28 juin 2011

Le sevrage - la dernière tétée

Ce billet, j'ai besoin de l'écrire.
Je ne sais pas s'il sera complet, je ne sais pas s'il sera à la hauteur de tes attentes.
Mais j'ai besoin de le dire parce que, depuis bientôt deux semaines, ma fille est sevrée.
Pardon, je devrais dire, ma fille s'est sevrée. Toute seule.


Un jour, comme ça, elle a décidé que ça suffisait. Qu'elle était assez grande. Qu'elle n'avait plus envie.
Tout simplement.
Certains vont se demander pourquoi je n'ai pas insisté. Pourquoi je ne tire pas mon lait pour continuer à lui donner. Pourquoi je ne la force pas un peu? Pourquoi je ne ME force pas un peu?
Et bien, parce qu'au delà de la nourriture, le sevrage est une étape, un passage, un moment où on renonce, des deux côtés, à un échange intense.
Je n'avais pas prévu de la sevrer. Elle était au mixte et je lui donnais le sein le matin, le soir et la nuit (oui, oui, tu sais cette sympathique tétée de 4h). Elle prenait bien ses biberons (de lait artificiel) et prenait bien le sein.
Aucun souci, tout roulait.

Et puis voilà. Elle ne veut plus.
On ne pense jamais que ça va se terminer comme ça. J'ai insisté et puis elle a pleuré.
Alors je me suis dit "à qui fais-tu plaisir là?".

Il y a un temps pour tout. Manifestement, pour elle, c'était la fin d'un temps. Et le début d'un autre.

Mais concrètement, ça se passe comment?

Quand? Comment? Pourquoi on sèvre?

Quand et pourquoi sèvre t'on?
Pour mille raisons qui ne dépendent pas toujours de nous.
Parce qu'on en a marre, parce qu'on veut retrouver plus d'indépendance, parce qu'on retravaille et qu'on ne sent ni la force, ni l'envie de poursuivre son allaitement. Parce qu'il est temps.
Parce qu'on est fatiguée.
Parce qu'on ne peut plus. Parce que parfois, allaiter à six heures du matin, filer au boulot et revenir en courant le soir pour la tétée du soir, ça pèse.
Parce que, souvent, on sent que le temps est venu de passer à autre chose.
Pour certaines, ça sera une semaine. Pour d'autres trois,six, ou encore douze mois, et plus encore. Il n'y a pas de moment à privilégier. Il n'y a pas de date de péremption. Allaiter son enfant de deux ans, on peut. C'est un choix.

Encore une fois, comme tout ce qui touche à la maternité, chacun se doit de faire comme il le sent. Parce que tout le reste en découle.
Nous ne sommes pas des robots. Parfois on ne peut pas. Je ne parle pas de problèmes physiques (cas rares), non, je te parle de celles qui ont eu un accouchement long et difficile. Une césarienne. Des jumeaux. Je te parle de celles qui ont allaité dans la souffrance. Je te parle de celles qui, un jour, en ont assez.
Je parle aussi pour celles qui se sentent blessées parce qu'elles n'ont allaité qu'un mois et passent au lait artificiel honteusement. Il y a des choix qui n'appartiennent qu'à nous.

Alors oui, on a le droit de sevrer son enfant sans se faire pourrir la tronche.

Comment?
Si on choisit volontairement de sevrer son enfant, il faut s'y prendre longtemps à l'avance. Bien souvent, on décide de le faire à la reprise du travail. C'est dommage, mais c'est souvent comme ça. Parce qu'il n'y a pas de congé allaitement et que jongler entre les horaires de crèche, de boulot, les réunions tardives et les toilettes pour tirer son lait, tout ça, ça rebute.

Sevrer prend du temps, si on veut que la transition se fasse en douceur, il faut commencer par introduire un biberon la première semaine, puis deux la deuxième.
Personnellement, j'ai commencé à donner des biberons de mon lait histoire d'habituer Mademoiselle sa Majesté de la Micronaine à la tétine. On ne change pas toutes les habitudes d'un coup.
Evidemment, comme ma fille est une fille, elle n'a pas voulu de la tétine de ses frères (alors que j'avais environ trente biberons assortis). Et, contrairement à tout ce qu'on peut entendre, elle n'a pas non plus voulu boire son biberon avec quelqu'un d'autre que moi.
Na!

Ce qui a marché?
Une tétine Tommee Tipee (les biberons Closer to Nature) et un biberon donné le matin après la sieste. En effet, il vaut mieux privilégier un moment où le nain est en forme. Fatigué, il n'est pas très tolérant et préfère siroter son petit nichon qu'une vile tétine en plastique.
Bref, la tétine qui ressemble à un bout de sein a marché sur ma fille.
Puis, tout doucement, j'ai introduit un biberon de lait artificiel par jour. J'ai pris le Gallia Calisma parce que c'est celui que j'avais pris pour le grand, cherche pas, je suis un mouton moi. J'essaie d'éviter de choisir un lait introuvable en supermarché pour la bonne et simple raison que le dimanche matin, lorsque je m'aperçois que je n'ai plus de lait...je suis contente de ne pas avoir à pleurer devant la petite boutique Bio du coin qui est la seule à faire le lait 2ème âge trop hype.

Question quantité, j'ai donné environ ce que je tirais au sein. Soit 210 ml (oui, ma fille est un morfalou).
Puis j'ai ajusté. A 240 ml (oui, ma fille est un sioupère morfalou).

Donc, je récapitule:
- 1ère semaine : un biberon de mon lait par jour
- 2ème semaine: un biberon de lait Gallia par jour
- 3ème semaine: deux biberons de Gallia par jour

J'ai choisi de lui donner deux biberons de lait artificiel par jour puisque je savais qu'elle aurait ce dosage en journée (à la crèche) et que mon allaitement n'en serait pas compromis puisque j'avais pas mal de lait et six mois d'allaitement derrière moi (donc plus de montées de lait mais du lait à la demande).

A la reprise du boulot, tout s'est bien passé. Nous sommes passés aux tétines Dodie (puisque j'avais, je le répète, trente biberons Dodie à la maison) qu'elle a pris sans râler.
A la crèche, Mademoiselle sa Majesté de la Micronaine prenait avec plaisir ses biberons et à la maison, le matin, le soir, la nuit (putain la nuit) et les week end, c'était allaitement au sein exclusivement.

Tout a roulé pendant un bon mois.
Si j'avais voulu arrêter d'allaiter à ce moment là, j'aurais pu.
J'aurais donné un biberon de Gallia le soir. Et puis petit-à-petit, j'aurais eu moins de lait et le sevrage aurait été tout aussi progressif..

Mais j'ai choisi de continuer cet allaitement mixte, très confortable et qui me permettait des moments chouettes mère-fille après des journées passées au boulot.

Et puis voilà, après une bonne otite, ma fille n'a pas voulu du sein. Je ne me suis pas vesquée, et j'ai retenté. Mais non. Elle hurlait. J'ai retenté encore et encore, en l'arnaquant de nuit, en lui faisant goûter (ce n'est pas du poison je te jure). Rien n'à faire.
Etre obligée de sevrer son enfant alors qu'on ne le souhaite pas viscéralement ce n'est pas une expérience facile.

Et quand l'enfant ne veut pas autre chose que le sein?
Bin oui. Parfois, sevrer un enfant ce n'est pas évident.
Il veut le sein, exclusivement le sein et garde une bouche toute fermée devant la tétine caoutchouteuse.
Que faire?
Déjà, être bien au clair avec sa décision. Le nain est fourbissime et s'il sent une faille, il va s'y engouffrer.
Si tu lui donnes un biberon avec les larmes aux yeux, laisse tomber. Si tu n'es pas totalement sûre de toi, repousse ta décision. Prends ton temps. Il faut surtout que tu accompagnes le sevrage, que tu fasses en sorte que le nain comprenne que tu es totalement zen avec ça.
Qu'en échange des tétées, il y aura d'autres moments. Des massages, des câlins, des moments tendres et des rigolades en le regardant se baffrer de compote.

Quelques astuces?

* Souvent les enfants allaités préfèrent le lait chaud. A noter, ça peut être tout simplement ça.
* La mienne n'a jamais voulu prendre le biberon avec quelqu'un d'autre que moi au départ alors qu'on lit partout que c'est le papa qui doit donner le premier biberon. A essayer aussi. Maintenant son papa adore se faire régurgiter dessus du vieux lait caillé.
* Tente plusieurs types de tétine, on ne sait jamais (voire le gobelet, le verre). Ou plusieurs types de lait (certains laits ont meilleur goût que les autres - le nain est un gourmet)

Mais si ton nain est tristoune, c'est normal. Pour lui aussi c'est la fin d'une époque. Ecoute-le, rassure-le. Encore une fois, si tu es convaincue que c'est le bon moment, il faut le lui dire, le lui expliquer. Le sevrage, c'est une séparation, et notre rôle, c'est d'accompagner l'enfant.
 Et surtout ne pas se forcer.
Ce n'est pas un moment évident, ce n'est pas un moment super drôle. Mais à toi de le vivre mieux, l'essentiel est aussi ailleurs.

Rien ne t'empêche de continuer quelques tétées plaisir histoire de passer le cap en douceur.
De mon côté, dans l'idéal, j'aurais voulu conserver ces tétées plaisir, j'aurais voulu continuer encore quelques mois.
Mais les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait.

Je pense qu'il ne faut pas sous-estimer l'impact psychologique du sevrage.
Et oui, arrêter de nourrir son enfant, ce n'est pas que de la bouffe.
C'est aussi un lien, un échange, une fusion. Un câlin au creux du bras, des instants nocturnes qu'on se plaît presque à prolonger.
Alors, savoir que ça n'arrivera plus,savoir que désormais, nous ne sommes plus indispensables, vitales, ça fait un choc.
Ça fait drôle. Je le vis d'autant plus bizarrement que c'est ma troisième (et probablement la dernière. très certainement la dernière - ceci est un ajout pour le Mâle).

En conclusion, un sevrage, ce n'est jamais marrant.
Ça peut être une libération pour certaines, certes, mais ça fait toujours un pincement au coeur, voire plus mal.
Je voudrais ici rappeler le rôle du papa.
Oui, toi, le Mâle. Sens toi concerné. Ne répète pas d'un air vicelard "jsuis bien content de récupérer les nichons" avec un rire machiavélique (même si tu le penses hein).
Non. Pas bien.
Sois présent et compréhensif. Il y a quelque chose que nous devons partager avec toi, avec les autres,  quand nous arrêtons d'allaiter. Il y a quelque chose qu'on laisse de côté, qu'on laisse en arrière.
Dis à quel point tu es fier (on aime bien entendre ça) et combien on peut compter sur toi (tu sais, ce fameux biberon de 4h...).

Voilà, j'ai essayé de dire au mieux les choses mais évidemment c'est incomplet.
Il existe de très bons blogs sur le sujet, celui de Véronique Darmengeat, A tire d'Ailes, celui de Mamanana, et bien d'autres (partage en commentaire si tu en connais des chouettes).

Et avant tout, je tiens à rappeler que ce blog n'est pas un lieu de règlement de comptes pro ou contre allaitement.
Je parle ici du sevrage parce que j'ai allaité mes trois enfants (5 mois, 4 mois et 6 mois) et que je voulais partager cette expérience avec vous.
Loin de moi l'idée de fustiger celles qui n'allaitent pas, encore une fois, ça ne me regarde pas et il est hors de question que je donne mon avis sur des choix qui n'appartiennent qu'à vous.
Je tenais seulement à dire qu'allaiter est quelque chose que j'aime, beaucoup, et que ça va me manquer.

Voilà, désolée d'être légèrement excédée sur le sujet, je ne veux pas que cet article devienne un lieu où s'affrontent les extrémistes de l'allaitement sous couvert de "santé de l'enfant" et de "il faut se forcer" ou bien "vous êtes mal conseillée".
Je ne veux pas que certaines se sentent blessées.
Parce que moi, quand j'entends certaines me dire "tu as bien fait de la sevrer, ça devenait malsain", ça me donne mal au ventre.
Parce que moi, quand j'entends certaines me dire "tu aurais pu continuer pour son bien, tu es égoïste", ça me fait mal au coeur.

Sevrer son enfant, c'est bien souvent un choix, mais pas toujours. Comme l'allaitement.
Et même si c'est un moment difficile, même si c'est la fin de quelque chose, même si c'est un premier éloignement, il n'en reste pas moins que ce n'est pas l'essentiel.
L'essentiel c'est tout ce qui nous lie, c'est tout ce qui va se construire, c'est tout ce qui va se dire, tout ce qui va se faire. Tout ce qui est encore à venir.

187 commentaires:

  1. Je jure que je suis pas enceinte, mais je sais pas les hormones post cycle et tes mots surtout m' ont fait pleurer, oui j' ai pleuré comme une gonzesse parce que j' en suis un peu là aussi...

    RépondreSupprimer
  2. Si je l'ai écrit c'était pour ne pas trop en pleurer. Gros serré pour toi. Jamais facile.

    RépondreSupprimer
  3. C'est joliment dit. Je considère de mon côté que ma fille est sevrée, même si elle prend encore un peu le sein, le soir devant la télé, en tétée câlin pour s'endormir (mais ce n'est plus ce qui la nourrit). Et vu que c'est ma 4ème et donc VRAIMENT la dernière, je suis contente de les avoir encore, ces mini-tétées, parce qu'après, ce sera tout à fait fini. Et que ça me rend un peu triste.

    RépondreSupprimer
  4. Oh ben dis donc, tu m'as mis la larme à l'oeil là (pourtant j'ai pas allaité du tout moi!!), en fait j'ai senti en te lisant ton petit (oui bon, petit.........hem...passons) pincement au coeur à la fin de cette "étape"... C'est vraiment une sensation bizarre de voir nos loupiots franchir des étapes, et grandir, devenir de moins en moins dépendants de môman (mouais, euh les oursons, faudrait quand même voir à lâcher un peu la grappe de maman ours là!!!!)... J'ai trouvé ton article très bien, même pour une maman bib comme moi (après tout, on n'a pas la même étape, mais le jour où bébé ne veut plus de bib ça fait bizarre aussi, et quand il mange seul, etc.....)... Pas facile de laisser grandir les nains!!!!

    Nat et ses oursons

    RépondreSupprimer
  5. vivre un sevrage, j'imagine seulement comme ça doit être difficile..MiniMinounette tête toujours à 17 mois. Elle a eu plusieurs periode sans mon sein à cause d'hospitalisations, et j'avoue que pour moi c'était très dur chaque jours sans elle à mon sein, alors qu'elle finalement ce fut la première nuit la plus dure. Bon elle n'a tout de même pas voulu boire un seul des laits que mon PoiluChéri lui avait proposé, elle s'est d'ailleurs mise depuis au kiri... En tout cas je t'envoie des bisous réconfortants... Même si finalement c'est le choix de Micronaine et que tu le respecte, j'imagine cette ambivalence qui doit encore être en toi.. Arf et à bas le mâle, fais un quatrième!!! ^^

    RépondreSupprimer
  6. Delphine, 1 Grand-Nain et 1 Nainette28 juin 2011 16:33

    Ah ben là... tu me fais souvent (que dis-je, tout le temps :-)) mourir de rire, mais là, j'ai versé ma larme... car le sevrage que tu as vécu avec ta naine, c'est celui que j'ai vécu, subi, avec ma nainette il y a quelques mois. La boule au ventre... Ma nainette aussi a voulu d'une tétine spéciale alors que j'avais trois tonnes de bibs d'une autre marque qui avaient servi à grand-nain... et c'est ma nainette qui a décidé qu'elle ne voulait plus du sein. Et je n'aurai sûrement pas de petit(e) troisième... ah la la... merci pour ce billet, d'avoir mis des mots sur ce sentiment si particulier que tant de gens ont du mal à comprendre. Les jugements d'autrui, je les ai subis aussi (folle que j'étais de tirer mon lait dans les endroits les plus incongrus)... et merci de ne pas te poser en juge. Sus aux extrémistes de tout poil :-) !

    RépondreSupprimer
  7. En vrai, la perspective de la fin de l'allaitement me rend méga triste. Mais comme aussi l'idée de faire mon deuil de la maternité. Et c'est archi dur du coup de la voir grandir, la petite dernière.

    RépondreSupprimer
  8. c'est un très joli billet, très émouvant aussi.
    belle continuation à toutes les deux, à tous les cinq !

    RépondreSupprimer
  9. mamandemicronaineEliorah28 juin 2011 16:42

    Cet article m'a fait du bien!
    Ma fille a sept mois et prend toujours une tétée le matin et une autre le soir! Beaucoup de personnes me disent que je dois la laisser grandir, que maintenant ce n'est pas bon pour le bébé, qu'elle prend mes seins pour ses doudous plutôt que quelquechose pour manger!
    Ben non moi je veux continuer à l'allaiter, j'adore cette fusion avec ma puce!
    D'un autre coté je comprend les mamans qui n'ont pas voulu allaiter ou qui ont arrêté plus tôt. Car au début ça fait mal, et parfois ça peut être contraignant!

    RépondreSupprimer
  10. En y réfléchissant j'ai vécu des moments un peu similaires quand mon cher ourson n°1 a décidé que NONONONONONONON il ne voulait pas passer au lait 2ème âge.... Euh ben ouais mon loulou mais maman elle fait comment pour te donner ta dose de lait???? Ben maman elle a commencé les yaourts et autres produits laitiers avec un pincement au cœur aussi parce que c'est pas pareil que donner un bib quand même (bib qui soit dit en passant est redevenu l'ami de l'ourson quand il a pu être agrémenté de babycao puis de Poulain - cherche pas, chez les ours c'est Poulain ou rien!-,fourbissime l'ourson!)...
    Et puis bon, calculer en fonction de la dose de lait bue le matin combien de yaourts etc il fallait lui donner pour "compenser", c'était franchement lourd!!!!

    RépondreSupprimer
  11. Ooh, Marie je suis comme toutes : très émue, la larme à l'oeil... je te souhaite plein d'autres beaux moments avec ta puce, une belle complicité et mille partage !

    Mon petit poussin de 6 semaines est allaité, il a pris un bib de mon lait une fois, donné par son papa et rien que l'imaginer me serre le ventre, car ça me rappelle qu'un jour, mon sein n'aura plus cette utilité câline et nourricière.

    RépondreSupprimer
  12. C'est très très beau et bien dit. Et je te comprends immensément, surtout pour un bébé qui est supposé être le dernier...

    RépondreSupprimer
  13. ToLiLouNat> dès qu'on se sent impuissante, ça fait mal. Mais encore une fois, tu as su t'adapter et aller de l'avant. Jamais évident.

    Merci à toutes.
    Le Mâle et moi même trouvons que 3, c'est bien :)))

    RépondreSupprimer
  14. Roooh la larme à l'oeil, là... qui me rappelle comme j'ai chialé il y a 1 mois quand le gnome (13 mois) a décidé qu'il ne voulait plus de mon nichon. ^_^ Bon, je me console en disant que c'est finalement mieux comme ça, je n'aurai pas à l'arracher de force... j'arrive presque à me convaincre ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Bouh, merci Marie, j'ai la vue brouillée par des larmes que j'essaie de retenir mais qui s'obstinent à couler. Parce que ton article me touche, me rappelle au sevrage de ma grande fille, après plus de deux ans d'allaitement, parce que j'étais enceinte, fatiguée, parce qu'elle grandissait et qu'on a arrêté cette belle aventue en choeur, mais avec un gros pincement pour moi. Je pleure aussi parce que mon fils lui s'est sevré brutalement, à 8 mois, suite à un "changement de vie", parce que c'était son choix, pas le mien, et que 6 mois après, c'est toujours une blessure...Parce que je passais pour une égoïste en continuant à allaiter ma fille "si tard", et que je suis passée pour une égoïste en allaitant mon fils "si peu", parce qu'on a toujours tort en fait...Merci Marie pour ce beau billet, je me sens moins seule !

    RépondreSupprimer
  16. Ici le mâle/ours se verrait bien avec 3..........Pas moi!!!Non merci sans façon!!!!!!LOL

    C'est tout à fait ça! Le sentiment d'être impuissante, et en tant que maman ben ça fait mal (surtout avec tous les bruits qui courent sur l'instinct maternel, le mythe de la mère parfaite, etc. C'est franchement pas évident!!!)

    RépondreSupprimer
  17. Claire> il y aura toujours des gens pour dire. Alors que c'est justement un sujet sur lequel on n'a pas le droit de dire.
    Tu es la preuve que rien n'est entièrement dépendant de nous avec les enfants, preuve qu'on s'adapte, comme on peut.

    Moi aussi je me sens blessée. ça doit passer. ça va passer. Et puis leur regard est inchangé.

    RépondreSupprimer
  18. Merci pour cet article : je l'adore !
    Et merci pour le lien ;-)

    RépondreSupprimer
  19. bb1 allaitée 12 mois, bb2 allaiée....1 semaine...bb1 s'est elle même sevrée car comme toi, j'avais conservé les tétées matin soir et nuit, elle a elle même tourné la page, peut être avait-elle besoin de partager le temps qu'il nous restait entre le boulot et le dodo autrement qu'en tétant...bb1 a été un accouchement difficile...j'ai allaité sans me poser de questions, ce fut laborieux mais on y est arrivé...et bon sang j'en ai eu des remarques, mon lait n'était pas assez bon, pas assez riche, empêchait ma fille de grandir, de devenir une grande fille...un ramassis de bêtises...
    bb2 accouchement digne de celui dont rêve une primi en cloque...moi en forme prête à fuir, heu quitter la maternité au plus tôt...allaitement bien lancé, bb2 est née avec un radar à lolo...et là, j'ai compris que le sevrage de bb1 avait été une libération, et que je n'avais pas envie de recommencer...pourquoi? aucune idée, c'est juste comme ça....alors j'ai passé bb2 au bib, j'ai fait taire ma culpabilité de ne pas donner et partager autant que pour sa grande soeur...et je me sens bien, bb2 pousse comme un champignon...

    et dans ce meli melo de sein, de bib, de soulagement, de culpabilité, je mentirais si je disais ne pas avoir eu le coeur qui se serre à l'idée que c'est la fin, que je n'aurai plus cette relation unique et exclusive, qu'elles m échappaient un peu en quelque sorte...ce qu'elles font un peu plus chaque jour, en grandissant et en me comblant...

    RépondreSupprimer
  20. Eh bien voilà, j'ai versé ma larme aussi!
    pourtant ce n'est que le début (j'espère) pour ma part; ma fille de 8 mois qui tète tjs à la demande (qui sort mes nichons toute seule même maintenant! :D ) et des frères et/ou soeurs à venir...
    Mais rien que d'y penser, à ce sevrage (et j'y pense car l'envie d'un 2ème arrive et c'est techniquement encore impossible...), ça me rend super triste...
    Donc déjà "félicitations" d'être arrivée à un sevrage naturel, d'avoir passé cette étape, et merci pour cette émouvante lecture! j'espère que tes allaitements te laissent des souvenirs magiques, comme tes maternités et le reste...
    Et Comme tu le dis, encore plein de choses sont à venir :)

    RépondreSupprimer
  21. "Je pense qu'il ne faut pas sous-estimer l'impact psychologique du sevrage"

    Tout est là. Merci pour cette note, qui m'a remis en mémoire de chouettes moments partagés avec mes puces.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour à toutes! bon alors suis une petite nouvelle sur ton blog (oui je commente déjà ailleurs c'est comme ça que je t'ai connu!!) ici number 2 ne veut boire que mon lait...j'ai essayé d'introduire le lait artificiel pour faire comme toi...rien à faire! Mais comme tu l'écris, je pense qu'elle a senti la faille et que du coup elle me l'a bien fait comprendre! Donc pour l'instant on est passé aux purées et compagnie, j'arrive quand même à lui faire boire des briquettes de lait aux légumes c'est mieux que rien!
    enfin tout ça pour dire que tout ce que tu écris ben ça me fait bien écho et que quand il va falloir s'arrêter d'allaiter par choix de la puce ou par obligation, ben ça va être un vrai crève cœur et que cette putain de tétée de nuit et ben elle va vachement me manquer!! ;-)

    RépondreSupprimer
  23. Ohhh, ça me rappelle tellement de souvenir...
    Bientot un an que le sevrage s'est fait chez nous. Du coup ça m'a donné envie de relire mon post sur notre sevrage... Et j'ai pleuré...

    http://graine-de-caillou.over-blog.com/article-13-mois-et-13-jours-56045390-comments.html#anchorComment

    RépondreSupprimer
  24. Coucou Marie!

    Magnifique post, vraiment!

    J'ai vécu exactement la même expérience quand ma fille de 11 mois a refusé le sein du jour au lendemain. Un coup dur pour moi! j'ai retenté mais rien n'y a fait. J'ai compris qu'elle avait choisi son moment, et je l'ai respecté..
    Malgré tout, ca a été une période difficile pour moi, car je pense que je n'étais pas prête à laisser nos petits moments privilégiés.

    Aujourd'hui, quand j'y repense, je peux dire que je suis fière que le choix du sevrage vienne d'elle.
    Et pour être honnête, j'ai tellement aimé l'allaitement que je n'aurais peut-être pas su trouver la force de renoncer de moi-même à ces instants privilégiés.

    Ca fait du bien de te lire!
    Je suis de tout coeur avec toi dans cette évolution de votre relation, à Micronaine et toi!

    RépondreSupprimer
  25. jamais facile le sevrage, de ce qu'on entend! Et on a souvent tort, quoique l'on fasse... dur labeur que celui d'une mère!
    merci pour cet article très complet, meme s'il ne me sert pas forcément (1er nain sevré naturellement à 13 mois, + 2 mois de lait congelé -oui le congélo etait plein à craquer- 2eme nain toujours allaité à 13 mois) il est vraiment bon et déculpabilisant, et réconciliant.
    je t'embrasse, Marie.

    RépondreSupprimer
  26. Cet article est magnifique Marie...

    Tu sais,je suis persuadée que chaque maladie infantile est un passage, un apprentissage, qui permet à l'enfant de grandir. ça m'a donc fait sourire quand j'ai vu qu'elle s'est sevrée après une otite. Elle a grandi d'un coup ta naine.

    Et je comprends le gros pincement au coeur pour toi.

    Plein de bisous pour tout ça.

    RépondreSupprimer
  27. Petit pincement au coeur en repensant au sevrage de mon fils, parce que je reprenais le travail, parce que j'étais fatiguée, enfin, pour plusieurs raisons. J'ai eu du mal, certains matins (oui, il a fait ses nuits assez tôt) je ne pouvais pas me résoudre à préparer un biberon et ne pas avoir ce contact qui me manquait déjà rien que d'imaginer qu'il allait disparaître.

    Donc je le prenais avec moi, pour profiter encore un peu de ces moments à deux. J'ai continué quelques semaines à garder les tétées du matin et du soir, et puis il a fallu reprendre le travail, et ces horaires de tétées n'étaient plus compatibles ... j'aurais bien continué plus longtemps.

    Je sais au moins que pour le prochain (bientôt je l'espère) j'essaierai de faire durer au plus longtemps ces contacts privilégiés. Même si je sais déjà que la reprise du travail sera certainement synonyme de fin d'allaitement. J'essaierai de prendre plus de temps avec lui, de profiter un peu plus qu'avec le premier (même si lui il en profitait déjà beaucoup avec des tétées trèèèèèèèès longues la nuit).

    Tout ça pour te dire que je comprends, et que je t'accompagnes dans ces moments qui, effectivement, ne sont pas les plus simples. Et puis je pense à l'après. Les éclaboussures de compotes, le première fois ou il prend la cuillère et essaye de manger tout seul, les premiers pas où tu te rends compte qu'il n'a plus besoin de toi pour aller là où il veut ...
    Bref, de bons moments encore à passer, et d'autres qui annoncent également des petites séparations. Mais il faut faire avec. Notre enfant ne nous appartient pas, nous sommes juste là pour l'accompagner et l'aider à devenir indépendant même si ce n'est pas facile à accepter.

    Mais je m'égare. Je suis te tout coeur avec toi.

    Bisous

    RépondreSupprimer
  28. Très bel article, très bien écrit, j'aime beaucoup.
    Comme tu le dis très bien, sevrer n'est pas forcément un choix, on y est parfois obligé pour diverses raisons et cela fait tout autant mal au coeur.
    Personnellement ayant eu un accouchement difficile (éclampsie et la longue réanimation qui s'est suivie), j'ai DU sevrer ma fille après 10jours d'allaitement exclusif, eh oui j'ai quand même réussi à mettre mon allaitement en route (j'en suis fière) mais ce n'était pas chose facile... effectivement on n'est pas très encouragée dans certaines maternités et c'est bien dommage! Finalement à cause de la fatigue, je ne prenais aucun plaisir :-(
    En tout cas, je te félicite pour tes articles pleins d'humour et tellement plein de vérités!
    Sophie et sa Micro Naine de 15 mois qui ne dort quasi pas de la journée!!!!!!Ahhhhh!

    RépondreSupprimer
  29. En pleine tétée avec ma 2ème pitchou-naine adorée de 2 mois 1/2, je te lis et je pense au jour où ces moments si forts ne seront plus ... Je comprends ce que tu as pu ressentir, et ma gorge me serre ... Marie, t'es pas drôle aujourd'hui ! Mais merci pour ce bel article ...

    RépondreSupprimer
  30. Marie, que dire?... juste merci pour ce billet qui, à moi aussi, m'a mis les larmes aux yeux (bon OK, m'a fait pleurer comme une Madeleine).
    En effet, c'est pas nous qui décidons.

    J'ai essayé de sevré grand nain quand il avait 3 mois, et ben rien à faire. Il préférait sauter une tétée le bougre!! Donc j'ai laissé tomber, et j'ai réessayé à 6 mois avec mon lait tiré comme la première fois. Cette fois a été la bonne, mais pour le passer au lait synthétique, j'ai dû user d'une ruse de sioux (je mélangeait avec mon lait et petit à petit j'en mettait de moins en moins).
    A 7 mois et demi, il n'avait plus que la tétée du soir, et moi j'allais reprendre le boulot (restauration à l'époque, donc le soir). Je m'étais donc dit "le jour de ses 8 mois, dernière tétée". Et ben le chameau, il a snobbé mon nibard 2 jour avant la date que je m'étais fixée. Bon maintenant j'en rigole, il va avoir 4 ans, mais sur le coup ça m'a fait un choc.

    Là, du coup, je fais des réserve de lait que je mets au congélo pour quand micro nain (2 mois) va aller chez la nourrice en septembre, parce ce que je veux pouvoir continuer malgré la reprise du boulot et la garde. Elle est d'accord pour avoir ma production dans son congélo, donc ça va. Mais au final, je fais peut-être ça pour rien... on verra bien.

    Bon au départ je voulais juste dire merci pour le billet, mais finalement merci aussi de m'avoir laissée m'exprimer.

    Helmut le Prout (qui schmoute... euh c'est juste poour la rime, parce qu'en vrai là je sens la rose)

    RépondreSupprimer
  31. Bonjour,
    Moi aussi j'ai eu ma petite larme en lisant cet article, qui m'a rappeler ce jour ou mon Pimousse n'a plus voulut du sein. Après un allaitement exclusif pendant 4 mois, puis le tirage de lait sur le lieu de travail avec des gens qui critiquent, la fatigue et tout et tout, voila que le moment de la tété câlin s'est subitement arrêtée un peu avant ses 6 mois...Monsieur tournait la tête en voyant le sein et pleurait... j'ai tout d'abord pensé qu'il était malade, qu'il ne pouvait pas manger, mais le papa a dit ''on va faire un essais biberon'' et la le petit montre (ou c'est ce que j'ai pensé) à tout mangé goulument!
    Les tétés câlin c'étaient finies, n'avoir de contact qu'avec ce satané tire lait, et ne plus avoir son bébé collé a son nichon, bah je ne voulait pas. Nous sommes donc passé progressivement au lait maternisé. Mais je me rappelle encore la frustration de voir que c'était fini, qu'IL ne voulait plus, on ne s'y prépare pas, je n'ai pas eu le temps de savourer la dernière tété (ce que j'aurai fait en pleurant comme une madeleine bien sur!) et on se retrouve là toute seule, perdue, désemparée... Au boulot, les copines ont tout de suite vu que quelque chose n'allait pas, et comme elles sont passées par là (pour certaines) comprenaient très bien ce que je ressentais. Heureusement, on en a rigolé en disant que les nains étaient bien ingrats que qu'on pouvait se plier en 4 pour eux, au final ils n'avaient qu'une envie, avancer, et nous les garder au plus près de nous...
    Bref, enceinte de bébé 2, je sais que je revivrai cette étape et j’appréhende déjà un peu. Mais c'était son choix, et c'est peu être mieux ainsi :'o)

    RépondreSupprimer
  32. Pour mon petit loup n°1, j'avais envisagé un allaitement long (au moins 1 an). Et au bout de 5 mois, je n'en pouvais plus. J'ai mis environ 2 mois à le sevrer totalement car je ressentais une énorme culpabilité face à ce choix. Et dans ces moment-là, c'est bizarre, tu ne trouve que des gens autour de toi et sur le net pour te culpabiliser encore plus...
    Ma puce va arriver vendredi (normalement), par césa programmée tout comme son frère. Et j'ai décidé d'être zen! On verra bien ce qui se passe, et surtout je vais essayer d'être au plus près de mes envies et des siennes. Et ne pas me laisser influencer par les commentaires et conseils, avis et remarques.
    Merci pour ce bel article, comme d'habitude, que ce soit avec humour ou sérieux, tu décris parfaitement la réalité des choses.

    RépondreSupprimer
  33. Je me retrouve presque mais à moitié et pas tout à fait lol.... je m'explique ;) J'allaite mon 2ème nain de 9 mois. Au début il passait facilement du sein au bib et tout à coup vers 5 mois il ne voulait RIEN savoir du bib! J'adore allaiter mais j'ai besoin de savoir que je PEUX m'absenter et avoir mes espaces de liberté donc on a galéré 2 mois pour qu'il accepte un biberon (je me plains pas j'ai vu que certains bébés refusent pendant des mois et des mois!)! Ensuite vers 8 mois et demi il a eu un désintérêt total du sein, hurlait devant le sein mais s'agitait comme un heureux dès qu'il voyait le biberon, qu'il avalait goulûment, le goujat! J'ai pleuré un matin lorsqu'il ne voulait pas de la tétée au réveil (celle qui était la plus sacrée j'ai l'impression), me suis dit bon ben voilà c'est le sevrage on va pas le forcer...! Et là dans ma tête c'était un mini-résumé de ton billet plus haut (bon moins bien fait hein ;) )! Et quand tu parles de "l'impact psychologique du sevrage" je comprends tout à fait!! J'ai vraiment ressenti un déchirement, je n'étais pas prête, ça ne POUVAIT pas s'arrêter comme ça, aarrgghh!!! Et en cherchant un peu sur le net j'ai lu que beaucoup de bébés peuvent faire une "grève de la tétée" vers 8-9 mois (il y a tellement de choses plus intéressantes à découvrir voyons!!) et les signes y ressemblaient pas mal.
    J'ai hésité à profiter de cette grève pour sevrer, pas envie de me battre à nouveau pour qu'il reprenne le sein, alors qu'on avait déjà galéré pour qu'il accepte le bib (pauvre bébé, quels parents schizophrènes!!) Mais aussi je ne travaille pas, souhaitais allaiter aussi longtemps que le premier (1 année), et toujours cette petite voix qui dit "c'est le dernier, profite!" ;)
    Et en même temps je peinais à croire à un "sevrage naturel" chez un bébé de 9 mois, c'est plutôt une confusion sein/tétine ou qu'ils ont compris que c'était plus facile au biberon ;) Donc je continuais à proposer le sein de temps en temps mais sans grand espoir, quant tout à coup quelques jours plus tard il s'est remis à téter goûlument comme au bon vieux temps :) Et là ça fait 2 semaines que c'est reparti pour de bon et il passe du sein au bib sans problème, bref pour moi c'est l'idéal, ouf !
    Alors comme tu dis Marie dans ton dernier commentaire, preuve qu'on s'adapte comme on peut, et qu'ils s'adaptent comme ils peuvent :)
    Et viendra un jour où il voudra se sevrer, ou que moi je voudrais le sevrer, mais là je pense que je sentirais que c'est le bon moment, contrairement à son pseudo-sevrage du mois passé! ;)

    RépondreSupprimer
  34. Et ba pour une fois, j'ai même pas pleuré, na. Mais oui, je suis zémue comme les autres mauviettes ;)) C'est superbement bien écrit. Ba oui, ça fait mal au coeur quand ça s'arrête (parfois). Moi j'avoue que j'ai hâte de recommencer cette aventure avec un ptit deuz'!

    RépondreSupprimer
  35. Marie-Line, maman d'un nain de presque 15mois28 juin 2011 17:34

    Ah que je te comprends moi aussi mon nain n'a plus voulu de mon sein un matin. Et comme toi, je suis resté bien triste que ça s'arrête comme ça!!! Sans décision de ma part. Mais moi je me dis que je l'ai allaité 1an et que j'en aurais bien profitée quand même. Et que ce n'était que mon premier alors je me dis que pour une troisième, la douleur doit être encore plus dure car c'est surement la dernière!!!

    RépondreSupprimer
  36. Ouuh bah ma petite Puce... je venais lire ton siouper artikeul... et l'émotion m'a submergé! Comme je te comprends! et je pense sans cesse au fait que lorsque je serai enceinte pour la 2ème fois, ce sera la dernière fois pour tout (on a décidé que ce serait 2 le chiffre magique!)... très beau témoignage ma Belle, j'ai vécu ton récit intensément comme à chaque fois, mais avec cette irrépressible envie de te consoler en plus!
    Merci pour ce si joli partage d'émotions!

    RépondreSupprimer
  37. Courage Marie, il y a plein de sentiments mais les hormones de l'allaitement chutent au sevragee et ca n'aide pas.
    J'admire toujours les Mamans qui allaitent en travaillant, c'est tres courageux car ca demande une sacree organisation et une grande motivation. Surtout quand tu te leves toutes les nuits et que tu vas travailler. Chapeau bas.

    Tu as raison, il faut prevoir du temps pour le sevrage, etre convaincue (autant que faire se peut) et cool avec son bebe pour que le sevrage se passe bien.
    Je l'ai fait en un mois pour un bebe de 6 mois exclusivemebnt allaite, et c'est ce qu'il faut pour eviter engorgment et douleurs (quand c'est possible of course).
    J'ai meme une photo de la derniere tetee de mon Choupinou, en souvenir :-)

    Mais pour t'aider a voir les bons cotes, quel plaisir de redormir sur le ventre et sans soutien gorge! De ne plus gouter sous la douche. Et de pouvoir reboire un peu de vin, et commencer un petit regime ;-)
    Bref de se reapproprier son corps.

    RépondreSupprimer
  38. Magnifique et tu nous redonnes confiance. Merci Marie. Je ne voulais pas du tout allaiter. J'ai accouche en Inde et ici on ne te laisse pas vraiment le choix. Je remercie ma gyne qui m'a force car cela dure depuis 14 mois ! je pensais arreter vers 6 mois mais le temps passe si vite. J'avoue ne pas vraiment supporter les reflexions mais j'ai la chance d'etre protegee ici en Inde loin de tout le monde, vivant dans un pays ou l'allaitement est pratique au moins 2 ans...de meme que le cododo ( ca non plus ce n'etait pas prevu, mais les lits sont tellement larges dans ce pays....). allaitement long + cododo pour quelqu'un qui ne voulait pas du tout allaiter ... c'est tellement bon de voir son loulou tout zen lors du coucher ca serait dommage de le sevrer d'autant plus que j'ai la chance de travailler a domicile

    RépondreSupprimer
  39. Bon bah ça m'a foutu la chiale en même temps l'allaitement est un sujet sensible chez moi car c'est LE truc que je regrette le plus.
    Une grossesse parfaite, un accouchement comme je voulais (à la maison), un wondernain qui fait des nuit de 12h à 1 mois et demi, jamais malade et à peine un petit cul rouge quand une dent sort. Mais le nichon, c'était pas son truc. Malgré les conseils de ma SF et de la conseillère en lactation monsieur refusait de têter correctement ce qui m'a coller les pures crevasses dès le 2ème jour (en plus je suis blonde, la peau blanche ultra fine qui réagit au quart de tour ... ça aide pas). Je chialais à chaque tétée c'était horrible, on a même essayé l'osteopathe au cas ou des tensions l'empêchait de prendre correctement le sein mais que dale.
    A 10ème jour : pic de croissance. Il a têté 4h d'affilé, dormi 2h et re têté 4h ... j'ai craqué et filé un bib, j'ai loué un tir lait parce que quand même faut pas pousser mais comme ça ne stimule pas comme une bouche de bébé et surtout que l'allaitement était loin d'être installé j'ai dû compléter au lait en poudre et quand je me suis retrouvé à tirer péniblement 50ml ... par jour (vers ses 2 mois), bah j'ai rendu le tire lait. Lui, la tétine et le lait en poudre ne lui ont posé aucun problème, ça aurait dû m'aider à mieux le vivre mais pas vraiment.
    Aujourd'hui il a 10 mois et j'y pense encore, ça me manque terriblement. J'avais prévu d'arrêter de travailler pour pouvoir allaiter aussi longtemps que possible et finalement ça n'a duré que 10 jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour à toute,

      Je lis, je lis vos témoignages avec intérêt et quelques larmes... Comme toi Séléna, cet allaitement souhaité, préparé, a capoté dès le début. Le petit Josse prenait mal le sein, l'osthéopathe a débloqué quelque chose mais trop tard : il avait déjà pris de mauvaises habitudes en "bouche". Donc crevasses à répétition malgré Sage Femme et puéricultrice à notre chevet.
      Je me suis accrochée pourtant ! Allaitement mixte (Tire lait 80% et lait en poudre en complément) pendant 10 semaines. Je pouvais endurer 2 tétée max au sein dans les meilleurs jours. Je fais une dédicace particulière aux biberons spéciaux allaitement de Medela et Doddie qui nous ont évité la confusion téton tétine. Et bien sur à mon Mâle adoré sans qui rien n'aurait été possible (il a donné presque 60% des biberons les premières semaines pdt que je restais clouée au tire lait).

      Et là le petit nain à 3 mois et 1/2 a refuser de prendre au sein, j'ai insisté 1 semaine et puis j'ai craqué.. J'arrête mais j'éprouve des sentiments contradictoires : je suis à la fois soulagée ! car ras le bol du tire-lait (4H/Jour), je retravaille depuis 6 semaines déjà et côté organisation et confort des seins il y a plus simple !
      J'ai donc diminué peu à peu les "prélèvement" et ai remplacé peu à peu mon lait par de la poudre(en 2 semaines). Maintenant c'est fini.
      Je suis à la fois très triste car vraiment j'aimais ce lien avec mon petit nain. Et puis il est encore si petit!! Un peu vide, un peu déboussolée aussi.
      En plus le MON sevrage dure depuis 6 jours et c'est un enfer de douleur. La SF m'a fait bander les seins, et prendre de l'aspirine. Mais j'ai deux obus à la place des mes seins en forme de poire snif... et très très mal.
      Je peux plus prendre mon nain sur moi la nuit, ou lui faire de câlin, ni le changer tranquillement (c'est un petit pédaleur et il me donne de petit coups de pieds dans la poitrine pendant le change).
      J'aimerai pouvoir le prendre sur moi, pour retrouver un peu de cette intimité...je crois bien en plus que la descente d'hormones me donne le blues ...

      Merci encore à toute, car je ne me sens plus isolée et visiblement ma réaction est commune à bien des mères.

      Supprimer
  40. Merci Marie pour cet article qui est un vrai réconfort.

    Le hasard veut que j'ai également donné ce matin la dernière tétée à ma puce de 6 mois, trop de fatigue et du coup moins de plaisir... C'est la vie, mais c'est une grande étape pour mous...

    Entre soulagement, culpabilité et pincement au coeur, que de sentiments qui se mêlent !

    Mais toujours que du bonheur à les voir grandir et gagner en indépendance :)

    RépondreSupprimer
  41. Article touchant... Les mères sont jugées par le monde entier à partir du moment où elles sont enceintes, souvent agressivement ou dans l'objectif de blesser. Mon avis, c'est comme tu le dis si bien : on a tous et toutes une relation totalement unique avec nos enfants. Il y à des généralités, certes, mais certains choix (ou non-choix) sont purement perso et ne concernent que la relation qu'à le parent avec l'enfant.

    En tant que mâle, j'ai tout de même souri pour le sacro-saint-sein récupéré ;)

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour
    (avant d'entrer dans le vif du sujet, "jaime-beaucoup-cque-vous-faites", voilà, c'est dit)

    le sevrage, même idéal, c'est difficile. Pour mon pépère, je voulais un sevrage naturel. Mais s'il avait la bonne idée de se sevrer aux vacances d'été, ce serait formidable. Coopératif enfant, à 20 mois, une fois les copies de brevet corrigées, un 1er juillet, hop, basta, bye-bye le nibard. Cela s'est donc réalisé de façon idéale, après 20 mois de tétées, il n'en voulait plus et moi non plus. Et malgré cela, je me suis trainé tout le mois de juillet une drôle de nostalgie, une petite tristesse mélancolique. Aujourd'hui encore, je m'applique à ne pas trop y songer même si je suis ravie d'avoir récupéré au moins cette autonomie (parce que le reste, hein?). Il est vrai que l'allaitement, c'est une petite fusion apaisante. A nous de grandir en même temps qu'eux.

    Et merci pour les franches rigolades, soit dit encore en passant.

    RépondreSupprimer
  43. Avec TiBiscuit, j'ai connu le bébé qui entre en crèche en refusant catégoriquement le biberon.
    Le verre, le bec verseur, la pipette, la petite cuillère, différentes tétines... les puéricultrices ont TOUT tenté! Lasses, elles ont fini par me demander de ne plus lui donner le sein à la maison pour le forcer à accepter le biberon...

    Pour Chupa, les dodies MaM avaient fait leur apparition et elle a accepté le sein et le biberon sans problème.

    Chichi a du boire au biberon quand j'ai eu une mastite et il avait bien accepté les tommee tippee. Maintenant, je ne devrais pas le sevrer pour retourner au boulot donc on verra comment ça se passe.

    C'est dur de voir son enfant refuser le sein :-/

    RépondreSupprimer
  44. joli billet. J'ai eu les noeils mouillés. J'aurais tellement aimé pouvoir allaiter mes 3 loulous et vivre ça...

    Sam

    RépondreSupprimer
  45. quitte à vivre ça... Je voulais dire. L'émotion me fait écrire des bêtises :D.

    Sam

    RépondreSupprimer
  46. Ca me rappelle d'émouvants souvenirs... Mes filles se sont aussi sevrées toutes seules, comme ça, mais elles étaient pas au mixte (diversifiées par contre, je pense que ta puce est plus jeune). Ca m'a fait un pincement au coeur qu'elles se détournent du sein. Mais après tout, faut bien une fin et je préfère que ça se fasse quand bébé décide, et pas sous la contrainte du taf par exemple.

    Bon courage, je comprends ça :) (et je me dis Petit Roi steuplé, tète longtemps :D).

    RépondreSupprimer
  47. Petite larmichette et petit pincement au coeur pour moi aussi, je suis en plein sevrage avec mon loulou avant la reprise du boulot, et c'est vrai que c'est pas facile. D'un coté, le bon point, on peut refiler la tétée de 4h du mat' et celle du dimanche matin au male... Mais d'un autre, ça manque tellement les calins ! :(
    A la fois libérateur et frustrant, le sevrage...
    Merci pour ce bel article Marie.

    RépondreSupprimer
  48. Merci pour ce bel article!
    J'ai sevré MissCouette tout en douceur, mais c'est elle qui a décidé de la ndernière tétée... Elle m'a repoussé, j'ai insisté et elle m'a mordu (sans dent, mais quand même).
    J'aurais sans doute pu allaiter plus, mieux, plus longtemps... Mais à presque 8 mois, ça me convenait. La fin d'une époque, un pincement comme tu le décris si bien. Mais je n'ai pas regretté. Et je crois qu'elle non plus.

    C'est une période à laquelle je pense avec nostalgie. J4ai été très blessée de m'entendre dire que si j'avais arrêté parce que j'en avais marre, c'est que je n'avais pas aimé allaiter et que, globalement, je ne méritais pas ces 8 mois. J'ai ADORE allaiter, mais voilà, toutes les bonnes choses ont une fin.

    Fin bref, pour ce qui touche à l'allaitement, certaines feraient bien de se la fermer parce que purée, c'est tellement intime que la moindre remarque peut être particulièrement douloureuse.
    (moi aussi je m'emporte. Ce sujet si beau est terni par des "bien-pensant", c'est très dommage!)

    RépondreSupprimer
  49. Oh, bah oui, c'est pas facile.
    Petite larme par empathie!
    Moi je me suis sentie vraiment bof pour le sevrage de micronaine qui avait seulement 2 mois. Le sevrage a duré a bon mois (je lachais pas l'affaire). Ma raison principale est, je le sais, difficile à comprendre: je la trouvais trop grande. Je trouvais qu'on devait avoir d'autres rapports elle et moi que ceux passant par le sein. Mon petit mari m'a compris, les autres, non! J'ai quand même kiffé pendant 3 mois!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  50. Ma fille s'est sevrée il y a un mois, et, je m'en remets à peine...Alors, je comprends tout à fait ce que tu ressens. Pour moi, ça a été un déchirement...Je ne voulais plus ni toucher ni regarder mes seins. Puis, ma meilleure amie m'a conseillé les tétées câlins. Ça m'a beaucoup aidé,alors que ma fille refusait le sein à l'heure du repas, tèter juste pour faire un câlin, elle a adoré ça. De temps en temps, elle le réclame encore, et, moi, je suis beaucoup plus sereine.

    RépondreSupprimer
  51. En plein dans mon actualité, on commence le sevrage après 11 mois d'allaitement plutôt chouette, mais là j'ai envie de me retrouver un peu... alors ton article me réconforte dans mon choix, j'ai conscience que si vraiment je le voulais je pourrais encore continuer mais je pense qu'il est temps de passer à autre chose!

    RépondreSupprimer
  52. Très joli billet, je te rejoins tout à fait sur ton ressenti, c'est vrai que c'est un cap, qu'on met un peu de temps à accepter. Ceci dit, pour moi ç'a été plus facile de l'accepter sachant que ce sont eux qui ont choisi le moment. Couette à 5 mois à peine, l'Acrobate à 18 mois. Et même si j'en avais parlé depuis qq semaines à l'Acrobate (j'en avais assez, mais je l'ai laissé faire à son rythme), c'est lui qui a choisi, un soir, de repousser le sein. Petit pincement au coeur mais c'était son moment.

    RépondreSupprimer
  53. Joli billet... Ca ne fait que deux mois et demi que ma fille est née et je sais que je vivrais ma dernière tétée comme un déchirement...
    Bravo pour tes mots...

    RépondreSupprimer
  54. quel artikeul!on sent vrament ue ça vient des tripes! je regrette le garnd manque de tolérance des pro allaitement comme ça a été le cas pour moi...je ne l'ai pas allaité longtemps (1 mois à peine je sais c'est peu)et il a accepté sans rechigner le biberon...(j'aiun super nain ici!) mais j'espère allaiter plus longtemps mon deuz nain...très touchant ce post!!

    RépondreSupprimer
  55. Ca traduit fort bien mon ressenti à chacun de mes 2 sevrages....

    RépondreSupprimer
  56. bel article... beau témoignage... que tout ceci fait écho chez moi... j'ai allaité mes trois premiers bébés (deux ans pour l'un) et j'allaite ma petite quatrième... à chaque fois le même pincement au coeur, aux tripes d'arrêter... quelque soit la raison... comme la fin d'une belle histoire... mais place à d'autres aventures! :)

    RépondreSupprimer
  57. Je suis bien d'accord avec toi Marie, l'allaitement c'est un sujet sur lequel on a pas le droit de dire quoi que ce soit. C'est un mélange de choix personnels, d'opinion, de vécu, etc.
    Pour ma part j'ai fait en sorte de sevrer ma puce à 2 mois 1/2, pour que la reprise du boulot se fasse au mieux. J'ai un boulot sans horaires fixes et je n'aurai pas été en mesure de gérer. J'ai un peu culpabilisé, d'autant que j'ai eu mon lot de remarques, mais ça n'a pas duré longtemps, et je ne regrette pas mon choix.

    Le début du sevrage a été compliqué, son père et moi on arrivait pas à lui faire prendre un biberon, c'est finalement ma grande soeur qui y est arrivée et de là ça s'est bien passé. En 3 semaines c'était bon.

    Mamanlulu

    RépondreSupprimer
  58. Dur dur... Moi qui ai eu la chance de choisir moi-même le moment du sevrage (tu le racontes bien: reprise du boulot, marre de courir pour la tetée du soir et de trimbaler le tire-lait, les receptacles divers etc) grâce à ma fille qui s'est très bien adaptée à tout sans broncher, il m'arrive d'avoir encore des moments de nostalgie... alors j'imagine un peu que ça doit être difficile quand on y est pas préparée.
    Allez, essaie de voir les bons côtés: les nuits entières sans devoir te lever (merci ton mâle)! et un petit sentiment de liberté retrouvée j'avoue (ouh la mauvaise mère). courage!

    RépondreSupprimer
  59. Super artikeul... Pour ma part, pas d'allaitement pour la première (aucune envie) puis allaitement-combat pour mon deuxième. J'ai dû lutter pour y arriver, j'en ai vraiment chié et tenu bon 3 mois. J'ai voulu sevrer en douceur, mais mon fils est tombé amoureux du biberon immédiatement et m'a plantée là. Sur le coup j'étais presque contente qu'il choisisse et finalement, un an plus tard ça me manque encore ! J'en rêve souvent. Donc soit je suis tordue, soit tu as bien raison, l'allaitement est une aventure qui reste gravée. Bon courage de ton côté :)

    RépondreSupprimer
  60. Merci pour cet article !
    Ça fait du bien a lire !
    Moi je suis toujours au même point ...
    Je voudrai garder les tétées du matin et du soir (et des nuits évidemment) et passer au bib la journée mais ma toutoune refuse catégoriquement ... Je lui donne des yaourts mais elle doit pas avoir la quantité théorique ...
    Plus qu'un mois avant la reprise tant pis ... J'en profite !!
    Je ressens mot pour mot ce que tu es arrivée a dire donc bravo et MERCI !!!

    RépondreSupprimer
  61. Bon, ben moi aussi, j'ai eu la larme à l'oeil. C'est dingue comme tu parviens à faire passer tes émotions, tout en restant dans la pudeur !
    Mon pou a bientôt 4 mois, il est allaité exclusivement. J'aimerais bien qu'il prenne au moins un biberon de mon lait de temps en temps, mais le pou préfère ne pas manger quand je ne suis pas là. Il peut tenir 7-8h sans manger, ce qui n'est pas forcément le cas la nuit, mais passons...
    Les tétées c'est notre plaisir partagé, et je n'écoute pas les commentaires des autres. Je pense être assez grande pour savoir ce qui convient à mon fils. J'espère vraiment que le moment venu, j'arriverai à le sevrer en douceur. Merci pour ce joli témoignage !

    RépondreSupprimer
  62. je n'ai pas allaité , pour mon 1er nain cela a été un échec et pour mon 2nd nain cela été trop douloureux , surtout le contexte de sa venue au monde

    j'adore la fin de ton article.... on ressent ta "mamantitude"

    c'est trop facile de juger et si difficile d'être la maman parfaite que l'on souhaite toutes devenir



    merci

    RépondreSupprimer
  63. Quel joli témoignage!
    Effectivement, le sevrage est un cap à franchir pour la maman et le bébé, et pour moi il est plus important que la première purée ou la rentrée en cP (oui, mon grand est grand). Bravo pour avoir réussi à franchir le cap sans trop de douleur morale, et pour nous avoir raconté tes sentiments.

    Mais, rien à voir : j'ai passé la moitié de la matinée sur ton blog pour préparer ma valise de maternité (ça approche), il y avait le message d'hier. Je reviens ce soir, non seulement il y a un nouveau post mais en plus il y a 60 commentaires!? Mais t'as combien de lectrices accros à ton blog, dis?

    RépondreSupprimer
  64. Coucou! Super émouvant cet artikeul! Ma naine aussi a choisi son sevrage total, mais avant on a dû passer par l'étape sevrage en journée et lait de biquette (intolérance aux PLV, Youpee!) car maman ne suivait plus (Desolee les filles mais pour moi, allaitement a été synonyme de 7kg de moins qu'avant en 3mois...). Je commençais à n'avoir que la peau sur les os et à être plus que naze (gérer bébé, tirage de lait, allaitement toutes les 3h la nuit - Parce que maman maigrichonne =maman pas nourrissante- et faire la classe à 22 élèves du CE1 au CM2... La journée... Ben j'ai cru mourir!)
    Ensuite on a continué matin et soir, malgré qu'Arwen se faisait les gencives sur mes nichons... Et un jour elle en a plus voulu et m'a mordu avec sa première dent pour me le faire comprendre quand j'ai voulu retenter le lendemain!
    Et j'ai cru mourir de tristesse en perdant ce merveilleux lien avec ma nainette mais... C'est comme cela! Merci Marie!

    RépondreSupprimer
  65. Et voilà ....je suis en plein dedans...Je me donne encore 1 mois :reprise de boulot ! J'en pleure d'avance . Surtout que c'est le dernier .
    Je ressens exactement la même chose avec l'incompréhension de l'entourage ! Heureusement , le Mâââle ne dit rien (il n'en pense pas moins) :je l'avais prévenu : pas de commentaire sur l'allaitement ( il n'aime pas , je le sais) Il a hâte de retrouver son bien ...
    ça me remonte le moral de voir que je ne suis pas toute seule !
    Bon courage à toutes !

    RépondreSupprimer
  66. Gloups, j'ai la gorge serrée, tout d'un coup... Je redoute ce moment de sevrage, mais ma puce va être confiée à une ass' mat' en septembre et ce sera beaucoup plus simple si elle passe au biberon avant...
    Dur dur, ces étapes qui font grandir, qui séparent, même si elles sont inévitables, au bout du compte. J'imaginais que ça devait être mieux, quand c'est le bébé qui choisit de ne plus téter le sein. Et puis, j'ai imaginé ma fille rejetant mon sein et gloups (encore)...
    Merci pour ce texte magnifique, et d'ailleurs, pour ce blog magnifique, pendant que j'y suis.

    RépondreSupprimer
  67. Quelle belle aventure, de beaux moments partagés, d'intimité et de complicité ! Tu m'as fait revivre de beaux moments (la tétée de 4h ;-) le petit pincement ! Merci !

    RépondreSupprimer
  68. Super joli texte, ça m'a drôlement ému.
    Bravo Marie.

    RépondreSupprimer
  69. Merci Marie pour cet article qui fait chaud au coeur d'une maman allaitante pour qui l'épineuse question du sevrage va se poser dans un avenir proche et qui ne compte plus les indélicats "mais tu comptes l'allaiter encore combien de temps????" qui jalonnent ses conversations d'adultes.

    RépondreSupprimer
  70. Amélie et son lutin28 juin 2011 22:59

    Mon loulou a 3mois et demi, et j'ai failli vivre un sevrage forcé à la reprise du boulot quand par manque de conseils valables ma lactation est tombé dans les choux...Je me suis rendue compte que je n'étais vraiment pas prête à vivre cette séparation et je comprends tout à fait le déchirement que ça doit être quand ça se passe comme ça...heureusement pour moi, tout le monde y a mis du sien : de mon loulou qui tétait courageusement même quand plus rien ne coulait du néné, au papa qui a fait des aller-retour maison-boulot-de-maman pour m'amener mon poussin quand il avait faim et qu'il n'y avait rien à manger car je n'étais pas arrivée à tirer de lait...
    Avec de l'acupuncture, de l'homéo et du repos, c'est reparti...et j'espère que le sevrage, le vrai, se fera d'un commun accord...et en douceur!

    RépondreSupprimer
  71. Magnifique. Merci Marie d'avoir si bien dit ce que nous vivons toutes .... A un moment ou un autre...

    RépondreSupprimer
  72. Comme je comprends! Mon fils à bientôt 6 mois et demi et il s'est sevré lui-même à 4 mois, peu après qu'il ai fait ses nuits dans son berceau et en même temps qu'il commençait a faire ses dents (qui ne sont pas encore sorties!).
    Il était en allaitement mixte (obligé car il avait perdu 100g à 15 jours) et a accepté (trop) facilement le biberon. Par contre le début d'allaitement pas facile j'ai du utilisé des bouts de seins en silicones car mamelons trop court. Et à la maternité il avait eu des bib en complément.
    Je l'ai eu remis au sein mais pas moyen qu'il tète, il se sert de mon sein pour se faire les dents et me "mords" avec ses gencives. En plus quand je lui dit que ça me fait mal, ça le fait rire l'asticot!
    J'ai tenté de tiré mon lait mais le plus que j'ai eu c'est 50ml (aux deux seins!) et j'ai vite laissé tombé car trop long même si j'ai beaucoup de temps (pas de boulot).
    J'en suis encore bien triste, j'aurais tellement voulut l'allaiter longtemps.

    RépondreSupprimer
  73. Marie c'est un très joli texte que tu nous offres. merci beaucoup. cet article me touche beaucoup.
    ma fille s'est sevrée à 7mois suite à 2grèves de la tétée. aujourd'hui elle a 14mois et nous partageons des moments de complicité très forts qui me font oublier ce petit manque de calin-tétée.

    RépondreSupprimer
  74. Sois fière d'elle, Marie: c'est un de ses premiers choix de personne indépendante à cette petite chose baveuse.

    Et sois fière de toi, c'est toi qui l'as faite grandir avec ton lait, et vous tous avec votre amour.

    Pour chaque verre à moitié vide il y a un verre à moitié plein!

    RépondreSupprimer
  75. des larmes...
    même si pour bb2 mon choix du biberon est assumé et bien vécu.

    pour aider à passer ce cap, fleurs de Bach pour maman et bébé : Walnut.

    RépondreSupprimer
  76. C'est un très beau témoignage ! Personnellement, je n'ai pas pu allaiter mais je comprends très bien ce que tu as pu ressentir. Elever un enfant, c'est l'aider à être autonome, à grandir mais ce n'est pas toujours facile pour les parents.
    Je trouve que tu peux être fière de toi d'avoir respecté ta fille et même si c'est difficile, c'est une belle étape !
    Ton témoignage est très important je trouve.

    RépondreSupprimer
  77. Merci à toutes. Je voudrais pouvoir vous répondre à chacune mais ce Blogger est nul pour ça.

    Je vous remercie d'avoir compris, d'avoir partagé vos vécus et surtout de ne pas avoir juger.

    Je suis très heureuse de vous avoir à mes côtés..

    RépondreSupprimer
  78. Très bel article qui m'a mis les larmes aux yeux ...
    Mon 2ème nain (qui a 3 ans 1/52 maintenant) a refusé le biberon jusqu'à 9 mois !!!! J'ai tout essayé comme tu le dis : toutes les tétines imaginables, moi qui donne, Papa qui donne, papa qui donne avec maman dehors, Nounou qui donne .... RIEN A FAIRE !!!! Du coup, reprise du boulot avec les mêmes tétées que toi et petits suisses la journée pour Monsieur, si, si lol
    Et puis, en mai nous partions en amoureux à Agadir, voyage prévu depuis plusieurs mois et nous ne pensions pas que Monsieur ne voudrait pas lâcher mes nichons !! Partis quand même, mais il a mangé des petits suisses pour son apport en lait (même la nuit car il ne faisait pas ses nuits !!!), merci les BP !!! A notre retour, reprise de la tétée un jour, puis le lendemain je sentais que je n'avais plus bcp de lait ... Mon zhom lui a proposé un bib car il avait encore faim : il a tt bu d'un trait !!! Maman n'a plus de lait, c'est bon, je peux enfiler le bib !!!!!
    Mais en effet, même si j'étais soulagée qu'il prenne enfin un bib, j'ai eu cette boule au creux de l'estomac qui est ressortie en lisant ton article ...

    RépondreSupprimer
  79. Ma troize, tout comme toi une demoiselle après 2 petits gars, a fait pareil à 6 mois et demi. Elle ne m'a plus voulu...comme ça...un matin. Elle avait décidé que c'était fini, pas en pleurant..non...d'un air écoeuré...pfff, l'ingrate! Elle qui n'avait pas voulu un seul bib quand moi, je me sentais épuisée... Et puis, finalement, ce n'était pas plus mal, elle avait fait son premier choix, son premier non (premier d'une LONGUE série...)et me l'avait imposé.
    Voila pas de plainte mais un constat pour te dire que je comprend ce petit sentiment mitigé que tu vis là et puis te dire aussi que, quand on y réflechit bien: P...! Allaiter 6 mois un troisième, c'est quand même une sacrée épreuve olympique et que tu t'en sors la tête HAUTE!!! Félicitations!

    RépondreSupprimer
  80. expériences différentes pour mes poupées, si bien décrites dans ton article! la grande, 3 mois allaitement exclusif et 3 mois mixtes, avec introduction petit à petit et à 6 mois passés le moment de séparation, un regard long et profond, des larmes, la fin de l'allaitement.
    la 2e, allaitement jusqu'à 8 mois, refus catégorique de toutes choses en plastique dans sa bouche... des raisons personnelles qui m'ont obligées à arrêter, on a compensé avec des yahourts pour bébé que je trouve ici... sevrage du jour au lendemain qui s'est finalement très bien passé... d'autant plus qu'elle a enfin dormi la nuit (au lieu de têter toutes les 2h....)!!!!
    Merci Marie pour ce bel article une fois de plus :)

    RépondreSupprimer
  81. J'ai vraiment beaucoup apprécié ton article. En effet on s'en prend plein la tronche, mais peu importe nos choix, tétée ou biberon, il y aura toujours quelqu'un pour nous conseiller / rabaisser !
    Quand j'ai parlé à ma collègue de mon souhait d'allaiter j'ai eu droit à "ton bébé va être énorme !" et "tes seins vont être tout flasques" (merci la collègue !), mais ça m'a jamais fait bouger d'un poil sur mes convictions.
    Avant que TiBout ne pointe le bout de son nez, je pensais allaiter au moins 6 mois.
    A peine sorti et posé sur moi il trouvait déjà le sein, grosse émotion, autant pour moi que pour le papa. Après il y a eu des hauts et des bas, mais j'étais plus qu'heureuse de pouvoir allaiter mon fils, de lui fournir tout ce dont il avait besoin (pis en plus ça coûte rien et c'est super pratique !!). Et les calins !! C'était top.
    Puis est arrivée la reprise du boulot... Et la fatigue + le stress ont fait que je n'ai plus eu assez de lait. Au départ je me suis dit pas grave, on va faire du mixte pour garder tétée du matin et du soir. Puis 2 semaines après la tétéé ne lui suffisait absolument plus, il a délaissé le sein, à mon grand regret. Ca me manque énormément tous ces moments. Au final je ne l'ai allaité que 2 mois 1/2.
    Je me dit que pour la prochaine grossesse je prendrais un congé parental, que je profiterais un max de TiBout n°2 et que j'allaiterais autant que possible. J'espère juste que ça sera faisable et surtout que les mentalités auront évolué !
    Encore merci pour ton post !

    RépondreSupprimer
  82. Merci pour ce partage d'émotions. 28 mois d'allaitement pour Fiston et moi, un sevrage imposé par une maman exténuée, un peu débordée.....qui presque un mois plus tard, pleure encore devant ses seins qui goutent. Je ne pensais pas que tourner cette page serait si dur.

    RépondreSupprimer
  83. je vais essayer d'écrire meme si mes yeux sont remplis de larmichettes! j'allaite ma douce Andréa (bébé1) depuis bientot 3 mois et je redoute terriblement le moment ou je remballerai définitivement mes nichons...ca me brise le coeur rien que d'y penser. je me suis convaincue que tant qu'elle buvait mon lait elle allait parfaitement bien. en gros j'ai l'impression de la proteger et que le jour ou ce sera fini elle sera vulnérable et moi moins efficace... (oui la maternité rend chevre, je confirme!) pour moi c'est couper le cordon une deuxieme fois...

    RépondreSupprimer
  84. Une autre Claire29 juin 2011 09:50

    Bonjour Marie!
    Superbe article, bravo ! Mon grand a lui aussi choisi d'arrêter de lui même et ma fille est en mixte depuis quelques temps, je me prépare a ce rejet aussi. Je comprends ta tristesse, mais ce n'est que le début de son autonomie, sa première vrai décision !
    un calin pour toi ! J'adore tes articles si proche de mon quotidien

    RépondreSupprimer
  85. Ton article est magnifique, poignant... j'en ai les larmes aux yeux.
    Mon expérience à moi ; Poupette a 7 mois auj, je l'ai allaitée 4 mois & demi, et le sevrage a été rapide car à 5 mois & demi, elle était totalement au biberon. Je pensais pouvoir conserver un peu de tétées matin & soir, mais non : la source s'est tarie. Cela fait bizarre qd ça se termine. c'était un choix, mon choix, mais malgré tout, comme tu le dis si bien, c'est un cap... un nouveau tournant dans cette relation mère-bébé...
    En tous les cas, je te souhaite plein de bonnes choses encore.
    Bises

    RépondreSupprimer
  86. Très bel article, je m'y retrouve tout à fait.
    Mes filles aussi, en allaitement mixte lors de la reprise du travail on tout doucement décidé qu'elles n'avaient plus besoin du sein, mais voulait explorer le monde du regard à chaque instant, y compris pendant leur repas !

    RépondreSupprimer
  87. bouhhh mon "petit" vient de se sevrer à ... 34 mois... et bien c'est très dur à vivre! (presque plus que son frère qui s’était sevré à 12 mois)

    RépondreSupprimer
  88. whaouuu, super atricle!!! je viens de vivre la meme chose et quand je te lis j ai l impression que tu raconte mon histoire. Bibou a eu beaucoup de mal a accepter le bib, et puis du jour au lendemain il a refusé la tetee du soir snifff ça fend le coeur!!!!!

    RépondreSupprimer
  89. Merci pour ce post . . .
    Vraiment super, je me suis beaucoup retrouvée dans ce que tu as vécu . . . J'ai allaitée ma fille pendant 9 mois, et là ça fait 2 semaines que je l'ai sevré complètement . . .
    J'espère pouvoir revivre ces moments avec mes prochains enfants !

    RépondreSupprimer
  90. Ca doit pas être évident de gérer un sevrage quand on ne se sent pas tout à fait prête. Mon fils a choisi pile le bon moment pour moi, au bout de 2 ans, tout en douceur. J'étais préparée depuis des mois. Je lui en suis très reconnaissante. Je ne sais pas comment j'aurais géré une grève de la tétée telle que celle à laquelle tu as fait face. C'est une page qui se tourne c'est certain, et ça fait un pincement au coeur ...

    RépondreSupprimer
  91. Merci pour ce post.

    Moi qui m'apprête à sevrer (tout doucement) mon petit bout (9mois), ça fait trois mois que ma mère me demande quand je vais le sevrer ("nan mais c'est pour toi, pour que tu puisses t'occuper à nouveau de toi." Maman, je t'adore, mais l'allaitement ne m'empêche pas de m'occuper de moi hein...) et dernièrement, une pro-allaitement pure et dure à qui je dis qu'on va doucement passer aux bibis me demande "mais, c'est lui qui en a marre? Ou c'est pour toi?" avec le gros sous-entendu de "haaan!! Tu arrêtes pour ton confort perso! Egoïste!"

    Alors, ça fait du bien de te lire mettre les points sur les i. ^^

    Et même si je sens que c'est le moment, pour nous deux (il est très lent à la tétée du soir, s'arrête tout le temps pour regarder le vaste monde, bref, ne tête plus vraiment bien quoi), c'est une page pas facile à tourner, même si c'est mon choix...

    Mumu

    RépondreSupprimer
  92. petite larme à l'oeil ici aussi lors de la lecture de ton article.
    J'ai sevré mon fils il y a peu, à 22 mois entre autre pour cause de grossesse bien pathologique compliquée... Bref un crève coeur, pas facile.
    Surtout quand fatigué le soir il me dit "téter, téter" et que je lui répond que je n'ai plus de lait, qu'on peut faire un calin quand même et qu'il dit non...
    Et quand je dis que c'est dur à mon entourage j'ai plutôt droit à des "ouais faut pas exagérer non plus, il était largement temps d'arrêter"....
    Bref....
    on fait comme on veut et souvent plus comme on peut ! Et essayons de laisser les autres dire, mais pas facile parce que quelque soit le choix il y a tjs qqn pour "critiquer"

    RépondreSupprimer
  93. Jessica et ses ninjas29 juin 2011 10:38

    Superbe article Marie, tu m'as fait chialer aussi.
    Je garde un souvenir précis de la dernière tétée du Ninja, mais je n'aurais pas su trouver les mots comme tu l'as fait pour en parler.

    Il est clair qu'on l'ait choisi ou non, on reste à mon avis toujours un peu nostalgique de voir nos bébés grandir et aller de l'avant.

    bises

    RépondreSupprimer
  94. Ohlala, que d'émotions! La question va se poser aussi pour super poulette et moi...un jour, demain...
    C'est ma première et j'aime beaucoup toute cette nouveauté, ce côté insolite. Alors, chaque fois que quelque chose prend fin, je me dis que ça y est, c'est fait, c'est fini. J'espère avoir d'autres enfants, et connaître tout ça à nouveau.
    Je n'avais pas imaginé, pensé, voulu l'imaginer surtout que des étapes pouvaient se passer sans que j'en sois l'initiatrice. J'en ai une petite boule au ventre...

    RépondreSupprimer
  95. En lisant quelques commentaires laissés (pas tous hein) je suis ravie de voir qu'il n'y a pas qu'à moi que ça a mis la larme à l’œil.
    Pour ma fille le sevrage s'était fait de la même façon, on était en mixte depuis 1 mois et demi quand elle a commencé à pleurer quand je la mettais au sein et avalait ensuite goulument son biberon. J'ai pas insisté, je me suis dit que c'était préférable dans ce sens là, que ce soit elle qui ne veuille plus et me le montre.
    Mais ça m'a fait mal de rompre ce lien quand même ! Pour mon fils je fais pareil, il a 1 an et je me dis que quand il en aura marre il me le fera savoir... il louche déjà sur les biberons choco de sa sœur...

    RépondreSupprimer
  96. Tout es si bien dit!
    Mon loulou a eu des problèmes pour téter et je tire mon lait depuis qu'il a 10 jours pour lui donner au biberon... il a maintenant 7 mois...
    Je suis très fière de répondre à 100% de ses besoins en lait mais très très nostalgique des tétées et très envieuses des mamans qui ont su mettre leur bébé au sein "sans souci"...
    Merci pour tes articles toujours très juste et souvent hilarants!

    RépondreSupprimer
  97. Il m'a fait un ptit pincement au cœur ton article, mais si il est nécessaire pour toi j'applaudis des deux mains.
    Je n'ai pas allaité mon ptit bout (6mois maintenant) parce que psychologiquement ça ne m'allait pas (je préfère aimer mon fils en lui donnant le biberon plutôt que le détester au sein)J'ai été un peu tristouille de ne pas avoir réussi puis en plus les gens qui jugent (tu allaites bouhhh tu allaites pas bouhh aussi)
    Je suis enceinte de 1 mois (oui je sais je suis folle) je pense pas non plus que je le ferais pour lui/elle (pitié elle) !!
    Enfin bon Marie un GROS bisou !! Et pleins de courage !! Et continu ton blog je suis fan !!!
    Tu es ma bible !!!

    RépondreSupprimer
  98. Fredauboulot29 juin 2011 12:50

    Tu dis qu'un sevrage, ça n'est jamais marrant, mais dans mon cas, ça s'est super bien passé, des 2 côtés. J'ai allaité nains 2 et 3 et comme j'étais en congé parental, je n'avais aucune contrainte de durée. Je me demandais parfois comment je ferai et surtout quand. Je n'ai jamais tiré mon lait (pas réussi et pas trop envie) et ai donc allaité exclusivement jusqu'au sevrage. Ca s'est passé de la même façon pour les 2. Vers 9 mois pour ma naine et vers 8 mois pour mon petit dernier. En fait, ils m'ont fait comprendre qu'il était temps (naine triturait mon têton avec les doigts au lieu de têter et le nain avait du mal à trouver une position confortable). Du coup, ils ont été sevrés en une semaine (quasiment une têtée supprimée tous les jours). Pas de problème de tétine ni de lait artificiel (c'étaient des morfales). De mon côté, je ne l'ai pas mal vécu du tout puisque c'est venu naturellement et finalement après une assez longue période d'allaitement. La seule petite inquiétude que j'ai eu était que je me demandais si j'arriverais toujours à les calmer en cas de difficulté d'endormissement le soir.
    Et finalement, tout s'est très bien passé.

    RépondreSupprimer
  99. Mon fils a décidé un jour aussi qu'il en avait terminé avec le sein de sa mère,il avait 7 mois et demi.
    Moi j'espérais bien continuer encore un moment,alors j'ai pris patience je lui proposais plusieurs fois par jour mon sein pendant plusieurs jours...Il avait toujours la même réaction,se repoussait en arrière en prenant appui sur ses petites mains et en rejetant la tête,au bout de 15 jours ,il se mettait à pleurer quand je le mettais simplement en position d'allaitement.
    Alors enfin j'ai compris et accepté que c'était terminé.Mais ça été plus difficile pour moi que pour lui.

    J'allaite au jour d'aujourd'hui sa petite soeur qui a 7 mois ce jour.

    RépondreSupprimer
  100. de gros poutoux et calins Marie (et les autres) pour passer cette étape au combien difficile...

    J'ai allaité mes deux nains (7 mois et 12 mois) deux allaitements tres differents, mais tellementmagiques pour les deux, deux sevrges tres differents aussi,mais au combien dificile pour les deux de laisser çà derrière nous ! Mais si c'est une etape difficile, ce n'est qu'une etape et il y a tellement de choses superbes a partager avec les nains apres !

    Etje suis a 100000 % d'accordavectoi, l'allaitement ou non, et le sevrage sont des choix tres personnel, et les remarques si nombreuses (aussi bien des "antis" que des "pros" allaitement sont tellement blessantes,çà m'eneeeerve !)

    Alors Milles bisous a toutes les allaitantes ET a toutes les biberonnantes !

    RépondreSupprimer
  101. et bah voila, tu m'as collé la larmichette c'est malin!
    et pourtant vois-tu je suis une maman biberon, le néné n'etait pas par moi (je te passe les commentaires de l'entourage !!)

    on vit toutes des moments ou notre poupon devient grand et qui nous fait dire que oui il va grandir par lui meme, et que le mieux et de l'accompagné du mieux qu'on peut, meme si ça nous sert le coeur la plupart du temps

    alors une bonne accolade pour toi marie (et toutes) qui a passé cette épreuve ;)))

    RépondreSupprimer
  102. C'est la 1ère fois que tu me fais pleurer, ça me rappelle mon sevrage, comme toi décidé par mon nain à 9 mois. C'était à la fois un déchirement et un soulagement. J'espère pouvoir allaiter de nouveau un jour...

    RépondreSupprimer
  103. Oh mais flûte alors, je suis en PLEIN DEDANS et là tu écris un article...

    ça me fend le coeur.

    Ma petite caille à 4mois1/2 et elle ne veut plus de mon sein, ce que tu écris c'est exactement ça. Je me sens rejetée. D'autant plus que les débuts de l'allaitement ont été TRES difficiles et que j'ai bataillé pendant 6 semaines pour qu'on y arrive elle et moi.

    Je ne me sens pas du tout prête à la sevrer.
    La dernière tétée je ne l'aurais pas décidée. Et moi aussi j'espère allaiter à nouveau un jour...
    Merci pour ton article.

    RépondreSupprimer
  104. Hello,
    Moi aussi mon petit amour a décidé d'arrêter, comme ça, en 2 jours:
    1er jour : je tire le téton avec la bouche, je lâche et je me marre, mais je ne bois pas...
    2ème jour : j'en veux plus du tout, et je détourne la tête!
    C'est vrai que ça fait un gros coup au coeur, surtout quand on veut continuer et que ça marche bien. Mais positivons: pas de culpabilité d'avoir arrêté, c'est LUI qui l'a voulu, il était prêt à devenir plus grand, pour la 1ère fois de sa vie...
    PS: J'aurais aimé quelques têtées de plus quand même surtout que je lui ai sacrifié mon ex-belle poitrine (fils rends moi mes seins !!!)

    RépondreSupprimer
  105. Marie et ses Lutins29 juin 2011 14:51

    Une petite larmichette....Encore une fois, merci Marie pour ce très bel artikeul!
    Je ne connais pas l'allaitement, je n'ai pas allaiter mon premier nain car je n'en ressentais pas l'envie. 4 ans après, pour le deuz, beaucoup réfléchi pendant ma grossesse et puis, peur de ne pas être à la hauteur, donc, biberon aussi. Le petit deuz à 15 mois et je regrette beaucoup maintenant de ne pas avoir (au moins)essayer d'allaiter. Regrette de ne pas avoir eu cette fusion avec mon enfant.

    RépondreSupprimer
  106. Ton article m'a touché Marie !
    J'ai allaité ma fille pendant 12 mois, histoire assez similaire à la tienne, que le lait de sa môman pendant 7 mois (je connais : tirer son lait au taf dans les vestiaires et manger un 'dwich en 2 minutes, courir le soir pour la tétée ...) puis ensuite 1 bib de lait en poudre à 16h à la crèche et open bar au sein de môman quand on était toutes les 2.
    Puis au fur et à mesure et aussi je crois avec la diversification, elle tétait moins et elle s'est donc sevrée un peu toute seule en fait ...
    Cela a été douloureux pour moi les 1ères semaines, je comprends quand tu parles de cette relation, cette fusion, j'étais malheureuse (d'autant que juste après l'arrêt de l'allaitement, elle n'allait que vers son père et moi, elle me "snobait", ne voulait plus de mes baisers, c'était très dur ...
    Puis, elle est revenue vers moi, les câlins sont réapparus, je me suis dit qu'elle avait besoin de ça aussi pour s'affirmer, pour me montrer qu'elle était une personne à part entière ...
    Je garde un souvenir formidable de notre allaitement, je suis encore un peu nostalgique mais j'ai accepté aussi qu'elle grandisse ma choupinette ...
    Opale

    RépondreSupprimer
  107. Hou là là, je suis toute émue en te lisant, ton article m'interpelle particulièrement car je vis une situation très proche...

    Je suis aussi en train de "subir" le sevrage de mon petit troisième (et probablement dernier - très certainement dernier dirait mon homme), et cela ne se fait pas sans larmes car je n'étais pas prête du tout!
    Je venais juste de rendre mon tire-lait pour passer au mixte, mais brutalemment il s'est mis à refuser la tétée de retrouvailles, celle du coucher, celles de journée (mercredi/WE) il ne me reste que celle de 6h du matin, et bien sur je n'ai presque plus de lait à ce rythme et dois compléter par un bib de 210... donc ce sont les derniers jours.
    J'ai tenté d'insister au début, incrédule, d'autant qu'il a commencé par refuser le bib en même temps (mais il doit avoir soif ce petit???) alors il a eu des laitages, de l'eau pendant la transition, mais pas moyen de lui donner le sein.

    Et mon homme, me voyant si malheureuse, qui ne comprend pas et qui au contraire est si content de resserrer ses propres liens avec le petit.

    J'ai 3 expériences d'allaitement (15 mois, 8-9 mois et 9 mois) mais aucune bonne expérience de sevrage: le premier, pas réussi à supprimer de tétée, a été sevré brutalement lorsque je suis partie 1 semaine en voyage pour le boulot; la 2e, que j'allaitais avec difficulté, a refusé le sein dès qu'elle a eu le bib et du coup a fait une allergie au lait pour cause de sevrage trop brutal. Et le dernier monstre, j'en ai parlé...

    Le sevrage, c'est bien la partie la plus difficile de l'allaitement! Et impossible d'y échapper...

    RépondreSupprimer
  108. Bon, je n'ai pas allaité, alors je ne connais pas. Mais je retrouve dans ton article les souffrances, les bonheurs et les interrogations de bien des amies;.. Alors je fais tourner, parce qu'il faut aussi déculpabiliser!

    Bon courage pour la suite!

    RépondreSupprimer
  109. Merci Marie... C'est beau... Cela touche car au fond allaitement ou pas, moi je ne vois que l'AMOUR d'une Maman pour ces nains !!
    Je penserai à toi le jour où m'arrivera cette étape du sevrage !!

    RépondreSupprimer
  110. Céline, un grand nain, un petit nain29 juin 2011 22:21

    Même si je n'ai pas allaité, pour les mêmes raisons que "SOS" (je préfère aimer mes fils en leur donnant le biberon plutôt que les détester au sein), ton article m'a émue. J'ai eu des émotions similaires le jour où, à 10 mois, mon grand a refusé le bib du soir, merveilleux moment de tendresse, de douceur, de fusion avant le coucher. Passer si tôt au trio purée-compote-yaourt le soir, j'ai eu du mal. Alors mon deuz de 20 mois, qui ne veut pas lâcher le bib du soir, j'en profite!
    Merci pour tes articles toujours si justes, si proches de ce que je vis.
    Et bon courage à toi (et les fleurs de Bach, c'est génial, Walnut est effectivement à prendre pour accompagner les moments de changement; ça existe en granules sans alcool).

    RépondreSupprimer
  111. Nath (la 107475eme)29 juin 2011 22:23

    Total respect pour le dernier paragraphe. Jamais assez ou toujours trop... sauf si c'était aux enfants de donner leur avis.
    Merci pour ce billet !

    RépondreSupprimer
  112. merci Marie de partager toutes ces choses, moi qui m'etait fait tout un monde a me demander est ce que j'allaite ou pas, j'avais pris le choix d'essayer quand baby en a decide autrement a la naissance ! j'ai essaye, insisté 4 jours et au vue de la courbe de poids, on est passé au biberon, et la culpabilité m'a envahi ! bon maintenant ca va mieux, mais il est vrai que certaines etapes sont dures, les liens sont tellement forts... en primi que je suis, je crois que je peux le dire, la maternite m'a transformée, moi qui ne voulais pas forcemment d'enfant il y a quelques années encore, je suis completement gaga de mon fiston !

    RépondreSupprimer
  113. Laurence, 1nain, 1micronaine30 juin 2011 01:23

    Je suis une admiratrice dans l'ombre, j'ai jamais commenté sur facebook, jamais posté sur ton blog, et pourtant j'attends chaque artikeul avec impatience, qui me fait pleurer de rire le plus souvent, ou pleurer tout court parfois. Je préfère même pas penser au futur sevrage de micronaine pour le moment...
    Il se trouve que je viens de tomber sur ça: http://www.slate.fr/story/39011/lait-paternel
    Hallucinant. Ça peut donner des idées à certaines!
    Je voulais juste partager, voilà!

    RépondreSupprimer
  114. Moi je le trouve plutôt bien écrit l'article... car outre ton expérience personnelle, tu rappelles et c'est utile que chaque allaitement est différent, unique et ne peut être jugé, soupesé, analysé par nos congénéres.
    J'ai connu ce sevrage venant du bébé et pas de la maman... c'est déstabilisant.. aujourd'hui, je me dis que mon fils a, par sa volonté, fait le tout premier pas vers son autonomie ce jour-là... l'autonomie alimentaire, c'est pas rien quand même... il a coupé le petit cordon virtuel entre nous pour mieux s'intéresser au monde, à sa relation à lui... j'étais fière de lui et je refoulais en moi la tristesse ressentie.. oui, le pincement au coeur s'estompera ! Courage...
    Miette

    RépondreSupprimer
  115. Merci pour cet article où les mots sont très bien choisis. J'allaite encore ma deuxième poupée et le sevrage de la première s'est fait très naturellement; elle avait 16 mois et j'étais enceinte d'un mois, il paraît que cela change le goût du lait et que cela explique le rejet. La deuxième a sept mois et pour l'instant nous en sommes au début de la diversification alors nous verrons comment se passera cette étape...

    RépondreSupprimer
  116. Anne-Laure et ses drôles de mecs30 juin 2011 11:49

    Bonjour Marie,

    Je me sens forcément concernée par cet article puisque j'allaite mon petit nain de 7 mois, j'espère encore pour très longtemps. Je crois que parfois les gens ne se rendent pas compte de la portée de leurs mots. Quand mon premier est né, je pensais naîvement l'allaiter 2 mois, 3 mois maxi (de toute façon, on se mariait 4 mois après, donc il était hors de question de l'allaiter pour le mariage). Résultat? je suis incapable de te dire à quel âge il s'est sevré, puisque cela s'est fait tout en douceur, avec des tétées calin sur la fin. Avec des réflexions qui me faisaient parfois beaucoup rire ("mais il tête encore à presque 2 ans? vous n'avez pas peur d'en faire un homosexuel"? j'ai répondu "vu comme il aime les nichons, ça m'étonnerait beaucouup"...)
    Tout ça pour dire que ce genre de décision est très personnelle, et que ce qu'en pensent les gens, ben on s'en fout, même si ça nous tord parfois la tripaille. Vous n'êtes pas contents? passez votre chemin!
    Je te souhaite plein de bonnes choses nouvelles avec fifille et plein de rigolade avec le prrrrrrrrrrrrrrr des puréezécompotes (à se demander pourquoi c'est à eux qu'on met un bavoir!
    Bises

    RépondreSupprimer
  117. je lis l'article, les larmes me montent aux yeux...allaitement de la dernière 8 mois, de bonheur pour nous 2 (même si les propos des non allaittantes me soulaient) pourquoi tu lui donne encore?? ton lait est pas bon!!!! ggggrrr

    ma micronaine a moi a la fin elle voulait que le sein pas de tétine, pas d'autres bras, pas de bibi, j'en ai achetés des dizaines donc sevrage forcé le jour ou elle a voulu prendre el bib enfin, quand moi je suis partie 2 h pour chialer dans mon coin, et puis tout a suivi, rgo, allergie au lait de vache et re critique, t'aurai pas du la sevrer!!! grrr

    bon la micronaine a 2 ans maintenant ♥ on est fusionnelles je regrette rien

    MERCI POUR CE JOLI BLOG

    RépondreSupprimer
  118. N'ayant pas allaité, je ne me suis pourtant pas sentie agressée ou blessée par ce billet.

    Au contraire, je l'ai trouvé interessant car je n'ai pas vécu le sevrage et ta manière d'écrire comme toujours très émouvante m'a beaucoup plu.

    Il faut vraiment arrêter avec ces conneries anti/pro allaitement...

    Merci pour ce billet (et pour les autres)

    RépondreSupprimer
  119. J'attends toujours tes artikles avec beaucoup d'impatience mais je n'ose jamais t'écrire une p'tit comm'...
    Mais là... les larmes me sont montées, je me revois il y a quelques temps quand ma fille a décidé qu'elle voulait s'ouvrir un peu plus au monde... Tu as réussi à mettre en mot ce que je n'arrivais pas à expliquer à mon entourage.

    Merci pour ce blog qui me fait souvent rire!

    RépondreSupprimer
  120. Un tres beau billet Marie, plein d'émotion!
    Perso j'ai "raté" mon allaitement pour plusieurs raisons et parfois ça me rend encore triste, mais ce que tu as écris me remonte vraiment le moral...Car c'est vrai le plus important c'est ce qui va ce passer maintenant et demain avec notre enfant.

    J'espere te rencontrer un de ces jours près de Metz ;-) et ma maman Maryvonne aussi! Une de tes fidèles lectrices également!
    bisous

    RépondreSupprimer
  121. Pour toutes les fois où je me suis bidonnée en douce avec ton blog, je vais faire une exception, prendre ma plus belle plume pour t'écrire et te remonter le moral.. Pas plus tard qu'il y a 15 jours, je regardais ma micronaine (16 mois), allaitée 11 mois, et je me disais "finalement, c'est chouette d'avoir arrêté l'allaitement, c'est comme si, en sortant de cette fusion, elle avait pris son autonomie".. et je découvre chaque jour un peu plus son caractère, son espièglerie (zut, je viens de me mettre la chanson de Candie dans la tête avec mon histoire d'espièglerie!).. Chais pas, chez moi c'est comme si allaiter me mettait tellement dans un rapport de fusion que j'ai du mal à nous distinguer, on vit tout ensemble, au même rythme.

    Maintenant qu'elle s'est sevrée (ou plutôt, j'en ai eu marre de me faire mordre tout le temps...) c'est comme ci elle avait pris son envol et on était plus d'égale-à-égale. C'est un autre rapport, mais c'est finalement tellement riche aussi. Comme toi, j'ai eu deux nains avant ma micronaine (ahh, tes passages sur les yeux de hibou!!!!), et la laisser sortir du stade bébé, c'est aussi la faire rentrer dans le stade petite fille. Et ça, crois moi, après des années de Spiderman et autre tracteur Tom, ben ça fait un bien fou :-)

    RépondreSupprimer
  122. J'ai pas pu allaiter le rat gondin, j'en ai chialé 3 jour et 3 nuits... Alors si j'avais du allaiter ma fille, et la servre, la je crois que j'aurais été comme toi, déboussolée. Mais comme tu dis, le lien est tres important...

    RépondreSupprimer
  123. Super article, neutre et assumé j'adore.
    c'est un sujet tellement tendu qu'on hésite à en parler.

    J'ai pas du tout la même expérience mais je comprends ton désarroi moi j'avais écris ça si ça t'intéresse : http://lecabinetdecuriositedemadamem.over-blog.com/article-alors-tu-allaite-71008165.html

    RépondreSupprimer
  124. Zozote la carotte30 juin 2011 16:59

    Totalement conquise par cet article car moi même je me trouve dans cette période "on arrête ou on continu"... Cet article me fait me sentir moins seule du coup! Car entre les pro-nichons et les pro-biberons je ne sais plus où me mettre!! Ma fille a bientôt 11 mois et les "elle prend toujours le sein?!!", "tu vas l'allaiter jusqu'à quel âge?!" ou les "tu as encore du lait? t'es sûre?" ça me gonfle... Mais aussi les "WOUHOU! Tu vas aller jusqu'à 3 ans toi aussi!!" , "si tu allaites pas c'est que tu n'es pas une bonne mère!" (si si, j'ai déjà entendu ça!)... Pouvoir suivre son envie et celle de son enfant me parait primordiale, pourquoi tant de jugements!
    Ma fille a déjà fait une confusion sein/tétine et je l'ai très mal vécu... Maintenant peut être qu'il est temps de profiter autrement l'une de l'autre...!
    En tout cas, merci!

    RépondreSupprimer
  125. Merci, merci !
    J'ai allaité mon fils pendant 8 mois, lui aussi a décidé tout seul d'arrêter, il ne voulait plus de mes nichons et tout comme toi, je n'étais pas prête, ça m'a profondément blessée. Pourtant on me faisait bon nombre de réflexions sur la durée (trop longue au goût de beaucoup)de cet allaitement, même mon conjoint, c'est dire. Lui a détesté que j'allaite, il se sentait inutile et dépossédé de son rôle de père, ce que je comprenais. Aussi, je tirais mon lait pour qu'il puisse lui donner des biberons de temps en temps.

    Quand tout ça s'est arrêté, j'étais dépitée et pas du tout soutenue.

    Je suis enceinte du second et j'espère que l'allaitement se passera bien (non, en effet, le papa ne va pas être content !) et que je serai mieux préparée au sevrage.

    RépondreSupprimer
  126. Que de réactions à cet article !
    J'ajoute la réaction de mon chéri, quelques jours après la fin de l'allaitement de ma fille (sevrée naturellement à 14 mois) :
    "mais, tu l'allaiteras plus jamais ?", genre comment on va faire, qu'est ce qu'on va devenir ?
    Merci chéri d'enfoncer le couteau... Heureusement que je le vivais très bien (c'était mon 1er enfant !)...

    RépondreSupprimer
  127. Coucou Marie!
    Ton article est juste magnifique et m'a serré la gorge!
    Ma naine n'a pas refusé le sein du jour au lendemain mais je me suis rendue compte qu'elle avait faim même après avoir tétée 15 mn sur chaque sein.
    Je commençais à peine le sevrage en vue de la reprise du travail et j'avais dans l'idée de garder la tétée du soir et du matin.
    Malheureusement mon corps en a décidé autrement et ma Poupette en a subi les conséquences. Pas d'autres choix que de passer au lait en poudre dans ces conditions.
    Mais que ces instants uniques avec ma fille me manquent... ce que je vis aujourd'hui est super aussi mais j'ai la nostalgie de ces petits matins où nous étions blotties toutes les 2 dans le lit...
    Merci d'avoir des mots sur des sentiments que nous sommes beaucoup à ressentir!
    Bisous à toi!

    RépondreSupprimer
  128. J'ai beaucoup aimé cet article. C'est un style différent mais tu laisses tomber le masque de la rigolote et c'est touchant.
    Moi, je ne m'y retrouve pas trop car j'ai une expérience totalement différente avec l'allaitement. C'est mon premier enfant.
    J'ai allaité toute la première semaine à la maternité et dès le troisième jour je devais mettre des bouts de sein tellement j'avais mal. Je pensais déjà arrêter mais l'équipe de la maternité ne voulait pas m'entendre. Alors chez moi, j'ai persévéré. Chaque tétée qui arrivait m'angoissait car je savais que j'allais souffrir, à en pleurer. Par deux fois, ma fille a bu mon sang en même temps que mon lait. J'ai tenu quelques jours encore et j'ai dit stop. j'ai tiré mon lait pour lui donner mais j'avais l'impression de passer mon temps à me "traire".
    Avec mon mari, ça devenait compliqué, il avait une image de moi qui ne lui plaisait pas du tout: poitrine à l'air tout le temps, tirage de lait intensif...il ne me voyait plus du tout en tant que femme et je ne me sentais plus femme.
    J'ai tenu un mois car j'ai beaucoup culpabilisé de ne pas lui donner le meilleur. Cependant, le premier biberon de poudre a été un réel soulagement.
    Aujourd'hui je ne regrette rien, j'ai essayé mais ça ne m'a pas vraiment convenu. Et puis la façon dont ma fille me dévore des yeux et me sourit me confirme que notre relation est tout aussi belle.

    RépondreSupprimer
  129. voila tout est dit...!
    ma 1ère puce c'est sevré totalement a 12mois. depuis ses 9mois (reprise du boulot-et moult essais de tétine forme et texture!!) c'était du mixte tété matin-soir-nuit, et parfois suite de gouté!! puis petit a petit le matin c'était un tétou câlin suivi d'un bib, puis le soir idem (et pas rien vu qu'elle prenait 330-360ml!!!). par contre la nuit toujours besoin d'un câlin. et puis plus rien, mais ça c'est fait tranquillou et vu que j'étais enceinte de 3mois et plutôt crevé c'était une étape qui m'a fait un pincement quand même mais c'était prévisible. j'étais en sursis depuis 2mois!!!
    pour la 2de miss sevrage total a 10mois (tellement de fatigue et...) plus vraiment de lait. a l'époque je ne savait pas qu'on pouvait relancer une lactation... par contre aucune tétine n'allait du coup on est passé au lait épaissi a la petite cuillère. en l’espace d'une sem plus rien même pas une tété câlin. et la c'est le gros coup de blues parce qu'en plus elle déclare une intolérance aux PLV!!! pas du tout cool. parce que les nuit a essayé de la calmé de ses douleurs!! et moi de culpabilisé de ne pas avoir assez insisté... déjà que moi je n'était pas prête dans ma tête a arrêter... (je pensait en avoir encore pour 3 voir 6mois, j'étais en CP et voulais profiter a fond de ses moments avec ma puce. surtout que papa ne veux pas de n°3...) la pauv' puce passait du lait de maman doux et tout et tout a un lait infâme, même l'odeur était infect!! mais pas le choix. par contre ça aide pas pour insister avec le bib...
    enfin on a chacune une histoire, plus ou moins facile a vivre.
    j'en ai encore le cœur pincé 2ans après!!!
    une étape pas comme les autres.
    je suis de tout coeur avec toi et toute celle qui traverse ça.
    mais comme tu dit il nous reste plus qu'a trouver des "autres" moments a nous...
    courage. et si des diseurs de leçon nous lise apprenez une chose... a vous taire!!!

    RépondreSupprimer
  130. Bonsoir !
    Bon je viens ajouter une pierre (une larme ?) à l'édifice.
    Je ris beaucoup avec ton blog (aux larmes) et je pleure aussi parfois (là, justement).
    J'ai allaité mon grand presque 2 ans.
    Mon deuxième s'est doucement sevré à 9 mois.
    Et je n'ai allaité mon 3ème loulou que 15 jours. Trop douloureux, trop de crevasses... Moi qui pensais que pourle 3ème, tout roulerait !
    Alors je me retrouve dans ta phrase : "Je parle aussi pour celles qui se sentent blessées parce qu'elles n'ont allaité qu'un mois et passent au lait artificiel honteusement". Voilà, mon doudou a preque 3 mois, et j'ai toujours un peu honte. Le plus difficile ? Au début, les comentaires des gens qui me connaissent bien : "Ah ? Tu ne l'allaites pas, LUI ???". Dur, très très dur. La culpabilité est là.
    Alors oui, j'ai connu l'immense bonheur d'allaiter. Et j'avoue que j'étais alors un peu sectaire et conne. Je méprisais mentalement celles qui n'allaitaient pas. Et puis voilà, n°3 a fait changer ma vision des choses. Parce qu'on n'aime pas moins son bébé biberonné, bien entendu !
    Merci Marie. Merci pour toutes ces reflexions que tu nous permets d'avoir sur nous-mêmes, et surtout MERCI de faire tout ça avec tant d'humour-amour ! :-)

    RépondreSupprimer
  131. Superbe article, très émouvant...
    Je remercie ma grande de ne pas m'avoir fait subir ça. J'ai toujours redouté le moment où elle ne voudrait plus téter mais il n'est pas encore arrivé. Aujourd'hui, même si j'aurai certainement un pincement de coeur la jour où ça arrivera, je suis prête. Elle, elle ne l'est pas encore visiblement. Maintenant, j'espère que sa petite soeur ne se sèvrera pas avant elle. Ce serait vraiment dur que la petite ne veuille plus téter alors que la grande y est toujours accro...
    Courage Marie, la tristesse s'effacera petit à petit et bientôt tu repenseras à tous ces moments magiques avec plein de bonheur dans le coeur.

    RépondreSupprimer
  132. ben quand ils ont décidé que c'était le bon moment, c'est que c'est le bon moment, y a rien à dire de plus !!!!! j'ai allaité le pamour jusqu'à 23 mois (exclusivement jusqu'à neuf mois, moment où j'ai testé les légumes du jardin....) il aimait bien sa tétée du soir pour s'endormir, et puis un soir il s'est endormi sans et n'a plus jamais réclamé..... alors de la chanson en tétant, on est passé au câlin en lisant, c'était bien aussi...... Maitenant ???? du haut de ses huit ans, c'est lui qui me lit les histoires le soir, c'est pas mal non plus....... voili voilou.....

    RépondreSupprimer
  133. Sur mes 3 allaitements seul le dernier c'est bien passé. Et ca été un crève coeur d'arrêter mais c'était trop épuisant d'allaiter mes jumeaux et les nuits trop courtes. Autant mon fils a pris tout de suite le bib autant ce fût très pour ma fille. Je vois encore sa bouille toute douce avec le sein dans la bouche un vrai bonheur

    RépondreSupprimer
  134. merci pour ce beau texte...

    après une naissance catastrophique, je me suis accrochée à mon allaitement, j'ai tenu tête à mes crevasses plus d'un mois avec les doigts de pieds qui frisaient à chaque mise au sein.... maintenant cela fait 9 mois que j'allaite mon lutin avec bonheur.

    je redoute et me réjouis du jour où il en aura assez... quand il sera temps de passer à autre chose

    RépondreSupprimer
  135. Merci, merci. Je me sens beaucoup moins seul. Mon ptit crapaud a décidé que non le sein s'était plus de son âge. Après avoir un moment gardé la tétée calin du soir en plus du bibi, un jour il a décidé que STOOOOOOP maintenant le sein on en a plus besoin pour dormir. Un ptit calin dans les bras et s'est bon.
    Alors avec un ptit pincement j'ai accepté. Plus facilement aussi car s'est son choix à lui. C'était le moment pour lui je pense et du coup on le vit à peu près bien, enfin je dis on mais lui plus que moi. Mais il faut l'accepter.
    J'étais partie pour allaiter 3 semaines au début puis j'ai dit jusque 2 mois et arrivé aux 2 mois on a dit on se donne jusque la reprise du taff. pis à la reprise on a dit bon allez 6 mois exclusif... et puis ben la diversification est arrivée et on a décidé que finalement on garderait encore celles du matin et du soir. Et puis arrivée à 9 mois on a mis le premier bibi de lait.
    On l'a beaucoup réfléchi ce biberon. Quel lait ....pfff il y en a tellement. Alors pour la bonne conscience on a prit le lait bio sans huile de palme histoire que la pilule de la fin proche de l'allaitement passe mieux. Quasi 1 mois plus tard ca y est c'est fini. La der des der était vendredi dernier.
    Et en fait ce n'est la fin mais le debut d'une nouvelle étape et ce qu'on a construit pendant "notre" allaitement avec mon fils restera gravé à jamais.
    Alors merci de nous faire partager tt ca et nous permettre de nous dire que NON on est pas toute seule

    RépondreSupprimer
  136. Ici aussi la demoiselle a décidé du moment de son sevrage ... D'accord il le fallait puisque reprise du boulot 3 semaines plus tard.
    Je n'ai presque rien vu venir et mieux ainsi. Je n'aurais pas eu la crainte , l'angoisse de la dernière tétée.

    Un soir après 45 min de pleurs au sein, suivi d'un complément de 90cc au bib englouti en 10s , j'ai compris .. compris qu'à 2 mois 1/2 elle était prête et qu'il fallait ....

    C'est sûr que ça me manquera toujours, que ça arrache les tripes, mais c'est une étape !

    Courage Marie !

    Marinette

    RépondreSupprimer
  137. Je n'ai pas versé ma larme mais c'était pas loin...
    J'ai allaité le grand 6 mois, avec un début particulièrement difficile, seins en sang et maman en larmes à chaques tétées... mais après, royal... & une fois qu'il a eu goûté au solide, fini le nichon de maman !! ça callait plus assez !! il lui fallait de la "vraie bouffe" au glouton :)
    Mini moi 2 sera allaité 7 mois au moins... j'essaierai aussi de garder les tétées du soir et du matin... on verra comment il décide ça...
    J'aime tellement ces moment pendant lesquels il me sourit en tétant, me fait un petit bruit de gorge et on se répond comme ça... c'est tellement agréable...

    Ca a même donné à mon grand envie de gouter mon néné pour voir ce que le petit mange "ben oui maman je me souviens pas moi du goût" ;) ...
    il a trois ans, mais c'est marrant j'ai trouvé ça "malsain", en tout cas trop bizarre... donc il a goûté, une fois et c'est tout...

    Aller c'est l'heure... de la tétée...

    Bonne continuation à nous toutes !!

    RépondreSupprimer
  138. Merci pour ces belles émotions.
    Mon nain a moi avait 10 mois, c'était il y a 4 Mois. Je crois moi que j'en avais un peu assez (une tetee toutes les 1H30 jour et nuit en bossant - lait tiré pour la crèche) je ne tenais plus vraiment le rythme. Mais trop de culpabilité pour en décider seule, de cette fin là.
    Et pour cette dernière têtée, dont j'ignorais qu'elle était la dernière, il m'a mordue très fort, deux fois, et j'ai crié très fort, de douleur. Il n'a plus jamais voulu du sein. La morsure a t'elle déclenché un cri qui a stoppé l'envie de téter, ou le plus envie de tétée à déclencher la morsure, je ne le saurais jamais. Toujours est il que mon fils a fait en sorte que je ne regrette pas trop ces moments là (pas trop....) et s'est sevré... tout seul, c'est même lui du coup qui a sevré maman.

    RépondreSupprimer
  139. Alors j'ai cliqué parce que le sevrage ici c'est un mot aussi exotique qu'angoissant.
    J'ai vu qu'on t'avait parlé de la "grève de la tétée", tu en fais ce que tu veux, ce qui compte c'est votre équilibre (passé, présent, et futur ...)
    La maternité en entier est un domaine où le jugement est d'abord négatif. Cela aussi parce que si on est performante, bé on ne pourra pas le savoir (ni le prouver) avant dans 20 ans. En attendant, la critique.
    Faut faire le canard (tu sais, laisser glisser comme de l'eau sur les plumes du canard, heureuse bestiole planquée dans sa mare, au moins hors saison de chasse).
    Tu me diras, la métaphore a des limites, le canard n'allaite pas (ouais, je sais, lait de poule, j'y ai pensé aussi).

    Donc pour revenir à l'allaitement, ici le sevrage c'est l'inconnue, et c'est pour ça que ton msg résonne. Parce qu'ici aussi, après la 3è neuneu, c'est terminé.
    Ok, l'ours va être content de pouvoir manipuler ses joysticks sans se prendre un jet de lait dans l'oeil.

    Mais je ne sais pas bien comment je vais le vivre.

    J'ai jamais trop bien su sevrer. J'en suis à 58mois d'allaitement ininterrompu sur 3 mouflettes, avec périodes de recouvrement. Pas du tout fait exprès.
    L'allaitement ici c'est une relation, j'avais écrit ça aux 6 mois de la deuz :
    "Je redeviens mammifère. Je suis ancrée dans la nature, j'accueille à chaque fois mon bébé dans ce miracle. Son corps blotti contre le mien, sa chaleur au creux de la mienne, elle m'incorpore et se nourrit de moi. Qu'importent les chagrins, les cris, les colères, les obstacles, les séparations, la peur, la faim - je la prends contre moi et elle tète presque jusqu'à la transe. Elle s'abandonne au plaisir, au réconfort, à l'apaisement, et ça m'émerveille."

    La troiz', un jour aussi, elle me dira "maman, c'est fini". Ou pire, je lui dirai. Je repenserai à toi ...

    Mais bon, t'inquiète, question nourriture tu restes le grand pourvoyeur, et dans quelques mois tu seras le Fournisseur Officiel de Chocolat, ça bavera du marron au lieu de baver du blanc ;o)

    (je sais, ça ne va pas te consoler, mais si ça peut te projeter un peu plus loin : bientôt tu seras mère indigne de donner (ou de refuser) des frites à 18 mois ...)

    Bon courage !! encore d'autres belles aventures.

    RépondreSupprimer
  140. lalie et ses nains de jardin2 juillet 2011 22:25

    merci marie pour cet article si vrai et si intense en émotion...je te comprends et compatis...voir son bb dire STOP du jour au lendemain c'est déstabilisant,perturbant et tellement dur!!!!!! mon nain n°1 à refuser de téter à 9 mois(moi qui croyait qu'a 9 mois il y avait la sois disant phase "d'angoisse de séparation"?? tout faux pour ma pomme!)ce fut dur dur surtout qu'il a pris le bib direct sans rechigner(l'ingrat!)je dis ça mais après coup je trouve ça super qu'il ai choisi lui même! pour bb2 au bout de 3 ans et demi d'allaitement et des phases difficiles et d'autres formidables j'ai mis le hola...pas fière sur le coup d'avoir du décider pour nous deux mais finalement je me dis qu'il n'attendait que ça...comme quoi...à partir de ce jour je l'ai regardé comme un petit garçon et non comme un bébé,il avait besoin de ce regard là de ma part sur lui

    RépondreSupprimer
  141. Rhoooo moi aussi ça m'a fait drole quand ma naine a refusé le sein a 10 mois et demi... Pareil, lait en poudre la journée sinon au sein et pouf du jour au lendemain elle a plus voulu... Elle était prête mais pas moi snif. Et petite précision : j'ai eu une césarienne et ai allaité ça n'est pas un problème physique incompatible lol.

    RépondreSupprimer
  142. mon fils s'est retrouve hospitalise a 6 semaines,a subi une chirurgie lourde suivie par 3jours de mise a jeun totale.j'ai donc tire mon lait,pour ne pas me retrouver toute seche quand bebe allait pouvoir teter de nouveau,pour depanner les infirmieres si d'venture il reclamait a bouffer pendant que je suis rentree chez moi me doucher/changer,parce que ca me semblait une evidence.sauf que les tetines,a ce moment la, bebe n'en n'a jamais voulues,meme en retrouvant ses marques a la maison ca a ete difficile.sauf que le tire lait,ca stimule pas comme le ferait une petite bouche de bebe,un soupir d'aise en pleine tetee,un sourire beat avec la tete qui part en arriere et la derniere goutte encore accrochee au coin des levres...parce qu'en rentrant j'etais stressee,fatiguee, qu'il a tout de meme fallu que bebe et moi relancions ma lactation...et parce que suite a ca,je prenais le tire lait en horreur.
    mes parents ont eu le bon gout d'arreter, alors,de me donner des conseils "mais enfin pourquoi tu allaites ca abime les seins", j'ai apprecie.ma belle mere a continue de me demander si mon lait etait assez riche pour mon fils,et l'Homme a eu le bon gout de la botter en touche en la virant de notre appartement.et puis on en a discute,tous les 2.il etait clair que bebe n'etait pas du tout pret a se sevrer,mais l'idee de ne pas avoir de "roue de secours" m'inquietait.quid si je laissais le petit 2h seul avec son pere et qu'il reclamait juste a ce moment la?
    super-papa s'est donc braque les bibes entre minuit et 2h du matin pour me permettre de dormir un peu.il a su trouver des tresors de patience,fait des essais avec plusieurs tetines...a pris des moments seul avec son fils et transforme la tetee en calin,en moment de partage,fait comprendre au petit qu'avec un bout de caoutchouc aussi,on pouvait avoir des repas-detente.une nuit j'ai passe la tete dans la chambre du petit,il etait affale sur son pere le biberon dans la bouche et souriait de toutes ses gencives pendant que mon homme etait mort de rire,et ca m'a dedramatise beaucoup de choses.
    suite a quoi,mon stock de lait congele diminuantet moi devenue incapable de tirer quoi que ce soit,on a commence a mettre du galia calisma dans ces fameux biberons de nuit.que bebe a pris sans trop de soucis.
    nous avons continue comme ca pendant les 4 mois suivants,tetee calin au reveil,tetees la nuit,gros bibs au coucher,et variable en journee.monsieur me dit de temps en temps le sourire au coin des levres,que mes nichons lui manquent.je lui reponds que je le sevrerai surement a la 1ere dent pour pas etre mordue.on n'y croit qu'a moitie,l'un comme l'autre.et meme si parfois bebe va bouder le teton pour reclamer la tetine,meme si chaque fois ca me donne un pincement d'inquietude,pour le moment il fait la tronche quand on essaie de lui coller un bib au reveil parce qu'a cette heure la,c'est tetee calin.
    reste a gerer l'entourrage...avec qui,quand on me pose la question,je reste tres evasive."ouais... on fait fifty fifty mais ca depend des jours...".reponse de normand qui ne leur donne pas envie d'insister.
    tout ca pour dire que chacun aura une histoire et un vecu differents!dans mon cas,la 1ere etape du sevrage,meme si j'allaite toujours,s'est faite et decidee non pas a 2,mais a 3.et je me serais sentie beaucoup plus coupable et mal a l'aise de refiler des biberons a mon nain qui n'en voulait absolument pas,juste pour egoistement regagner un peu d'independance,si je n'y avais pas ete aidee par mon coijoint.et si mon fils n'avait pas ete ravi par les qualites d'amuseur public que peut avoir son pere quand il lui donne le biberon.
    merci marie de m'avoir permis ici de vider mon sac. parce que je me rends compte que ca avait de l'importance pour moi,mais que je n'avais personne avec qui j'aurais pu le faire

    RépondreSupprimer
  143. BRAVO et MERCI tout simplement !!! J'ai pleuré comme une madeleine en repensant à NOTRE allaitement et NOTRE sevrage avec ma poupette ...

    RépondreSupprimer
  144. Je tenais juste à te dire que ton article est super MAIS.... allaiter des jumeaux, c'est aussi simple qu'allaiter un tout seul..... bon, je sais pas, j'ai jamais allaité de tout seul..... Mais notre allaitement gémellaire a été juste super.... sans crevasse, ni rien.... et d'un secours énorme dans la logistique de ce travail de titan....
    Quand on se réveille 100 fois dans la nuit, autant vous dire qu'on apprécie de ne pas se trainer dans la cuisine et tout le tralala.....
    Quand on sort, pas besoin de stresser sur le matos ou les horaires décalés, tout est là.... (pis on a déjà un sac à langer de la taille d'une valise sans les bibis.......)

    Pour nous, mon fils s'est sevré seul à 18 mois.... juste un Non... mais définitif.... j'avoue, ça m'a brisée le coeur....un peu...... j'imagine que ça me le refera quand il quittera le nid familial....
    quand à ma fille, à 19 mois, j'ai eu un scanner donc un produit iodé injecté) et je l'ai "privé" de sa tétée du soir pendant 4 jours en lui disant que le titou était malade... elle l'a très bien compris mais.......... ne l'a pas repris ensuite.............
    Une page de tournée.... et une des plus belles expériences de ma vie !!!!!

    Et surtout NON, je ne veux plus entendre "mais c'est des jumeaux" comme excuse pour ne pas allaiter !!! on ne le fait pas si on ne le sent pas, je suis tout à fait OK avec ça, mais on "accuse" pas le trop d'enfants, car ça se fait super bien !!!

    RépondreSupprimer
  145. waw... que c'est bien écrit et bien exprimé !!! Pour le moment le temps du sevrage est (je l'espère ) encore éloigné car bébé n'a que 2 mois et demi et j'aimerai (soyons fous) tenir jusqu'à la reprise du boulot (il aura 7 mois)voire plus... Mais bon la décision ne nous appartient pas toujours comme tu l'as très bien dit, la plupart de mes neveux ont décidé d'eux même d'arrêter l'allaitement exactement comme ta fille...
    alors on verra bien, j'estime que ce que je lui donne actuellement est du bonus car il y a un mois j'ai manqué de lait et ai du donné un complément pendant 3 semaines... là j'ai beaucoup culpabilisé... Bizarrement c'est quand j'ai décidé qu'il en était ainsi et que je devais faire avec que ma montée de lait est revenue...
    merci pour cet article justement déculpabilisant et qui va bien m'aider à passer le cap le jour où Saul et moi seront prêts...

    RépondreSupprimer
  146. Bonjour et merci pour ce billet.
    J'ai commencé le début du sevrage le 1er mai, ma fille de 15mois tétait matin et soir. J'ai remplacer la tétée du soir par un biberon de plus en plus gros +complément sein au début, ça c'est très bien passé. J'ai voulu tester arrêt total au bout d'un mois, et j'ai réussi à tenir 48h sans la faire téter. J'étais vraiment mal et en pleur donc allé hop au sein. Je voulais arrêter car pour avoir l’espoir d'avoir un second enfant je dois suivre un traitement; je souffre d'hyperprolactinémie autant dire que je faisais du lait bien avoir d'avoir ma fille; et mes cycles sont anovulatoires et très long. Je pense que si mon époux m'avait soutenu ma fille serait sevrée maintenant. Mais n'ayant aucun soutient j'ai décidé de reprendre et continuer l'allaitement, et temps pis pour le 2iem qui n'est pas prêt d'arriver. Par contre je n'ai gardé qu'une seule tétée, celle du matin car c'est la tétée câlin ( contrairement à la tétée du soir qui était plus pour la nourrir). J’arrêterais quand elle refusera mon sein, pour le moment elle est heureuse de l'avoir. <3

    RépondreSupprimer
  147. Aubergine(divine)4 juillet 2011 19:56

    J'ai repoussé le moment de lire cet article, parce que je savais qu'il allait me donner beaucoup d'émotion ! et c'est gagné. Merci de partager avec nous cette dernière tétée. Ma fille va avoir 9 mois ça va faire 2 mois qu'elle est sevrée. Toute à l'heure dans le parc où nous étions j'ai eu envie de lui donner une tétée dans l'herbe toute verte. J'ai eu envie en sachant que ce n'était plus possible. Ca m'a fait un petit quelque chose au fond de mon coeur. Bise à toi !

    RépondreSupprimer
  148. Isabelle, un mari (wonder, mais pas georges quand même) et une naine 50% fausse4 juillet 2011 20:38

    Bravo pour cette mise en maux, en mots, de cette étape de sevrage qui l'est autant pour la mère que pour son petit. Et courage, vous avez l'amour et la force nécessaire! En tous les cas le sujet intéresse, étant donné le nombre de commentaires!
    Et merci d'avoir pensé aux césarisées qu'ont pas pu, et qui se sont senties quand même maman en préparant 3 bib par nuit (pas d'avance hein! du tout extemporané...)

    RépondreSupprimer
  149. Merci Marie!!! Comme d'habitude, tu vois juste...
    Merci de dire que l'allaitement c'est comme on le sent et que ce n'est pas toujours facile.
    Merci parce qu'on nous renvoie souvent qu'on n'a qu'à faire un effort pour que ça roule parfaitement et qu'on ne se posera aucune question...
    Merci pour moi, pour nous, pour celles pour qui l'allaitement c'est chouette, on ne veut pas forcément allaiter toute la vie (ce serait trop long!!!) mais arrêter ce n'est pas aussi évident.
    J'ai trois enfants - une fille, un p'tit mec et une fille (4 ans, 3 ans et 6 mois). J'ai allaité les 2 premiers pendant 3 ou 4 mois en exclusif puis jusqu'à 6 mois en mixte. C'est vrai qu'une fois le biberon introduit... mes petits gloutons ont quand même compris que c'était plus simple de se nourrir au bib et de faire des câlins avec leur maman... Dur dur pour moi quand ils ont finalement boudé la tétée...
    La troisième est toujours allaitée exclusivement... même si j'ai beaucoup culpabilisé en lui donnant des petits pots (eh oui en mauvaise mère, je lui donne aussi des petits pots tout prêts quand je n'ai pas le temps et aussi pour me laisser un peu de temps!). On m'a fait ressentir que je n'allaitais pas vraiment puisque ma petite puce était diversifiée...
    Mais là, en lisant ton post... Merveilleux!!! Je ne culpabilise plus... Je ne suis pas toute seule à ne pas vivre qu'un épanouissement personnel grâce à l'allaitement... Finalement on est apparemment plusieurs à être un peu ambiguë, à aimer allaiter mais à vouloir aussi avoir un peu de liberté, et aussi à ne finalement pas vraiment savoir ce que l'on veut, à trouver ça évident et en même temps à se demander si on va arrêter bientôt même si on n'en a pas vraiment envie... Bref de vraies mamans avec plein de questions! Ça fait du bien de se dire que finalement je ne fais pas si mal que ça ;-)

    Merci encore Marie! Toujours aussi fan de tes articles touchants, émouvants, très vrais, rigolos!!!

    RépondreSupprimer
  150. delphine, 3 nains5 juillet 2011 16:54

    >Emilie : attention aux généralisations ! Moi aussi, j'ai eu des jumeaux, et franchement, alors que l'allaitement pour mon premier (et son sevrage) se sont super bien passés, pour les jumeaux, c'était la galère totale ! Allaités en mixte car petits poids à la naissance, j'y passais des heures, à les nourrir. Ils n'arrivaient pas très bien à prendre le sein et après la tétée, il fallait encore donner un bib.... Je n'en pouvais plus ! Le sevrage a été une vraie libération !!!
    Allaiter des jumeaux, quoiqu'on en dise, ce n'est pas simple, on n'a pas la même disponibilité que pour un seul bébé. C'est fatigant, et j'avais vraiment l'impression de n'être plus qu'une vache laitière... Je dis bravo à celles qui y parviennent et, mieux, qui y prennent du plaisir. J'aurais aimé pouvoir en faire autant.

    RépondreSupprimer
  151. Merci merci pour toute cette émotion je ne suis pas originale mais je me suis tellement bien retrouvée dans ton article. J'ai allaité ma première p'tite chips pdt 18 mois, j'ai essayé de la sevrer à partir de 14 mois parce que j'étais enceinte de p'tite chips N°2.... en vain ! Elle aimait trop être pendue au sein 6 à 8 fois par jour pour les vraies tétées et 20 fois par jour pour des micro-tétées-calins. Sur le coup j'en avais marre jusqu'au jour où elle m'a regardé :"- bahhh ! Tétet caca !". Et là le choc ! C'était super dur à vivre. "Je ne servais plus à rien pour elle !" J'étais déjà travaillée par mes hormones du fait de la 2eme grossesse, j'étais déjà malmenée par mes beaux-parents plutôt anti-allaitement car je ne pouvais pas leur confier mini-chips... ce qui m'arrangeais bien... Et là elle me lachait la mini ! Ingrate ! Moi qui me suis levée toutes les nuits pdt 16 mois pour lui donner le sein, qui a eu 7 mois de crevasses à en pleurer mais qui a tjs tenu bon. C'est encore super dur à vivre aujourd'hui alors que mini-chips N°2 est arrivée depuis 5 mois. Elle est bien sûr au sein, c'était une évidence ! Et miracle 2 semaines de crevasses et c'est tout. J'ai essayé de redonner le sein à la grande de 2 ans plusieurs fois et ça n'a marché qu'une fois qd elle était à l'hôpital pour un petit accident. Dur dur le sevrage. On verra comment ça se passera pour ma 2eme. Je le vis comme un deuil par avance. Mais pour l'instant je savoure les instants calins. C'est papa qui est content d'être logé à la même enseigne que moi pour mini-chips N°1. Il aurait adoré allaité m'a t-il dit plusieurs fois. Voilà mon histoire. Finalement l'allaitement le plus dur pour moi malgré les difficultés, c'est ... d'arrêter ! Et comme pour bcp de filles je le constate. Je me sens moins seule et ous embrasse toutes et tous, parents et enfants. Merci encore à Marie que je découvre à travers ce billet.

    RépondreSupprimer
  152. Ah la vache! Bah oui, c'est ça, c'est compliqué, ça nous fait pleurer, on fait ce qu'on peut, souvent...
    Allaitement n°1 tout foiré, pas soutenu du tout... Crapaud1 ne prenait pas bien, allaitement mixte à 1 mois et bib seulement à 2 mois... snif!
    Pour bb2, j'vais y arriver!!!! Ben... non, en fait... Même problème de prise de sein difficile que crapaud1, mais longue bataille: soutien de l'entourage, consultante en lactation, ORL pour couper le frein de langue, ostéo, tire-lait... Crapaud2 a pris le sein, mais ça me faisait mal. J'ai tiré mon lait (à peine la moitié de sa ration...) pendant 4 mois...
    Ai décidé d'arrêter hier... parce que j'en peux plus, trop de fatigue, de temps à tirer le lait pour si peu... ce n'est pas un allaitement rêvé, mais c'est si dur de mettre fin à tout ça...
    Mais j'en suis fière!! :-)
    Merci pour cet article...

    RépondreSupprimer
  153. Comme c'est émouvant... ça me rappelle le sevrage de ma naine n°2 à 13 mois. Après un allaitement foiré de mon nain n°1, je m'étais jurée de réussir le 2ème et d'alaiter trèèèèès longtemps. Mais ma naine en a décidé autrement. J'ai beaucoup pleuré et mis du temps à faire le "deuil" de cet allaitement.

    Ces moments intenses de complicité me manquent encore 18 mois après....

    RépondreSupprimer
  154. Très bel article. Ca me rappelle un peu le sevrage de la mienne à 13 mois : à la différence près qu'elle ne me l'a pas demandé mais que j'étais obligée vu qu'elle devait partir 15 jours chez mes parents.
    Un an après, il y a des fois où ça me manque encore, quoique, vu l'engin que c'est maintenant, je me demande bien comment je ferais :)

    RépondreSupprimer
  155. Très émouvant cet artikeul !!! Je suis vraiment pas prete pour le sevrage !
    Par contre, pas cool de stigmatiser les allaitantes, on se prend aussi pas mal de réflexions dans les dents, en évitant (pour ma part !) les réflexions aux biberonnantes. Je me demande si ce n'est pas contre-productif et ne risque pas d"attiser la guéguerre au final.

    Les mauvais conseils existent aussi hélas, à la pharma je vois plein d'allaitement échouer à cause d'un médecin vraiment mauvais à ce sujet là, c'est assez dommage, alors que ce n'est pas le choix des parents.

    RépondreSupprimer
  156. Tres bel article. J'y arrive bientot pour mon premier, apres avoir repousse l'echeance. Il a 11 mois, on va passer progressivement au mixte (cad arret des pompages au travail) en esperant de pouvoir continuer un peu les tetees matin et soir.

    RépondreSupprimer
  157. C'est très beau ce que tu as écris!
    ça me chamboule un peu
    Je dois commencer tout doucement le biberon parce que je reprends le boulot dans 1 mois, je ne pense qu'à ça en ce moment: comment vais je faire? et je n'arrive pas à prendre de décision! tirer mon lait? donner du LA?

    Ton article m'a permis d'ouvrir les yeux sur le fait que je ne lui donnais pas le biberon très sereinement et résultat elle n'en veut pas!

    RépondreSupprimer
  158. bonsoir je suis tombée sur cet article et voilà que j'ai les larmes aux yeux. Je suis dans la phase j'allaite ma 3ème naine et che pas si je veux arrêter ou non...elle va avoir 15 mois, c'est ma dernière c'est sur! alors d'un côté j'ai envie de l'autre comme tu dis ce moment est ci précieux si intime entre nous que ...non je ne peux pas...pourtant elle se reveille encore des fois la nuit pour tetouiller (grrr) mais bon entre 3mn de tétee ou 1h de berçage, à 3h du mat comment dire...elle est toujours allaitée matin et soir et donc la nuit un peu des fois et dans un sens j'aimerais que ce soit elle qui arrête, c'est lache hein? de lautre...che pas! je ne me vois pas allaiter 2ans et en meme temps bah ça gene personne. bref merci d'avoir bien décrit ce que je ressens même si ma fille est plus agée.
    Solène

    RépondreSupprimer
  159. Hello, moi aussi cet article m'émeut beaucoup. Mon premier bébé viendra au monde dans quelques jours.

    RépondreSupprimer
  160. 3 articles que je lis, 3 articles que j'adore, déjà bravo. Vraiment très beau, très bien écrit. Merci ! Je le relirai quand sonnera l'heure (et, obligé, je pleurerai).

    RépondreSupprimer
  161. Très joliement écrit
    Ma tétarde s'est sevrée toute seule aussi, à 11 mois... j'avais pas programmé de l'allaiter aussi longtemps même en bossant à temps plein, mais je n'avais pas prévu que ça s'arrête comme ça, sans prévenir, du jour au lendemain... Ca + mon retour de couches quelques semaines avant, j'ai eu du mal à le vivre, sans réussir à mettre de mots dessus... l'impression qu'une page se tournait, que la belle histoire de ma grossesse, de mon accouchement, de mon allaitement prenait fin; que je redevenais "normale" alors qu'avant je me sentais différente, investie de ce rôle de mère nourricière...
    Tout simplement mon bébé est devenu une petite fille !

    RépondreSupprimer
  162. ton billet m'a donné l'idée d'un billet pour mon blog http://maternage-proximal.blogspot.com/2011/09/mais-cest-quoi-vraiment-le-sevrage.html
    (♥)

    RépondreSupprimer
  163. désolée j ne voulais te donner l'impression de te juger! car j ne te jugeait vraiment pas :D je ne suis vraiment pas une inconditionnelle de la miche (^^) et ça me choquent pas le bibs. moi même j'en ai donnée à ma fille! :-) la citations à ton billet était juste un prétexte pour parler du sevrage naturel, pour approfondir ce que c'est! après avoir mis ton lien je me suis rendue compte (sur une page du net où j'avais vu ton lien) que finalement il y avaient bcp de gents qui t’ont jugé pour être passée au bib comme si c'était la maltraitance! ehehe...mais ça tu peux pas y échapper! j'ai l'impression que nous les mamans on en prends plein la "geule" pour n'importe quelle chose! (tu arrête d'allaiter? indigne! tu allaite encore à 3 ans? tu va en faire un détraqué! on s'en sort pas)

    en tout cas, c'est cool que ton choix soit informée. ma réflexion était justement à les mamans qui ne connaissent pas.... quand j'ai commencé à allaiter j'ai eu pleins d souci et au début en étant pas informée j'en ai bcp souffert. du coup ça me parle toujours quand j pense que une maman puisse vivre une même situation: un choix pas choisi mais imposé par la non connaissance!

    voilà...tu a bien fait comme tu a fait. de toute manière il y a que toi qui SAIT pour ton BB. :D

    RépondreSupprimer
  164. marie, oui tu a raison! au fait j'ai utilisé la citation de ton billet pour 'prétexte' pour parler du sevrage naturel et ce qui vivent les mamans. mais peut être que c'est une violation de ta "privacy"? enfin...j'ai pensé pouvoir te cite car tu avais écrit ça publiquement sur le blog....

    dis moi, veux tu que je enlève la citation de ton billet et le lien de ton blog pour rentre ce message plus anonyme? :-))

    RépondreSupprimer
  165. Eve (2 nains, deux allaitements et pas de 3ème envisagé)2 novembre 2011 07:14

    Je pleure comme un bébé, cet article réouvre mon petit coeur, ce deuil de la maternité que je n'arrive pas à envisager... Ce sentiment si fort qui nous unissait mes petits et mois pdt ces deux allaitements... C'est un bonheur de les voir grandir, de les voir évoluer mais cette blessure est profonde, certainement pcq mon coeur de maman est encore prêt à accueillir d'autres nains alors que mon zhom de cromagnon y est farouchement opposé... Mico nain alias mister T a mnt presque 8 mois et même si je l'ai sevré à presque 7, je n'ai pas encore tourné la page et qd grande naine prend son bain avec maman et me demande pq je donne plus de lait à petit crère, j'ai le coeur qui se brise en mille morceaux...
    Merci pour toutes ces tranches de vie...

    RépondreSupprimer
  166. coucou Marie, voilà plusieurs semaines que je ne suis pas venue, la faute au temps qui fout le camp...Bref en revenant lire ton article sur THE produit j'ai nommé saint Saforel, (que j'utilise aussi étant allergique à beaucoup d'autres, sisisis c'est possible et une allergie à cet endroit, ça fais un putain de mal de chien..)bref en venant lire ça, je tombe sur celui çi..qui date déjà au vue des coms précédent et de l'âge de ta choupette..mais il n'est jamais trop tard pour bien faire, pour bien lire...
    Par choix avec mon conjoint je n'ai pas souhaité allaiter mes loulous, et j'apprécie ton petit mot pour celles qui ont aussi faient ce choix...J'ai adoré le lire et j'ai appris plein de choses, Merci Marie !!
    Je suis ass mat, et j'ai en ce moment une petite en accueil qui est allaitée, la maman reprends le boulot et souhaite poursuivre l'allaitement exclusif autant que possible, alors on a tous mis en place afin que cela se passe le mieux pour elle, pour la puce et pour moi, et ça roule nickel chrome (avec un petit bug au début, la maman n'était pas prête à lâcher 2 tétées mais vu le temps d'accueil j'étais obligée de nourrir la petite 2 fois, mais ça c'est vite résolu), et j'ai appris toute la partie psychologie en te lisant aujourd'hui, alors encore merci Marie, je vais l'imprimer, et le faire lire à la petite maman que j'ai enfin plus tard quand ce moment là arriveras...
    Gros bisous, bonne journée.
    Valérie

    RépondreSupprimer
  167. Bonjour!
    Voilà quelques semaines que je lis ce blog (depuis le début, si si c'est vrai!), et j'ai été touché par ton article.
    En effet, pour mon premier fils je n'ai pas pu l'allaiter plus de trois mois car j'avais des examens à nous avons été séparés la journée pendant deux semaines. Je n'en ai pas souffert.
    Pour mon deuxième, tout se passait bien, je tirais un peu mon lait car j'en avais trop, et dès qu'il a goûté au biberon, il n'a plus voulu du sein. De mon côté, je n'étais pas prête à arrêter et j'avoue que j'ai trouvé ça dur et que je me suis sentie rejetée.
    Merci pour ta façon de raconter qui me touche beaucoup.
    Anne

    RépondreSupprimer
  168. C'est mon tour, Tino s'est sevré tout seul comme un grand.. 18 mois .. et bien ca n'a pas été facile de le voir hurler pour sa tétée du matin de me dire il est malade il ya quelque chose qui ne va pas et puis non , juste qu'il ne veut plus téter.. trop dur de se dire qu'on ne peut plus le nourrir et qu'il hurle parce qu'il ne veut plus qu'on le nourrisse... les premiers jours sont passés lentement maintenant je me dis qu'il a largement eu ce qu'il lui fallait.. mais que j'aurais plus profité de la dernière tétée si j'avais su... alors l'allaitement restera un magnifique souvenir de belles sensations et de beaux moments avec mon fils que j'aime!

    RépondreSupprimer
  169. Larmes...j'allaite mon Cromignon de presque 8 mois, j'ai pas envie d'arrêter, j'espère que lui non plus...

    RépondreSupprimer
  170. Je tombe sur ce post, qui date visiblement... mais tjs d'actualité !
    Bien sûr j'ai versé ma petite larme... j'ai vécu exactement ça pour mon ainé, qui a décidé d'arrêter à 8 mois 1/2... maintenant il a presque 4 ans et j'en ai encore la larme à l'oeil quand j'y repense.
    Aujourd'hui, j'allaite sa petite soeur de 5 mois 1/2 et je redoute déjà ce moment là qui arrivera bientôt, trop vite c'est sûr. Et c'est surement ma dernière vu que mon homme ne veut pas de troiz. Alors j'espère au fond de moi qu'elle jouera les prolongations, je suis heureuse que pour le moment elle refuse catégoriquement le bib (oui, sans doute parce que moi je ne suis pas prête), et je repousse au max la diversification... Pas envie de la voir grandir, ca va trop vite !

    Si dessous le texte que j'avais écris sur mon blog, pour mon ainé... Souvenirs souvenirs...

    Ce matin, c'était notre dernière tétée...

    Nous avons eu ces moments privilégiés pendant plus de 8 mois. Maman adorait ces moments... Moi aussi d'ailleurs )

    D'un côté, Maman est fière d'avoir tenu plus de 8 mois... et en même temps triste que ce soit déjà fini. Je crois qu'en fait elle n'a pas envie que je grandisse... Il paraît que je pousse trop vite !
    On a décidé d'arrêter parce que depuis plusieurs semaines cela n'allait plus. Depuis que maman a repris son boulot, je ne tétais plus que le matin et le soir... et petit à petit maman avait moins de lait. Quand à moi, j'ai découvert le biberon et j'adore ça ! (je "bats des ailes" quand je le vois arriver) et maintenant je boude un peu le sein

    Alors voilà... Il lui a fallu du temps pour prendre sa décision... Mais ça y est... Maman a décidé qu'on allait arrêter :-s
    Mais même si elle a plein de raisons rationnelles, elle est toute triste... C'est viscéral, pas rationnel... Comme un 2eme cordon coupé, un 2ème baby blues ...

    Alors moi, j'essaie de lui faire plein de sourires et de calins pour la consoler :-s

    RépondreSupprimer
  171. Vieux post mais j'avais tout de même envie d'ajouter ma petite réponse...
    Mon Loulou n'a rien voulu savoir du bib ou d'un quelconque substitut à mon néné de ses 3 mois (où j'ai repris le boulot) à ses 6 mois où j'ai commencé la diversification"dans l'assiette"... La nounou a dû se faire au fait qu'il ne prenait rien et préférait m'attendre (pas de pleurs, donc maman et nounou pas traumatisées)8h10 à 11h45 sans rien avaler de même entre 13h10 et 16h45!
    Le reste du temps(et un milliard de fois la nuit of course!)tétée à la demande, diversification aussi enthousiaste que le refus du bib avait été total!
    Insensiblement, sans compter les tétées ni les repas d'ailleurs, probablement aux alentours de ses 18 mois les tétées ne se faisaient(quasiment) plus qu'à la maison. Seuls mes proches (sans que je fasse quoi que ce soit pour le cacher mais sans en parler non plus) savaient qu'il était toujours allaité...
    Au fil des mois, seules les tétées du soir(pour s'endormir,aprèe le repas et non à la place de celui-ci) de la nuit et du matin ont perduré sans heurts ni pleurs(enfin la tétée réconfort après un gros bobo est réapparue de temps en temps)et finalement c'est à 4 ans moins un mois que suite à une chute sur une dent qui avait rendu les tétées impossibles pendant quelques jours que mon grand Loulou a décidé qu'il n'avait plus besoin de téter!
    Et moi dans tout ça?J'y étais préparée, à ce sevrage, et "prête"(si tant est qu'on le soit réellement un jour)depuis au moins un an je pense,heureuse sur le moment(même si j'aurais apprécié qu'il fasse ses nuits également! Il lui aura fallu presque un an de plus, mais bon...)fière de lui, fière que ce soit lui qui l'ait décidé et non la pression sociale!
    Néanmoins je n'ai pas échappé aux coups de blues(les hormones vous croyez?)a posteriori et même encore aujourd'hui, sachant que je n'aurai pas d'autre enfant et malgré les débuts difficiles(un mois de crevasses!)je ne peux m'empêcher de repenser à tout cela avec nostalgie et émotion... Ce fut une belle aventure et mon grand Loulou qui a enfin appris à dormir des nuits complètes(voire même des "grasses matinées" jusqu'à des 8heures et demie-9 heures une à deux fois pendant les vacances)est la preuve vivante que "ça valait le coup"
    Je ne sais pas si quelqu'un me lira, mais ça m'a fait du bien de l'écrire!
    Merci pour ce bel article!

    RépondreSupprimer
  172. très jolie ce que tu écris et tu en parles tellement bien. Ma choupette à 9.5 mois et j'allaite encore mais voilà je compte arrêter bientôt! il faut savoir s'arrêter un jour. La tétée du soir est la tétée câlin car avt la tétée elle a sa purée et compote!mais elle tète qd même 20mn le soir et qd je sents kel tutotte j'enlève le sein! oui j'ai décidé d'arrêter d'allaiter en septembre vers 10.5mois/11mois! elle aura eu tout ce qu'il fallait et je suis plutôt fière de mon allaitement, bon allaitement! même si je voudrais continuer j'arrête qd même car ce lien si fusionnel faut l'arrêter avt de ne plus pouvoir s'en passer. Elle a 2 tétées/jour matin et soir, je sais ke celle du matin yaura aucun soucis car elle mange pas bcp le matin si c'est au reveil faudrait att 1h avt de lui donner, je ne peux pas je retravaille à 100%....j'ai allaité mon gd de 2a 1.5mois car j'ignorais bcp de choses mais pour elle j'ai réussi un bel allaitement qui se terminera dc ds 1 mois 1.5mois! Ton article est magnifique il met les larmes aux yx dure d'être une maman qui doit arrêter parfois! moi je suis en pleine prépa psychologique, c'est important d'être prête et que bébé ne sente aucun stress comme elle a eu qd j'ai repris le travail car je ne voulais pas la sevrer et ne voulait pas de bibe, le plus simple pour moi a ete de donner des purées dés 4 mois... elle a mieux accepté et moi j'avais encore mon sein comme bibi j'étais contente ds un sens kel ne veuille rien d'autre!!Maman égoiste??? pê mais surtout maman allaitante qui est convaincue du bien de son lait et qui voulait pê se sentir indispensable encore un peu car nous voulons tjrs être indispensable pour nos petits bouts. merci pour ton article et ces qq mots!

    RépondreSupprimer
  173. 3 jours que je pleure car moi aussi ma fille de 5 mois a décidé de se sevrer... Moi aussi je voulais allaiter longtemps car je ne travaille pas "pour elle", moi aussi j'ai introsuit des biberons "pour son bien" (Rgo)et là JE lui en veux de me faire ça à MOI qui lui consacre mon temps et ma vie depuis 5 mois! Alors vous lire me fait du bien! Je me sens moins seule... Merci.

    RépondreSupprimer
  174. halala mon nain a bientot 5 mois, toujours allaité, quand on me demande jusque quand (ou tout le monde a besoin de savoir) je ne sais pas trop quoi répondre, j'avoue que la pensée de la fin de l'allaitement me rend un peu triste, et c'est dur a comprendre pour les autres j'avoue que j'ai parfois du mal a comprendre moi meme (oui la perspective de retrouver mes nichons, de pouvoir sortir sans avoir mal aux seins ou sans culpabiliser sasn avoir mon nain accroché a mon sein.. tout ça m'attire evidement mais l'idée de ne plus partager ces moments là avec lui me rend tout chababda..)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant ce besoin des gens de savoir combien de temps on veut allaiter. Ce n'est pourtant pas leurs seins, ni leur lait. Une fois qu'on introduit la nourriture diversifiée la demande de lait est moindre et on a moins mal aux seins.

      Supprimer
  175. Tres beau post... le mien s'est sevra a 1 semaine, une journee de calvaire a tenter de donner le sein et a l'entendre brailler des qu'il voyait mon sein... un dimanche bien sur, pas de lait en poudre ni de tire lait... le biberon a finalement ete un soulagement parce qu'il mangeait mais j'ai ete pas bien pendant longtemps... et quand on me dit "tu aurais du essayer plus longtemps" j'ai envie de hurler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ...ce qu'il aurait fallu, c'est de prendre contact avec une personne telle qu'une consultante en lactation, ou une animatrice de la leache, même le dimanche, il y a quelqu'un pour répondre. Toute seule dans son coin, post-accouchement avec un bébé qui hurle, je comprend très bien que vous ayez craqué, et oui ce doit être dur à vivre... Souvent, c'est un REF (reflexe d'ejection fort) qui provoque ce genre de réaction du bébé. N’hésitez surtout pas à contacter une asso de soutien à l'allaitement si vous songer à un autre bébé !!

      Supprimer
  176. très bel article qui m'est fort utile puisqu'alors que je pensais sevrer mon bébé à ses 6 mois révolus (il en à 4,5), c'est en fait lui qui est en train de me sevrer. j'avais pourtant mis toutes les chances de mon côté : tire-lait électrique medela au boulot, tire-lait manuel Avent pour les réunions en extérieur, mariages et autres EVJF, tisanes de fenouil, galoctogil et extra-tetées le soir à 23h pour faire des stocks. et depuis 3 jours, le soir, il tétouille, regarde ailleurs, recrache puis reprend mon sein sans grande conviction, alors je lui donne un biberon de lait en poudre, qu'il affonne. et pour une raison que j'ignore, irrationnelle sans doute (les hormones ?), ça me bouleverse. rien que de l'écrire j'en ai les larmes aux yeux. Sevrer son bébé, c'est parfois plus dur pour la mère que pour le nain et c'est bon d'en parler aussi.

    RépondreSupprimer
  177. merci!
    mon fils s est sevre il y a un peu moins d un mois et je commence seulement a ne plus (trop) y penser... ca me fait du bien de savoir qu on passe toutes par la et que c est souvent bebe qui decide finalement...

    RépondreSupprimer
  178. Merci ! Tu parles du sevrage et de l'allaitement exactement comme je le conçois !
    J'allaite encore ma fille de 9 mois (matin et soir uniquement), et je commence à me dire qu'il va falloir que j'arrête... et comme tu le dis, tant que je ne suis pas claire dans ma décision, je pense que ça ne sert à rien d'essayer. J'aimerais tellement qu'elle en ait marre d'elle-même, ça m'aiderait...! Parce que parfois, j'en ai marre, parfois non.. et puis les autres autour, ils "parlent" dans mon dos...
    Bref, choix personnel, mais choix difficile.

    RépondreSupprimer
  179. De passage, par ici, j'ai eu envie de relire cet article ...
    Vous pleurez toutes le sevrage, et moi je l'attend avec impatience ... je suis dans l'extrême, et ma louloute de 3 ans tout juste n'est pas prête encore à lâcher "ses" nichons !!!

    RépondreSupprimer
  180. Merci pour ce super témoignage ! ça fait chaud au coeur ! de mon côté j'ai été forcée d'arrêter pour soucis de santé, et les sentiments négatifs m'ont vite envahi : l'angoisse pour mon petit ange, savoir si ça va aller pour lui etc. Il a l'air de plutôt bien le vivre, c'est plus délicat pour moi... la séparation est dure, c'est un cap à passer...

    RépondreSupprimer
  181. J'ai voulu essayer d’allaiter ma fille parce que j'ai adorée la sentir vivre en moi durant la grossesse, je ne pensais pas ressentir tant de choses, je voulais essayer de garder ce contact... juste essayer sans se mettre la pression, je me disais que si elle ou moi n'y arrivions pas ce ne serait pas dramatique... elle a pris le sein très instinctivement, comme un petit animal, mon lait lui plait, je porte un autre regard sur mon corps et sur moi, je découvre et grandit en même temps qu'elle...
    après un début de sevrage difficile, nous en sommes aujourd'hui à 3 bibs, il nous reste 3 tétées quotidiennes et quand je pense à la der des der avec elle mon cœur se déchire...
    ça fait du bien de l'écrire, merci.

    RépondreSupprimer
  182. Tiens j'ai cliqué parce que le sevrage, je suis en plein dedans.
    Et boum, les larmes. Je n'arrête pas de me dire que c'est ma décision, qu'elle est ferme, que ça va finir par bien se passer, quand je te lis je pleure, parce que c'était chouette, parce que ça va me manquer, parce que je n'arrive pas bien à réaliser qu'il faut maintenant en parler au passé (PS, en lisant ce billet au moment où tu as eu un autre enfant ensuite, j'imagine ton plaisir d'avoir eu de nouveau plaisir à allaiter) (malgré le RGO) (#FuckRGO !)

    RépondreSupprimer
  183. ouh la la la la... tombée (presque) par hasard sur ce billet, sur ce blog... j'ai lu cet article et il m'est monté les larmes... Je ne sais pas quoi te dire.... j'ai un bébé de 10 semaines, je suis en mixte par choix, mais peu importe, je voulais te dire ici que tu fais une sacrée maman, et que les mots que tu as employé sont pleis d'émotion. Intense.... Merci, c'est tout.

    RépondreSupprimer
  184. Merci pour ce bel article qui me fait pleurer et pleurer. En plein sevrage car bébé m'a plus assez de lait et moi je suis exténuée. Elle a 6 mois et c'est mon deuxième et dernier bébé. Elle le vit bien mais moi j'ai le moral très bas. C'est une nouvelle séparation qu'il faut accepter. Dur mais de toute façon inévitable donc maintenant ou plus tard il faut le vivre. Merci en tous cas. Ca fait du bien de vous lire.

    RépondreSupprimer

Pour laisser un commentaire sans identifiant, il suffit de sélectionner Anonyme ou Nom/URL.
Et si tu es une buse, bah, envoie un mail, je t'expliquerai ça un peu mieux...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...