10 déc. 2010

Un peu de moi

Contrairement à ma copine Mère Bordel, je n'ai pas twitté mon accouchement.
Déjà parce que je n'ai pas d'Iphone (oui bon, bin, je sais hein, je ne suis rien qu'une geek ratée)
Ensuite parce que je n'aurais pas eu le temps (un accouchement en trente minutes, que veux tu, c'est juste la classe - qui a dit "les troisièmes y descendent pas???" - merci Hélène, j'ai failli accoucher dans la voiture du Mâle - sic).

Et surtout, surtout, parce que certaines choses n'appartiennent qu'à moi. Qu'à nous.
Même si je t'aime donc d'un amour fou public, je ne viens pas raconter ici la naissance de ma fille. Nan.

Ce que je peux te confier cela dit et en vrac, c'est que :

- une balade dominicale chez Mikéa déclenche des contractions (si si, l'air suédois me réussit particulièrement)
- La comptine du soir avant accouchement ressemble à ça "Petit Papaiiiiille Noyyyyyyyyyyyyel....huhuhuhuh...quand tu (put***) descendras du ciiiiiiiiiiiiel...avec tes jouets par milliiiiiiiiiiers...." (les nains, impassibles, chantonnent à mes côtés - c'est vraiment des Mâles hein?).
- Une pizza avalée entre deux contractions n'est pas la meilleure des choses pour une digestion facile. Burp.
- Aller accoucher en Mood Kit, robe et bottines, c'est juste la CLASSE. C'est tout moi.
- Écouter du Vincent Delerm dans la voiture ne calme pas les contractions (mais peut être que ça énerve tout de même moins que du Muse).
- Arriver à la maternité en même temps que 4 autres personnes n'est pas judicieux. Chouiner dans le couloir accroupie est un bon moyen de gratter toutes les Primi "qui ne souffrent certainement pas autant que moi bordel de merde"
- Insulter l'anesthésiste n'est probablement pas très urbain. Mais il n'avait qu'à pas se présenter "Bonjour, je suis l'anesthésiste de garde" alors que j'étais couchée par terre entrain de hurler.
- Le Mâle a beau vouloir se rendre utile, il ne peut rien faire pour aider. Rien.
- Crier très fort peut faire peur aux Primis du couloir. Tant pis.
- Faire naître son enfant, ça déchire, ça fait mal, ça brûle. Vraiment que ça brûle. Mais hurler "sortez le moi de là...." à la sage femme n'était peut être pas très classe.
- Accoucher sans péridurale est un moment intense et violent. J'y reviendrai.
- Voir sa fille c'est juste un moment magique. J'y reviendrai aussi.


Et oui, moi qui pensais galérer des heures sur ma table dans une salle de naissance aux mauvais néons, sanglée par un monito, avec un Mâle qui fait de mauvaises blagues à mes côtés, j'ai juste eu le temps de vivre ce qui transforme pour toujours. Et de plonger mes yeux dans ceux de ma fille.
La péridurale est donc, je le confirme, une merveilleuse invention.
Oui oui.
Attends, hein, je suis fière d'avoir accouché sans péri. Mais rien ne nous prépare à ça, crois moi.
Tu auras beau faire tous les cours que tu veux, tu auras beau respirer, visualiser une bougie ou un dauphin, tu auras beau te secouer le popotin sur un gros ballon en faisant des "Aouuuuum" ou prendre un bain chaud en agitant la douchette sur tes reins,...RIEN ne te prépare à ce que tu ressens.
Désolée hein.
Mais c'est en nous.
On peut imaginer, on peut se projeter.
Mais on ne sait pas comment, on ne sait pas combien, on ne sait pas l'ampleur que ça prend. Il y a des choses comme ça, qui ne dépendent pas vraiment de nous, qui sont là, depuis toujours. Qu'on peut juste vivre.

Quand j'ai compris, à la voix de ce mauvais anesthésiste, que je n'aurais pas de péri, j'étais déjà loin. Barrée. Ailleurs. Comme dirait Marie (l'autre, la twingo de la sans péri) c'est Ici et Maintenant.
Crois moi, tu n'existes plus. Tu fais, tu vis, mais tu n'es plus. Tu obéis à ton corps. Comme tu peux.
Pardon Primi hein, mais c'est vrai. Tu peux continuer à respirer et à souffler pour éteindre la bougie cela dit (je l'ai fait aussi) mais sincèrement, heu, comment dire, tu feras comme tu pourras.

Voilà, moi aussi je suis, comme dirait ma copine Anne, "une lionne", et je crois que c'est un peu ça. Animal.

Ce petit message post-accouchement pour dire donc que ça y est, Arwen est là (et non je ne suis pas particulièrement fan du Seigneur des Anneaux mais le Mâle et moi trouvons ce prénom très doux), j'ai une fille pour changer de mes nains couillus. Et ça c'est chouette.

Je profite donc de ce post un peu personnel pour remercier :

- le Mâle, et oui, mais il le sait.
- Mes nains. Ils le savent aussi.
- Francine, baby sitter de choc qui a eu l'intelligence de venir tout de suite lorsque le Mâle lui a dit que "peut être ça serait ce soir, mais bon...on ne sait pas trop...attends de nos nouvelles...". Grâce à elle, les nains n'ont même pas vu que leur tendre Môman était partie. Et Môman n'était pas stressée de laisser ses nains (ce qui n'a pas de prix). Merci donc. Beaucoup.
- Danielle, ma sioupère sage femme. Qui m'a entraîné à faire naître mes trois nains. Qui m'a appris à couler dans une contraction. A qui j'ai pensé quand je n'y arrivais pas (put** j'y coule pas du tout làààààà!!!). A qui j'ai pensé quand tout s'est enfin terminé. 
- TOI public, ton soutien sans faille, tes votes et surtout, surtout tes messages qui m'ont fait chialer comme une pauvre loque mercredi (cherche pas c'était J+3, le jour de la chiale).
- Vania pour la qualité irréprochable de ses produits garnituriques épais et détestables.
- Les gâteaux supracaloriques de chez Ikéa pour leur soutien moral et adipeux durant mon court séjour à la maternité.
- Les Maternelles pour avoir égayé mes deux matinées tête dans le pâté et visites ininterrompues de tout le personnel de la maternité:"vous lui avez donné son bain?" "vous l'avez pesée?" "elle a eu son soin du cordon?"...

- Tout ce qui restera, la neige et le froid, le parking des urgences et l'ascenseur qui n'arrive pas, l'heure de sa naissance et les rires des sage femmes qui n'avaient rien eu le temps de préparer, l'odeur de sa peau et ses yeux qui s'entrouvrent. La première tétée et les petits cheveux, les doigts fripés et les cris de chat, le pyjama rose et les larmes. Son prénom, noté quelque part.
Et le sentiment d'avoir un peu de moi au creux des bras.
-

5 déc. 2010

Nain de neige

Le nain n'aime pas la neige.
Enfin, si, il finit par aimer la neige. Après.
Mais de prime abord, le nain, il trouve que la neige c'est (au choix) : froid, nul, pourri, mouillé, froid et surtout que c'est froid.
un faux nain, bien entendu. Le vrai nain reste prostré et chouine

En plus, le nain il n'aime pas être tout engoncé dans une combi. Biiiiih.
Et oui, en ces temps hivernaux, le nain n'est pas réjoui. Et toi non plus.

Déjà, lorsque vient la première neige, tu n'as aucun équipement. Du tout. Bin non, tu ne pensais quand même pas qu'il y allait neiger si tôt. Ma bonne dame.
Alors le nain, il n'est pas paré. Du tout. D'ailleurs, le premier jour de grand froid, tu as presque honte de le déposer à la crèche/chez la nounou si peu chaudement vêtu. Tu t'excuses bien platement et tu justifies son accoutrement ridicule.
- Oui, il a mon bonnet mais c'est parce que le sien, heu, en fait, il est trop petit - rire gêné- et puis bin, ouais le manteau n'est pas très chaud mais je, heu, bin, DEMAIN il en aura un autre - rire très gêné.
Là, tu fuis et tu sais que tu vas passer ta pause déjeuner à arpenter les rayons de chez Décat'. Comme toutes les mères de famille pouilleuses et mal organisées.

Bon, si tu as un micronain, c'est fastouche hein, une bonne combi pilote (ou un sac de couchage) et l'affaire est dans le sac (c'est le cas de le dire).
Emballé le nain. Pas bouger, pas râler. Enfin si, râle, mais une bonne écharpe et on ne l'entend pas.
chez Petit Gateau, jusque 12 mois tu as même les pieds et les mains indécrochables. Et ça, crois moi, c'est le top (ça t'évite d'avoir des pieds et des mains qui traînent dans toute la maison).

En revanche, si tu as un Petit Nain (genre qui marche mais qui commence à parler - genre entre 15 mois et 3 ans), et bin là...courage. Sincèrement.
Déjà, opération "comment j'habille le nain?".
Le Mâle est partisan du "bin, je l'habille normalement".
Oui, sache le, le Mâle est frileux quand il s'agit de sa pomme, mais ne pense pas un seul instant que son nain va l'être. Il lui enfilera donc les mêmes vêtements qu'il pleuve, neige, vente, ou grêle.

Le trousseau du nain c'est TOI, ne l'oublie pas (d'ailleurs, fais le test, il ne sait même pas qu'il existe une pile bodys manches courtes et une pile bodys manches longues - tu vois? Je te l'avais dit).

Bon, alors Petit Nain, sous la neige, il faut le vêtir correctement. Un body manche longues et même avec des pattes si tu en trouves. Petit Gateau en fait des chouettes. Sinon, tu peux mettre un collant au nain, il est ridicule et ça fera des jolies photos (surtout si tu as un nain couillu et une paire de collants roses).
Ce qui est chou, ce sont des babylegs, ça donne un air de grenouille au nain. J'aime (il y en a des chouettes chez Brindilles)
regarde moi cette brochette de cuissots dodus

Ensuite, tu peux lui enfiler un tshirt à manches longues et un pull. Sur son petit popotin, un jogging fera l'affaire.
Ensuite, vient la combinaison de ski.
Si tu as une combi pilote, enfile lui. En revanche, je te suggère de vérifier auparavant que sa couche n'est pas toute pourrite. Un bébé engoncé dans sa combi qui sent fort le caca moisi n'est pas un bébé agréable. Crois moi.
Donc, Petit Nain est paré. Enfin, presque. Il te reste à lui enfiler un bonnet, des gants, une écharpe et des bottes.
Bonnet : je te conseille la cagoule. Déjà, ça donne l'air niais au nain (et hop, encore une jolie photo pour l'album de la honte - qu'on te ressortira quand tu auras 18 ans et ta première vraie copine), et en plus, ça t'évite l'écharpe.  Pour les cagoules, tu en as un peu partout maintenant, celle de chez Décat', en polaire, a tendance à tomber un peu sur les yeux du nain (ce qui agace prodigieusement le nain), celle de chez Petit Gateau est chère mais ne gratte pas. Après, tu en as chez DPAM, H&M, etc...vérifie juste qu'elle ne gratouille pas trop le menton du nain (erreur fatale).
.
bon 25 euros tout de même chez Petit Gateau. Mais elle ne gratte pas. Et ça, ça n'a pas de prix

Écharpe: si tu n'as pas opté pour la cagoule, je te conseille un tour de cou pour écharpe, un truc à enfiler plutôt qu'à nouer. Ce qui t'évitera de renouer dix fois le truc autour du cou du nain, et ce qui évitera au nain de se faire étrangler par un copain hargneux. En plus, une écharpe neigeuse est très désagréable à dénouer, sache le.

Gants : le mieux, c'est de prendre des moufles. Parce que le nain ne sait absolument pas enfiler des gants. Le pouce, passe encore. Mais alors le reste. Tu passes dix minutes accroupie aux pieds du nain (qui veut te coller des mandales) à essayer de mettre l'index dans le deuxième trou, puis dix minutes à virer le majeur du quatrième pour le remettre dans le troisième, puis tu perds encore cinq bonnes minutes à chercher le toupetit (qui est collé à l'annulaire). La vie est dure. Surtout que trente secondes après tu peux recommencer car le nain avait envie de se gratter le nez et a enlevé ses gants. Donc, moufles. Me semble que Salomon faisait même à une époque des moufles sans doigts. Une bonne paire de chaussettes quoi. Le mieux ce sont les modèles à fermeture éclair et à élastique pour accrocher autour du poignet du nain. Oui, car le nain aime jeter ses accessoires modes dans 30 cm de neige.
le mieux c'est quand elles s'ouvrent sur le côté hein, ça évite des crises...


Les bottes: Ah, les bottes.
- Bonjour, je voudrais des bottes pour nain silvouplé...
- Il ne nous reste pas grand chose Madame (il neige depuis 1 heure déjà). C'était quelle taille qu'il vous fallait ?
- Heu, du 22 (et là, tu te dis que c'est vraiment la louze de faire du 22).
- Ah, en 22 il ne me reste que celles là (rose moche avec Dora et paillettes). Et sinon c'est du 24 (le nain va flotter dans ses bottes et ça va l'énerver - non merci).
- Nan, mais c'est tout, je vais aller ailleurs.
- Et bien BON COURAGE, ahahahaha (rire sardonique).

Voilà comment tu te retrouves à acheter des bottes moches fourrées peau de mouton, taille 23 (yavait vraiment plus de 22 mais c'est moins pire que du 24), qui vont servir trois semaines. A 35 euros.
- Il aura bien chaud au moins (phrase destinée au Mâle culpabilisateur qui LUI aurait TOUT prévu si on le laissait s'en charger - mais c'est bien sûr)
- Oui, surtout s'il met EN PLUS les chaussettes à 11 euros la paire que tu lui a pris.
- Ouais, mais c'est parce que j'ai du prendre les dernières bottes et c'est du 23, donc j'ai pris des grosses chaussettes en plus (oui, je suis maligne et rusée jeune padawan).

Le nain, encombiné et déjà énervé (oui, car il est dans sa combinaison depuis 10 minutes alors qu'il fait tout de même 22° et pas - 5°) tend ses petits pieds pour que tu lui enfiles ses bottes. Re-accroupissage.
Enfilage.
- T'es au bout le nain?
- Gné? (le nain ne comprend généralement pas ce genre de question qui ne comporte ni le mot bonbon, ni faim et encore moins tracteur).
- Bon, on va se mettre debout alors.
Le nain tombe.
- Ok, bin t'étais pas au bout tu vois.

Bon choix le nain, elles sont ravissantes. Vraiment.


Les bottes sont enfoncées à coup de poing (ce qui a, au moins, le mérite de faire rire le nain).
Le nain est prêt. Il veut sortir.
Il ne reste que son frère à habiller. GULP.


Pour habiller un Grand Nain en alpiniste, rien de plus simple.
Grand Nain trouve que les accessoires neigeux sont juste le top de la coolitude. Tu n'auras donc aucun mal à lui faire enfiler une salopette de ski. Que nenni. Tu auras uniquement du mal à lui faire enlever pour manger/dormir/aller à l'école.
Et oui.
le nain vit avec sa salopette. Ce qui lui donne un air niais. En plus, il fait du bruit froissé quand il marche

Donc, pour Grand Nain, un pantalon (ou collant), un thsirt, un sous pull et un pull. Et LA salopette de ski. Le bonheur a un nom. Fourrée polaire, brillante, avec des fermetures sur le côté. Un vêtement digne d'un roi tu veux dire.
Ah, oui, n'oublie pas d'envoyer le nain aux toilettes avant d'enfiler la dite salopette. Parce que c'est tout de même pénible à enlever. Et s'il fait pipi dedans, tu vas être bonne pour la nettoyer fissa (car il voudra dormir avec le soir).

Bref, Grand Nain a mis sa salopette et son anorak (ou sa combi hein, c'est kif-kif).
Sa cagoule (évite la gratteuse comme toujours) et ses gants (là, tu peux toujours envisager les gants si ton nain est un peu doué - perso, je préfère les moufles, je suis très peu patiente).

Ah, ses bottes.
Les bottes du nain, c'est un peu comme un prolongement de lui même. Il est amoureux de ses bottes de pluie et il va tomber en amour avec ses bottes de neige, sache le.
Ici, pour cause de rupture de stock de bottes fourrées basiques, nous avons du prendre des simili moon-boots. Pas mal si le nain sait bien marcher car il peut les enfiler seul.
En revanche, ça ne maintient pas grand chose. Mais ça lui donne une dégaine de star, et ça, le nain aime.
Pour tout te dire, il va à l'école avec alors que tout est déneigé. Non, je n'ai pas honte (mais je marche loin devant en l'ignorant tout de même).
si c'est pas choupi ces moon boots de nain à 55 euros...hein?? (combien??)

Bref, Grand Nain est paré, Petit Nain (tout en sueur qui patiente dans l'entrée depuis 10 minutes) est paré. Toi même tu as enfilé un vil pantalon de ski (moulant car datant de ton avant-nain - mais il a du rétrécir avec la neige c'est pas possible autrement) et des bottes de neige immondes (en peau de phoque - le Mâle appelle ça de la peau de bite retournée, quelle classe ce Mâle).
Sur ta tête, un bonnet qui sent la cave (oui, les affaires d'hiver étaient à la cave et la cave sent le moisi). Autour de ton cou, une écharpe qui sent le Mâle (oui, le Mâle vole tes écharpes car c'est une caille qui a froid), et à tes mains, deux gants de laine (non, pas les mêmes, évidemment).
Ce sont des gants magiques censés prendre ta taille de main. Certes, certes, mais tu as les poignets à l'air (le gant magique n'est pas si magique que cela).
Gla Gla Gla.
Ne t'en fais pas, tu ne vas pas avoir le temps de cailler.

La neige est belle, les nains se jettent dehors (littéralement pour Petit Nain qui dérape avec ses bottes).

Les jeux du nain dans la neige sont simples.
Pour Petit Nain : toucher la neige (froid), manger la neige (froid- grimace), ramasser la neige (refroid) et lancer la neige (sur lui même, chouine).

Pour Grand Nain: vouloir faire à tout prix un bonhomme de neige. Avec 5cm de poudreuse. Et l'aide de Petit Nain. Et d'une pelle qui traînait là. Et de sa mère (qui nourrit depuis quelques heures déjà l'envie secrète de se cailler les miches en tapotant de la neige).

Bref, les nains veulent jouer et toi, tu veux déjà rentrer.
Petit Nain te tend les bras pour que tu le portes car il n'arrive pas très bien à marcher avec ses put** de bottes trop grandes.
Grand Nain commence à râler parce qu'il se rend compte qu'il ne sait pas faire de bonhomme de neige.
Tu lui expliques que la neige n'est pas forcément une neige à bonhomme (et qu'il n'y en a manifestement pas assez), mais cette notion est un peu trop complexe pour Grand Nain qui a en tête les fabuleux bonshommes réalisés par ses héros (et néanmoins amis) Petit Ours Brun et ce (mauvais) Tchoupi.

ndlr: d'ailleurs, après visionnage, il se trouve que c'est le PAPA de Tchoupi qui l'aide à faire un bonhomme. Ok le Mâle??
ndlr2: je ne vois pas comment des boules de pétanque peuvent servir de zyeux à un bonhomme de neige...

En plus, Grand Nain n'a même pas de carotte pour le nez (normal, elles sont dans la soupe).
Et Petit Nain trouve que ce truc blanc et froid n'a pas grand intérêt.
Tu suggères une petite marche. Gulp, mauvaise idée mais tu ne le sais pas encore.
Petit Nain se traîne, c'est dur de marcher avec ces put** de bottes.
Grand Nain est content (il ne pense plus à son bonhomme) et court devant. Il a déjà les joues écarlates.
Petit Nain veut que tu le portes, c'est trop pourri la neige.
Grand Nain est loin devant, tu hurles (et tu te fais mal à la gorge, il fait super froid).
Puis, tu proposes de casser les flaques avec les bottes (idée pire).
Les flaques sont à peine gelées, tu t'es emballée. Petit Nain a les bottes pleine de boues. Il braille.

Bon, ok. Tu suggères à Grand Nain de faire demi-tour (débâcle). Grand Nain ne veut pas, il préfère continuer à marcher.
Tu as Petit Nain dans les bras qui hurle parce que sa cagoule lui cache la moitié du visage et qu'il glisse de tes bras à cause de son anorak tout humide.
Il se débat, tu fais du chantage à Grand Nain (une sombre histoire de luge).
Grand Nain accepte de venir chercher la luge. Ouf!
Petit Nain a perdu une botte dans la bataille. Tu la trouves. Tes gants sont trempés. L'intérieur de la botte aussi.
Tant pis, tu réenfiles.
Petit Nain ne rigole plus du tout.

La luge est sortie. Le Mâle aussi (il a terminé de se préparer et trouve que la luge, c'est un peu le kiff). Oui, le Mâle est un grand enfant. D'ailleurs il t'agresse parce qu'il ne trouvait pas SES bottes (que tu avais évidemment cachées, comme toujours quand il s'agit de ses affaires).
Petit Nain a une luge de Petit Nain.
celle là est pas mal du tout, le harnais évitant la projection lointaine du nain pendant les descentes.
un modèle comme ça (qui coûte un bras, certes), c'est le top, surtout si tu comptes avoir plusieurs nains (et que tu vis dans une région où il y a pas mal de neige, c'est entendu).
Bref, Petit Nain est comme un pacha sur sa luge. Il hurle pour aller plus vite. Sioupère. Evidemment, c'est toi qui te farcis Petit Nain. Tu montes la pente. Tu sue. Tu penses à tes cuissots qui travaillent (maigre consolation).
Arrivée en haut, tu cries "1, 2, 3..." et le nain hurle "Gooooooooooooooooo".
Et tu cours comme une dératée en essayant: de ne pas tomber, de ne pas lâcher la luge du nain, de ne pas être trop ridicule (tu as un certain standing tout de même).
Pour le dernier point, c'est raté, je te rappelle que tu es ridicule avec ses bottes en peau de bite retournée.
Le nain est écarlate et heureux. Tu es crevée et en sueur. Au bout de trois descentes, tu aimerais rentrer.

Mais pas le Mâle qui fait de la vraie luge avec Grand Nain. Le pourri.
Bon, ok, il doit remonter la pente avec un traineau. Et Grand Nain sur le dos (parce que "c'est dur de marcher papa"). Mais quand même, lui il a le droit de poser son (gros) fessier sur la luge et de dévaler la pente en hurlant de joie (et non pas de peur comme son fils).
ça c'est la louze

Bref, la partie de luge avec nains, c'est bien. Enfin, surtout quand les nains sont un peu plus grands. Parce que là, même Grand Nain ne comprend pas l'intérêt d'aller très vite et de se vautrer dans la neige à l'arrivée. Il regarde le Mâle d'un air dubitatif. Et fond en larmes parce qu'il est tombé.
et oui, être propriétaire de nains, c'est ça aussi...

Bon...ok les nains, il est temps de rentrer.
Et là, tu regrettes de ne pas avoir une bonne à tout faire qui t'ôterait délicatement tes vêtements et qui te les suspendrait devant la cheminée (youhou, tu rêves ou quoi?).
Nan, pour toi c'est entrée dégueulasse (le Mâle est passé avec ses bottes trempées), manteaux en vrac, bonnets/moufles/cagoules et écharpes en boule par terre (dans les flaques d'eau encore neigeuses). Et nains gelés/trempés qui râlent.
Parce qu'ils ont faim et froid. Et envie de pipi.

Et toi, tu as encore tout ton accoutrement sur le dos. Tu déshabilles les nains et tu les envoies voir leur père (qui est déjà changé et au chaud). Puis tu ranges un peu l'entrée et tu mets les choses humides à sécher (surtout la salopette du nain, tu as retenu la leçon). Tu marches dans l'eau avec tes chaussettes, orteils humides. Tu ôtes ton pantalon moulant, désespoir.
Enfin, tu te changes et tu as un peu plus chaud.
Les nains t'accueillent avec leurs joues rougies et leurs yeux brillants.

"Mamaaaan?? On goûte et on ressort hein, c'est trop super la neige??"
" C'est ça le nain...c'est ça...tu veux pas regarder un Petit Ours Brun à la télé plutôt??"

pardon Petit Ours...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...