10 mai 2011

Promenons-nous dans les bois....

Ah, la balade dans les bois.
Mais si, celle du dimanche après-midi vers 16h (après la trop courte sieste des nains)
Celle où tu traînes tes nains histoire de te donner bonne conscience (et de les fatiguer un peu pour avoir un semblant de soirée) et où tu comates toi même légèrement. Celle que tu faisais (éventuellement) quand tu étais Nulli, entre quatre épisodes de Desparate Housewives histoire de t'oxygéner...

La balade dans les bois (surnommée par certains nains, devenus ados, la balade des cons), est un grand moment de la vie de tout propriétaire de nains. Il faut sortir les nains, les motiver, les balader, les supporter, les écouter, leur parler (enfin leur répéter vingt fois les mêmes phrases) et tout ça pour les occuper. Bref, ça peut tourner au drame familial (où tout le monde hurle sur tout le monde et où le nain finit par tomber tête la première dans un buisson - ou dans une flaque).

Enfin, ça dépend si tu es Wondermaman ou Multi, évidemment....

Wondermaman et Georges garent la Touran rutilante sur le petit parking de terre battue.
Georges se gare comme un as et coupe le concerto pour violons et violoncelles en ré mineur de Vladimir Pomp'laire. Les wondernains, bien sanglés à l'arrière dans leurs sièges autos, râlent car ils "adoooorent ce morceau papa, surtout le 4ème mouvement".
Georges sourit et pose sa main sur la cuisse de Wondermaman. Qu'ils ont de la chance d'avoir des nains aussi mélomanes...
Allez, c'est l'heure d'aller se promener.

Georges descend de voiture et sort les deux grands. Wondermaman glisse la petite dernière dans son écharpe pour la promenade :
- Hop, hop, chéri je lui fais le triple nœud croisé dans le dos avec basculement balancier pour qu'elle soit bien hein?
- Oui chérie, ça me paraît super, tu veux que je t'aide?

Mais Wondermaman a déjà fais les vingt nœuds nécessaires (sans s'emmêler les pinceaux et en évitant la flaque d'eau boueuse dégueulasse) et attend le reste de sa troupe en chantonnant.
Georges enfilent les chaussures de forêt aux deux wondernains. Ils mettent ensuite leurs manteaux spécial forêt et prennent leur petit panier de forêt.
Ils sont en route. Le chemin est un peu boueux mais nos Wondernains marchent d'un bon pas en évitant les flaques. Georges et Wondermaman sont derrière eux et devisent gaiement. Les Wondernains ne vont pas trop vite histoire que leurs parents ne les perdent pas de vue. La petite s'est endormie, bercée par le doux balancement et les tendres voix de ses parents.

- Oh, Papa!
- Oui mon chat?
- Regarde, un champignon...
- Où ça ?
- Mais là, regarde bien.
- Oui, quels bons yeux tu as Wondernain. Veux-tu que nous cherchions quel champignon c'est?
- Avec grand plaisir Papa.
Huhuhuhuhu...Wondermaman va encore faire des merveilles en cuisine!!!

Et voici Georges qui sort de sa petite poche extérieure de son manteau de forêt un guide de poche des champignons. Wondernain, habitué, l'ouvre à la page des comestibles :
- Je penche pour une truffe Papa!
- Mais non petit Wondernain, c'est toi la truffe!
- Huhuhu les garçons, calmez vous...(Wondermaman s'esclaffe, ses nains sont tellement spirituels)
- Ah non Papa, tu vois, c'est un clitocyble inversé!
- Tu as raison Wondernain, j'aurais confondu avec le clitocyble en entonnoir...

La petite famille repart, fière de sa trouvaille. Les wondernains s'amusent le long du chemin à reconnaître les différentes familles de champignons:
- Oh! Un bolet du bouleau!
- Tiens, une vesse de loup (héhéhéhé)
Regarde Wondernain,un pistourette des ruisseaux!!!

La promenade continue, les Wondernains nomment les arbres qu'ils reconnaissent et tentent d'apercevoir des biches. Malheureusement, même en marchant de longs moments en silence, ils ne voient rien...
Georges les sent deçus et propose alors aux Wondernains de terminer la promenade par une construction de cabane.
- Youpiiii!
- Youpiii!
- Allez d'accord les nains, installons nous par ici.

Wondermaman s'assoie sur un tronc pour allaiter Micronaine tranquillement.
- Maman?
- Oui mon coeur?
- Je peux monter sur le bois?
- On appelle ça une grume mon chéri.
- Je peux monter sur la grume maman?
- Oui mon chéri, installe toi là près de moi pendant que Papa chéri et frérot chéri cherchent un endroit pour une cabane.

Pendant ce temps là, Georges a sorti Copain de bois de son manteau multi-poches.
Il lit à haute-voix : "Trouvez trois arbres équidistants de 90 cm".

- Là Papa, regarde, ceux là pourraient convenir!
- Mais oui Wondernain, tout à fait! Mesurons le tout avec mon mètre ruban de poche mais à vue d'œil, ça a l'air d'être ça...

Continuons : "trouvez environ 18 rondins de 60 cm de long à la pointe affûtée (pour cela demande à ton papa de t'aider avec une hache)".
- Bon, les rondins, faut les trouver en fait.

Et pendant l'heure qui suit, Wondernain et Georges cherchent (et trouvent) des rondins légèrement affûtés, que Georges termine à la machette (poche intérieure de son wondermanteau).
Wondermaman, pendant ce temps là, cherche quelques beaux branchages pour faire des activités manuelles avec ses nains le soir venu (bomber des branchages couleur argentée, ça fera du plus bel effet dans un vase sur la table du salon).
Petit Wondernain l'aide, il trouve même quelques brins de muguet le veinard!

Il ne manque que les wonder-rideaux...

La cabane se termine, les rondins sont parfaitement positionnés en quinconce comme le suggérait Copain des Bois. La petite porte d'entrée a été tressée par Wondermaman et Georges a réussi à faire un petit paillasson de branchages.

- Il va être l'heure de rentrer les chéris, la nuit va tomber. Si nous voulons avoir le temps de prendre un bon bain et de déguster une bonne soupe, il faut y aller.
- Oh oui, chic!! Une soupe à quoi? Je meurs de faim moi!
- Hihihihi Grand Wondernain, une soupe de cresson, tu sais, celui que tu as planté avec papa?
- Génial, ma préférée!!!

La petite famille s'en retourne tranquillement à la voiture. Les Wondernains ont de bonnes couleurs et Microwondernaine regarde son père d'un air enamouré (elle adore quand son papa la porte en écharpe). Arrivés devant la Touran, les Wondernains ôtent leurs chaussures crottées et les posent sur la bâche mise dans le coffre à cet effet.

- On a bien fait de ne pas prendre la poussette ma chérie!
- Tu l'as bien dit mon cœur, la dernière fois elle était toute boueuse...
- Oh oui, j'ai du la passer au karcher!!!

Les Wondernains ont enfilé leurs chaussures propres et ont reposé leurs manteaux de forêt dans la caisse désignée qui reste toujours dans le coffre du Touran (à côté de la caisse à sachets de courses).
Georges attache ses enfants chéris dans les sièges autos et ouvre la portière à sa douce en lui caressant la joue tendrement.
Ils repartent ainsi en musique jusqu'à la maison. Les Wondernains dormiront bien ce soir.
Comme tous les dimanches.


Multi et le Mâle arrivent sur le parking et garent le Scénic entre deux Touran. Les nains n'ont pas fait la sieste, il est donc 15h30.
Multi a tenté de les occuper (pâtisserie mais il manquait des œufs - peinture mais Petit Nain a mangé la gouache - circuit de train mais ils ont fini par se bastonner à coups de locomotive).
Dans la voiture, ça braille, Grand Nain a perdu sa pom'potes entre la portière et le siège auto et Petit Nain ne essaie d'arracher le pare-soleil. Il n'y a que Micronaine qui se tait, elle doit dormir calmement dans son cosy.

- Allez, tout le monde descend là!
Le Mâle extrait les nains du véhicule et demande aux nains s'ils préfèrent marcher ou faire du vélo:
- Maché (Petit Nain)
- Vélo (Grand Nain)

Multi regarde le Mâle en soupirant. La prochaine fois, on ne posera pas la question.
- Bon, allez, on prend les vélos, ça ira plus vite les nains
- Nooooooon, pas vélo (Petit Nain, en rogne - normal, pas de sieste = fatigué = fiant).

Petit Nain rouge de colère se calme un peu lorsque le Mâle lui colle son beau casque sur la tête.
Grand Nain veut mettre le sien "tout seul comme un grand" et se coince le gras du cou dans le système de fermeture.
Il hurle.
Multi lui colle quelques granules dans le bec (c'est du Nux Vomica mais le nain ne sait pas lire) et, tout de suite, ça va bien mieux.

- Moi aussi! Moi aussi! Ganules!
- Oué, tiens Petit Nain. Hop!


le même que pour les dents...

Les nains granulés sont prêts à partir.
Le Mâle sort le cosy. A l'intérieur, Micronaine dort du sommeil du juste.
- Chérie, tu me sors la structure?
- Elle est où?
- Bin dans le coffre hein, tu ne l'as pas rangée sur le toit, huhuhuhu?
- Ah mais moi je ne l'ai pas rangée du tout chéri, je te l'ai mise dans l'entrée en partant
- Bin non, je t'ai dit "as-tu pensé à prendre la structure?"
- Oui, je t'ai même répondu "non elle est dans l'entrée"
- Et donc tu ne l'as pas prise?
- Et toi non plus?
- Non, moi j'avais déjà les trois enfants!
- Et bin moi je portais les manteaux alors NON je n'ai pas pris la structure qui t'attend dans l'entrée.
Pas grave, on va prendre le porte-bébé.
- Mais elle dort!
- C'est comme tu veux hein, si tu veux te trimballer le cosy à bout de bras pendant une heure, tu peux. Moi, je prends le porte-bébé.
- Ok, bon, d'accord.

Micronaine entrouvre un oeil, puis deux, chouine et se rendort contre sa maman.
Multi marche pour que le bercement termine d'endormir complètement la petite.
- Allez les nains, on avance (Multi chuchote, elle ne veut pas hurler dans les oreilles de Micronaine). D'ailleurs chéri, tu gères les deux hein, je ne peux pas gueuler là...
- Ok. Bon, les nains, on y va!!

Les nains partent comme des bolides sur leurs draisiennes. Grand Nain fonce loin devant. Petit Nain reste bien près de Multi et raconte des trucs incompréhensibles.
Le Mâle et Multi tentent de papoter mais sont interrompus par des borborygmes de Petit Nain. Formidable.
Grand Nain, lui, salue chaque personne rencontrée en lui tapant sa laïfe:


- Bonzour!
- Bonjour le nain
- T'as vu j'ai un beau vélo
- Heu, oui
- Il est vert
- Oui, je vois ça, allez je vais...
- Et il a un frein
- Ah bin c'est bien, mais ce sont tes parents que je....
- Et aussi une béquille....
- Super, bon, bin je vais continuer ma ....
- Et en plus je vais plus vite que Soso tu vois parce que Soso c'est un bébé un peu.
- Oui, bon, heu, BONJOUR MESSIEURS DAMES ET BONNE BALADE HEIN AU REVOIR!
Le nain est fier de sa monture multicolore...

Dix minutes plus tard, les nains ne veulent plus faire de vélo.
Petit Nain descend de son biclou, ôte son casque qu'il balance par terre et s'accroupi au bord d'une flaque d'eau pour y jeter des petits caillous.
Grand Nain chouine qu'il a mal aux jambes et qu'il veut aller dans la forêt qui jouxte la route.
Multi propose:
- Bin laisse les vélos sur le côté, on revient dans dix minutes, ya pas grand monde quand même
- ça va pas non? On pourrait nous les voler...!
- Parano va!

ndlr: oui, le Mâle est parano. Le Mâle vérifie donc trente-huit fois que la porte d'entrée est fermée, que la voiture est verrouillée, que le GPS est caché, que la cafetière est éteinte, que tu as fermé le robinet d'arrivée d'eau de la machine à laver, qu'il n'a pas oublié ses clefs, son portable et sa tête.

Le Mâle a peur de les abandonner dans un fourré, il les prend donc sous le bras pendant que la petite famille entre dans la forêt. Il est ridicule, se prend toutes les branches et manque de déraper à chaque pas.

- Oooooo regarde maman des champignons rigolos!!

Grand Nain tient dans la main une chose rouge à pois blancs!
- NON mais lâche ça tout de suite ce champignon, c'est une ammanite machin qui tue les mouches là!
- Hein?
- Lâche je te dis!
- Non mais c'est joli maman
- Évidemment que c'est joli le nain, ça sert à appâter les mouches (et les nains).

Tiens une ammanite tue-nains!


Le drame de l'intoxication alimentaire ayant été évité, notre petit groupe avance tranquillement dans la forêt.


Courrez les nains. Vite. Et fatiguez vous bien surtout (on est là pour ça)

Petit Nain chouine car il n'arrive pas bien à marcher dans les feuilles.
Grand Nain veut toujours passer devant et lâche les branches dans la tête de celui de derrière.
Et le Mâle suit lamentablement derrière avec ses deux vélos en pestant contre ces "satanés-gosses-la-prochaine-fois-on-ne-prend-pas-les-vélos-z'auront-qu'à-marcher-putain-de-merde".

- hého le nain on se calme là, tu vas défigurer ton frère!
La branche feuillue vient de scalper Petit Nain.

Mais l'intéressé ne râle pas, non, car il a trouvé une mare boueuse dégueulasse dans laquelle les sangliers vont probablement se vautrer aux heures creuses.
Il touille le tout d'un air concentré et ravi avec un vieux bâton.

- A la soupe!
Et il dégage le bâton vers son frère.
Qui se retrouve maculé de boue flotteuse et puante (avec des morceaux de feuilles mortes dedans - et probablement du jus de charogne d'écureuil tombé de la branche).

- Mamaaaaaaaan!!!! Ze suis tout mouiiiiiillé....


Chouine et trépigne.
- C'est pas vrai le nain, t'abuses de trop là, ton frère est immonde maintenant (et ça va être encore le drame pour lui laver les cheveux ce soir - rapport au savon dans les yeux et tout ça).
- Rigolo ça!
- Heu non, pas très rigolo, tu lui dis pardon et tu lui fais un bisou. Heu non, tu lui dit juste pardon en fait
- Adon
- Ouais, ça ira

La petite commence à se réveiller (elle a du recevoir une goutte nauséabonde) et a faim. 


- Va falloir que j'allaite la petite là chéri
- Heu là? En pleine forêt?
- Oui, pourquoi? Ça pose un problème? T'as peur qu'on se fasse dévorer par les loups si on reste immobiles?


- Des loups?? Mamaaaan!!! J'a peur, j'a peur!
- Maman blague le nain. Ce n'est pas drôle mais maman blague.

Raté, Petit Nain regarde autour de lui d'un air terrorisé et finit par glisser dans la mare dégueulasse et croupie.
- Sors le de là tout de suite le Mâle. Putain mais c'est pas vrai, ses godasses pour l'école!!!
- Quoi? Pourquoi tu ne lui a pas mis une vieille paire?
- Parce qu'il n'a pas de vieille paire. Si une paire est trop petite, j'en rachète une autre, t'es bête ou quoi?
- Et ses bottes?
- Les Oui-Oui ou les Cars?
- Peu importe je sais pas moi
- Le chien a bouffé les Oui-Oui.  Et les Cars sont restées dehors. Elles sont donc pleines de flotte puisqu'il a plu. Et je pense même qu'un escargot vit dans celle de droite.
Le nain aime à se vautrer dans la boue


Multi se met assise sur une souche. L'avantage d'avoir enchaîné trois grossesses c'est qu'on peut s'asseoir à peu près partout pour allaiter, le rembourrage externe permettant une assise moelleuse et tout confort.

Le Mâle tente de rapatrier les nains vers le lieu de l'allaitement histoire de ne pas en perdre un. Et de poser un peu les vélos.
- On fait une cabane les nains?
- Oué, une bacane une bacane!


- Alors, comment qu'on fait une cabane?
- On tire les arbres papa!
- Ouais allez, on trouve des arbres!

Et voilà les trois couillus à rechercher des branchages non-moisis.
Le Mâle est efficace, il a déjà posé quelques branches afin de faire un semblant de tipi.
Grand Nain tire une buche qui fait dix fois sa taille en rouspétant.
Et Petit Nain, vieille feignasse, est déjà assis dans la future cabane et attend.
Non mais il est bien ton tipi le Mâle (toujours encourager le Mâle)

Grand Nain abandonne la bûche et va rejoindre son frère.
Le Mâle construit donc la cabane tout seul et reçoit les ordres des minis-tyrans sans broncher.
Pendant ce temps, Micronaine sirote son lait tranquillement et en profite pour pourrir sa couche.
Et son body (le beau Petit Bateau)
Et son pantalon (le magnifique Jacadi)

- Et meeeerde, elle a tout pourri!
- Quoi?
- Elle est couverte de crotte!


Les nains sont hilares (normal, le mot "crotte" a été prononcé).
Il va falloir rentrer et voilà Multi qui dispose donc le paquet crotté tout contre elle histoire de pourrir (également) ses fringues.

- T'as pas pensé à prendre les lingettes?
- Si

- Elles sont où?
- Posées sur la structure de la poussette, dans l'entrée.

La promenade s'achève, les nains traînent la patte.
Grand Nain râle derrière et veut rentrer regarder un dessin animé.
Petit Nain se place devant Multi, les bras tendus et marche en reculant tout en répétant son mantra habituel : "Poté Maman, Poté Maman".
- Je ne peux pas te porter Petit Nain, je porte ta sœur toute crottée déjà. Demande à Papa.

Petit Nain change de cible."Poté Papa, Poté Papa".
- Non Petit Nain, je porte déjà ton foutu vélo.
Tu veux refaire du vélo?
- Non, pas beau papa
- Ok, toi, on rentre et tu vas à la sieste
- Biiiiiiiiiiiiiiiiii

Il pleure. Échec de la menace.
La petite troupe arrive à la voiture.
Le Mâle resangle la petite (puante) dans son cosy et jette les vélos dans le coffre.
Les nains grimpent dans les sièges autos et essuyent leurs godasses sur la tablette.
- Non mais les nains on fait attention là, la voiture de papa n'est pas une poubelle (sous-entendu : pas comme celle de maman)
Oui, bon, ça va, demain je vais à l'Eléphant Bleu

Multi s'affale dans son fauteuil et ferme les yeux. 17h09. Plus que le bain (bien mérité), un petit dessin animé, le repas (putain le repas), le nettoyage du repas, l'histoire les histoires du soir, les pourparlers pour le coucher, le brossage de dents, le zzzz...Multi commence à s'endormir.
Le Mâle la réveille (ça ne nous change pas beaucoup)

- Rhâ, ça fouette ici! C'est la petite qui pue comme ça?
- En fait tu as le choix. C'est soit la petite et sa couche. Soit Petit Nain et sa baignade dans le Marais de l'Eternel Puanteur. Soit mon fessier qui a choisi une souche sur laquelle un renard était venu crever. Soit Grand Nain et son odeur corporelle habituelle (rapport au fait qu'il se lave "tout seul comme un grand").

- Bon, allez, on y va les nains, on se met quoi comme musique? Muse?
- Nagawicka Papa!!
- Heu...je crois qu'on l'a pas Nagawicka...
- Mais siiiiiii (commence à chouiner)
- le titi Indien!! (Petit Nain, mouche du coche)
- Hein? Non? Je crois que Maman l'a laissé à la maison, hein Multi?
- Oui, oui, avec Pierre et le Loup.
- Ze veux, ze veux, ze veux Pierrélelou!!!
- Et meeeerde!!

Le trajet se déroulera donc sur un air de Muse.
Mais entre les chouineries de l'un (qui veut Nagawika), de l'autre (qui veut soutenir son frère même s'il n'a pas vraiment compris pourquoi) et de la dernière (la seule qui a raison de chouiner puisqu'elle est toute crottée et a probablement un rot coincé), le Mâle et Multi se contenteront d'échanger un regard complice.
Dans l'adversité, il est primordial de rester partenaires.

8 mai 2011

Mamie

C'est rare que j'utilise ce blog pour passer des messages personnels.
Je le fais de manière pernicieuse dans mes artikeuls, certes. Du genre "lève toi la nuit le Mâle!" ou encore "n'oublie pas de mettre les DEUX chaussettes dans la corbeille de linge si tu ne veux pas être frappé par la malédiction de la chaussette célibataire".

Mais aujourd'hui est un jour particulier puisque c'est l'anniversaire de "Mamie Chéwie".
Qui avant d'être Mamie Chéwie est Maman Chérie (oui, parce que moi je sais prononcer les "R").

Je me dois donc de faire un petit article pour remercier celle qui, depuis presque 30 ans, supporte la (charmante) personne que je suis.
Et oui, devenir mère permet également de se rendre compte que nos parents ont fait ce qu'ils pouvaient. Devenir parent m'a permis, en tout cas, d'arrêter avec les "mes parents n'ont pas fait ça, moi je ferai ci...". Devenir mère m'a fait comprendre qu'au delà de tout ce qu'on pouvait reprocher, il restait l'amour, inconditionnel.
Et que, peu importe certains choix, peu importe certains mots, peu importe tout cela, au départ, il y a l'amour.

Alors je me dois de dire merci.
Merci pour l'humour, merci pour la tendresse, merci pour les nains et merci pour ce que je suis.
Merci pour les concerts et les musées, pour les promenades du dimanche après-midi, merci pour les "NON", pour les "fais tes expériences" et pour les "quoi que tu fasses, je serai là".
Merci d'être là aujourd'hui et l'avoir toujours été
Merci pour les déguisements de Carnaval, pour le Cerf volant bleu, pour les nuits d'angoisse à Madagascar.
Merci pour les chèvres chauds et pour les chaudoudoux, merci pour les voyages en voiture à ricaner bêtement.
Merci pour l'amour des livres, des polars dévorés, pour la danse et pour les stages de poney.
Merci pour le Népal, pour les fous rires et les hontes. Merci pour les virées shopping et les balades du chien, merci pour les gardes d'enfant et pour les pêches au têtards.
Merci pour les coups de fil en pleine nuit, pour le soutien sans dire un mot, pour les remontées de bretelle et les choix compris.
Merci pour science-po, pour la twingo verte et pour la confiance inébranlable.
Après tout ce que nous avons vu, après tout ce que nous avons vécu, avec tout ce qui nous rassemble et avec tout ce qui nous lie, je sais aujourd'hui que l'essentiel est d'avancer et de faire ce qui nous tient à cœur parce que personne ne le fera à notre place.



Lorsque j'ai eu des enfants, je me suis demandée comment remercier ceux qui s'en occupaient pour que je puisse souffler un peu. Tu m'as répondu que tu t'occupais de mes enfants pour remercier ta mère qui avait fait de même. Et que le jour venu, je m'occuperai de mes petits enfants. Et que ce serait ma façon de la remercier. On remercie sa mère en rendant la même chose à ses propres enfants. Crois-moi, je le ferai.

Je suis consciente aujourd'hui d'avoir de la chance. Parce que certaines n'ont plus de maman. Parce que certaines n'ont pas d'aussi belle relation que celle que nous pouvons avoir.

En ce jour donc, je te souhaite un merveilleux anniversaire, avec ce qu'il y a de plus joli, avec ce qu'il y a de plus vrai, de plus sûr et de plus ancré. L'amour de cette petite chose gluante et bleue, pareille à une grenouille que l'on t'a posé sur le ventre il y a presque trente ans. Cette petite chose devenue ce que je suis.
Qui comprend depuis peu que l'essentiel est déjà là. Qu'il suffit maintenant de faire comme on peut. Avec le sourire.
Et avec confiance.
Sans regarder derrière. Parce que ce qui compte est déjà acquis.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...