11 août 2011

Le nain picole...(c'est du joli)

Histoire de rester dans l'ambiance camping, je te propose aujourd'hui de parler picole (Hein Gégé? Une petite anisette??)

Le nain sait que son parent picole et ne peut garder ça pour lui.
Dès qu'il croise quelqu'un suceptible d'être passionné par sa vie (passionnante) de nain, il tient à lui faire partager quelques réflexions:
- Tu sais, moi j'ai quatre ans. Et aussi mon frère, Soso, il a deux ans.
- Tu sais, moi, j'aime bien boire un petit apéritif et mon papa il boit de la bière aussi et du vin.
- Et tu sais moi je sais ouvrir les bouteilles de vin tout seul (gulp - je n'aurais jamais du lui montrer comment fonctionnait le tire-bouchon, maintenant il nous fait une réputation d'enfer..)

La picole, sur un blog de maman, ça ne le fait pas. C'est le mal...


Parce que, personnellement, si je calcule bien, j'ai du m'abstenir de picoler pendant (environ hein) :
3 X 9 mois de grossesse = 27 mois
et 5 + 4 + 6 mois d'allaitement = 15 mois
Ce qui nous donne un total de (attends, je prends ma calculatrice) = 42 mois. Soit environ 3 ans et demi.
GULP.

Enceinte, je ne picole pas...
Mais ça serait mentir que de dire que je n'ai pas trempé mes lèvres dans un petit Château Poduku 1962 après une tétée lors de mes quelques mois de maman allaitante.

Pour être très honnête, j'ai choisi de suivre les recommandations de mon gynécologue favori (ma mère) pour mes grossesse : zéro alcool. Ouais, je suis comme ça. Zéro poisson cru aussi et zéro steak tartare. Certaines me diront : "Bah, moi je ne faisais pas si gaffe et puis je n'ai rien eu". J'imagine bien. Mais sincèrement, je n'étais pas prête à risquer des trucs pas chouettes juste pour un petit orgasme culinaire (oui, le sushi me fait cet effet là).

Enceinte, j'ai donc bu du Pulco (l'addiction de la femme enceinte pour l'acide), du Kéfir (recette maison), du Coca Light (mais pas trop), des pisse-mémés (tisane jambes légères, cuissot galbé et pipi toute la nuit).
Et j'ai décliné poliment tout ce qui était alcool, malgré les "Ho, c'est quand même pas une coupe qui va te tuer!" ou bien les "de notre temps, on buvait un verre de vin par jour hein et les bébés n'étaient pas plus cons...!" (oui et de ton temps, on lavait les serviettes hygiéniques à la main aussi).

Allaitante, j'ai limité grandement ma consommation alcoolique. J'avais lu quelques études (notamment celles de la Leche League - tu vois, je cite mes sources) qui expliquaient en quoi la présence (même faible) d'alcool dans le lait maternel provoquait des modifications quant au comportement du nain.
Par exemple, le nain soumis à de la picole dans le lait de sa chère et tendre mère (qui a picolé pour oublier qu'elle ne dormait pas) : boit moins de lait (car l'alcool donne du goût et une odeur particulière au lait) et aussi dort moins bien (et ça, ce n'est pas acceptable, déjà qu'il ne dort pas assez).


Alors je sais bien qu'un verre de vin ou de bière après une tétée ne nuit pas. Je sais. Mais crois moi, il y a des choses comme ça, ça me bloque.

A ce sujet, j'avais pu tester les alcootest pour lait maternel vendu sur le site de Mamanana.
Pour celles qui ne connaissent pas, ça ressemble à ça :

Alcootest à nichon

C'est un concept qui peut paraître étrange (voire limite) mais je trouve ça intéressant d'observer comment notre corps réagit à l'absorption d'alcool. J'ai donc (après avoir tiré mon lait afin de nourrir sa Majesté de la Micronaine), bu un verre de vin blanc. Une dizaine de minutes après, j'ai opéré un geste très sesky et ma foi fort sensuel (que je t'interdis de visualiser) afin de déposer une goutte de lait maternel sur la bandelette.
Si le test vire de couleur, c'est que le taux d'alcool dans le sang dépasse 0,02% et qu'il vaut mieux donner du lait tiré au nain (ou tout autre lait que celui qui sort de ton nichon bourré) et attendre une heure pour retester ton lait.

Le principe peut choquer mais mon nichon, après 1 verre de vin (petit hein, le verre, pas une pinte non plus), était bourré. Bon à savoir.
Alors c'est vrai que tu vas me dire "bah, ya qu'à ne pas boire pendant qu'on allaite". Certes. Mais parfois, lors d'un allaitement long (ou pas), tu as envie de boire un verre, de fêter un truc, de te faire un petit écart. D'avoir une vie sociale légèrement festive (autre que de sortir en famille voir Cars 2).
Test utile donc (et assez marrant).
désolée le nain, le nichon est bourré. Fais toi donc un verre de Gallia à la place...

Si tu as envie d'en savoir plus, c'est chez Mamanana que ça se passe.

Mon discours picole, tu l'as donc compris (parce que tu n'es pas une buse), est légèrement catégorique. Enceinte, c'est zéro alcool. Voilà, je suis peut être un peu obtue sur le sujet, mais je ne picole pas enceinte. Ça serait trop con de risquer quoi que ce soit pour un verre...

Allaitante, je suis un peu plus souple et je m'autorise une gorgée après tétée. Mais inutile de te dire que cet été, pour oublier le sevrage de ma fille et les biberons de 6h du matin (au mieux), Le Mâle et moi même avons dévalisé quelques caves (Givry, Chambolle et cie).


Sur le même thème, il y a quelques mois, on m'a proposé de tester le vin désalcoolisé Bonne Nouvelle. J'ai (évidemment) dit voui.
Voui parce que ça m'intrigue, voui parce que je suis une testeuse née et voui parce que "comment peut-on imaginer du vin sans alcool, biiiiih, pas bon".

Test de la vinasse (oui, c'est mon côté beauf qui s'exprime parfois) :

Alors voilà la bestiole (en rosé) :

Oui, le rosé,c'est girly





ça fait chic (on peut se pavaner avec un verre à la main et sourire de manière hautaine, ça passe très bien).
il est gouleyant, fort en bouche, il est rond et il a de la cuisse (le nain?)

Bon et sinon, c'est comment ?? (non parce que c'est quand même ça qui nous intéresse).

Je dirais que:

-  c'est sucré, pas autant qu'un sirop mais plus qu'un jus de fruit.

- dans l'esprit vin, on retrouve un petit goût (surtout pour le blanc je trouve)

- c'est bien meilleur frais, ça atténue même le côté un peu sirupeux (d'ailleurs, ils conseillent de le boire frais)

- pas calorique (puisqu'on compte 4 calories par verre - mon cuissot est remerciant)

- c'est une bonne alternative aux coktails sans alcool (qui sont, avouons-le très écoeurants)

- ça ne remplace pas du tout le vin (soyons franc).



Comme je suis une vraie professionnelle, j'ai proposé à S., ma pharmacienne enceinte de tester le vin Bonne Nouvelle.

ndlr : l'appellation sans alcool ne veut pas dire 0% d'alcool. D'ailleurs, le vin Bonne Nouvelle en contient 0,2%. Alors oui, ce n'est pas grand chose. Presque rien du tout. Mais il est hors de question que je te dise, vas-y, tu peux boire sans crainte :)
Je signale juste qu'il est très pauvre en alcool (et très pauvre en calories, ça c'est important, huhuhu) mais qu'il n'en est pas exempt.

Revenons à ma chère cobaye enceinte qui a accepté donc de tester pour vous le vin.
Son verdict: " Bon goût, très sympa pour un apéritif puisque ça change des jus habituels. Le vin a un arrière goût de vin, ce qui pemet de se sentir festive. Je trouve juste qu'il est trop sucré pour être bu au cours d'un repas". (le blanc)

Voilà, tu as deux avis qui convergent un peu (n'hésite pas à partager si tu as pu tester) : goût sympa, aspect rigolo mais tout de même un peu sucré pour être consommé à table, comme un vrai vin.

Ce que j'apprécie dans ce produit, c'est plutôt le côté "festif". Le fait de trinquer avec autre chose qu'un pitoyable verre d'eau et un sourire niais (bin ouais, je peux pas MOI).

Si tu veux tester le vin Bonne Nouvelle, tu peux aller en supermarché puisqu'il se vend dans la majorité des grandes surfaces (prix autour de 3 euros la bouteille).



Si tu es joueuse et que tu veux gagner ici même quelques bouteilles, voici le give away du jour :

- tu peux aller regarder le site de Bonne Nouvelle histoire de regarder à quoi ça ressemble

- tu reviens me laisser un commentaire de mec bourré (genre incompréhensible)

- si tu partages, tu mets un second commentaire (mais pas de mec bourré).

Et samedi soir, le GRAND JURY composé de trois blogueurs hyper-selects super VIP, élira les deux phrases les plus maboules, les plus déjantées et les plus bourrées.

Pour les buses, quelques exemples de phrases de mec bourré:
- si j'étais pas moi, je serais surement une chaussette parce qu'une vie de chaussette c'est quand même le pied...

ou bien
- la vie c'est quand même comme une maison de castor qu'on construit avec les dents...

Tu saisis le concept??

Les deux gagnant(e)s recevront un pack de bouteilles (rosé/blanc). A consommer avec délectation en trinquant à la santé (et au sommeil) du nain.


Tu peux cliquer...



Le grand jury bourré a élu :

- FAIZAZ
- SABINE

Hips les filles, j'attends vos coordonnées...

8 août 2011

Carte postale n°2: Comment se faire virer d'un camping en toute simplicité

va plutôt par là le nain....(loin) et prépare le ptit pastis!
Le nain prend aujourd'hui mon clavier et, de ses petits doigts boudinés (effet Jean Caby), il propose à ses congénères allumés de la mèche un petit code du "Bon campeur".


* Louer un mobil-home (rebaptisé Mobil-Gnome par Mère Bordel) à la dernière minute, en urgence et en milieu de semaine histoire de faire une excellente surprise à tous les vacanciers. Ne pas arriver le jour des arrivées est un excellent moyen de surprendre positivement le voisinage. Choisir évidemment le mobil-home coincé entre deux couples sans-enfants qui bossent EUX toute l'année (qui ne sont pas des feignasses de profs) et qui veulent un peu de calme.

* Débarquer dans le mobil-home à l'heure de la sieste et déballer tous ses jouets sur la mini-terrasse. Ne pas oublier de pousser des hurlements de joie à chaque voiture retrouvée. Éventuellement, s'engueuler avec son frère si celui-ci a le malheur de poser une de ses sales pattes sur notre voiture fétiche (toutes en fait). Et terminer par un vidage de la caisse de jouets en sautillant sur place.

* Demander soixante-fois à voix haute à ses parents "quand est-ce qu'on va à la pisciiiiine?". Marche aussi avec "la meeeer", "le toboggaaaaaan"?? Le tout étant de faire un maximum de bruit. Ne pas hésiter à reprendre toujours la même structure de phrase, avec exactement les mêmes intonations traînantes. Ça énerve pas mal surtout si les parents  :
- sont en train de vider la voiture, le coffre de toit, traîner des sacs qui pèsent une tonne à bout de bras sous 38°
- tentent misérablement de caser les vingt mètres cubes d'affaires dans les vingt-sept mètres carrés du mobil-home...(en suant et en ronchonnant).

* Sauter sur les lits en hurlant "Hip Hip Hip HOURRA" (sans se lasser) pendant que maman fait les lits (alors qu'elle a dix centimètres de jeu entre le matelas et le mur). Continuer indéfiniment jusqu'à ce que maman crie, voire plus. Ne pas oublier de faire le saut de trop qui termine sur le coin de la table de nuit. Histoire d'utiliser la trousse de secours pour la quatrième fois des vacances. Et ne pas oublier de hurler comme un goret qu'on égorge lorsque maman appliquera une touche de biseptine sur la terrrribeul blessure... Avec ces mots "mamaaaan tu me fais troooop maaaal, pas ça, pas ça". Histoire que les voisins pensent que tes parents sont maltraitants.

* A chaque repas pris en extérieur (sur la micro-terrasse), n'oublie pas de faire une colère. En fait, il te suffit de :
- refuser ce plat dégueulasse (ce ne sont pas des nuggets? C'est donc dégueulasse)
- renverser malencontreusement son verre d'eau sur son frère (en lui balançant à la tête)
- faire tomber une cuillère entre les lattes de la terrasse (chaque cuillère sera décomptée du chèque de caution, ne l'oublie pas, alors ça énerve).
- se barbouiller de danette au chocolat.
Les voisins apprécieront ce repas partagé collectivement, dans la joie et la bonne humeur.

* Aux jeux pour enfants du camping, n'oublie pas de râler. Parce qu'il y a du monde, parce que le toboggan est chaud (pour ton délicat fessier), parce que personne ne te pousse sur la balançoire, parce que les grands te passent devant au toboggan. Tu peux donc alpaguer ton père, ou ta mère en criant, ça résonne particulièrement bien. Tu peux également balancer des gravillons sur le toboggan... ça rend bien. N'hésite pas à le faire même si tu t'es levé tôt et que tu es au jeu dès 7h30. Les gens qui choisissent de camper doivent assumer.

* Si tu te promènes dans le camping, parle à voix haute en critiquant les gens ou en posant des questions délicates. Sur tout et rien. Sur la grosse dame avachie dans son transat, sur les jeunes qui fument (c'est trop pas bien maman). Sur le toutou moche et sale, sur le vacancier allemand en chaussette dans ses sandales. La règle : foutre la honte. Tu sais très bien le faire... Tu peux également alterner avec des chouinements pour cause de cailloux dans sandales. Il te suffit de marcher en trainant des pieds jusqu'à ce que tu chopes un petit caillou dans ta godasse. Puis, arrête-toi, pleure et refuse d'avancer. Parce que tu as un "caillouuuuu" et que "ça fait trop maaaaal".
Et que NON tu ne peux pas l'enlever seul.

Voilà, cher collègue nain, quelques astuces pour que tes parents ne t'emmènent plus au camping.
J'ai eu de la chance, ce n'était pas en tente car mes parents sont de vraies chochottes et n'osent pas camper avec trois nains. Mais je suis prêt pour le jour où ils voudront tenter l'expérience. M'est d'avis que le zippage/dézippage de la tente environ cent fois par nuit peut contribuer à leur faire abandonner cette idée stupide.

A bientôt pour une nouvelle carte postale cher public, j'espère que tu passes de bonnes vacances.
Et n'oublie pas de devenir mon pote sur Facebook si tu veux suivre mes aventures (bien plus palpitantes que celles de ma mère, je tiens à le préciser...)


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...