26 mars 2011

Oui, on vote - mais c'est pas pour moi

Aujourd'hui, dans ma grande bonté, j'ai décidé de faire un cadal à une lectrice enceinte.
Oui, car tu seras d'accord avec moi pour dire qu'être enceinte, c'est un peu (dès fois) la louze de la fringue.
Encore plus l'été quand la chaleur te rend molle et suante et que la seule robe qui te va c'est celle à fleurs que Tatie Relou t'a filé (et qui date de sa première grossesse à ELLE - c'est dire si tu es has been dedans).

Bref, bref, une maman enceinte de double nain nommée Amanda a été la première à répondre à mon appel du samedi après midi (pendant la sieste nainesque). Et c'est donc pour elle que j'ai participé au concours lancé par Emoi Emoi.
Concours auquel tu peux participer (mais pas ce mois ci hein, ce mois ci on joue pour Amanda - mais le mois prochain, allez, on t'aidera toi va!) pour gagner des petits cadeaux qui font bien plaisir.
Ce mois ci, une robe.

Ouais tu peux cliquer ouais (t'as vu j'ai pas dit feignasse!)

Bon, bref, je m'égare.
J'ai donc écrit un petit texte à cette occasion. Pas pour moi mais pour Amanda, ya pas de raison, je te rappelle qu'elle va avoir deux nains. D'un coup.

Alors si tu as trente secondes à perdre, tu cliques sur l'image, tu trouves mon texte (qui a dit "c'est facile c'est le plus long?") et tu "J'aime" (même si tu "j'aime" pas hein, fais pas ta difficile).

Voilou, merci pour elle, et si tu es sympa, le mois prochain j'écris pour toi.
Ou toi là, qui attend des triplés. Putain, des triplés....

25 mars 2011

Heu, quelqu'un pour garder mon nain??? Non? Personne??

Je veux bien tout tester pour toi public. 
Du parc d'attraction minable à la piscine trop chlorée, du manège qui sent le vomi aux vacances en Birmanie, du mono-cycle au biberon en fonte... ma conscience professionnelle et bloguesque est sans limite.

Cependant, il y a une chose que je me refuse à tester: le  baby-sitting.
Côté baby-sitter j'entends (parce que côté parent qui se barre au ciné je signe tout de suite).

Mais ne t'en fais pas public, je t'ai trouvé une baby-sitter de choc qui va te faire un joli portrait de sa passion: la garde de nains (si si, je te jure). Et va te prouver que NON, la baby-sitter n'est pas qu'une étudiante sesky qui vient mater la télé chez toi avec son petit copain. NON, la baby-sitter est une étudiante sesky qui garde aussi (et bien) tes boulets de nains.

Céline (c'est le prénom de ta future meilleure amie si tu veux faire appel à ses services), est donc mon invitée du jour. On n'oublie pas de lui laisser un gentil commentaire (on est poli et bien élevé):

"Aujourd'hui j'ai le vaste, que dis-je, l'immense honneur d'écrire sur Mamanstestent ! (collez-moi une beigne si j'en fais trop)
Je me présente : Céline, 18 ans dans trois semaines, étudiante en première année d'histoire (eh oui, j'ai un an d'avance, lancez-moi des cahiers !)
Les baby-sittings ça me connait. Je pratique ce sport depuis mes 14 ans (j'en ai bientôt 18). Et avec ça j'ai été gardée par un nombre incalculable de personnes durant ma prime jeunesse !
Mais le pire dans tout ça, c'est mon vice caché... J'adore les nains. (Enfin, cuits à point seulement)
Je viens ici partager mon vécu, mes anecdotes, ma vie, mon oeuvre. Peut-être que grâce à moi, ô mère/père, tu accepteras enfin de confier ton enfant – mais seulement à moi cela va de soi (qui a lancé ce perfide « péteuse ! » ?)

1.    Le baby-sitting, côté baby-sitter
- Je vais d'abord te raconter l'épopée de la jeune damoiselle que je fus, quêtant sans relâche (hum, hum, comment ça j'ai pas collé mes annonces à la boulangerie, Maman ?) la famille qui accepterait de lui prêter ses monstres moyennant monnaie.
A savoir que la plupart des baby-sitters choisissent la garde de nains avec cette seule motivation : L'ARGENT. Eh oui, la (je dis la mais il y a des mâles, sache-le) baby-sitter est vénale (biiih, dirait Marie).
Si tu as bien noté, lecteur, j'ai écris « la plupart ». Il ne faut pas me compter par miel : à 14 ans, j'étais assez frappée pour presque proposer mes services moyennant... rien. Eh oui. Arrête de t'esbaudir, je t'entends depuis Lyon et c'est vexant, lecteur. Enfin, rassure-toi, après cumul d'expériences je ne propose plus mes services gratuitement (mais non ne pleure pas, tiens voilà un Klinèxe).
C'est donc comme ça que dès 14 ans j'étais motivée pour coller des affichettes (tu sais, ces lamentables machins que tu n'as jamais envie de prendre avec n° de téléphone et tout et tout...) pour garder des nains. Ma douce mère a freiné ma motivation par un tendre « Ma chérie, vu ton âge je doute que tu sois contactée ». Pas faux.
Et puis l'été de ma 3ème Môman s'est retrouvée à garder une micronaine de 4 mois chez nous. Un bébé à la maison, ça n'était pas arrivé depuis... 12 ans au moins ! (Je suis la deuxième et dernière, ma mère a rendu les armes après moi. Je me demande pourquoi, d'ailleurs...) Comme c'était chez moi et les vacances, j'étais contente : je pouvais participer. La naine ayant 4 mois, je suis devenue assez calée en psychologie du nourrisson ( : manger, dormir. Vaste programme !) On l'a gardée jusqu'à ses deux ans environ.
En 1ère, avide d'argent de poche, je suis allée quêter la famille idéale (celle de wondermaman, nains aux cheveux bleus et yeux blonds (ou l'inverse) – ah pardon, on me souffle que wondermaman n'a pas besoin de baby-sitter). Chic alors, voilà que mon patelin qui organise un baby-sitting dating ! Le principe est le même que le speed dating mais en version baby-sitters/parents. Côté parents, c'est un peu le flip intégral : les parents se mordent les doigts devant le choix qui se présentent à eux (Ludivine, 12 ans, n'a pas encore d'expérience mais toujours des couettes ; Chantal-Bernadette, 59 ans, retraitée qui aimerait occuper ses journées mais n'a jamais eu d'enfants – tu m'étonnes vu sa tête). Côté baby-sitter – je sais c'est fourbe mais c'est souvent comme ça – ça donne : « Ils ont l'air sympas, les enfants ne sont pas moches, bon je vais me présenter ». Et c'est comme ça qu'elle se retrouves à argumenter qu'elle a son AFPS (impec' si ton nain fait un infarctus), a déjà gardé des enfants (10mn chez ta voisine qui courait à la pharmacie), est patiente (exact, ça arrive. Les années bissextiles.) Le problème avec ces trucs là, c'est qu'il y a souvent des baby-sitters meilleurs que toi : 3 mois plus tard personne ne m'avait contactée. Trop bien.
Mais un jour, par un heureux miracle, mon portable (über-moderne, tu en conviendras lecteur) tinte doucement à mes délicates oreilles et un inconnu me propose de garder ses filles. Youpi ! Danse de la calculatrice (je sortais de devoir de maths) !!
- S'ensuivirent moult gardes des naines de cette famille (au nombre de deux). Dans l'ensemble les baby-sittings se sont toujours bien passés. Sans vouloir me la péter, je suis assez bonne en psychologie nainesque donc c'est rare que je m'énerve pour des broutilles de nain. Mais rassure-toi lecteur, j'en ai eu quelques uns de foireux. Je me rappelle d'un où tout s'est accumulé ce soir-là :
Protagonistes : moi (sioupère baby-sitter agréée par les naines et les parents depuis déjà quelques mois), naine n°1 (5 ans), naine n°2 (10 mois).
Il a duré 5h30 au lieu des 3h annoncées (je te l'ai dit, il est foireux) en plein hiver dans une maison mal chauffée. La petite se met à chouiner au milieu du repas et finit difficilement sa purée-jambon (et encore c'est parce que je lui enfourne sournoisement les cuillères dans la bouche).
Je vais pyjamater la grande : répit, puisque la petite n'est plus dans sa chaise avec vue sur la porte (objet du délit par laquelle ont filé les parents : vilains, mauvais, pas beaux) mais dans mes bras. Option morve sur mon pull. Décision est prise d'aller lire l'histoire de naine n°1 dans le salon tout en donnant le biberon à la naine n°2. La naine ne veut pas de bib' et hurle (épisode n°2 de la soirée – ce n'est que le début). Elle chouine pendant tout le coucher de naine n°1. Quand vient son tour elle hurle toujours (si ce n'est plus). A ce moment là j'entends un petit « Céline, j'ai soif » (inévitable). 10mn après, idem, « J'arrive pas à dormir, ma soeur pleure » (tu m'étonnes ma poule).
Je suis venue à bout de cette soirée en berçant la naine gigoteusée dans mes bras, et en chantant des berceuses (personne ne me connaît, personne ne me connaît...) A 22h30 elle ne dormait toujours pas mais ne chouinait plus. Je l'ai donc couchée et... ça a marché ! Danse de la tétine !!!
Pour clore ce bon baby-sitting foireux, une fois installée dans le canapé (froid, puisqu'en cuir et qu'il fait froid dans la maison je te rappelle). La TV a changé. Elle est moderne et plate. Et je n'arrive pas à la faire marcher. Plus que 3h, jeune padawan, il te reste toujours tes devoirs... un vendredi soir...
- Bon à côté la plupart de mes baby-sittings se sont très bien passés parce que j'aimais bien les enfants et que c'était réciproque. Il m'est même arrivé de récupérer des petits cadals et des zolis dessins (hmm, où vais-je bien pouvoir le ranger?), et là tu te dis que c'est chouette quand même !
J'ai testé pour vous : le baby-sitting chez des écolos/bobos/bios. C'est drôle, le savon sent la pomme bio et il y a du quinoa partouuut !
J'ai aussi testé pour vous : le baby-sitting prolongé (5 jours) chez des gens malades. Devinez quoi, je suis revenue malade. C'est cadeau.
- Conseil n°1 qu'il peut se révéler utile : montre à ta baby-sitter que tu es bien avec tes nains, que ça te fait pas flipper un petit changement de programme, que tu es décontractée. Un parent stressé me fait toujours stresser quant à ma façon de m'occuper de leurs nains.
Conseil n°2 qu'il peut aussi se révéler utile : avant le baby-sitting rencontrez la baby-sitter chez vous, familiarisez-la avec les lieux, faites les présentations avec les nains, parlez-lui de vos enfants (habitudes, manies, caractère) et de vos attentes. Vraiment, n'omettez rien : connaître les gens chez qui je vais me permet d'adapter mon caractère et mes méthodes à leurs nains pour que tout se passe au mieux.
Conseil n°3 (ultime mais aussi utile) : préparez vos nains quelques jours avant. Même s'ils ont déjà été gardés par la baby-sitter. Encore plus si vos nains sont gardés pour la première fois et/ou qu'ils sont petits (voire micronains – il n'y a pas d'âge pour la préparation). Ca aide tout le monde croyez-moi !
- Anecdote : malgré la confiance mutuelle entre les parents et moi, j'avais toujours une sorte de crainte sous-jacente (oulala, elle cause riche) en allant chez eux... qu'ils aient fourbement caché des caméras dans leur maison ! Donc je m'efforçais de faire tout bien (mais en voilà une bonne idée si tu veux faire peur à ta baby-sitter : fais-la imaginer qu'il y a des caméras!)

2.    Le baby-sitting, côté nain
Là encore, je vais parler en mon nom puisque je n'ai pas fait de sondage auprès des nains que j'ai gardés (je note l'idée cependant).
Quand j'étais petite il fallait quelqu'un pour s'occuper de ma soeur et moi le matin. La personne qui a eu le courage de se proposer au poste est admirable : il faut savoir que, naine, j'étais un MONSTRE le matin ! 14 ans plus tard on m'en reparle encore, c'est te dire lecteur. Je veux dire que, petite, le matin il fallait user de stratagèmes fourbes pour me réveiller, et même 20mn plus tard devant mon bol de chocolat chaud (avec une paille dedans, j'étais vraiment une feignasse en fait) j'avais la tête dans le luc. Profond. Morphée et moi c'est toujours l'amour fou, même si maintenant je me réveille plus facilement. Quelques exemples de techniques utilisées par mes parents pour me lever : 1. Les volets ouverts, la couette confisquée, le parent file fourbement. 2. Le câlin (et la beigne en retour : me touche pas !!!) 3. Le verre d'eau avec des glaçons (ça c'est une oeuvre de mon père tu t'en doutes. Elle a rudement bien marché. Bizarrement j'aime toujours mon père.) 4. Dépôt de radio dans ma chambre pour un réveil en sique-mu (et c'est encore ce qui marche toujours le mieux). Malgré tout cela, quiconque me réveillant s'exposait à ma mauvaise humeur matinale (celle-ci aussi on m'en parle toujours). Bref donc la personne qui nous levait tous les matins a fait preuve d'un grand courage et d'une grande force morale pour s'occuper de moi.
Sinon il y a eu une autre baby-sitter périscolaire qui venait s'occuper de nous après l'école et le mercredi pendant que Papa et Maman bossaient dur pour nous nourrir (qui a dit que j'en faisais trop?) Avec elles on en a fait des choses ! Plage (l'avantage de vivre en Bretagne), diabolos-cassis, pâtisserie, cuisine, poupées... et surtout les histoires qu'elle nous racontait ! Elle avait une imagination incroyable ainsi que plein de souvenirs d'enfance à partager. Non vraiment, je me suis éclatée avec cette femme, rien que pour ce genre de personne je vous encourage à faire garder vos nains, c'est hyper enrichissant et on en garde de très bons souvenirs.
Sinon il y a eu des gardes spontanées chez les voisins ou avec des baby-sitters. Je m'en rappelle d'un notamment, sur le dos de qui je jouais au nomade et son chameau dans le désert (j'avais lu l'imagerie des petits « Le monde »...). Jérôme, si tu passes par là, demande pardon de ma part à tes lombaires.
Tout ça pour dire que je me suis vraiment éclatée, naine, à sortir du cocon de mes parents et ça fait de moi quelqu'un d'assez ouvert aujourd'hui, avec une certaine envie d'offrir aux enfants que je garde ce que l'on m'a donné !

Pour conclure, ma cousine, 29 ans et 3 nains, m'a beaucoup appris en matière de méthodes, confiance en moi et m'a laissé beaucoup de liberté avec ses nains ce qui fait que je n'hésite pas trop à prendre des initiatives et à agir. Ca franchement c'est cool. Merci cousine !!
Je baby-sitte avant tout pour rendre service (je suis quelqu'un comme ça moi, si si), pour mon expérience (j'aimerais beaucoup travailler avec les tout-petits plus tard), mon plaisir, et parce que j'adore trouver de nouvelles idées pour occuper des nains :)
Faut croire que ça marche puisqu'on me rappelle !
Le mot de la fin (faim) : si tu es sur Lyon et que tu recherches une étudiante qui aura plaisir à garder tes enfants, contacte-moi lecteur, n'aie pas peur !! "




Si tu es intéressé public gavé par tes nains, contacte le nain, il transmettra à l'intéressée!!
Et n'oublie pas d'aller gagner ton cadal ci dessous hein..

24 mars 2011

Arthus & Co: et ton nain est beau (enfin, au moins il est bien habillé)

J'ai croisé ton nain hier.
Oui, oui, le tien.
Celui qui traînait la patte en chouinant. Celui qui arborait son sweat-shirt Obaïbï que tu as récupéré d'une copine (qui l'avait probablement elle même récupéré d'une copine) et un jean sale (bin oui, je te comprends tu gardes les propres pour l'école). Il n'avait manifestement pas envie de sortir (malgré ce beau soleil, allez dehors les nains!!) et aurait préféré se tanner comme une vieille loque devant un bon Merlin l'Enchanteur.
Il était de mauvaise humeur ton nain.
Et toi?
Toi tu tentais de rester stoïque, ignorant les regards agacés des Nulli qui trouvaient que ton nain était drôlement mal élevé, esquissant un sourire aux Primi zé Multi qui te lançaient des regards compatissants.

Aujourd'hui est un autre jour.
D'ailleurs, il fait beau et tu es heureuse. Tu es heureuse et le nain est à l'école (ou à la crèche).
Alors déjà, tu l'aimes plus qu'hier le nain. Et tu veux lui faire plaisir pour te faire pardonner d'avoir eu des envies de "dons de nain" la veille.
Je suis là pour toi, ne t'en fais pas.

Tu le sais, je suis loin d'être fashion. Mes nains non plus. D'ailleurs pour tout te dire, ce matin le grand est parti avec un sweat du petit (ventre à l'air) et le petit est parti avec un sweat du grand (manches sur mains).
Mais j'ai quelques jolies choses à leur mettre sur le dos lorsque nous sortons. Heu, je veux dire, lorsque, parfois, nous tentons d'avoir une vie sociale.
Et les quelques jolies choses, je les ai trouvées chez Arthus & Co. J'avais gagné un chouette bon d'achat l'an dernier (te souviens-tu public fidèle?) et je me suis régalée. Du coup, pendant les soldes, je me suis régalée bis. Genre les nains peuvent frimer. Et moi aussi. J'ai du succès, on me regarde (et on oublie mon ventre rebondi), on les regarde (et on oublie leur langue sortie - grimace très en vogue chez les nains actuellement). En plus, Madame Arthus & Co, Catherine de son petit nom (et ce n'est pas un pseudo), te fait des sioupères emballages et même qu'avec tu as un petit sac en tissu (qui fait très bien sac à slips de nain quand tu pars en vacances). Oui, je sais, c'est un détail, mais crois moi, avoir les slips du nain sous la main c'est éviter la crise du "j'ai paaaaas de culooootte". Et ça, ça n'a pas de prix.

Bon, je m'égare. Je voulais donc que toi aussi, public fashion et plutôt mode à tes heures, tu sois comblé. Alors, j'ai choisi des trucs qui me plaisent chez Arthus & Co rien que pour toi. Oui, je sais, je sais, je te suis trop dévouée. Tu vas pouvoir, toi aussi vêtir tes nains de manière originale, tu vas pouvoir changer un peu du "un sweat acheté le deuxième à 30%" (hou la bonne affaire) :

- Si tu as une micronaine, je t'ai choisi  (taille 3, 6 et 12 mois):

Car une naine, c'est comme une étoile qui brille (oui, je peux aussi faire poète)

- Si tu as un micronain, j'ai plutôt pensé à ça (taille 6 et 12 mois) : 
Car un nain, c'est comme une étoile qui....(quoi? oui bon ça va)

- Si tu veux un tee-shirt personnalisable (modèle au choix mais un tee-shirt) tu peux, par exemple, prendre celui là (toutes les tailles indiquées sont disponibles, du 0 au 18 mois): 
en tout cas, si je prends celui là, le nain me vénère à vie

Ou bien:
évidemment si tu as une fille, c'est peut être moins pirate mais plus rose


- si tu as un Grand Nain, évidemment, tu vas adorer mon choix (de 1 an à 7 ans): 
plus besoin d'expliquer pourquoi le nain a des miettes sur le coin de la bouche

- Si tu as une Grande Naine, regarde ce que j'ai pris (oui, j'ai du goût). En 18/24 mois, 3, 4 ou 6 ans

Tiens la naine, tu as une grenouille in ze pocket...


Voilà, ouf, j'ai fait mon action mode de l'année.
Maintenant, comment gagner?? (public intéressé va!)

Facile mais lis bien les consignes (ça se voit que je ne suis rien qu'une prof hein?)
1. Tu regardes et tu choisis ce qui te plaît. Pour te simplifier la vie, je t'ai mis les liens directement sur les images. Comme ça tu peux zoomer, comparer, faire ta vraie maman quoi.
2. Tu sélectionnes une fringue (pour les vêtements personnalisables, tu choisis celui que tu veux parmi les tee-shirts, allez, c'est bientôt Pâques).
3. Tu viens me laisser un commentaire mode (avec obligation d'employer un vocabulaire trendy) en m'indiquant quel fringue tu souhaites si tu gagnes (modèle, taille et éventuellement prénom pour les vêtements personnalisables).
4. Si tu partages (FB, Twitter, ou même si tu en parles à ta mère) tu viens mettre un second commentaire.

Le tirage au sort aura lieu dimanche soir et je demanderai à une personne innocente (la première qui répondra) de me donner un numéro au hasard (inutile de compter à quelle place vous êtes hein, je mélange tout sous Excel avant, coquins va!). Tout ça pour humaniser Rand'Homme évidemment.

Allez, tu as tout pigé? Sois mode et voilà.


En ce lundi (oui, je suis en retard, je sais je sais), Minimonstres (c'est un pseudo twitter je pense) a choisi un numéro au zazard.
Ça nous change de Rand'Homme. 
Et c'est 2T1L qui va être contente. Puisqu'elle remporte son fabuleux petit haut pour nain Cookie. 
J'attends donc tes coordonnées. Sioupère trendy mummy va!!

21 mars 2011

Nulli a des principes, Multi a des nains. Volume 3

J'avais promis de ne jamais faire ça avec mes nains.
Tu sais, ces trucs, ces tics, ces manies, ces phrases qui t'exaspèrent chez les autres.
Tu sais, les réflexions que les parents font à leur nains et que toi tu de dis, dans ton for (très) intérieur: "Rhô bin, moi je ne dirai JAMAIS ça au nain" et de prendre le Mâle à témoin: "Nan mais t'as entendu ce qu'il a dit à son gosse? Ça ne m'étonne pas que le gamin fasse une colère!" (Appelez moi Marie-mêle-tout).

Et bien, quand on devient soi même propriétaire de nain(s), il nous arrive de faire exactement ce qu'on avait promis de ne pas faire. Bouh, pas bien, tout nul.
Lis plutôt:

* Nulli ze dream : 
- Chouchou? Chouchou? Tu as vu les nains de Multi? Nan mais regarde. Discrètement Chouchou. Ils sont immondes.
Regarde le grand déjà, avec son jean rapiécé (et son mauvais écusson au genou), son sweat-shirt Oui Oui délavé et ses chaussures toutes usées. La honte. Je n'oserai pas sortir mon nain comme ça moi...Et le petit? T'as vu le petit? Son manteau est tout blanc derrière, je me demande bien où il a été se fourrer. Et son visage? Il est barbouillé de chocolat et de morve. Je crois que je vais dégueuler. Croisons les doigts pour qu'il ne veuille pas me faire un bisou.
C'est pas chouette de laisser ses nains sortir comme ça je trouve. Moi, mon nain, il aura toujours des jolis habits. C'est quand même pas compliqué de mettre un pantalon propre et un sweat neuf non?
Et un coup de Mustela sur le visage pour nettoyer tout ça le matin, c'est quand même pas sorcier...

* Multi ze réalité: 
Multi a habillé les nains en quatrième vitesse ce matin. Le grand voulait ABSOLUMENT mettre son jean de la veille, celui qui a l'écusson Spiderman sur le genou. Bah, c'est lui qui le porte hein.
Avec le sweat Oui Oui. Bah, si ça lui fait plaisir. Bon, par contre, les godasses, faudra prendre le temps d'aller en acheter des nouvelles. En même temps, à force de freiner avec les pieds...
Bon, le visage à la lingette, c'est fait pour le grand.
Le petit est morveux. Beurb. Lui, il faudrait lui greffet un paquet de lingettes sur la tête, qu'on puisse piocher dedans pour l'essuyer toutes les dix minutes. Il est tout cradouille. Bah, tant pis hein.
Et son manteau? Qu'est ce que c'est que ces traces blanches? Il a du se frotter contre le mur en voulant faire le ninja.


Les nains sont condamnés à être dégoûtants. Multi le sait. Elle a beau les parer de leurs plus beaux atours, ils arrivent encore tout dégueu où qu'ils aillent.
Le pire, c'est quand Multi les emmène chez le médecin. Dans la salle d'attente, tout le monde regarde les nains. Le grand avec ses vêtements de pauvre nain. Le petit avec sa morve et sa bouche chocolatée (danette du midi ou kinder du goûter - le nain est un bec sucré).
Quand c'est comme ça, Multi prend son pouce, l'humidifie, et essuies la tronche du nain avec. En disant "viens voir Maman le nain, t'es juste trop dégueulasse, je t'enlève ça".
Et le nain de reculer en faisant la grimace. Et Multi de se souvenir à quel point elle détestait ça.


viens ici le nain que je te mette mon pouce plein de bave au coin des lèvres et que je frotte avec insistance...



* Nulli ze dream : 
L'autre jour j'étais avec Multi en courses. Ho Chouchou? Tu m'écoutes ou tu joues à Call of Duty?
Bon. Je disais, j'étais avec Multi en courses. Oui. Avec ses nains. L'angoisse. On a du faire genre cinquante détours pour éviter les rayons "jouets" "bonbons", "chocolat". Et parler en épelant les trucs.
Genre Multi me dit "je vais chercher les C.O.M.P.O.T.E.S".
Moi je ne comprends pas alors je dis : "Oui, les compotes quoi"
Et là, les deux nains hurlent: "Moi aussi compotes,Moi aussi compotes, moi aussi ze veux".
Les malades, je te jure, comme s'ils n'avaient rien bouffé depuis trois semaines.
Bref, nous voilà obligées de distribuer des compotes au milieu du magasin. La honte.
Et Multi qui paye un emballage vide, c'est la louze.
Et tu sais ce qu'elle fait ensuite pour qu'ils arrêtent de brailler?
Elle leur promet un bonbon. JE TE JURE. Genre "si vous êtes sages les nains vous aurez un bonbon dans la voiture".
Si c'est pas du chantage, ça, je ne sais pas ce que c'est.


 * Multi, ze réalité:
Mutli a du emmener les nains en courses. Pas cool.
En plus, il faut acheter plein de trucs (enfin comme à chaque fois quoi). Re-pas-cool.
Pour éviter la crise de nerfs et les hurlements au Carrefour, pour palier à toute crise hystérique des nains, Multi promet un cadal aux nains. S'ils sont sages.
Rhô oui, ça c'est trop nul, il ne faut pas.
Du genre: "Écoute le nain, si tu ne me fous pas la honte au supermarché (en disant "coucou Caca" à la caissière par exemple), si tu ne me tapes pas un scandale pour avoir un paquet de bonbons, si tu ne te traînes pas par terre comme une vieille limace gluante (les oranges, les plus immondes) en poussant des cris de castor énervé, et bien, si tu es un petit ange, maman te prendra un oeuf Kinder (ou une petite voiture Majorette).
Ouh, c'est trop pas bien.
Mais à 3 euros les courses dans le calme, on serait bête de s'en priver.
Ce n'est pas du chantage. NON. C'est un principe d'éducation. Ou comment récompenser positivement une attitude adéquate et adaptée à la situation.

Si tu es sage le nain, tu as deux paquets de Dragibus. Si tu crains, je les bouffe tous.


* Nulli, ze dream:


- Il est bon ce steak Chouchou? Hein? Tu l'aimes mon steack?
- Oui Nulli, il est succulent. 
- ça me fait penser à Multi, tu sais, j'ai été manger chez elle la semaine dernière et j'ai halluciné sur son attitude à table avec ses nains.
- Ah? (Chouchou mastique)
- Oui, tu sais, elle les force à manger. Et puis au final, ils ont quand même des desserts au chocolat.
- Ah? (Chouchou reprend du ketchup et des patates sautées)
- Nan mais je vois que tu t'en fous mais pour moi c'est important de donner à mes futurs enfants le goût de manger. Donc, ils mangeront de tout, ils goûteront au moins et s'ils n'aiment pas et bin c'est tout, ils ne finissent pas. Et pas de desserts ultra-caloriques, oh ça non. Un yaourt nature et une cuillère de confiture de Mamie. Il faut leur donner le goût des bonnes choses et pas de mauvaises habitudes alimentaires. Hein Chouchou?
- Hmmm...(Chouchou sauce)

 * Multi, ze réalité:
Multi s'était promis de ne jamais forcer le nain à terminer son assiette. S'il ne termine pas, ce n'est pas grave, on ne va surtout pas lui pourrir sa relation à la nourriture tout de suite.
Mais là, il se fout manifestement de sa tronche, il a pioché deux pauvres pâtes et a repoussé son assiette d'un air dégoûté. En revanche, il lorgne d'un air gourmand le frigo qui dégueule de trucs beaucoup plus appétissants (et encore, il ne sait pas que Multi a planqué les Gü dans le bac à bières
légumes, voir article sur les salades).
Les nains ont toujours envie de pâtes, de frites, de pomme de terre frites, de carottes CRUES en bâtonnets (qu'ils mâchouillent et  tendent à Multi d'un air consterné), de comptes, de petits suisses et de glaces.
Ils n'ont jamais envie de choses classes. Ni timbale de légumes, ni potage gourmand, ni croquette de panais, ni gratin de bettes. Non, les nains n'aiment pas l'originalité, ils veulent du bon.
Pas de yaourt nature mais un yaourt qui déborde de (au choix) : sucre, crème de marron, sirop d'érable.
Marrant d'ailleurs, se dit Multi, comme les nains arrivent très bien à prononcer crème de marron (qui est pourtant bien plus compliqué à dire que MERCI ou S'IL TE PLAÎT).

Manifestement le nain n'est pas friand de ce Méli Mélo de légumes croquants


* Nulli, ze dream:
- Chouchou, tu m'écoutes là? Nan parce qu'il faut absolument que je te raconte. Tu sais avec qui dort Multi?
- Avec le Mâle?
- Oui, et????
- Quoi et?? Elle est polytruc?
- Mais non, t'es con Chouchou...(huhuhu). Nan, elle dort avec ses nains.
- Ah?
Et c'est tout l'effet que ça te fait?
Je rêve. Quelle intimité pour le couple, je rêve!! Ils dorment avec leurs enfants, on aura tout vu.
Je te préviens Chouchou, nous, il dormira dans son lit. Toutes les nuits. Il n'y a pas d'allaitement qui tienne. Ni de cauchemars. Nan mais ho. Le sommeil c'est sacré. Le lit parental aussi.

 * Multi, ze réalité: 

Bon, la petite c'est normal, elle est allaitée. Au départ Multi la ramenait dans son lit. Et puis, au fil des nuits, elle a commencé à la garder près d'elle, elle dort si bien entre ses parents, ça serait dommage de la virer. Elle chouine, hop, Multi la chope, la colle au sein et se rendort.
Mais la nuit dernière, Petit Nain a fait un cauchemar (genre a rêvé d'un ours malfaisant ou d'un loup débile). Multi, épuisée (elle venait d'allaiter et de se re-lever déjà trois fois pour Grand Nain qui avait "envie de pipi" et puis "fait pipi au lit"), a capitulé et l'a pris dans son lit. Entre le Mâle et elle.
Du coup, dans le lit, ça faisait une brochette. Le Mâle (qui râle parce qu'il n'a plus de place - alors qu'il en a), Petit Nain qui prend tout la place (et qui effectue des rotations anti-horaires toutes les dix minutes), Multi (qui se serre tant qu'elle peut, un coude endolori sous la tête) et Micronaine, qui est coincé sous l'autre bras de Multi (et qui roupille très bien, elle).
Et le matin, lorsque Grand Nain s'est levé à 6h20, il est venu tout gentiment se glisser près de sa tribu. Avec ses pieds gelés et une odeur de pipi persistante...
au moins le nain dort bien, lui (enfoiré de nain)

16 mars 2011

Bienvenue chez les Chtis le nain!

"Oh tiens, il fait beau"
Enfin, bon, d’accord, ce n’est qu’un minuscule rayon de soleil qui peine à percer la couche nuageuse épaisse. Mais crois-moi, après avoir passé deux jours sous la bruine, on devient très optimiste.

Ah, les vacances. Avec les nains.
Tu te souviens de la plage n’est-ce pas ?
Tu te souviens des serviettes humides, des trous creusés par ta pomme à l’aide d’une mini-pelle et des barquettes trois chatons sablonneuses et pré-mâchées ?
Et bien, les vacances de février à la mer, c’est pire.
Déjà, à savoir, le Nord Pas de Calais, c’est, comment dire…humide. Surtout en février.
Oui, bon ça va, on aurait pu aller à la neige. Heu non, pas la neige.
On aurait pu aller au soleil. Mais le soleil c’est minimum dix heures de voiture. Et ça, heu, comment dire, c'est juste pas possible.

Donc, direction le Nord Pas de Calais.
Moi aussi je t'aime

Je vous vois venir, lecteurs moqueurs (et pourvus d'une grande culture cinématographique),  vous imaginez cette mauvaise scène où la pluie se met à tomber à peine passé le panneau « Bienvenue dans le Pas de Calais ». Détrompez vous lecteurs, il pleuvait déjà quelques minutes avant le panneau. Vilains.

Comme tout bon parent de nains, j'avais sélectionné un petit gîte (pas cher) avec jardin clos pour animal genre labrador (et pour nains à défouler).
L'avantage du Nord Pas de Calais, c'est que le gîte y est peu cher. En même temps, manquerait plus que ça nous coûte un bras de venir regarder la pluie tomber pendant une semaine hein?

Bon, l'avantage-bis c'est que ce n'est pas très loin, à peine deux heures et demie de route. Crois moi, c'était amplement suffisant puisque nous n'avions pas sorti les mini-lecteurs dividi. Pensant, à tort, que les nains auraient envie de "dormir un peu on arrivera plus vite". Que nenni. Les nains ont alterné les périodes de veille prolongée (30 minutes de sommeil bouche ouverte pour Petit Nain) et les périodes de folie furieuse (à coups de "Pourquoi???" et "Parce que c'est la vie vieux caca").
Le Mâle et moi, on a trouvé le trajet suffisamment long du coup.

Le GPS nous a (en plus) conseillé de prendre les micro-routes les plus improbables du coin.
- Tournez à droite (voix sensuelle du GPS)
- Touné à dwate (voix criarde de Petit Nain)
- Merci Petit Nain, on n'avait pas bien entendu
- TOUNé à DWATE PAPA!!!! (hurle)
- Oui, bin ça va Petit Nain on a compris là...
- Maman???
- Oui Grand Nain?
- Pourquoi on doit tourner à droite maman?
- Pour arriver au gîte mon chat...
- A DWAAAAAAAAAAATE!!!!
- OUI PETIT NAIN ON A COMPRIS TU VAS ARRÊTER TOUT DE SUITE (Le Mâle, qui a eu la trouille du cri de putois de Petit Nain)
- Faites demi-tour! Faites demi-tour (voix sensuelle du GPS)
- Nan mais elle est conne celle là! (Le Mâle, courroucé à l'idée qu'une vulgaire machine lui fasse remarquer qu'il aurait mieux fait de l'écouter)
- Pourquoi elle est conne papa?
- Heu, bête Grand Nain, je voulais dire bête.

elle va se taire la salope???

Après quelques détours, quelques injures et un débranchement intempestif de la prise allume-cigare (alimentant la salope du GPS), nous voilà arrivés au gîte.
Le gîte, ah, le gîte…
80 m² à cinq. Du carrelage blanc et des pattes de toutou pleines de terre, une cuisine sans sel ni poivre, ni huile ni rien du tout (pourrait pas laisser le minimum bordel de nain ?), et dehors, une légère bruine et un ciel gris.

En même temps, ce n'est pas très grave, les nains ne viennent que pour une seule chose:

La mer ! La mer !
Le nain est briefé, il veut voir la mer. D’ailleurs les nains veulent voir la mer (bien que le petit ne fasse que répéter ce que dit le grand).

- On ira voir la mer demain le nain. Promis.
- Pourquoi pas tout de suite (il chouine)
- Écoute Grand Nain, il fait nuit noire (et il pleut) alors on ira demain matin
- Mais moi je veux y aller tout de suite
- ça suffit Grand Nain, on va au dodo

Les nains couchés (après promesses maritimes), le Mâle et moi même savourons le silence.
Et les ronflements du chien. 80m² ça rapproche.

Le lendemain - il pleut
vue du gîte

7h45 : Lever. Petit déjeuner et jeux débiles (et bruyants)
8h00: Un peu de dessins-animés (Papa et Maman ont envie de déjeuner dans le calme - un peu)
9h: En fonction de la météo, sortie à Nausicaa ou à la plage de Boulogne sur Mer.
9h02: le groupe se décide pour Nausicaa (rapport à la bruine)
9h15: Je préviens qu'il va falloir s'habiller
9h18: les nains sont en train de se courir après avec une desserte à roulette
9h20: Petit Nain est coincé sous la desserte à roulette
9h30: Le Mâle est prêt, lui
9h32: Le Mâle a parlé trop vite, il vient de se faire gerber dessus par une petite micronaine en combi pilote moumoutée
9h44: je menace les nains (en pyjama) de privation de télé s'ils ne s'habillent pas toudessuite
9h45: Le Mâle me regarde d'un air interloqué (rapport au fait que je menace de priver de télé alors qu'il n'y a que ça à faire quand il pleut)
10h: les nains sont habillés. Grand Nain a mis une culotte (propre) sur la tête pour faire rire son frère. 10h03: Petit Nain, engoncé dans son anorak, prévient qu'il a fait caca
10h10: Grand Nain se promène avec sa pelle dans toute la maison en chantant "Bob le Bricoleur"
10h11: Le Mâle nous "attend dans la voiture"
10h15: Les nains sont dans la voiture, tu es trempée. Le Mâle règle le GPS.

En route pour Nausicaa. Le nain demande si on va voir la mer. Pas encore le nain, on va d'abord voir les poissons.

Nausicaa, c'est cher. Surtout si tu n'as pas (encore) ta carte famille nombreuse.
Mais bon, allez, c'est une fois de temps en temps qu'on se fait un truc chouette.
La poussette est autorisée et on peut aller partout avec (ou presque).
Grand Nain s'empare du plan de l'aquarium et fait le petit chef.
Petit Nain veut déjà que je le porte. Formidable.15 kilos.
Ya pas à dire, c'est chouette. Surtout si tu aimes les crustacés et les poiscailles.
Petit Nain " a peur" et Grand Nain avance vite en criant "venez, c'est par là" (avec sa carte à la main).
Le Mâle lit les petits résumés et moi, lamentablement, je répète ce que devait dire ma mère il y a vingt ans "Venez voir les enfants, c'est chouette, des HIPPOCAMPES!! Tu as vu Grand Nain? Tu as vu Petit Nain"
Et les nains, comme j'ai du faire il y a vingt ans, continuent d'avancer en m'ignorant cordialement.
Pardon Maman.

Regardez les nains....c'est MA-GNI-FIQUE. Heu? Les nains? Revenez les nains....

La visite est chouette, Petit Nain scotche sur des tortues et a tendance au hurlement hystérique quand il aperçoit un élément étonnant (type poisson flippant ou tortue végétative).
Grand Nain écoute le gentil soigneur qui raconte comment il donne à manger aux poissons.
Petit Nain veut se jeter dans la piscine aux requins (tu le retiens tout de même - ça ferait mauvais genre).
Grand Nain flippe sa race de passer dans le tunnel (vitré sous les pieds) des lions de mer. Il pense que ça va s'effonder sous son poids et longe les murs. Ri-di-cule.

- Ecoute chéri, tu penses bien que c'est solide.
- J'a peur maman
- On dit j'ai peur chaton. Mais viens, tu vois bien que maman est (mille fois) plus lourde que toi, alors tu ne risques rien

Mais Grand Nain continue à faire sa chochotte et ne veut plus mettre un pied dans le tunnel. Où son frère, lui, est étalé de tout son long et hurle à chaque passage de lion de mer:
- Encooooore!!!!!
- Petit Nain relève toi, les gens vont te marcher dessus
- Noooooooooon, encore lé fok!
- Les lions de mer chéri (Le Mâle a lu le pannonceau explicatif, il frime donc)
- Noooon Papa! Dodo avec les ions
- Nan nan le nain, tu te relèves et tu viens (surtout que wondermaman te regarde d'un air hautain tandis que ses wondernains commentent la taille des moustaches des lions de mers, qui en dit long, selon eux, sur la qualité de l'eau de leur piscine).

Un peu plus loin, le nain aperçoit la plage de Boulogne à travers une fenêtre.
Et là c'est le drame. Il se rend compte que la plage n'est pas loin.
- La plaaaage maman, on va à la plage!!!
- Oui chéri, on termine la visite de l'aquarium (on savoure - ça nous a coûté un bras) et on y va
- Toudessuiiiiite maman!!! (chouine)
- On termine chéri, et après PROMIS on y va
Le nain en rêve. La plaze. La plaze. Je t'ai déjà dit que le nain était monomaniaque?

Mais c'est trop tard et le dernier quart d'heure de visite sera de trop. Grand Nain court devant en criant "plage! plage!", Petit Nain fait pareil (aucune personnalité celui là) et Le Mâle ronchonne que "franchement, la prochaine fois on se colle devant l'aquarium au homard de chez Maître Kanter, ils seront tout aussi contents".
Jusqu'à l'aquarium contenant les poissons clown:

- Chéri, tu as vu?? (lamentable tentative de ma part pour appâter le nain)
- QUOI maman? (le nain est d'humeur maussade)
- Regaaaarde, c'est Némo (voix limite débile)
- Maman, je m'en fous de Némo. Je veux la plage.
- Ok le nain. Je suis cassée.


Même ce mauvais Némo n'a pas eu le succès escompté. Pourri de nain.

Je te passe sur les mille virées à la plaaaaze. Avec pelles pour creuser des trous. Avec seau pour remplir les trous d'eau.
Sur les cris de nains qui "ne veulent pas partir", qui veulent "encore le sable" et qui souhaitent "rester encore un tout ptit peu" dans le froid bruineux.

Le Nord Pas-de-Calais, ça vous gagne.

15 mars 2011

Elle a testé pour toi la césarienne d'urgence, oui, elle est sympa

Je ne peux pas tout tester. Déjà, parce que je n'ai pas le temps, et puis aussi parce qu'il y a des choses qu'on ne programme pas. Un nain qui dort par exemple, ça ne se programme pas (sinon tu penses bien...).
Un accouchement non plus.
Et le récit que m'a envoyé Ninoo m'a touché. Beaucoup. Donc, voilà pour toi, public, un accouchement en urgence, par césarienne.
Et on félicite Ninoo, jamais évident de raconter, jamais évident de dire les choses. Bravo donc, et continue à écrire, tu le fais très très bien.

mignon le nain césarisé...

J'ai testé pour toi : l'accouchement par césa (en urgence)



Par un bel après-midi de fin août, j’allais signer avec mon tendre et cher le bail de l’appartement dans lequel nous allions emménager quelques jours plus tard. Bon ok, ce que je ne t’ai pas encore dit lecteur, c’est que c’était 3 jours avant ma DPA. Je m’en va donc rejoindre - en clio s’il teuplé - mon chéri à l’agence afin que nous apposions nos plus beaux autographes au bas d’un parchemin (Brassens, si tu nous entends). A l’aller je ressens quelques spasmes dans le ventre, mais rien de bien concluant. Surtout, étant une primi sans aucun souci durant la grossesse, je ne sais pas ce qu’est une contraction.
Arrivée à l’agence, ça se calme un peu. On signe tout le tralala, 30 minutes plus tard on sort, et je dis à mon chéri avec ma plus belle petite voix : «Bon euh, pour le retour, c’est toi qui va conduire ; je me sens pas très bien».


Le départ


On arrive dans notre-chez-nous-tout-pourri-que-vivement-qu’on-se-casse-j’en-eux-plus-de-cet-appart-mer*%$£§, je m’allonge sur mon canap’ Mikéa, et là, c’est partiiiii! Ca contracte, toutes les 2 minutes s’il teuplé, réglée comme une montre suisse. Il est 18h30. Bon, pas d’affolement, je n’ai pas perdu les eaux, la gentille sage-femme de la préparation à l’accouchement a dit «Vous spasfonnez x 2 toutes les 20 minutes 3 fois, si ça ne s’arrête pas vous attendez encore 1h et vous partez à la clinique». Ok madame, je spasfonne, ça ne fait rien. On attend encore 1h, ça contracte toujours. Allez zou! «Chériii? On y va là».
Mon chéri prend ses clics et ses clacs, enfin surtout les sacs préparés par wonder-future-maman... ou pas, et à 20h30 nous v’là partis.


Enfin presque. Arrivée devant la voiture, j’ouvre la portière, je n’ai pas le temps de monter-en-voiture-simone que Flac, je perds un peu des eaux, de couleur brune. «Tiens, il a commencé à rejeter son méconium» me -dis-je (Non, je ne suis pas médecin, juste très bien informée). Demi-tour, je me lave, me change, mets une protection XXL en sachant pertinemment que ça ne servira à rien si je perds le reste des eaux sur le trajet, et zou n°2, nous v’là partis pour de bon! Au passage on se souviendra du ralentisseur dans la résidence devant lequel on a du s’arrêter «parce que là chéri j’ai une contractiiiiiionnnn!»


Arrivée à la mat'


A 21h, driiiiiiinnnnggg! Bonsoir mesdames les sage-femmes, c’est pour un colis! La zentille madame m’installe en salle de travail, me questionne, m’examine, et là le verdict tombe : «Ah ben vous êtes là pour un moment, vous êtes à 1». Quoiiiii? Déjà 2h30 et je ne suis qu’à 1? C’est quoi c’t’arnaque? Bon je m’attendais à ce que ce soit long, mais quand même, ça fout un mini coup au moral. Même pas 1 et demi?


Pour l’instant la douleur est supportable. Enfin, elle l’est surtout parce-que - et ça je ne te l’ai pas encore dit lecteur - j’ai HORREUR des aiguilles. Donc l’idée qu’un grand machin me soit enfoncé dans le dos me fait très bien supporter la douleur. (Pour ceux qui n’ont pas suivi je parle de la péridurale là, hein). Après le monito - toujours réglée comme une montre suisse - la sage-femme me réexamine ; ça n’avance pas des masses. Elle me fait comprendre qu’il va falloir accélérer le mouvement. Je lui demande de me débrancher pour pouvoir bouger, et me mets à ballonner. Non, je ne gonfle pas comme un ballon, je fais du ballon. Enfin, du ballon de femme enceinte quoi. Mon chéri m'assiste dans les grandes manoeuvres. Ca marche bien, en une demi-heure je me retrouve à 4.


Ca vient bordel???


Il est 23h30, je fais-bli et les contractions commencent à faire super mal nom-d’un-chien! «Euh chéri, je me sens pas très bien là» dis-je en manquant de l’évanouir. C’est le moment que choisit la sage-femme pour revenir. Merci mon dieu. «En fait je veux bien la péri finalement» (toutes les mêmes). «Ok madame, on va vous installer en salle d’accouchement et j’appelle l’anesthésiste».


Minuit, toujours pas de péri. Mais il est où ce put*** d’anesthésiste??? Vous remarquerez que l’anesthésiste il n’arrive jamais rapidement. Jamais. Pourtant on lui laisse de bon honoraires à cet enf*** d’anesthésiste. Mais nan. Surtout, te presse pas mon coco. Pis c’est toujours un homme. Qui ne sait pas ce que c’est d’enfanter. Qui ne sait te dire que 2 choses quand tu lui dis que si possible, t’aimerais bien accoucher sans péri (enfin dans mon cas surtout sans l’aiguille) : «Mais madame, pourquoi voulez-vous souffrir?» et «De toute façon, vous y viendrez quand même». Merci. Payer une consultation pré-accouchement à 5 semaines du terme quand t’es bourrée d’hormones sensibles pour entendre ça, ça fait toujours plaisir.


Minuit 30, môssieur Iphaune ramène enfin sa fraise. Oui oui, môssieur Iphaune, je ne plaisante pas ; il est entré dans la salle en l’ayant à la main et l’a posé sur la table de préparation juste à côté de son bordel. Très hygiénique. Et puis c’est sûr qu’à minuit 30 on reçoit beaucoup d’appels. Bref. Je lui rappelle - au cas où il n’ait pas lu mon dossier, ce qui est fort probable (mais alors elle sert à quoi cette put*** de consultation pré-accouchement???) - que les aiguilles c’est pas du tout mon truc et qu’il va falloir la jouer cool. Bon an mal an, après quelques gigotements et couinements de ma part, il arrive à poser son bidule. Et là, c’est le drame. Il ne se passe rien. «Normalement il faut attendre 20 minutes à une demi-heure pour que ça fasse effet» me dit la sage-femme. Et c’est maintenant que tu me préviens???


A 1h du mat’, les contractions me vrillent le bide, le dos, tout, et pas le moindre signe d’effet de la péri. La sage-femme revient : «Ok, je rappelle l’anesthésiste, on va reposer une péri». Me voilà servie ; moi qui ai HORREUR des aiguilles, je suis bonne pour revenir en 2e saison. Mouarffff. Et l’anesthésiste qui me rejoue le sketch de l’attente. 1h40, rebelotte. Les 2h qui se sont écoulées n’ont été que douleurs, et noms d’oiseaux intérieurs à destination de cet anesthésiste à la noix.


Là je pose mes conditions. Hors de question que ça se passe comme la première fois. Mon p’tit bonhomme, je ne vois pas ce que tu traficotes dans mon dos et ça m’angoisse. Alors tu vas me dire étape par étape ce que tu fais si tu veux que ça se passe bien. Sinon toi et ton Iphaune je vous séquestre ici jusqu’à la fin de l’accouchement. La sage-femme me tient devant, môssieur loquace parle enfin, et tout fonctionne comme sur des roulettes. A peine a-t-il fini de poser son attirail que ça y est, je ne sens plus rien. Ô joie zé bonheur. Mais pourquoi ça ne s’est pas passé comme ça la première fois? Pourquoi???


Je sens toujours les contractions, mais plus les douleurs. Magique. Je peux même bouger le bas du corps, moi qui pensais que ça allait totalement m’immobiliser. La sage-femme me réexamine, rompt définitivement la poche des eaux. Le travail continue, je fais d’autres types d’exercices pour aider la dilatation, ça avance pas trop mal. Je dormouille un peu aussi, pareil pour mon chéri.


Euh, y a comme un problème...


Oui mais il y a un hic. Déjà mon réglage montre suisse se dérègle. Les contractions deviennent irrégulières, en temps et en intensité. Passe encore. Mais là il y a un deuxième hic. Vers 4h du mat le rythme cardiaque du bébé commence à faire n’importe quoi. Genre je monte à 200 et après je descends à 60. La sage-femme me fait changer de position. Ca va un peu mieux.


A 4h30 une femme hurle dans une salle d’accouchement voisine. Ca réveille mon homme, on se regarde, pas besoin de parler. On se refait mentalement le sketch d’Anthony Kavanagh.


Et puis en fait non, ça recommence. Je rechange de position. Pas mieux. A 5h je suis à 8, la gynéco et la sage-femme me font comprendre qu’elles me laissent encore une chance, mais que genre si dans 30 minutes je ne suis pas à 10 il faudra «envisager une autre solution». Ouais ok, je pige le truc ; tu me parles de césarienne là c’est ça? Bon allez, je veux encore croire que tu me parles de ventouse ou de forceps, mais je sais bien dans mon fort intérieur que tu me parles de césarienne. Pourquoi tu ne le dis pas direct? Il est 5h, Paris s’éveille, mais ce n’est pas le propos, moi je n’ai pas dormi de la nuit, je suis shootée à la péri, et toi tu oses encore employer des périphrases?


5h30 : je suis à 9. On voit le bout du tunnel. Enfin surtout le colis. Ou pas. Entrée en scène de la gynéco et de la sage-femme. «Bon ben là on n’a plus le choix, on part au bloc». A 9. Non mais j’hallucine. Tout ça pour ça! Mon chéri me regarde pas rassuré du tout. Moi, 11h que je «travaille» (j’espère au moins que j’aurai un RTT!), le cri de la dame de 4h30 incrusté dans les oreilles, la péri qui me shoote, je réponds bêtement «Ok». Je rends les armes. Si les madames avec leur air pas rassuré elle disent qu’on y va, ben, on y va.


La césa (en urgence)


Ca n’a pas fait un pli. Avant 6h j’étais au bloc. Comment ça se passe? Déjà sache que tu es consciente tout le long. Et que si tu as de la chance ton homme peut t’accompagner.
On t’allonge complètement, te met les bras en presque croix sur des espèces de soutien-bras (extensions de la table d’opération).


L’anesthésiste - Tiens il est déjà là lui? Il est arrivé plus vite que les fois précédentes! - te murmure à l’oreille que tu vas tout sentir mais pas la douleur et que c’est normal. Il te passe un autre produit, plus fort, dans le tube de la péri. On te change la perf aussi.


On suspend un drap au niveau de ta poitrine pour pas que tu vois ce que traficotent les gens avec le bas de ton corps (et il vaut mieux). Et là tu sens qu’on te bouge le bassin, dans tous les sens. Tu vois le haut du corps de la gynéco qui gigote. Elle est en train d’inciser ton ventre sur une dizaine de centimètres au niveau de la naissance des poils pubiens. Tu aperçois la puéricultrice qui s’apprête à réceptionner le colis.


Et enfin tu entends un cri de petit chat (ou de gros lion, selon le modèle) qui sort de son habitacle, pas content le petit chat (gros lion) d’avoir été délogé. Et que je m’époumone allègrement. La puéricultrice me le montre en me disant «Il va bien» (ah ben vu comment il crie il a pas l’air d’être mort en effet!) et l’apporte à côté de ma tête pour que je puisse le voir de plus près et l’embrasser tendrement.
Puis elle l’emmène sur une petite table de l’autre côté de ma tête pour lui faire les premiers soins. Je ne le quitte pas des yeux. Qu’il est beau mon fils! Y en a des tas comme ça, mais celui là c’est le mien!


Pendant ce temps la gynéco te recoud. En me disant que c’était la bonne solution, car l’expulsion aurait été très difficile vu qu’au dernier moment petit chat avait décidé de relever la tête vers le haut. Que le cordon n’était pas autour de son cou, mais pas bien placé (ça, à force de faire joujou avec pendant la grossesse...). Qu’il avait du méconium dans la bouche (pas avalé mais sur le point). Bref, aucuns regrets à avoir. Ah mais rassurez-vous madame, moi je n’ai pas de regrets d’avoir été césarisée! S’il fallait en passer par là pour qu’il sorte en -presque- bonne santé, la messe est dite!


L'after


Petit chat - gros lion part avec nouveau papa vers la salle à bébés. Il restera en couveuse 2h ; protocole normal après une césarienne.


De mon côté direction la salle de réveil - mais je ne suis pas endormie moi! - pour attendre que les effets de l’anesthésie s’estompent.


Puis retrouvailles en famille - eh oui, ça y est! - dans la chambre, avec petit chat qui est bien content de se mettre quelque chose sous la dent, parce-que tu comprends maman, les émotions, ça creuse! Et oui même après une césarienne tu peux aussi allaiter ton bébé sans problème.


Epilogue


Les jours qui ont suivi j’ai juste regretté que la décision soit intervenue à 9. Oui parce-qu’en plus de me taper les désagréments de l’opération - genre tu ne peux pas te lever avant le lendemain et même le lendemain tu en chies, genre la cicatrice te tiraille un peu, genre ça fait un peu maaal quand même - je me suis aussi pris les courbatures des contractions en pleine gueule. Ah ben oui tu n’as pas mal pendant l’accouchement, mais après tu ne restes pas sous péri (faut pas rêver non plus). 11h de contractions, ton corps il lui faut quelques jours pour oublier.


Moi qui m’était fait tout un monde de l’accouchement, j’aurais presque tout eu. Ca me terrifiait. J’ai été servie. Un travail long, une péri, qui ne fonctionne pas, une deuxième, et au final une césarienne. Si ça n’avait pas été la césarienne, à coup sûr j’aurais eu droit à une épisio et le marmot aux forceps/ventouse.


Avant l’accouchement celles qui étaient passées par là me disaient «Tu verras, même si c’est difficile et douloureux, ça n’est pas ce que tu retiendras». Je ne les croyais pas. Force est de constater que c’est vrai. Il doit y avoir un système automatique d’effacement d’une partie des souvenirs de ton accouchement dans ton cerveau. La partie qui contient la mémoire de la douleur. On doit toutes être livrées avec à la naissance. Sinon je ne vois pas POURQUOI, en TOUTE CONSCIENCE, on ferait le choix de recommencer cette aventure, encore, et encore, et encore et encore, toutes. Pour ma part, je ne déroge pas à la règle : je remettrais bien ça... mais pas tout de suite!


Ninoo le Chat

12 mars 2011

Nouvelle rubrique - Coups de coeur du nain

Pas toujours le temps de vous faire un mirifique artikeul et pourtant, souvent des petites choses à partager.
Je déclare donc cette rubrique coups de coups de cœur ouverte. Dedans, tu vas trouver :
- de la sioupère fringue, de la mode, du trendy et du fashion qui emballe ma pomme
- du jeu, du bouquin, du truc qui emballe le nain
- du pur produit indispensable de puériculture (ou pas) qui emballe le Mâle et moi même

Bref, intense et sympathique. Tout moi quoi.

Et pour ce premier coup de coeur...voici un haut d'allaitement. Oui, j'assume.
Mais parce que parfois, on a du mal à trouver des hauts sympas et qui ne font pas (trop) grosse vache laitière, je me permets de partager mes bons plans.
Remercie pas.
Casual wear et sourire ultra brite

Cette petite veste proposée par Mamanana ne paye pas de mine.
Mais alors, elle est top. En éponge, avec t-shirt blanc intégré (mais que tu peux laisser dans ton dos si tu veux porter la veste ouverte, elle est très très bien coupée, très confortable et ultra pratique.
Évidemment, tu ne la portes pas pour un cocktail (à moins d'être hyper sûre de soi et de savoir siroter un Mojito en veste éponge en toute glamouritude), mais portée sur un jean, elle est carrément sioupère.

en gris souris (le lait régurgité se voit moins)
Bref, un achat que je te conseille (48 euros, certes, mais ça les vaut - et si tu es radiche attends les prochaines soldes).
La preuve?
Je l'ai en gris, et en rose. Et je ne porte quasiment que ça. Elle ne fait pas "gros seins" (enfin, autant que possible hein) et cache la bedaine post accouchement (et cache un peu le fessier dodu, ce qui n'est pas négligeable). Et elle ne donne pas l'air d'être en veste de jogging ce qui est top pour ton sesque-appeal (en rade).

L'accès au sein est facile, tu dézippes la veste et tu écartes le tshirt blanc incorporé (qui a des ouvertures sur le côté au niveau des seins). Allaitement testé au café du coin, au resto et chez des amis. Impec, on n'y voit rien de rien.

Voilà une photo de ma pomme avec, histoire que tu vois que ça se porte même à Nausicaa.

La taille à prendre??
J'ai pris du L histoire d'être confort et c'est nickel (je fais un bon 40 en ce moment).

 Cette veste était un cadeau de naissance de Ségolène, de Mamanana qui m'a octroyé un bon dans sa chouette boutique.
J'avais choisi la grise. Testée et adoptée, j'ai commandé la rose en plus. Et je trouve que ça me va bien au teint aussi (je m'aime). Plus sérieusement, quand je trouve une fringue chouette et agréable à porter, j'en profite et j'en prends plusieurs (et de différentes couleurs comme ça les gens ne pensent pas que je ne change jamais de vêtement).


Si ça t'intéresse, je te mets le lien, même si pour le moment il ne reste que du rose (L et XL). Peut être que ça va rentrer ( je veux la noire!!! Marie - monomaniaque).

8 mars 2011

Marlène Schiappa te salue bien bas

Marlène Schiappa, elle bosse. Maman travaille, c’est elle. Entre autres.
Même que Marlène, elle a son propre site internet (à son nom, si si) et si tu veux lire sa biographie complète, c’est là qu’il faut aller.


Marlène, tu ne la connais peut être pas mais tu vas l’aimer.
Déjà, c’est une maman +1
Ensuite, c’est une working maman + 5 (quand tu vas lire le nombre de choses qu’elle arrive à faire dans une seule journée, tu vas corriger toi même et mettre + 10)
En plus, elle est drôle (si si, tu vas voir) + 20 (je mets +20 parce que je trouve que l’humour est une qualité exceptionnelle - mouarf)
Et surtout, elle vient de publier un livre très chouette “Osez l’amour des rondes” dans lequel elle déculpabilise nos rondeurs (elle fait elle même un joli 42) et nous propose des plans pour dodues (fringues, positions seskuelles, etc...). +100 (oui, je suis moi même propriétaire de plusieurs pantalons taille 42 - gulp).
"Pour Karl Lagerfeld, je suis une obese a qui il faut poser un anneau gastrique en urgence"
Bref, Marlène, tu l’aimes déjà. Et moi aussi.
C’est la raison pour laquelle je l’ai invitée dans ma rubrique pipole, entre Angelinain et Gisèle.





Moi-même : Bonjour Marlène et bienvenue chez les nains. Merci de venir partager ce moment avec nous. Maman d’une petite fille de 3 ans (c’est ça?) ET blogueuse, auteure, directrice éditoriale chez Pampa Presse, heu...j’en oublie hein..?
Marlène : Taisez-vous, Elkabach ! Ah non pardon, je me trompe encore. Bonjour Marie, c'est un honneur de passer là entre Nadia Daam et Margaux Motin. Donc ma fille (Gloire à Elle) a bientôt 4 ans. Sinon en gros oui c'est ça, je suis entrepreneuse vendue au grand capital, aussi, et puis formatrice web auprès de nains de zones rurales ou de nains de zones urbaines qui craignent. Comme dirait Simone de Beauvoir dans le deuxième sexe "C'est par le travail, seul, que les femmes peuvent gagner leur indépendance".

Moi-même : A quelle heure on se lève le matin pour faire tout ça?
Marlène : J'ai cessé de dormir, ça me fatiguait.

Moi-même : Et à quelle heure on se couche???
Marlène : Voir plus haut. Ibid. Idem. Post. Dixit. Sic. Oh my god, that Britney shamous !

Moi-même : Crèche ou nounou?
Marlène : Ah, vade retro nounou ! Alors j'ai des amies nounous hein ? Comme tous les racistes ont "un très bon ami Noir." Mais je suis nounouphobique. Je suis faitdiversphobique et j'aurais trop peur que la nounou congèle ma fille. (Gloire à Elle) Celle-ci a donc été en mini crèche (deux jours par semaine) pendant ses 3 premières années, jusqu'à l'arrivée bénie de... l'Ecole ! Le meilleur mode de garde du monde (et c'est là que ma famille de profs me déshérite) La bise à nos lectrices nounous au passage, mais qu'est-ce qui me prouvent que votre chien n'est pas un serial killer en liberté conditionnelle, hein ? hein ?

Moi-même : Y a t’il des tâches bien définies chez vous? Genre papa s’occupe de donner le repas et maman donne le bain? Ou bien Papa lit l’histoire (il fait très bien la voix du loup) et Maman fait une partie de “saute sur le lit des parents c’est trop chouette”?

Marlène : Maman s'occupe de la paix dans le monde sur Facebook et Papa fait tout le reste. Non plus sérieusement, les tâches ne sont pas réparties très égalitairement, dans le sens où je fais les trucs funs (jeux, sorties, habillage, coiffage, lecture d'ouvrages éducatifs...) et son père fait les corvées (réveils la nuit et la matin, biberons, and co) C'est mal je sais. On est en train de travailler enseble à un projet lié à la répartition des tâches ménagères, parce que je pense sincèrement que c'est plus qu'anormal que les femmes se tapent 80% des tâches ménagères, et ça induit d'autres inégalités qui découlent de cet état de fait. femme, pose ton fer à repasser.

Moi-même :  Etre parent, ça a changé quoi pour toi? (Tout hein?)
Marlène : Tout. Comment tu le savais ? tu es devin ? tu lis dans mes pensées ? c'est un complot judéo-maçonnique ? "tombez le masque, madame" (Marie-France, Qui veut épouser mon fils, 2011)

Moi-même : Ton petit pot favori? Celui qui te donne envie de vomir?
Marlène : Tous sont mes favoris, God Bless Les Petits Pots. Quand tu as 30 minutes devant toi avec ton enfant, je n'ai jamais compris pourquoi le fait de passer ces trente minutes sans lui ou elle, donc, à lui éplucher des carottes faisait de toi une meilleure mère ? Alors que passer trente minute avec lui / elle et lui donner ensuite un truc tout prêt fait de toi la pire mère du monde ? Hein, pourquoi Seigneur pourquoi ? (qui a dit qu'en fait on passait 30 minutes sur le groupe Facebook "Les dauphins, c'est des putes" ?)

Moi-même : Parmi toutes ces (chouettes) valeurs que tu véhicules dans tes écrits, quelles sont celles que tu veux, plus que les autres, transmettre à ta fille?
Marlène : Donc là je toi m'autocongratuler en fait, et vanter mes métrhodes d'éducation, c'est ça ? Alors, ahem, je pense que la principale, c'est le respect d'autrui, qui se perd malheureusement ma bonne dame. Je suis très fière qu'elle dise Bonjour Monsieur, au revoir Madame, merci, s'il vous plaît... qu'elle ne juge pas sans savoir et qu'elle défende systématiquement le plus faible. ^Même si parfois elle me fout la honte dans le métro, quand un type demande une petite pièce et qu'elle lui crie "Eh monsieur, ma maman elle a plein de petites pièces dans son sac elle va vous en donner là, venez, on a des barrettes Megamind aussi". Après il y a évidemment la conscience qu'une fille n'est pas inférieure à un garçon, mais ça elle l'a déjà assimilé. Je l'ai déjà entendu répondre  à un petit garçon qui lui disait "ouhlala t'es une fille et en plus t'as une jupe alors t'as pas le droit de courrir", "j'ai peut être une jupe et pas le droit de courrir mais même en marchant je vais plus vite que toi..."

Moi-même : Allez, quel est le livre qui t’insupportes et que tu balancerais (si ce n’était pas un des préférés de ta puce)?
Marlène : Tous les livres d'enfants ou "maman est dans la cuisine". Son livre préféré s'appelle "Je t'aime", c'est une petite fille qui va parler à son papa (qui rentre du travail) puis à sa maman (dans la cuisine en train d'éplucher des trucs....)

Moi-même : Parlons de “Osez l’amour des rondes”, tu te trouves ronde? (ndlr : Marlène est juste une bombe)
Marlène : Ce n'est pas moi qui me trouve ronde. C'est la société. Dans le milieu dans lequel je travaille (médias, communication..), je suis toujours la plus ronde, et de loin, dans les réunions. Là dernièrement je voulais m'acheter un soustif, ben bon courage. Pour info, selon Darjeeling, Princesse Tam Tam, et même une boutique de luxe, le 110D "n'existe pas". Si tu en trouves uns, vas-y après pour trouver une culotte ou un tanga taille 44... mon médecin calcule tout le temps mon IMC (trop important). J'ai un "bourrelet de ventre". Bref, je suis ronde, comme dirait une amie Facebook "dire le contraire serait une insulte à mon intelligence". Mais c'est pas très grave tu sais, je le vis bien hein ? (PS Merci pour la bombe au passage...)

petit le Mâle, petit...



Moi-même : Comment assumer son 42/44? (en coupant ses étiquettes de pantalons?)
Marlène : C'est déjà un bon début. Ou en les cousant sur son t-shirt comme un blason.

Moi-même : Allez, en vrac maintenant: tu es plutôt robe/jupe ou pantalon?
Marlène : Mini-jupe + leggings. Si on se voit, il y a 9 chances sur 10 pour que je porte ça, avec des bottes. Sinon j'aime autant les robes baba cool que les jeans ou les tailleurs pantalon.

Moi-même : Comment choisis-tu ton gel douche?
Marlène : Je prends celui qui a le moins d'odeur, parce que depuis que j'ai été enceinte, ça m'écoeure les odeurs synthétiques de gel douche. ("C'était vraiment très intéressant" -> voix de message à caractère informatif) Et toi ?

Moi-même : Confiture, miel, nutella?
Marlène : Crème de marron. Et toi ?

Moi-même : Marlène, merci beaucoup, j’ai oublié mille choses mais voudrais tu ajouter un truc qui te tient à coeur?
Marlène : Vive la France ?

Moi-même: ça m’a fait très plaisir de te recevoir chez les nains, bonne continuation à toi et continue à nous faire rire, à nous informer, à nous faire rire, nous les mamans. Qui travaillent, ou pas. Merci donc.

Merci donc. j'aimerais finir sur cette phrase un brin démago certes mais toutefois sincère: je ne connais pas de mamans qui ne travaillent pas... parce que si je milite pour le travail des mères, soyons honnête, c'est aussi un tout petit peu parce que si j'étais mère au foyer, je me serais auto-congelée devant l'ampleur de la tâche. Vivement lundi que je me repose. Merci, et longue vie aux Mamans testent !

2 mars 2011

Une salade le nain ?

Une bonne frisée aux lardons?? Viens le nain...


Dans la vie, il y a les principes qu'on s'impose en tant que parents respectables.
On veut faire mieux que nos propres parents (challenge mon amour) parce qu'on se souvient de trucs über-traumatisants (du genre pas de Nutella, pas de bonbons, interdit de télé le matin) qu'on ne veut SURTOUT pas infliger à nos petits chéris, nos amours, nos nains.
Mais, ce qui nous motive le plus, c'est de ne pas ressembler à la famille Beauf-Boulet qui doit faire appel à feu Super Nanny pour punir Jason (prononce Djazone merci d'avance) qui n'a pas compris qu'on "ne parle pas comme ça à sa maman Djazone, regarde moi bien quand je te parle". 
Et on ne veut pas s'entendre dire "vous MADAME, vous MONSIEUR, on ne MENT jamais à son enfant".
Bin non, on ne ment jamais au nain, bien sur que non.
On lui dit la vérité, en y mettant des mots de nain pour qu'il pige.

Comment on fait un nain?
Heu, bin papa et maman s'aiment fort et puis hop, ça fait un nain. Sinon, tu veux regarder Tchoupi, hein? Cest super Tchoupi!
Comment c'est quand on est mort?
Heu, bin, c'est comme quand ta voiture télécommandée n'a plus de piles tu vois? Bin c'est pareil, on n'avance plus, le corps n'a plus de piles...(lamentable).


Et puis parfois, il y a ce qu'on est, un parent fourbissime gavé par le nain. Faisant donc, quelques entorses bien compréhensibles à son idéal parental. D'où les petits mensonges de rien du tout. Les petites salades.
Crois moi, c'est pour la bonne cause. Toujours. Ou presque.

Un petit aperçu des micro-mensonges qu'on fait tous...??

* Nan le nain, il n'y a plus de Gü dans le frigo (marche aussi avec mousse au chocolat, liégois, glace, chocolat Lindt pôduku).
Petit mensonge souvent proféré par le Mâle qui surveille toute virée du nain dans le frigo. Au cas où ce dernier essaierait de lui piquer ses divins desserts.
Le nain n'a qu'à manger ses petits suisses. Et les yaourts à l'ananas.

"Désolée mon chéri, il n'y en a plus (ils sont planqués sous les bières du Mâle dans le bac à bières légumes). Tu veux un petit suisse à la framboise à la place? Miam c'est bon!!! Ou bien il reste des yaourts à l'ananas sinon..."


Le Ferrero est planqué dans les carottes, je répète, le Ferrero est planqué dans les carottes. Bien reçu Tango Charlie.


* Ah non, le nain, le manège va fermer, il faut s'en aller, le monsieur doit rentrer chez lui (marche aussi avec la piscine, le square et tout lieu festif pour le nain)

C'est ça ou la colère hurlante parce que le nain "ne veut pas partiiiiiir". Et la honte devant tous les autres parents qui ont pensé à faire lire "Tchoupi fait un tour de manège" avant de partir (en faisant promettre au nain qu'il ne ferait pas de colère, comme ce mauvais Tchoupi).
Alors bon, pourquoi est-ce qu'on se priverait de ce tout petit mensonge qui n'engage à rien?
D'ailleurs peut être que le monsieur du manège, fatigué de balancer le pompon miteux, va vraiment prendre une pause...hein (hein oui tu vas aller la prendre ta put** de pause qu'on puisse dégager le nain du camion de pompier pour rentrer à la maison - enfin).

Et merde, le nain a ENCORE chopé le pompon...ce qui veut dire qu'il va ENCORE faire un tour...

* Non, il n'y a plus de petit caddie

Non, il n'y en a plus. Enfin, pas à l'entrée. Il y en a probablement devant les autres caisses mais rien qu'à l'idée de te trimballer ce mauvais caddie (en le traînant par le drapeau) parce que le nain aura décidé qu'il en a marre, tu n'as pas envie de chercher.
En plus le petit caddie, c'est crétin, tu ne peux rien mettre dedans, le nain fonce dans tout le monde (ou dans les boîtes de coeur de palmier situées en bas des rayons) et tu ne peux pas le sortir du magasin jusqu'à la voiture, ce qui occasionne une nouvelle colère du nain.
"Alors NON, il n'y a plus de petit caddie, tu vois bien, il n'y en a pas un. 
Des tas de vilains nains en ont pris avant toi. Peut être la prochaine fois le nain (compte la dessus bois de l'eau)"

L'objet de toutes les convoitises...(et encore, il a oublié qu'il en existait avec des petites voitures intégrées, damned)



* Tiens, c'est bon, c'est du poulet

"Oui oui le nain, c'est du poulet. Le même que dans les nuggets du Mac Dal. Oui, vas y, il est juste plus blanc. Et il s'appelle aussi colin. Mais c'est du poulet"
Le nain surkiffant le poulet, je ne vois pas pourquoi on lui pourrirait son groove en lui disant qu'il mange du dos de cabillaud. C'est pas sesky pour un sou, et ça donnerait presque envie de vomir.
Surtout si ça baigne dans une sauce au beurre blanc.


si si le nain, c'est aussi du poulet ça...du petit poulet rose, du poussin quoi


* Ah bin tiens, c'est fini, on éteint.

Oui, un dessin-animé peut se terminer à la moitié. Si si, c'est possible. Un petit coup discret sur la télécommande, et hop, c'est fini. En même temps, hein, cet épisode de Sam-Sam, il l'a déjà vu trois fois depuis hier, alors la fin, il la connaît.
Et il y a la rediffusion de Top Chef qui commence.


* En fait, le reste de l'année, Papa Noyel, il dort.

"Avec ses rennes, oui. Non, il ne mange pas. Il ne boit pas non plus. Et non, on ne peut pas aller le voir, je t'ai dit qu'il dormait.
Mais bien sur qu'il continue à surveiller les enfants pour voir s'ils sont sages et gentils (et respectueux) avec leurs parents. Evidemment le nain, tu le prends pour un rookie?"


* Oh là là, il est très tard, il faut vite aller au dodo...

Oui, d'accord il est 20h25. Mais le nain ne sait pas lire l'heure et ce soir, tu n'as absolument pas envie de te farcir les trois histoires habituelles, remplies de tracteurs, lapins, loups et autres personnages redondants.
"Donc, voilà, on se dépêche les nains, on a fait la fête hein ce soir, il est tard, c'est presque l'heure des grands, oulàlàlà, papa et maman vont aller se coucher bientôt (après une looooongue soirée en amoureux...gniark)."

* Non, ce n'est pas le matin, c'est la nuit.

En fait, oui, objectivement, si on regarde par la fenêtre, il fait nuit.
C'est l'hiver et il est 7h. Profitons-en, l'été c'est moins crédible.
"Mais c'est la nuit le nain. Alors tu te rendors. Et pas jusque 7h20 hein? Tu fais un effort, tu pousses jusque 8h. Et si je te revois debout alors que le soleil n'est pas levé, et bin, et bin, et bin c'est pas bien "(quelle répartie matinale!).

* Ah désolée, ton Tee-shirt Oui Oui est sale (marche aussi avec le costume de Spiderman ou le vieux jogging rapiécé)

"Mince, j'ai totally forgotten de laver ton vêtement favori le nain. 
C'est ballot ça! Va falloir t'habiller normalement pour sortir. C'est dommage, tu ne vas même pas pouvoir passer pour un niais" (et moi non plus)

Quoi? Vous osez sortir en ville avec un nain déguisé en Spiderman vous? Non? Alors...

* Chuuut, il y a la police...

"Et si on fait trop de bruit dans la voiture, la police arrête les voitures pour gronder les enfants pas sages. Non, on ne va pas en prison pour ça le nain.
Mais il vaut mieux se tenir à carreau, la police, ça déconne pas quand même."

nan mais c'est la bière du nain monsieur l'agent...
Marche aussi avec un Mâle qui roule trop vite. Marche encore mieux lorsqu'un gentil monsieur en 206 grise est arrêté sur le bord de la route pour téléphoner...




A suivre, bien entendu, notre fourberie est sans limites...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...