13 sept. 2010

En hommage à mon aphonie (ça se dit?)

Aujourd'hui, puisque je ne peux plus parler, je te propose de découvrir une très chouette collection de bouquins sans textes. Na!
Et oui, laissons le nain parler, il aime tellement ça.
Puisque j'ai passé le week-end à croasser lamentablement après mes deux rigolos, laissons la place aux images.
Ah bin oui parce qu'être aphone avec deux nains complètement allumés de la mèche, c'est coton, crois moi.
Déjà, tu ne peux pas râler. Et ça, le nain pige vite. Genre il fait rien que des conneries. Et te regarde couiner pitoyablement, une lueur de triomphe dans les yeux.
Tu as beau expliquer (en chuchotant): "Le nain, écoute moi, maman est malade, elle ne peut pas beaucoup parler et encore moins crier. Alors il va falloir être gentil et ne pas faire crier maman. Ok le nain?".
Cause toujours tu m'intéresses.
Le nain, quand il sait que tu ne peux pas crier, il fait semblant de ne pas entendre les injonctions que tu peux lui adresser.
- Le nain??? Tu voudrais bien rentrer, c'est l'heure du bain...
Et le nain continue de faire vroum vroum dans le bac à sable, l'air de rien.
- Le nain??? Youhou!!
Nan, entend rien le nain.
- Bon, c'est dommage, après le bain, j'avais prévu de te mettre le dividi de Pierréleloup.
- Pierréleloup??? Maman? Je peux regarder Pierréleloup??
Ok, il se fout bien de ma gueule.

En bref, sache le, il n'y a rien de plus chiant que d'être aphone et propriétaire de nain désobéissants. Ils te passent devant l'air hautain, et ne t'épargnent aucune humiliation, du genre chanter la chanson douce du soir DEUX FOIS. Pourriture de nain va!

Bon, je m'égare là, mais crois moi, pour ma petite personne qui passe ses journées à blablater, ne pas pouvoir en placer une, c'est très frustrant.
Les livres ci dessous sont donc très bien pour ta pomme en période d'aphonie car ils ne nécessitent pas de lecture à voix haute. Les voilà:
t'as vu, ya un camion poubelle. Le nain va kiffer, c'est certain
là ya le bonhomme de neige en élément appâteur de nain. Et l'hélico
observe le nettoyeur de rue, au fond...

là, ya un camion de pompier...

Comme tu es fort malin, cher public, tu as pu te rendre compte qu'il y avait là toutes les saisons.
En bonus track, tu as même celui là :
tu vois le nain, c'est la nuit, c'est quand on fait DODO (tous les moyens sont bons)

Ces livres, déjà, tu ne le vois pas, mais sont de grands livres. Prenez vos double-décimètres et tracez moi un rectangle de 26cm sur 34m. Youhou, le nain adore, il se sent important parce que le livre est plus grand que lui (enfin, pas vraiment, mais bon). En plus le livre est cartoné. Il peut donc être trimballé, trituré, mâchouillé (dans la limite du raisonnable) et jeté à la tronche de son frère.
Le principe est simple, si si, même ton nain va comprendre.
On retrouve dans ces livres les mêmes lieux, les mêmes personnages, les mêmes animaux (et ça, tu sais à quel point c'est important pour le nain) mais à des saisons différentes (et même la nuit pour toi qui suit, public intelligent).
En douze pages, le nain va pouvoir suivre la voiture de police, les pompiers, le camion poubelle, le petit chat, l'âne, des petits nains comme lui, etc...
Et à chaque saison, les lieux restent mais le décor se modifie.
Je ne te ferais pas l'affront de te dire qu'en hiver tout est couvert de neige....


En gros, les pages ressemblent à ça:
oulàlàlà, ya même des éoliennes pour toi, petit nain écolo
En gros, le nain observe. Beaucoup. Et longtemps. Si, crois moi, tu vas être tranquille.
Surtout que Mme Rotraut Susanne BERNER (l'auteur de ces chouettes bouquins), allemande et fort sympathique, a su mettre dans ses dessins énormément d'éléments appâteurs de nains.
Par exemple, tu trouveras avion, montgolfière, tracteurs, voitures (évidemment), camion poubelle, vélo, chat, chien, vaches, ânes, cochons, mais aussi des nains, des glaces, des manèges et j'en passe.
En fait, la vie du nain quoi.

Je suis tombée sur ces livres lors de mon séjour en Allémanie (remember les bouchons?) et j'ai donc fait ma pure wondermaman bobo en achetant les livres en allemand. Ce qui, tu en conviendras, ne change pas grand chose. Mis à part qu'il y a écrit Polizei sur la voiture de Police.
Et, bien évidemment, en tapotant sur Gougeul, j'ai découvert qu'ils existaient en France. Elle est pas belle la vie?
Donc, voilou, for you public, un bel achat à faire. Evidemment, n'achète pas forcément les quatre. Mais deux me semblent pas mal car le nain aime à comparer.

Je tiens tout de même à préciser aux parents qui craquent nerveusement quant à l'emploi excessif du mot "pourquoiiiiiiiiiiiiiiii???" par le nain, que ce livre n'arrangera pas les choses. Loin de là.
- Pourquoi le camion poubelle il avance? Pour ramasser les poubelles.
- Pourquoi il ramasse? Pour que la rue soit propre.
- Pourquoi elle est propre la rue? Parce que sinon c'est sale.
SIC

En clair, il y a mille détails à observer et donc, mille questions à poser. Mais rien ne t'empêche de jeter le livre dans la chambre du nain et de fermer la porte.
Ou de l'offrir à un parent de nain (un ami à qui tu veux du bien).
Je trouve cela dit que ce genre de livre est vraiment chouette, il n'y en a pas des tonnes comme ça et ça fait du bien au nain de fermer un peu sa petite bouche de nain et d'ouvrir grand les yeux.

10 sept. 2010

To be a « nain » or to be a « naine » ! by Virginie

Cher public, comme tu le sais, je suis juste sympa. Alors quand une adorabeul maman me demande si elle peut publier un artikeul sur mon blog, je dis voui.
Bin voui. Et pas parce que je ne suis rien qu'une vieille feignasse qui n'avait pas écrit d'artikeul pour ce wikend, nan, que nenni. Juste parce que je suis sympa. C'est tout moi ça.
Alors aujourd'hui, c'est Virginie qui te cause, c'est pas moi, et elle va te parler du seske du nain. Moi aussi je te parlerai de seske bientôt, mais pas du même (tu me suis là??? héhéhéhé coquine va!).
Bon, trêve de plaisanterie, je te laisse en excellente compagnie. Pour ma part, je m'en vais détourner des couvertures de Tchoupi, cherche pas c'est mon nouveau trip.


"Tout d’abord petite présentation, je suis Virginie maman de deux démoniaques adorables petites naines. Je vais vous compter ici quelques anecdotes sur la fameuse question « nain ou naine ?» ….
Pour bien comprendre, une vision de l’arbre généalogique s’impose.
De mon cote, une lignée de filles, mamie a eu deux filles qui ont-elles mêmes eu deux filles.
Du cote de mon « georges » (et oui mesdames ne soyez pas jalouses, si moi je suis loin d’être une wondermaman, mon male a moi est un wonderpapa, attention pas un wondermari… de ce cote la y a encore des efforts a faire, faut pas pousser non plus…), je reprends, du cote de mon « georges » (a moi rien qu’a moi, pas touche !!) sa chère mamie a eu 4 garçons et 4 petits fils (e t deux petites filles ). N’oublions pas de préciser car c’est très important que ses grands parents sont des purs « terriens » , ils aiment et vénèrent la campagne profonde et sont en général très aimables et gentils.
Le contexte étant pose, commençons le récit …
Il était une fois dans un royaume fort fort lointain .. euh je m’égare un peu la …

Soit, a ma 1° grossesse :
J’étais persuadée des les premiers jours d’attendre une naine, je ne sais pas pourquoi, certains diront que c’est de la chimie d’autres que c’est tout simplement une reproduction du schéma familial (du a la lignée de filles si vous avez suivi ;-) D’ailleurs je pensais en mon fort intérieur que mon « georges » était un papa a fille, et de toute façon on avait en tête depuis pas mal de temps un prénom de naine et impossible de trouver un prénom de nain sur lequel on soit d’accord …
Bien entendu nous n’avons parle a personnes de ce ressenti …………………. jusqu'à …….
Quelques semaines après l’annonce de la grossesse (avant l’écho morpho) une certaine pression de l’entourage familial est arrive, mon beau papa, la belle mamie et le beau papi me chatouillaient mon bidon en murmurant gentiment des phrases du genre « alors le p’tit fils ca va ? » « Grandit bien p’tit gars faudra devenir gd et fort » … au début gentiment, je leur répondais qu’on ne savait pas encore si c’était un nain ou une naine mais après plusieurs remarques j’ai fini par vociférer que c’était une naine et puis c’est tout !!! (Bien sur mon georges modérait mes paroles en précisant que rien n’était encore sur !)
Et puis vint enfin l’écho morpho, sans aucune surprise nous avons bien vu l’appareil reproducteur de notre douce infernale petite princesse diablesse (petit aparté : un adage dit que l’on n’est sur que pour un garçon mais je peux vous dire que la vue qu’on avait sous les yeux lors de l’écho ne faisait aucun doute). Victorieux, on décide de passer la soirée à téléphoner (avec haut parleur) pour annoncer la grande nouvelle (petit rire sardonique en prime).
J’ai voulu commencer par mes parents (et ma sœurette adorée) car j’étais un peu (tout petit peu) déçue pour mon papa qui a toujours rêvé de jouer au rugby avec son fils ou petit fils … mais non il était super content « au moins je sais y faire avec les filles », adorable mon papounet. Et le coup de fil a la belle famille, ma belle mère contente, mon beau père qui grommelait par derrière mais rien de plus flagrant.
Le bouquet final arriva avec beau papi et belle mamie, ce fut très court mais intense :
Mon georges : « allo papi ? ca va ? on vient du médecin, on sait ce que c’est… »
Beau papi : « alors ? »
Mon georges : « c’est une fille et tout va bien »
Beau papi : « ….. »
Mon georges : « papi ? »
Beau papi au loin: « Chérie, c’est « georges », il dit que c’est une fille ! »
Belle mamie : « passe moi le combine, allo georges ? »
Mon georges : « oui mamie »
Belle mamie (d’un ton désolé): « ce n’est pas grave mon petit, tu REUSSIRAS la prochaine fois ! »
C’est la que mon cher et tendre, me voyant me décomposer raccroche.

Je n’en croyais pas mes oreilles, la chair de ma chair était un essai raté, j’étais moi-même une ratée … c’était le pompon (enfin je le croyais). En tant que ex féministe rien ne pouvait plus me blesser …bien sur mon georges me rassura, justifia sa mamie par sa fierté des 4 fils etc.. etc.. a la campagne la filiation est primordiale etc.. etc… Je ne pensais pas que ce genre de réaction était encore possible de nos jours … Simone (Veil pour les moins érudits) mais que fais tu ??
Une fois calmée, je me reconcentrais sur mon bidon (activité principale des femmes enceintes) et je ne pensais plus qu’a ma naine et a la fierté de l’avoir avec moi.
Vers 8 mois de grossesse, on organise une crémaillère dans notre nouvelle maison et on invite forcement « toute » la famille. Pour info ma belle sœur vient d’accoucher de son deuxième, un petit nain. Le repas se passe très bien, et puis le belle mamie me prend a parti, elle regarde mon ventre et me dit que c’est sur il y en a deux dedans .
« non belle mamie sur l’écho de la semaine dernière je peux vous assurer qu’il n’y avait que la naine.. »
« non moi je te dis qu’il y en a deux, c’est pas possible vu ton ventre  et un nain doit se cacher, tous ces docteurs ils se trompent , ils y connaissent rien …. »
Ben voyons ??? la je me dis restons calme et je m’éloigne .
Quelques minutes plus tard elle revient a la charge,
« tu as vu S. (ma belle sœur) elle a eu un nain , c’est bien ce quelle a fait pour la famille de son male, ils doivent être aux anges d’avoir un petit nain  »
non mais elle va me lâcher oui …. ,
« mais ne t’inquiètes pas tu nous feras un p’tit nain la prochaine fois »
non mais qui c’est qui s’inquiète, pas moi en tout cas. La me vient une envie soudaine de n’avoir que des naines dans ma vie de maman (j’ai rien contre les nains on est bien d’accord hein ??? pas de polémique… c’est la situation qui a fait ca …) et je luis dis gentiment avec le sourire en montrant les crocs,
« oui mais moi j’ai une sœur, ma mère n’a eu que des filles, ma mamie aussi d’ailleurs ….. »
gros blanc…
la tête de la belle mamie prend un air triste et désolé. « et oui parfois ca arrive !!! »
Je me suis vue l’attraper et la jeter le plus loin possible (a la tex avery !!) mais non self control oblige j’ai prétexté une envie pressente et je ne l’ai plus approchée de la journée.

2° grossesse (1 an plus tard) :
Encore une fois un gros pressentiment (ou envie de faire iech la belle famille) pour une naine, idem seuls des prénoms de naine nous plaisent, mon georges me dit que ca serait plus pratique d’avoir une deuxième naine etc…
Cette fois la j’étais moins hypocrite gentille (essayez de rester zen avec une naine de un an et un gros bidon qui pousse et des nausées qui ne passent pas..), des qu’on parlait du « genre » du bébé j’étais catégorique, de toute façon c’est une fille, pas de discussion possible. Mon beau papa me chambrait en me disant que je me trompais, rien à fiche, je suis la maman je me trompe pas ! (bon en mon fort intérieur je vous avoue que je balisais un peu a l’idée de me ridiculiser). Beau papi et belle mamie on ne les a pas vu de toute la grossesse (une fois pas deux !) et gygy nous a montre ce qu’il faut très rapidement cette fois, il avait l’air presse lui aussi de savoir (c’est un papa a filles qui était étonné de voir ma détermination à dire que c’était une fille). Et hop, beau papa je te cloue le bec !!
Comme vous l’aurez compris pas d’anecdote sur cette grossesse car j’ai voulu m’éloigner de tout ca …
Par contre après la naissance, on a eu droit de suite a « a quand le 3° pour le p’tit nain ? » GRRRRRR

Epilogue : ma belle maman, que j’adore, est, je crois, une féministe (si vous avez bien compris c’est elle qui a élevé mon wonderpapa, et des males qui apprennent tout jeune a repasser, faire la vaisselle, passer le balai, changer une couche etc… y en a pas tant que ca .. au moins mon georges et son petit frerot) pour moi c’est la meilleur façon de faire progresser l’égalité, s’attaquer a la source. Bref, elle ne m’a jamais rien dit sur le « genre » de mes naines, plutôt heureuse de « cumuler » les petits nains de la famille ! Mais, hélas, quelques mois plus tard, pour noël, m’attendait un cadeau des plus étranges, un livre qui ressemblait a ca :


Et oui même elle n’a pas pu s’en empêcher, en me disant « on ne sait jamais ca pourrait t’aider » .

NB : ceci n’est pas une apologie pour les naines, soyons bien d’accord, je suis sure que la même pression existe quand il n’y a que des nains dans la tribu !! ca dépend des familles…"

9 sept. 2010

Livre pour petit nain

Je ne sais pas toi, mais personnellement, je rigole toujours quand je vois les âges conseillés sur les boîtes de jeux pour nains. Genre, dès zéro an. 0+ même qu'ils écrivent.
Ils se foutent de nous, je crois bien. Mytho fisher price, mytho...

Et oui, parce que je ne connais pas vraiment tes nains, mais les miens, à 1 mois, ils n'étaient pas capables d'agiter un zoli hochet. Ni d'écouter la douce mélopée entêtante du mobile. Ni de mordiller leur anneau de dentition passé au frigo. Rindutout les nains. Tout mous, tout petits, tout nuls.
Alors quand c'est ton premier nain, tu culpabilises. Bin voui, tu trouves qu'il est pourri le nain. Il ne sait rien faire. Rien du tout.

Alors les bouquins, je te raconte pas, c'est pire que tout.
Si tu veux, les tout premiers livres genre celui là en dessous, ils disent "à partir de 6 mois".

tu peux l'acheter, celui là, il est doublement validé par les nains

Pour premier nain, moi qui espérait (encore) être une wondermaman avec un wondernain super en avance et très évolué, et bin je lui ai lu dès 3 mois. Je suis ouf.
Bon, 3 mois, le nain il voulait même pas le regarder le livre, il ne voulait rien faire que de le toucher de loin avec ses yeux de taupe. Ok, je remballe, manifestement le nain n'est pas si précoce.
Mais à 6 mois, mon ami, rien de plus. Le nain voulait juste le bouffer le livre tout doux. Y planter ses gencives irritées pleines de Dolodent.
Bon, ok, le nain n'est pas en avance.
A 9 mois, je retente. Le nain se marre quand j'appuie sur le cochon et que ça fait pouet-pouet mais à côté de ça, il n'en n'a rien à fout' et préfère ramper sur le parquet à la recherche de mouton de poussière.
Ok, là, le nain est en retard, je m'affole.
A 12 mois, le nain commence à tourner les pages mais trouve que le lancer de bouquin est un sport beaucoup plus excitant que la lecture. Surtout quand sa niaise de mère va le chercher "c'est la dernière fois le nain". Mais oué, t'as raison, allez retournes-y.

J'en conclus donc que mon nain est tanalphabète.
Et puis finalement, à 18 mois, mon nain me montre le mouton au dos du livre- je veux dire, le nain me colle le mouton sur les yeux pour que je voie bien- et me crie "Bêêêêêêê".
Et là, je me dis bon, le nain est juste trop malin (trop fûté, trop clever quoi) et si je tiens le con qui a écrit "à partir de 6 mois sur l'emballage", je lui fait bouffer la vache, le pouet-pouet du cochon et les brins de laine qui composent la crinière du cheval (page 3 pour ceux qui ont l'ouvrage à la maison).

Si je te raconte tout cela, cher public dubitatif, c'est parce que je viens vers toi pour te faire découvrir une série de bouquin pour petit nain. Attention, je ne dis pas que ton nain de 6 mois va s'installer tranquillou dans son transat pour bouquiner sur la terrasse en sirotant un petit Gallia-citron (rondelle ou sirop?), non, mais tout de même, je pense qu'à partir de 9-10 mois, les bouquins que je vais te présenter peuvent l'intéresser. Un peu, j'ai dit. Vers 12 mois il devrait même commencer à comprendre comment ça marche.

Pour moi, l'âge auquel le nain de base commence à vraiment s'intéresser aux livres, c'est 15 mois. Avant, il prend le bouquin, le grignote, le balance, tourne 3 pages, le rebalance et va jouer à faire vroum vroum.
Bien entendu, je ne parle pas ici du délicieux Charles-Edouard de wondermaman qui, comme de bien entendu, a commencé à tenir son livre à l'endroit à 7 mois (c'était Blanche Neige et les 7 nains, va savoir) et à lire vers 2 ans (grâce à la méthode Bosher adaptée au wondernains).

La collection trop meugnonne et vraiment sympa, validée par mon nain, c'est celle là:

déjà, ya du camion de pompier, pinpon, cherche pas, le nain kiffe
Alors, là, comme tu as pu le remarquer, public attentif, il s'agit du volume sur les jouets. Je dis volume mais le bouquin ne compte que 6 pages.
Le principe de ces six pages est de présenter six choses, ici des jouets, et de faire entendre un son associé. Exemple, dans ce bouquin, tu as Sophie la girafe (bin oui, je te rappelle que le titre c'est "jouets") et si tu appuies sur un petit bouton, bin t'as le bruit de Sophie la Girafe (bon, en gros, t'emballe pas, ça couine seulement).

ça a l'air tout couillon mais crois moi, le nain kiffe.
Par exemple, mon nain est carrément fan de celui là:

trop choupi le matou
 Alors tu as le chat, le chien, le lapin (qui fait un bruit de croquage de carotte, cherche pas), le cochon dingue (mon préféré), le poney, le canari (bon, le nain persiste à dire que c'est un canard, ne le contredisons pas). Sur chaque page, une jolie illustration de Marion Billet, et puis un petit bouton sur lequel le nain vient poser son joli doigt boudiné. On ne s'en lasse pas.
Enfin un peu. Mais le nain est tellement content de se trimballer son livre qui fait Miaoooooow...


le bruit du cochon est assez mémorable, j'avoue. Le mâle et toi pouvez le réécouter seuls le soir. Si, c'est drôle.

au moins ça t'évite de te ridiculiser en imitant l'éléphant pour faire plaisir au nain
Voilà donc une jolie collec' pour petit nain. Alors oui, effectivement, je l'avoue, il n'y a pas de grande histoire à sioupère morale spéciale nain. Genre "il faut aller se coucher", "il ne faut pas faire de colère", "il faut aimer son frère".
Mais sincèrement, petit nain, de toute façon, il pige pas grand chose à la morale hollywoodienne de Tchoupi et autres consorts. Écouter le cri de l'écureuil, en revanche, lui procure un plaisir fou. Et ça, ça n'a pas de prix.

Et toi, tu es ravie de pouvoir, dès le lendemain, imiter le cri du cochon dingue à la machine à café.
Quel boute-en-train fais tu!

7 sept. 2010

Le nain est poli. Merde alors.

Cher public bien aimé, en ce jour de grève de ces feignasses de profs (j'en suis, j'en suis), je te suggère de revenir avec moi sur les fondements même de l'éducation, que dis-je, de l'élevage, de ton nain.

Et oui, tu n'es pas sans savoir que le nain, même s'il n'est pour le moment qu'une délicate petite chose bavante dans son transat, aura un jour à affronter la vie, la vraie. Et oui, sache le, jeune mère protectrice, bientôt ton nain devra être montré en société. Tu devras lui ôter ce pyjama bouloché et moucheté de régurgitis en tout genre. Tu devras le passer au jet et à la Spontex pour ôter les crottes de nez étalées sur ses joues. Tu devras lui enfiler un joli costume de nain, des jolies chaussures taille 19 à 70 euros (qu'il ne mettra que 3 semaines). Tu devras le parer de ses plus beaux atours. Et pour terminer, tu devras le montrer au Monde et ainsi t'exposer à la critique facile. A la remarque perfide, au commentaire pernicieux.

Pour t'éviter cela, je te propose aujourd'hui de revoir les règles de base de la politesse du nain. Car comme dirait ce cher Oscar Wilde (je traduis pour toi car tu n'es pas, comme moi absolutely bilingous):
"La seule chose que la politesse peut nous faire perdre c'est, de temps en temps, un siège dans un autobus bondé"

Puisqu'avec le nain, de toute façon, tu n'as pas le droit de rentrer dans le bus (à moins de vouloir ressortir sous les quolibets et sous les huées d'une foule passablement énervée par le nain -braillard/poseur de questions/odorant/juste chiant), la politesse ne te coûte rien. Autant donc se pavaner avec un nain bien élevé, au moins, ça flatte l'égo et notre côté wondermaman. Enfin, normalement.

Je te prie de trouver donc ci dessous, public poli et discipliné, une liste non exhaustive de situations qui imposent à ton nain une certaine maîtrise de la politesse. Autant que possible.

1. Le nain rencontre autrui

1.1. Salutation le nain

Et oui, le nain est amené à rencontrer d'autres visages que les merveilleux faciès de ses divins (et modestes) parents. Il faut donc lui apprendre à saluer.
La base d'un salut est donc le "Bonjour". Qui peut devenir un "salut" si on connaît bien la personne, ou d'un "coucou". Le nain qui dit "coucou" est généralement béatifié, parce que, je cite, "c'est troooop meugnon, vous avez vu, il m'a dit coucou".
Rassure toi, en règle générale le nain dit "bonjour" assez facilement, il lève parfois même sa mimine pour accentuer la salutation (il est assez fan du bonjour façon "Queen of England").
En cas de grande fatigue, le nain peut également se laisser aller à des salutations plus, comment dirais-je, déplacées. Qui peuvent faire rire. Ou pas.
J'ai noté chez mon nain quelques saluts assez comiques (j'ai beaucoup-trop-d'humour?):
- salut les gosses !!! (à des invités qui arrivaient chez nous - heureusement de bons amis)
- salut les poulets ! (à la crèche - vu le niveau sonore, je prie secrétement le dieu Quiès pour que le mot "poulet" soit passé inaperçu - et encore il n'a pas dit poulettes).
- salut caca boudin (à des gens croisés lors d'une promenade - le nain était fatigué, ça n'excuse pas tout mais bon...).

Le bonjour est important et le nain y vient d'autant plus facilement si tu es toi même respectueuse de cette formule de politesse. Que ça soit à l'école, à la crèche, à la boulangerie, et même chez Zadig et Voltaire (où tu sais pertinemment que personne ne te répondra vu tes kilos en trop et ton sacàmain has been).
Le nain aime à répéter, donc n'oublie pas, toi même, de saluer et de lui signaler qu'il doit le faire.
Idem pour le "au revoir" qui peut se décliner en "Tchaaoooo", en "Tchô" (si ton nain est Titeuf) ou en "Bye Bye" (mon nain dit byebye et il devient, encore une fois, meugon -il m'a dit byebye!!!).
N'en rajoute pas non plus dans la politesse excessive. Sauf chez Zadig et Voltaire d'où tu peux partir en criant "Mille mercis pour votre accueil chaleureux et excellente fin de journée à vous mesdemoiselles!".

Ah, si, tant que je suis dans les formules de bonjour/au revoir, je tiens à préciser une chose sur les bisous. Personnellement, je ne force pas le nain à faire des bisous. Ni à l'instit' le matin, ni aux gens qui réclament. Parce que, bon, un bisou de nain c'est sacré (qui a dit c'est dégueu?? oui, aussi).
Le nain peut dire bonjour ou au revoir avec un signe de la main, il n'est pas obligé d'embrasser tout le monde. Surtout qu'il bave et que certain(e)s piquent.

1.2 "Qu'est ce qu'on diiiiiiit???"


Et oui le nain, on dit Merci et Silteplé. Nan mais oh.
" Je n'ai pas entendu le mot magique?"
" Je n'ai rien entendu là le nain?"
" Merci qui???"
" On dit: Ze veux regadé télé Silteplé maman"
" DE RIEN LE NAIN"

Le merci et le silteplé, c'est tout pareil. Si tu le dis, le nain le dira.
Et ça, très tôt. Evidemment ça sera plutôt du "Assi" pour merci et du "pipeuplé" pour silteplé. Mais c'est le minimum. En revanche, pas de panique, le nain n'y pense quasiment jamais, sauf quand il s'agit de regarder un huitième épisode de Sam-Sam ou de Tracteur-Tom.

Mais toi, n'oublie pas de lui dire merci.
Exemple :
"Le nain, peux tu me donner ce livre là qui traîne s'il te plaît? (j'ai trop la flemme de me baisser pour le ramasser)
"Merci le nain, mais ça c'est une pièce de ton puzzle Oui Oui" (trop bigleux le nain).
Dans cet exemple, tout le monde aura appris quelque chose. Le nain aura remarqué que tu as employé les "mots magiques" (hého, on n'est pas chez Harry Potter ici) et tu auras noté qu'on ne peut rien demander au nain, il ne pige pas, autant faire soi même (je te conseille tout de même de t'obstiner dans cet apprentissage qui peut être utile lors d'une panne de PQ aux toilettes - car le nain peut, même petit, aller te chercher du sopalin/des mouchoirs).

A toi, ensuite, de trouver des formules de remerciement qui te conviennent telles que:
"On dit : s'il te plaît papa chéri" (ça, c'est le mâle qui aime à avoir l'égo flatté, tu l'auras reconnu)
ou bien "merci maman que j'aime" (ça, ce n'est ab-so-lu-ment pas moi).

1.3 Le nain est de sortie

Que ce soit chez des amis, en courses, chez le médecin ou tout simplement chez Mamie (tolérante et "faut bien qu'ils vivent ces nains"), le nain doit respecter un minimum de règles de savoir vivre.

Et oui, même s'il y a des choses qu'on a le droit de faire àmaméson, on ne les fait pas forcément chez les autres. Surtout si on veut pouvoir y revenir.

Exemple: le nain a le droit de monter debout (en chaussettes, je te rassure public maniaque zé méticuleux) sur les accoudoirs du canapé pour se jeter dans les coussins en poussant des cris de castor heureux (pour ceux qui reconnaissent là mon éducation sans failles...). Et bien, lorsque tu arrives chez des invités qui disposent d'un somptueux canapé Roche Bobois en croûte de cuir de chameau cramoisi lustré à la main par des artisans berbères, je te suggère de choper rapidement ton nain par la peau des fesses et de lui expliquer que chez Charles-Edmond et Marie-Charlotte (parce que tu admettras qu'il n'y a qu'eux susceptible de mettre autant de flouze dans un canapé) on ne SAUTE pas sur le canapé. D'ailleurs on n'y monte pas non plus. On s'en éloigne même. Tout compte fait, on va peut être laisser le nain dans le sas, au moins il ne risquera pas de crotter l'intérieur.

Exemple 2: en courses. Expliquer au nain que la caissière n'est pas notre amie. Même si elle est très gentille. Donc, on ne lui dit pas "salut poulette" et on n'essaie pas de passer sous la caisse pour aller lui chatouiller les pieds. De la même façon, on ne dit pas "laisse moi tranquille" à la gentille vendeuse de chez Zadig et Voltaire qui vient nous demander d'écarter notre poussette du portant des pulls en cachemire si on a besoin d'un conseil.

En bref, il y a quelques menues règles qui diffèrent selon les lieux et les personnes et le nain, petit à petit, va saisir toutes les nuances. Encore une fois, à toi de lui apprendre les menues choses qui font le savoir-vivre. On laisse sa place aux personnes moins vaillantes dans le bus. On laisse passer les femmes enceintes à la caisse (et si c'est moi, on peut aussi lui payer ses courses lui dire à quel point cette grossesse lui va bien). N'oublie pas de lui expliquer pourquoi on fait tout ça sinon il risque de détester les vieux et les femmes enceintes qui grillent tout le monde, tout le temps.
Le respect, ça s'apprend. Et oué.

Il lui faudra du temps à ce jeune padawan pour se souvenir de tout ça, et il y aura des ratés. Je compte sur toi pour rattraper ses impairs. Généralement un grand sourire sauve. Sauf quand le nain profère un gros mot. Vilain le nain.

1.4. Caca boudin et autres gros mots

Nous sommes d'accord, cher public, Caca boudin n'est pas à proprement parler un gros mot.
En tout cas on est bien loin des "avance connard" ou des "putain, fait chier, merde".
Mais crois moi, lorsque le nain commencera à remplacer les trois-quarts de ses mots par caca boudin, tu n'auras pas d'autre choix que de décréter qu'il fait partie de la liste des-mots-que-je-ne-veux-pas-entendre.
Et oui, le caca boudin est, je pense, mon ennemi le plus tenace, le plus résistant, le plus valeureux. Un adversaire que je respecte car il est drôle, et, lorsqu'il est placé avec esprit, il peut engendrer moults fous rires.

Exemple: il est 6h45 (à cette heure ci, me diras-tu, rien n'est particulièrement drôle), tu vas réveiller le nain. Tendrement.
- Bonjour mon nain, il est l'heure de se réveiller (voix douce et tendre de maman qui vient de trouver que son nain ensommeillé est juste magnifique).
- Bonjour caca boudin (voix claire et fière). Tu te retiens de rire car tu sais que la journée va être longue.

Pour les gros mots, pas de solution exceptionnelle si ce n'est limiter toi même. Et oui, à force de t'entendre dire put** à chaque fin de phrase, le nain finit par faire pareil.
A force de t'entendre grommeler "pétasse va!" quand tu sors de chez Zadig et Voltaire, tu prends le risque que le nain salue les vendeuses par ce doux qualificatif lors de ta prochaine visite.
Si tu dis "merde" à chaque fois que tu te cognes le petit doigt de pied dans le pied de la table à langer, tu as tout mon respect parce que moi je hurle "put** de ta mère, salope" en me sautant à cloche-pied sur tout l'étage pendant 10 minutes.

En clair, pour les gros mots, tu précises que ce sont des mots de grands, que les nains n'ont pas à les prononcer. Et que d'ailleurs, les grands les prononcent sans le vouloir, dans des situations particulières. Expliquer au nain pourquoi on a dit "pauv' nase" au mâle qui a fait une remarque désobligeante sur notre gratin de macaronis lui permet de comprendre notre état d'énervement et donc notre laisser aller verbal.
De la même manière, expliquer au nain pourquoi on a dit "ta gueule menteuse" à la balance lui permet de comprendre que...que quoi d'ailleurs? Qu'on est juste tapée et cinglée. Mais ça, m'est d'avis qu'il s'en doute.

2. Le nain: icône du savoir vivre

2.1 Bruits disgracieux et (légèrement) dégueulasses

Au risque de choquer les âmes sensibles et bienséantes, je me permets un (court) paragraphe sur le laisser-aller qui caractérise (bien souvent) le nain.
Tu l'auras remarqué, le nain, surtout petit, n'a aucune retenue. Il pète et rote sans vergogne (et sans pudeur).
Avant 1 an, il n'est pas possible de lui faire comprendre à quel point faire un énorme prout puant dans le métro est discourtois, certes, mais tu peux toutefois lui apprendre à dire "pardon" s'il pourri un lieu public.
De manière générale, le nain qui rote et qui pète, même si ça fait hurler de rire ses congénères, s'excuse. Si, bien entendu, tu le lui a appris.
D'ailleurs, rien de plus drôle pour un nain, ou pour un duo comique de nain, que de roter et de dire "Pardon" (en s'étranglant de rire) dix ou vingt fois d'affilée.
Un humour que toi, mâle, tu peux comprendre mais que nous, délicates dames, gracieuses créatures, nous avons du mal à tolérer.

Je te suggère donc de préciser au nain que les bruits disgracieux et les odeurs de pourrimoisi sont excusables. Mais, pitié, pas dans la voiture par -15°C (ou +35°C), ni dans le métro, dans le bus, ou tout endroit confiné d'où tu serais dégagée manu militari.

2.2 A table avec Nadine de Rotshild

Je ne sais pas toi mais moi, mon nain, je ne songe même pas à l'emmener dans un resto. Mouarf. Tu me diras, on nous offrirait peut être le repas (pour qu'on parte plus vite).
Le nain, à table, ce n'est pas évident.
Petit déjà, tu es tellement stressée à l'idée que "le nain ne mange pas" que tu passes sur tout.
A belle maman qui suggère que "la table n'est peut être pas le lieu pour un poney en plastique" (que le nain trempe dans la purée) tu réponds " que le nain donne à manger au poney et qu'au moins, pendant ce temps là, TOI, tu peux lui enfourner le mélange dans le bec".
De la même façon, tu laisses le nain piocher dans les Pipe Rigate à mains nues ("au moins il mange"), étaler la Mousline sur la table pour faire " la route des trains" (sauf wondermaman qui a concocté une purée maison avé des patates BIO et de la noix de muscade - vous m'en direz des nouvelles).

Alors, vas-y, lorsque le nain passe les croizan (trois ans en langage nain) pour que Môssieur daigne tenir mini-fourchette de manière correcte. Et encore, il sait très bien tenir la mini-fourchette d'une main et piocher dans son plat avec l'autre main. Le fourbe.
La solution?? Inviter wondermaman et la laisser gérer le nain à table?
Plus sérieusement, je te suggère de la patience, un bon bavoir (sont très couvrants ceux de chez Mikéa et se lavent vite), de la patience (je l'ai déjà dit), un lot d'éponges Spontex, et une ribambelle d'encouragements.
"Olàlàlàlàlà... mais qu'est ce que tu manges biiiiiien le nain!!"
"T'as vu Petit Nain comme Grand Nain mange bien??? Bientôt tu mangeras comme lui" (à dire d'un air affirmatif et sûr de soi au petit nain maculé d'épinards qui regarde son grand frère d'un air respectueux).
préfère donc les Farfalles

En clair, encourager le nain est gage de réussite et d'application. Et oui, le nain aime à être flatté.
Il te faudra cependant rester souple sur certaines choses comme le mangeage de frites avec les doigts, le droit de laisser si le nain n'a plus faim, le droit de vouloir un bout de camembert puant (mais néanmoins délicieux) après le yaourt à la fraise.
Et d'insister sur certaines choses qui te semblent essentielles, genre, "on goûte, si on n'aime pas, on ne mange pas, mais on goûte" et "on ne met pas ses pieds sur la table", "ni ses doudous d'ailleurs" (et encore moins son tractopelle).

Ah, et évite riz et semoule. A moins d'avoir un Dyson.

2.3 Bonus track

Comme tu le sais, je ne suis rien qu'une feignasse de prof' qui aime à lire des ouvrages de littérature de jeunesse à ses nains. J'ai donc opéré pour toi, public peu enclin à la farfouille Fnaceuse, une sélection de bonbouquins qui causent de la politesse.
Et oui, on ne se refait pas.

Alors, mon préféré n'est pas, à proprement parler pour le nain. Tout du moins pas pour le petit nain.
Il s'agit de ce très chouette livre:
rien que le titre j'achète
 Dans cet ouvrage, Jean Louis Fournier rappelle, avec beaucoup d'humour, quelques règles élémentaires de politesse. Je me permets de citer certaines règles, ça va te plaire, tu vas voir.
- "Attention : quand un contrôleur vous demande votre ticket, ne soupirez pas en disant : "La confiance règne !"
-"Ne vous croyez pas obligé, comme Jésus, de dire merci à celui qui vous a donné une gifle, à moins, comme lui, d'en vouloir une autre."

Cet ouvrage avait été adapté en petit format sur La cinquième avec Catherine Frot. Un régal.

Viennent ensuite quelques ouvrages étiquetés nains que tu pourras savourer au gré de tes envies:

le nain aime à fourrer son doigt dodu à la recherche de nourriture visqueuse

la petite princesse à table, un régal


on ne présente plus Caca boudin

c'est crado, le nain se régale
assez plaisant finalement

Et après, comme de bien entendu, viennent les livres plus...comment dire....heu....enfin tu vois quoi

un peu niais mais efficace
l'habituel. cartonné pour être dévoré par le nain

Mais en doutais tu???

moué, tu sais ce que j'en pense. Mais parfois....


pour plus grand nain

Ici se termine cet artikeul dédié à la politesse et au savoir vivre du nain. Tu retiendras que le nain copie l'adorable personne que tu es, je t'invite donc à être un modèle irréprochable. Le mâle aussi (si si le mâle). Mais à ne pas non plus te prendre trop au sérieux, c'est mauvais pour le nain.

Je tiens également à préciser que je n'ai ab-so-lu-ment rien contre Zadig et Voltaire. Mais bon.


3 sept. 2010

Les vacances avec nains...j'ai dit vacances??

Cet artikeul est dédié aux vacances.
rêve pas, ça c'est la carte postale que t'a envoyé Wondermaman
Il a été publié en trois fois chez ezabel cet été, mais toi, feignasse, tu n'as pas été le lire. Comme je comprends cette mollesse aigue de ta part et que je suis affreusement sympathique, je te copie colle l'intégrule de cet artikeul ici même.
Et en ce deuxième jour de nain à l'école, quoi de mieux que de revenir sur les vacances.....

Enfin, je dis vacances….je vais citer (approximativement) Lao Tseu Till the Cat qui disait : « Penser se reposer en vacances avec des enfants c’est comme se jeter dans un fleuve et espérer en ressortir sec ».
Oh, mais je te vois qui sourit, toi qui n’as pas de nains. Tu penses que les vacances avec nains, c’est juste meugnon. Qu’on montre une mouette au nain et qu’il la regarde pendant des heures en disant « é bô maman ». Que nenni jeune naïve, que nenni. Pour toi, cher public, pour toi, j’ai entrepris une étude comparative de quelques moments de vacances. Sans nains. Avec nains. Et là, bin tu ne vas plus rigoler. Du tout.


Etape 1 : La maison de location 

Avant nain : tu as choisi une jolie petite maison bretonne très typique (hûûûûû les zolis volets bleus, hûûûû, les roses trémières…!) à 20 mètres de la plage. Le mâle et toi avez roulé tranquillement le vendredi et avez réservé une chambre d’hôtel histoire d’attendre le samedi, jour des locations. A l’heure dite, vous vous rendez  à l’adresse donnée par la charmante dame, le coffre chargé de victuailles. Vous avez pris le temps de faire des courses en ce délicieux samedi après midi, avant la cohue du soir. La maison est EX-AC-TE-MENT comme vous vous l’imaginiez, petite mais très confortable, parfaite pour une semaine en amoureux. Tout est meublé avec goût et les matelas sont d’excellente qualité. Ça tombe bien, le mâle décide d’étrenner ce nouveau lit avec vous, huhuhu, petit coquin….

Après nain : Tu as choisi une maison de location pas trop chère, bin oui, avec deux nains, faut au moins deux chambres et un jardin clos pour que le nain ne se barre pas. Bon, la plage est à quinze minute à pied mais bon, au moins, il y a des jeux dans le jardin, ça amusera les nains. Le trajet en voiture se déroule bien évidemment un samedi, comme toutes les andouilles qui louent. Dans les bouchons.  Je te passe sur le trajet en voiture avec les nains, entre le petit qui chouine et l’autre qui fait rien qu’à dégueuler, le mâle qui peste et les aires d’autoroute blindées. Pour une plongée en apnée dans le monde impitoyable du trajet en voiture, je te laisse lire mes précédents artikeuls

En bref, après huit heures de route, des odeurs de vomi et des kilos de Pringeuls fourrés dans la bouche des nains, tu arrives ENFIN à destination. La maison est grande, chic, c’est déjà un bon point. Bon, elle n’est pas très typique, mais on ne va pas chipoter.  Les chambres ? Correctes, si ce n’est le plaid dauphin et le tableau de berger allemand au point de croix encadré au mur. Pas vraiment sesky.

Les matelas sont défoncés mais bon, allez, ce sont les vacances, hein ?
Inutile de demander aux nains ce qu’ils pensent de ton choix. Sache que le nain qui a voyagé, public, est dans un état lamentable, mêlé d’excitation, de fatigue et de bad karma (rapport au fait qu’il est resté vissé huit heures dans son siège toto). Le nain n’en a donc strictement rin à fout’ de la chouette maison bretonne louée par sa chère mère. Il veut aller à la MER, toudessuite, avec son EPUISETTE épicétou. Ok, le nain, mais là, faut d’abord décharger et faire les courses parce que c’est samedi et pis que bon, voilà.
Crise. Pleurs. Trépigne le nain.
Promesse d’achat de yaourts aux smarties en courses. Calmage du nain.
Le mâle s’autodésigne pour décharger la voiture (et accessoirement s’affaler dans le transat une fois les quelques valises balancées au petit bonheur la chance dans les chambres).
Tu  acceptes car tu sais que si le mâle tente de ranger le linge dans les armoires, ta naine va se retrouver avec des caleçons de mâle, ton nain avec des culottes en dentelle et le mâle avec des petits débardeurs Hello Kitty. Le tout bourré/pas rangé dans les étagères. Tu acceptes donc et te rends au Shopi du coin faire ses courses. Avec les nains, of course, sinon, ça ne serait pas de vraies vacances.
Etonnant ce Shopi, les nains sont tout déboussolés, en plus il n’y a pas de peticaddie (ronchonne le nain). Nan, certes, mais il y a un monde fou, des gens torses nus et des mamies surbronzées en marinière. Oué, c’est la mode la marinière.
Tu essaies de faire vite et de prendre l’essentiel. Le lait, les yaourts aux smarties, les bières du mâle. Mince, ya pas les céréales du nain. Crise. Trépigne. Tu chopes des compotes à boire dans un rayon et tu en colles une dans le bec du nain. La naine en veut aussi. Hurle, crie, trépigne. Une pom’pote.
Tu termines tant bien que mal ces menues courses avec tes nains hurlant dans le caddie (en même temps, ils ont terminé les quatre compotes et tu as planqué l’emballage entre deux paquets de lessive). Tu tentes quelques sourires et quelques « oui mes chéris, vous êtes fatigués, on a beaucoup roulé » pour essayer de faire comprendre aux gens que tu n’es pas une mère indigne et que tes nains ont d’excellentes raisons de brailler à 18h dans un Shopi blindé.
« Vous avez la carte du magasin ? »
« Ai-je une tête à aller au Shopi en temps normal ? » penses-tu.
Mais tu ne dis pas cela, que nenni ; en charmante maman, tu te contentes d’un non bien poli, les nains pourrissant déjà l’ambiance de tout le magasin depuis maintenant dix minutes.
Rentrée à la maison, tu trouves un mâle épuisé (d’avoir roulé LUI) entrain de comater dans le transat. Les nains veulent toujours aller à la MER avec leur EPUISETTE. Le mâle voudrait une bière.
« Mince, elles ne sont pas fraîches. T’as pas pensé aux cajoux ? »
Tu te retiens d’étouffer le mâle avec les smarties du nain et tu ranges les affaires dans les chambres. Tu fais manger les nains. Pâtes, jambon. Yaourt aux smarties.
Les nains sont cuits et toi aussi. Tu grignotes avec le mâle et tu finis par t’affaler sur le mauvais couvre lit décoré d’un husky. Les vacances commencent bien, il est 22h30.

Etape 2 : Un rituel de vacances : le marché

Avant nain : Tu t’éveilles plus tard qu’à Paris, c’est bien normal, tout est si calme ici. De ta chambre, tu entends la mer au loin. Le mâle dort encore et tu te lèves doucement pour lui préparer son petit déjeuner. La table mise sur la terrasse, tu te sers tes céréales Musli spécial Maigre avec un yaglourt 0%. Le soleil chauffe déjà tes jambes que dévoile ta nuisette en coton bio. Hmmmm…que c’est bon. Un baiser dans le cou te signale que le mâle est éveillé. Vous partagez un pamplemousse en devisant gaiement. Puis, comme il est déjà 10h30, vous songez à aller faire le marché pour déjeuner ce midi. Tu enfiles prestement un petit top de lin et un mini short. Tes spartiates feront l’affaire, tu n’es pas là pour faire un défilé de mode, voyons… Main dans la main, avec le mâle, vous descendez la route qui mène au bourg. Une petite marche d’un quart d’heure, voilà qui fait du bien.
Le marché est charmant, quelques étals, des fruits, des légumes, du poisson frais, des petits paniers tressés. Tout est tellement typique, c’est adorabeul. Tu choisis un melon avec le mâle et une petite mamie de la file vous conseille. Vous la remerciez chaleureusement. Les gens sont tellement plus gentils qu’à Paris, c’est fou. Le mâle part choisir des langoustines pour votre repas de midi tandis que tu patientes chez le boulanger pour choisir une délicieuse miche aux céréales bio. Ensuite, vous décidez de prendre un petit café en terrasse. Le soleil est chaud et vous lisez ensemble le Libé autour d’un Moka Sidamo, votre café préféré. La matinée étant bien avancée, vous rentrez ensuite vers la maison histoire de préparer un déjeuner léger arrosé d’un vin blanc glacé. Avant de sombrer pour une petite sieste. En culotte dans les draps de lin.


Après nains :
6h20 , le premier nain braille. Il réveille l’autre.
Le mâle, étrangement, n’entend pas et continue de respirer bien profondément. Toi, tu te lèves, de toute façon avec ce put*** de coq qui cocoricote depuis 5h du mat’, tu étais réveillée. Un petit coup de latte au mâle en te levant, ça ne fait pas de mal, et ça défoule.
Les nains sont ronchons, normal, il est 6h20. Bon.
Le petit déjeuner est pris rapidement, enfin celui des nains, puisque tu n’as pas vraiment le temps de te faire un café, d’ailleurs, tu as oublié d’acheter des filtres hier et il n’y a rien dans cette maison de loc’.
Tu sors les nains dans le jardin, histoire de ne pas faire trop de bruit dans la maison (car, bonne pomme, tu penses au mâle). Ils jouent dehors dans l’herbe, les jeux promis ne sont en fait qu’un vil bac à sable un peu dégueulasse et louche ainsi qu’un vieux tracto-pelle rouillé. Cela dit, les nains étant vaccinés contre le tétanos, tu les laisses se disputer le tracto-pelle. Pendant ce temps, tu tentes de finir ta nuit dans le transat. Difficile avec ce bruit. Surtout que le transat ne s’allonge plus. Difficile de dormir à la verticale.
- Mamaaaaaaaaaaaaaan….elle m’a dit « pas beau ».
- Chéri, ta soeur a 15 mois, elle dit « pas beau » mais elle ne comprend pas, dis tu en ouvrant difficilement les paupières.
Manifestement, la petite comprend très bien puisqu’elle vient d’asséner un coup de pelle (où l’a-t-elle trouvée cette pelle ?) sur la tête de son frère en lui criant « pas beau ».
Tu rentres les nains, il est 8h45, le mâle a assez dormi. Il émerge d’ailleurs, vaseux, en disant qu’il n’a pas réussi à se rendormir depuis que tu l’as réveillé en te levant. Tu songes à lui enfouir la tronche dans le bac à sable, mais le mâle n’est peut être pas vacciné contre le tétanos.
10h30 : tout le monde est prêt, les nains ont déjà eu le droit de manger des Pom’Potes (sache, public ignorant, que la Pom’Pote est le meilleur allié des parents gavés et des nains en hypoglycémie), et commencent à être un peu fatigués. Tu te jure intérieurement qu’ils seront à la sieste à 12h.
Pour aller au marché, il faut pédaler 15 minutes. Heureusement, il y a des sièges enfants sur les vélos. Bon, les casques sont ridicules et crados mais ils vont aux nains. Et tu as pensé à emmener du Parapou. Youhou. La petite hurle de joie « vélovélovélovélo » tout le trajet et le grand pleure parce qu’il voulait monter derrière maman et « pas papa, pas papa ». Le mâle s’énerve.
L’arrivée au marché est des plus discrète puisque petite nain et grand nain papotent du haut de leur siège vélo. Compte tenu de leur état de fatigue, leur dialogue tient plus du « Caca », « Prout », « Caca Fesse » et « Gros Prout ». Le tout hurlé, bien entendu.
Rouge de honte, tu descends de vélo, tu songes à y laisser les nains mais ça ferait mauvais genre.
Tu te glisses dans la file pour les fruits et légumes avec les nains. Le mâle va s’acheter le Libé, il revient. Les nains sont à hauteur de cagettes. Ils veulent du melon. Oui, les nains, on va prendre du melon.
Le nain n’attend pas la gentille jeune fille qui sert. La petite a saisi un melon et l’envoie à son frère en hurlant « Baballe ». Le melon tombe au pied du grand nain. Qui hurle parce que le melon a effleuré son orteil. « ymafémaaaal mamaaaaaaaaaan !!! ». Bon, ok, on va prendre celui là.  D’ailleurs tu vas te contenter du melon et tu empoignes tes nains pour partir au plus vite de ce marché où tout le monde te fixe d’un air agressif. Le mâle tarde à revenir. Les nains commencent à chouiner. Tu cours à la boulangerie chercher une baguette pour leur en coller un morceau dans le bec.
Silence. Calme.
Tu rentres en pédalant de toutes tes forces. Tu as mal aux cuisses. Le mâle fonce devant.
Ce midi, c’est reste de coquillettes au jambon pour tout le monde. Et sieste.
Enfin, sieste. Le nain trouve qu’en vacances, on dort une heure, pas plus. Après, on va à la plage.


Etape 3 : La plage, ah, la plage…
Je terminerai cet article par ce divin instant, ce mirifique moment, cette communion avec l’astre solaire.

Avant les nains : tu as préparé ton cabas avec soin. Tu opères une check list intérieure :
- serviette molletonnée de chez Jalla
- natte pour ne pas salir ta somptueuse serviette
- paréo sesky ramené d’un précédent voyage avec le mâle en Thaïlande
- de l’huile de monoï (indice 2, il faut bien revenir bronzée) qui permettra au mâle de t’oindre sensuellement.
- une petite bouteille de Contrex bien fraîche rangée dans ton petit étui isotherme offert par Monop’.
- un sachet de fruits secs, rien de tel pour couper une petite faim (et pour éviter de craquer sur une glace hypercalorique).
Ça y est, tu es parée, vêtue d’une robe légère sur ton nouveau bikini minimaliste. Il est framboise, hyper classy, échancré et dos nu, tout ce que tu aimes (et le mâle aussi). Ton épilation est nickel, tes cheveux sont protégés par un spray Clarins anti UV et anti sel. Tout ton corps réclame le soleil, tu es prête à aller parfaire ton bronzage (commencé  chez Point Soleil la semaine dernière).
La plage se déroule sous tes pieds, le sable est brûlant mais tes pieds manucurés sont protégés dans d’adorables petites tongs. Le mâle et toi, main dans la main, vous dirigez un peu à l’écart. La plage n’est pas bondée et l’heure est idéale pour éviter les familles et leurs braillards de nains.
Le lieu est choisi et vous déroulez votre natte. La serviette vient délicatement se poser dessus. Puis c’est votre tour. Vous  ôtez votre robe et vous vous allongez avec sensualité. Le mâle vous oint et vous profitez de cet instant idyllique en écoutant ensemble le ressac, uniquement le ressac.
Durant l’après midi, tu iras te baigner plusieurs fois histoire de te rafraîchir entre deux articles de fond sur Lilly Allen et le micro short. Le mâle nagera jusqu’à la bouée et te fera un signe de la main. Puis il jouera à te couvrir les pieds de sable chaud, et tu t’amuseras à entortiller ses poils de torse. Ensuite, tu grignoteras ton petit sachet de fruits secs pendant que le mâle déguste (avec la langue) une glace à la fraise. Vous marcherez ensuite au bord de l’eau, main dans la main, en parlant de l’avenir (mariage, voyage, bébé ?).
Après cette petite pause, vous vous ré allongerez tous les deux sur le sable, un écouteur d’Ipod chacun. Les yeux fermés, vous écouterez VOS chansons en boucle, en pensant à tous les excellents souvenirs (à deux) qu’elles font remonter à la surface. Enfin, sur les coups de 17h30, tu rentreras gorgée de soleil avec un mâle reposé. En chemin, tu croiseras une famille qui arrive seulement à la plage. La pauvre mère a l’air crevé, elle a des cernes jusqu’au chaussettes et porte dans ses bras une naine surexcitée. Le nain qui marche derrière elle te salue d’un « salut caca boudin ». Finalement, on va revoir ce projet bébé.
Tu fais fi de cet affront et tu regardes le mâle d’un air entendu. Cette chaleur langoureuse vous aura donné des idées que vous vous empresserez de mettre en pratique dans la douche à l’italienne de la maison de location, puis dans les draps de lin de la chambre.

Après nains : Ok, le sac est fait. Enfin, LES sacs sont faits. D’ailleurs tu songes à emmener un âne en vacances la prochaine fois histoire d’épargner ton dos.  Tu opères une check list intérieure.
- Maillots, ok, on les mettra avant pour ne pas se faire chier arriver à la plage. Le tien ? Heu, bin, depuis que tu as eu les nains, tu as eu pas mal de vergetures bonheur, et de bourrelets, et du coup, bon, tu as préféré opter pour un une pièce. Mais un glamour hein. Enfin bon, un que tu peux aussi mettre pour aller à la piscine (tu sais, cette activité qui consiste à surveiller le nain qui patauge en couche Némo dans 20 cm d’eau avant de devenir tout bleu).
- des serviettes, ça c’est bon. Une Cars avec Flash Mac Queen dessus pour le nain, une Hello Kitty pour la naine. Et pour le mâle et toi ? Une serviette chourée dans un Novotel, ça fera l’affaire.
- de la crème solaire. En pot de vingt litres. Bleu. Spray. Indice 50. Le bouchon est dans la baignoire, le nain a joué avec hier pour boire l’eau du bain (riche en urinium).
- des joujoux. Seaux, pelles, râteaux et petites voitures. Avec un peu de sable de l’an dernier. Et, aussi, tiens…un vieux Bernard l’Hermite. Feu Bernard.
- des magazines. Popi, Papoum et Picoti. Que du léger quoi. Avec le dernier Harlan Coben pour toi. Ça va maintenant faire trois mois que tu l’as acheté, il serait temps de passer les deux premiers chapitres.
-le goûter des nains. Barquettes 3 chatons à la framboise et vittel fraise. Le mâle tient absolument à ce qu’on emmène ses cookies pur sucre. Et toi ? Bah, tu finiras les barquettes tombées dans le sable.
- la panoplie bob-lunettes des nains. Avec l’espoir qu’ils les garderont plus de trois secondes sur le nez/tête.
- des lingettes et des couches, en même temps, ce genre de choses, limite tu en as dans les poches de ton jean alors…

sableuses, elles sont encore meilleures

Bon. Où sont les nains ?
L’un se bat contre les mauvaises herbes avec son épuisette et l’autre…tiens, où est l’autre ? Il est    avec le mâle qui bataille pour lui enfiler ses tongs Oui Oui. Ok, la famille est parée à envahir la plage.
Il est 17h, l’heure des nains.
En descendant sur la plage, tu croises un jeune couple doré à point. Ils se tiennent par la main et ont l’air très amoureux. Tu les salues, envieuse. Le nain les salue également, poli le nain, d’un « salut caca boudin ». Sioupère le nain.
Arrivés sur la plage, vous trouvez un coin non-squatté par des tentes pop-up anti UV. La vôtre n’est pas du voyage cette année rapport à la honte qu’a ressenti le mâle l’an dernier lors du repliage de la dite-tente.
Tu poses les sacs. Tu étends les serviettes. Les nains sont en maillots, leurs fringues éparpillées, les tongs oui-oui sont sous 30 cm de sable et ils commencent à courir en hurlant vers la mer. Ok, zen, tu envoies le mâle récupérer les deux mariolos pour les bomber de crème solaire.
« Bah, il est 17h, dit le mâle, ça ne risque plus rien »
« Oui, mais cette nuit, si ça braille, c’est toi qui es de Biafine ». (Sache, chère lectrice, qu’inclure la menace « nuit » et « toi » dans une phrase au mâle, c’est l’assurance qu’il va obéir à la lettre à l’ordre donné).
Les nains sont bleus de crème. Ok. Le mâle a enlevé son tshirt et arbore fièrement son short de plage bleu. Il part avec les nains jouer au bord de l’eau. Tu profites de cet instant de calme pour ôter ton pantacourt et ton débardeur (et te maudis de ne pas avoir enfilé une robe à la place, mais en as-tu emmené, ah bin nan, yavait plus de place dans les valises ). A côté de toi, une jeune maman en bikini revient s’asseoir sur sa serviette et se frictionne vigoureusement : « elle est bonne !! ». Son mâle occupe ses deux adorabeuls nains et elle prend son pavé de 800 pages pour continuer de bouquiner. Tu ne peux pas t’empêcher de regarder sa silhouette de rêve et ses ongles de pieds rouge carmin. Salope. C’est wondermaman. Sache que tu en auras au moins un exemplaire sur ton lieu de vacances. Histoire de ne pas oublier que certaines savent gérer. Et oui. Pas toi.
Tu t’allonges et tu fermes les yeux et tu rentres le ventre espérant récupérer un peu de la nuit difficile et du réveil matinal.
Soudain un nain ruisselant et hurlant se penche sur toi : « Mamaaaaaaaaaaaaaan, j’ai maaaaaaaaaaaaaaaaaaal ». Oui, le nain, quoi donc ?
Et là le nain entre dans une transe déraisonnable où il t’explique des choses incompréhensibles entre deux sanglots. Tu t’assois, tu le prends dans tes bras (putain, il est gelé), et tu le calmes. « Qu’est ce qui se passe mon chat ? »
« Mamaaaaaaaaaaaaaan, l’eau brûûûûle mes boboooos……….. ». Ok, le nain a les jambes toutes pourrites d’égratignures et le sel, bah, le sel, ça picote. Enfin, comme le nain tient du mâle, il hurle de souffrance, genre « achevez-moi toudessuite ». En bonne maman,tu verses de l’eau sur les bobos, ça va mieux. Mais le nain se met assis sur sa serviette et ne veut plus aller dans l’eau. Il préfère rester près de maman. Et merde.
Tu lui proposes des barquettes. Il en mange deux et demi. Tu manges le reste un peu humide. Mioume. Un régal.
Le mâle rappelle le nain. Le nain boude. Il veut maman. Tu te lèves. Tu t’accroupis pitoyablement au bord d’un trou. « On dirait qu’on fait de la pâte à crêpes maman ». Formidabeul.
Le nain est ravi et touille. La naine mange le sable et te regarde en ouvrant la bouche. Tu n’essaies même plus de lui enlever. Pitoyable.
Wondermaman, elle, est entrain de réaliser une sculpture en sable avec ses nains. Elle a réussi à faire la voiture de Cars. Salope. Le nain chouine. Il veut la même. Tu avises le marchand de glaces, voilà qui va faire diversion.
Le mâle prendra un magnum double choc. Le nain un truc à la fraise et la naine une glace Dora au yaourt insipide. Que tu finiras. Parce qu’elle sera tombée dans le sable. Mioume. Encore un régal.
Vers 18h30, tu songeras qu’il est bientôt l’heure de rentrer, que les nains vont bientôt avoir faim et qu’il ne faudra pas les coucher trop tard puisqu’ils n’ont pas beaucoup siesté. Evidemment, la naine vient de vomir sa glace au sable et le nain chouine parce qu’il a du sable collé au zizi.
Tu as des traces au niveau des seins sur ton débardeur parce que le mâle a décidé qu’on partait juste quand tu avais enfin réussi à aller dans l’eau (en même temps, tu crevais d’envie de faire pipi, il y a bien fallu y aller dans cette eau à 16°).
Les nains sont hagards et ne veulent pas remettre leurs tongs oui oui. Tu fourres tout dans les sacs et tu jettes un regard haineux à wondermaman qui a sorti de la glacière une petite bouteille de blanc bien frais et deux verres pour trinquer avec son mâle. Salope.

1 sept. 2010

Ah??? Tu fais comme ça toi???

Je ne sais pas si tu as remarqué, mais lorsque tu as un nain, surtout lorsque c'est ton premier nain (et que tu es bien paumée), les gens se permettent de te faire part de leur Grande Expérience.

Que ça soit ta belle mère (surtout elle, oui, je sais), ta propre mère (oui, d'habitude, il n'y a qu'elle qui trouve grâce à tes yeux), ta grand mère (et celle du mâle, ça marche aussi), ta boulangère, ta voisine,...en gros n'importe qui. Qui a eu un nain. Genre même toi, ne mens pas, depuis que tu as eu des nains, tu as le "donnage d'avis et de conseils" facile. Je ne critique point. Je fais pareil.

Et je sais pas toi, mais moi, ça m'énerve. Beaucoup. Très. Genre dans ma tête, lorsque que quelqu'un se fend d'un bon conseil, ou d'une question stupide sur ma façon de faire avec mes nains, ça va du "ouéouéoué cause toujours", au "gnagnagnagna ça ne m'intéresse pas" au "on t'a pas sonné pauv' pomme". Voire plus vulgaire.

Je te propose donc, public fidèle ou nouveau lecteur (qui n'a pas été horrifié par mon style lourdingue et désinvolte de mère indigne, mouarf), de découvrir une farandole, que dis-je, un florilège, une pièce montée (ça fait tout de suite plus festif) des remarques qui énervent. Des conseils qui gavent. Des réflexions qui agacent.

Voici un petit panel de commentaires débiles. Et pardon à ceux qui se reconnaîtront. Mais franchement, ça gave alors prenez en note.


1) L'allaitement
mioume, le nain se régale

Oui, ça c'est le sujet top moumoute.
Quand on allaite, ou pas, on est une cible facile. Déjà, la fameuse question :
"Tu le nourris?" à laquelle tu aimerais répondre:  "Heu, non, je le laisse crever de faim".
Et oui, sache le, on ne dit pas "tu l'allaites?" mais "tu le nourris?"

Si tu réponds OUI.....tu t'exposes à ce genre de remarques très très pertinentes (s'il en est):

- ça se voit, c'est un beau bébé ça, il profite bien du bon lait de maman.
En clair, le nain est gros, normal, tu le gaves. Pire, tu n'attends même pas qu'il est faim, tu le colles au sein dès qu'il chouine.
- Et tu sais combien il prend? Nan parce que moi je ne SUP-POR-TAIS pas de ne pas savoir.
Oué oué, figure toi que j'ai les graduations des millilitres tatouées sur les seins. Très pratique.
- Et tu comptes l'allaiter jusque quand?
Jusqu'à la fac, connasse (bon, là, le connasse est superflu, mais ça fait du bien)
- Il réclame beaucoup non?
Bin, je sais pas, toutes les deux/trois heures, comme le mâle quoi en fait.
- Moi j'aime bien donner le biberon au tout-petits, vivement que tu ne l'allaites plus
Merci, comme ça je suis motivée pour tenir encore plus longtemps
- Tant que tu l'allaiteras, il ne fera pas ses nuits!
En même temps, c'est pas toi qui te lèves alors fais pas ch***
- C'est dommage, le papa ne peut pas participer.
T'en fais pas, le mâle change les couches jaune moutarde et il est RA-VI.



Et si tu réponds NON....bin, crois moi, tu vas entendre ça:
- Ah booooon? Tu ne PEUX pas ou tu ne VEUX pas?
J'hésite à te répondre
- C'est dommage parce que, quand même, c'est ce qu'il y a de mieux pour ton bébé.
Gulp.
- C'est quand même fou tu as le temps dans la journée pourtant!
Oui, mais peut être juste que je ne veux pas. Marre.

Je te passe les questions sur la reprise du travail (tu vas reprendre un temps pleiiiin??? Mais comment tu vas faire? Faut que tu te fasses aider...)


2) Le sommeil
celui qui réveille le nain s'en occupe.Tel est mon crédo

Sujet très très sensible pour toi, jeune maman exténuée, cernée et prompte à démarrer au quart de tour. Ah, le sommeil du nain.
Entre ceux qui trouvent qu'il ne dort pas beaucoup pour son âge (déjà que toi, ça te rend dingue que TON nain ne sieste pas, voir ici), ceux qui se demandent "s'il réussira à s'endormir un jour dans son lit vu qu'il ne s'endort que dans l'écharpe" (à 1 mois- sic), ceux qui s'étonnent que tu le couches sur le dos? Moi de mon temps c'était le ventre et puis c'est tout, ceux qui regardent avec méfiance ton tour de lit (va s'étouffer le nain), ceux qui râlent parce qu'il se réveille la nuit ("c'est sûr que si tu l'habitues au biberon de 4h du matin, il ne fera pas ses nuits" - à 3 mois - resic) et ceux qui te lancent le terrible "Ah? Tu ne le laisses pas pleurer? Bah, ça lui fera les poumons".

Et je te passe sur belle maman qui décide de passer l'aspirateur pendant la sieste du nain, sur mamie qui débarrasse le lave vaisselle et sur ton petit frère (il n'a pas de nain, qu'il soit pardonné) qui passe avec son pas d'éléphanteau obèse devant la porte de la chambre du roi nain.

En bref, le sommeil du nain, on en parle pas. Epicétou.


3) La nourriture
il te reste un petit morceau de patate là, le nain.

- Ah? Il ne mange pas de morceaux? En même temps, si tu lui mixes tout, il ne risque pas de s'y habituer.
Pour prouver à cet interlocutrice, qui doit être Tata Relou à coup sûr (qui ne connaît manifestement rien au nain) qu'elle a tort, laisse lui enfourner, cher public, une cuillère de micro grain de riz mixés mais encore un peu granuleux au nain.
Le nain va regarder Tata Relou avec des yeux ronds. Il va avoir un haut le coeur. Il va tirer la langue et recracher tout sur son bavoir intégral. Puis il secouera la tête en criant "non non non non non".
Savoure la victoire du nain sur Tata Relou. Propose une purée jambon lisse au nain. Laisse toi aduler par le nain reconnaissant.
Et explique à Tata Relou que le nain sait très bien mâcher puisqu'il s'enfile Pringeuls, frites, et fraises Tagada. Ce qui achèvera probablement Tata Relou qui n'y reviendra plus.

Et oui, la nourriture du nain, c'est tout aussi explosif que le sommeil.
Non, on ne commence pas la diversification à 3 mois avec une cuillère de nutella.
Non, tonton Bourratchô, on ne trempe pas son doigt dans la bière pour faire le palais du nain
Non, mamie, on ne colle pas une cuillère de confiture de fraise dans le gosier du nain (2 mois - triple sic). Même si c'est toi qui l'a faite.
Non, maman, la diversification, ce n'est pas tous les légumes à la fois dans le bol-mixeur.

Et c'est de pire en pire.
Tu trouveras toujours quelqu'un pour te dire que : "tu ferais mieux de lui filer du lait de vache tout de suite et puis basta", ou celle qui te suggères de "camoufler les légumes dans la compote pour qu'il en mange plus". Ou bien mamie, qui s'étonne parce que tu ne lui donnes pas de foie de veau (beurb), de cervelle d'agneau (rebeurb), d'huile de foie de morue (re-rebeurb) et encore de coeur de poulpe (bon, ok, ça n'existe pas, mais ça a l'air beurb nan?)

4) Les dents et autres douleurs du nain

inutile et qui commence à moisir dans le compartiment à œufs du frigo

Il doit faire ses dents. 
Ouais, on sait.
Tu lui donnes quoi? Du dolodent? Du doliprane?
Bah, un bon morceau de sucre et puis voilà tout.

Il est un peu chaud. Il a de la tempé non?

Tu lui donnes quoi? Du doliprane?
Bah, un bon bain froid et voilà tout.

Il est un peu constipé là non? 
Tu fais quoi? Tu lui masses le ventre?
Bah, un bon verre de jus d'orange et voilà tout (à 1 mois, triplesic).

Et je te passe les commentaires sur l'ostéo, l'homéo:
Ah tu lui donnes de l'homéo? Pour ce que ça marche, autant donner du sucre et de l'eau.

 ou au contraire...
Il a une otite? Si j'étais toi, je lui ferais un traitement de fond avec du Oreilla Malium 5CH et du Arrêtedechialum 9CH.

Et oui, entre les "il n'a pas trop chaud là?" et les "tu devrais le couvrir, enfin surtout la tête, les bébés se refroidissent par la tête" (et ta tête à toi, elle est bien refroidie?), il y a de quoi devenir agressive.

Tu remarqueras à quel point je garde mon calme et tout mon stoïcisme (cherche pas, je cause intello) devant ce genre de réflexions.


5) L'éducation du nain - La propreté (à égalité)
J'ai dit éducation? Je voulais dire élevage, pardon.
Et bien sache que la façon dont tu élèves ton nain est l'occasion de nombreux débats publics.
Et oui.
Tu es observée, scrutée, analysée, critiquée, vilipendée. Si. Tout le monde is watching you.
Entre ceux qui trouvent que tu es "débordée" avec ton nain et qui se demande "comment tu vas pouvoir en gérer un autre" et ceux qui "ne feront JAMAIS comme ça" avec le leur, sache le, tu es bien entourée.
Et oui, interdit de punir le nain en famille sous prétexte de passer pour la mère autoritaire.
"Bah, ce n'est pas grave s'il a jeté son assiette de purée par terre, c'est qu'il n'en voulait plus"
En même temps, belle maman, ce n'est pas sur TON pied qu'est tombée l'assiette Babar (qui est très lourde soit dit en passant).


"Ah? Il a le droit de regarder la télé le matin? Moi je trouve que ça rend zombie"
Oui, puisqu'il se lève à 7h02 et que je me suis couchée à 0h03. Exceptionnellement, il a le droit de se loquifier devant Garfield et d'être zombie. Du moment que MOI je dors.

Et je terminerai sur la propreté, sujet hautement à risque. Zone dangereuse. Très. 
Et oui, sache le, quand ton nain approche des 12-18 mois, la fameuse question de la propreté éclot dans la bouche délicate de tes interlocuteurs intéressés (et surtout pressés de donner leur avis).


'"Il est propre sinon?"

Ah bin nan, là, il n'a que 15 mois en fait
" Bin toi, tu étais propre à 12 mois il me semble"
Oui mais je passais trois heures d'affilées sur le pot, j'avais la marque tatouée sur les fesses.
"Enfin de notre temps, on n'avait pas vos couches non plus, on lavait tout à la main"
N'en rajoutez pas belle maman.

Et quand tu essaies d'inculquer au nain la propreté, c'est l'apogée.
"Alooooooooooooooooors le nain???? Tu as ENCORE fait pipi par terre? Bin alooooors??? Fallait aller sur le popot le nain!!"

Ou encore: "vous le stressez trop avec ce pot, laissez le vivre, il ne va pas s'en sortir le petit".
"Et tu lui laisses les couches pour la nuit? Il ne doit pas comprendre".
Bin c'est comme tu veux, sinon ce qu'on a qu'à faire c'est que c'est TOI qui change trois fois le drap housse et l'alèse en pleine nuit. Oki?

De toute façon, rappelle toi, pour la propreté, il faut être SEULS. Sinon, ça foire.

En règle générale d'ailleurs, pour tout ce que je viens de dire, la seule réaction c'est la totale zénitude.
Pas de rembarrage intempestif, même si belle maman t'a particulièrement cherché.
Bon, ok, tu as le droit de la pourrir si elle a vraiment été trop loin. Au moins, ça défoule.

Mais tous ces conseils, en règle générale, partent d'un bon sentiment. Presque en tout cas.
Alors on hoche la tête, on dit "vouivoui je prends note" et surtout, surtout, on se dépêche de faire autrement.
Parce qu'en matière de nain, en matière de TON nain, sache le, il n'y a que toi, et le mâle, qui sachiez comment faire. Parce que c'est votre nain. Alors on fait fi du reste, et on fait comme on peut. Et crois moi, c'est ce que vous faites vous qui sera le mieux pour le nain.

30 août 2010

Ma Joovy Caboose. Ma Rolls. Heu, mon tank.

La poussette doubeul, comme son nom l'indique, coûte en général le double d'une poussette simple. Pour deux fois plus de poids, de place et d'emmerdes.
Mais, bon, toi, tu trouves que c'est le kiff. Je ne te juge pas, jeune padawan, j'ai moi même succombé à l'appel de la poussette doubel.

Tu préfères un tank en ligne?

Ou bien voir la tronche de tes deux nains en même temps?

Et voilà l'infernale étape de la "prise de renseignements cruciaux" qui recommence.

Tu interroges tes amies mamans à deux nains. Tu surfes sur Auféminin. Tu vas chez Aubert pour tester, soupeser, plier, critiquer, t'étrangler devant le prix.
Là, tu te dis que tu vas peut être, quand même, chercher une poussette doubeul d'occasion puisque Grand Nain ne semble pas ADORER la poussette.
Donc, à toi les Ebay, le Bon Coin, les petites annonces de ton boulanger, le bouche à zoreille, etc...

Et là, tu trouves un truc sympa. Oué, chic.
Moi, j'avais trouvé celle là, par exemple.
cherche pas en France, elle vient des States
Trouvée dans un dépôt vente à vil prix, cette mirifique poussette venait des USA (oh yeah) revendue par une maman voyageuse (probablement une wondermaman).
Impec mec, petit siège pour micronain et grand siège pour Grand Nain. 10kg (là tu dis: "wow légère, parce que 10kg pour une poussette doubeul c'est juste une plume quoi).
Et en plus, les nains étaient côte à côte. Genre à égalité. Et ça, ça nous a plu.
En revanche, bin, comment dire, le passage frontal dans les portes de chez Zadig et Voltaire était peu évident. Et la descente de trottoir z'aussi.
Et puis Grand Nain a décrété (en hurlant et en se débattant, tout en tentant de déchiqueter le harnais 5 points) qu'il ne voulait plus être en poussette.
Chouette. Sioupère. On l'a donc revendue. Au même prix. Cherche pas, je suis une business mum.

Et c'est là, public attentif et fidèle, impatient et intéressé, que je vais te parler de ma trouvaille. Ma Joovy Caboose. Mon amûr de poussette.
Déjà, ne la cherche pas en France, on est que quelques uns à l'avoir. Des amis et moi :) Que veux tu, je suis people moi.

Elle ressemble à ça:
ouais, je sais, j'ai trop bon goût
Elle n'a pas l'air si géniale que ça, mais en vrai, elle envoie du bois.
Je t'explique. Petit nain va devant. Grand nain va derrière. Assis, dos à son frère. Ou debout, comme dans un camion poubelle. Et toi, mère de nain couillu, tu sais à quel point le nain vénère le camion poubelle. Inutile de te dire donc, que mon Grand Nain à moi est systématiquement debout sur sa tablette à l'arrière et hurle STOP pour que je m'arrête et qu'il puisse descende de la poussette chercher les poubelles (imaginaires, tu l'auras compris). Démonstration:

là, les gentils nains mannequins sont dos à dos


là, les gentilles et meugnonnes naines sont exactement comme mes nains. Réjouies.

En bref, cette poussette te permet de transporter deux nains de manière ludique. Bon, le premier reste dans une poussette classique, à la différence que son frère, derrière, peut lui masser le cuir chevelu. J'admets que chez nous, c'est plutôt coup de boule et tirage de cheveux. Mais c'est drôle.
Celui qui est à l'arrière peut s'asseoir pour reposer ses papattes fatiguées (ça fatigue vite un nain qui fait du shopping), ou se mettre debout en imitant un poubelleur.
Tout bénéf' pour toi, les nains sont contents d'être véhiculé, et toi tu es contente d'avancer et de ne pas traîner un nain qui marche comme une vieille limace.

En plus, celui qui est à l'arrière, si tu ne l'attaches pas, peut aller et venir à sa guise. Bon, il faut juste qu'il évite de sauter de la poussette en marche s'il ne veut pas se gaufrer, mais sinon, il est free le nain. Et ça, le nain, il aime.

En bref, une poussette que je valide. Nous la trimballons partout.
Pour troisième nain, un adaptateur permet de fixer quasi tous les cosys. Cela dit, je te confirmerai ça à l'arrivée de Micronain.
chez wondermaman, en tout cas, ça fonctionne bien

Bon, si tu veux voir plus de photos, il y en a là (parce que j'avoue être une grosse feignasse qui n'a pas envie de faire un reportage photo de ma poussette, limite j'ai un peu d'autres trucs à faire). Cela dit, je peux te dire que sur le strapontin arrière tu peux tout à fait mettre le petit panier à courses que te prête gentiment ta grande surface à l'entrée du magasin.

Parlons maintenant des choses qui fâchent : mais où c'est que je peux la trouver cette marvellous poussette???
Bin, alors là, va falloir raquer un chouilla. Bin voui, parce qu'elle ne se trouve qu'aux States, ou au Canada. Donc, si tu habites à Niou York ou si tu connais quelqu'un qui y va, bin n'hésite pas.
Perso, je l'ai trouvé sur Ebay chez un vendeur américain mais fait bien attention aux frais de ports.
Le mieux, c'est encore de la commander sur Joovy.com (rubrique Store). Ils livrent en France (ce sont quasi les seuls). Le hic? 130 dollars de frais de ports. Ce qui coûte quasiment plus cher que la poussette qui est actuellement à 149 dollars :)
Si tu as vraiment des pépettes, je te conseille la Caboose ultralight qui est plus légère que la Caboose normale (mamienne). Mais si tu prends la plus légère + FDP, tu peux compter 300 euros.
Cela dit, ça fait un choli cadal de naissance, nan??
franchement, c'est pas trop girly choupi ça??

Bon, je n'ai aucune action chez Joovy, je le dis, je le répète, le nain n'est pas vendu au grand capital, mais c'est une poussette qui est vraiment sympa avec une série de nains. Ils les font en triple aussi, là ça fait plus rire du tout.
Tu peux toujours surfer sur le Bon Coin ou Ebay, de temps en temps, il y a une annonce, sur un malentendu, ça peut marcher.
Et si tu es une gentille mumpreneur et que tu veux vendre des Joovy en France, bin lance toi, tu vas te faire des fouilles en or!

Ouf, voilà, la minute poussette est terminée, je tiens à m'excuser pour le peu de ricanements qu'aura engendré cet artikeul, mais bon, parfois, il faut savoir parler de choses chiantes pour mieux ricaner ensuite. Nan?
Si tu veux vraiment rire, promis,  promis, je reviens avec un artikeul drôle. Enfin, j'essaie.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...