9 nov. 2011

Un pont. Un instant.


Cet article ne parlera pas de nains, ne parlera pas de matos pour nain, ne proposera pas de chouette cadal.
Cet article, j’ai hésité avant de l’écrire, parce qu’il n’est pas glop, parce qu’il est même carrément triste et totalement hors sujet.
Mais c’est mon blog, c’est mon cœur qui s’est tordu et c’est ma tête qui ne cesse, depuis, de cogiter.
alors je vous le livre, comme ça, probablement que ça ira mieux ensuite, l’écriture, c’est à ça que ça me sert, en règle générale.

Cet après midi, mon cher et tendre Mâle a fait son Georges et m’a pris les nains pour me laisser aller shopper SEULE en ville. Oui, seule. Crois-moi, j’étais heureuse en partant tranquille dans mon Kangou rouge, ma musique à MOI à fond et ma voix débile chantant sans commentaires nainesque à l’arrière.
Je roule vers le centre ville. Pour y arriver, je franchis le pont de l’autoroute. Pour ceux qui connaissent, il s’agit de l’A31 qui, vers 16h30, est juste blindée de camions.
Je roule et je vois une jeune fille qui marche seule sur le pont. Je continue et par réflexe, je la re-regarde dans mon rétroviseur. Je la vois qui s’approche du bord. Et qui enjambe la balustrade. Je n’ai même pas réfléchi. J’ai monté ma Kangou sur le trottoir et j’ai mis mes warnings. Je suis sortie en courant et en hurlant « ne sautez pas, s’il vous plaît, ne sautez pas ! ».
J’ai attrapé la fille par le ventre. Je l’ai serrée. Je n’ai jamais tenu quelqu’un aussi fort de ma vie. J’avais les larmes aux yeux et j’essayais de lui parler.
Un homme est arrivé derrière moi et l’a attrapée aussi. Puis un second. Ouf.
Ne la lâchez pas, s’il vous plaît.

Et c’est ainsi que j’ai passé dix minutes qui m’ont semblé des heures à attendre sur ce morceau de trottoir, à tenir la main d’une jeune fille de 17 ans, irraisonnable, qui voulait mourir parce que son mec venait de la plaquer.  Son ex (donc) était là, c’était le premier à arriver après moi. Elle ne voulait rien, disait que sa vie n’était rien, qu’il n’y avait rien de plus à vivre, qu’elle ne voulait plus souffrir.
Une belle fille, une jolie fille, une fille meurtrie.
Pendant dix minutes, les camions sont passés sous mes pieds, pendant dix minutes, j’ai cru qu’elle allait ressauter.
Pendant dix minutes, je ne l’ai pas lâchée.

La police est arrivée, les témoignages ont été notés. On l’a installée dans une voiture, son frère est arrivé. Je n’avais plus rien à faire là. Je me suis accroupie près d’elle et je lui ai juste dit de penser à elle, qu’il y avait des choses chouettes à vivre, et qu’elle allait bientôt le voir.
J’ai récupéré mon Kangou. J’ai démarré. Au feu rouge d’après, j’ai croisé les pompiers.
J’ai fondu en larmes.

Ce moment, il me vrille le ventre depuis que je l’ai vécu.
J’aurais voulu lui dire qu’il y avait mille choses à vivre, j’aurais voulu lui dire que putain, moi aussi j’ai eu 17 ans et moi aussi j’y ai pensé. Et qu’il ne faut pas. Parce que ça vaut le coup.
Et cette gamine, qui n’avait que dix ans de moins que moi, cette gamine qui n’avait rien vécu mais qui en avait déjà trop vu, cette gamine m'a brisé le cœur.
Je me suis trouvée là, j’ai pensé à ce que j’étais, à ce que je suis devenue, j’ai pensé à sa mère, et j’ai pensé à elle, si elle trouve la force d’avancer et de trouver.
J’aurais voulu lui dire, mais les mots ne sont pas sortis, j’aurais voulu lui dire que la lumière est en elle, que ça ne sert à rien de la chercher chez les autres.
Mais je n’ai rien dit. Je lui ai serré la main. Longtemps. J’ai vu dans ses yeux un merci lointain et une souffrance de vivre.
J’ai vu dans ses yeux la difficulté d’être soi.
Et ça m’a bouleversée.

Je tenais à partager avec vous ce moment. Parce que voilà, en un instant, c’est la claque. C’est la fragilité et l’impuissance, c’est la force de vouloir que l’autre reste en vie et c’est la trouille au ventre de le voir si mal. C’est le sentiment qu’en une seconde tout bascule, c’est la conscience de la réalité.
Parce que cette fille, c’est la fille de quelqu’un. 
Je n’écris pas ces mots pour vous dire à quel point je suis fière d’avoir aidé cette jeune fille à passer ses deux jambes de l’autre côté de la rambarde. J’écris pour ne plus y penser, pour ne plus avoir les larmes qui me montent aux yeux et le ventre qui se tord.
J’écris parce que j’ai eu peur, j’écris parce qu’elle m’a fait mal.
Je prends ce qu’il y a prendre dans cet instant si tragique. L’importance des moments que je vis, la conscience de ce et de ceux qui comptent. La certitude qu’il faut chercher en soi les raisons de continuer.

La valeur d'un hasard est égale à son degré d'improbabilité. Milan Kundera

139 commentaires:

  1. Terribles instants, je comprends que tu aies besoin de poser ces mots...
    Je t'embrasse très très très fort Marie...

    RépondreSupprimer
  2. Quelle rencontre.. Les larmes m'ont envahies. J'ai pensé à elle. à toi... à si c'était moi, si c'était ma fille..
    La fragilité de la vie..
    Continuer de vivre..
    Croire en la vie..
    En profiter..
    Je te transmet ça un peu pêle mêle, mais ça se bouscule vite vite vite...
    Que ton coeur s'apaise, tu as permis la vie...

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve que ce que tu as fait est formidable, tu as aidé cette jeune fille et j'espère que ça permettra de lui ouvrir les yeux même si cela n'est pas toujours évident...

    Je n'ose imaginer ce que tu dois ressentir mais garde en mémoire le principal : tu as peut-être aidé cette jeune fille à tourner la page et à avancer dans la vie, à se rendre compte que la vie vaut la peine d'être vécue.

    RépondreSupprimer
  4. T'as bien fait de l'écrire tout ça Marie.
    Des bises pour toi.

    RépondreSupprimer
  5. Je ne sais même pas quoi dire, j'ai le cœur serré...Je comprends que tu sois sous le choc, on ne sort pas indemne d'un tel évènement, aussi fugace soit-il.... Je pense bien fort à toi, et à cette jeune fille...♥

    RépondreSupprimer
  6. Marie, je suis bien sûre que ce que tu n'as pas pu dire, elle l'a lu dans tes yeux et senti dans la chaleur de tes mains.
    Tout plein de douces pensées.

    RépondreSupprimer
  7. Ouhlà Marie, c'est normal que tu sois bouleversée c'est très fort ce que tu as vécu... des situations comme ça évidement que ça retourne... Et tu as fait tout ce qu'il était possible de faire à ce moment là; parce que tout ce que tu voulais lui dire là à ce moment, ben elle était pas capable de l'entendre, pas tout de suite... Mais un jour elle se souviendra de ces personnes qui lui ont tendu la main quand elle en a eu besoin ;)

    RépondreSupprimer
  8. Aucun mot ne pourra t'apporter du réconfort, mais j'ose penser que ta présence auprès de cette jeune fille l'aidera à envisager un avenir plus radieux malgré les difficultés

    RépondreSupprimer
  9. larmes...
    cette jeune fille a probablement entendu tout ce que tu ne lui as pas dit, une main tendue, ça suffit souvent.

    RépondreSupprimer
  10. Punaise, ça fout un coup de te lire... Je n'imagine même pas dans quel état tu es... Je t'envoie plein de réconfort. :)

    RépondreSupprimer
  11. Quel réflexe tu as eu quand même...j'avoue y penser à chaque fois que je vois quelqu'un se pencher un peu trop par dessus la ballustrade de nos ponts à nous.
    Comment croire au hasard après ça?
    je t'embrasse fort ma belle...

    RépondreSupprimer
  12. Beaucoup de courage.
    C'est bien d'en avoir parlé. Mettre les choses à plat ça fait du bien.
    Ne vous projetez pas dans cette jeune fille. Elle a fait un mauvais choix et vous étiez là pour la remettre dans le droit chemin.
    Vous avez fait une bonne voir même une TRES bonne action.
    Courage courage et positive attitude!

    RépondreSupprimer
  13. Je te comprends...Ca serre le coeur de lire ça...On y a tous pensé à un moment, et puis non, et puis la vie, et puis tout ça. Et puis on a des enfants maintenant alors comment leur donner la force d'avoir envie de vivre quand ils grandiront et qu'ils souffriront? On a choisi de leur donner la vie, quelle responsabilité, non? Quelle angoisse aussi...
    Je pense que cette fille va peut-être entendre tes mots remonter de sa mémoire et avancer, jour après jour. Ou pas. Mais ton geste spontané lui a montré ce qu'il y a de plus beau en l'homme...l'humanité.

    RépondreSupprimer
  14. Je te l'ai déjà dit, mais tes yeux dans les siens et tes bras qui la serrent si fort, c'est ce qu'elle cherchait bien plus que la mort et qu'elle a trouvé. Tu lui as sauvé le coeur.
    Hug d'amour.

    RépondreSupprimer
  15. Bonsoir Marie...
    Juste quelques mots moi aussi pour te dire que j'ai été cette jeune fille moi aussi un jour, et que je ne remercierais jamais assez la femme qui a été là à cet instant ou tout c'est joué...
    Je pense pouvoir te dire merci!! Merci pour elle et merci pour ce geste que certains n'aurait pas "vu venir" par manque de regard sur les autres...
    Dors en paix, Marie, tu as fais ce qu'il fallait!!!

    RépondreSupprimer
  16. Tu sais Marie, un jour j'ai serré dans mes bras une jeune femme qui venait de se taller les veines. J'ai mis mes mains sur ses coupures, j'ai serré pour arrêter le saignement. Je l'ai prise à bras le corps quand, en entendant les pompiers, elle a tenté de se jeter par dessus la rampe de l'escalier dans lequel elle s'était réfugiée.
    Je ne sais pas pourquoi elle avait fait ça, je n'ai pas vu de lumière en elle, juste de la peur.
    J'avais son sang sur moi, sur mes mains, sur mes vêtements, mais je m'en foutais, parce que ses yeux, mon Dieu ! Deux lacs noirs de colère, de peur, déjà de l'autre côté.
    Elle s'en est sortie, je n'en ai jamais entendu parler, mais j'ai toujours ses yeux en mémoire.

    Tout ça pour te dire que tu fais bien d'en parler, un maximum. Parle, raconte, pleure, et délave un maximum ce souvenir. Et salue ce hasard.
    Je t'embrasse fort et t'envoie tout mon soutien.

    RépondreSupprimer
  17. je voudrai dire que ce soir tu m'as donné la chaire de poule, que ce soir tu m'as mis les larmes aux yeux et une boule dans la gorge, que moi aussi je me suis revu souffir à en crever d'amour.... mais qu'heureusement la vie me semblait plus forte,
    je voudrai dire que ce soir tu as exprimé là tout ce que tu voulais lui dire..... moi j'espère qu'elle puisse lire ça parce que JE SAIS que ça lui ferait un bien fou, parce que tes mots sont un vrai réconfort si sincère à sa souffrance... ça lui ferait du bien, tu peux joindre les pompiers ou l'hôpital, elle a certainement été transportée... non pas pour qu'elle te remercie de l'avoir sauvée lol, mais pour que tu puisses lui livrer tout ce que tu voulais lui dire et que tu n'as pas pu.... je pense en tous cas que tu es en elle à tout jamais..... ça va te sembler dingue mais la semaine passée mon mari et un autre homme ont sauvés de la noyade une mamie qui a eu un accident avec sa voiture et qui était coincée dedans dans l'eau.... elle veut voir je cite "ses anges" lolllll tu vois même à 75 ans on se rend compte de la valeur de la vie... je pense que cette jeune fille l'a comprise aujourd'hui grâce à toi, et si ce n'est pas encore le cas, elle va la comprendre au fil du temps... et je crois qu'elle entendra toute sa vie tes paroles, tes gestes et certainement ton regard...

    Merci pour les fous rire que tu me donnes et merci aussi pour ce que tu es tout simplement.... même si on ne se connaît pas du tout... et que je poste très rarement sur ton blog....

    RépondreSupprimer
  18. Ce soir il y a sans aucun doute des gens qui aimeraient pouvoir dire merci à la dame de la Kangou rouge ... MERCI Marie ...
    (de toute façon, tout ce que tu aurais pu dire, auraient pu être entendus, mais pas écoutés ...)

    RépondreSupprimer
  19. Pfiouuuu... Même si tu n'as su lui dire tout ce que tu voulais je pense que ta présence "après" a du lui faire comprendre pas mal de choses. Tu dis que tu n'as pas à être fière de toi mais moi qui ne te connais que par ce blog, je suis fière de toi. je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  20. On ne peut pas être drôle tous les jours. Tu es honnête avec tes sentiments et tu as raison de les partager. J'ai été cette fille même si ce n'était pas un pont et que ce n'est pas une personne qui m'a sauvée mais la Chance... un gros coup de Chance. Aujourd'hui, je suis une maman comblée, j'aime mon boulot, mon mari et j'attends mon 2ème bébé. Cet épisode me semble loin: j'ai même la sensation qu'il fait partie d'une autre vie. J'espère que ta petite jeune fille de 17 ans a le même avenir qui l'attend et qu'elle se rendra compte que la vie vaut 10 000 fois d'être vécue. Et j'espère que partager cette expérience difficile t'aura fait du bien.

    RépondreSupprimer
  21. Ben moi je trouve très beau ce que tu as fait : tu as sauvé une vie aujourd'hui. Beaucoup de gens se moquent des autres, ils ne se seraient même pas posé la question de ce qu'elle fichait là, ne l'auraient sans doute pas remarquée.
    Ton témoignage me permettra sans doute de porter encore un peu plus d'attention aux états d'âmes de ma fille lorsqu'elle sera adolescente...

    RépondreSupprimer
  22. pfiouu j en ai eu des frissons , tu as eu de bons reflexes et tu sais rien que de l avoir sauvé et beh c est deja enorme
    quand il ira mieux elle pensera a toi en te remerciant a tout jamais parce que grace a toi elle a pu continuer a vivre et profiter de tout ces bons moments qui font oublier les mauvais
    BRAVO

    RépondreSupprimer
  23. des tes premieres lignes, les larmes sont montées, parce que comme tu le dis, on a eu 17 ans, on y a pensé mais on a survécu et il y a tellement de choses a vivre, meme si tu ne lui as pas dit tout ce que tu voulais, je suis sure qu'elle a pu le lire sur ton visage et j'espere que ce que tu as pu lui transmettre pendant ces quelques instants l'aura ramené a la raison....mon homme a perdu son cousin en juin, il avait 22 ans, lui aussi a decidé d'en finir mais personne n'a pu l'empecher, aussi une histoire de coeur entre autre chose sans doute, alors merci a toi pour elle, pour ses parents, ses amis...

    RépondreSupprimer
  24. Marie.... Quoiqu'il en soit, elle n'a pas sauté, heureusement que tu es passée par là. Et plus tard, elle se souviendra de tes bras et de ton regard, j'en suis sûre moi aussi. On n'est jamais préparé à ça.. Ou à d'autres choses toutes aussi violentes. Et plus on avance, plus on grandit, plus on aura à être confronté et à faire face à des choses plus ou moins drôles, c'est la vie... C'est dur... Tendres pensées, keep smilin'... parce que parfois, tu aides aussi pas mal d'entre nous à sourire en pleine tempête, à rire malgré les moments difficiles, comme celui que tu es en train de traverser ;-)

    RépondreSupprimer
  25. Tu as raison, il fallait l'écrire, le partager... Quand Je t'ai lu, les larmes ont coulé & puis j'ai pensé à ma fille. Toute maman te bénirai d'avoir empeché son enfant de faire ce geste désespéré. & toute maman espère qu'une personne comme toi se trouvera au bon endroit, au bon moment, & réagira comme tu l'as fait si ça arrivait...
    Courage !!!

    RépondreSupprimer
  26. Et vive ton Georges, parce qu'il n'y a pas de hasard dans la vie.

    RépondreSupprimer
  27. Oh... Putain!
    Quelle horreur... Et quel miracle pour cette jeune fille de t'avoir trouvée sur sa route.
    Tu lui as sauvé la Vie, tout simplement. C'est horriblement tragique et terriblement bouleversant.
    Je pense que dans des moments comme ceux là, tes mots, quels qu'ils soient n'auraient pas été si utiles et salvateurs que cette main que tu lui as serré si fort.
    Les mots parfois ne sont pas aussi forts que les gestes: instinctifs, primaires, ces gestes qui sauvent.
    Tu as agit avec ton coeur, avec tes tripes et je pense sincèrement que tu n'aurais pas pu mieux faire.
    Reste maintenant à savoir quel impact cet évènement hors de commun aura sur toi. Un évènement terriblement paradoxal: horrible et miraculeux à la fois.
    Il ne faut pas que cela te hante mais au contraire, comme souvent lorsque l'on se rend compte que la vie ne tient qu'à un fil, il faut relativiser et profiter plus encore de la Vie et de tous les p'tits bonheurs qu'elle a à offrir.

    Je pense très fort à toi, Petite Marie "qui vient du Ciel et dont les étoiles entre elles ne parlent que d'Elle", Petite Marie providentielle en ce jour si exceptionnel...!

    Marion

    RépondreSupprimer
  28. j'en tremble pour toi. Normal que ça te mette dans cet état. Bises...

    RépondreSupprimer
  29. Les actes sont plus forts que les mots en ces instants là. Elle n'aurait pas entendu tes mots, mais tu as été là à l'instant crucial et c'est ce qui compte.
    Tu as été là pour elle et maintenant, nous sommes là pour toi!
    Je t'envoie des wagons de bisous et de câlins pour te réconforter en espérant que cette jeune fille verra les belles choses qui lui reste à vivre!!
    On t'aimmmeeee Marie!!!!!

    RépondreSupprimer
  30. J'ai des frissons rien qu'en te lisant, je n'imagine pas l'état dans lequel tu dois être..La vie est courte et tellement précieuse, la force de ta main et ton regard ont du lui faire comprendre tout ce que tes mots n'auront pas su lui dire..
    Elle comprendra peut-être plus tard je lui souhaite..Et moi aussi j'y ai pensé il y a tout juste 10 ans et à 27 ans je me dis que j'aurais vécu de bien piètres bonheurs à côté de tout ce qui venait..
    Merci pour tes mots, comme tu le dis si bien prendre conscience de l'importance des moments que l'on vit est déjà beaucoup.

    RépondreSupprimer
  31. Bon et bien je pleure de lire ton récit...
    Je pleure car tu décris tellement tes sentiments que j'arriverais presque à me mettre à ta place.
    Je pleure car c'est si triste à cet âge de vouloir en arriver là...
    Je pleure car j'admire ta réaction et que j'espère que j'aurais eu la même...
    Bon courage Marie ! bisous !

    RépondreSupprimer
  32. Pffff, partie en fumee ta sortie shopping :) Nan, je rigole, sa chance que tu sois la et que tu as fait qqchose

    RépondreSupprimer
  33. Maryvonne Liegaut9 novembre 2011 à 22:33

    Tu lui as sauvé la vie, Marie, c'est ce que tu dois retenir. Et elle t' en sera éternellement reconnaissante.
    Elle a eu une pulsion de mort suite à cette rupture qu'elle a subie. Elle aurait probablement sauté. Elle n' a pas réfléchi aux conséquences. Mais elle va être écoutée et soignée maintenant. Et elle va comprendre un moment ou à un autre que ce geste était un appel au secours qui lui aurait été fatal. Et aussi qu'elle est entourée par sa famille, par des bonnes personnes désintéressées comme toi,...et que la vie vaut d' être vécue.
    Je sais de quoi je parle, mon vieux papa a fait une TS il y a 7 ans. Il dit lui-même qu'il n' a pas réfléchi, mais il est content de vivre encore un peu....

    RépondreSupprimer
  34. Amel, 2 naines (Salirana)9 novembre 2011 à 22:34

    il y a un age où la vie nous happe, nous avale, où on la prend de plein fouet, où on passe de l'euphorie au désespoir en un quart de seconde, où tout se vit se ressent à 3000%...où notre vie ne se projette pas mais se résume à là tout de suite maintenant, à l'instant présent, à ce qu'on vit à l'instant...et ce qui nous fait mal, cette douleur, ce coeur brisé, prend toute la place, devient nous, respire et agit pour nous...et passer à l'acte parait parfois la seule issue, le seul soulagement possible...mais même si tous tes mots ne sont pas sortis comme tu l'aurais voulu, l'essentiel est là: tu lui as redonné une seconde chance d'aimer, de rire, de vivre...je lui souhaite de saisir cette chance pour avancer au delà de ce geste...j'espère que d'écrire ces lignes t'a permis de te sentir mieux, et de retrouver un peu de sérénité...

    RépondreSupprimer
  35. J ai les larmes aux yeux, j'espère que cette jeune fille sera consciente de cette seconde chance qui lui ai offerte et qu elle profitera d'une vie meilleure !!!
    Quelle tristesse de vouloir partir si jeune :/
    Heureusement que tu as eu de reflexe de regarder ton retro ! Bravo à toi !

    RépondreSupprimer
  36. Celine un nain, une naine9 novembre 2011 à 22:39

    Je me suis mis à sa place et ce geste que tu as eu m'a donné l'impression d'une douce chaleur...

    dans les moments les plus sombres, tout ce dont on a besoin c'est d'une étreinte et d'un regard bienveillants...

    Tu as fait tellement plus qu'un geste :)
    Merci à toi!

    RépondreSupprimer
  37. pfiouuu je sais même pas comment j'aurais pu réagir face à ça, c'est très dur
    et tu as fais ce qu'il y avait à faire...c'est très dur
    plein de réconfort

    RépondreSupprimer
  38. outch..... pas facile comme situation mais tu as fait la seule chose qu'il fallait faire et je peux te dire pour vivre dans la famille de celui qui a sauté que j'aurais aimé qu'il croise la route de ton kangoo rouge...... tu lui as sauvé la vie sois-en fière, plein de réconfort pour toi!!!
    aurélie

    RépondreSupprimer
  39. Je suis bouleversée de te lire ! Ca a du être un moment très difficile. Tu as bien fait d'écrire ce billet, j'espère qu'il réussira à t'apaiser ne serait-ce qu'un peu. Et j'espère aussi que cette jeune fille prendra conscience que la vie est ce qu'elle est mais qu'elle vaut le coup d'être vécue !!

    RépondreSupprimer
  40. merci d'avoir partagé ces mots avec nous, Marie. Meme si j'imagine bien que tu aurais préféré ne pas les vivre... Quel choc! des bisous!

    RépondreSupprimer
  41. Hyper touchant Marie... Merci pour elle de t'être arrêtée... Quelle chance pour elle que tu passes au "bon" endroit au "bon" moment... je comprends que tu aies le ventre tordu, c'est un choc... L'adolescence est si dure... J'ai mes propres souvenirs d'avoir eu des moments très durs mais l'amour et le respect de mes parents m'ont empêché d'aller trop loin et peut-etre que cette fille n'a pas cette chance. Tu as eu raison de partager ici. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  42. un pont-un instant... c'était il y a à peu près 10 ans, c'était le 21 juin, ça je ne l'oublierais jamais. j'avais 25 ans, je rentrais chez moi, à pieds et j'ai traversé ce grand pont qui enjambe la vallée de la petrusse... il y avait quelque personnes qui regardaient vers le bas du pont, curieuse, j'ai penché mon regard et il y avait cette couverture blanche dont ne dépassait que des mains et des pieds et ce pompier à quelques mètres du corps... et nous qui rentrions de la fête de la musique, à pieds, le premier soir de l'été. j'avais 25 ans, j'étais gaie... j'ai hurlé sur le pont et rentrée chez moi je me suis effondrée en larmes...

    RépondreSupprimer
  43. ton post m'a touchée, beaucoup! Ici c'est tout autre chose qui me fait une boule au ventre et monter les larmes aux yeux depuis vendredi... Que d'émotions la semaine dernière! ma collègue est arrivée en larmes, sa soeur ne s'est pas réveillée... AVC! Elle respire encore, elle a été opérée, les médecins tente de la réveiller tout doucement... Elle a une fille, un mari, plein d'amis, elle a 38 ans... Peut être qu'elle s'en sortira... peut être pas...
    En tout cas, ça me retourne autant que ton expérience à toi! et je me dis (encore plus) qu'il faut profiter à fond de la vie!
    merci Marie

    RépondreSupprimer
  44. la maison des filles9 novembre 2011 à 22:49

    Rien de ce que tu aurais pu dire n'aurait eu autant de poids que le contact de ta main et ta présence. Elle pensais n'être rien mais toi tu l'as vu, et c'est le plus important. Car non seulement tu lui as sauvé la vie aujourd'hui mais je suis certaine que ta réaction va lui permettre de prendre conscience que sa vie à de la valeur. Tout le monde à besoin du regard des autres pour exister et toi tu l'as regardée !!!
    Bon courage à toi pour digérer toutes ces émotions si fortes.

    RépondreSupprimer
  45. Un pont et un instant entre 2 personnes qui restera gravé à jamais dans vos cœurs ! J'ai retenu mon souffle avec toi le temps de te lire et puis j'ai respiré... Respire... Plein de bisous belle Marie !

    RépondreSupprimer
  46. C'est tres dur ce qu'elle vit et un gros gros choc pour toi. Mais tu as fait ce qu'il fallait c'est vraiment bien cette main que tu lui as tendu...c'est vrai ça fait réfléchir, surtout quand tu dis : c'est la fille de quelqu'un...pourvu que nos filles ne passent pas par des situations aussi extrêmes, pourvu qu'on soit là et assez fort pour eviter ça... Gros bisous

    RépondreSupprimer
  47. Un jour, à Rennes, je me baladais avec une amie. J'aperçois un homme sur le pont, au comportement étrange. J'ai un pressentiment et mon regard ne parvient pas à se détacher de lui. Puis je le vois qui balance une jambe par dessus la balustrade.
    La seconde qui suit, je lui tiens le blouson, il a tjs sa jambe accrochée et ne semble pas vouloir la remettre à une place normale.
    On a appelé le pompiers, on a fait semblant de parler l'air cool et détaché et moi je crevais d'attente de voir les pompiers arriver.
    Et ma main tjs greffée à son blouson, son corps tendu vers l'avant, tjs décidé à sauter.
    Les pompiers ont pris le relais, et j'ai pleuré, pleuré. Ma copine ne comprenait pas. Ben quoi, il n'a pas sauté.
    Non, mais la détresse d'un homme ou d'une femme résonne toute entière en nous. Tu l'écris bien, je ne le ferai pas davantage.
    Tout ça pour dire que je comprends ce que tu as traversé.
    Nous ne sommes que des humains....

    RépondreSupprimer
  48. ben c'est chouette... d'avoir été là... tout ce que tu pensais elle a dû l'entendre d'une manière ou d'une autre... merci pour ses parents j'ai envie de dire...car perdre un enfant pour des parents c'est terrible, mais en plus avoir son enfant qui se suicide ça doit être terrible, donc bravo, bravo, bravo...

    RépondreSupprimer
  49. A noyelles godault le mois dernier la meme jeune fille a sauté... Et personne n a fait comme toi..
    Quand je passe sous ce pont depuis ca... Ce n est plus pareil...
    ...

    RépondreSupprimer
  50. je pleure... parce qu'un jour c'est moi qui me suis retrouvé sur le pont de l'autoroute, sur le point de sauter. Merci Marie.

    RépondreSupprimer
  51. tu lui as sauve la vie dans les 2 sens du terme. voir qu'une inconnue a tout fait pour ne pas la voir sauver a sans doute aussi boulversee sa vie en positif. tu m'as mis les larmes aux yeux et la chair de poule. je ne sais pas si j'aurais eu le reflexe de sauter de ma voiture aussi vite que toi.

    RépondreSupprimer
  52. je voulais dire "une inconnue a tout fait pour ne pas la voir "sauter" a sans doute boulversee"

    RépondreSupprimer
  53. ...je suis sciée! Je pense que je vais devoir aller regarder mon bébé dormir pour me remettre tellement ça m'a remuée! C'est con la vie...

    RépondreSupprimer
  54. ça me donne les larmes aux yeux de te lire, cette fille a eu de la chance que tu sois là au bon moment, ça m'a foutu un coup et tu as tout bien résumé, comme quoi tout peut basculer en un instant!!

    RépondreSupprimer
  55. Gorge serrée...

    J'ai pas de mots là, juste merci pour elle, elle avait bien besoin d'anges gardiens...

    RépondreSupprimer
  56. Les frissons à cette lecture.

    Je crois que tu as fais le mieux, que peut-être les mots n'auraient servis a rien, que les actes ca marche mieux, que de voir une parfaite inconnue spontanément aller a son secours à du la toucher plus que tout.

    Et que même si plus tard, elle te "maudit" parce que tu l'as sauvée ce jour là, au moins elle pourra te maudire, et ne sera pas six pieds sous terre sans rien ressentir.

    C'est de l'héroisme ordinaire. Puis vois le bon coté des choses, tu auras épargner des sous ;) (et une vie aussi).

    Bravo a toi, profites en pour profiter a fond de ta famille, et de votre bonheur :)

    RépondreSupprimer
  57. Les autres avant moi ont tout dit.
    Tu as apporté secours, chaleur, présence et attention à quelqu un qui en avait désespérément besoin. Que vouloir faire de plus ? Ce n était pas le moment des paroles. Les gestes ont autant de portée lorsqu ils sont bien posés.
    Tu as agi avec justesse.
    Ele ne pourra jamais t oublier... toi non plus...
    Vous vous êtes apporté mutuellement beacoup au travers de cette épreuve. Elle vous fera grandir toutes les deux.
    N aies pas de regrets, tu as fait et donné tout ce que tu pouvais.
    Courage pour retrouver ta sérénité... Tu es une personne formidable.

    Sophie
    PS : incroyable quand meme ce qu il se passe dès que le Mâle se transforme en Georges ;-)
    PS 2 : superbe citation de Kundera, merci...

    RépondreSupprimer
  58. lalionne et son nain10 novembre 2011 à 00:18

    whaou Marie...
    en cette soirée d'insomnie, ou ma mère dort dans la chambre de mon fils, ou mon fils dort avec son père, ou je suis sur internet pour que le sommeil me vienne ( raté je crois), j'ai comme tous et toutes la chair de poule et les larmes aux yeux... la vie c'est rien, une intuition, un coup du destin, et des moments intenses qui auraient pu être tragiques s'il n'y avait pas eu un "si"...
    bravo Marie, et merci

    RépondreSupprimer
  59. Sois certaine que ta main, ton geste, ton regard et tes mots resteront comme une petite lumière chaude dans le coeur de cette fille. J'aime beaucoup la phrase de Kundera. Il n'y a pas de hasards, tu étais là et au-delà du geste qui l'a retenue face au vide, tu as donné beaucoup plus Marie. Pile ce que cette fille avait besoin à ce moment là.
    Plein de gros bisous de réconfort. J'espère que tu as pu dormir sereinement malgré tout.

    RépondreSupprimer
  60. Coucou,
    tu as bien fais d'ecrire tout ça sur ton blog...
    Courage à toi, à elle; ton geste a peut être permis à cette jeune fille d'ouvrir les yeux sur son avenir.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  61. Bonjour,
    oui tu n'as pas partagé ce moment pour ça : mais MERCI, merci Marie d'avoir sauvé une vie, merci d'avoir regardé dans le rétroviseur, merci d'avoir senti ce qu'il allait ce passer. Merci pour cette fille, pour sa maman, sa famille et même pour son (affreux, il doit forcément l'être) ex.
    Que tu sois bouleversée c'est normal, et mettre des mots sur ce qui nous bouleverse est le début de la guérison. J'espère que les messages que tu peux lire ici vont t'aider à avancer dans la voie de la guérison et de "l'oubli" (pas l'oubli de l'évènement, mais de ce qu'il retourne en toi).
    Bonne journée Marie.

    RépondreSupprimer
  62. rien a dire, juste lire...on est la pour ca<3

    RépondreSupprimer
  63. J'ai les larmes aux yeux, je suis bouleversée de ce qui t'aie arrivée ...

    Tu peux être très fière d'avoir pu sauver cette jeune fille. Même si tu ne lui a rien dit, je suis sure que tout est passé dans ton etreinte, dans ce contact. Des paroles pèsent souvent moins que les gestes...
    Grace à toi, cette jeune fille aura un avenir. Elle va vivre. Et un jour elle aura des enfants, et elle comprendra. Et elle repensera à toi, sur ce pont... je suis sure qu'elle ne t'oubliera jamais!

    J'espère que ces qq mots (ainsi que tous les autres gentils msg) te permettront d'effacer doucement le traumatisme que tu as vécu.

    Bisous,

    RépondreSupprimer
  64. Tu étais là, vraiment là pour elle et le reste n'existe pas. Les mots parfois ne servent à rien, peut-être qu'elle n'était pas prête à les entendre de toutes façons. Ne culpabilise pas Marie, tu lui as sauvé la vie...

    RépondreSupprimer
  65. très émouvant Marie, j'en ai eu les larmes aux yeux... je pense que tu imagines l'importance que tu as eue dans la vie de cette fille. Elle ne t'oubliera jamais, tu lui as sauvé la vie, vraiment.
    Peut-être que tu tournes et retournes-ça dans ta tête, que tu te dis "j'aurais du lui dire encore ça, ou plutôt ça"... mais je pense que les quelques mots d'encouragements que tu lui as dits, et simplement ton acte de venir la chercher, lui resteront... et que c'est elle qui va y penser, pendant les semaines, les mois, les années qui viennent.

    RépondreSupprimer
  66. J'en reste sans voix et en larmes, comme d'hab.
    Des bisous.

    RépondreSupprimer
  67. Salut Marie,
    C'est le destin, c'est comme ça.... Je fais partie des personnes qui pensent que tout ce qui arrive est prévu...et que cette fille n'était pas sur ton passage en même temps que toi par hasard...Le destin a voulu que tu sois la pour lui sauver la vie....Voyons le positif, tu lui a sauvé la vie et c'est une belle chose pour toi, une expérience de la vie qui va te rendre plus forte et si Dieu en a décidé ainsi c'est qu'il avait ses raisons....Il faut que tu voies l'acte merveilleux que tu viens d'accomplir, prend le du bon côté....
    C'est un sujet assez triste que tu partages avec nous, et tu dois avoir besoin d'en parler....Lorsque je suis triste ou bouleversée, je me réfugie avec mon nain, on joue, on fait des câlins et tout ce bonheur permet de mesurer la chance que l'on a d'être en vie aujourd'hui...Un jour, cette femme que tu as sauvée partagera ce moment également et penseras surement à toi....
    Je préfère quand même les sujets plus légers avec des rigolades, des arnaques de nains et de la bonne humeur !!!! Merci Marie pour partager avec nous tout cela !

    RépondreSupprimer
  68. Bravo, je suis en larmes, maintenant.

    Moi aussi, j'ai essayé de me suicider. A 18 ans, un coups de lame dans le poignet, sec et net. Et profond. Un an après, j'attendais mon premier enfant. Aujourd'hui, j'attends mon deuxième enfant. J'ai trouvé le bonheur, il ne reste que cette ligne sur mon poignet, et la marque qu'ont laissé les 6 points de suture.
    Cette fille ne t'oubliera jamais. Quand elle aura trouvé le bonheur, et qu'elle repensera à ce jour, elle pensera à tout ceux qui l'ont empêchée de sauter ce jour là.

    RépondreSupprimer
  69. Pour commencer, quand même, bravo à ton apprenti Georges :-)

    Pour le reste, j'ai été cette jeune fille, et cette main tendue aura été bien plus que n'importe quel mot. Parfois, l'aide d'un inconnu fait plus que tous les discours des gens qu'on aime.

    J'ai ensuite été de l'autre côté, en sortant de chez moi, j'ai vu le corps nu de mon voisin du dessus se pendre à la balustrade et lâcher.
    Moi je n'ai rien pu faire qu'entendre son cri et le crac de ses os 5 étages plus bas.
    Je n'ai pu qu'appeler les pompiers alors que la vie était déjà partie de ce corps.
    Je n'ai pu que mettre une couverture en attendant de n'être plus seule face à ça.
    Une fois les pompiers arrivés, quand j'ai dû repartir vers ma vie, j'ai eu une crise de nerfs, une vraie.
    Et j'ai mis des jours, des mois, des années, mais surtout des nuits, à m'en remettre.
    A ne plus entendre ce bruit sourd.

    Même si tu n'as pas écrit ça par fierté de t'être arrêtée, je suis fière pour toi que tu aies eu ce réflexe au lieu de passer ton chemin.

    Et je suis heureuse pour elle qu'elle ait lu tout ce qu'elle a lu dans tes yeux.

    Je crois que depuis que je suis maman, moi aussi chaque évènement du genre me ramène à moi, et si ça arrivait un jour à l'un de mes enfants...
    C'est juste trop dur, rien qu'à imaginer.
    Mais au moins, ça aide à remettre les choses à leur place et à réfléchir à ce qu'on peut apporter d'autre à la vie des autres.

    Je pense à toi et à elle, et j'espère que tout ira bien, de tout mon coeur.

    RépondreSupprimer
  70. Merci à tous, j'en ai encore le coeur serré.
    Comme une lectrice l'a si bien dit, c'est la détresse des gens qu'on peut lire dans leur regard qui nous met sans dessus dessous.

    Et je tiens à dire (que je ne suis pas un héros) qu'heureusement qu'un homme s'est arrêté aussi. Seule, je n'aurais pas pu la tenir bien longtemps.

    Merci à toutes, ça va mieux. Mais de penser que dans 15 ans, ma fille pourrait être là, qu'on a beau faire ce qu'on peut, qu'il y a des choses dont on ne peut pas les protéger, ça me brise le cœur.

    Être parent.

    Et Kundera, il n'y a que lui qui sache dire comme ça :)

    RépondreSupprimer
  71. J'imagine la violence de l'évènement, la torsion du bide et de l'âme après coup aussi. Cette jeune fille a eu de la chance que tu passes par là, et même si tes mots ne sont pas sortis comme tu aurais voulu, ton regard en a sûrement dit long ... ton regard et ta main qui la tient, c'est de ça qu'elle avait besoin.

    RépondreSupprimer
  72. Selyne-Tinou-Crapaud10 novembre 2011 à 10:30

    Même si tu dis que tu n'es pas héroïque, pour moi, ce que tu as fait relève d'un grand courage que peu de personnes ont.
    Et je rejoins les autres commentaires : tu n'avais pas besoin de lui parler, le fait même que tu l'aies retenue était bien plus parlant que tout ce que tu aurais pu dire. Une envie d'en finir, un mal-être passager qui aurait pu très mal finir... mais heureusement, ça n'a pas été le cas grâce à toi.

    Quand cette jeune fille ira mieux, nul doute qu'elle se rappellera de toi, et de ce moment où tu lui as montré que non, elle n'était pas seule au monde.
    Je sais que tu ne le recherche pas, mais bravo pour ce que tu as fait, quand même. J'espère réellement que tu vas un peu mieux, ça ne dois pas être évident.

    RépondreSupprimer
  73. Waouh... c'est énorme ce que tu racontes. En tout cas (même si ce n'est pas ce que tu cherches) bravo pour ta réaction.

    Il y a une dizaine d'années, un ado desespéré a tenté, lui aussi, de sauter d'un pont, après avoir fugué de son lycée... une grosse main l'a empoigné juste à temps. Je peux juste te dire que des voitures sont passées et ne se sont pas arrêtées.

    Je remercie cette grosse main car sinon, mon Crapiot ne serait jamais arrivé.
    Je crois que cet ex-ado ne regrette pas qu'on l'ai sauvé. J'espère qu'il en sera de même pour cette demoiselle.

    RépondreSupprimer
  74. J'ai pas les mots... mais j'ai les larmes... (et merci)

    RépondreSupprimer
  75. Superbe témoignage, qui me rappelle des mauvais souvenirs a moi aussi...ce que tu as fait est admirable, déja de t'être arrêtée et d'avoir pris le temps de lui apporter du réconfort, tu as permis a cette jeune fille de continuer sa vie, et de peut être connaitre la joie que tu as d'être maman, épouse...bref j'ai faillit pleurer, bravo et merci de nous ramener a la dure réalité.

    RépondreSupprimer
  76. Sans mots ...
    Je comprends ton émotion. Il y a cette jeune fille, ses proches, ses parents, ses amis ... dont la vie aurait été défigurée sans ta réaction.
    Et ta propre vie, aussi, qui s'est tenue au bord du gouffre. Bien sûr tu ne serais pas morte si elle avait sauté, tu ne la connaissais pas mais ... Si tu avais moins fait confiance à ton intuition, si tu n'avais pas été aussi attentive aux autres et rapide, tu aurais eu en toi ce souvenir terrible de l'avoir vue sauter et d'avoir peut-être pu la sauver ...
    Le souvenir que tu gardes est bouleversant, mais ô combien positif.
    Bravo et courage après ce séisme ;)

    RépondreSupprimer
  77. Vous lui avez montré, et pour toujours, que sa vie était précieuse, tellement précieuse que deux inconnus se sont jetés sur elle pour l'empêcher de disparaître. Je suis sûre que quelque part dans son esprit, ça restera comme une petite lumière, qui lui donnera de la force.
    Et bravo, quoi, pour ce geste magnifique.

    RépondreSupprimer
  78. Récemment, une personne que j'aime profondément qui a fondé une famille, qui est heureuse (mais qui garde en elle les stigmates de l'absence,l'absence d'écoute, de réconfort de la part de son père, de sa mère) m'a dit ceci:
    "Quand je pense qu'il y a 5 ans, j'étais au plus bas. Je n'avais rien, ni personne. En cinq, ma vie est transformée".
    Elle aussi a été sauvée in extremis et a su trouvé les ressources en elle.
    Je ne peux m'empêcher de penser à la force de ces personnes qui savent s'en sortir magnifiquement même blessées, à ce courage qu'il faut pour créer de nouvelles attaches, et aussi à toutes ces fêlures qui demeurent pour la vie.

    RépondreSupprimer
  79. Marie, juste MERCI.

    Bisous

    Valérie

    RépondreSupprimer
  80. <3... Les autres ont déja tout dit...

    RépondreSupprimer
  81. Bon, le coeur a "raté".... Boulet que je suis !!

    RépondreSupprimer
  82. Marie, les mots étaient inutiles... seuls ta présence et ton réconfort étaient nécessaires, et ça lui a sauvé la vie. Tu es une belle personne...

    RépondreSupprimer
  83. au fait, l'insoutenable Légèreté de l'être m'avait bouleversée!

    RépondreSupprimer
  84. Tu as sauvé une vie et ça, ça vaut tout l'or du monde. Il ne faut pas avoir de regrets de n'avoir pas dit les mots, car tu sais bien que l'expérience n'est utile qu'à celui qui la vit. Bien sûr qu'elle va tenir le coup, puisque tu t'es trouvée sur son chemin au bon (mauvais) moment. Elle va continuer maintenant qu'elle est allée au bout du possible. Tu es une personne si solaire, je ne suis pas surprise que le hasard t'ait donné cette occasion de faire le bien. On ne se voyait pas souvent, mais je te regrette. Vive toi et tes nains. Je t'embrasse très fort. Muriel

    RépondreSupprimer
  85. Larmes aussi....

    rien n'est hasard, tu n'étais pas là pour rien et elle non plus.
    Laisse-toi le droit de croire que tu lui as insufflé suffisamment de force et d'énergie, à travers sa petite main serrée dans la tienne, assez de force pour avancer dans sa jeune vie qui commence.

    Merci Marie

    RépondreSupprimer
  86. Hé bien... c'était toi, c'était elle, c'était là. Hasard, peut-être, qui sait...
    Ces instants où la vie nous rattrape, ou plus rien n'a d'importance que ça, ce qui couve, ce qu'on tait, ce qui bouillonne et ce qui crève, derrière nos façades qui craquèlent...

    RépondreSupprimer
  87. Quel courage, quel réflexe et quelle chance pour elle que quelqu'un comme toi soit passé par là à ce moment là !! Tu peux vraiment être très fière de toi.

    RépondreSupprimer
  88. Oui, sauf qu'elle avait le droit de choisir la mort plutôt que la vie...c'est très dur ce que je vais dire là...Mais au nom de quoi...nous tous considérons qu'il vaut mieux vivre que mourir...Parcequ'ensuite vivre peut-être le reste de sa vie dépressive avec des médocs et des rechutes en permanence ce n'est pas une vie...on nous sauve et après???

    RépondreSupprimer
  89. quel superbe geste tu as fait !
    merci pour cette jeune fille, et pour ses parents
    un jour elle pensera à cette femme qui a été là, et te remerciera au fond d'elle d'avoir pu lui permettre de vivre les merveilleux moments qui ont suivi cette detresse

    RépondreSupprimer
  90. Tu m'as donné la chaire de poule ...
    Je comprends que tu sois totalement bouleversée par cette rencontre digne d'un roman de Musso.

    A l'instant T, tes mots n'auraient sûrement rien changé. C'était trop frais pour elle. Elle aurait certainement été hermétique à tes paroles.

    Dur d'avoir 17 ans et de vivre ses premières peines de coeur... Pourtant, oui, il y a tant de belles choses à découvrir après, une fois qu'on arrive à tourner la page, sans rester bloquée dans le passé.

    Bisou tout doux

    RépondreSupprimer
  91. oh mon dieu , c'est horrible d'assiter à ce genre de scène atroce!!!
    tu as la bonne réaction , une réaction humaine altruiste!!!!!

    RépondreSupprimer
  92. Anonyme> je pense très sincèrement que si elle avait VRAIMENT choisi de mourir, elle n'aurait pas enjambé cette balustrade devant tout le monde.
    Elle aurait fait ça toute seule, sans témoins, sans personne pour l'en empêcher.

    Et je trouve ça dur ce que tu dis.
    A 17 ans, on sait beaucoup de choses, mais on ne sait quand même pas grand chose.

    RépondreSupprimer
  93. Je crois que tout a été dit dans les commentaires précédents, mais je ne peux m'empêcher de dire un mot moi aussi.
    Merci.
    Pour avoir moi aussi été tentée plus d'une fois d'enjamber les rambardes des ponts, je dis merci Marie.
    Je ne sais pas si j'aurais eu la même réaction que toi, le même courage dans cette situation, je ne peux que l'espérer...

    RépondreSupprimer
  94. Voilà trois fois que je viens et trois fois que je peine à écrire un message … parfois les mots manquent.
    Je suis contente pour toi que tu aies pu trouver les mots et exprimer la souffrance que tu as ressenti, que cette jeune fille a ressenti et j’espère que cela t’aidera à trouver un peu de paix intérieure.
    L’adolescence n’est pas une période facile, et où les émotions sont magnifiées.
    Tu as tellement raison de dire que la lumière, il faut d’abord la trouver en nous, c’est bien plus facile ensuite pour la voir ailleurs. Le fait de devenir mère nous expose à des angoisses qu’on ne connaissait pas avant, celles de la maladie, celles de la mort, qui prennent un sens tout particulier. Enfin, c’est le cas pour moi, je ne voudrai pas généraliser à mauvais escient.
    Alors, il faut aller de l’avant, dans un monde où bien des choses nous touchent, par notre vie de femme, et par notre vie de maman.
    Je t’embrasse bien bien fort Marie, et j’espère que ce sentiment que te tord le ventre et broie le cœur s’atténuera.

    RépondreSupprimer
  95. Dur ,dur Marie surtout que j'ai une amie très proche qui l'an dernier s'est foutue dans la Loire , depuis je souffre car je l'aimais , on l'aimait , et elle même n'a pas réussit à s'aimer assez ...
    Bref ton histoire fait écho à mon histoire et j'ai toujours aussi mal siono plus bientôt un an après ...

    Lolotte .

    RépondreSupprimer
  96. beu ben j'ai la gorge nouée en te lisant...que dire...que tu as fait tout ce qu'il allait pour cette jeune fille en mal de vivre qu'elle se souviendra sûrement toute sa vie de ta main tendue...

    RépondreSupprimer
  97. et bien moi , je dis merci au mâle, de s etre occupé des enfants...
    je ne crois pas au hasard,
    peut être que si ca n avait pas été toi , qui te sois arrêtée ca aurait été quelqu un d autre, et peut être pas ! alors merci pour Marie !

    RépondreSupprimer
  98. J'aurais aimé qu'une personne comme toi soit présente, un certain soir il y a quatre ans, pour empêcher mon frère de sauter. Dieu sait qu'aujourd'hui encore, toute ma famille, tous ses amis, ne passent pas un jour sans se mordre les poings de ne pas avoir été là ce soir-là.

    Tu as sauvé cette jeune fille contre son gré. Peut-être qu'elle t'en voudra au début, qu'elle aura de la colère contre toi, contre ceux qui l'ont prise en charge ensuite, contre son entourage. Mais grâce à toi et aux autres personnes qui étaient là, elle a une deuxième chance.

    Et tu ne l'as pas sauvée seulement elle, tu as aussi épargné à ses parents la plus grande horreur, la pire douleur qu'on puisse connaître : la mort de leur enfant.

    Bravo, et prends le temps de te remettre de ce choc.

    RépondreSupprimer
  99. Je n'ai pas grand chose à ajouter, tout a été dit. C'est merveilleux que tu aies été là et que tu aies eu les bons réflexes. Normal que cette histoire te bouleverse, en parler t'aidera sans doute a surmonter le choc. Merci pour cette jeune fille qui, grâce a toi, a une deuxième chance et pour sa famille à laquelle une si grande peine est évitée.

    RépondreSupprimer
  100. Oh là là !...

    J'en reviens pas ! Quels réflexes, mais quels réflexes ! Vous avez sauvé sa vie, à cette pauvre petite. Il ne suffit pas d'être au bon endroit au bon moment. Je me réjouis que votre route ait croisé celle de cette adolescente au cœur brisé. Et j'espère de tout cœur que vous allez vite vous remettre de ce choc.

    Vous savez, sur le moment, on ne trouve jamais les bons mots. Mais ce sont les gestes par dessus tout qui comptent. Et vous ne pouviez pas en faire de meilleur.

    Courage donc ! Et encore bravo (même si vous ne vouliez pas passer pour un héros !).

    RépondreSupprimer
  101. Tout a été dit... Cette jeune fille a une chance incroyable, celle d'avoir croisé son ange gardien au bon moment. Je prie depuis que je t'ai lue pour que ma fille n'aie jamais à connaitre ça, et que si par malheur elle en arrive à un tel acte, une dame regardera à temps dans le rétroviseur de sa kangoo rouge...
    Je suis impressionnée par le nombre de tes lectrices qui ont vécu cette situation, d'un côté ou de l'autre de la balustrade... La banalité de cet acte est si dure à accepter, mais j'espère que ces témoignages de jeunes filles qui s'en sont sorties et de mamans qui se sont elles aussi précipitées pour les aider t'aideront à avancer.
    Merci... et courage.

    RépondreSupprimer
  102. En effet, tu as eu un sacré réflexe, c'est incroyable ! Et c'est merveilleux que tu sois arrivée à temps.
    J'ai été cette jeune fille de 17 ans paumée et pire que morte à l'intérieur à cause d'un chagrin d'amour (sauf que j'en avais 19)... et je suis sacrément heureuse d'avoir continué à vivre ! Mais quand on est au fond du gouffre, on a peine à croire qu'un jour on sera heureux, comblée même.
    Et c'est dur d'être cette personne à côté qui doit faire comprendre tout ça à une jeune fille perdue entre 2 mondes.
    Mais je suis absolument certaine qu'un jour, elle sera très très heureuse que tu aies fait ce geste pour elle.

    RépondreSupprimer
  103. Pour avoir été moi-même morte en vie pendant de nombreuses années, je connais la valeur d'une main tendue, surtout de la part d'une inconnue. Bien sûr rien ne remplace la présence des proches, mais personnellement, c'est des inconnus qui ont été là pour moi aux instants clés dont je me souviendrai toute ma vie. Rien ne les y obligeait, et ils ont parfois juste été là, sans mots, sans plus. Mais c'était déjà beaucoup.
    Merci pour elle.

    RépondreSupprimer
  104. Je crois parfois un peu au destin, il fallait que tu sois là à ce moment là.

    RépondreSupprimer
  105. carmen a dit:

    Je voulais dire... rien du tout en fait. Enfin si, merci de nous rappeler que nous avons toutes les raisons de profiter au mieux de cette vie que nous avons. Merci.

    RépondreSupprimer
  106. Bonsoir Marie, on comprend aisément que tu aies eu besoin de poser des mots sur ce que vous avez vécu, toi et cette jeune fille...

    RépondreSupprimer
  107. j'ai vécu ça moi aussi, il y a quelques mois, sauf que moi je n'ai pas couru assez vite, alors forcément ton post m'a encore tiré des larmes... merci pour elle, et bravo à toi

    RépondreSupprimer
  108. C'est tellement difficile d'être confrontée au mal-être de quelqu'un, encore plus quand c'est quelqu'un qu'on ne connait absolument pas, on ne sait pas quoi faire, pas quoi dire. Air de rien tu lui as sans doute sauvé la vie et qui sait, peut-être qu'après un traitement cette jeune fille suicidaire deviendra une femme et une maman comblée. C'est tout le mal qu'on peut lui souhaiter. Ton récit est bouleversant et très émouvant, merci de partager ça avec nous.

    RépondreSupprimer
  109. Et si je peux me permettre, je voulais juste dire à "anonyme" que les jeunes filles pensent souvent au suicide et la plupart de celles qui passent à l'acte ne désirent pas vraiment mourir, ce qu'elles veulent c'est de l'attention, de l'amour, de l'aide, et surtout ne plus souffrir. Je ne pense pas que beaucoup de jeunes femmes qui ont fait une ts pendant l'adolescence regrettent d'être en vie, de même qu'une dépression ne dure pas toute une vie. Et légalement, ne pas aider quelqu'un qui veut attenter à ses jours, c'est tout bonnement de la non-assistance à personne en danger...

    RépondreSupprimer
  110. Hier après midi j'étais au travail, je lisais ton article..et je me suis mise à pleurer. Pour ne pas affoler les gens, j'ai fermé ta page...et je suis revenue aujourd'hui plus calme pour finir ton post.
    Merci.
    Pour elle...
    Pour moi...qui parfois aimerait se jeter dans le vide pour que tout s'arrête...et qui se raccroche à sa puce et sa famille...

    RépondreSupprimer
  111. Je ne vais pas mentir, en un instant les larmes se sont installées! Comme vous dites c'est le sentiment qu’en une seconde tout bascule, c’est la conscience de la réalité. Même si vos mots ne sont pas là pour montrer votre fierté (bon dieu que vous devez être soulagée plutôt que fière d'ailleurs), il n'empêche que vous avez eu les bons gestes, la bonne réaction au bon moment et que tout le monde n'en est pas capable. Être démuni dans certaines situations existe (et arrive) et je trouve que c'est RASSURANT de vivre dans un monde où il existe des gens comme vous!

    RépondreSupprimer
  112. Ben mince alors ... o_O Je ne sais pas quoi dire. Bravo même si je sais que ce n'est pas écrit pour ça. J'aimerai qu'elle ait l'occasion de te lire. Parce qu'effectivement ça lui ferait du bien d'entendre ce que tu as eu besoin d'écrire. J'espère qu'elle a dans son entourage une belle personne qui pourra lui dire ce que tu aurais voulu lui dire.

    RépondreSupprimer
  113. Marie, tu m'as bouleversée, j'en suis toute retournée. Merci d'avoir partagé cette histoire avec nous, tu as été formidablement courageuse, et ton geste était très beau. Cette jeune fille a eu de la chance de t'avoir à ce moment précis. On t'aime pour ton humour mais on adore aussi ta sensibilité ♥
    Véronique

    RépondreSupprimer
  114. Bien sûr, tu aurais pu lui dire milles choses...
    Qu'était-elle prête à entendre ? Les mots ne sont que des mots, prêts à s'envoler...
    Tes gestes sont d'une grande puissance : s’arrêter, courir, s'accrocher, serrer... Des preuves formelles qu'il y a en ce monde des gens sensibles, aimant, attentifs, de ces gens qui nous font aimer la vie...
    Bravo Marie !

    RépondreSupprimer
  115. Anne-Laure et ses drôles de mecs10 novembre 2011 à 22:25

    Bonjour Marie,
    Tu peux être fière de toi, même si tu ne lui a pas dit tout ce que tu aurais voulu lui dire. Il est très difficile de réagir dans ces cas, là, et toi tu as fait ce qu'il fallait, juste avec tes tripes.
    Beaucoup de jeunes filles pensent à la mort, mais veulent surtout oublier cette peine terrible qu'elles ont.Elles ont un profond manque d'estime d'elles même et ont un grand besoin qu'on s'occupe d'elle. Et toi, tu étais là, tu lui a prouvé qu'une inconnue pouvait s'intéresser à elle, et je suis sûre qu'elle aura enregistré cette information quelque part. Je lui souhaite de retrouver très vite le goût de vivre.
    Et je pense aussi à sa famille, à son frère, à ses parents, car cela doit être très dur pour eux de se dire qu'ils n'ont pas pu la protéger à ce moment là, et qu'ils ont failli la perdre. En tant que maman, cela me fend aussi le coeur, et j'espère que j'arriverai toujours à être assez proche de mes fils pour qu'ils viennent me parler quand ça va, et quand tout fout l'camp.
    Essaie de dormir Marie, et pense que tu lui a offert la 2ème chance dont elle avait besoin.
    Bises
    AL

    RépondreSupprimer
  116. Bravo pour ton courage et ta présence d’esprit et merci d'avoir partagé…

    RépondreSupprimer
  117. je ne te connais pas je viens juse de voir ton article sur Fb!!mais je voulais te dire que tu avais bien du courage!!quel beau geste dans ce monde si impersonnel!!j'ai eu les larmes aux yeux de te lire!!Bravo à toi ;)

    RépondreSupprimer
  118. Bonjour Marie. Je n'ai jamais posté sur ton blog, je n'ai jamais osé en fait... mais là, il y a de quoi réagir: j'ai le coeur serré, la boule dans la gorge, ce que tu as fait est juste formidable, tu as pu permettre à cette jeune fille de vivre et j'espère qu'elle se rappellera longtemps de ton geste et des paroles que tu as pu lui dire, même si tu aurais voulu lui en dire plus.

    J'en profite pour te remercier, car avec l'homme, on rigole bien lors de nos petits moments de lecture de ton blog (quand mon (faux) nain est couché, à 19h30).
    En plus, si je ne me trompe pas, nous habitons la même ville ;)

    RépondreSupprimer
  119. Il y a 30 ans, j'aurais voulu être la dame à la kangoo rouge, et empêcher mon papa de sauter. Mais j'étais petite et on "ne parlait pas de ces choses là" avec les enfants. Et on m'empêchait de trop m'approcher de lui, pour que je ne m'aperçoive de rien. On était très fusionnels et cet éloignement forcé a du encore renforcer sa douleur.
    Aujourd'hui encore, je me dis que si j'avais su dans quel état il était, la force de mes petits bras autour de son cou l'aurait aidé.
    Bravo et merci Marie, d'avoir vu ce que les autres n'ont pas vu. Et d'avoir fait ce que peu d'entre nous sont capables de faire.

    RépondreSupprimer
  120. J'ai assisté à un suicide, je n'ai rien pu faire parce que j'étais une ado dans son bus qui allait en cours et lui un homme perdue en haut d'un parking. J'ai assisté à la chute, j'ai tourné la tête quand il approchait si vite du sol. Puis j'ai fait demi tour en tremblant et je suis rentrée chez moi en pleurant .
    J'aurai aimé être là plus tôt pour l'aider ou plus tard finalement pour ne pas vivre avec ses images. C'est égoiste mais tellement j'étais tellement impuissante face à la vie ...
    Ton interet, ta présence, ce qu'elle a pu lire dans tes yeux, ressentir dans tes bras c'est déjà beaucoup ...

    RépondreSupprimer
  121. Je comprend ton émotion et ton désarroi! Rien qu'en te lisant mon coeur de maman souffre!
    Comme vivre après ça? Je ne sais pas mais il y a certainement la famille de cette jeune fille qui doit se dire qu'un ange à veiller sur sa fille!
    J'espère que ta présence, ton regard aura aider cette jeune fille! Bravo pour être intervenue et avoir été là! Beaucoup n'aurait pas réagi comme toi!
    Je t'envoie tout mon soutien. Bises

    RépondreSupprimer
  122. Quel courage. Je n'ose penser à ceux qui ne se seraient pas arrêtés. Tu as sauvé une vie. Je suis émue aux larmes mais heureuse que de jolies personnes comme toi existent.

    (mon humble avis : oui, ce n'est pas glop comme article. Mais chère Marie, tu n'es pas un clown. Tu as des états d'âmes, des jours avec et des jours sans. Nous t'aimons pour tout ça. Surtout ne change pas et continue de partager avec nous.)

    RépondreSupprimer
  123. Bonjour,

    il y a quelques jours, j'ai vu les images de cette petite fille chinoise qui se fait écrasée par un imbécile, j'ai vu les 18 personnes passer devant elle sans aller l'aider, et je ne m'en suis pas remise, tant d'indifférence, c'est terrible, et c'est terrible de réaliser que cette indifférence existe. Ta réaction me rassure, je me dis que l'être humain l'est toujours, c'était dans tes tripes, dans ton instinct de ne pas hésiter! Bravo!

    RépondreSupprimer
  124. Oh putain je suis passée à côté de cette note ...
    A te lire, j'en ai des frissons ... tu as posé tout ça par écrit , j'espère que ça aura au moins le mérite de t'apaiser, juste un peu ...
    Ton geste aura peut être suffit ... même si tu ne lui as pas dit tout ce que tu aurais aimé lui dire, tu l'as tenue dans tes bras, tu lui as tenu la main, tu l'as regardé dans les yeux ... Ce jour là tu lui as permis de continuer au moins un jour de plus et ça aura peut être suffit ...
    En tous cas, tu es une belle personne, tant de gens aurait poursuivi leur route, toi tu t'es arrêtée ...

    RépondreSupprimer
  125. Y a des instants comme ça...

    Mon instant à moi était moins spectaculaire mais, aurait pu être tragique si j'avais eu moins de réflexes ou si j'avais marché un peu plus vite ce jour là.
    J'étais sur un large trottoir, au bord de la route. A ma droite, un couple en train de se disputer. Un bébé dans une poussette, sa grande soeur d'environ 18 mois qui gambade à côté de ses parents.

    Je ne sais ce qui lui a pris mais, elle a décidé, sur un coup de tête, de dévaler la petite pente menant à la route...
    Au même instant, sur ma gauche, un taxi arrivait. Il ne roulait pas vite. Mais, la petite était à peine plus grande que ses roues... Il ne pouvait pas la voir. Il n'a d'ailleurs surement rien perçu, jusqu'au moment où je l'ai attrapée par le bras, à quelques centimètres de sa roue avant.
    C'est après avoir pilé, qu'il a compris ce à quoi il avait échappé, et j'ai pu lire dans son regard ce qu'il pensait des parents...

    La mère m'a lâché un merci glacial et est repartie, avec sa gamine dans les bras, se disputer avec son compagnon.

    Y a des instants comme ça... Où on est quand même finalement, foutrement contents d'avoir été là au bon moment. =)

    RépondreSupprimer
  126. Ton envie intense et profonde d'aider l'Autre m'émeut+++...(Un truc qui marche pour moi quand les émotions sont trop prenantes, je prends une feuille blanche et note ce qui me vient de manière très brouillon je cherche pas à faire des phrases construites mais juste écrire des questions et réponses en vrac, en rapport avec mon ressenti. C'est très perso! mais bon on sait jamais!)
    Bises à toi et merci pour ton blog.

    RépondreSupprimer
  127. La vie tient à si peu... Je pleure en lisant ton article.
    Merci de m'avoir rappelée que tout peut basculer en un instant. Et merci pour elle d'avoir été là.

    RépondreSupprimer
  128. Aline et Charlotte ( et bientôt + une!! )13 novembre 2011 à 19:48

    Apres lecture et larme, j'ai refermé la page, sans trouver les mots pour définir mon ressenti.

    Avec le recul: quel rassurant élan d'humanité!
    Quelle chance pour cette jeune femme qui aura l'opportunité de prendre elle aussi du recul sur sa bouleversante experience!

    Il n'y a pas de hasard je crois, merci de nous avoir fait partager ça, j'espere que, quelques jours etant passés, tu as surmonté cette épreuve.

    Courage!

    RépondreSupprimer
  129. j'ai versé ma larme en te lisant et je reviens quelques jours après pour t'écrire un petit mot.
    Tu réalises que tu as sauvé la vie de cette jeune fille????????? Bravo pour ta réactivité et ton courage. Quel stress ça a du être, j'imagine que tu y penses tout le tps.
    J'espère que si un jour mes enfants ont de pbs ils croiseront la route de personnes comme toi.

    RépondreSupprimer
  130. Puifff quelle histoire ! Les mots me manquent pour te réconforter, comme quoi, on ne trouve pas forcément les mots tous le temps ....

    Tu as fait ce que tu as pu !!!

    Courage !

    RépondreSupprimer
  131. salut Marie, ton post vient de me bouleverser.. j'ai appris la semaine dernière le suicide de quelqu'un que j'ai aimé profondément.. je m'en veux de ne pas avoir été celle qui l'a empêché de le faire.. dis toi que tu as fais quelque chose d'extraordinaire pour elle, sa famille, ses amis.. courage

    RépondreSupprimer
  132. Elle a eu la chance de te croiser...Courage & la vie est belle

    RépondreSupprimer
  133. Rien qu'à te lire je suis bouleversée j'imagine amplement ton état... comment ne pas penser à ses enfants et se dire que quoi qu'on fasse, il y aura toujours des pans d'eux qui nous échapperont... 17 ans on a la vie devant soi et on n'arrive pas forcément à l'imaginer tellement la souffrance sur le moment est terrible...
    Quel beau geste et j'espère que je si j'avais été à ta place j'aurais fait pareil, sans réfléchir...

    RépondreSupprimer
  134. cette jeune fille, le jour ou elle sera enceinte, elle remercie l'ange gardien qui l'a empêché un jour de commettre l'irréparable...car ce sera grace a toi qu'elle pourra vivre ses merveilleux moments de devenir maman !

    RépondreSupprimer
  135. J'aurai bien aimé pouvoir faire ce geste pour cette jeune voisine que je ne connais pas et qui a décidé d'en finir si jeune.
    Je pense à ses parents, ses soeurs qui sont mes voisins que je ne connais pas.
    Ce message c'est juste un message pour partager notre peine que nous ne pouvons partager avec eux.
    18 ans c'est top jeune
    Désolé je suis tombé sur ce blog en essayant de comprendre ce geste

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...