9 juin 2011

Le zoo. Le parc animalier. L'enclos des biquettes.

Le nain est l'ami des animaux, tu le sais.
Il voudrait adopter tous les chats pelés du voisinage, qu'ils soient lépreux et mités ne lui pose aucun problème de conscience.
Il voudrait caresser tous les chiens qu'il rencontre. Même le caniche nain abricot dont le poil est tout collé-puant, même le yorshire à mémé avec son manteau écossais, et  OUI, même le pitbull du voisin - que-c'est-quand-même-pas-pour-rien-qu'il-porte-une-muselière-le-nain).

Le nain est donc animal friendly, c'est un fait.
NON le nain, nous ne ramènerons pas cette serpillère à la maison!!

Et toi. Et bien, tu suis.
Il te faut donc faire fi de tes craintes puériles et :
- tendre une carotte moisie à l'âne du coin en espérant qu'il ne t'emporte pas la main
- placer de l'herbe sèche dans ta main en la gardant bien plate pour nourrir le poney obèse. Un conseil, si tu as peur, fais comme moi et mets la main du nain sur la tienne. Il sera rassuré et toi, tu ne craindras rien.
Attends Cadichon, j'appelle le nain, il a une touffe de mauvaises herbes pour toi...

Le nain, grand sensible, trouve les poissons sioupères intéressants (des heures passées devant les aquariums des poissons néons le dimanche chez Jardiland), les poules zé poulets géniaux (surtout mortes, broyées et panées), et les hamsters (qui, soit dit en passant, passent leur temps à faire du bruit dans leur roue et à se vautrer dans leur bol de graine) passionnants.

Ces constatations sur la niaisitude du nain te permettent aisément d'établir la conclusion suivante: le nain aime surtout l'animal basique. Le petit nain j'entends.
Inutile donc, à moins que tu ne sois farci de thunes, d'aller dans un grand zoo avant les trois, voire quatre ans du nain.
Parce que je ne sais pas toi, mais personnellement, aller payer environ 25 euros (par adulte) pour donner du pop corn (payant) à des biquettes (farcies du-dit pop corn) ça m'arrache un peu la tronche.

Une fois que ton nain est capable de s'intéresser à autre chose qu'aux poulets/lapins/cochons (trio gagnant de ton assiette), tu peux essayer une sortie au zoo.

Pour toi, j'ai testé le Zoo d'Amnéville.
là, tout de suite, t'as envie d'y aller, ça fait pas du tout entrée cheap...


Parlons coût déjà, ça va te calmer : compte donc (si tu n'es rien qu'une buse et que tu achètes tes tickets sur place) 27 euros par adulte et 22 par enfant de plus de trois ans. Les enfants de moins de 3 ans ne payent pas (en même temps, pour ce qu'ils apprécient le zoo hein!).

N'espère pas gruger sur l'âge du nain, c'est une vrai balance. Il ne dira pas qu'il a moins de trois ans s'il s'avère qu'il a trois ans révolus. Le nain est un fourbe.

- Il a quel âge le petit là?
- Heu, il aura trois ans le mois prochain
- Ah non maman, z'ai 3 ans édemi moi madame
- Hin hin hin (rire débile tentant de justifier un mensonge pitoyable)
- Et bin madame ça fera 22 euros pour le nain alors.
- Oui oui, bin je vais lui prendre 2 paquets de pop corn alors (un pour les biquettes, un pour le nain)

Mon conseil, achète tes places avant (par le biais d'un CE compatissant, ou au pire dans une billeterie de supermarché) tu gagneras quelques euros (ce qui te permettras de prendre un paquet de pop corn à deux euros en plus pour le Mâle). De plus, le fait d'arriver avec ses places te permet de prendre l'entrée de droite (celle des groupes) et de gratter tous ces pouilleux qui n'ont pas lu mon blog avant (moi, par exemple, la première fois que j'ai été au zoo).

Quand y aller?? Et bien, évite évidemment les vacances scolaires (quoiqu'en semaine tu as les groupes de jeunes nains d'école maternelle, tout aussi boulets que les tiens et arborant une casquette rouge - histoire de ne pas oublier Kevin dans la serre tropicale).
De toute façon, peu importe la date choisie, mon conseil reste le même : privilégie une arrivée matinale. Deux raisons à cela : le nain est plus frais et les biquettes sont à jeun. Et tu auras un peu moins de monde aussi.

Essaie également de prévoir un pique nique car évidemment, tout coûte un bras (et crois moi le burger tièdasse ne remplacera jamais un bon jambon/beurre/pringeuls). Et le nain adore pique niquer.
Tiens le nain, un sandwich à la salade (de toute façon, le nain ne mange que le pain - et pas la croûte)

Le planning? Au choix.
Personnellement, je suis assez pour commencer par les animaux du genre éléphants, girafe, rhinocéros. Parce que mine de rien, le nain se lasse vite. Dès le matin, fonce vers l'enclos des bêtes féroces et sauvages (non, pas les biquettes) et ton nain, tout émerveillé, sera reconnaissant. D'ailleurs tu peux même pique-niquer près des girafes. Oui, c'est ton côté safari.

N'oublie pas, si ton nain est faiblard (ou qu'il a juste 3/4 ans) de prévoir une poussette ou un moyen de portage. Il est peu endurant et le parc est grand. S'il fait chaud, tu vas ruiner tes aisselles à le porter sous le bras.

Le nain, sinon, avance relativement vite. Il n'aime pas attendre des heures devant la vitre que Môssieur le Léopard daigne déplacer son petit popotin.
Non, il arrive près d'un enclos et demande tout de go:
- C'est quoi ça Papa? (oui, car le Mâle est un grand spécialiste de la faune et de la flore selon le nain)
- Heu...(là, le Mâle lit le panonceau qui explique ce qu'il y a dans l'enclos). C'est un Felis silvestris.
- Un quoi????
- Bah, c'est un chat qui vit dans la forêt le nain.

Devant le parc où se prélassent de magnifiques chameaux :
- T'as vu papa, c'est les même que celui du cirque!
- Hein? (le Mâle a une mémoire de poisson rouge anémique)
- Mais siiiiii, tu saiiiiis (le nain n'aime pas qu'on oublie)
- Non le nain, je ne sais pas
- Mais si, hier (hier pour le nain, c'est juste le passé hein - et demain c'est le futur)
- Non, je ne vois pas chéri (mais ne pleure pas pour ça)
- Mais si tu sais sur le parking!!
- Aaaaaah ouiiii (le Mâle, un éclair de lucidité) tu as raison le nain, c'est le même que celui du parking.

- GNé??? (là c'est toi qui demande des explications correctes et compréhensibles parce qu'à ta connaissance, les chameaux ne vivent pas en autarcie sur un parking).
- On a été chez Jardiland l'autre jour (probablement un dimanche où on ne savait pas quoi faire pour amuser les nains) et il y avait un pauvre cirque miteux. Le cirque Francky. Il était sur le parking.
- Formidable ça le Mâle...

- Moué, enfin bon, il y avait un poney malade et un dromadaire dépressif alors le nain a insisté pour aller les voir.

Et moi le nain?? Tu ne viens pas me voir???

Super. Et dire qu'on vient de dépenser une journée de boulot pour une entrée au zoo alors que le cirque Francky propose les mêmes prestations sur le parking du Jardiland.

Je ne te parlerai pas des grands moments de connivence entre le Mâle et moi durant cette journée, à porter les nains au dessus des barrières (en faisant semblant de les jeter dans la fosse aux lions - mouarf quelle bonne blague), à se gausser des commentaires d'autres familles (Jordan, regarde le macaque, il te ressemble non?).
Devant la vitre de la panthère noire par exemple , un couple scrute les fourrés avec attention.
Nulli et Chouchou en balade romantique probablement (vu le regard qu'ils jettent à nos nains dont les deux narines sont scotchées à la vitre histoire de mieux voir).
Le nain alpague Nulli :
- Il est où le chat là?
- Huhuhuhu (le chat, qu'il est niais ce nain), il est là, regarde, sur la branche.
- Où??
- Là, regarde, on voit sa groooosse queue qui pendouille.
- Ah oui, Papa t'as vu la grosse queue qui pendouille?
Evidemment le Mâle sourit. Evidemment, je me mords l'intérieur des joues pour ne pas exploser de rire. C'est ça aussi, le bonheur d'avoir des nains.

Et les pestacles?? Faut-il faire les pestacles?
Ah...les pestacles. Je dirais tout dépend de l'âge de tes nains. Avec des petits, tu n'es pas obligé hein. Les animateurs braillent dans le micro des informations sans grand intérêt pour le nain du style :
" L'otarie à crinière est connue sous plusieurs noms dont les plus fréquents sont lobo marino et león marino qui se traduisent respectivement par loup de mer et lion de mer en espagnol". Passionnant hein?
Le nain, trop petit pour le grand amphithéâtre aux pestacles, ne voit rien et pourrit le pestacle de tout le monde parce qu'il demande "Pourquoi?" et "J'entends rien" et "Qu'est ce qu'il dit le monsieur?".
Sans parler du Petit qui ne comprend rien de toute façon et qui jette son emballage de Pom'Potes (il fallait bien l'occuper) sur la tête du gentil papi de devant en hurlant "J'a fini moi!".
Et de la petite qui trouve ça complètement nul d'être en plein cagnard à se faire hurler dessus.

Bref, les gens ne sont pas ravis ravis de ta présence et sont à deux doigts de te jeter les restes de sandwichs du midi.
De plus, bon à savoir, pendant que 250 personnes se régalent du pestacle des otaries, elles ne sont pas agglutinés devant la cage des lions.
Ce qui permet aux nains de taper sur la vitre en hurlant : "Hé Ho Siiiimba, pourquoi ton papa il est mort???" (oui, le Roi Lion, première comédie dramatique du nain - et premiers grands questionnements énervants pour les parents - qui regrettent cet achat Disney, la prochaine fois il matera Cendrillon).

Cela dit, si tu es téméraire, si tu as envie de te cultiver, je te conseille (ou pas) le pestacle des rapaces (idée formidable du Mâle au demeurant qui a pensé que "ça nous changerait des otaries").
Un faux tournoi donc, dans une arène surchauffée et en plein soleil avec de courageux figurants qui suent abondamment dans leurs costumes de peau.

Des rapaces, donc, qui passent rapidement en vol plané au dessus d'un public (épaté) histoire de montrer leurs grosses papattes et leurs larges ailes. Appâtés par de la viande fraîche (probablement des lambeaux de poussins), ils survolent majestueusement l'arène (sous les commentaires légèrement agaçants du pseudo présentateur).
Les consignes sont claires : bouffe planquée, pas de doigt en l'air, pas de geste brusques. GLOUPS.
Même toi, tu flippes qu'un aigle décide de se poser à côté de toi pour faire causette. Tu emprisonnes les doigts dodus du nain (qui ressembleraient presque à des saucisses à cocktail - ça se trouve les condors aiment les saucisses à cocktail) histoire de ne prendre aucun risque.

Et tu manques de mourir de peur lorsque, à la sortie du pestacle, un aigle royal échappé zone dans les allées de sortie. Surtout lorsque Grand Nain, mu par je-ne-sais-quelle-idée-stupide décide de lui courir après en lui hurlant "Va Mourir Pigeaaaaaasse!!!".
Re-GLOUPS.
c'est MOI que tu as traité de pigeasse le nain???
Il va falloir qu'on apprenne au nain à reconnaître les rapaces des pigeasses.

Après ce pestacle régénérant, il te reste à aller faire un tour du côté des pingouins (tu pourras ainsi comater un moment dans l'obscurité de leur tunnel d'eau et les nains pourront se rouler sur la moquette devant l'aquarium).
Tu pourras également aller admirer les serpents, crocodiles et tous ces animaux à cauchemars.
Ici, gavés, nous avons juste proféré un petit mensonge au nain.
- On va voir les crocos??
- Ah bin non le nain, dans ce zoo, il n'y a pas de crocodiles, c'est ballot hein?
- Ah bin oui....
- On va voir les biquettes plutôt??
- Ouiiiii, les biquettes.
Il arrive le nain ou quoi là???

Cherche pas, la biquette est encore la reine de la fête.
Elle chope les petits pop corn des doigts des nains qui rient aux éclats.
Toi la langue rose de la biquette tu trouves ça dégueulasse. Tu as bien raison mais le nain, lui, trouve que "ça fait des guili maman".
Hé Simone, deux paquets de pop corn à dix heures!

Après environ quatre heures de zoo, il est temps de rentrer (sinon tu vas finir par t'écrouler).
Passe rapidement à la boutique.
Si tu es munie d'une mamie compatissante, laisse la avec tes nains, ils vont réussir à la traquenarder et ils repartiront tous les deux avec un joli souvenir du zoo.
Sinon, je te conseille un passage en courant avec nain dans les bras.
Un "Au revoir" à la dame de la caisse et tu es dehors. Sans la peluche à 40 euros. Sans le serpent en caoutchouc.

Les nains sont ravis de leur sortie. Et toi aussi.
Puisqu'ils dorment sur le trajet du retour.

Ils sont partis??? Ouf, on peut sortir...

Tu auras reconnu les illustrations de Papacube. Merci mon cher, encore une fois, ce fut un plaisir...

6 juin 2011

Pour Mieux Attendre - PMA et toi?

Il y a des sujets qui me touchent. Beaucoup. Parce qu'ils blessent, parce qu'ils me font mal.
Je n'ai jamais attendu. Jamais. Le grand est arrivé en trois mois, et les deux autres en quinze jours.
La vie est injuste quand il s'agit de ça, j'aurais volontiers pris des mois d'attente à mes amies qui souffrent. J'aurais voulu en prendre un peu, pour partager la peine.

Il y a quelques années, lorsque je promenais fièrement mon ventre rempli de celui qui allait devenir mon Grand Nain, je parlais beaucoup avec une collègue. Qui allait devenir une amie. 

Quand j'ai su qu'elle attendait un bébé j'étais très heureuse. Quand j'ai appris qu'elle l'attendait depuis presque cinq ans, j'ai eu mal. Mal pour elle de m'avoir vue. Mal pour moi de ne pas l'avoir compris avant.
Encore aujourd'hui, j'ai honte. J'ai honte de ne pouvoir rien faire, j'ai honte de ne jamais savoir quoi dire.
J'imagine à quel point ça doit être difficile. J'imagine mais je ne sais pas. 


Parfois, lorsque j'écris tous ces articles sur ma vie avec eux, je me dis que certaines doivent se sentir blessées. Parce que c'est facile de râler, c'est facile de dire à quel point nos nains sont des boulets. C'est facile de se plaindre, c'est facile d'en rire. 
Ce qui est difficile c'est de ne pas en avoir quand on en veut.  Ce qui est difficile c'est d'attendre, mois après mois, qu'un test soit positif. Ce qui est difficile c'est de ne vivre qu'avec ça, qu'en pensant à ça, tout en ne sachant pas quand.


J'aurais voulu écrire sur le sujet mais je n'en suis pas capable.
Alors j'ai demandé à une autre maman d'en parler. Parce que je sais qu'elle écrit bien. Parce que je sais qu'elle saura dire.
Cet article, je l'ai voulu pour vous, pour toutes celles qui attendent. Pour mes amies et celles que je ne connais pas. Pour vous dire que j'y pense. Souvent. Et que ça me fait mal. Parce que tout devrait être simple.
Je vous l'offre donc, parce que je ne peux rien offrir d'autre que ça.




"Toi là, qui te régales des histoires de nains en pensant "oh punaise! C'est dingue! Elle a installé une webcam chez moi ou quoi?"
Toi qui jubiles et te fends la poire en constatant que chez les autres, finalement, c'est comme chez toi : "nain dans la place, pagaille en masse"... Toi qui te sens l'amie de toutes les mamans du monde parce que tu SAIS qu'elles dorment pas plus que toi et que rien que pour ça, t'as envie de les serrer dans tes bras...

J'te propose un petit feed back... Vas-y! Saute dans la machine à remonter le temps et dégaine tes lunettes trois D... Ton nain a 5 ans, trois ans, 1 an... Ton nain est tout pitit... Ton nain est là, sur ton ventre... Attention, scène violente : ton nain retourne de là où il vient (pardon pour l'image!) : ton nain est dans ton bidon... Ton bidon devient de plus en plus plat (Yes! ;-)  Rêve l 'amie! Et efface aussi les vergetures et le nombril qui sort si tu veux, c'est cadeau!).
Maintenant t'es là, la larme à l'oeil, parce que tu viens tout juste de découvrir que tu vas être maman...

Et avant ? Ben oui avant ! T'inquiète pas... Je ne vais non plus te faire remonter à ta naissance, je vais même pas te demander de me parler de ton enfance (et te faire signer un chèque de trois milliards de dollars kleenex compris, "au revoir à la semaine prochaine"... )
Non! Je vais juste essayer de te parler de cette attente qui se situe juste avant cette découverte là...  Parce qu'avant de pleurer de bonheur, il y a aussi parfois d'autres larmes moins douces... Parce qu'avant d'être maman, il y aussi parfois des mois et des mois qui s'écoulent et deviennent des années... Parce qu'avant d'être maman, il y a parfois un combat... "Faites l'amour, pas la guerre"... OK... mais parfois ça ne suffit pas. PMA me voilà!

Voici donc une histoire de mamans parmi d'autres... ou plutôt d'un parcours de procréation médicalement assistée.
Avant que tu me suives dans les couloirs blafards de l'hôpital, j'vais quand même me présenter un p'tit peu, ça t'évitera de suivre une autre paire de fesses (pardon, chemise de nuit d'hôpital version très décolletée de l'arrière train).

Nous voilà donc 4 ans en arrière (promis, c'est la dernière fois que je te fais du flash back)...  Chouchou et Loulou, 23 et 25 ans, ont franchi un grand pas! Ayé ! Fin de la pilule !!!! Youhou !
Danse de l'impatience, du secret bien gardé, danse de la joie (et du golo golo aussi...) ...
Et puis les mois passent... Chaque fois, la déception devient plus grande... Et chaque fois, Chouchou se demande ce qu'elle foire puisqu'elle a l'impression qu'elle vit dans un monde où TOUTES les femmes sont enceintes... sauf elle.
Au bout de 6 mois, elle va même voir une gynéco qui l'envoie bouler sans ménagement... "Revenez si vous n'êtes pas enceinte dans un an et demi". "Un bébé vient quand il veut... Pas quand vous, vous le voulez." Soit... Elle pleurera alors souvent par la suite en se disant que peut-être bien que si aucun bébé ne veut venir, c'est parce qu'aucun bébé ne veut d'elle et loulou comme parents...

Mais ça, c'est en fin de cycle... En début de cycle, elle a plutôt déployé l'artillerie lourde !

Voici donc une série de trucs et astuces ridicules et totalement inefficaces testés pour toi  :

1) Les calculs précis et méthodiques... Les chiffres, les relevés de température, les probabilités calculées à partir des statistiques des mois précédents... Un truc bien carré à la limite de la comptabilité...
Résultat : nul... avec une baisse de motivation évidente sur tous les fronts!  La comptable finit par être virée... A ce rythme, c'est pas dit que Loulou finisse pas par loucher sur la secrétaire!

2) La méthode Coué! L'auto persuasion! L'hypnose dans un miroir... J'suis sûre que j'suis enceinte en fait... Parce que j'sens bien que... rien en fait! Juste que j'en ai très envie... Mais quand même, j'suis sûre que j'suis enceinte... même si le sang de la défaite a été versé, même s'il ne se passe rien de spécial (et justement d'ailleurs!) ... Bref...
Résultat : nul... avec un effet secondaire très sympa : le retard de règles de 3 semaines... et l'absence de sortie de dame ovule plusieurs semaines durant! Et toc! Vengeance!

3) "Le-j'y-pense-pas" issu directement de la méthode populaire très connue "t'y-penses-trop, c'est-pour-ça-que-ça-marche-pas, penses-y-pas-et-ça-viendra-tout-seul!"
Résultats : nul... avec effet pervers : "putain, merde, j'y ai pensé là... Merde!!! Merde! Merde!!! Ca m'a foiré l'truc du coup! Putain!!! Encore raté!" Une bonne lobotomie finalement et ça devrait le faire sans souci!

4) Les acrobaties de Monsieur Sutra, Kama de son prénom... Mais il est noté clairement dans le règlement des blogs que "les contenus illicites ou obscènes sont interdits"... Donc je respecte le règlement! Pas de détails! ;-)
Allez... Un quand même parce que celui là ne fait pas partie de la batterie de la dynastie Sutra!
Le poirier et ses déclinaisons multiples selon la fatigue du moment : la chandelle, le gros coussin (pour une meilleure circulation du sang dans les jambes bien sûr!)...
Résultats : nul... Mais une approche du mépris du ridicule intéressante et à méditer! 



5) Les privations et punitions des troupes paresseuses!
Quand on a connu le manque... On devrait être capable de se motiver davantage! L'agressivité devrait monter dans les rangs... La promiscuité devrait commencer à être pesante pour tous...
Résultats : nul... Visiblement, ça a simplement renforcé les liens entre les p'tits soldats qui sont devenus copains comme cochon... et ont refusé d'avancer, se cédant sans cesse la priorité. On est bien contents pour eux et on leur souhaite... de tous mourir dans d'affreuses souffrances!

6) La distribution gratuite de vitamines à tout le monde!
Puisque la solution précédente n'avait pas fonctionné... Zou! Au diable l'avarice! "On est potes, on s'aime, *peace and love*, tiens mon frère, prend ça, tu verras, ça va te faire du bien, tu vas te sentir un surhomme! "
Résultats : nul... Paraît que si, ça leur a donné des forces! Les parties de cartes entre p'tits soldats du flagelle ont duré jusqu'à des heures incroyables! Dame ovule en a fait une toute une histoire : elle pouvait même plus dormir tranquille!

Toutes ces stratégies époustouflantes ayant étonnamment échoué, chouchou et Loulou se retrouvent finalement de nouveau face à une gynéco. Cette fois-ci, entre deux kleenex, Chouchou récupère une ordonnance.... O joie, ô bonheur ! Que d'amusements en perspective !
Côté Loulou, il y a ... Le rdv d'amour magique avec des p'tits tubes à essai... Tu sais ? Le truc top glamour dont on rigole niaisement quand ça passe dans une série télé... Ben pareil... Mais en vrai! J'te laisse imaginer le côté glauque quand t'es en salle d'attente... et que tu sais que tous les hommes qui sont là et qui vont disparaître par cette petite porte sont là pour la même chose...
Et en plus, comme le tube à essai est jaloux de la relation que Chouchou entretient avec Loulou, il demande l'exclusivité. 3 à 5 jours avant...  pas question de batifoler ailleurs pour Loulou. Concentre toi sur les charmes (cachés) du p'tit tube. Chouette.

Côté Chouchou : hormis les courbes de température (classique ça Chouchou!), on veut vérifier quand même par écho que Dame ovule fait bien des apparitions régulières et que ses deux maisons (les ovaires quoi! T'as vu? Je te fais réviser tes cours de bio l'air de rien!) sont présentables.
Voilà donc Chouchou en rdv chez l'échographe... Elle rentre timidement dans une salle d'attente bondée... de gros bidons qui doivent se demander pourquoi elle est là avec son ventre tout plat, tout vide... Elle, elle sait plus où poser ses yeux pour pas chialer. Ca, ça doit être un signe de reconnaissance de la nana qui en bave pour faire un bébé... Cherche pas qui c'est : c'est celle qui a les yeux qui piquent dès qu'elle voit un gros bidon, qui sourit à ton bambin en pleine crise de nerfs... et qui bredouille une excuse bateau quand tu lui demandes "et toi? C'est pour quand?"
Chouchou attend donc nerveusement son tour. Elle a fini par plaquer son sac contre elle, histoire d'éviter les regards interrogateurs et contemple le sol avec attention.

L'échographe l'appelle sans la regarder et raccompagne sa patiente précédente à la porte. Chouchou entre dans la salle et s'assoit. Grosse erreur. Elle se fait rappeler à l'ordre à la seconde où la charmante dame passe la porte :
"bah vous auriez pu commencer à vous déshabiller, hein!"

Chouchou rougit. Elle pensait que dire bonjour n'était pas une perte de temps. Elle pensait qu'on allait lui expliquer quelque chose avant de farfouiller entre ses cuisses (écho pelvienne bien entendu). Que nenni ! La prochaine fois, elle saura. Ca tombe bien, elle doit revenir le lendemain... et le surlendemain aussi... En fait, jusqu'à ce que dame ovule fasse son apparition.
Chouchou aura donc la chance de montrer son charmant postérieur (et plus sans affinités) à tous les échographes du cabinet. Certains étant heureusement plus aimables que d'autres.
En tout cas, le réflexe de Pavlov tend à se vérifier. Dès que Chouchou voit une blouse blanche, elle commence à se déshabiller. Faudra quand même qu'elle se méfie : chez le dentiste, ça peut faire mauvais genre!

Comme Chouchou et Loulou sont sympas, ils ont aussi testé pour toi le test de Hühner... Comment ça ? Tu ne connais pas le test de Hühner ? Mais tu ne sais pas ce que tu rates!!!
Le test de Hühner (ou test post-coïtal : avoue que tout de suite, ça fait moins rêver!) c'est le top du romantisme!

Le principe ? Fastoche ! T'essaies de deviner avec ta gynéco-marabout la date à laquelle dame ovule pointera son nez... Tu prends un ou deux jours d'avance sur elle pour la doubler et tu files un rencard aux p'tits soldats en leur faisant croire qu'elle sera là (PIEGE !!! )... Attention hein! Faut être précis ! T'as une fourchette pour les horaires hein ! Tu fais pas ton p'tit truc comme ça, tranquille à l'envie hein?!! Ce serait trop facile !
Donc en gros, tu convoques les zozos à une heure précise en ton antre et ensuite, tu cours chez ta gynéco pour une journée "portes ouvertes" !
Et là ... Je pense que vous commencez à saisir la beauté de l'instant ! :-)

La gynéco farfouille à l'intérieur, fait son shopping, elle court dans les rayons avec son p'tit sac pour faire les meilleurs affaires du moment : faut profiter des soldes ! Et enfin elle finit par sortir.
T'as le droit de te rhabiller pendant qu'elle va examiner à la loupe ses p'tits achats coups de coeur.
Elle prend son temps et toi, t'attends, comme une conne, le coeur battant qu'elle revienne en te disant "trop bien! j'ai fait des super(s ???) affaires !" ... Sauf qu'elle revient avec la tête de celle qui s'est bien fait arnaquer en achetant une belle daube à prix d'or ! Et elle confirme : "bon ben... C'est négatif..." ce qui signifie pour les non initiées : j'ai pas trouvé de spermatozoïdes. Le but étant de voir comment les zozos se comportent à l'intérieur de ton toi, forcément, quand t'en trouves pas, c'est un peu chiant!

Mais elle rajoute guillerette : "... mais c'est pas grave! Ca veut pas dire qu'il n'y en a pas, hein! Rassure toi!'  Ah ben ça va alors! Allez : fais péter ta boîte de kleenex! Promis, la prochaine fois, c'est moi qui régale.

J'te passe les milliards de prises de sang qui génèrent des milliards d'enveloppes de résultats qui font de toi une phobique de la boîte aux lettres tellement tu flippes en traquant le p'tit chiffre qui sort des normes inscrites par le labo... Un petit ,000000000001 au dessus ou en dessous et ça y est, ta journée est foutue.

Parce que finalement, tu finis par être fixée quand t'as les résultats et que c'est pas bon... mais alors pas bon du tout... Tu ne formes plus qu'une flaque sur le bureau de ta gynéco (qui doit regretter de ne pas avoir pris des actions Kleenex). T'entends dans un brouillard les explications, les encouragements, les perspectives... T'es à moitié là en fait... Tu captes vaguement le mot FIV et tu repleures de plus belle. Parce que tu le redoutais ce mot là... Parce que t'as l'impression que t'es la seule au monde à ne pas être capable de faire un bébé toute seule, enfin, à deux quoi! Et la suite te montrera qu'effectivement, quand on passe par la case FIV, ton bébé, t'as parfois l'impression que c'est 3, 4, 5, 6 personnes qui sont en train de le faire pour toi.... et c'est pas simple à digérer....

D'ailleurs, entre le jour où le mot a été prononcé et celui où Chouchou et Loulou ont pris rdv avec une gynéco spécialisée en PMA, il s'est écoulé plusieurs mois... Parce que c'est pas une évidence d'accepter que son bébé ne se fera pas sous une couette (ou sur un canapé... Où tu veux après tout!) mais dans un labo. A moins d'être passionné de sciences, tu avoueras que ça fait pas rêver.

Avec tous les bilans médicaux, l'agenda de Chouchou se remplit vite ! Elle est surbookée ! Prises de sang par ci, gynéco par là, échos au passage... Quand elle ne tend pas un bras pour se faire piquer, elle remplit des papiers administratifs. Une demande de prise en charge par sa sécu (et là, je dois dire que Chouchou et Loulou sont reconnaissants d'habiter en France... Parce que financer tout seuls une FIV, ils n'auraient pas pu...), des autorisations, des questionnaires médicaux, des attestations... Elle signe, remplit les petites cases, fait des chèques...
Rappelle sa sécu pour vérifier où en est sa prise en charge... et un monsieur lui confirme que c'est bon : "moi sur votre dossier, j'ai une prise en charge du 27 août 2007 jusqu'au 27 août 2012 pour STERILITE"... Chouchou pleure encore un p'tit coup en se disant que si elle est encore là dans 5 ans, elle va craquer...

Quand elle a rdv au labo de PMA avec le biologiste qui va s'occuper de la grande rencontre entre ses ovules à elle et les spermatozoïdes de Loulou, elle le regarde un peu comme Dieu le père... et son regard glisse pas discrètement du tout sur la centaine de faire-part de naissance accrochés à son mur. Elle y croit. Elle et Loulou signent encore des dizaines de papiers... Chouchou s'arrête quand même sur certains mots "congélation" notamment. Elle vérifie qu'on n'est pas en train de lui refiler un frigo américain... A vrai dire, elle n'a plus vraiment envie de tout savoir maintenant. Les images sont trop réelles, trop précises. On lui montre les cellules, les p'tites boîtes dans lesquelles les embryons se développent... Comment se passe la rencontre... Elle a l'impression d'être dans un univers de science fiction. Elle est reconnaissante de tout ce qu'on fait pour elle, mais elle aimerait bien garder un tout p'tit peu de magie dans sa tête... Garder ses images à elle plutôt que celles qu'on lui exhibe fièrement. Mais elle opine de la tête consciencieusement...

Et puis enfin, ça y est! Les examens sont terminés : une date est fixée. Un mois plutôt! Chouchou et Loulou sont "programmés pour décembre". En attendant, on leur dit de profiter des quelques semaines qui les séparent de la fiv. Chouchou en profite surtout pour se lancer à corps perdu sur les forums. Elle discute, suit les avancées de plusieurs bloggeuses, pleure, rit avec elles... Espère.

Elle achète le traitement pour sa fiv à la pharmacie... sans griller les étapes.
 ordonnance PMA  : quelques bricoles


 Elle ne veut pas se retrouver avec des médicaments qui ne lui serviront à rien si elle doit s'arrêter en cours de route (au prix des médocs, elle ne veut pas être responsable de la ruine de son pays !) Parce qu'une fiv ne va pas toujours au bout... Elle peut s'arrêter à tout moment. Chouchou le sait et n'anticipe rien. Elle compte les étapes :

1) Le traitement pour "bloquer" l'ovulation naturelle...
2) La stimulation
3) Le recueil des ovocytes
4) La fécondation avec l'espoir d'avoir des embryons
5) Le transfert d'un embryon
6) Le test de grossesse

1)Le blocage de l'ovulation ? Une grosse piqûre dans les fesses... qui coûte la bagatelle d'une centaine d'euros! Rien que ça! Chouchou apprécie l'instant : des dizaines d'euros dans ses p'tites fesses, on va quand même pas se permettre de chougner hein? Elle redoute un peu les effets secondaires... L'équivalent d'un début de ménopause, rien que ça. Loulou l'appelle mamie et ricane le traître!
2) Chouchou ayant passé brillamment cette première étape, elle attaque la stimulation!
Quand elle installe une cartouche d'hormones dans une sorte de gros stylo dont la mine est une petite aiguille, elle se sent un peu vache de concours. Sauf que la vache, c'est pas elle qui se fait sa piqûre! Le premier soir, Chouchou est prête... Un oeil sur l'horloge (pour pas rater l'heure), l'autre sur son p'tit bourrelet de ventre, elle tient fermement le stylo magique et se pique vaillamment... 

design le stylo !!!!

Les soirs suivants, elle n'hésite pas plus mais se rend compte que même dans un bourrelet, il y des zones plus sensibles que d'autres. Son ventre est customisé de points mauves ou rouges plus ou moins gros.

Chouchou est fatiguée... Elle se lève tôt pour traverser la ville dans un sens le matin et être à 7h au labo où elle a une prise de sang par jour. Elle retraverse dans l'autre sens pour être à l'heure à son boulot. L'après-midi, à la récré (Chouchou est instit'), elle téléphone aux secrétaires de sa gynéco PMA pour connaître la dose à s'injecter le soir...

La stimulation fonctionne bien. Chouchou sent son ventre qui pèse plus lourd que d'habitude. Elle gonfle...
Chouchou doit maintenant ajouter une écho en plus à sa prise de sang quotidienne. Elle doit demander des autorisations d'absence par demi-journées. Ses collègues s'interrogent... Et chouchou se sent obligée de leur expliquer même si elle n'en a pas vraiment envie.

3) Le grand jour arrive. Chouchou a bien travaillé. Les ovocytes sont mûrs à point et la grande récolte est programmée.
Chouchou est installée dans une chambre de la clinique avec 3 autres jeunes femmes présentes pour la même chose. Elle est number three. On lui a demandé d'enfiler une charlotte, des p'tits chaussons et une chemise de nuit qui comme toutes les chemises de nuit d'hôpital laissent voir son postérieur (charmant au demeurant, mais quand même!). Loulou lui, est au labo. Il doit remplir son p'tit tube...
Chouchou a la trouille. Quand on l'emmène sur un brancard, elle n'arrive plus à se contenir. Elle pleure comme une madeleine. Elle demande à ce qu'on l'anesthésie rapidement parce que plus on lui parle, plus elle ruisselle.  

achevez moi ! Vite !


Quand elle ouvre les yeux, elle est tellement dans le brouillard qu'elle a du mal à émerger. Et pourtant, elle a UNE question à poser... COMBIEN ?

C'est LA question des nanas qui viennent de subir un recueil d'ovocytes! Quand on lui annonce 21, Chouchou esquisse un sourire. Elle se rendort apaisée. 21... Ca semble dingue quand même non ? 21 ovocytes... l'équivalent de 21 cycles normaux... Avec le recul, Chouchou se demande si elle sera ménopausée 21 cycles plus tôt du coup... Mais là, elle n'en est pas là... Elle croise les doigts pour la suite.

4) Loulou a bossé dans son p'tit coin aussi... Et la grande rencontre se fait à l'abri des regards sous le contrôle du biologiste tout puissant.
Chouchou et Loulou téléphonent le lendemain au labo de PMA. On leur annonce : 21 ovocytes recueillis, 17 mis en fécondation, 15 embryons...
Ca semble irréel. Chouchou sait que ça ne veut rien dire... Qu'il faut encore attendre quelques jours pour savoir si les cellules continuent à se diviser. Elle attend encore le coup de fil qui lui demandera de venir à la clinique pour le transfert.

5) Le labo a appelé. Chouchou et Loulou sont là, dans un couloir qui jouxte la maternité... Ils reconnaissent un couple et se saluent timidement. La tension est palpable. On les fait entrer dans une petite salle et Chouchou est allongée en position gynéco, un drap sur les jambes. La gynéco arrive, pratique le transfert, souhaite bonne chance et quitte les lieux. Chouchou et Loulou doivent rester là une demi-heure... Le biologiste passe la tête par la porte et souhaite bonne chance à son tour... Chouchou et Loulou sont émus.
Ils rigolent quand même bêtement parce qu'ils ne savaient pas qu'on pouvait amener un CD pour patienter... Du coup, on leur a mis de la musique... Et c'est Carla Bruni/Sarkozy qui gratte sa guitare! Chouchou qui voit d'habitude des signes du destin dans le moindre plat de purée préfère s'abstenir de chercher une signification à tout ça.  
 "c'est quelqu'un qui m'a dit qu'on ... avait oublié notre CD, bordel!"

D'ailleurs les aiguilles tournent et il faut quitter les lieux. Chouchou descend en grimaçant de la table... Depuis quelques jours, son ventre a gonflé et elle mal au point de ne plus pouvoir se baisser ou bouger comme elle le souhaite. Loulou l'aide à se rhabiller. Ils quittent la clinique avec un sentiment étrange... Chouchou marche doucement... On a beau lui dire que ça ne changera rien, elle ne veut pas faire de mouvements brusques. Elle sait qu'il y a un p'tit bourgeon de korrigan dans son ventre... Elle voudrait tellement qu'il s'accroche !

Les jours qui suivent seront les plus longs de leur existence. Chouchou ne travaille pas et le temps semble s'être arrêté. Elle compte les jours avant la prise de sang qui lui dira si elle va être maman ou non... Elle dort très mal... Il faut dire que son mal de ventre empire. Elle passe du rire aux larmes... Elle cherche des signes pour deviner ce qui se passe dans son bidon... Elle peut y croire une heure et passer la suivante à sangloter en se disant que c'est foutu. Chouchou se dit que ses émotions ont aussi dû être dopées aux hormones.
Noël passe et elle a le ventre si gonflé qu'elle ne sait pas comment le planquer pour éviter d'avoir à répondre à des questions de sa famille éloignée. Elle a du mal à rester assise et rentre dès que le repas est terminé.

6) C'est le jour j. Chouchou a cauchemardé toute la nuit et maintenant elle va faire sa prise de sang. Dans quelques heures, elle sera fixée. Il y a des décos de noël partout. C'est la fête mais Chouchou est liquéfiée par la peur.
C'est Loulou qui ira chercher l'enveloppe. Elle, elle reste blottie dans son canapé et textote sa meilleure amie pour tenter de se détendre un peu...
Chouchou déchire l'enveloppe... Loulou ne peut pas. Elle lit : BHCG 133. Elle met quelques secondes à réaliser... C'est positif! Chouchou est en larmes...

Loulou a du mal à y croire. Il arpente le salon en demandant à Chouchou si c'est sûr... Il préfère attendre que la gynéco lui confirme...

Ben oui... Parce qu'après avoir été tant suivis, tant coachés, on oublie qu'on peut s'en sortir sans médecin...  Les jours suivants, Chouchou gagne d'ailleurs une nouvelle consultation en urgence à l'hôpital... Elle fait une hyperstimulation... Son ventre est plein de flotte... Elle gagne une dizaine de jours de piqûres d'anticoagulants en bonus : ça tombe bien! Ca lui manquait!
Mais c'est fini... La PMA est derrière elle... Devant elle, il y a à présent une grossesse comme celles de toutes les mamans du monde.... et au bout un p'tit korrigan qui lui fera dire que "c'était dur, mais ça valait le coup"... Vraiment.

Ironie du sort, 9 mois après, Chouchou sera de nouveau enceinte... Une petite soeur arrivée là toute seule... Cette grossesse finira de guérir Chouchou de toutes les blessures de ce parcours... pour de bon!

De la PMA, il nous reste quelques papiers que je n'ai pas jetés... Des rencontres de filles passées par là... Un respect pour la vie privée d'autrui à qui je ne demanderai jamais "et vous ? C'est pour quand ?" parce que je sais combien cette question peut faire mal.... De la reconnaissance pour certains médecins, biologistes, échographes... Du mépris pour d'autres qui oublient qu'ils n'ont pas juste un utérus en face d'eux. Je me souviens d'une échographe qui félicitait ses patientes quand les ovocytes avaient grossi et les disputaient quand les résultats étaient mauvais... comme si elles étaient responsables...

Et puis... chaque année... Une petite lettre du labo de PMA... pour les frais de congélation de deux embryons! Si, si... C'est glamour hein? ;-)
Alors chaque année, on fait notre petit chèque... en se demandant comment se passera la suite... et quelle suite il y aura. Le roman de la PMA n'est pas terminé.

Merci Marie de m'avoir proposé de témoigner sur ce sujet...  Pardon d'avoir été longue... Je pensais que je saurai être plus drôle, plus légère... Je ne l'ai pas été jusqu'au bout! Les souvenirs sont remontés et j'ai été un peu submergée... A défaut, j'aurais été vraie..."
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...