31 déc. 2011

5-4-3-2-1......

Les nains sont devant Barbapapa.
Enfin, la petite fait sa micro-sieste d'avant le bain et le repas (oui, c'est une fausse naine, je sais).

Mon linge traîne comme il se doit et mon lit n'est pas fait.
Le chien soupire dans sa caisse en regardant d'un air inquiet le dragon playmobil qui trône dans le couloir.

La vie s'est déroulée tranquillement aujourd'hui, et la journée va se terminer comme toutes les autres, par une histoire chacun et une chanson dans le noir. Ils vont me rappeler pour un verre d'eau.
Et puis pour me demander un truc super important (du genre : on va chez mamie demain?).

Je vais faire un bisou bout-du-nez à chaque andouille et je vais fermer la porte de leur chambre.

Nous allons manger et papoter. Nous allons probablement passer une soirée normale parce que ni l'envie, ni l'énergie d'aller faire la fête. Aucun regret d'ailleurs, cette année se termine sur le même ton qu'elle avait commencé, emplie de rires et de courses poursuites, de "ils vont nous rendre dingue" et de "on faisait QUOI avant???".

Je suis quand même passée par ici, entre le bain et le plat de pâtes des nains, histoire de vous souhaiter à tous une très belle année 2012. Je pense à celles qui ont eu une année 2011 difficile, je pense à celles qui attendent 2012 comme une promesse, avec de nouveaux horizons, de nouveaux espoirs, de nouveaux enfants, de nouvelles rencontres.

Je ne sais pas quoi vous souhaiter de plus que ce que vous savez déjà.
Je n'aime pas faire de bilan parce que je sais que le temps est un tout qui avance, je n'aime pas me retourner pour juger parce que les choix que je fais, que nous faisons, sont ceux qui nous semblent être les bons au moment où nous les faisons.

Je voudrais juste vous remercier pour tous ces chouettes moments, pour votre soutien et votre humour, pour votre persévérance et vos mots gentils.
Parce que vous savez prendre avec le sourire ce qui nous tient le plus à coeur, parce que vous savez trouver de la joie dans ce qui peut être parfois dur, parce que vous êtes toujours prêts à prendre la vie du bon côté, parce que vous préférez rire des choses, parce que vous savez que vous faites au mieux.




Je vous souhaite mille belles choses, des nuits pas trop pourrites et des réveils sans pieds sur le ventre, je vous souhaite des câlins-serrés et des "maman ze t'aime", des histoires à lire à trois, à quatre, à cinq. Des trajets en voiture à vouloir se catapulter pour ne plus les entendre, des vacances à marcher au bord de la mer en se disant que la vie est jolie.

Je souhaite des chouettes nains à toutes celles qui les attendent, Ginie, Mariel, Anne et les autres, celles qui ont au creux d'elles des petits rigolos, celles qui vont devenir ou redevenir mère, comme des évidences.

Je souhaite à toutes celles qui attendent de ne plus attendre. Parce que c'est toujours trop long, parce que ça fait toujours très mal.

Je vous souhaite d'avancer, de trouver ce qui vous fait vibrer, je vous souhaite de trouver la force de ne pas vous juger et de vous dire que vous valez le coup.
Je vous remercie d'avoir été toujours là. De m'avoir donné confiance en moi, de m'avoir permis de faire quelque chose de mes dix doigts, de pouvoir poser quelque part ce qui me travaille.

Allez, le bain est coulé.
La vie continue, la vie avance.

Je vous souhaite d'être heureux, de rire et de prendre soin de vous, parce que personne ne le fera à votre place.
L'essentiel est là. Le reste n'existe que parce que vous le voulez bien.

23 déc. 2011

Break

Mérité.

Je vous souhaite à tous et toutes d'excellentes fêtes de Noël.
Je rends mon tablier de blogueuse pour quelques jours, pas le temps, pas l'envie, des nains sur les genoux et des cris autour de moi, des sapins à décorer et des parties de luge à faire.

Profitez bien, prenez soin de vous, regardez vos enfants déballer leurs cadeaux, même s'il y en a trop. On n'est jamais trop.

Courage pour le repas interminable et pour la bûche "qui est de trop", pour les débats politiques et les "t'as pas grossi toi?".

Courage pour les levers matinaux d'après-fête et ce mauvais goût dans la bouche, ce "j'aurais du me coucher plus tôt - et peut être boire moins aussi".

Mille pensées à vous, parents et pas parents, que la fête soit jolie, à un, trois, cinq ou douze.

A très vite

20 déc. 2011

Petit manuel d'empathie


Je SAIS, c'est du réchauffé. Mais je suis en vacances et, très sincèrement, cet article est TOTALEMENT de saison. Je vous laisse, je retourne à mes nains.
Sinon, il fait neige, il fait Vosges, il fait beaux-parents, il fait cousins. Il fait "quand c'est qu'on se repose?".
A pluche

Ce petit manuel d'empathie que je m'empresse de rédiger puisque les nains sont casés à l'école et à la crèche (youhou, danse du marron glacé), s'adresse à toi, Nulli. Enfin, non, plus exactement, il s'adresse à tout ceux qui ne sont pas propriétaires de nains.

Que tu sois homme, femme, tonton, tatie, que tu sois parrain, marraine, ou rien que la bonne copine de Multi qui vient passer quelques heures en sa charmante (et bruyante) compagnie... ce manuel est pour TOI.

Et oui, à la faveur de ces vacances de Noyel, riches en foie gras et en "encore un mais c'est le dernier" chocolats, j'ai pu établir une liste de toutes ces petites choses que tu peux faire, et de toutes ces petites choses qu'il ne faut surtout pas faire, lorsque tu partages quelques jours avec un propriétaire de nains. Je tiens d'ailleurs à remercier à cette occasion les tontons et taties qui ont partagé mes "vacances". Ils ont été parfaits et j'espère que grâce à ce petit manuel, tu pourras les égaler.

Sache le tout de même, si tu décides de passer des vacances avec Multi, tu vas le regretter (rapport au sommeil, aux réveils matinaux et à la télé squattée par des nains adorateurs de Bali, Mickey et autres débiles légers à la voix exaspérante). Mais si tu persistes à vouloir partager ces moments là...lis bien ce qui va suivre.

Règle n°1:  Ne pas dormir trop tard le matin

Oui, non, parce que ça, ça énerve (grave)  le parent.
Sache le, ami(e) sans nain, le parent ne connait plus le mot "grasse matinée". Non. Il l'a tout simplement rayé (ponctuellement - mais ça commence à durer) de son vocabulaire. Pour le remplacer par "putain, 6h...." ou encore "putain, il a réveillé son frère".

Là, le parent a déjà joué 3 heures...et toi, TOI??? Tu te lèves. Raclure va!

Quand il voit 8h30 sur son réveil il a le sourire jusqu'aux oreilles d'avoir pu si bien dormir.
Quand il se couche, il sait que demain peut commencer à 6h16.
Et oui. Et qu'il devra se lever, même s'il s'est couché tard (oulà, 23h30, quelle folie...), même s'il a dégueulé toute la nuit (la faute à la dinde farcie au foie gras moisi de Tatie Relou), même s'il a envie de rester sous la couette à papouiller.
Et oui, le propriétaire de nain a de longues journées. Fatigantes (je te rappelle qu'en vacances, le parent se tape son nain TOUTE la journée - point de crèche, point d'école).
Donc toi, ami sans nain, qui te couches à 23h30 (en soupirant que l'année tu ne te couches JAMAIS si tôt- pff trop nase ces vacances, personne ne veut mater le film avec moi), s'il te plaît, aie la décence d'émerger avant 10h du matin à la table du petit déjeuner. Et ne dis pas que tu aurais bien dormi une heure de plus (si les hurlements de nains avaient été moins stridents).
Merci.
Et oui, parce que ça énerve.
Déjà, ça énerve parce que tu as dormi. Et ça, c'est vraiment vilain de ta part de dormir alors que d'autres sont assis par terre à faire le Monsieur Lapin de la famille Lapin des Sylvania Family.
Si on faisait des carottes ce midi??  Chic, ça va nous changer!

En plus, ça énerve parce que ça va tout décaler le programme du parent. Et oui, le parent s'est levé à 7h30. Donc, je te prie de croire que passé midi trente, (voire 13h si le parent a pris un en-cas), le parent va vouloir manger. Et plus vite que ça s'il veut s'allonger trente minutes pendant la sieste des nains.
Donc TOI, je t'explique, si tu te lèves à 10h, JAMAIS tu n'auras faim à midi trente. Non.
Donc le parent va devoir attendre. Et va rater sa sieste.
Et crois moi, le parent n'aime pas rater sa sieste.

Règle n°2 : Changer le nain

Le parent change des couches. Très souvent. Trop souvent.
Il change des petites couches jaune d'or, puis des bouses verdâtres. Il change des diarrhées qui remontent jusqu'au cou et des vieilles crottes qui collent aux fesses. Il tartine des tonnes de pâte à l'eau, il nettoie des milliers de fois ce délicat fessier crotté qui pue. Il manque de dégueuler sur le nain et utilise du coton en essayant de ne pas mettre du caca moisi sur ses doigts.
Alors toi qui n'a pas de nain, je pense que le minimum que tu puisses faire, c'est de prendre le nain puant en disant "laisse, tu en changes assez toute l'année, j'y vais" (plutôt que "tiens, reprends le" dès que tu sens un fumet s'échapper de sa couche)
Tonton inspecte la couche du nain (beurb) et se souvient que ce n'est pas le sien...(de nain)

Et tu verras la joie, l'extase, le bonheur (arrête moi si j'en fais trop) du parent dans ses yeux (cernés). Si le parent est démonstratif, il risque même de te prendre dans les bras et de te serrer bien fort en te disant un "merci" chevrotant (les larmes d'émotion).  Et oui, rien qu'avec un petit change de cul par jour, tu deviens la star. Crois moi.
Bon, ok, il faut faire quelques minutes d'apnée. Bon, ok, il y a des chances que les premières fois, le parent (angoissé) te suive jusqu'à la salle de bain pour vérifier que tu ne laisses pas tomber son précieux rejeton de la table à langer (et qu'il commente tous tes gestes - "là tu vois, il vaut mieux mettre son body comme ça, hein..", "non, tu vois là, vérifie que son zizi est vers le bas, voilà", "ah, attends, tu as bien mis une couche 4? Nan parce que les 5 c'est celles de son frère, tu vois c'est écrit là en tout petit")
Mais une fois que tu as fait tes preuves (et que ton odorat s'est accoutumé à cette odeur de viande faisandée), le moment de change devient un moment sympathique où tu partages avec le nain une certaine, heu, forme d'amitié. Si Si. Le nain aime qu'on lui change les fesses. Surtout si tu chantes en même temps. Et encore plus si tu fais "coucou hibou".

Règle n°3: Ne pas rester inactif
Rhâââââ....
Mais BOUGE TOI. Le parent ne sait pas rester inactif. Il est toujours en mouvement. C'est un lapin duracel à lui tout seul. Piles rechargeables en plus. Le seul endroit où le parent peut s'asseoir plus de trois minutes sans être dérangé, c'est quand il va aux toilettes ET qu'il ferme à clé (sinon, c'est le débarquement des nains qui veulent ab-so-lu-ment te dire un truc ultra urgent qui ne peut pas attendre - et qu'ils veulent surtout dérouler l'intégralité du PQ ou tirer la chasse).
Petit Lapin, lui, récure bien les toilettes...

Donc toi, là, qui fais ta loque sur le canapé en zappant.
Toi, le mou qui zone, les yeux dans le vague en te demandant si tu vas plutôt prendre ta douche tout de suite ou tout à l'heure.
Toi, le mollusque qui passe de pièce en pièce en regardant le parent séparer ses nains qui se bastonnent pendant que l'autre crie "j'ai finiiiiiiii...tu viens m'essuyer???" et que le Mâle change le dernier...
Et bin? Tu te bouges.
Tu fais ce que tu veux d'ailleurs hein, mais tu ne restes pas à rien faire.
Nan parce que ça énerve. Grave.
Tu peux aider hein. Mais rien que de faire semblant de faire des trucs, ça montre que tu n'es pas en train de rien faire.
Le parent, il ne peut jamais rien faire, alors forcément, il est jaloux. Et il t'en veut.
Et oui...tu ne sens pas que tu l'énerves??

Règle n°4: Comprendre le nain
Le nain parle. Si.
Quoi tu n'as pas le décodeur? Mais tu n'en n'as pas besoin, le nain parle très très bien.
Oui, bon, d'accord, sa langue fourche un peu et il crie tellement fort que parfois on ne comprend pas tout.
Mais quand même, lorsqu'il hurle "l'avion va décollageeeeeer!!!" en fonçant vers toi avec son (nouvel) avion playmobil (merci papa Noyel/merci tonton pour le montage), il se fait très bien comprendre.
Et ce n'est pas la peine de le reprendre en disant :
" non le nain, on ne dit pas décollager mais décoller".
ok le nain, passe moi ta mère parce que là, je pige rien du tout...

Tu penses bien que le parent lui a déjà dit. Le nain n'en fait qu'à sa tête. Laisse tomber, tu n'es pas là pour l'élever. En revanche, fais un effort pour le comprendre. Ses parents y arrivent très bien et sont facilement vexés si tu regardes le nain d'un air ahuri en lui demandant de bien vouloir "répéter je comprends rien surtout quand tu as ta mauvaise tétine le nain".



Règle n°5: Jouer avec le nain
Le nain est joueur. Le parent le sait et c'est pour ça qu'il y a environ dix tonnes de jouets dans la chambre du nain. Pour occuper le nain. Alors ne fais aucune reflexion du style "oh là là, ils ont trop de jouets ces nains!". Passe deux jours sans pouvoir sortir (parce qu'il pleut à torrent, un week end entier c'est con quand même) et tu verras s'ils ont assez de jouets. Limite tu vas être tenté de ressortir en acheter des nouveaux tellement tu en as MARRE de raccrocher la remorque du tracteur au tracteur pour un Petit Nain qui vient te voir toutes les 18 secondes en disant "Cassé Cracteur". Et oui, le nain joue mais jamais plus de trois minutes avec la même chose. Pâte à modeler?
Ok, mais une fois que tout est déballé, mélangé, écrasé sous les godasses...le nain trouve que le tracto-pelle télécommandé est carrément pas mal. Et toi? Tu ranges.
mais NON le nain...quelle buse alors...

Alors que je t'explique. Pour soulager un peu ton parent préféré, usé de ramasser pour la trentième fois les pièces du puzzle (6 pièces, certes), crevé de faire "tchou tchou" et de monter le train en bois ikéa..., je te suggère d'adopter cette attitude:
- Wooooow le nain, tu as reçu l'avion playmobil à Noyel? Géniiiiiiiiiiiiiial, j'adore!!! Viens, on joue ensemble.
 ou encore:
- Supeeeeeeeeeeeeeer le nain, une marchande!!! Viens, on dit que je vais faire les courses dans ton magasin....
voire:
- rololololo, le nain, tu as un super puzzle dis donc, tu viens le faire avec moi???

Et là, le nain, RA-VI que quelqu'un d'autre que ses parents soit intéressé par ses somptueux jouets, va jouer avec toi. Peut être même plus longtemps que les autres jours. Et tu deviens la mascotte (c'est un risque à prendre). Celui qu'on appelle pour le dernier bisou du soir...et oui, la grande classe.
Et pendant ce temps, le parent ému vient te filmer. Cherche pas.
Le parent cherche à se débarrasser de ses nains toute la journée. Et quand il a réussi à les caser, il vient les filmer...Gulp.
juste, ne fais pas tomber le nain. ça serait malvenu...

Règle n°6: Proposer ton aide, tout le temps
- Tu as besoin d'aide? Non? Tu es certaine? Nan mais si tu veux je t'aide hein?
Le parent aime se sentir indispensable pour son nain. N'hésite donc pas à proposer ton aide, surtout lorsque tu sais que le parent va dire non. ça ne mange pas de pain, tu ne risques pas grand chose et tu passes pour la personne la plus serviable au monde.
Exemple: le coucher du nain.
Tu sais que le nain doit être couché par ses parents. Et oui, le nain couché par une tierce personne est un nain qui va tenter d'arnaquer la dite personne. En demandant un verre d'eau, un troisième bouquin, qu'on laisse la petite veilleuse allumée, etc...
Donc, rien ne t'empêche de proposer habilement "si tu veux, ce soir je te les couche les nains, comme ça tu peux te poser un peu..."
Là, le parent (ému), te répond: "c'est super gentil mais je préfère les coucher, sinon, ils font le cirque".
En plus, le parent se sent limite coupable. Banco.

Il y a d'autres moments comme ça où tu peux proposer ton aide: pour porter le tout petit dans le porte bébé (ou dans l'écharpe). Un parent normalement constitué te répondra poliment que ça ne le dérange pas (alors qu'il a juste la trouille que tu le fasses tomber).
Tu peux également proposer d'emmener en voiture le nain faire les courses. Là, le parent (mort de peur à l'idée de voir son nain dans une voiture conduite par quelqu'un d'autre que lui), refusera gentiment la proposition.
Tu vois? Facile hein..... En gros propose ton aide quand tu sais que le parent va flipper.
Et comme le parent flippe pour tout...héhéhé.

Tonton: Tu veux que je l'emmène à la piscine? Parent:  Heu non merci ça va (il risquerait de me noyer le nain)

Règle n°7: Ne pas donner de conseils débiles (en plus toi, t'as pas de gosses alors tu sais pas)

Ah oui, les conseils débiles...on en a déjà parlé là. Si tu as bien suivi cet artikeul, tu es donc au courant qu'il te faut garder pour toi tes conseils en matière d'éducation.
Surtout si toi même tu n'as pas le nain.
Sache le, de toute façon, le parent finira toujours pas dire "elle peut pas comprendre, elle n'a pas de nain" quel que soit le sujet de conversation.
Donc tes "il est un peu capricieux ton nain nan?" ou tes "il a ENCORE le droit de manger un Kinder, bah dis donc..." ou encore tes "tu le mets pas à la sieste aujourd'hui, t'as pas peur qu'il soit chiant", ou pire tes "tu les as quand même un peu trop gâtés à Noyel".... tu peux te les garder.
Déjà parce que le parent fait ce qu'il veut avec ses nains. Et surtout quand lui même doute de ses choix, crois moi, ça n'aide pas que quelqu'un vienne le souligner.
Oui, le parent aussi trouve que son nain qui hurle "je veux un chocolat Kinder toudessuite!!!" avec l'air agressif est un peu capricieux. Mais il ne veut pas faire de scandale alors que la petite dort juste à côté.
si on a besoin de tes conseils, on te sonne...

Le parent a TOUJOURS une bonne excuse pour le nain. Donc, toi, tu te tais.
Et tu évites aussi les questions cons du genre : le matin au réveil (vers 10h, alors que le parent a l'air d'avoir fait une nuit blanche): "ça va? Bien dormi?"
Le parent répondra systématiquement: "non, ils ont fait les cons cette nuit et se sont levés à 7h".
N'ajoute pas "ça va, ça aurait pu être 6h30 comme hier".

De toute façon, en règle générale, ne questionne jamais un parent sur son sommeil.

Règle n°8: Donner à manger au nain

 En voilà une idée qu'elle est bonne et qu'elle aide bien ton parent. Et oui, le parent DONNE à manger. Tout le temps. Même quand le nain grandit, le nain aime qu'on lui donne à manger. C'est son côté régressif. Le parent doit donc préparer le repas des nains, mixer pour Petit Nain (qui conchie tout morceau, même infiniment petit), planquer les petits pois pour Grand Nain (qui a décidé que les petits pois, c'était le MAL).
Puis, le parent doit appeler à Table! Et attendre que Petit Nain arrive (il ne marche pas vite) et que Grand Nain termine de faire pipi. Ensuite, arrive la bataille durant laquelle le parent se fait insulter parce que Grand Nain "n'aime pas ça" et qu'il "veut des frites" (ça t'étonne?). Petit Nain en fout partout et le parent ramasse les morceaux de purée...
Le dessert arrive, les nains veulent le même yaourt (et il n'y en a plus qu'un). Grand Nain se lève dix fois de table et pendant ce temps, le parent s'énerve (je te rappelle qu'il est midi quize et qu'il a faim, il s'est levé à 7h, LUI°.
Un repas avec les nains: calme, digestion légère et bonne ambiance

La solution? TOI.
Et oui, toi. Muni toi d'un vil vêtement. Et de toute ta patience.
Et propose au parent de donner à manger aux nains (ne propose pas tout de suite de faire le repas, tu ne sais pas bien encore ce qu'aime le nain/ou pas).
Les nains sont heureux surtout si tu fais l'andouille (tu peux d'ailleurs perdre ton temps à faire l'andouille, tu ne fais pas ça tous les jours, hein?) et le parent...va chercher sa caméra. Si. En même temps, vous êtes siiiiiii mignons...(surtout toi avec ton vil vêtement).


Règle n°9: Ne pas faire de bruit pendant la sieste (ou dès que le nain est couché en fait)

Chuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuut.
Chuchote.
Enlève tes godasses.
Ne ris pas trop fort.
Ne parle pas trop fort.
Ne tousse pas trop fort.
Ne passe pas dans le couloir de leur chambre.
Ne tire pas la chasse d'eau.
Baisse le son de la télé.
Ne SONNE pas à la porte.
Décroche le téléphone.

Arrête de vivre, le nain dort.
Oui, pour toi, ça peut paraître excessif. C'est vrai.
Mais crois moi, au bout de quelques jours, tu comprendras mieux pourquoi le parent réclame le silence lorsque le nain est couché.
C'est son seul moment de break. Et bientôt, cela va également devenir le tien.
Donc, fais un effort. Ne range pas la vaisselle en faisant tinter les verres.
Ne téléphone pas à un pote en braillant.
Et ne passe pas l'aspirateur.

N'oublie pas l'adage : "celui qui réveille le nain s'en occupe".

Et oui, un nain qui dort est un bon nain (en plus, là, il est en Superman)



Règle n°10: Ne pas parler de sa vie sociale

 Je terminerai là dessus.
Et oui, tu t'en doutes, la vie sociale du jeune parent est, heu, comment dire...proche du néant.
Rassure toi, le parent le vit à peu près bien. Il "ne peut pas tout faire", il "y a un temps pour tout", et toi aussi "tu verras, tu passeras par là".

Le parent sort peu (surtout s'il a trois nains dont 1 tout petit - oui, bon, je parle pour moi), regarde des films en deux, voire trois fois (note pour les parents: la trilogie Pirate des Caraïbes peut te faire une semaine si tu regardes en plus les bonus le dimanche, youhou).
Le parent ne picole plus à s'en rendre malade (surtout s'il allaite - snif...) parce qu'il doit assurer le lendemain (parce qu'il se lève à 7h, LUI).
Ah si, dernièrement j'ai vu l'Apprenti du Père Noyel...un grand moment d'émotion, les petits mouchoirs à côté c'est du pipi de nain.

Donc NON, ce n'est pas la peine de demander au parent "quel bon film" il a vu récemment.
Heu...les Goonies?
Et NON, le parent n'a pas pris un abonnement au théâtre.
Et NON, le parent ne connaît pas ce nouveau bar sioupère trendy où il font des mojitos à se damner.

N'en rajoute donc pas avec ton super nouvel an (le parent va tenir difficilement minuit)
avec ton expo Monnet/Manet/Basquiat (le parent ouvrira un livre)
avec ton dernier Woody (le parent lira le télérama)
et surtout ne parle pas de voyage, merci, le parent repense encore à cette fois où il a pris l'avion. Et même le train. Et même la voiture, pire encore la voiture des vacances...
Le parent ne bougera plus en fait, donc ce n'est pas la peine de venir lui agiter sous le nez tes trois semaines de trek sur les Hauts Plateaux de l'Altaï.
Ni même ta semaine de farniente sur un transat à Djerba.
Le parent va te regarder d'un air méprisant. Et te demander si "tu veux garder les nains pendant que je me casse?".
Alors évite...


Conclusion:
Il y aurait encore mille autres règles à énoncer et si ces dix petites règles ne t'ont pas fait trop peur, alors fonce, court, vole et va partager quelques jours avec des propriétaires de nains.
Fais le plein de sommeil, de patience et de bonnes odeurs avant d'y aller...
Le seul risque?
Revenir fatigué.

Mais idolâtré par des nains et remercié par des parents émus aux larmes.
Et immortalisé sur des heures de DVD intitulés "Noyel 2010".

18 déc. 2011

Une boutique, un coup de coeur


Depuis le temps que je veux vous écrire ce petit article!
A force de fureter sur le web à la recherche d'idées cadals, voici une petite sélection qui arrive limite-limite mais à garder pas loin pour faire des heureux.

Voici ce que j'ai trouvé de chouette cette année, pour nous, pour des mamans, pour des nains. Il n'y a pas mille choses mais ce sont mes chouchous.

- Pour les enfants/bébés mais aussi les mamans, le Petit Zèbre est une boutique très chouette (avec plein plein d'idées cadals). Du genre :



- Pour une maman qui vient d'avoir un tout-petit, histoire de changer un peu, j'ai eu un véritable coup de coeur pour ce collier "Eat & Play", de chez Arthus & Co:
Histoire d'occuper le nain qui mange (pour qu'il ne laboure pas le nichon de maman avec ses ongles crochus)



- Pour une maman enceinte, véritable flash pour cette robe Mamanana, collants de couleur, j'adore.
- Chez Trognon de pomme, une combi étoile vraiment jolie :
- L'Ilot Educatif fait de superbes jeux/jouets en bois qui sont intelligents. Si si.

- Chez Une cuillère pour papa, des jolies choses pour les bébés. Genre ça, que les nains adorent:


- La boutique Les Fleurs (fait des envois rapides d'ailleurs si tu te magnes) a de très jolies choses (mobiles nuages, bijoux, papeterie, trucs à cupcakes).
- Le petit poncho en polaire de chez Grignotte:

- Chez Wouwou le loup, des tee-shirts vraiment chouettes (toutes tailles histoire de faire des duos père/fille ou mère/fils - enfin tu mixes quoi..)

- La petite boutique Kapsule avec ses supers tampons alphabet (le nain surkiffe):

- La petite girafe avec ses magnifiques tours de lit, gigoteuses et cie (très cher aussi). Et des petits jouets sympas, comme ça;


- La carte du monde à gratter, pour des copains/frangins/parents baroudeurs. Comme un banco, on gratte les endroits où on a été dans le monde. Puis on l'accroche dans le salon histoire de se la jouer... En vente chez 30eurosmaxi (ou super insolite, ou amazon même)


- Chez Omy, du coloriage géant ou du papier peint phosphorescent (et des superbes affiches):


- Le tee-shirt Pirate de chez Dodudindon:

- Pour ceux qui me le demandaient, voilà une boutique de jouets écolos et éthiques. On ne sait que choisir, c'est super chouette! Ethik Eveil ça s'appelle.

les nains ont celui là, top car bas et peu large 
- Une lampe pour poser son livre (chez Atylia, entre autres)
j'ai commandé ça à Papa Noyel
ou celle là (j'hésite) :

- Un coussin Germain comme le mien chez les Babilleuses :
- Une brique de rangement Légo (existe en tête de Légo aussi) :


- A aller acheter en librairie, parce que les livres, ça s'achète en librairie (mais si tu n'as pas le temps, il y a Amazon hein, je tolère).

Le faux guide à mourir de rire. Si tu aimes Mamanstestent, tu vas adorer ce bouquin. 
Guy Delisle tu peux tout prendre c'est génial

Et, quelques sites en vrac que je compulse en règle générale pour des cadals:
- Sac & Cabas (pour les sacs quoi)
- Pivoine et Tapioca 
- Bianca and Family

Et le site http://www.avisdemamans.com/ qui te propose des comparatifs et des avis de maman pour tout ce qui est puericulture/jeux/jouets.... et qui est très chouette.


Evidemment, c'est une liste non-exhaustive...
Si tu as de bonnes idées, balance en commentaires, ça peut servir...(même pour l'an prochain hein!)

15 déc. 2011

Guide de la Belle-Mère


Parce que, parfois, il me tient à cœur de faire des articles renseignés et fouillés.
Parce que souvent, j’ai le sentiment que vous venez rechercher sur ce blog de l’information parentale.
Parce qu’il me faut vous donner le meilleur de ce qui a été produit sur le thème…
Je vous propose aujourd’hui un article scientifique complet sur la belle-mère.
Oui, je sais, de nombreux guides existent sur le sujet et je ne compte plus les topics de forum dédiés à Belle-Maman. Du « je veux la trucider » au « la mienne est sympa mais je veux quand même la trucider », on peut lire tout et n’importe quoi sur le thème.
Je n’ai pas assez d’expérience de la belle-mère pour vous en parler de manière complète et, pour cette raison,  j’ai compulsé l’excellent ouvrage de la professeure L. Mekasselékouilles  qui s’intitule « Belle-mère : vivre avec ou s’arranger pour vivre sans ». Dans ce pavé de huit cents soixante dix-huit pages, le lecteur pourra retrouver mille et une façons de composer avec une belle-mère toxique, ou trop envahissante. Il pourra également apprendre à mieux connaître sa belle-mère, à la recadrer si besoin, ou même à trouver des idées cadeaux pour une belle-mère ignoble ou, au contraire, très sympathique.
Je ne vais pas dévoiler ici tout le contenu de ce splendide ouvrage que vous ne manquerez pas de vous auto-commander à Noël, mais il me faut tout de même vous livrer quelques extraits croustillants de la typologie des belles-mères que vous trouverez page 322.



« En ce bas monde, nous sommes les enfants de deux personnes et notre conjoint également. Si, bien souvent, nos parents sont des êtres pour le moins civilisés et corrects, il en va rarement de même pour notre conjoint. Et oui,  notre conjoint est pourvu d’un père et d’une mère. Vous, lectrice, femme et mère, avez donc une belle mère et un beau père. Si le beau-père est souvent grognon et râleur, dans son coin avec son journal, c’est pour mieux laisser à sa chère et tendre le soin de vous pourrir la vie. J’ai voulu, dans cet ouvrage, raconter comment on pouvait vivre avec sa belle-mère (si cette dernière n’était pas si terrible) ou faire en sorte de ne plus avoir à le faire (si elle s’avérait coriace et mauvaise).
Commençons tout d’abord par une brève typologie de la belle-mère, non exhaustive, que vous pourrez, par la suite, agrémenter de vos propres anecdotes et portraits robots.
Attention, tous les profils que vous pourrez lire ci-dessous sont réels et ont existé, soyez en certaines ils ont été observés par mes soins ou ont été rapportés par des amies, des voisines ou des illustres inconnues fières de témoigner sur le sujet.
Maintenant, gare à la généralisation, il arrive que la belle-mère soit adorable, sympathique, prévenante et serviable. Dans ce cas, appelez là « maman », ça fera plus crédible.
Je vous laisse donc découvrir les profils que j’ai pu établir après de longues années d’études, tant sur le terrain qu’en bibliothèque, en milieu hostile et en planque, coincée dans les armoires et sous les tables lors de repas de familles. Les profils déterminés peuvent se mélanger et s’entremêler, bien évidemment, une catégorie n’en écartant point une autre. Par exemple, une belle mère peut être à la fois du Profil 2 et 6. Voire du 1, 2, 5, et 7. Sans souci, elles en sont capables. Les bougres.


Profil n°1 : « Déjà elle a pris mon fils je la hais »
Le profil 1 est un classique et le modèle le plus fréquent. Il considère que vous êtes une perverse profiteuse de l’excellente éducation qu’a reçu la chair de sa chair. Elle pensait que son rejeton chéri trouverait mieux que vous et c’est raté. Elle est déçue, qui que vous soyez : peu importe que vous soyez directrice clientèle luxe VIP chez Pôduku ou bien nourrisseuse de chat pour l’association « Le Chat, mon ami » ou encore joueuse poker professionnelle. Vous êtes une voleuse, une « mouais bof », et il méritait mieux. Elle vous regarde de haut et bien que son excellente éducation lui interdise de vous décapiter à l’aide de son coupe-ongle rouillé, elle n’en pense pas moins.

Profil n°2 : « Et en plus elle le phagocyte »
Profil souvent couplé avec le profil 1. Non seulement la belle-mère considère que vous lui avez volé son précieux, mais en plus, il VOUS écoute. Non, en fait, vous lui donnez des ordres et il exécute. Le week-end chez eux que votre homme annule à la dernière minute parce qu’il n’a pas envie ? C’est VOUS la fautive qui avez dû lui glisser quelques viles parole à l’oreille.
Le repas du réveillon de Noel qui comporte des bulots alors qu’elle conchie les fruits de mer ? C’est VOUS qui les avez commandé (bon, là, elle n’a pas forcément tort).
En bref, pour cette belle-mère, depuis qu’il est avec vous, son fils chéri a changé. Trop. D’ailleurs, elle ne le reconnaît plus. Et vous avez beau lui dire que la seule chose qui ait changé c’est qu’il débarrasse la table aussi bien que vous, elle n’y croit pas. Vous l’avez transformé, il est différent.

Profil 3 : « Je vais quand même lui dire ce que j’en pense »
Cette belle-mère a un fort caractère. Non seulement elle est persuadée que vous lui avez volé son fiston unique, qu’il est désormais sous votre joug, mais en plus, elle reste convaincue d’être dans son droit en vous assénant vos quatre vérités à ce sujet à tous les repas de famille. Elle le prend par le bras, l’appelle mon « chéri » en vous regardant d’un œil torve et fait des messes basses en gloussant.
Elle l’appelle le soir et est très désagréable avec vous, vous sommant d’un air supérieur de lui passer « son fils » sans penser à prendre de vos nouvelles plus de vingt secondes.
Exemple ?
Driiiiiiiing. Il est 22h04, c’est donc belle-maman qui estime qu’on peut appeler son fils n’importe quand à n’importe quelle heure (même si nous sommes vendredi soir et que son cher fiston comate devant Koh Lanta). Vous décrochez, évidemment, puisque le sus-nommé fiston est incapable de bouger un orteil (qu’il a posé délicatement sur la table basse entre restes de pizza et verre de bière).
-          Allo ? (légèrement agacé, puisque l’épreuve d’immunité va bientôt commencer)
-          Ah ? C’est toi ? (toujours agréable)
-          Bin oui, vous appelez chez moi là en fait…
-          Bon, oui. Ça va ?
-          Ça va, un peu fatiguée par mon pied cassé (une malencontreuse chute d’acrobranche)
-          Oui, super. Mon fils a quelques minutes pour parler à sa maman chérie ?
-          Bien sûr, il était justement en train de m’arracher le téléphone pour vous parler
-          Hihihihi…j’en étais sûre passez-le moi !

Profil 4 : « Tu es comme la fille que je n’ai pas eu, comme je t’aime toi ! »
Oui, ça existe. Sans aller aussi loin dans l’appropriation (une mère, vous en avez déjà une, merci) la belle-mère peut être sympathique, attachante et aimante. Avoir un fils chouette vous la rend d’autant plus aimable qu’elle est la seule à vous offrir des cadeaux sympas à Noël.
Avec elle, vous pourrez aller faire du shopping et cuisiner de concert, vous pourrez papoter en ricanant bêtement (de son fils et autres personnes propres à la dauberie). Elle sera là pour vous donner de bons conseils et saura vous remonter le moral en cas de déprime.
Ces cas de profils 4 sont assez rares, malheureusement, et coïncident parfois avec une mère plutôt nase de votre côté. Oui, sachez-le, seules des personnes extrêmement veinardes peuvent jouir d’une chouette belle-mère et d’une chouette mère. On ne peut pas tout avoir, laissez-en pour les autres (merde).

Vous l’aurez remarqué, tous ces profils forts courants n’ont pas encore subi la terrible transformation, l’ouragan temporel, le NAIN.
Et oui, toute belle-mère peut un jour être amené à devenir Grand-mère. Certaines le souhaitent : « quand est-ce que vous ME faites un petit ? » (gloups), et d’autres moins : « non mais moi merci j’ai donné avec les miens ! ».
Je vous encourage à lire le chapitre trente-huit de cet ouvrage dans lequel je vous suggère quelques excellentes idées d’annonces à la belle-mère en fonction de son profil.
Par exemple,  la belle-mère pourra se voir offrir un paquet de café grand-mère (toujours kitch et has been, ça fait du bien), ou une petite paire de chaussons dont elle ne saura que faire.
Et oui, si la maternité vous transforme, elle peut également bouleverser votre belle-mère.
Quelques réactions en vrac ?

-          * Nooooooooooooooooon ??? Un bébé ??? (larme, larme, larme et cris hystériques). Venez dans mes bras tous les deux, je suis tellement heureuse de devenir mamie = la belle mère est vraiment contente, surprise et ça vous fait plaisir de l’émouvoir ainsi (réaction souvent observée chez le profil 4)
-          * Ah ? Déjà ? Mais vous avez à peine profité de vos doubles salaires ? Enfin, c’est vous qui décidez hein… = oui, ça fait mal au cœur mais peu importe. Si vous estimez que c’est le bon moment pour vous, faites fi des réflexions débiles et jalouses de belle-maman. Elle regrette ELLE de ne pas avoir assez profité ? C’est son problème. Mais elle aime gâcher le plaisir des autres, ça fait partie du jeu.
-         * Super ! Mais j’aimerais autant qu’il m’appelle par mon prénom, Mamie ça fait trop vieux ! = Oui, belle-maman a son amour propre et trouve que Mamie, ça fait vieux. Si vous êtes plutôt en bon terme avec votre belle-mère, contentez vous de râler avec votre cher et tendre (« ta mère fait vraiment ça pour me faire chier) et acceptez sa requête. Sincèrement, ça ne change pas grand-chose à votre vie et bien souvent, les enfants trouvent eux même les surnoms à leurs grands-parents. Si vous êtes plutôt dans le cas d’une belle-mère agressive et antipathique, je vous suggère de lui trouver un petit nom doux que vous emploierez pour parler d’elle à la maison. Fort est à parier que le nain l’appellera plutôt ainsi à sa prochaine visite. Je vous conseille d’opter pour un surnom très vieillot, histoire d’en rajouter une couche. A cet effet, je ne peux que vous proposer : mémère, mémé ou grand mémé.
-        *  Je vous préviens, je ne le garderai pas, j’ai eu les miens merci beaucoup. A vous un peu. = Belle-maman a envie de profiter de sa retraite (ou de sa presque retraite/ ou elle travaille encore et n’a pas de temps à vous consacrer) et ne voit pas pourquoi elle se ferait chier avec un nain. Bien souvent, cette réaction va en s’améliorant (devant la tronche mignonne du nain) mais quelques belles-mères très engagées dans cette idée du « j’en ai chié, j’en veux plus », préfèreront se désintéresser de vos moutards. Ne le prenez pas mal et félicitez-vous de ne pas subir une belle-mère trop envahissante. Et consolez-vous en disant que c’est elle qui passera à côté des merveilleux petits êtres que vous allez mettre au monde.

Avec l’arrivée d’un, de deux, de trois ou de quatre nains, les profils de votre belle-mère peuvent évoluer. Elles ont pris leurs marques et ont parfois mis un peu d’eau dans leur vin. Mais, ne rêvons pas, personne ne change aussi vite.
Découvrons ensemble les nouveaux profils qui peuvent venir s’ajouter à ceux vus précédemment.

Profil 5 : « Moi si j’étais toi je… »
Le profil le plus fréquent. La belle-mère ne sait pas se taire et vous laisser la joie et le plaisir de faire vos propres expériences avec votre nain. Elle « en a élevé trois ». Elle sait donc de quoi elle parle.
De son temps, on couchait les enfants sur le ventre, on leur frottait les  gencives avec du sucre pour leur faire sortir les dents et on les laissait brailler « qu’ils fassent leurs poumons ». Certes.
Elle ne peut donc pas s’empêcher de vous contredire, de vous donner ces excellents conseils en vous regardant d’un air désapprobateur. D’ailleurs, généralement, elle lance sa crasse et conclut en se dédouanant. Exemple ?
Comme tout bon nain qui se respecte, votre Micronain pleure alors que d’habitude, il se couche sans ronchonner. Mais cette fois, vous êtes de sortie (à dîner chez belle-maman) et vous mettez cette petite crise sur le compte de l’énervement (n’importe qui serait énervé à venir manger des vol-au-vent chez belle-maman). Il pleure donc et vous remontez pour la troisième fois le bercer et le cajoler (et vérifier sa couche, son rot et sa température). Lorsque vous redescendez, vous trouvez belle-maman en pleine conversation avec son fiston :
-          Elle ne devrait pas monter comme ça
-          Pourquoi ?
-          Elle l’habitue
-          A quoi ?
-          Et bien, il crie, elle arrive en courant. Elle va en faire un capricieux.
Sur ces entrefaites, vous arrivez et elle se sent obligée de se justifier
-          Non mais c’est ce que j’en dis moi, à trop s’habituer aux bras, ils ne peuvent plus s’endormir seuls.
-          Ecoutez, il a trois mois et demi belle-maman, il ne fait pas de caprice, il est un peu perdu, les odeurs ne sont pas les mêmes et il n’a pas encore l’habitude du lit parapluie. Et puis je ne peux pas le laisser pleurer pour rien quand même.
-          Bah, moi je les ai tous laisser pleurer le soir et la nuit hein. Comme ça, hop, ils comprenaient que ça ne servait à rien de brailler et ils ont fait leurs nuits.
-          Ah bin oui, c’est radical.
-          Enfin, c’est ce que j’en dis, vous n’êtes pas moi. Ah, ces nouveaux parents !

Le pire, c’est que parfois, ce genre de réflexion, lorsque vous êtes une jeune primipare fatiguée et débutante, peuvent vous blesser voire même réussir à vous faire douter.
La belle-mère qui se penche sur un bébé qui hurle au sein (pour une raison quelconque) et qui dit à sa mère (épuisée et inquiète) : « ça doit être ton lait qui n’est pas bon ! T’es certaine qu’il est assez riche ? Tu es fatiguée, il n’a pas assez à manger » ça fait mal, ça blesse et c’est cruel.
La belle-mère porteuse de ce profil veut souvent bien faire et souhaite partager son expérience, raconter elle aussi sa maternité. Mais comme, au départ, elle ne vous porte pas dans son cœur, elle ne peut s’empêcher de le faire en opposition.
Le problème peut être d’ailleurs plus profond. De vous voir faire différemment, de voir SON FILS faire différemment (et cela sciemment) c’est une terrible remise en cause de ce qu’ELLE a fait avec ses enfants.
Imaginez-vous si, dans trente ans, votre nain fait tout l’inverse de ce que vous avez pu faire en vous disant que c’est ce qu’IL veut faire. Mal à la gueule non ? Un peu.
Alors belle-maman s’accroche à ses principes et à ses façons de faire, sans respecter les vôtres. Le soutien de votre conjoint est là, primordial. Si belle-maman refuse d’installer une barrière de porte dans ses escaliers en béton super raides accessibles à tout nain gambadant dans son couloir, vous avez également le droit de refuser à ce qu’il reste en garde chez elle.


Profil 6 : « Je peux te le prendre ? Te le garder ? »
Ah, que c’est difficile pour les mères que de laisser leur précieux petit nain à belle-maman.
Rien que de laisser belle-maman porter ce tout petit Micronain qui vient de naître, ça arrache la gueule. Surtout si belle-maman cocotte et fume. Laisser son enfant c’est dur, terriblement dur pour certaines mères. Au-delà de la confiance qu’on peut avoir en ces gens qui vont garder notre nain, il y a tout le reste qui rentre en jeu. La belle-mère ne doit jamais forcer une mère à lui laisser son enfant. Même si son fils a l’air de vouloir passer une soirée en amoureux et même si, de manière objective, le nain ne risque rien. Si la mère ne peut pas, il ne faut pas forcer. Il n’en sortira rien de bon.
Chaque chose en son temps, et bientôt, à force de moments partagés entre nain et belle-mère (devenue Mamie), la mère aura confiance. La belle-mère qui veut qu’on lui laisse le nourrisson de 3 semaines une soirée n’a aucune chance d’arriver à ses fins. En revanche, la belle-mère qui est présente de manière ponctuelle mais régulière dans la vie du nain et de ses parents, qui regarde faire les parents (et prend des notes), qui s’adapte et qui tient un discours rassurant a toutes les chances de voir la mère lui tendre le petit assez rapidement.
Profil 6 : « Oui, oui, on te le garde sans problème ». Mais on a (au choix) : un rottweiler, une piscine non protégée, pas de sièges autos et aucun jouets.
Le profil 6 est assez courant. Si la belle-mère a accepté le fait d’être grand-mère (bien qu’elle se fasse appeler par son prénom) elle ne va tout de même pas faire des concessions  en raison de ce nouveau statut. Donc NON, elle ne protègera pas la piscine, NON elle ne rangera pas ses couteaux en hauteur et oui, elle saura bien accrocher un siège auto (et puis sinon elle n’en mettra pas, de notre temps vous n’en aviez pas). Vous pouvez donc lui laisser vos nains sans souci, et la peur au ventre.
Ah oui, parce généralement, ce profil va de pair avec le profil 7.

Profil 7 : « J’adore mes petits-enfants. Enfin, surtout en photo avec nous ».
La belle-mère au profil 7 est très fan de sa petite personne. Elle trouve que, finalement, être grand-mère, ça envoie du bois. Surtout quand les gens lui demandent « si c’est une blague, grand-mère à votre âge, vous ?? ».
Elle aime beaucoup avoir des photos d’ELLE avec ses petits-enfants et  vous aurez bon goût de lui offrir un cadre dans lequel elle figure au premier plan accompagné d’un nain qui lui fait un joli sourire. Cadre qu’elle pourra montrer à ses amies en disant « que c’est son petit-fils, il est chou non ? ».
Mais lorsque vous débarquez avec votre nain (ou vos nains), la donne change. En fait, c’est assez pénible des nains. Votre belle-mère est assez embêtée car, lorsque vous êtes là, elle ne peut vaquer à ses activités habituelles. Elle a des mails à écrire ce matin et votre nain a décidé de venir jouer aux cubes près d’elle. Comme il a à peine deux ans, il construit des tours très grandes et hurle BADABOUM en faisant tomber sa tour. Belle-maman le regarde et sourit. Elle continue de taper sur son clavier. Puis, votre nain souhaite jouer avec elle et le lui demande :
-          Mamiiiiie ? Tu zoues ?
-          Pas tout de suite, j’ai du travail, joue un peu tout seul tu veux ?
Le nain joue donc quelques secondes tout seul. Puis redemande encore et encore. Elle lui répond puis ne lui répond plus et le nain s’énerve et piaille. Elle finira par se lever pour prendre une aspirine car les cris de votre nain lui font mal à la tête. (vécu poke Marie L.).

C'est cette même belle-mère qui se plaint de ne pas voir assez son petit fils et qui, samedi dernier, préfère demander à sa belle-fille de laisser son nain à la maison car elle veut se faire une virée tranquille en ville.(vécu, poke Catherine).

Cette belle-mère aime donc l’idée d’être une super grand-mère jeune et fashion, bien dans ses baskets et adorée de ses petits –enfants. L’idée j’ai dit. En vrai, les enfants, ça craint quand même.
Ce type de profil légèrement égocentrique est légèrement agaçant pour l’adorable belle-fille que vous êtes. Vous avez beau faire des efforts, booster les nains, belle-maman ne semble prendre aucun plaisir à être avec vos nains plus de dix minutes. Elle n’aime pas jouer, c’est long, elle n’aime pas lire des histoires, c’est chiant, et ne voit aucun intérêt à partager des moments de vie quotidienne avec vos adorables nains.
En même temps, on la comprend, ce ne sont pas les siens. Mais quand même un petit peu non ?


Profil 8 : « Si je peux t’en prendre deux une semaine parce que tu en as quatre et que tu es au bout du rollmops et que t’as juste envie de t’auto-asphyxier avec une couche moisie ? Heu…oui, attends je regarde, peut-être mais je te les garde la nuit aussi ?? »
Ce profil de belle-mère est fourbe. Elle paraît aidante et pleine de compassion, prête à vous aider au moindre souci mais dès que l’occasion de rendre VRAIMENT utile se présente, elle se défile. Fatiguée, trop de boulot, trop de pression, trop de nains, trop de stress…tout est prétexte à se défausser.
Elle vient vous donner quelques coups de main ponctuels, ne nous plaignons pas, mais elle trouve toujours un moyen de ne pas vous rendre réellement service.  Mais si, souvenez-vous, l’été dernier quand vous lui avez demandé de garder trois jours les deux grands…elle a accepté bien sur. Mais vous a demandé de les reprendre la nuit parce que ça la fatiguait trop de se lever. Gloups. (Poke Sabine & Associés dont tu peux lire les excellentes chroniques de maman de 4 nains-gloups).

Profil 9 : « Je t’appelle ce soir ? Vous venez ce week-end ? Et dis-moi pour les vacances ! »
Ah…à toutes celles qui râlent parce que leur belle-mère est un boulet sans nom qui les déteste et qui ne fait aucun effort pour être aimable … je tiens à préciser que la belle-maman envahissante est un profil tout aussi difficile à gérer.
En minorité sur cette planète, elle s’accroche à votre famille comme une moule rance à son rocher.
La belle-mère envahissante vit par procuration et s’occupe de vous comme si vous n’étiez pas des adultes. Elle vous téléphone tous les jours (voire plusieurs fois par jour) et prend en charge pas mal de choses de votre quotidien (limite elle vient faire votre ménage chez vous une fois par semaine). Elle vous planifie des activités sans que vous soyez au courant et prend certaines décisions à votre place. Bien souvent cette belle-mère est ravie d’être mamie, d’ailleurs c’est elle-même qui a tenu à acheter la poussette, le transat, le lit du nain. Ce qui a tendance à agacer la jeune maman primipare qui aurait préféré choisir ELLE-même. Ce qui peut ne pas agacer le jeune papa qui trouve ça « plutôt sympa de la part de sa mère quand même faut pas râler pour tout ». (Vécu, poke Aude) »


J’arrête là les extraits, pour en lire plus, je vous conseille d’investir dans cet excellent ouvrage qui pourra également vous donner quelques bonnes idées cadeaux pour belle-mère. Du livre-photo avec photos de vos nains et d’elle dedans, du sac à main sioupère tendance, de la poubelle de table, à chaque profil, un cadal.

Je tiens à remercier toutes les amies qui ont partagé avec moi leurs ressentis, sans elles, l’écriture de cet article n’aurait pas été possible. Bien évidemment, la liste n’est pas exhaustive, je vous laisse ajouter ce que vous avez sur le cœur.
Loin de moi l’idée de fustiger ici les belles-mères, d’ailleurs d’ici quelques années j’en serai une avec mes travers et mes défauts. Encore une fois, un article pour en rire, parce qu’il n’y a souvent rien de grave mais ça a tendance à agacer.
Pour les cas graves (car j’ai eu des témoignages en ce sens), je ne peux que vous conseiller de faire le tri, de faire le vide, de couper avec le toxique en le disant clairement. Rien ne vous oblige à subir, rien ne vous oblige à être une victime. On peut dire merde. On peut dire non.



14 déc. 2011

Univeda - Rien que pour toi

Je suis une maman DONC je n'ai pas forcément le temps de me faire un joli mille-feuille comme ma copine Sonia.
Je n'ai pas de produit préférentiel à la base, me contentant d'utiliser ce que je trouve, ce qu'on m'offre (merci mamie <3) et ce que j'ai envie de tester.

Mon critère de choix?
Le prix (bin oui, j'avoue)
L'odeur (une crème qui te donne envie de romir c'est pas glop)
L'efficacité (surtout la crème "anti tête moche").

J'ai donc, en vrac, de la crème de jour Lancôme, une crème teintée pour les jours difficiles de chez Kibio, du démaquillant Leclerc Bio et une lotion tonique Mixa.
Pas très glamour mais on fait comme on peut.

Côté maquillage, c'est également du basique: blush pour donner (un peu) bonne mine, mascara et ombre à paupière chocolat.

Inutile de te dire que je ne suis pas une accro de tout ça, que je prends soin de moi, certes, mais quand je peux. Je préfère mille fois bouquiner sous la couette que de me prendre un bain avec un masque pendant trois heures.
MAIS, je tenais absolument à faire ce petit give away avant Noyel parce que j'ai découvert des produits super chouettes.

Il y a un an, je participais à un jury de concours d'écriture pour Arthus & Co et Univeda, et, comme nous ne sommes pas rémunérées en tant que juré, nous recevons en dédommagement un petit cadal.
Cette fois là c'était un tube de crème de nuit Jovees.

11 déc. 2011

Vincent Delerm et moi

C'est une longue histoire.
Il y a des gens, comme ça, qui font partie de ma vie sans le savoir parce qu'ils lui ont donné un souffle, des envies, des mots et des paroles.
Il y a Milan Kundera et puis Marie Nimier, il y a Pierre Bachelet aussi (et oui) et surtout Vincent Delerm.

Vincent est entré dans ma vie il y a plus de dix ans. Pour ne jamais en sortir.
Il fait partie de ceux que je peux écouter sans jamais me lasser, il fait partie de ceux que je cite, il fait partie de nos vies parce qu'il nous accompagne partout.
Sur la route des vacances ou pendant les promenades du chien sous la pluie, juste comme ça pendant qu'on vit à côté, juste pour le plaisir. Vincent Delerm, on aime ou on déteste, je peux le comprendre.
Il n'y a pas de demi-mesure. ça nous parle ou ça ne nous parle pas, on le trouve drôle ou pas, trop intello ou terriblement fin, super bobo ou juste vrai.

Vincent Delerm est pour moi un des seuls auteurs à ne pas se prendre au sérieux qui réussit pourtant à en transmettre.
Il ne le sait certainement pas mais de nombreuses phrases résonnent en moi, parce qu'elles sont terriblement justes, parce qu'elles n'auraient pas pu être mieux dites, mieux écrites, mieux chantées.

Cette petite "ode" parce que Samedi soir, j'ai été voir Vincent Delerm aux Bouffes du Nord.
Memory, c'est le nom de son petacle, mi-théâtre mi-concert, avec des bons mots et des réflexions sensées et cruellement vraies sur le temps qui passe.
Une heure trente de plongée dans un monde poétique et caustique. Une heure trente à se dire "bin oui", "c'est vraiment ça". Et aussi à sentir son coeur se serrer en pensant que nos vies en sont toutes là.

Et une heure trente, croyez-moi, quand on aime, c'est court. Trop court.
Alors ce petit message à faire tourner pour dire à Vincent Delerm que si on vient le voir c'est qu'on l'aime. Et que deux chansons de plus, ça serait vraiment chouette.
Surtout pour les parents qui ont fait 350 kilomètres et usé de toute leur persuasion pour faire garder leurs trois nains un samedi soir.

Cela dit, je suis prête à pardonner si quelqu'un arrive à lui glisser le nom de ce blog et une demande d'interview. Et un autographe avec.
Bin quoi? J'ai le droit d'être niaise.





Cher Vincent, donc, merci de m'accorder une petite interview ou de rallonger la sauce du petacle. Parce que, très sincèrement, quand nous sommes rentrés, les nains dormaient à peine...

10 déc. 2011

David Abiker - interview de papa

En fait, pour être tout à fait honnête, je n’écoute pas Europe 1.
Sauf une fois, le jour où Mère Bordel y a fait entendre le son de sa jolie voix (Till the Cat aussi mais il miaule, c’est différent). Ce n’est donc pas sur Europe 1 que j’ai découvert le pipole interviewé ce jour.
Non, David Abiker, je le connais par ses écrits, par ses chroniques dans Marie Claire, par son bouquin Zizi the Kid et surtout par sa présence dans l’émission Arrêt sur Images (que tu peux suivre  maintenant) et aussi parce que je suis branchée plutôt sur France Inter (et qu’il y a causé pas mal).
Ses chroniques me font rire, ses interventions me plaisent, et, en plus, il a deux nains, ou devrais-je dire deux naines (qui ne le sont plus vraiment) dont il parle avec humour et tendresse.

9 déc. 2011

Skylanders Spyro's Adventure - Les nains zouent et t'offrent un zeu


Article sponsorisé

Je ne peux pas TOUT tester. Déjà parce que je n'ai pas le temps (trois nains, un Mâle, un toutou) et puis parce que, parfois, les nains n'ont pas l'âge. Lorsqu'une telle chose arrive mais que le produit me semble sympathique, je fais un appel à une maman dont les nains entrent dans la tranche d'âge et la maman sélectionnée reçoit le produit à tester en échange d'un article et de quelques photos.
Bin oui, soyons francs, même si mes nains sont supérieurement malins (surtout pour vider les tubes de dentifrices dans la gueule de leurs dragons en plastique), ils ne peuvent pas encore jouer à la console. Pourtant j'ai essayé...mais devant le pitoyable résultat du nain à Mario Kart, j'ai préféré laisser tomber. Il fonce dans les murs, se retrouve en sens inverse ou termine misérablement dans le ravin. Du coup, on lui file une télécommande sans pile et on lui fait croire qu'il est en bas à droite (la version "démo"). Oui, c'est nul.

5 déc. 2011

Et c'est QUI qui le fait sinon???


            
Parfois, le couple c'est super. Parfois, c'est un peu moins drôle.
Il me faudra faire un article là dessus, promis juré, quand je vois autour de moi les ravages de la non-communication, du "de toute façon quand on est à la maison on ne fout rien", du "moi je bosse" (au féminin comme au masculin) et de tout ce qui va avec la naissance, les enfants, la reprise (ou non) du boulot, avec le quotidien et les tâches ménagères, avec l'impression de compter ce que chacun fait pour le brandir à l'autre sous le nez comme preuve.

Bref, bref, promis, vous l'aurez cet article sérieux mais, en attendant, il me faut partager avec vous les premiers résultats d'une analyse hautement scientifique réalisée (expériences à l'appui) par une lectrice. Je ne me donne pas son nom (à moins qu'elle ne m'autorise bientôt à rendre public son admirable stratagème) mais, sincèrement, vous pouvez utilisez ses travaux pour mener votre propre petite expérience.

Attention, ici point d'attaques envers le Mâle. Parce que ça pourrait être complètement l'inverse.
Donc Messieurs, n'hésitez pas à faire la même chose à votre douce si vous avez le sentiment que "si vous ne faites pas, c'est kikikifé???".


4 déc. 2011

Il y aura un an demain


Il y aura un an demain.
Un an.
Que j’ai une fille, une évidence, et un petit bout de moi qui pourra choisir de donnera la vie quand son tour viendra.
Un an que mes yeux se posent sur le plus chouette des sourires, un an que son père en est gaga.
Un an que ses frères la trouvent « rigolote » et lui donne de la « petite sœur » et de la « doudouce ».
Un an qu’elle les regarde comme des dieux, parce qu’ils savent tout faire (des grimaces, des conneries et des sons assez drôles).
Un an que j’ai connu un accouchement express, et que j’ai sorti de mon ventre une petite chose toute molle sans même savoir ce que c’était.
Un an que je serre son corps contre le mien en pensant à quel point on peut aimer, encore et encore.
Un an que je trouve que tout est à la fois si simple et si compliqué, un an que nous sommes cinq (six dirait le chien).
Un an que je suis passée de l’autre côté, brochette de sièges autos et salle de jeux en over quota.
Un an que mes deux mains ne suffisent plus.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...