7 mai 2010

J'irai dormir chez le nain, enfin, c'est pas sûr

Mon nain, quand il est né, avec son papachéwi, on lui avait préparé une toute jolie chambrette de nain. Tout propre, tout peinte avec de la zoli peinture à nain, avec une commode-tablàlanger (très inutile car surtout design), un lit Stokke (oui, oui, celui de Brad Pitt, fidèle lectrice de Voici), un bô z'abatjour de nain (très meugnon et encore très blanc), un tour de lit peint à la main par une artiste peintre qui peint des peintures, une turbulette molletonnée (sans gerbi dessus), et le transat doomou (qu'il est bô, qu'il est cher, qu'il est mou). Et au mur, des zoli tableaux avec des zoli zanimôs. Et oui, que veux tu, on est niais avant d'avoir des nains. Après, on déchante juste.
Là, tu vois, les gens n'ont pas encore reçu le nain chez eux. C'est évident.

Oui, parce que là, maintenant, la chambre du nain, c'est plutôt, comment dire....particulier.
et encore chez moi t'as pas le chemin pour aller au lit
 du nain

Le nain accumule, c'est fou. Il a des millions de jouets et, surtout, des milliards de morceaux de jouets.
Oui, oui, tu m'as bien lue, des MORCEAUX DE JOUETS.
Ne me dis pas que toi même, tu n'as pas 5 duplos qui zonent, ou encore le casque d'un playmobil, la béquille d'une moto, des cartes de mémory hors de leur boîte, des têtes de bonhommes, des cubes, des livres lus et relus qui traînent, des roues de tracteurs, un morceau de porte de la ferme du Pré Charmant (ndlr: la ferme du Pré Charmant est la divine ferme de Tracteur Tom). Et je ne te parle pas de la craie écrasée par le pov' petit pied du nain maladroit, des vieux bouts de gâteaux qui traînassent et des choses qui n'ont ab-so-lu-ment rien à faire dans une chambre de nain (genre le tournevis que le mâle avait amené pour réparer le cheval à roulettes - pour changer les pipiles du jeu très très bruyant -soit maudit le mâle).

En clair, la chambre du nain est un vaste dépotoir dans lequel, sache le, le nain se sent bien, très bien.
Il ne comprend absolument pas pourquoi, par moment, sa maman est prise d'une crise de folie maniaque et décide de tout ranger dans des caicaisses.
Oui, ne dis rien, moi aussi, j'ai eu ma folie caicaisses. Résultat? Sont toutes remplites mes caicaisses, et c'est toujours le même bordel par terre. Un conseil: essaie le coffre à jouets, c'est plus grand. Et prends en un avec une sécurité à la fermeture (genre un piston anti-nain-butor), histoire de ne pas avoir de doigt tranché qui traîne par terre, ya déjà assez de chantier comme ça. Et ne laisse pas choisir le nain, il risque de prendre un truc genre ça :
Bon, le chantier, avouons le, ça énerve et surtout ça fait un peu cradouille quand ton amie Wondermaman vient déjeuner chez toi (oui, car Wondermaman ne MANGE pas, elle déjeune, dîne, ou soupe, sache le). En plus, ça fait nain pourri-gâté (alors que, tu peux le jurer, tu n'as quasiment rien acheté de tout ça, enfin presque, enfin, bon...). Donc, le chantier, à part le dissimuler dans de grandes caicaisses (ou bien trier, mais ça, ça déchire ton coeur de maman qui se dit que le nain ne résistera pas à la perte de la perruque de son playmobil policier), je ne vois pas ce que tu peux faire. Moi je planque, j'avoue. Et le lendemain, tout est ressorti.
Le souci me diras tu, c'est la nuit.
Bin oui, parce que si tu ne ranges pas un minimum le soir, ton pied est foutu.

Mise en situation pour les buses qui n'ont pas saisi l'allusion au pied:

Il est 02:40, tu ronfles dors comme une princesse la bave au coin des lèvres et tout d'un coup, se produit ce qui se produit chaque nuit depuis que tu as eu l'excellente idée de pousser (madame, poussez, ne poussez plus) :
un cri de nain retentit.
Évidemment, ton mâle n'est pas Georges, et c'est toi qui t'extirpe difficilement du lit pour aller voir ce que peut bien vouloir ce fout** nain à cette put** d'heure (que c'est quand même pas possibeul, qu'il ne peut pas se rendormir tout seul, mer**, chi***- t'as le droit d'être vulgaire, c'est la nuit, et tu rêvais de Georges, justement).
Tu entrebâilles (c'est de circonstance) la porte du nain. De toute façon, tu ne peux pas mieux faire vu que le porteur camion, qui est resté derrière la porte, la bloque. Tu avances vers le nain beuglant, tu le rassures, tu le cajoles, tu lui donne un petit gueuleton bib' d'eau, tu fredonnes (minablement, je te rappelle qu'il est 2h40) une berceuse et tu reposes avec précaution, le nain ré-endormi, dans son lit.
D'ailleurs tu te dit qu'il faudra songer à laver le tour de lit dégueu qui fait des plis et la turbulette qui sent le fennec. Le nain reposé commence alors pour toi la terribeul épreuve du repli stratégique.
Tu recules. Ok.
Encore, ok.
Tu prends de l'assurance et tu décides accélérer le pas histoire d'aller te recoucher au plus vite.
C'est le moment où tu poses le pied sur un référentiel piquant. Une vache en plastique, ça c'est douloureux.
Ou le playmobil. Le duplo n'est pas mal non plus, mais attends qu'il grandisse, le légo est multifourbe.
hauts les pieds, vous êtes cernés

En clair, tu charges. Et tu ne peux pas hurler pour ne pas réveiller le nain.
Alors tu changes juste de chemin. Raté, c'était celui de la maison de pompier. Tu sais celle qui fait tous les bruits. Là, c'est la sirène que tu as déclenché. Et tu fais un bond de 20 mètres.
Tu te prends la tête dans les mains, tu te mors l'intérieur des joues pour ne pas crier, et tu repars, faisant fi de tes blessures (physiques et morales). Le nain dort toujours.
Ce qui va le réveiller? La lumière du couloir que le mâle allume en grand parce que "t'as fait tellement de bruit que tu m'as réveillé, kestufou?".

La chambre du nain est donc un espace bien à lui, respecte le. Et surtout, surtout, essaie (tant que tu peux) de le faire (un peu) ranger. Je dis ça, mais je finis par le faire, parce que le nain est trop lent et qu'il est juste content de retrouver des joujoux du fond du coffre.

Chez ma petite personne, c'est encore mieux, sache le, parce que j'ai deux nains. Et oui.
Et un troisième qui arrivera d'ici quelques mois dans la même chambre. Oué, je suis une grande maman testeuse dans l'âme, donc nous n'avons qu'une chambre pour nos nains. Histoire de voir jusqu'à combien ils peuvent tenir.

Ecoute, je te le dis, 2 nains, c'est carrément faisable.
Le chantier reste à peu près le même de toute façon, et au moins, les nains se prêtent (tout est relatif) les joujoux.
Petit nain a été avec Grand nain dès qu'il a (à peu près) fait ses nuits. A 10 mois. Oué, bon, c'est mon nain RGO qui se levait une dizaine de fois par nuit, j'ai pas de bol aussi.
Donc, bon, depuis qu'ils sont ensemble, c'est le kiff total.
Je t'explique:

Avantages:
*Le rituel du soir, c'est de la balle. Une histoire pour chaque nain, une chanson pour chaque nain, un gros câlin et bisous et youhou, à moi la soirée avec le mâle...
*Ils se couchent en même temps, font le cirque dix minutes, je monte (en général je ne monte même pas, ils se calment d'eux même) et s'endorment. La nuit, quand l'un se réveille, ça ne réveille quasiment jamais l'autre. Ils n'ont pas peur du noir et ne réclament pas "pipi/bisou/câlin..." pendant des plombes. Limite, ils ont hâte que je me casse pour pouvoir papoter.
Ok, pour le moment ça ne vole pas haut puisque Solal, du haut de ses 15 mois, a un niveau de langage assez limité: "caca, nin-nin, bye-bye, et évidemment papa/maman". Ce qui fait hurler de rire l'autre andouille (surtout le caca, tu t'en doutes, lecteur malin et bien au fait de l'humour nain).
*Quand tu vas chez des gens en wikend, tu peux faire dormir tes nains ensemble, ça les rassure mine de rien et ça t'évite de batailler des heures pour les coucher alors que tout les adultes sont à table et ricanent à la dernière blague (salace) du mâle pendant que toi, pauv' pomme, tu ne profites pas de la soirée.

Inconvénients:
* Quand un nain est malade et qu'il se réveille 150 fois (avec changement de draps si beurbonain ou chiassonain), ça peut être pénible pour l'autre nain qui veut roupiller. Mais en règle générale, il te regarde d'un air brumeux et végète dans son plumard.
* Le matin, le premier réveillé réveille l'autre. Pas cool, surtout à 6h30.
Ici, grand nain essaie parfois de sortir discrètement sans "réveiller Soso". Malgré tout, si un playmobil ou un camion poubelle se trouve sur son passage, l'autre nain se réveille bicause l'appel du joujou.
M'enfin. Ce n'est pas comme si nous étions des habitués de la grasse bat'.

Bon, il faut le dire, mes nains sont encore jeunes et j'espère qu'un jour nous aurons une vraie maison avec plein de chambres pour que chaque grand nain puisse avoir son intimité. Je dis ça, mais pour moi, avant une dizaine d'années, ça ne me semble pas primordial. Les adultes ont besoin d'intimité, je dis pas, mais mes nains, ils ont besoin d'une chambre rigolote, de nuits en sécurité, d'ambiance qui détonne et de vie un peu partout.
Alors bon, pour le moment, mes nains sont colocataires, et sont plutôt heureux de l'être.
Mes nains sont moins propres (et moins blonds). Mais tu vois l'ambiance

Et puis franchement, lorsque tu remontes le soir pour dire "ça suffit, la prochaine fois je vous sépare", que tu fais des gros yeux et une grosse voix et qu'en face de toi tu as deux bouilles hilares qui se regardent d'un air complice...ya pas à dire, c'est quand même un peu le bonheur.
Mais ne le dites pas aux nains, seraient trop contents.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...