17 août 2010

Coaching de nain : devenir Grand Nain

J’aime les nains. Je n’y peux rien, c’est comme ça. Le nain me gave, le nain me saoule, le nain m’énerve et me pousse à bout, le nain me montre où sont mes limites, le nain me regarde en  ricanant, le nain est une petite personne fourbissime mais moi, je n’y peux rien, j’aime le nain.
D’ailleurs, tellement que j’aime le nain, j’en fais plein. Enfin, plein. Je te vois qui sourit, heureuse maman (fatiguée) de cinq nains, abonnée à la newsletter de lamarmaille.com, oh, oui, je te vois qui te dit…oué mais Marie elle n’en a que deux, alors elle me fait bien rire.
Nan, mais moi, si j’avais un mini-van, un  talent à la Marc Lévy (mouarf) qui me permette de vendre des millions de mon sioupère bouquin et aussi un mari multimillionnaire (et peut être aussi une armée de super nannies), bin des nains, j’en aurais, je ne sais pas moi, genre cinq.  Enfin quatre. Mais sinon trois c’est bien aussi.
là, le Lapin craque.

Bon, je ne suis pas là pour te faire chier avec mes « et si… » public fidèle, nan, je suis là pour t’expliquer comment qu’on fait lorsqu’un nouveau nain débarque dans ton cocon familial.
Bin oui, parce que, mine de rien, ça déstabilise un nouveau nain.


Encore???

Le premier nain, déjà, il perturbe ton mâle. Alors imagine combien c’est difficile pour un nain de deux, trois, quatre ans, voire plus, de voir arriver un nouveau nain.
Ton nain, ton premier, ton grand, ton bébé, ton seul et unique nain, il kiffe grave d’être le chouchou. En même temps, on le comprend. Il appelle « maman » la nuit, et hop, maman débarque, la tronche en vrac. Il a envie de frites ? Il lui suffit de prendre un air de Chat Potté en passant devant un Mac Dal et zou, une mini frite dans les pognes.
Il voudrait bien ce sioupère camion poubelle ? Il le regarde avec amour au rayon « mini mâle » de chez Maxi Toys, et hop, une maman prête à tout pour satisfaire les passions poubellesques de son fils, jette le sioupère camion Bruder dans le caddie. Elle est pas belle la vie de nain ?

Alors franchement, ce micro nain, là, qui bave et qui chouine, il sert à quoi ?
A pourrir la vie du grand nain. Grave.

Exemple :
- Grand nain ne veut pas dormir. Il chouine « mamaaan, pas dodooooo ». A 21h30. Maman monte pour la troisième fois et tente la maxi menace (du style « je te préviens mon chéri, si tu ne dors pas, on ne va pas au manège demain). Pitoyable. Evidemment, grand nain rechouine dix minutes après. Le mâle (surnommé Daddy pacoule) monte.  Et là, c’est la grosse voix, la vraie menace qui fout les jetons au nain (si tu ne dors pas, je mets le dividi de Cars à la poubelle). Quelle cruauté.  Le nain pleure. Le cœur de la maman se serre à l’écoute de ces sanglots vraiment poignants. Elle se dit que le mâle a été vraiment loin dans sa menace. Bien évidemment, cinq  minutes après, le nain dort.

En revanche, si petit nain chouine, les choses se passent différemment. Oh que oui. Déjà, on ne lambine pas pour monter le voir. Nan, on bondit. Vite. Soit papa, soit maman. Souvent maman parce que maman a l’ouïe plus fine (c’est génétique le mâle, sois pas jaloux).  Le petit nain est saisi délicatement avec un grand sourire. Auquel s’ajoute une voix sur-niaise du genre « bah keskila mon gros bébé tout meugon ? Il a faim ? Il a fait caca ? Il veut pas faire dodo ? ».
Là, grand nain est atterré. Genre lui, il chouine avec les bons mots, une phrase quasi construite et très explicative de la situation, et l’autre là, l’espèce de bidulechouette tout vilain sans cheveux, il bave un truc incompréhensible et les deux andouilles deviennent des esclaves mielleux et sirupeux.  C’est juste dégueulasse.
Bon, je te le fais en vulgaire, mais en gros, c’est ça. Grand nain ne comprend pas vraiment pourquoi tant d’empressement, tant de gentillesse, tant d’attentions, pour un si petit truc, si peu intéressant.


D’ailleurs, même si tu as l’impression de garder la même attitude, c’est tout bonnement impossible. Petit nain qui pisse par terre c’est rigolo. Grand nain qui pisse par terre, c’est du foutage de gueule. N’empêche que grand nain ne comprend pas vraiment pourquoi il se fait engueuler alors qu’on sourit devant la bêtise de l’autre.
Alors comment faire pour faciliter le passage de 1 nain à 2 nains. Ou de 2 à 3…



Mes conseils ne sont pas ceux de wondermaman dont les nains s’adoooorent et jouent ensemble aux petits chevaux (les ringards) sans s’envoyer les dits-canassons à travers la tronche. Les nains de wondermaman si tu veux, ils ne s’engueulent même pas quand ils jouent au Monopoly. Ça doit être les seules personnes sur terre d’ailleurs à ne pas tenter de se faire avaler le dé à coudre après une faillite...
Mais mes conseils ont plutôt pas trop mal marché sur mes deux nains, 20 mois d’écart et une chouette complicité aujourd’hui. Enfin, si on met de côté le fait que Soso file des paires de tarte à son frère en lui disant « pas beau » et que Tim Tim ait décrété que Soso n’était « pas très joli » et que s’il continuait (à lui filer des paires de tarte) il n’aurait plus jamais de câlin de sa part (menace suprême, tu peux le constater).

Le coaching du nain n°1 commence dès ta grossesse.

Tu pourras retrouver là quelques ouvrages qui abordent le sujet.
Mais je te conseille de ne pas non plus en faire des caisses. D’une parce que le nain s’en bat un peu le steack de savoir que tu as un nain dans le bidon, et de deux parce que, tout comme le mâle, le nain ne se rendra vraiment compte du changement que lorsque l’autre nain sera là.
Donc évite les grandes annonces alors que tu es enceinte de dix jours parce que le nain va trouver le temps long entre l’annonce et la vue de mini-nain.

Evite aussi de le faire trop participer genre « quel prénom veux tu pour ton petit frère ou ta petite sœur ? ». Pour tout te dire, Tim souhaiterait appeler nain n°3 du doux prénom de Caca Fesse (si c’est un garçon) et de Pipi Carotte (si c’est une fille tu l’auras compris). En gros, le nain a des goûts de chiotte. C’est le cas de le dire.
Donc, bon, ce nouveau nain qui grandit dans son ventre déjà bien entamé par tes précédentes grossesses, ça regarde le nain, certes, mais c’est avant tout un désir d’adultes.
Donc  lâche la grappe du nain.
Ce que tu peux faire, en revanche, c’est le faire participer à la déco de la chambre du nouveau nain. Il aura l’impression d’être utile, et tu sais que le nain adore ça. Alors bien entendu, je ne te dis pas de coller la maroufle dans la main du nain, nan, mais en tout cas, je pense qu’il est apte à coller quelques stickers. Compris le nain ? Ou bien tu peux toujours lui faire choisir une petite peluche pour le micronain, il aura l’impression d’être generous-nain.
Le truc à expliquer au nain, c’est qu’il ne faut pas trop qu’il s’emballe. Que nouveau nain ne va pas pouvoir se mettre assis dans la remorque de son tracteur tout de suite. Qu’il ne pourra pas aller sur le tape-cul avec lui. En gros, il faut que tu lui expliques que nouveau nain, il va rien faire d’autre que brailler. Et manger. Et faire du caca tout jaune avec des grains de moutarde dedans. Beurb.
Et surtout que, quoiqu’il arrive, maman (et papa, oh, ça va le mâle, je ne t’oublie pas) va continuer à l’aimer. Qu’un cœur, ça a plein de place dedans. Pour tous les nains. Et aussi pour le mâle.
Donc, je récapitule, pendant la grossesse, tu expliques bien au nain tout ça, mais sans en faire des caisses. C’est bien.

Ah oui, un truc très très important à ne pas négliger: à l’arrivée de nouveau nain, prévois un cadal. Oui, tu m’as bien entendu, un cadal. De la part de micronain, pour grand nain, Premier du Nom. Par exemple, ici, sa majesté Solal a amené, en direct du ventre de sa mère, un chouette camion de pompier Playmobil à son grand frère, en guise de cadeau de bienvenue. Sympa le nain. Evidemment, public malin, tu auras compris que nous avions intelligemment caché un petit cadal dans la valoche de maternité histoire que grand nain découvre en même temps son nouveau cadal et son nouveau frère. La pilule passe mieux, crois moi.
et bin bon courage...

Lorsque grand nain va découvrir petit nain, ne t’attends pas à tes hurlements de joie et à la danse de la couche. Que nenni. Généralement, grand nain regarde, inspecte, se fend d’un sourire (voire non), refuse de lui faire un bisou (en même temps, il ne connaît pas ce nain) et puis s’en désinteresse. Enfin, à moins que tu aies une grande naine AB-SO-LU-MENT fanatique des bébés (tu sais, celle qui se trimballe avec ses bébés partout partout) qui va, tout à sa passion, te dire « maman, il est trooooop mignon mon nouveau bébé ». Retiens toi de lui dire la vérité. Genre qu’au bout de 24h elle ne va plus le trouver mignon. Laisse la rêver un peu.

Bref, le nain a découvert la petite larve qui va devenir son meilleur pote, son frérot, son complice, son meilleur ami. Bon, pour le moment, il trouve que ça ne commence pas si mal puisque le nain lui a offert un cadal pas trop pourri. C’est qu’il doit avoir une once de bon sens.


A l’arrivée « at home », à la reprise du rythme familial, les choses  risquent de se compliquer un petit chouilla. Déjà parce que micronain n’a pas de rythme. Mais alors pas du tout. Genre, il décide de manger en plein pendant le bain du nain. Et tu te retrouves entrain d’allaiter sur la cuvette des toilettes pendant vingt minutes pendant que ton autre nain joue pitoyablement dans une eau tièdasse voire même carrément froide. Ou bien micronain va décider qu’il a envie d’être porté juste quand tu entamais une partie de Verger avec grand nain. Ou encore, micronain va t’accaparer le soir (tu sais, les fameux pleurs du soir, que tu dis « c’est les coliques », nan « c’est les dents – à 15 jours on y croit », ou bien c’est peut être parce qu’il a soif, ou faim, enfin bon, tu cernes bien) alors que grand nain avait pris l’habitude de lire Roule Galette avec toi le soir. En gros, tu es scindée, tu es divisée, tu dois faire avec les deux.
En plus, les nuits hachées (t’avais oublié hein, ça les nuits toutes pourrites avec cette put*** de tétée de 4h du mat’, hein ???)  te fatiguent un max, tu es cernée et un peu beaucoup sur les nerfs. Du coup, grand nain et ses colères (pire s’il est dans sa phase du terrible tou ) c’est le pompon, c’est la goutte d’eau qui jette de l’huile sur le feu.

Tu cries, tu pleures, tu ne t’en sors pas, tu ne peux pas gérer.
Exemple : micronain a fait une bouse jaune et verte liquide dégueu genre le body est à javellisé (ou à jeter). Tu prends sur toi et tu te diriges vers la salle de bain, le cœur au bord des lèvres. Tu dis à grand nain que tu changes le cul du petit. Enfin, tu expliques que «  ton petit frère a fait caca, que ça ne sent pas très bon, que tu vas le changer et que tu reviens tûdessuite, qu’il ne fasse pas de bêtise ». Là, déjà, je me gausse. Imagine toi, t’es un nain. Un peu dégoûté le nain, puisque tu dois partager ta môman adorée chérie avec une bestiole inintéressante. Elle se casse de ta chambre où vous étiez entrain de jouer avec des tracteurs (youhou) pour aller faire quoi ? Voir le caca de la bestiole. Vous feriez quoi ? Une connerie. Oué. Bin c’est exactement ce que va faire le nain. Il va sortir les fringues de l’armoire. Ou faire une petite œuvre d’art avec ses craies grasses sur le mur, ou écraser des craies. Bref, un truc de boulet qui va t’énerver.

La solution ?

Emmène le nain avec toi. Et devant le nain, fais semblant de gronder micronain. Genre « ce n’est pas très gentil micronain, nous étions entrain de jouer avec ton frère et là, je dois m’arrêter pour changer ton ptit cul qui pue, la prochaine fois, je me fâche. En plus tu en as mis partout, c’est vraiment beurk, beurk… ». Bon, évidemment, micronain n’y peut rien, tu l’as compris et tu ne vas pas l’engueuler parce qu’il a pourri couche zé body. Mais, pour grand nain, c’est important de voir que tu n’es pas EXTATIQUE à l’idée de changer une couche. Et que oui, toi aussi tu étais contente de jouer aux tracteurs (si, tu étais contente, je te dis).
meugnon le poussin...

En gros, le principe, c’est ça. C’est de ne pas toujours être entrain de pourrir le grand. Donc de faire semblant de pourrir un peu le petit. En plus le petit, il ne pige pas encore grand-chose. Bon, je ne te dis pas de lui hurler dessus hein, c’est entendu, mais rien ne t’empêche de lui dire de temps en temps « qu’il exagère, il pleure un peu fort, ça te casse les oreilles et au grand nain aussi ». En gros, grand nain doit se rendre compte que micronain est logé à la même enseigne que lui. Enfin, presque.


L’autre chose importante mais ça, tu t’en doutes, c’est de garder des moments avec ton grand nain. Et c’est là que le mâle, ton ami de toujours, entre en scène. Et oui, le mâle, malgré quelques menus défauts, tu restes notre partenaire, notre bouée de sauvetage, notre copilote. Moué, bon, ça va, je t’ai assez flatté, tu boudes plus ?

Bref, le mâle, quand on a deux nains, est l’ustensile incontournable. Comme la poussette double (je ne t’ai pas encore parlé de ma sioupère poussette double ?? ça sera pour le prochain artikeul, promis).  Je disais donc que le mâle va être obligé de s’occuper d’un des nains. Et j’insiste sur le fait qu’il faut switcher, échanger les nains. Ce n’est pas parce que tu allaites que tu dois toujours te farcir micronain qui, soit dit entre nous, n’a pas une conversation passionnante. Nan. L’intérêt c’est que, de temps en temps, tu t’occupes de grand nain tout seul. Rien que lui. Et que tu lui dises que tu es contente d’être toute seule avec lui. Bon, ce qui est top aussi c’est quand tu as sous le coude une sioupère mamie qui te baby sitte micro nain une paire d’heure le temps que le mâle et toi-même sortiez avec grand nain, comme au bon vieux temps. Une piscine, un ciné (si grand-grand nain), un zoo, etc…
En clair, il faut que tu restes disponible pour grand nain. L’histoire du soir, par exemple, ça peut être toi, pendant que le mâle tente de calmer micro nain avec un porté ventral sensé soulager les coliques.


En dernier lieu, il faut responsabiliser grand nain. Lui dire à quel point il est grand sans pour autant le faire grandir trop vite. Parce que c’est la meilleure façon pour que grand nain régresse. Genre qu’il réclame que tu lui donnes à manger, que  tu le portes, etc…
J’ai pris le parti de faire un petit peu, puis de flatter le fait qu’il sache faire tout seul. Par exemple, les premières fois que Timéo m’a demandé de lui re-donner à manger (alors qu’il mangeait à peu près correctement seul), je lui ai redonné. Tout en disant à micronain que son frère LUI savait manger tout seul. Et qu’un jour, peut être, il serait, lui, petit micronain, aussi fortiche que son grand frère. Généralement, grand nain, sensible à la flatterie, ne résiste pas longtemps et décide de montrer à micronain toute l’ampleur de ses apprentissages.
Mais il est clair que c’est une période charnière et difficile où tout ce qui a été mis en place peut foutre le camp. La propreté, par exemple.
Encore  une fois, il faut se dire que grand nain sait, comme tout nain fourbissime qu’il est, exactement, ce qui va nous mettre en boule. Le cirque le soir, la crise pour s’habiller, la colère dans le magasin alors que micronain a la dalle, le pipi/caca dans la culotte alors qu’il est propre depuis longtemps.
Personnellement, j’ai toujours essayé de rester zen et surtout, de ne pas montrer au nain que cette situation me stressait, me paniquait et me faisait ch***. Surtout, ne pas montrer sa peur à l’adversaire.
En gros, face à des pipis dans le slip, je reprenais exactement le même discours que j’avais tenu six mois auparavant lors de l’apprentissage de la propreté. A savoir « ce n’est pas grave, tu n’as pas été assez rapide, la prochaine fois, tu demanderas plus tôt ». Et pas de discours culpabilisant du genre « ce n’est pas bien de faire exprès » ni d’engueulades. Bin nan, parce qu’évidemment que le nain fait exprès. Pas con le nain. Mais attacher de l’importance à ce genre d’écart, c’est donner de l’importance à la chose. Qui n’en a pas.
En revanche, à d’autres moments, hors de tout incident, on peut dire et redire au nain qu’on l’aime, et qu’on se doute que ce n’est pas facile de partager sa maman, et surtout, on peut lui dire à quel point on est fier de sa petite pomme. 

Bon, je m’étale en conseils, mais tout ne marche pas forcément comme sur des roulettes.
Le prêt des jouets risque de poser quelques soucis mais je suis certaine que tu sauras gérer les hurlements occasionné par le vol d’un tracto pelle d’un micronain ebahi par un si bel objet. Sinon, fais moi signe et je me ferai un plaisir de t'écrire un zoli artikeul sur la jalousie entre frangins... Si, si, c'est plaisir..N’oublie pas d’apprendre à grand nain que s’il veut quelque chose qu’a micronain, il doit lui apporter un autre truc en échange. Micronain lâchera alors le jouet pour prendre l’autre. Micronain se fait avoir à chaque fois.


Si tu as d’autres astuces, d’autres histoires, fait tourner, c’est toujours chouette et bénéfique.
C’est vrai que ce n’est pas toujours évident d’avoir plusieurs nains, on prend moins de risque à en avoir un seul. Mais sincèrement, quand on écoute discrètement les conversations débiles des nains qui jouent ensemble

extrait de conversation débile dans le bain (acteurs Tim Tim 3 ans, Soso, 18 mois):
-Soso? Tu veux du coca? (avec verre à dent rempli d'eau pisseuse)
- Nan! (quelle répartie)
- Tu veux du pipi alors?
- Nan! Caca!
- Cacaaaaaaa (hurlements de rire)...

 Bin, moi je dis, quand t'entends ça...tu ne peux pas regretter d’en avoir fait deux (ni d'en avoir un troisième inside).

Sauf, peut être, pour ce petit bourrelet qui passe au dessus du jean. Et encore…
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...