longue mais suffisamment pour anéantir ma zénitude. Les "Pourquoi???" s'enchaînent en double (oui, Moyen Nain aime bien répéter ce que dit Grand Nain) et les "Z'ai fait tomber mon gâteau" (en hurlant) me maintiennent dans un état légèrement tendu du slip.

Nous arrivons tant bien que mal à la crèche.
Les nains descendent (avec mal) et foncent à l'entrée. On sonne, on entre, on dit "BONZOUR", et on va chercher Micronaine. Avant, on enfile donc six-surchaussures. Micronaine tombe de joie (oui, elle croit qu'elle sait marcher mais pas encore ma poulette) et chouine de bonheur.

On papote, on papote (enfin surtout moi, les nains se contentant de jouer avec les jeux pour Micronains) et on prend le chemin du retour.
Enlevage des surchaussures, "on dit AUREVOIR les nains" et on s'installe tous dans le Kangou.

Les trois sont (enfin) sanglés, je meurs de sueur, ça coule dans mon dos (et ça ne fait pas mincir du ventre).

Je démarre et le retour bruyant commence.
C'est long, très long, une demi-heure de voiture en vase clos avec trois maboules-pipelettes.
Le grand me pose des questions existentielles sur la guerre et le pourquoi de la disparition des mammouths.
Le moyen répète les questions existentielles de son frère et chouine qu'il a encore faim.
La petite, fatiguée de sa journée, crie dans les aigus et essaie d'attraper les cheveux de son frère (qui hurle).

Zenitude.
Je roule, chantonne et me retourne pour râler aux feux rouges.
- C'est vert!!!
- Bin non, t'es nouille Grand Nain.
- Je te dis ça parce que le petit bonhomme est passé au rouge alors ça veut dire que ton feu va bientôt passer au vert.
- Ah ouais.
- Maman? Zé kekchoz à te dire.
- Oui Moyen Nain.
- Ze me sens pas crès bien
- Qu'est ce qu'il y a ?
- Zé mal au ventre
- En même temps tu viens de manger huit petits écoliers.
- Zé encore faim (il chouine)
- Non, on rentre et on mange tôt, ce soir c'est piscine.

Il pleure.
Il rote.
Son frère rigole comme un bossu.
Moyen Nain, lui, s'auto-congratule : "Classe".

On roule et on arrive enfin à la maison. Tout le monde sort, on monte et on enlève les manteaux (au milieu du couloir).
Il est 17h45.
On repart dans moins d'une heure.
Le Mâle arrive, prend le relais avec Micronaine et je fais manger ceux qui ont le courage d'aller dans l'eau.

Note de moi-même: Moyen Nain trouve qu'apprendre à nager c'est "bien mais pas top". Il préfère zouer et faire le fou et ne trouve pas ça très passionnant de faire des exercices. Il décline donc souvent l'activité piscine. Je me retrouve donc toute seule avec Grand Nain. Ce qui m'arrange puisque Moyen Nain met encore son slip sur la tête pour me faire rire dans la cabine (ce qui ralentit considérablement la préparation des nains).

18h35: Il est temps de partir. Grand Nain a mangé son oeuf sur le plat (nouvelle lubie du nain) avec ses mougnettes (appellation d'origine nain) et est prêt pour repartir (et me parler tout le trajet maison/piscine).

Evidemment, la piscine est à côté de la crèche, ce qui m'exaspère assez, ou comment je fais deux fois le même trajet en moins de deux heures.
La route est un intense moment d'échange entre moi même et Grand Nain, sur des sujets philosophique (pourquoi on ne peut pas toujours faire ce qu'on veut surtout quand on dit qu'il faut partir à la piscine bordel de zut), ou les dernières sorties ciné (on irait pas se voir Happy Feet 2 nous?). Bref, il PARLE. Il veut que je lui raconte pour la trente millième fois "les bêtises que je faisais quand j'étais petite" alors j'essaie d'inventer des trucs pas trop dangereux histoire qu'il ne fasse pas des trucs de maboule.

Vendredi dernier, nous sommes donc arrivés à la piscine à 19h. Oui, parce que normalement c'est 18h50 mais arriver à l'heure avec un nain, c'est impossible.
Nous arrivons et nous retrouvons nos deux compères de piscine: Mamie Chéwi et Marie, qui viennent faire une petite heure d'aqua-gym-repousse-cellulite pendant que le nain s'agrippe à sa frite géante en battant des pieds.

D'habitude, le sac de piscine est fait par Mamie Chéwi qui arrive avant moi et qui gère tout ça (pro de l'organisation). Ce vendredi, c'était moi.

Nous entrons dans la cabine de 1m² et le nain se met direct tout nu. Ses vêtements sont jetés au sol, ça tombe bien, c'était humide, maintenant c'est tout sec.

Je sors son maillot. Il l'enfile (à l'envers).
Je sors le mien. Qui n'est pas là.
Mais si. Il est forcément là. Coincé entre les deux serviettes. Dans la petite pochette sur le côté.
PUTAIN DITES MOI QU'IL EST LA!!!
Et bien non.
J'ai beau retourner tout le sac, il n'est pas là.
J'ai les larmes aux yeux (nervous break down, surmenage, toussa) et je re-fouille encore et encore.

- Maman?
- Groumpf...quoi le nain?
- T'es pas en maillot?
- Bin non je ne suis pas en maillot, je ne l'ai pas mon maillot, c'est pas possible ça, je n'ai pas MON maillot. Il y a quatre maillots de bain de nain et il n'y a pas MON maillot.
- Prends le mien maman.
- T'es mignon chaton, je peux même pas le mettre en brassard ton maillot...je suis foutue...
- Tu peux pas faire tes exercices?
- Non, je ne peux pas, je cours toute la journée, j'en peux plus, j'ai préparé ce sac pourtant, c'est pas possible, j'ai tout remis, j'en suis certaine merde.
- T'as dit un gros mot.
- Oui, bon, toi, mets tes chaussettes dans tes godasses, moi je vais voir la dame pour qu'elle m'en prête un.
- La dame de quoi?
- Du début de la piscine, celle qui donne les billets.
- Elle donne des maillots aussi?
- Non, elle prête ceux que les gens ont oubliés.
- Pourquoi ils les oublient les gens?
- Parce qu'ils sont encore pires que maman mon chéri.

Je fais marche arrière, je me contorsionne pour passer le tourniquet de l'entrée (ridicule) et je frappe donc lamentablement à la vitre de l'accueil :
- Re bonsoir (hin hin - rire gêné) je viens parce que bêtement (c'est le mot) j'ai oublié mon maillot à la maison, si jamais vous en aviez un à me prêter...
- QUELLE TAILLE? (merci pour le petit haut parleur qui rend public toute conversation un tant soi peu privée)
- Heu...(chut) ...disons 42 (un bon 42) pour un maillot faut viser large (hin hin), c'est con, c'est la première fois que je l'oublie, en plus j'en ai un très bien, un body sculpt, vous savez, un qui affine un peu...
- VOILA, j'ai que ça en 42 sinon c'est 38, ça n'irait pas 38 je pense?
- Non, merci, ça va très bien.



J'embarque le morceau de Lycra de couleur indistincte et je file vers les cabines où le nain m'attend, en slip de bain.
- C'est quoi?
- Un maillot chéri
- Ah?
- On ne dit rien. Tu mets ton bonnet et tes lunettes et tu dis à mamie qui tambourine à la porte que j'arrive

Et là, j'ai enfilé la chose.
La loque, la serpillère.

Et je suis sortie, drapée dans ma dignité serviette.
J'ai rangé l'air de rien mes affaires.
J'ai marché jusqu'au banc avec le nain, je l'ai douché et il a plongé avec ses copains dans l'eau.
J'ai pris ma douche et contemplé l'ampleur des dégâts.

- Ah ouais quand même. On voit un peu quand même non? Maman? Marie?
- Heu...un peu les seins et le ventre devant...
- Ouais, un peu. La raie derrière aussi...
- Hou putain...

J'ai donc couru (mais pas trop vite) vers le bassin d'aquagym. Sous le regard eberlué de Miss Bikini-Blanc avec fermeture ventrale et push-up nichons.
Sous le regard éberlué du maître nageur qui n'avait jamais vu un maillot vintage.
Une toile de tente ça s'appelle mon chou.
Adieu féminité, adieu self-esteem et bonjour honte. Il y a des moments dans la vie où on voudrait juste pouvoir mettre sur pause. Ou partir.
déjà que le bonnet de bain, c'est la louze...


J'ai fait toute ma séance sans trop sortir le buste de l'eau, sentant juste le tissu se détendre encore plus autour de moi. Ce coloris vomi n'était pas du plus bel effet, avouons-le.
J'ai vu la fin du cours arriver avec soulagement. J'ai couru jusqu'à ma serviette, passant devant Miss Bikini.
J'ai enlevé la loque. Je l'ai rendu à la dame de l'accueil avec un "Merci" (plus jamais).
Je suis rentrée avec un nain fatigué (mais tout aussi bavard) qui s'est empiffré de monster munchs tout le trajet du retour (en parlant en plus, il est exceptionnel).

Et j'ai retrouvé mon maillot dans le fond du sèche linge.
Surmenage.

19 janv. 2012

Les gagnants du zour


Il est l'heure de donner le nom des gagnant(e)s

Pour le livre "Clémentine et le Graoully" dédicacé, il arrivera dans un joli colis made in Le Nain chez Joëlle & Clem!!


Quant à la centrale vapeur Philips, c'est avec cette ode tirée au sort par Rand'Homme, que RICKY la . Ricky, si tu es un homme, bravo car tu as déclaré : J'aime le repassage. J'attends tes coordonnées par mail (et la preuve en photo que tu repasses, gniark)  :

"1000 Grâces à toi ! Mon fer chéri,
Depuis que tu es entré dans ma vie,
Tu descends mes pile de vêtements,
Quelles que soient les propriétés délicates de leur filaments.
Quand les tissus s'amassent,
Que les faux plis paraissent,
C'est avec mon vaporeux que je les caresse,
Et du plateau de son sabot je les masse"




BRAVO!


Bientôt encore du cadal. 
Et de l'artikeul. Je me dépêche d'écrire. Promis.


17 janv. 2012

ENCORE un blog???

Oui, mais cette fois, je ne suis pas seule.
D'ailleurs, soyons très honnête, le "gros" du boulot a été fait par ma copine blogueuse Juliette, de Je veux un bébé.

J'avais rédigé, il y a quelques temps de cela, un article sur les menus-mensonges qu'on peut faire au nain.

Lorsque Juliette, m'a proposé de mettre en image les pires mensonges parentaux, ça a fait tilt, j'ai ressorti cet article, j'ai retravaillé un peu les textes et zou, c'était parti.

Un blog qui reprend en image les petite améliorations du quotidien, les petites négociations avec la vie faites par les parents.

Du "Si si, le manège ferme (en pleine après-midi)" pour en partir sans crises de larmes au "c'est interdit de sortir en costume de Spiderman dans la rue sinon la police nous arrête"...nous avons essayé de passer en revue quelques bons petits mensonges.

Histoire de vous faire rire, histoire de vous montrer que nous faisons tous pareil.

Bien entendu, c'est mignon, bien entendu, c'est gentil, il ne s'agit pas d'arnaquer (de trop) le nain.

Clique pour aller sur le site...Feignasse...



Et, parce que nous souhaitons que ce blog soit participatif, il vous est proposé de partager avec nous et avec  notre siouperbe public, un de vos pires mensonges.

Le PIRE du pire, le plus drôle, le plus original....sera choisi par nous-mêmes et mis en image par Juliette (et le texte sera un peu retravaillé par ma pomme).

Tous les quinze jours, un délit mensonger sera publié, avec votre petit nom. Afin d'assumer complètement votre fourberie parentale!!

Allez y faire un tour, je crois qu'on a fait un truc assez chouette. Humblement hein...

13 janv. 2012

Test et avis (et cadal) - Centrale vapeur PerfectCare de Philips

Je lis Causette.
Mon Mâle fait le ménage.
Mes nains ont des poupées et Micronaine rogne des bagnoles.
Je n'ai absolument aucune idée préconçue sur le partage des tâches.
Je suis outrée par tout ce qui peut reléguer la femme où elle n'a pas lieu d'être (au fin fond de sa cuisine, cloîtrée chez elle ou à un poste inférieur à ses réelles compétences).

Mais.
Je repasse.
Ce n'est pas faute d'avoir tenté de déléguer cette tâche au Mâle, crois-moi.
Il le fait, certes. Mais moins vite et moins bien (sauf les torchons, ça, il y arrive très bien, et les taies d'oreiller aussi...).

Et puis, à force de faire, on fait mieux et je suis devenue une obsédée du pli.
Je repasse tout (honte) du body à la taie d'oreiller, du coup de fer sur les culottes pliées aux chemises quotidiennes du Mâle.
Je repasse et pendant ce temps là, je réchéfli (dirait Grand Nain). Je repasse et je trouve de nouvelles idées d'artikeuls.
Je repasse et je me crame les doigts.
Je repasse et je me dis "bordel, c'est chiant un fer à repasser, je crois que je vais demander une centrale vapeur à Papa Noyel, ma vie est vraiment minable, c'est pire que de commander un aspirateur. OMG, ma vie est tellement devenue ça que je vais me commander avec plaisir une centrale vapeur...Bouhouuuuuu".

Et puis ce mail : "Chère Marie, nous le savons, vous êtes une maman de trois nains (maboules). Vous repassez devant des daubes rediffusées d'M6 faisant intervenir Stéphane Plaza. Vous repassez presque deux fois par semaine, dans votre salon, et autour de vous s'accumulent les corbeilles, les chaussettes célibataires et les slips de nains. Marie, nous venons vous sauver. Voulez vous tester la dernière centrale vapeur Philips PerfectCare?".

PARDON?
Je n'ai pas pleuré en lisant ce mail mais le Mâle, lui, s'est empressé de me coller le "Répondre" sous Gmail et de me dicter une réponse courtoise:
"Chère Papa Noyel Madame Philips, c'est avec plaisir que j'accepte de tester votre centrale vapeur sur les splendides chemises du Mâle. A très bientôt, encore merci. Et merci. Je vous ai dit merci? Non mais merci. Marie qui vous remercie".

Et deux jours plus tard, je reçois la bête.

Première chose à faire: appeler sa mère pour bicher.
- Salut, j'ai une centrale vapeur!
- Salut, moi aussi
- Ouais mais moi elle est mieux parce qu'elle est bleue (pas certaine que ça soit un critère de bon fonctionnement cependant)
- Bin oui, pareil
- Ouais mais moi ya un truc anticalc' pour la nettoyer (Marie lit péniblement ce qu'il y a d'écrit sur la boîte).
Ah oui et je vais t'exploser les bars aussi.
- Vas y combien?? Moi 5 bars je t'attends...
- 5,5 TADAAAAA. Vas-y laisse tomber, elle chauffe en deux minutes.
- Pas mal. Et sinon, t'as combien de possibilités de changer la température, hein hein?? (Maman, joueuse)
- Aucune. Putain, AUCUNE. Comment je fais pour repasser mon petit pull en alpaga laineux inlavable du Pérou???
- Non mais regarde bien, tu as forcément de quoi changer ta température.
- Non.

Pleure. Puis regarde bien la boîte. Rire triomphant.
- Laisse tomber Maman, il n'y a pas besoin de changer la température.
- Hein? Quoi? Mais comment tu fais alors?
- Tu ne fais rien, tu y vas franco. Allez, salut, j'ai huit bassines qui bavent d'envie de se faire repasser.


Deuxième chose à faire : ouvrir la boîte en poussant des petits cris débiles
"Hiiiiiiiiiiiii, super, bleue, j'adore, pas si grande, ouiiii, elle rentre sur ma table à repasser. Biiiiih, ma table à repasser à l'air moche.
Rhô, purée, j'en reviens pas, je suis ridicule, c'est trop bon. Zou, la notice, pas compliqué, de la flotte, Allez, on branche, c'est partiiiii"

Et voilà, ma table à repasser est supra cheap...


Troisième chose à faire: repasser et savourer (autant que faire se peut)

La centrale branchée, elle chauffe vite, très vite, trop vite.
Si je la branche ne me disant "je vais faire un tour sur Facebook cinq minutes", il y a de grandes chances qu'elle soit éteinte. Ouf. On a le droit d'oublier qu'on l'avait branchée sans que ça ne chauffe des heures dans le vide. Et oui, l'arme anti-tête-en-l'air existe : l'éteignage automatique après quelques minutes sans utilisation.

soirée disco...


Une fois chaude, elle est prête à être utilisée.
Et là, je me régale. Comparée à mon fer (ci dessous), elle est super légère (et pourtant c'est un bon fer) et très maniable.

il est temps pour toi de rejoindre une autre famille...adieu...

La vapeur est délivrée de manière continue si on le souhaite et ça permet un résultat d'enfer (et des brûlures si on est un gros boulet - ce que je ne suis pas).
Comme le dit si bien Papacube: "repasser avec un fer alors qu'on a testé une centrale, c'est comme se plonger dans une baignoire alors  qu'on a une piscine".
Bref, repasser avec une centrale vapeur, ça n'a rien à voir avec le reste. Les fringues des mômes se prennent une giclée de vapeur et zou, on replie. Trente secondes.
Les chemises? Easy, et le petit bouton "pressing" qui te balance une vapeur chaude de maboule permet de faire les plis du dos sans prendre des positions ridicules au dessus de la table à repasser.

Le côté "je ne change pas la température" est super! Pas que je possède mille pulls en cachemire, que nenni, mais ne pas avoir à se poser de question sur "est ce que mon fer va accrocher?", "vais-je pourrir le pull du Mâle?", ça fait du bien.

Les couettes? Je ne t'en parle même pas. Tu n'as qu'à la plier quand elle est sèche et la repasser, ça fait gagner du temps. Franchement, les couettes, c'est chiant...

non mais MATE ce réservoir!!


Quatrième chose à faire: regarder tout ce qu'on a repassé et prendre un petit air hautain du style "je ne sais pas comment font celles qui n'en ont pas".

Et oui, ça y est, je l'avoue, elle est entrée dans ma vie et je ne pourrais plus m'en passer.
Encombrante? Un peu. Mais je ne trouve pas que ce soit très très fiant, de toute façon, chez moi, tout traîne alors un truc de plus ou de moins.

Gain de temps: clairement. Moi qui ne repasse pas très bien à la base (parce que ça me gave), je gagne un temps fou puisque je défroisse tout d'un coup. Après ce n'est pas nickel-nickel mais en tout cas, de loin, on n'y voit goutte.

Pour la sécurité nainesque: la centrale est pourvu d'un petit truc qui bloque le fer.
Ce qui évite que le nain ne fasse Tarzan avec le fil. Enfin, ce qui évite surtout au fer de lui tomber sur sa petite tête de nain. Indispensable pour moi cette petite sécurité, puisque la centrale trône nuit et jour dans mon salon.

pas toucher le nain...



Cinquième chose à faire : en parler tout le temps et à tout le monde tellement on est fière d'être passée de l'autre côté de la barrière

Oui, je suis comme ça.
J'en parle et je questionne. Mais comment tu fais sans? Ah? Tu ne repasses pas? Ah ouais, moi je repasse c'est pour ça...
Je suis une plaie. J'assume.

Plus sérieusement, je comprends qu'on ne repasse pas, c'est un peu fiant et c'est surtout sans fin.
La corbeille de linge sale "magique": à peine vidée déjà remplie, je connais aussi.
Activité peu gratifiante donc, et qui mérite donc qu'on y passe le moins de temps possible.

Mission accomplite pour cette centrale.

En conclusion : 

Une centrale au top. Une vapeur qui défroisse TOUT et une maniabilité hors norme. Super légère, elle permet véritablement de repasser rapidement et correctement.
Pour moi qui n'aime pas forcément ça, j'y passe presque deux fois moins de temps qu'avec mon fer classique. C'est un avantage considérable.

Le seul point noir, comme toujours, c'est le prix. Près de 250 euros pour une centrale vapeur c'est très cher.
En revanche, mon seul conseil, c'est de ne pas prendre de la crotte. Mieux vaut un bon fer qu'une centrale pourrite. Il faut compter au moins 4,5 bars sinon, ça ne vaut pas le coup.
Celle ci, c'est la Rolls. A partir de 150 euros, tu peux en avoir une bien.


Sixième chose à faire: t'en offrir une


Tu ne pensais quand même pas que j'allais te présenter une centrale vapeur de compétition sans te proposer d'en avoir une dans ton salon?

Alors, pour partiper au give away "Gagne ta centrale de maboule", c'est très simple.
Tu laisses un joli commentaire dans lequel tu  :

- me racontes ta pire expérience repassage, ou pourquoi tu deviens taré(e) avec ça...
- me rédige un petit poème (bref) sur le thème du jour (repasser, chemise, vapeur, etc...)

Les commentaires qui répondent à cette consigne (pardon, c'est mon côté prof) se verront classés dans un petit tableau Excel (comme toujours) et un gentil tirage au sort désignera la ou le gagnant(e).
Toute participation partagée compte double, merci donc de laisser un second commentaire si vous partagez ou relayez l'information.

Tirage au sort MERCREDI SOIR avec arrêt des commentaires à 22h. Annonce du veinard (ou de la veinarde) JEUDI MATIN.


Voilà. Alors qui sera ma copine/ mon copain de centrale???
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...